Version classiqueVersion mobile

« Varryations »

 | 
Philippe Martin

Partie 1. Hommes du livre

De l’importance de Rétif de la Bretonne pour l’histoire du livre*

Texte intégral

*Cet article est paru la première fois dans la revue Études rétiviennes, Revue de la Société Rétif de la Bretonne, décembre 2015, n° 47. Actes de la journée d’études « Rétif de la Bretonne et le monde du livre », p. 109-123.

  • 1 Armand Wallon et Georges Duby (dir.), Histoire de la France rurale, Paris, Le Seuil, 1975-1976, 4 (...)
  • 2 Emmanuel Le Roy Ladurie, « Du social au mental : une analyse ethnographique », Histoire de la Fran (...)
  • 3 Dominique Varry, Une seigneurie du pays belfortain : la « Paroisse de Phaffans » au XVIIIe siècle, (...)

1Rétif de la Bretonne est un témoin de premier plan pour l’historien du livre, et pas seulement pour le XVIIIsiècle. Ses textes autobiographiques, mais aussi ses pratiques d’imprimeur atypique peuvent lui apprendre beaucoup, sans pour autant révéler tous leurs mystères. Ma première rencontre avec Rétif de la Bretonne remonte au milieu des années 1970. L’étudiant en histoire que j’étais alors avait souscrit à un ouvrage novateur : l’Histoire de la France rurale en quatre volumes1. Je découvris dans le tome 2 un chapitre signé Emmanuel Le Roy Ladurie et intitulé « Du social au mental : une analyse ethnographique »2, qui exploitait les pages de Monsieur Nicolas relatives à l’enfance campagnarde de Rétif. C’est le témoignage sur la vie paysanne qui m’intéressait alors, et ce chapitre m’avait beaucoup marqué tant par son contenu que par sa méthodologie. Je devais d’ailleurs consacrer mon mémoire de maîtrise, en 1979, à une monographie d’une paroisse rurale de la région de Belfort3. Mais à l’époque où je travaillais à ce chantier, j’avais déjà découvert l’histoire du livre, et je me suis alors souvenu qu’après avoir gardé les troupeaux le jeune Rétif avait fait un apprentissage d’imprimeur. Je suis donc revenu, plus tard, vers Monsieur Nicolas, cette fois-ci sans intermédiaire, pour constater le caractère exceptionnel du témoignage qu’apporte Rétif sur la vie des ateliers d’imprimerie, et qui demeure trop méconnu.

  • 4 [Claude-Marin Saugrain], Code de la librairie et imprimerie de Paris : ou Conférence du règlement (...)
  • 5 Joseph Moxon, Mechanick Exercises on the Whole Art of Printing, London, Printed for Joseph Moxon… (...)
  • 6 Jean de Lacaille, Histoire de l’imprimerie et de la librairie, où l’on voit son origine & son prog (...)
  • 7 Martin-Dominique Fertel, La science pratique de l’imprimerie… A Saint Omer, par Martin Dominique F (...)
  • 8 Pierre Simon Fournier, Manuel typographique…, A Paris, imprimé par l’auteur et se vend chez Barbou (...)
  • 9 Antoine-François Momoro, Traité élémentaire de l’imprimerie, ou Le manuel de l’imprimeur…, A Paris (...)
  • 10 Martin-Sylvestre Boulard, Le manuel de l’imprimeur ouvrage utile à tous ceux qui veulent connoître (...)
  • 11 Martin-Sylvestre Boulard, Traité élémentaire de bibliographie, contenant la manière de faire les i (...)

2L’historien qui veut comprendre comment fonctionnait un atelier typographique à l’époque artisanale est assez désarmé car les sources sont peu nombreuses, partielles… et se dérobent. Certes, il peut recourir à un certain nombre de textes réglementaires sur le fonctionnement des communautés professionnelles tant parisienne que provinciales, à commencer par des règlements locaux successifs, puis le « Code Saugrain »4 qui régit tout le royaume à partir de 1744. Il peut aussi consulter des manuels techniques, mais ceux-ci sont assez tardifs, et muets sur la vie professionnelle quotidienne des gens du livre. Le premier manuel technique à avoir vu le jour est paru en Angleterre, en deux volumes, en 1683, sous le titre de Mechanick Exercises on the whole Art of Printing, et la signature de Joseph Moxon5. En France, à la même époque, parut l’Histoire de l’imprimerie et de la librairie de Lacaille6, qui est une chronologie des imprimeurs-libraires français du XVsiècle à sa date de publication, 1689. La science pratique de l’imprimerie, le premier véritable manuel technique français, l’équivalent du Moxon, parut seulement en 1723, sous la signature d’un imprimeur-libraire de Saint-Omer, Martin-Dominique Fertel7. Par la suite, l’Encyclopédie publia un long article « Imprimerie » accompagné de planches, et des articles connexes sur les métiers du livre. Par ailleurs, vers 1765, Pierre-Simon Fournier, le frère de Michel-François, le maître d’apprentissage de Rétif à Auxerre, avait donné les deux volumes de son Manuel typographique8. Assez curieusement, c’est surtout la période révolutionnaire qui vit le plus grand nombre de publications avec les deux éditions du Traité élémentaire de l’imprimerie de Momoro9, et les deux ouvrages de Martin-Sylvestre Boulard : son Manuel de l’imprimeur10 publié en 1791, et son Traité élémentaire de bibliographie…11 paru en 1804 et qui constitue le premier guide du libraire d’antiquariat. Mais tous ces ouvrages, si utiles à l’historien qu’ils laissent pourtant souvent sur sa faim, ne donnent que des indications techniques sur différents aspects du métier d’imprimeur-libraire et sont muets sur ce que pouvait être le vécu quotidien des ateliers comme des boutiques et de ceux qui les peuplaient, du haut en bas de la hiérarchie.

  • 12 Jean de Lacaille, Histoire de l’imprimerie et de la librairie… op. cit.
  • 13 Daniel Droixhe, « Un tableau de Léonard Defrance perdu et retrouvé ». [En ligne] < http://culture. (...)

