Version classiqueVersion mobile

Architecture et bibliothèque

 | 
Christelle Petit

La bibliothèque comme objet architectural

La bibliothèque ou l’enjeu de l’urbanité

Entretien avec Pierre Franqueville, avril 20121

Pierre Franqueville

Texte intégral

  • 1 Ce texte résulte d’un entretien conduit par Thierry Ermakoff le 19 avril 2012. Il a été rédigé en (...)

Oloron-Sainte-Marie, médiathèque intercommunale du Piémont Oloronais

1« La société française paraît aujourd’hui en voie de dépolarisation. Les valeurs, aussi bien de gauche comme de droite, ont perdu leur ancienne constance. Seules les hantises du Front national, tendues vers l’assomption d’un régime totalitaire, et les thématiques écologiques qui ont encore bien du mal à s’incarner politiquement, émergent de ce flou. Cette dépolarisation n’est pas seulement un fait d’opinion ; elle se manifeste également à de nombreux niveaux institutionnels, urbanistiques, affectifs. La corruption, la délinquance, la démoralisation, l’ennui, le non-sens, constituent une sorte de bouillon de culture qui paraît aller de soi. […]

2Sommeil ô combien paradoxal ! Si l’on pense au contexte de bouleversements technologiques, biologiques, informatiques dans lequel il a lieu et qui transforment sous nos yeux le rapport de l’espèce humaine à l’espace, au temps, au corps, à la mémoire, à la sensibilité, à l’intelligence, à l’emprise sur le monde ! […]

3Où trouver de nouvelles vitamines de sens ? Comment repolariser le socius et le psyché ? Peut-être en ouvrant les yeux et en commençant de recenser les milliers d’initiatives – quelquefois microscopiques – qui fourmillent, végètent ou prolifèrent dans le tissu social : toutes ces tentatives pour changer la vie dans certains quartiers, pour imaginer un autre urbanisme, pour faire une autre école, un autre type d’entreprise, une vieillesse moins désespérante, sans oublier, bien sûr, la prison et l’enfermement psychiatrique. »

4Félix Guattari, « La révolution moléculaire », Le Monde, 7 décembre 1990

Oloron-Sainte-Marie, médiathèque intercommunale du Piémont Oloronais

5thierry ermakoff Quand s’est créée l’agence ABCD dont vous êtes le directeur ?

6pierre franqueville La création de l’agence ABCD en 1986 s’est déroulée dans un climat d’invention et de grande liberté mais aussi de défiance : son fondateur, Claude Mollard, qui fut un des concepteurs de Beaubourg, conseiller de Jack Lang au sein de son premier ministère, puis directeur de la délégation aux Arts plastiques dans une direction toute neuve, de 1982 à 1986, a voulu imaginer une sorte d’objet non identifié, qui revenait à inventer un métier, ce dernier consistant à appliquer à l’art et à la culture les outils et les méthodes de l’ingénierie. C’était se heurter à tous les soupçons, entre autres, celui de substituer aux professionnels des techniciens sans légitimité : programmer un équipement culturel, une bibliothèque, n’est-ce pas le travail des « professionnels de la profession », comme disait Jean-Luc Godard ?

7te Comment pourriez-vous définir cette activité consistant à programmer des équipements ?

8pf Depuis les années soixante-dix, les maîtres d’ouvrage public ont l’obligation de fournir aux maîtres d’œuvre un programme qui se veut le reflet des besoins. Ils recourent pour cela aux services de prestataires extérieurs comme ABCD. Dès lors, en dissociant expression des besoins et conception architecturale, on a certainement gagné en clarté mais perdu en synthèse, à savoir en capacité d’invention globale. J’ai une position très critique quant à la dissociation de ce couple qui est très française, très cartésienne, très dualiste, même si l’activité de programmation vient à l’origine des Anglo-Saxons. Une architecture qui innove est une architecture qui renouvelle par sa force la relation de l’usager au service qui lui est offert. Une architecture qui ne fait pas cela, quelle que soit sa qualité formelle, est une architecture de l’échec. Les revues d’architecture regorgent de ces magnifiques architectures qui échouent à renouveler la vie. Je veux dire par là que l’invention est du côté du programme autant que du côté du bâtiment qui l’accueille. En d’autres termes, il faut repenser le couple programme/architecture. Certains architectes l’ont compris en associant à leur travail de conception des sociologues, des philosophes, des empêcheurs de calpiner en paix en quelque sorte. Certains aussi nous demandent de repenser de façon critique les programmes qui leur sont remis, trop souvent retranscrits de modèles existants.

