Version classiqueVersion mobile

« Varryations »

 | 
Philippe Martin

Partie 1. Hommes du livre

Le monde de la librairie parisienne vers 1713*

Texte intégral

*Cet article est paru la première fois dans l’ouvrage Paris 1713 : l’année des « Illustres Françaises ». Actes du 10e colloque international des 9, 10 et 11 décembre 2013 organisé à l’initiative de la Société des Amis de Robert Challe à la Bibliothèque de l’Arsenal et en Sorbonne, sous la direction de Geneviève Artigas-Menant et Carole Dornier, Louvain, Peeters, 2016, p. 309-321.

1L’édition originale des Illustres Françaises, publiée en 1713 à l’adresse d’Abraham de Hondt à La Haye, est incontestablement hollandaise, ainsi que l’attestent ses réclames de page à page, ses signatures des pièces liminaires par un astérisque, ses signatures en chiffres arabes placées en milieu de page, et au-delà du milieu du cahier. Autant d’indices qui ne trompent pas le bibliographe averti. Les raisons qui ont poussé l’auteur à s’adresser plutôt à un imprimeur-libraire de La Haye qu’à un Parisien garderont probablement à tout jamais leur mystère. L’ouvrage a pourtant très vite été réédité en France, d’abord à Rouen sous adresse fictive, puis à Paris, comme il a également été réédité dans les Provinces Unies. On est donc en droit de s’interroger sur ce que pouvait être ce petit monde de la librairie parisienne à l’extrême fin du long règne de Louis le Grand, sur ce qu’étaient ses atouts, ses faiblesses, et ses particularités, en un mot tous les éléments qui firent que l’édition originale de l’ouvrage lui échappa, mais aussi qu’il sut inscrire à son catalogue plusieurs des rééditions ultérieures.

  • 1 Micheline Zéphir, Les libraires et imprimeurs parisiens dans la seconde moitié du XVIIIsiècle, t (...)
  • 2 Nathalie Rénier, Les libraires et imprimeurs parisiens au milieu du XVIIIe siècle (1740-1751). Une (...)
  • 3 Sabine Juratic, Le monde du livre à Paris entre absolutisme et Lumières. Recherches sur l’économie (...)
  • 4 Frédéric Barbier, Sabine Juratic, Annick Mellerio, Dictionnaire des imprimeurs, libraires et gens (...)
  • 5 Juliette Guilbaud, « A Paris, chez Guillaume Desprez… » Le livre janséniste et ses réseaux aux XVI (...)

2L’étude du monde de la librairie parisienne au XVIIIe siècle est un chantier toujours actuel et loin d’être achevé. Les travaux récents ont en général comme base de départ deux thèses d’École des chartes : celle que Micheline Zéphir1 soutint en 1974 sur les imprimeurs-libraires parisiens de 1750 à 1789, et celle présentée en 1988 par Nathalie Rénier2 sur les imprimeurs-libraires parisiens de 1740 à 1751. Plus récemment, en 2003, Sabine Juratic a soutenu devant l’École pratique des hautes études une thèse sur le monde du livre à Paris entre absolutisme et Lumières3. La présente communication doit d’ailleurs beaucoup à ce travail. Sabine Juratic est également l’une des chevilles ouvrières du projet « Gens du livre au XVIIIe siècle », piloté par Frédéric Barbier à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine du CNRS, qui vise à dresser une prosopographie des acteurs de la production et de la diffusion du livre à l’époque considérée. À ce jour, pour Paris, cette enquête a donné lieu à la publication d’un premier volume4 d’un dictionnaire biographique. Parallèlement à ce programme, plusieurs thèses monographiques consacrées à de grandes figures de la librairie parisienne, telles les Desprez et les Jombert, ont été menées à bien5. De fait, la première partie du siècle a jusqu’ici été moins étudiée.

3Avant de poursuivre notre panorama du monde de la librairie parisienne vers 1713, il convient de rappeler quelques éléments de contexte, et tout d’abord que les années 1693-1697 furent marquées par une grave crise de l’édition parisienne. Les relations avec les provinces et avec l’étranger furent temporairement interrompues, et nombre d’ateliers et de boutiques firent faillite. Une nouvelle crise de l’édition, qui frappa en particulier très durement la Hollande, devait intervenir dans les années 1720-1740. Les premières années du XVIIIsiècle furent donc une période plus favorable sans pour autant être faste. D’autres événements, extérieurs au monde de la librairie, ne manquèrent cependant pas d’avoir des effets sur lui. On rappellera la condamnation du quiétisme le 10 mars 1695 ; la suppression et l’expulsion de Port-Royal des Champs en octobre 1709 ; la guerre de succession d’Espagne (1701-1714) et les traités d’Utrecht des 11 avril et 13 juillet 1713 ; la promulgation de la bulle Unigenitus le 8 septembre de la même année ; la mort du roi le 1er septembre 1715 ; et l’instauration du système de Law en 1716.