3Une autre source importante pour l’historien est constituée par les représentations graphiques des ateliers, depuis la première : un bois reproduit dans La Grant danse macabre des hommes et des femmes publiée à Lyon par Mathieu Husz en 1499, et qui est la première représentation connue d’un atelier d’imprimerie d’une part, et d’une boutique de librairie d’autre part. Cependant, l’historien doit toujours considérer ces illustrations avec prudence, sachant bien que pour des raisons diverses, peintres et graveurs ont pu commettre de nombreuses erreurs dans la disposition du matériel ou les gestes des personnages représentés. Pour le XVIIsiècle français, une des gravures les plus intéressantes est le bandeau gravé sur cuivre qui orne le titre de départ de l’ouvrage de Lacaille déjà signalé12, et qui représente plusieurs scènes de travail dans un atelier d’imprimerie. Pour le XVIIIsiècle, les représentations les plus intéressantes sont sans conteste celles dues au pinceau du Liégeois Léonard Defrance (1735-1805). L’une des plus célèbres de ses toiles et sans doute celle représentant la librairie « à l’égide de Minerve », peinte en 1781, et aujourd’hui conservée au Musée de Dijon. On y voit les ballots de livres tout juste arrivés déposés devant la porte, la devanture ouverte sur la rue, et des affichettes annonçant les dernières nouveautés. Mais Defrance est également l’auteur de deux paires de deux tableaux représentant une visite dans une imprimerie : l’un à la casse, l’autre à la presse. Trois de ces tableaux sont aujourd’hui dans des collections privées, mais en 2008, une galerie parisienne a mis en vente le quatrième, qui a été acquis par le Musée de Grenoble. À cette occasion, une étude de Daniel Droixhe13 a permis d’identifier, grâce aux annonces des dernières parutions placardées sur les murs et en particulier celle de l’Histoire des deux Indes de l’abbé Raynal, l’atelier représenté comme étant celui du Liégeois Clément Plomteux, et de dater la scène de l’année 1782. Clément Plomteux a d’ailleurs possédé, vers 1784, deux tableaux d’intérieurs d’imprimeries de Defrance qui sont sans doute l’une des paires ici évoquées.

  • 14 Giles Barber (éd.), Anecdotes typographiques… by Nicolas Contat dit Le Brun… Edited with an Introd (...)
  • 15 Bodleian Library (Oxford): Vet. E. 3d. 51/112.
  • 16 Bodleian Library (Oxford): Vet. E. 3d. 52/113.
  • 17 Bodleian Library (Oxford): 4° Ʃ 237/22.
  • 18http://www.livres-rares.com/francais/recherche.asp > (Réf. 99076).

4L’historien dispose aussi du témoignage indirect du personnel des ateliers sous la forme de poèmes et pièces de circonstance imprimés pour célébrer des événements de la vie de l’imprimerie, et tout spécialement des maîtres : fiançailles, mariages, anniversaires importants… Ces pièces, tirées à un très petit nombre d’exemplaires, sont extrêmement rares. Giles Barber en a reproduit quelques-unes dans son édition des Anecdotes typographiques de Nicolas Contat14, sur lesquelles nous allons revenir plus longuement. Il s’agit de feuillets ou de petits livrets de quelques pages aujourd’hui conservés à la Bodleian Library, à la Bibliothèque nationale de France, à l’Arsenal, à la Mazarine, et à la Cleveland Public Library. Ainsi de ce Compliment présenté à Monsieur Geoffroy et à Mademoiselle Mariette à l’occasion de leur mariage, signé « les compagnons imprimeurs de l’imprimerie de Monsieur Mariette », et imprimé à une date inconnue antérieure à 174415 ; ou de ce Dialogue sur le mariage de Mademoiselle Guerin avec Monsieur Delatour, « imprimé par les ouvriers de l’imprimerie de M. Guerin » en 174516. Dans un autre registre, mentionnons aussi ces Vers libres sur la convalescence de Mr Thiboust, imprimeur du roy « présentés par ses ouvriers, ses très humbles serviteurs », feuillet non daté remontant aux années 1756-175917. Rares dans les collections publiques, ces documents le sont encore davantage sur le marché d’antiquariat. La librairie espagnole Comellas18 a ainsi proposé, en janvier 2015, sur son catalogue en ligne une rarissime plaquette intitulée : Les Bouquets du cœur chantés et présentés à Madame Duchesne pour sa fête le jour de L’Assomption 1776. Par ses parens et amis. Publié « à Saint-Mandé, de l’imprimerie de Philarète », ce petit opuscule était imprimé sur une feuille in-octavo de 16 pages. Le prix demandé montait à 706, 56 euros. Le lot était ainsi présenté par le libraire :

Rarissime livret que nous n’avons pas trouvé répertorié, de poésies composées en l’honneur de la célèbre Veuve Duchesne (1713-1793), née Cailleau, qui dirigea à la mort de son mari en 1765 l’un des principaux ateliers typographiques parisiens. Ces pièces sont notamment signées par son fils Jean-Nicolas Duchesne (1757-1845), qui travailla à ses côtés dans son imprimerie, son frère le célèbre imprimeur André-Charles Cailleau (1731-1798), et Jean-Didier Dorez, autre imprimeur-libraire parisien. Le pseudonyme de Philarète, dont Cailleau fit usage de façon répétée à partir de 1783, le désigne comme étant l’imprimeur de cet opuscule, certainement tiré à tout petit nombre et apparemment resté inconnu [...]

5Nous ignorons s’il a trouvé preneur. Mais il faut bien le reconnaître. Si ces documents témoignent de la sociabilité des ateliers, ils ne nous renseignent guère sur leur fonctionnement quotidien.