9te Comment à votre avis les programmes des bibliothèques publiques peuvent-ils évoluer ?

10pf Pour revenir à votre question, sans doute le renouvellement de l’architecture des bibliothèques ces trente dernières années a-t-il fortement concouru à réconcilier la bibliothèque avec la cité. Mais en vérité de façon assez superficielle, comme moteur d’opérations urbaines importantes. Cette découverte opérée par les responsables des collectivités me semble à la réflexion passer à côté des véritables vertus d’urbanité des bibliothèques. Bien que je ne sois pas historien des bibliothèques, j’observe une très grande plasticité de ces équipements. Ils ont su évoluer au fil des siècles d’une façon remarquable, s’adapter à chaque révolution, qu’elle soit sociétale, industrielle, épistémologique… La bibliothèque publique est d’autant plus plastique que la fonction de conservation des collections anciennes sur support papier est réduite. La grande évolution qui se prépare est sans doute la libération progressive de la bibliothèque publique de son fonds matériel. Le modèle évolue lentement, on le voit, vers une économie de la consultation et non vers une économie de la conservation. Le métier va s’en trouver sans doute bouleversé, l’architecture également, notamment ce que l’on désigne de façon simpliste par la locution générique d’« aménagements intérieurs », la notion de programme également. On va s’intéresser davantage à la relation du bibliothécaire au public et à ses demandes si variées, c’est-à-dire à la médiation que constitue la mise en relation d’un fonds ou plutôt de ressources documentaires avec un public.

11Mais surtout il y a dans ces savoir-faire des professionnels du livre de véritables gisements de métiers dont la cité pourrait bénéficier bien davantage que cela n’est le cas aujourd’hui.

12te N’y a-t-il pas plusieurs échelles qui se rencontrent, celle du territoire, notamment de la cité, celle de l’architecture et puis enfin celle que vous désignez sous les termes d’« aménagements intérieurs » ?

13pf Oui, vous avez raison. Cela vient sans doute du fait que j’ai beaucoup de mal à penser notre métier comme étant celui d’une agence qui ferait uniquement de la programmation architecturale. Cela nous renverrait à un spectre d’interrogation très étroit. De fait la moitié de notre activité est consacrée à l’aménagement culturel du territoire. Le reste à la programmation architecturale d’équipements d’art et de culture, notamment des équipements du livre, qui historiquement nous intéressent depuis la programmation de la bibliothèque francophone de Limoges. L’exercice juxtaposé de ces deux focales, territoire et équipement, est pour nous essentiel. Il détermine deux dimensions qui s’enrichissent mutuellement. On ne conçoit plus une politique culturelle, terme déjà très daté, comme on le faisait dans les années quatre-vingt. Il faut appliquer ces bouleversements à la question des équipements. Ce n’est pas un hasard si Nantes a inventé le Lieu Unique et parallèlement une autre façon de concevoir l’action culturelle. Deux focales pour une même capacité d’invention.

14te Quelles sont les pistes auxquelles vous mènent ces réflexions. Par exemple, la notion tant discutée en ce moment de troisième lieu ne semble pas très loin de ce que vous dites. Le troisième lieu ne serait-il donc pas qu’un gadget ?

15pf L’une des pistes sur laquelle nous travaillons est la suivante : comment repenser les équipements du livre pour qu’ils répondent aux nouvelles exigences d’urbanité posées par la cité contemporaine. Sans doute le succès de la formule « troisième lieu » confirme-t-il ce besoin de changement de focale. Son inventeur, Ray Oldenburg, ne l’oublions pas, est sociologue de l’urbain. Il pose la question en partant des besoins de la cité, non de la définition de tel ou tel équipement. Attention, c’est ici la méthode et le renversement qu’elle opère qu’il faut retenir et non le résultat « bibliothèque 3EL » qu’il ne faut surtout pas ériger en modèle.