Aux affaires

4Évoquer le monde de la librairie autour de 1713, c’est aussi rappeler l’action de ceux qui en avaient la charge. Le chancelier garde des Sceaux était Louis II Phélypeaux, comte de Pontchartrain, qui fut aux affaires du 5 août 1689 au 2 juillet 1714. Contrôleur général des finances en 1689, secrétaire d’état à la Marine en 1690, secrétaire d’état à la Maison du roi du 6 septembre 1699 au 7 novembre 1715, il était devenu chancelier garde des Sceaux le 5 septembre 1699, et se démit de cette fonction le 1er juillet 1714. Il est réputé pour avoir redonné à cette fonction un éclat qu’elle avait perdu. C’est à lui qu’incombait la responsabilité d’octroyer ou non ce qu’on appelait les « permissions du sceau », c’est-à-dire les privilèges du roi et les permissions tacites, qu’on venait d’inventer et dont nous allons reparler plus longuement.

5La police du livre, qui n’était qu’un volet de la police tout court, relevait du Lieutenant-général de justice et police, Marc-René de Voyer marquis d’Argenson, qui occupa la charge de 1697 à janvier 1718.

  • 6 Françoise Bléchet, Recherches sur l'abbé Bignon (1662-1743), académicien et bibliothécaire du roi (...)

6Mais le collaborateur le plus proche du chancelier pour tout ce qui touchait au livre était le Directeur de la Librairie, dont dépendait en particulier la censure royale. Or le titulaire de la fonction en 1713 était une personnalité d’exception, l’abbé Bignon, auquel Françoise Bléchet a consacré sa thèse d’École des chartes6 et de nombreux travaux ultérieurs.

  • 7 Jean-Paul Bignon, Les aventures d'Abdalla fils d'Hanif, envoyé par le sultan des Indes à la découv (...)

7Jean-Paul Bignon (1662-1743) était le petit-fils de Jérôme I Bignon, et le fils de Jérôme II, qui détinrent la charge de bibliothécaire du roi. Il devait d’ailleurs occuper cette charge à son tour, de 1718 à 1741. Oratorien, ordonné prêtre en 1691, l’abbé Bignon était aussi le neveu du garde des Sceaux Pontchartrain. Il joua un rôle extrêmement important dans les milieux académiques et littéraires, mais aussi dans celui de la librairie. Membre de l’Académie française en 1693, de l’Académie des sciences en 1699, et de celle des inscriptions et médailles en 1701, il inspira la rédaction des règlements de ces deux dernières. De 1705 à 1714, il fut membre du comité de rédaction du Journal des savants, et en devint le directeur en 1724. Il est aussi l’auteur d’un roman7 contemporain des Illustres Françaises, publié à Paris en 1712-1714, sous le pseudonyme de Sandisson : Les aventures d’Abdalla, fils d’Hanif

8L’abbé Bignon fut Directeur de la Librairie de 1699 au 14 juillet 1714. C’est lui qui lança, en 1700, la première enquête sur la librairie, que nous évoquerons ultérieurement, et qui est connue des historiens comme l’enquête de 1701. C’est lui également qui rédigea les arrêts de 1704 qui fixèrent le nombre des ateliers d’imprimerie provinciaux, et étendit le régime des permissions du sceau à toute la production imprimée. Il siégea comme président du bureau pour les affaires de librairie du Conseil privé du roi de juin 1700 au 14 juillet 1714. Après son passage à la Direction de la Librairie, il devint en 1718 Grand maître de la Librairie royale, et régna sur les collections de la Bibliothèque du roi jusqu’en 1741.