  • 19 Reproduit dans Giles Barber (éd.), Anecdotes typographiques… op. cit., p. 95-110 ; et dans Philipp (...)
  • 20 Robert Darnton, The great cat massacre and other episodes in French cultural history, New York, Ba (...)
  • 21 Giles Barber (éd.), Anecdotes typographiques…, op. cit.
  • 22 Philippe Minard, Typographes des Lumières suivi de Anecdotes typographiques de Nicolas Contat (176 (...)
  • 23 Dominique Varry, « Les deux Nicolas, ou lecture croisée de témoignages sur le monde de l’imprimeri (...)

6Une autre source essentielle est constituée par des témoignages d’imprimeurs et des textes autobiographiques. Dans cet ensemble de documents rarissimes, on en citera un qui pourrait aussi se rattacher aux pièces de circonstance que nous venons d’évoquer. Il s’agit de La misère des apprentis imprimeurs…, poème anonyme de 352 vers publié en 1710. Ce texte19 a été attribué à un certain Dufresne dont on ne sait à peu près rien si ce n’est qu’il aurait commencé un apprentissage chez l’imprimeur parisien Frédéric Léonard. Cependant, l’un des témoignages les plus importants en ce domaine est sans doute celui des Anecdotes typographiques de Nicolas Contat dit Le Brun. Ce document n’est connu qu’en un exemplaire manuscrit de 190 pages, daté du 1er septembre 1762. Son titre exact est : Anecdotes typographiques où l’on voit la description des coutumes, mœurs et usages singuliers des compagnons imprimeurs. Il comporte une adresse manuscrite « A Bruxelles chez Pierre Hardy, à la vérité », et une dédicace au célèbre inspecteur de la Librairie parisienne Joseph d’Hémery (1722-1806). Ce manuscrit avait été repéré par Graham Pollard dans la collection de la duchesse de Roxburghe, à West Horsley Place. Il porte un cachet de la fin du XVIIIsiècle de l’Académie de Bordeaux et plusieurs ex-libris de collectionneurs anglais du XIXsiècle. Par quel cheminement mystérieux est-il arrivé en Angleterre dans la collection Roxburghe, nous l’ignorons. Peut-être a-t-il été confisqué en 1793 lors de la suppression des académies, et a-t-il été détourné pour être mis sur le marché d’antiquariat. Les bibliophiles anglais furent nombreux à acheter sur le marché français à la fin du XVIIIsiècle et au XIXe. Il a été rendu célèbre par un épisode qu’il narre, « le grand massacre des chats », qui a inspiré un chapitre et donné son nom au recueil d’articles dans lequel il est publié sous la signature de l’historien américain Robert Darnton20. Mais c’est à Giles Barber (1930-2012), alors bibliothécaire de la Taylor Institution d’Oxford, qu’on doit, en 1980, la première édition scientifique de ce manuscrit accompagnée d’une introduction érudite21. Ce texte a ensuite été reproduit, sans son commentaire, dans l’ouvrage de Philippe Minard consacré aux Typographes des Lumières22. Le manuscrit porte en guise de nom d’auteur l’énigmatique mention : « M.*** (Le Brun) Ancien Prote, Graveur et Auteur ». Giles Barber a pu l’identifier comme étant Nicolas Contat, dit Le Brun, né vers 1717 ou 1718 et décédé en 1768. Ce personnage fit un apprentissage chez l’imprimeur parisien Jacques Vincent, de 1737 à 1741. Il a par la suite exercé comme prote (chef d’atelier) avant de devenir graveur sur bois d’ornements d’imprimerie. C’est à peu près tout ce qu’on sait de lui, hormis qu’il fut embastillé de juillet à septembre 1760. Nicolas Contat finit donc son apprentissage dix ans avant que Nicolas-Edme Rétif de la Bretonne ne débute le sien, à Auxerre en juillet 1751, chez Michel François Fournier. L’évocation de cet apprentissage, dans Monsieur Nicolas, constitue le second témoignage dont nous disposions. C’est dire toute son importance. Or, comme nous avons essayé de le montrer lors du colloque de Poitiers sur Rétif et ses lecteurs23, les deux Nicolas, chacun dans son style, se complètent et concourent à nous donner une vision peut-être assez juste de ce que pouvaient être et cet apprentissage et la vie des ateliers tant à Paris qu’en province.

  • 24 Nicolas-Edme Rétif de La Bretonne, Pierre Testud (éd.), Monsieur Nicolas, Paris, Gallimard, 1989 ( (...)
  • 25 Nicolas-Edme Rétif de La Bretonne, Pierre Testud (éd.), Mes inscripcions (1779-1785) Journal (1785 (...)
  • 26 Je suis né auteur, pour ainsi dire. Rétif de la Bretonne 1734-1806, Auxerre, Bibliothèque municipa (...)
  • 27 Fanny Blanchard, Nicolas-Edme Rétif de La Bretonne imprimeur (1734-1806), mémoire de master 1 Cult (...)

7C’est bien pourquoi, au-delà de leur intérêt littéraire, la réédition de Monsieur Nicolas24, comme l’édition de Mes inscripcions25 et du Journal par Pierre Testud constituent pour l’historien du livre un témoignage rare. Assez curieusement, la carrière d’imprimeur de Rétif a peu été étudiée jusqu’ici. Elle est pourtant intéressante puisqu’elle l’a conduit dans des ateliers très différents : l’imprimerie provinciale de Michel François Fournier à Auxerre, où il fit son apprentissage et où il revint travailler comme compagnon de fin 1759 à juin 1761, celle du Dijonnais Causse où il exerça quelques semaines dans l’été 1759, l’imprimerie royale en 1755-1756 puis de la fin 1761 à juin 1764, les imprimeries parisiennes de Claude Hérissant, André-François Knapen, André Knapen, la veuve Quillau, et François-Augustin Quillau, et enfin le petit atelier qu’il s’installa à son domicile… lui permettant enfin de composer et d’imprimer ses propres textes dotés de pages de titre portant cette adresse typographique tout à fait inhabituelle : « imprimé à la maison ». On y suit tour à tour l’apprenti, le compagnon frais émoulu, puis blanchi sous le harnais et devenu chef d’atelier, et enfin l’auteur-imprimeur travaillant seul pour son propre compte. Fort heureusement, le catalogue de l’exposition organisée à Auxerre en 2006, et dont les textes sont dus à Pierre Testud, constitue un précieux guide pour suivre cette carrière26. C’est parce que le Rétif imprimeur demeurait, selon moi, trop méconnu et était occulté par le Rétif littérateur, que j’ai confié à Fanny Blanchard le soin de l’étudier à travers sa production imprimée conservée à Lyon et à Auxerre27.