16Or, on a besoin d’une approche critique de cette notion appliquée aux bibliothèques, sinon on perd de vue l’intérêt de la démarche. Ce qu’on aurait trop vite tendance à faire en faisant tourner les « photocopieuses programmatiques » car les effets de mode ont ceci d’agaçant que la répétition ad nauseam de la forme finit par rendre obscures les raisons de l’engouement. Il faut à tout prix dépasser les traductions simplistes qui sont souvent faites de la notion de troisième lieu. Deux caricatures sont souvent faites, l’une consiste à reléguer le troisième lieu en un aménagement agréable, en gros un canapé élimé acceptant des postures alanguies, l’autre en un détournement social de la bibliothèque… La question posée est autrement plus intéressante ; c’est la suivante : comment nos équipements publics pourront-ils servir les intérêts supérieurs de la cité ? Le succès de la formule appliquée aux équipements du livre montre en tout cas qu’il y a une attente très forte du côté des professionnels du livre.

17Le reproche que l’on peut faire à la démarche consistant à interpréter la bibliothèque en troisième lieu c’est qu’Oldenburg n’est pas le seul penseur de l’urbain vers lequel se tourner. Je fais souvent l’exercice d’aller chercher de la « matière inspirante » chez François Ascher, urbaniste français très bon décodeur des phénomènes sociétaux contemporains – malheureusement trop tôt disparu il y a quelques années, chez Marcel Roncayolo, très inspiré par la philosophie, ou encore chez Henri Lefebvre, philosophe marxiste qui reste le précurseur de tant de visions contemporaines de la « société urbaine ». La liste n’est pas close, nous y travaillons.

18te Que nous disent-ils ?

19pf Pour faire vite, ils nous disent que nous trouverons la solution pour définir correctement nos équipements moyennant un détour par les questions concernant la cité et notamment ce que je nomme les « nouvelles exigences d’urbanités ». Percevez ce dont a besoin la cité de demain et vous définirez mieux les équipements de demain. Ce détour, comme tous les détours, est très vitalisant : c’est le même objet que vous observez, mais avec une distance qui confère plus d’intelligence au sujet : la bibliothèque mise en instance de répondre à des exigences que l’on peut désigner comme étant d’un niveau supérieur. Du point de vue de la sociologie urbaine et plus généralement de la « société urbaine » pour reprendre l’expression d’Henri Lefebvre, la bibliothèque s’éclaire différemment et ses atouts apparaissent importants d’un point de vue prospectif. Pour reprendre la distinction que les Goncourt faisaient en littérature entre les auteurs myopes et les auteurs presbytes, on a sans doute trop versé ces dernières années dans une logique de la myopie pour observer et programmer les bibliothèques. Le détour par la presbytie, qui donne plus de clarté au lointain, est intéressant. On s’est beaucoup concentré sur les aspects techniques. Il faut sans doute aujourd’hui reconnecter les équipements du livre avec les grands enjeux de la cité.

20te Mais qu’est-ce que la « société urbaine » et les enjeux d’urbanités dont vous parlez ? Et qu’est-ce que la bibliothèque a de plus que les autres équipements publics pour répondre à ces exigences ?

21pf La « société urbaine » est une expression qu’Henri Lefebvre utilise pour la première fois dans son livre Le droit à la ville écrit en 1967. Henri Lefebvre n’est pas urbaniste, il enseigne alors la sociologie à Nanterre, dans l’amphi B2 pour être exact qui sera l’un des points de départ des événements que l’on sait. Il se place dans une lecture marxiste des phénomènes urbains. C’est très important car il n’écrit pas en technicien de l’urbain, il a un regard de philosophe, il observe avec recul la succession des systèmes urbains anciens, gréco-romains, médiévaux, pré-industriels, industriels, puis capitalistiques, il nous projette dans une forme d’urbanité qui n’existe pas encore, plus aboutie que celle que nous vivons aujourd’hui, et qu’il nomme « société urbaine ». Il dit lui-même que l’exercice relève de l’«  utopie expérimentale ».