9Comme nous l’avons signalé, il fut l’introducteur d’un nouveau type de permission du sceau. Les années 1708-1709 virent en effet l’invention d’un nouveau type d’autorisation de publication, la permission tacite. Accordée par le garde des Sceaux après approbation d’un censeur royal, elle était, comme le privilège du roi, ce qu’il est convenu d’appeler une permission du sceau… mais une permission de second ordre. Contrairement au privilège du roi, elle ne donnait pas un monopole de publication pour l’ensemble du royaume. Le pouvoir pouvait accorder à peu près en même temps une permission tacite pour un même texte à plusieurs imprimeurs-libraires, à condition qu’ils fussent géographiquement suffisamment éloignés les uns des autres pour ne pas se concurrencer. Contrairement aux ouvrages revêtus du privilège du roi, dans lesquels le nom du censeur royal ayant examiné le manuscrit était donné, le censeur d’un ouvrage publié sous permission tacite n’était pas nommé. Théoriquement, et comme pour le privilège du roi, la permission tacite devait être enregistrée dans les archives de la communauté des libraires de Paris, aujourd’hui conservées au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Pourtant, nous avons trouvé, au cours de nos travaux, plusieurs cas de permissions tacites ayant échappé à cet enregistrement ! Comme tout ouvrage publié en respectant la législation en vigueur, la permission tacite devait faire l’objet du dépôt légal.

10Ce système reposait sur une fiction. Les autorités prétendaient autoriser l’importation en France, par un libraire qui mettait son adresse sur la page de titre, des ouvrages prétendument imprimés à l’étranger. C’est la raison pour laquelle nombre de permissions tacites sont reconnaissables à la double adresse figurant au titre : une ville étrangère dont le nom était imprimé en gros caractères, accompagné de la mention « et se trouve à » suivie de l’adresse réelle et bien française de l’imprimeur-libraire responsable de l’impression. Cependant, certaines permissions tacites ne portaient qu’une seule adresse étrangère fictive. Il est donc totalement illusoire d’espérer quantifier les publications faites selon ce régime. Inventées dans les dernières années du règne de Louis XIV, les permissions tacites ne furent véritablement utilisées à grande échelle qu’à partir des années 1750, alors que Malesherbes était directeur de la Librairie.

Entre deux règlements

  • 8 Arch. mun. Lyon : II 276 (Papiers Devers), Recueil de placets requêtes, mémoires et ordonnances co (...)
  • 9 Reglemens et statuts pour la communauté des maîtres libraires-relieurs-doreurs de livres sur tranc (...)

11La période considérée est marquée par une volonté du pouvoir royal de régenter et d’encadrer très strictement l’exercice des professions du livre. Elle se place entre deux règlements, ceux de 1686 et 1723, d’abord promulgués pour la capitale, puis étendus à l’ensemble du royaume. L’édit du 21 août 1686 limita le nombre d’ateliers d’imprimerie à trente-six pour Paris, nombre qui ne serait atteint qu’à la veille de la Révolution. Une autre mesure importante prise par un édit royal du 7 septembre 1686 est la séparation des libraires d’avec les relieurs doreurs de livres, et le rassemblement en un seul corps des imprimeurs et des libraires. Cette mesure aboutit à interdire aux relieurs de se proclamer « libraires-relieurs-doreurs de livres », comme ils se prétendaient jusqu’alors, et de débiter des livres ainsi que le faisaient certains. Paris comptait environ deux cents relieurs dans les années 1701-1710. Cette décision constitue une mesure de déclassement des relieurs, dont ils n’ont jamais pu vraiment se relever, en dépit de leurs plaintes et de leurs efforts. Ces textes furent par la suite étendus progressivement au reste du royaume. En 1688, le nombre d’ateliers d’impression autorisés à Bordeaux fut abaissé à douze. En 1695, le nombre des ateliers lyonnais fut ramené à dix-huit, puis ultérieurement à douze, et un nouveau règlement, calqué sur celui de Paris, entra en vigueur en 1696. Un document entré par voie extraordinaire aux archives municipales de Lyon, offert par un descendant de la dynastie de relieurs Devers, y atteste du traumatisme ressenti à Lyon comme ailleurs à l’occasion de cette partition imposée des métiers8. Dans la capitale des Gaules, le premier règlement de la nouvelle communauté des relieurs, qui en dépit de l’interdiction continuaient à se proclamer « libraires-relieurs », ne fut publié qu’en 17179.

12Par ailleurs, en 1704, un arrêt du Conseil fixa définitivement le nombre des imprimeries autorisées à trois cents pour tout le royaume. Comme il a déjà été dit, cet objectif ne fut atteint qu’à la fin de l’Ancien Régime.

  • 10 Code de la librairie et imprimerie de Paris ou Conférence du règlement arrêté au conseil d’État du (...)