  • 28 Nicolas-Edme Rétif de La Bretonne, Les nuits de Paris ou Le spectateur nocturne. Tome Septième : T (...)
  • 29 Robert L. Dawson, The French Booktrade and the "permission simple" of 1777: copyright and public d (...)

8Au-delà du témoignage sur l’apprentissage, un autre des intérêts de Rétif est sa prise de position contre la contrefaçon. La pratique était généralisée depuis les premières années du XVIsiècle, et certaines villes telles Lyon ou Rouen s’en faisaient une spécialité. Elle était devenue un véritable fléau contre lequel imprimeurs-libraires et auteurs se sentaient très désarmés. La prise de position de Rétif contre la contrefaçon est virulente. On s’en rendra compte dans l’extrait suivant tiré des quatre derniers feuillets de la Quatorzième partie des Nuits de Paris28. Cet extrait reprend le début et la fin de cette longue diatribe. Y figure également une allusion, tirée du milieu de ce texte, à une expérience personnelle malheureuse de Rétif qui rappelle comment des contrefacteurs indélicats se sont approprié un de ses textes. Cette diatribe est intéressante en ce qu’elle émane davantage de l’auteur que de l’imprimeur, et ce, à une époque où la notion de droit d’auteur commence à émerger. Elle intervient, en 1788-1789, à la veille de la disparition du système des privilèges. Quelques mois plus tard, la contrefaçon n’aurait plus de raison d’être, et deviendrait, au début du XIXe siècle, une pratique désuète et restreinte. On ajoutera que cette époque des années 1780 était déjà celle d’un repli de la contrefaçon à la suite du durcissement de la législation par les édits de l’été 177729.

Contre les Contrefacteurs.

Il existe, depuis quelque-temps, dans la Litterature, ét dans la Litterature seule, un abus, un vol, un brigandage, une violation de la propriété la plus-importante ét la plus-sacrée : c’est la contrefaçon. Il est peu d’Auteurs qui puissent en supporter les funestes effets, ét elle fait un tort irreparable à Ceux-même qu’elle ne ruine pas : C’est contre cette infamie, ce sacrilége, que j’élève ici la voix ! Je les denonce aux Magistrats ét au Public, qui, malgré lui, ét sans le savoir, en est le fauteur. Je vais établir IV grands points, les discuter ét les prouver : La Contrefaçon est un Vol : un Attentat à la propriété la plûs sacrée, une Infamie, un Sacrilége. [...]

[...] Il y a deux ans, je fis paraître un Ouvrage qui m’avait couté 34-mille livres : Je le vendis à un libraire honnête, la Dame DUCHESNE : le livre était chèr : la vente alait, mais lentement. Cependant l’instant du profit approchait, lorsqu’un Brigand étranger adresse à un Brigand de Paris une mauvaise contrefaçon, que Celui-ci annonce aux Marchands-de-nouveautés ét à toute la Province, comme un Ouvrage de son fonds. La Circulaire de cette Annonce existe encore entre les mains de la Dame Duchesne. Quand il s’est-agi d’imprimer ces NUITS, je l’ai fait-savoir à mon Libraire. - GARANTISSEZ-NOUS DES CONTREFAÇONS - ! (m’a-t-on repondu). J’ai donc imprimé malgré moi. N’ai-je-pas droit de reclamer contre le plus odieux des larcins ? ét de menacer le Malhonnête-homme qui me réduira biéntôt aux plus-cruelles extrêmités ? [...]

[...] La contrefaçon est un SACRILÉGE : Il en existe une raison plus-forte que toutes celles que je viéns d’exposer, quoiqu’elles le soient infiniment : La reclamation contre les Contrefacteurs de la part des Gens-de-lettres ét de leurs libraires legitimes (malheureusement trop-peu-menagés par les Pseudolitterateurs, aufond, ne regarde que les Gens-de-lettres ét leurs Libraires ; leur interêt, la justice à leur égard toucheront peu certaines Personnes : Mais le Publiq est interessé à ce qu’on sevisse contre tout Contrefacteur, quel qu’il soit, que l’Ouvrage ait privilége ou non †, parce que le crime de la contre façon s’oppose directement aux progrès de la Littérature, à l’interêt de l’État, ét à la gloire nationale : Il est essenciel qu’aucun Imprimeur ne puisse mettre sous presse l’Ouvrage d’un Écrivain encore existant, sans une autorisation expresse : vu que toute édition furtive perpetue ses fautes, en lui enlevant la faculté précieuse de se corriger… Je ne puis commander à mon indignation ! Hé quoi ? un Brigand, assassin du Genie, l’empêchera de prendre toute son étendue ? Il privera le Publiq des ameliorations ? Il enlèvera impudemment à la Nation la gloire qui rejaillit sur elle d’un bel Ouvrage, rendu plus bel encore par un nouveau degré de correction ! Ainsi le Contrefacteur etouffe souvent un Chéfd’oeuvre, auquel il aurait-falu, pour devenir tel, trois, quatre, cinq éditions attentivement revues par l’Auteur ! C’est un sacrilége, un crime de lèse-Patrie !

Je declare aux Contrefacteurs que je les poursuivrai par tous les moyens, que je frapperai à toutes les portes, et que je suis assuré de les faire punir, desormais.

L’Auteur vivant n’en a pas besoin pour assurer sa propriété : son livre est à lui, comme son doigt, comme sa main.