22Pour donner une image de ce dont il parle, il cite un écrivain de science-fiction que j’affectionne beaucoup et que je viens de relire pour le plaisir, qui est Issac Asimov, l’auteur de Fondation : Trentor est une ville globale qui se confond avec la planète du même nom. La distinction ville/campagne n’existe plus. La ville couvre la planète, est devenue planète. Elle regroupe des fonctions de commandement à l’échelle des galaxies. On verra au fil des tomes de Fondation, qui se déroule sur quelques dizaines de millénaires, le déclin de Trantor, qui de ville-centre s’éteindra, reprise progressivement par la nature. Le seul monument, non recyclé car objet de légendes et de craintes, et donc qu’on ne vient pas recycler sur Trantor, sera la bibliothèque que l’auteur prendra pour lieu du dénouement du cycle. De façon plus sérieuse, Henri Lefebvre propose et justifie la « société urbaine » comme une étape de centralité nouvelle venant après la ville néo-capitalistique (centre de décision), dans la succession des villes antérieures : capitalistique (centre de consommation), médiévale (centre du marché), gréco-romaine (centre des débats). On a parfois du mal à comprendre précisément où il veut nous mener car il procède par intuitions, mais il est clair qu’il nous décrit une étape de l’évolution où la valeur d’usage prime sur la valeur marchande, où l’unité supérieure formée de ce qu’il nomme les « fragments de la culture » s’assemble avec l’éducatif, le formatif et l’informatif. Il y a ici comme le désir d’une synthèse qui rejoint la notion un peu mystérieuse de « l’habiter » d’Heidegger qui énonce : « L’habiter est le trait fondamental de l’être. »

23Il y a une parenté forte, si l’on y regarde de près, entre l’unité que ces différents auteurs décrivent ou appellent de leurs vœux et l’intuition que j’ai des bibliothèques d’aujourd’hui et de demain : la primauté de l’usage sur le marchand, la synthèse entre le culturel, l’éducatif, le formatif et l’informatif, l’appel à cette notion un peu mystérieuse d’« habiter » qui rejoint celle de « séjour », d’être dans le monde, mais en même temps en retrait du monde, d’être parmi les hommes, mais en même temps solitaire… Comme si le fait pour la bibliothèque d’être un peu l’archétype dans le domaine du micro-urbain de cette « société urbaine » lui offrait des horizons et un rôle singulier à jouer dont ni les élus ni les concepteurs de villes, les urbanistes et les architectes, n’ont pris la mesure exacte.

24te Si l’on tente de se rapprocher maintenant des principes programmatiques, quelles formes prendraient ces exigences ?

25pf Les observateurs nous disent que la cité est un objet paradoxal et qu’elle ne l’a jamais autant été depuis que nous sommes sortis de la révolution industrielle, qu’elle est un organisme éminemment complexe et que l’enjeu de l’urbanisme contemporain est de la régler et de la réguler en permanence, faute de quoi elle s’emballe et échappe naturellement à notre maîtrise (rappelons à ce titre que l’un des premiers équipements publics qui a brulé lors des émeutes de banlieue en 2005 fut la bibliothèque de Villiers-Le-Bel), qu’elle est le facteur créateur de civilisation par excellence mais qu’elle peut se dérégler et devenir très vite l’inverse de la civilisation, le facteur de violences inouïes…

26Plus précisément et sans chercher à désigner précisément ces auteurs, ils nous disent l’accélération progressive des flux dans la cité, flux des personnes, flux des informations, flux des activités et inversement le besoin de rencontres et de découvertes qui impose une décélération sous la forme de lieux ou d’événements, ou les deux à la fois. Ils observent que pour favoriser ces rencontres et ces découvertes improbables, pour créer en un mot de l’inattendu, la cité a besoin d’espaces non spécialisés, non ségrégés, alors que l’efficacité fonctionnelle privilégierait au contraire des lieux dédiés, mais fabriquant de l’entre-soi. Ils nous disent l’augmentation des relations dématérialisées et déterritorialisées et la nécessité d’inventer des espaces où la rencontre matérialisée et territorialisée redevient possible. Ils nous disent l’éclatement et la fragmentation de nos temporalités, mais également l’imposition d’une logique productiviste de ces temporalités, qu’elles soient professionnelles ou de loisir, et le besoin de retrouver une temporalité où l’homme retrouve « l’unité de sa dimension culturelle ».