13En 1723, le jeune roi Louis XV ayant atteint l’âge de majorité, un nouveau code de la librairie fut introduit par des arrêts du Conseil d’État du 28 février. D’abord applicable dans la seule capitale, ce nouveau code fut étendu à l’ensemble du royaume par arrêt du 24 mars 1744. Publié cette année-là par l’imprimeur parisien Claude-Marin Saugrain (1679-1750), ce règlement fut très vite appelé le « code Saugrain »10. Il ne faisait que confirmer le monopole des grands libraires parisiens déjà établi par les textes précédents.

Des innovations

14Ces années de la fin du règne de Louis XIV sont aussi celles de l’adoption de la classification dite des Libraires de Paris, dont les origines remontaient à la mi XVIIsiècle. Elle fut utilisée à partir de 1705 par Prosper Marchand, et par son associé Gabriel II Martin (1679 ? – 1761) libraire parisien ayant publié environ cent cinquante catalogues de ventes publiques. Cette classification subdivisait le savoir en cinq grandes catégories qui sont : la théologie, le droit et la jurisprudence, les sciences et arts, les belles-lettres, et l’histoire (qui inclut la géographie et les dictionnaires). Chacune de ces cinq catégories s’organisait en plusieurs rubriques. D’abord utilisée pour les ventes publiques, cette classification fut très vite adoptée par les libraires pour leurs catalogues de nouveautés, et par les bibliothécaires pour les catalogues de leurs fonds. Elle sert aujourd’hui encore les historiens, et leur permet d’établir des comparaisons de contenu des bibliothèques anciennes qu’ils étudient.

15L’un des deux introducteurs de ce système, Prosper Marchand (1678-1756) est une personnalité marquante, bien que fulgurante, du monde de la librairie parisienne des dernières années du règne de Louis le Grand. Reçu libraire en août 1698, il ne s’installa qu’à la fin de l’année 1701, et s’associa à Gabriel II Martin. Réformé, il dut fuir aux Provinces Unies en 1709. Là, il abandonna la librairie en 1713, et se fit rédacteur de catalogues, correcteur d’imprimerie et journaliste. Il est l’auteur d’un ouvrage important pour les historiens du livre, une Histoire de l’origine et des premiers progrès de l’imprimerie, en format in-quarto, publiée en 1740 à La Haye chez la veuve Le Vier et chez Pierre Paupie. L’ouvrage avait été rédigé et publié pour la célébration du troisième centenaire de la découverte de l’imprimerie. L’inventaire de la bibliothèque de Prosper Marchand au moment de sa fuite, en 1709, comprenait 2 300 titres, dont 1 557 de bibliographie et d’histoire du livre.

16Les années 1715-1725 furent aussi celles durant lesquelles Dom Montfaucon et ses confrères bénédictins de la Congrégation de Saint-Maur introduisirent en France une pratique déjà en usage outre-Manche, celle de la souscription. En juillet 1716, Dom Montfaucon et sept libraires parisiens constituèrent une société qui, à partir de 1719, publia L’antiquité expliquée en dix volumes in-folio, et la réédita en 1722. Cette initiative devait être rapidement imitée.

La communauté des libraires de Paris

17Le cadre dans lequel s’organisaient l’activité professionnelle, mais aussi l’essentiel de la vie quotidienne et familiale, des imprimeurs-libraires parisiens était celui de leur communauté de métier. C’est en particulier elle qui procurait des secours aux membres dans le besoin, et organisait un service annuel pour le repos de l’âme de ses membres décédés. C’est également dans ses archives qu’étaient enregistrées toutes les permissions du sceau délivrées dans le royaume. En vertu du règlement de 1686, il fallait, pour être reçu maître, professer la religion catholique, être congru ès langue latine, savoir lire le grec, avoir fait un apprentissage de quatre ans, dont les fils de maîtres étaient dispensés, et avoir servi comme compagnon durant trois années au moins.

  • 11 Sabine Juratic, 2003, tome 1, p. 277-278. Béatrice Sarrazin, « La librairie et l’imprimerie parisi (...)

18Au début du XVIIIe siècle, une dizaine de réceptions en moyenne avait lieu chaque année. Seules firent exception les années 1700 et 1715, avec quinze réceptions chacune. De 1687 à 1723, 57 % des nouveaux reçus étaient fils de maîtres imprimeurs-libraires. Sur 343 personnes reçues, 194 étaient fils de maîtres parisiens, et 149 autres étaient extérieures à la Librairie11. En 1701, la communauté parisienne comptait 240 à 250 personnes, y compris les veuves de maîtres.