  • 30 François Barrême, L’Arithmétique du Sr Barreme ou Le livre facile pour apprendre l’Arithmetique de (...)

9Ce texte, dont nous avons cité un long extrait, est très éclairant pour l’historien du livre. En effet, lorsqu’il évoque le problème de la contrefaçon, celui-ci a tendance à se focaliser sur le tort causé par les contrefacteurs aux imprimeurs-libraires qu’ils copiaient. Ce faisant, il oublie trop souvent le préjudice causé par les contrefacteurs aux auteurs qu’ils pillaient. Rétif nous ramène à cette réalité trop souvent occultée en se plaçant non pas comme le prote et professionnel de l’imprimerie qu’il était aussi, mais comme auteur dépossédé de sa création. Il témoigne alors du désarroi auquel pouvait conduire la contrefaçon qu’illustre, par exemple, l’attitude qui fut celle de Nicolas Barrême, qui, confronté au pillage de l’œuvre de son père, en vint à signer de sa main, dans chaque volume, un « Avis » imprimé mettant en garde contre la contrefaçon et reproduit dans tous les exemplaires publiés légalement pour les différencier des contrefaits, et à y inciter à la dénonciation, dans une notule imprimée sous le privilège, en promettant au dénonciateur la part qui lui revenait de l’amende infligée aux contrefacteurs30. Ce type de conduite était-il efficace ? Rien n’est moins sûr.

  • 31 Bibliothèque et Archives du château de Chantilly, Imprimeries privées françaises (XVe-XIXe siècles (...)
  • 32 Ronald B. McKerrow, An Introduction to Bibliography for Literary Students, Oxford, Clarendon Press (...)
  • 33 Philip Gaskell, A New Introduction to Bibliography, Oxford, Clarendon Press, 1972. L’ouvrage a été (...)
  • 34 Donald F. McKenzie, Bibliography and the Sociology of Texts, London, British Library, 1986. Réédit (...)
  • 35 Roger Laufer, Introduction à la textologie. Vérification, établissement, édition des textes, Paris (...)
  • 36 La bibliographie matérielle présentée par Roger Laufer. Table ronde organisée pour le CNRS par Jac (...)
  • 37 Wallace Kirsop, Bibliographie matérielle et critique textuelle, vers une collaboration, Paris, Let (...)
  • 38 Jeanne Veyrin-Forrer, La lettre et le texte. Trente années de recherches sur l’histoire du livre, (...)
  • 39 Dominique Varry, « La bibliographie matérielle : renaissance d’une discipline », in Dominique Varr (...)

10Le dernier intérêt de Rétif pour l’historien du livre, et non des moindres, réside dans ses pratiques typographiques et dans ses innovations multiples en ce domaine : simplification de l’orthographe et des signes de ponctuation, utilisation des accents, mises en page… Cet intérêt est double : il permet d’abord d’évoquer le rôle du prote dans la fabrication d’un livre, et d’autre part, les hardiesses de Rétif devenu son propre imprimeur à compter de 1790. Avec la Révolution et la disparition de la législation d’Ancien Régime relative à l’imprimerie, Rétif put monter son propre atelier en acquérant une première presse début 1790, puis une seconde l’année suivante. C’est bien parce qu’il composait et imprimait pour être diffusé et lu que Rétif n’est pas compté au nombre des imprimeries privées françaises, qui n’imprimaient que pour l’usage propre de leur instigateur, et qu’il n’a pas figuré dans l’exposition que la Bibliothèque Condé de Chantilly leur a consacrée en 200231. Les pratiques et innovations typographiques de Rétif nous ramènent à la fabrication de l’objet livre, et à la bibliographie matérielle (Physical Bibliography), cette archéologie du livre imprimé développée dans le monde anglo-saxon d’abord sur les incunables et sur le théâtre élisabéthain dont les éditions de Shakespeare jusqu’à la publication du First Folio de 1623. Depuis les travaux pionniers de Henry Bradshaw (1831-1886), bibliothécaire de l’université de Cambridge, la discipline s’est constituée autour d’Alfred Pollard (1859-1944), Walter Greg (1875-1959) et de Ronald McKerrow (1872-1940), auteur d’un premier manuel toujours utile aujourd’hui32, puis renforcée avec Philip Gaskell (1926-2001), auteur du meilleur manuel sur la question33, et avec Donald Francis McKenzie (1931-1999) qui en a élargi les perspectives en une « sociologie des textes »34 qui permet de les étudier et sous l’angle de leur technique de fabrication, et sous celui des processus sociaux de transmission. Malgré les efforts et les tentatives de Roger Laufer (1928-2011), qui proposa l’expression « bibliographie matérielle » en 1966 pour traduire “Physical Bibliography”, publia un premier manuel à destination d’un public étudiant en 197235, et édita les actes de la table ronde du CNRS de 197936 sur le sujet, celles de Wallace Kirsop, universitaire australien auteur d’une brochure37 de promotion de la bibliographie matérielle à l’intention de ses collègues français, et celles de Jeanne Veyrin-Forrer38, conservateur en chef de la Réserve de la Bibliothèque nationale, qui l’enseigna à l’École pratique des hautes études dans le cadre du séminaire d’« histoire et civilisation du livre » d’Henri-Jean Martin, il faut bien reconnaître que la bibliographie matérielle anglo-saxonne a été boudée par les universitaires français. Elle est pourtant un outil essentiel à la compréhension du processus de fabrication d’un livre ancien, et peut être mise à profit pour établir la généalogie d’éditions, repérer des variantes et corrections intervenues en cours d’impression, ou dévoiler contrefaçons et éditions publiées sous adresses étrangères fictives pour contourner une législation répressive. Aujourd’hui, la numérisation qui permet le rapprochement d’exemplaires géographiquement éloignés les uns des autres, la constitution de bases de données de filigranes, d’ornements typographiques, de polices de caractères… permettent aux bibliographes des investigations qui leur étaient très difficiles auparavant, et donnent une nouvelle impulsion à cette science auxiliaire de l’histoire du livre39.