27En ce sens, je dirais, quitte à choquer certains professionnels du livre qui pourraient se trouver ainsi instrumentalisés, que la bibliothèque ne nous intéresse que parce qu’elle sait répondre plus parfaitement que d’autres équipements publics à ces demandes. C’est ce « plus parfaitement que d’autres » qui nous intéresse ici.

28Je dirais que la bibliothèque et la cité, c’est un peu un même combat… J’attire à nouveau votre attention sur la façon dont Henri Lefebvre, encore, définit la ville. L’exercice est éminemment difficile car la ville ne se soumet pas facilement à une univocité. Henri Lefebvre rapproche celle-ci du langage ou du livre, à savoir d’une production culturelle qui ne se réduit pas à la dimension matérielle de l’objet produit. À un autre moment, il définit la ville comme l’objet par excellence de la « médiation ». Son expression précise est « une médiation parmi les médiations ». C’est intéressant, non, pour un bibliothécaire ?

29te Dans la pratique quotidienne de votre métier, comment cela se passe-t-il ? On ne peut rester indéfiniment au niveau de la sociologie urbaine ?

30pf Non, bien sûr, mais il ne faut jamais néanmoins lâcher ce fil rouge de la recherche. Le programme est à la rencontre des missions et de l’architecture. Il a une vie très courte dans le processus actuel qui va du projet d’établissement au projet d’architecture. Il est une étape essentielle mais malheureusement intermédiaire que maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre veulent vite passer, alors qu’on devrait le considérer idéalement comme un fil d’Ariane courant au-delà de la réception même de l’ouvrage, comme une réflexion continue très vivante qui permettrait d’évaluer les projets en aval de leur réalisation pour d’ores et déjà encadrer les adaptations à mener.

31Pour la profession architecturale dans sa grande majorité, même s’il existe des exceptions, le programme est un pensum qui n’intègre pas le process d’invention du projet. Observez comme les revues d’architecture ne citent jamais les équipes qui ont réalisé les programmes. Pour prendre un exemple emblématique, prenez la façon dont est présenté, dans la plupart des revues et livres d’architecture, le Salk Intitute for Biological Studies que Louis Khan réalisa à La Jolla en Californie en 1966. On a tous en tête l’axe très photogénique qui file vers l’horizon. Mais ici le caractère remarquable du travail de l’architecte se situe autant dans l’invention programmatique que dans la forme, il est vrai éblouissante, de cette réalisation. Rarement cette invention programmatique est soulignée à la hauteur de ce qu’elle mérite. La présentation de la forme prime toujours sur le programme. Sans doute les programmistes ne sont-ils pas les derniers fautifs de ce manque de reconnaissance de leur activité.

32Paradoxalement, la vision du lointain, pour reprendre la métaphore, confère une grande netteté à la proximité, quand on revient à elle après ce détour. Pourquoi ? Parce qu’elle donne des mobiles pour penser et pour agir. De façon plus explicite, quand on a saisi en quoi des bibliothèques fortes dans la cité constitueraient un enjeu majeur, on voit mieux comment s’orienter en matière d’aménagements intérieurs.

33te C’est un peu mystérieux ce que vous dites, comment cela peut-il se traduire en termes de programme ?

34pf Prenons quelques exemples : une fois que l’on a détecté que la cité avait besoin de lieux qui ne seraient ni le bureau, ni la maison, à savoir un 3EL, parce que la démocratie gagnerait à disposer de tels lieux, et que la bibliothèque peut répondre assez naturellement à cette exigence, alors on introduit dans les programmes une série d’exigences quant à la nature, la qualité et le confort de l’espace que l’on veut créer, quant aux outils que l’on doit proposer, qui déterminent les postures des visiteurs, les relations interindividuelles que l’on veut obtenir…

35Une fois que l’on a détecté que la ville avait besoin de lieux permettant de ralentir notre déambulation quotidienne, parce que cela serait propice à la découverte, à la rencontre, au dialogue, à la rêverie… et que l’on sent que la bibliothèque est assez naturellement un lieu permettant ce ralentissement, alors il devient simple d’imaginer un ensemble de dispositifs et d’aménagements qui permettent d’obtenir cela concrètement.