  • 12 Augustin-Marie Lottin, Catalogue chronologique des libraires et des libraires-imprimeurs de Paris, (...)
  • 13 BnF : manuscrit NAF 399.

19La communauté était dirigée par un « syndic », élu tous les deux ans. Celui-ci devait obligatoirement avoir été « adjoint ». Il était assisté dans sa charge par quatre adjoints, élus de deux ans en deux ans. Le Catalogue chronologique des libraires… publié en 1789 par Augustin-Marie Lottin12, permet de rappeler les noms des officiers de la communauté en charge en 1713. Le syndic était le libraire Louis Josse, qui avait été adjoint en 1702. Il avait été élu syndic pour deux ans le 9 novembre 1711. Le même jour furent également élus, pour la même durée, deux nouveaux adjoints : Claude Prignart et Florentin Delaulne, qui avaient tous deux été reçus libraires en 1686. Le 5 septembre 1712, le libraire Jean II Villette et l’imprimeur-libraire Jacques Josse, les deux adjoints élus en 1710, cédèrent la place à Hilaire Foucault qui avait été reçu libraire en 1686 et à Jean-Baptiste Alexandre Delespine reçu libraire en 1700. Une des prérogatives de ces officiers était de pouvoir visiter ateliers et boutiques, et de vérifier qu’il ne s’y imprimait pas ou ne s’y débitait pas d’ouvrage interdit ou contrefait. L’enquête de 170113, dont nous avons signalé qu’elle était la première du genre, et avait été initiée par l’abbé Bignon, permet de dresser un état du monde du livre parisien une douzaine d’années avant la parution de l’édition originale des Illustres Françaises. Le Palais de justice abritait encore 24 librairies, les boutiques à la mode. La rue Saint-Jacques comptait 64 boutiques de libraires, dont 20 associées à un atelier typographique. Le bas de la rue Saint-Jacques et les rues avoisinantes (rue de la Harpe, rue Saint-Séverin, rue Galande, rue de la Huchette…) accueillaient 49 imprimeries. Le quai des Augustins, qui commençait à se spécialiser dans le livre d’antiquariat ou de seconde main, alignait 42 échoppes de libraires et un atelier d’imprimerie. Quelques marchands de livres d’heures étaient encore installés à l’ombre de Notre-Dame, et le quai de la Tournelle comptait une dizaine de bouquinistes.

20Le personnel des boutiques et ateliers montait alors à 306 compagnons imprimeurs, 20 compagnons libraires, et 40 apprentis. En 1721, les compagnons étaient 375, et les apprentis 39.

21L’enquête de 1701 permet également de connaître la taille des imprimeries. La moyenne était de quatre presses par atelier, alors qu’elle n’était que de trois à Lyon et de deux à Rouen. Mais sur une cinquantaine d’ateliers parisiens, neuf n’avaient que deux presses, treize en avaient trois, et le plus gros atelier en faisait rouler neuf. Le plus actif était alors celui de Jean-Baptiste Coignard et de la veuve Saint-Aubin dans lequel vingt compagnons faisaient gémir six presses.

  • 14 BnF : manuscrit français 21857, f. 50-54. Sabine Juratic, 2003, tome 1, p. 395-396 et tome 2, p. 1 (...)

22Mais, cette situation celait bien des disparités de fortune qu’un état de la capitation des 298 libraires parisiens pour 1722, retrouvé par Sabine Juratic14, permet de souligner.

Rang Capitation en livres Nombre d’imprimeurs-libraires Exemples
1 220 1 Rigaud (Imprimerie du Louvre)
2 120 2 Mariette, Muguet
3 110 1 Jean-Baptiste Coignard
4 100 1 Veuve Thierry
5 90 4
6 80 2
7 72 1
8 70 5
9 50 19
10 45 5
11 40 26 Balard, De Bure, Jombert
12 33 1 Brocas
13 30 31 Coignard, D’Houry père, Pralard, Prault, Quillau
14 25 23 Didot
15 20 35 Valleyre père
16 15 50 D’Houry, Lamesle, Le Breton
17 12 1 Thiboust
18 10 41 De Bure, Hérissant, Jombert, Saugrain
19 5 25
20 3 11
21 2 1 Veuve Ch. David
22 1 12

23Entre le directeur de l’Imprimerie royale, le plus taxé à 220 livres, les quatre maîtres qui venaient ensuite pour un impôt de 100 à 120 livres, et la multitude de leurs confrères qui se répartissaient dans les différentes classes d’imposition, de l’honnête aisance à la gêne, le spectre couvre la totalité des catégories prévues par l’administration.