  • 40 Fanny Blanchard, Nicolas-Edme Rétif de La Bretonne imprimeur (1734-1806), mémoire de master 1 Cult (...)

11Si on observe de près les compositions faites ou supervisées de façon quasi certaines par Rétif pour certains de ses ouvrages, comme l’a fait Fanny Blanchard40, on peut mettre en évidence certaines de ses pratiques et innovations typographiques, et essayer d’en comprendre et les raisons, et la logique.

  • 41 Dominique Varry, « Les deux Nicolas… », loc. cit.

12L’une des approches de la bibliographie matérielle est justement l’étude des ornements typographiques, qui peuvent permettre d’identifier les ateliers d’impression quand on retrouve les mêmes ornements et sur leur production officielle revendiquée, et sur des impressions clandestines. Depuis quelques années, se sont constituées de bases de données d’ornements, qui n’en sont encore qu’à leurs débuts : Môriane à Liège, Fleuron à Lausanne, Maguelone à Montpellier (hébergée sur le site de l’Enssib). On ne peut donc encore leur demander plus qu’elles ne peuvent apporter. Mais il est sûr qu’avec le temps, elles vont emmagasiner et identifier l’essentiel des ornements utilisés par les imprimeurs européens, et n’en deviendront que plus efficaces. Fanny Blanchard a montré dans son mémoire comment l’identification des ornements figurants sur certains ouvrages significatifs de Rétif lui avait permis d’identifier les ateliers qui les avaient produits, dont celui de Quillau. On remarquera que ces ornements sont encore très traditionnels, et qu’on y rencontre, par exemple, des bois du grand graveur à la mode Papillon. Comme je l’avais souligné dans ma communication au colloque de Poitiers41, il n’est d’ailleurs pas impossible que le prote Rétif ait côtoyé, connu, voire été client de l’auteur des Anecdotes typographiques, Nicolas Contat devenu graveur sur bois. Fanny Blanchard a également montré que le petit nombre de ces ornements allait s’amenuisant, pour finalement disparaître, alors que le nombre des gravures sur cuivre hors-texte grandissait. Le phénomène s’explique d’une part par la mode des caractères de Pierre-Simon Fournier, qui s’impose à partir des années 1770, et qui aboutit progressivement au remplacement des bois par des compositions de vignettes typographiques toutes semblables mais agencées différemment par chaque imprimeur, ce qui les rend de plus en plus difficiles à identifier par le bibliographe. Il s’explique sans doute également par le fait que Rétif, devenu imprimeur à domicile, ne disposait que d’un matériel restreint : des casses, des vignettes, des réglets… mais vraisemblablement un petit nombre d’ornements de bois, et encore moins de cuivre.

  • 42 Richard Anthony Sayce, “Compositorial Practices and the Localization of Printed Books 1530-1800”, (...)

13De la même manière, l’étude des pratiques de signatures, et les innovations que Rétif substitue à des manières de faire assez standardisées dans les ateliers parisiens42 de son temps interrogent. Rappelons que la signature des cahiers, à l’aide de lettres de l’alphabet et de symboles, fut introduite dans l’imprimerie à Cologne dès 1472 par Johann Koelhoff avant de se généraliser, avec des variantes selon les lieux et les temps. Ce système, éventuellement renforcé par celui des réclames, était destiné à aider le relieur à positionner les cahiers correctement pliés dans le bon ordre, avant de les coudre. Si Rétif utilise les chiffres arabes pour numéroter les feuillets des cahiers, comme l’usage s’était imposé à Paris à partir de 1770, il hésite parfois et revient aux chiffres romains, mais renonce définitivement à ceux-ci en 1790. Il recourt au J et au U, lettres généralement non utilisées car considérées comme des doublons de I et V. Ce faisant, le prote qu’il était alors confessa s’être heurté à l’incompréhension des compagnons placés sous ses ordres. De la même manière, il utilise la signature W, pratique à peu près totalement inusitée. Devenu son propre imprimeur, il recourt également à des signatures très atypiques, telles l’esperluette, les lettres collées Æ ou Œ, les Ç, les S longs, le tout en capitales ou en minuscules, mais aussi toute la palette des voyelles accentuées, et non seulement tildées comme dans la pratique usuelle, le redoublement des alphabets en caractères romains et en caractères italiques… Autant de manières de faire totalement inhabituelles et propres à déconcerter un relieur blanchi sous le harnais. Si l’usage de l’esperluette après le Z était assez courant à l’époque de l’incunable, il était complètement tombé en désuétude depuis, et on voit mal comment un relieur parisien de la fin du XVIIIe siècle pouvait comprendre que le cahier ainsi signé devait s’intercaler entre une première série de signatures alphabétiques et une seconde. Le système de signatures élaboré par Rétif lui est propre. Il est déconcertant, déroutant… tant pour le bibliographe… que pour le relieur qui a dû l’utiliser et dont on se demande comment il a pu s’y retrouver pour mettre les cahiers dans le bon ordre puisque Rétif rompt avec la logique alphabétique traditionnellement respectée. Cette pratique s’explique peut-être par la modestie du matériel dont il disposait « à la maison ». On sait que ses polices de caractères étaient modestes et usées, acquises d’occasion. On peut supposer que c’est la pénurie de caractères disponibles pour les signatures qui l’a, en quelque sorte, contraint à utiliser les o et les a collés, les c cédille… ou les caractères italiques moins sollicités. D’une certaine manière, ses façons de signer sont peut-être davantage le résultat d’un manque de caractères que d’un choix délibéré. Ces innovations rétiviennes sont d’autant plus curieuses qu’elles sont en total décalage avec une nouvelle pratique qui apparaît et se développe au tournant des années 1800 avant de se généraliser : celle d’abandonner les signatures alphabétiques et de limiter la signature des cahiers à un discret chiffre arabe au bas du premier ou des deux premiers feuillets du cahier. Dans ce cas-là, au moins, et même s’il recourt à un alphabet atypique, Rétif apparaît prisonnier de son propre système, et coupé des nouveautés de son temps.