  • 15 Sabine Juratic, 2003, tome 1, p. 288.

24Sur les cinquante ateliers typographiques que comptait la capitale, en 1701 douze déclaraient n’imprimer que des travaux de ville, et neuf en 1721. Vingt-six ateliers en 1701, dix-neuf vingt ans plus tard, imprimaient presque exclusivement pour eux-mêmes. Dix ateliers en 1701, quatorze en 1721, ajoutaient à leur production de la sous-traitance pour d’autres collègues. Enfin, trois ateliers déclaraient en 1721 n’imprimer que pour des commanditaires extérieurs15.

Reconstituer la production imprimée ?

  • 16 Joseph-Marie Quérard, La France littéraire ou dictionnaire bibliographique… pendant les XVIIIe et (...)
  • 17 Robert Estivals, La statistique bibliographique de la France sous la monarchie au XVIIIe siècle, P (...)
  • 18 François Furet (éd.), Livre et société dans la France du XVIIIe siècle, Paris, La Haye, Mouton, 19 (...)
  • 19 Pierre-Marie Conlon, Prélude au siècle des Lumières, Répertoire chronologique de 1680 à 1715. Tome (...)

25Peut-on se faire une idée de ce que fut la production imprimée parisienne en 1713 ? L’entreprise est ardue, et les outils déficients. L’idéal serait de pouvoir extraire du catalogue général de la Bibliothèque nationale de France tous les documents datés de 1713, puis de travailler sur cette « carotte ». Cela est malheureusement impossible pour le lecteur lambda. Quant à l’exploitation de la France littéraire de Quérard16, ou des enquêtes d’Estivals17 et de Furet18, elle se révèle impossible par un seul homme en un temps limité. Faute de mieux, nous avons essayé d’estimer cette production en recourant à la bibliographie réalisée par Pierre-Marie Conlon. En utilisant cet instrument de travail, qui ne concerne que les auteurs français, on aura garde de se souvenir de ses limites, la plus importante étant qu’il ne prend en compte que la première édition d’un ouvrage. Toutes les rééditions licites et illicites (en particulier les contrefaçons) échappent donc à ses filets. Le tableau ci-dessous recense le nombre de titres publiés annuellement de 1708 à 1715, et répertoriés par Conlon19.

Années Nombre de titres publiés
1708 380
1709 367
1710 386
1711 345
1712 393
1713 343
1714 413
1715 398

26On y remarque un fléchissement pour les deux années 1711 et 1713 par rapport aux autres années. Ces chiffres sont généraux. Il importe maintenant de quantifier la part de la production parisienne dans cet ensemble. C’est l’exercice auquel nous nous sommes livrés dans l’histogramme donné ci-dessous. On pourra y constater l’importance de cette production. On rappellera également que les éditions indiquées « hors Paris » recouvrent bien entendu des éditions provinciales, mais également des éditions étrangères, parmi lesquelles les Illustres Françaises pour 1713, certaines étant véritablement parues hors du royaume (en particulier aux Provinces Unies), d’autres se cachant derrière des adresses fictives.

Figure. La production imprimée 1708-1715

Figure. La production imprimée 1708-1715

Source : Pierre-Marie Conlon, Prélude au siècle des Lumières : auteurs français – première édition.

  • 20 Dominique Varry, « Les usages de l’imprimé : bibelots, bilboquets et billets d’enterrement XVIIe – (...)

27Ces chiffres ne doivent pas nous faire oublier qu’une partie essentielle, et à jamais non quantifiable, de la production parisienne du temps était constituée par ce qu’il est convenu d’appeler les « travaux de ville », « bibelots » ou « bilboquets » en argot de métier. Les ateliers moyens avaient d’ailleurs toujours une presse réservée uniquement à l’impression de ces pièces éphémères : affichettes, billets de mort, et autres prospectus20.

  • 21 BnF : manuscrit français 22071, pièce 203.
  • 22 BnF : manuscrit français 22074, pièce 78.
  • 23 BnF : manuscrit français 22071, pièces 201 et 203. Arch. mun. Lyon : HH 102.