14Une autre pratique rétivienne est assez surprenante. À partir des années 1780, les pages de titre des ouvrages imprimés par Rétif présentent des encadrements et de nombreux réglets. C’est par exemple le cas de La Découverte australe par un homme volant… imprimé à Leïpsick et se trouve à Paris [veuve Duchesne, 1781], de la Prévention nationale ; à La Haye et se trouve à Paris chez Regnault, 1784 ; des Provinciales à Paris chez J. B. Garnery [ca 1791-1794] ; des Veillées du marais… Imprimé à Waterford, 1785. L’usage des filets d’encadrement entourant les pages de titre est une pratique alors relativement courante, et relève d’une mode. En revanche, le fait de séparer systématiquement les différentes sections du texte de la page de titre par de nombreux réglets horizontaux est tout à fait atypique, et propre à Rétif. Les pages de titre ainsi composées ne sont pas sans rappeler celles imprimées aux XVIIe et XVIIIsiècles par les imprimeurs anglais. À une époque où l’anglomanie est à la mode, il est curieux que Rétif ait cherché à imiter les pratiques des imprimeurs anglais, car on peut douter qu’il ait vu beaucoup de pages de titre anglaises ! Ne disposant pas d’ornements typographiques, sa seule marge de manœuvre aurait peut-être été de jouer avec les réglets.

  • 43 Gérard Blanchard, « Le curieux code typographique de Restif de La Bretonne », Communication et lan (...)
  • 44 Donatien Alphonse François de Sade, Les crimes de l’amour… suivi des Idées sur les romans… Bruxell (...)
  • 45 Gérard de Nerval, Les confidences de Nicolas dans Les Illuminés récits et portraits, Paris, Victor (...)

15Les choix typographiques de Rétif peuvent déconcerter même un historien de la typographie43. Le divin marquis peut bien dénoncer une espèce de logorrhée typographique rétivienne : « […] R… [Rétif] inonde le public, il lui faut une presse au chevet de son lit ; heureusement que celle-là toute seule gémira de ses terribles productions […] »44. Nerval peut réécrire Monsieur Nicolas à sa manière en nous proposant ses Confidences de Nicolas45. Rétif n’en demeure pas moins un témoin incontournable pour l’historien du livre. Ce qu’il rapporte d’une manière très vivante de l’apprentissage et du compagnonnage est corroboré par d’autres sources, ce qui démontre sa fiabilité, au-delà de ses aventures féminines réelles ou supposées. Ses impressions, quant à elles, illustrent ses pratiques de « mise en livre », et démontrent son ingéniosité à composer et imprimer, même avec un matériel restreint. Bien entendu, certains de ses choix, à contre-courant des pratiques du temps, nous interrogent sans que nous puissions toujours donner d’explication satisfaisante. Qu’importe ! Il faut lire et relire ce que Rétif nous livre de son art. Il faut continuer à scruter et à questionner les éditions sorties de ses mains. Il a encore beaucoup à nous apprendre.

Notes

1 Armand Wallon et Georges Duby (dir.), Histoire de la France rurale, Paris, Le Seuil, 1975-1976, 4 volumes.

2 Emmanuel Le Roy Ladurie, « Du social au mental : une analyse ethnographique », Histoire de la France rurale, op. cit., tome II, L’âge classique des paysans de 1340 à 1789, p. 443-503.

3 Dominique Varry, Une seigneurie du pays belfortain : la « Paroisse de Phaffans » au XVIIIe siècle, Bulletin de la Société belfortaine d’émulation, n° 76, 1984.

4 [Claude-Marin Saugrain], Code de la librairie et imprimerie de Paris : ou Conférence du règlement arrêté au Conseil d’État du Roy, le 28 février 1723, et rendu commun pour tout le royaume par arrêt du Conseil d’État du 24 mars 1744, avec les anciennes ordonnances… et jugemens rendus… depuis l’an 1332 jusqu’à présent. A Paris, aux dépens de la communauté, 1744. Reprint : Farnborough, Greg International Publisher, 1971.

5 Joseph Moxon, Mechanick Exercises on the Whole Art of Printing, London, Printed for Joseph Moxon… 1682, 2 volumes.

6 Jean de Lacaille, Histoire de l’imprimerie et de la librairie, où l’on voit son origine & son progrès, jusqu’en 1689… A Paris, chez Jean de La Caille, 1689.

7 Martin-Dominique Fertel, La science pratique de l’imprimerie… A Saint Omer, par Martin Dominique Fertel, 1723, in-4°.

8 Pierre Simon Fournier, Manuel typographique…, A Paris, imprimé par l’auteur et se vend chez Barbou, 1764-1766, 2 volumes, in-8°.

9 Antoine-François Momoro, Traité élémentaire de l’imprimerie, ou Le manuel de l’imprimeur…, A Paris, chez A. F. Momoro, 1793, in-8°. L’ouvrage fut réédité en 1796. Momoro avait été guillotiné en 1794 avec les hébertistes.

10 Martin-Sylvestre Boulard, Le manuel de l’imprimeur ouvrage utile à tous ceux qui veulent connoître les détails des ustensiles, des prix, de la manutention de cet art intéressant, et à quiconque veut lever une imprimerie, A Paris, chez Boulard, 1791, in-8°.

11 Martin-Sylvestre Boulard, Traité élémentaire de bibliographie, contenant la manière de faire les inventaires, les prisées, les ventes publiques et de classer les catalogues… A Paris, chez Boulard, an XIII 1804-1805, 2 volumes, in-8°.

12 Jean de Lacaille, Histoire de l’imprimerie et de la librairie… op. cit.

13 Daniel Droixhe, « Un tableau de Léonard Defrance perdu et retrouvé ». [En ligne] < http://culture.ulg.ac.be/jcms/prod_132249/fr/un-tableau-de-leonard-defrance-perdu-et-retrouve?part=5 >.