28Enfin, outre la concurrence étrangère, en particulier celle des Provinces Unies, la librairie parisienne avait surtout à pâtir de la véritable plaie que constituait la contrefaçon largement pratiquée par les provinciaux, aux premiers rangs desquels se plaçaient les Lyonnais puis les Rouennais. L’ampleur du phénomène et celle du préjudice causé sont à tout jamais inconnues, mais bien réelles. Régulièrement, les libraires parisiens organisaient de véritables descentes à Lyon pour y visiter les imprimeries locales, et y traquer les impressions frauduleuses des ouvrages pour lesquels ils avaient des privilèges. Quelques exemples rencontrés dans nos travaux sur les Gens du livre à Lyon témoignent pour de multiples affaires similaires. En 1702, l’imprimeur-libraire lyonnais Hilaire Baritel avait adressé un mémoire au chancelier garde des Sceaux dans lequel il affirmait qu’à de rares exceptions près tous ses confrères de la capitale des Gaules se livraient à la contrefaçon, et il accompagnait sa déclaration d’un catalogue des livres contrefaits dans la ville21. À propos de l’article 58 du règlement imposé aux Lyonnais en 1696, décalqué du règlement parisien de 1686, et qui interdisait l’impression et le débit de contrefaçons sous peine de déchéance, il écrivait : « article non observé. La majorité des libraires et imprimeurs de Lyon font cet infâme commerce [...] ». Le 4 février 1708, l’atelier de l’imprimeur-libraire lyonnais Marcellin Sibert était perquisitionné, et son propriétaire interrogé. Les autorités venaient d’y découvrir une contrefaçon du Parfait maréchal. Un mois plus tard, le 5 mars 1708, un arrêt du Conseil d’État privé prononçait la confiscation des exemplaires de la contrefaçon du Parfait maréchal au profit des deux libraires parisiens lésés, Pierre Aubouin et Pierre Emery, ainsi que la déchéance de Sibert22. Un autre cas emblématique est celui de Benoît Vignieu, dénoncé par le rapport Baritel en 1702 et qui continuait d’exercer l’imprimerie bien qu’il ait été cassé. On saisit chez lui plus de soixante balles de livres contrefaits ou prohibés. Dans un procès-verbal du 11 avril 1708, il était présenté comme « imprimeur toléré ». Il fut finalement déchu pour toujours de sa maîtrise par un arrêt du conseil du 25 janvier 171223. On conçoit aisément que cette concurrence déloyale ait pu constituer un handicap sérieux au développement des activités de la librairie parisienne, tout spécialement à une époque dont la situation économique n’était pas des plus prospères.

29Au moment où paraissaient les Illustres Françaises, dans les derniers mois du règne de Louis XIV, la librairie parisienne vivait une période de transition, d’entre deux : entre deux crises, entre deux règlements, entre deux administrations, puisque Daniel Voisin de La Noiraye reçut les sceaux le 2 juillet 1714. Elle devait continuer, tout au long du XVIIIsiècle de se maintenir à la première place du royaume, tout en affrontant une concurrence rude, celle « de l’étranger », pour reprendre une expression du temps, et celle plus sournoise des imprimeurs-libraires provinciaux, à commencer par ceux de Lyon et de Rouen qui, à côté d’une production officielle, inondaient le marché de contrefaçons et d’ouvrages prohibés se cachant sous des adresses étrangères fictives, voire parfois fantaisistes. Toute cette organisation complexe de la librairie française et de la librairie parisienne devait s’effondrer avec la Révolution. Le 2 mars 1791, la loi Le Chapelier supprimait les corporations. Le 17 mars 1791, la communauté des libraires et imprimeurs de Paris était supprimée. Elle comptait alors 36 imprimeurs et 194 libraires. Le 18 mars 1791, elle effectuait son dernier acte officiel, sa dernière procession à Saint-Jacques du Haut-Pas.

Notes

1 Micheline Zéphir, Les libraires et imprimeurs parisiens dans la seconde moitié du XVIIIsiècle, thèse de l’École nationale des chartes, Paris, 1974.

2 Nathalie Rénier, Les libraires et imprimeurs parisiens au milieu du XVIIIe siècle (1740-1751). Une étude économique et sociale, thèse de l’École nationale des chartes, Paris, 1988.

3 Sabine Juratic, Le monde du livre à Paris entre absolutisme et Lumières. Recherches sur l’économie de l’imprimé et ses acteurs, thèse de l’École pratique des hautes études (IVe section), Paris, 2003.

4 Frédéric Barbier, Sabine Juratic, Annick Mellerio, Dictionnaire des imprimeurs, libraires et gens du livre à Paris 1701-1789 : A-C, Genève, Droz, 2007.