14 Giles Barber (éd.), Anecdotes typographiques… by Nicolas Contat dit Le Brun… Edited with an Introduction and Notes by Giles Barber, Oxford, The Oxford Bibliographical Society, 1980, p. 111-141.

15 Bodleian Library (Oxford): Vet. E. 3d. 51/112.

16 Bodleian Library (Oxford): Vet. E. 3d. 52/113.

17 Bodleian Library (Oxford): 4° Ʃ 237/22.

18http://www.livres-rares.com/francais/recherche.asp > (Réf. 99076).

19 Reproduit dans Giles Barber (éd.), Anecdotes typographiques… op. cit., p. 95-110 ; et dans Philippe Minard, Typographes des Lumières suivi de Anecdotes typographiques de Nicolas Contat (1762), Seyssel, Champ Vallon, 1989, p. 269-278.

20 Robert Darnton, The great cat massacre and other episodes in French cultural history, New York, Basic Books, 1984. Traduction française : Le grand massacre des chats : attitudes et croyances dans l’ancienne France. Traduit de l’américain par Marie-Alyx Revellat, Paris, Robert Laffont, 1985.

21 Giles Barber (éd.), Anecdotes typographiques…, op. cit.

22 Philippe Minard, Typographes des Lumières suivi de Anecdotes typographiques de Nicolas Contat (1762), op. cit.

23 Dominique Varry, « Les deux Nicolas, ou lecture croisée de témoignages sur le monde de l’imprimerie des Lumières », Études rétiviennes, décembre 2006, n° 38, p. 115-130.

24 Nicolas-Edme Rétif de La Bretonne, Pierre Testud (éd.), Monsieur Nicolas, Paris, Gallimard, 1989 (coll. Bibliothèque de la Pléiade), 2 volumes.

25 Nicolas-Edme Rétif de La Bretonne, Pierre Testud (éd.), Mes inscripcions (1779-1785) Journal (1785-1789), Houilles, Éditions Manucius, 2006.

26 Je suis né auteur, pour ainsi dire. Rétif de la Bretonne 1734-1806, Auxerre, Bibliothèque municipale, 2006.

27 Fanny Blanchard, Nicolas-Edme Rétif de La Bretonne imprimeur (1734-1806), mémoire de master 1 Cultures de l’écrit et de l’image, Enssib, juin 2014. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/65011-nicolas-edme-retif-de-la-bretonne-imprimeur-1734-1806.pdf >.

28 Nicolas-Edme Rétif de La Bretonne, Les nuits de Paris ou Le spectateur nocturne. Tome Septième : Treizième [Quatorzième] partie, à Londres, 1789, in-12°, feuillets χ 11-12.

29 Robert L. Dawson, The French Booktrade and the "permission simple" of 1777: copyright and public domain, with an edition of the public registers, Oxford, The Voltaire Foundation, 1992.

30 François Barrême, L’Arithmétique du Sr Barreme ou Le livre facile pour apprendre l’Arithmetique de soy-même, & sans Maître. A Paris, se vend chez la veuve Villery, 1716, in-12°.

31 Bibliothèque et Archives du château de Chantilly, Imprimeries privées françaises (XVe-XIXe siècles), exposition présentée dans le Cabinet des livres en 2002, notices d’Emmanuelle Toulet consultables en ligne : < http://www.bibliotheque-conde.fr/expositions/histoire-de-ledition/imprimeries-privees-francaises-xve-xixe-siecles/ >.

32 Ronald B. McKerrow, An Introduction to Bibliography for Literary Students, Oxford, Clarendon Press, 1927. L’ouvrage a été réédité en 1928 et 1994.

33 Philip Gaskell, A New Introduction to Bibliography, Oxford, Clarendon Press, 1972. L’ouvrage a été réédité en 1974, 1979, et 1994. Il a également été traduit en espagnol.

34 Donald F. McKenzie, Bibliography and the Sociology of Texts, London, British Library, 1986. Réédition : Cambridge, Cambridge University Press, 1999. Traduction française : La bibliographie et la sociologie des textes, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1991.

35 Roger Laufer, Introduction à la textologie. Vérification, établissement, édition des textes, Paris, Éditions Larousse, 1972.

36 La bibliographie matérielle présentée par Roger Laufer. Table ronde organisée pour le CNRS par Jacques Petit, Paris, Éditions du CNRS, 1983.

37 Wallace Kirsop, Bibliographie matérielle et critique textuelle, vers une collaboration, Paris, Lettres modernes, 1970.

38 Jeanne Veyrin-Forrer, La lettre et le texte. Trente années de recherches sur l’histoire du livre, Paris, École normale supérieure de jeunes filles, 1987.

39 Dominique Varry, « La bibliographie matérielle : renaissance d’une discipline », in Dominique Varry (dir.), 50 ans d’histoire du livre : 1958-2008, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2014 (coll. Papiers), p. 96-109.

40 Fanny Blanchard, Nicolas-Edme Rétif de La Bretonne imprimeur (1734-1806), mémoire de master 1 Cultures de l’écrit et de l’image, op. cit.

41 Dominique Varry, « Les deux Nicolas… », loc. cit.

42 Richard Anthony Sayce, “Compositorial Practices and the Localization of Printed Books 1530-1800”, The Library, 5th Series, vol. 21, n° 1, March 1966, p. 1-45. Réimprimé en 1979 par l’Oxford Bibliographical Society.

43 Gérard Blanchard, « Le curieux code typographique de Restif de La Bretonne », Communication et langages, 1989, vol. 79, p. 64-72.

44 Donatien Alphonse François de Sade, Les crimes de l’amour… suivi des Idées sur les romans… Bruxelles, Gay et Doucé, 1881, p. 119.

45 Gérard de Nerval, Les confidences de Nicolas dans Les Illuminés récits et portraits, Paris, Victor Lecou, 1852, p. 77-242.

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search