5 Juliette Guilbaud, « A Paris, chez Guillaume Desprez… » Le livre janséniste et ses réseaux aux XVIIe et XVIIIe siècles, thèse de l’École pratique des hautes études (IVe section) et de la Technische Universität Dresden, 2005. Greta Kaucher, Les Jombert : une famille de libraires parisiens dans l'Europe des Lumières (1680-1824), thèse de l’École pratique des hautes études (IVe section) et de la Technische Universität Dresden, 2009.

6 Françoise Bléchet, Recherches sur l'abbé Bignon (1662-1743), académicien et bibliothécaire du roi d'après sa correspondance, thèse de l’École nationale des chartes, Paris, 1974.

7 Jean-Paul Bignon, Les aventures d'Abdalla fils d'Hanif, envoyé par le sultan des Indes à la découverte de l'ile de Borico, où est la fontaine merveilleuse dont l'eau fait rajeunir. Avec la Relation du voyage de Rouschen, dame persane, dans l'ile détournée, qui a été inconnue jusqu’à présent, et plusieurs autres histoires curieuses. Traduites en français sur le manuscrit arabe trouvé à Batavia par M. de Sandisson… A Paris, chez Pierre Witte, 1712-1714, 2 vol., in-12°.

8 Arch. mun. Lyon : II 276 (Papiers Devers), Recueil de placets requêtes, mémoires et ordonnances concernant la communauté des maîtres libraires-relieurs, pour et contre [1708-1771]. Dominique Varry, « Gens du livre à Lyon au XVIIIe siècle », in Des Archives et des hommes, catalogue de l'exposition conçue pour l'ouverture du nouveau bâtiment des Archives municipales de Lyon (décembre 2001-mai 2002), Lyon, Ville de Lyon, 2001. Fascicule Des archives et des chercheurs : enquêter sur le passé, p. 61-63.

9 Reglemens et statuts pour la communauté des maîtres libraires-relieurs-doreurs de livres sur tranche et sur cuir de la ville de Lyon, A Lyon, de l’imprimerie de M. Sibert, 1717, in-8°.

10 Code de la librairie et imprimerie de Paris ou Conférence du règlement arrêté au conseil d’État du roy, le 28 février 1723, et rendu commun pour tout le royaume par arrêt du conseil d’État du 24 mars 1744… A Paris, aux dépens de la communauté, 1744, in-12°.

11 Sabine Juratic, 2003, tome 1, p. 277-278. Béatrice Sarrazin, « La librairie et l’imprimerie parisiennes à la fin du XVIIe siècle », Revue française d’histoire du livre, 1985, 47, p. 295-332.

12 Augustin-Marie Lottin, Catalogue chronologique des libraires et des libraires-imprimeurs de Paris, depuis l’an 1470… jusqu’à present. A Paris, chez Jean-Roch Lottin de S. Germain, 1789, in-8°.

13 BnF : manuscrit NAF 399.

14 BnF : manuscrit français 21857, f. 50-54. Sabine Juratic, 2003, tome 1, p. 395-396 et tome 2, p. 127-133.

15 Sabine Juratic, 2003, tome 1, p. 288.

16 Joseph-Marie Quérard, La France littéraire ou dictionnaire bibliographique… pendant les XVIIIe et XIXe siècles… Paris, Firmin Didot, 1827-1864, 12 vol.

17 Robert Estivals, La statistique bibliographique de la France sous la monarchie au XVIIIe siècle, Paris, La Haye, Mouton, 1965.

18 François Furet (éd.), Livre et société dans la France du XVIIIe siècle, Paris, La Haye, Mouton, 1965, 2 vol.

19 Pierre-Marie Conlon, Prélude au siècle des Lumières, Répertoire chronologique de 1680 à 1715. Tome quatrième 1708-1715, Genève, Droz, 1973.

20 Dominique Varry, « Les usages de l’imprimé : bibelots, bilboquets et billets d’enterrement XVIIe – XIXe siècles », in Les chartes de mariage lyonnaises. Publication de la journée d’études dirigée par Olivier Christin, qui s’est déroulée le lundi 13 mai 2002 au musée Gadagne, à Lyon. Lyon, Musée Gadagne, 2004, p. 47-59.

21 BnF : manuscrit français 22071, pièce 203.

22 BnF : manuscrit français 22074, pièce 78.

23 BnF : manuscrit français 22071, pièces 201 et 203. Arch. mun. Lyon : HH 102.

Table des illustrations

Titre Figure. La production imprimée 1708-1715
Crédits Source : Pierre-Marie Conlon, Prélude au siècle des Lumières : auteurs français – première édition.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12183/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search