36te Cela ne modifie-t-il pas le « code génétique » de la bibliothèque ?

37pf J’évoquais ici des éléments de programme qui s’allient aisément à la définition commune de la bibliothèque et que les professionnels du livre s’approprient en général assez facilement.

38Il existe sans doute des dispositifs qui modifieraient plus fondamentalement les équipements du livre et qui demanderaient donc des discussions relatives aux missions des bibliothèques. Prenons l’exemple de la contribution publique. Cela n’a échappé à personne que la contribution libre des citoyens est devenue un fait. Les réseaux sociaux nous en donnent tous les jours la preuve. J’ai avancé dans une autre intervention que la bibliothèque serait plutôt bien placée pour assurer une mission d’incitation, de diffusion, de relai, de média… Si l’on s’accordait sur cela, il ne resterait alors, pour que cet objectif soit atteint, qu’à inventer à l’intérieur de celle-ci des modalités de gestion, mais également des lieux de production et des lieux d’interface avec les visiteurs. C’est en partie le cas de Thionville où le 3EL intègre de petites fabriques de production artistique. Mais reconnaissons qu’il ne s’agit pas ici uniquement d’inventer un cadre physique. Il faut aussi imaginer des moyens nouveaux, des compétences nouvelles, même si l’on sent intuitivement que les professionnels du livre disposent déjà en partie de cette ingénierie.

39En un mot, il faut élargir la définition trop étroite dans laquelle la bibliothèque est coincée aujourd’hui. Elle peut « servir » la cité d’une façon bien plus riche qu’elle ne le fait aujourd’hui. Son patrimoine génétique dispose d’une potentialité bien plus importante que l’usage qui en est fait aujourd’hui. Une fois cela admis, il est assez simple de descendre au niveau de la prescription fonctionnelle et architecturale.

40te Tous les programmes sur lesquels vous travaillez intègrent-ils ces éléments de réflexion ?

41pf Non, je vous décris là des avancées qui sont mises en œuvre dans un nombre réduit de projets. Il faut distinguer l’activité de veille de l’agence de celle quotidienne de programmation. Nous avions écrit concernant le programme troisième lieu de Thionville que c’était un accident de parcours qui avait provoqué ces réflexions et cette mise en œuvre. Il était prévu deux équipements distincts, une médiathèque et un centre d’art. Faute de pouvoir réaliser les deux, les responsables de la ville nous avaient demandé de les coupler dans une combinaison innovante, c’est-à-dire d’une façon très intégrée, au risque que l’équipement ne ressemble plus tout à fait à une médiathèque. Ce type de projet n’advient en réalité que suite à un accident qui impose de penser différemment, puis parce que des décideurs, pour sortir d’une impasse, se permettent alors de prendre un risque autorisant la promotion d’une idée nouvelle.

42L’activité de veille ne redescend au stade opérationnel que lorsqu’en face de nous, des responsables d’équipements et des décideurs, pour diverses raisons, à un moment donné, soutiennent ou encouragent la prise de risque.

43te Est-ce aussi simple cependant ?

44pf Non, il y a de multiples freins. Je citais tout à l’heure la distinction entre la phase de programme, très courte par définition, et la phase de production architecturale. Une production d’idées n’a de sens que si quelqu’un s’en empare ensuite véritablement. Or, en dépit de ce qu’ils en disent, les architectes ne s’intéressent que très peu à ces enjeux. Le problème est souvent ramené à celui très réducteur des aménagements intérieurs, quand ce n’est à celui de mobilier.

45De fait à peu près personne dans la conception des équipements publics n’a développé de véritables compétences dans ce que j’appellerais la conception globale des espaces, qui devrait déterminer pour moi une orchestration des différents lots techniques, y compris mobiliers, équipements et signalétique. Ni les concepteurs ni les maîtres d’ouvrage.

46te Que recommanderiez-vous ?

47pf Le petit texte que vous avez souhaité me lire au début de cet entretien résume bien la situation et l’état d’esprit dans lequel je suis. Ce que nous avons dit des bibliothèques peut être étendu à l’ensemble des équipements d’art et de culture, voire à la notion de politique culturelle. Après l’époque des militants est venue l’époque des professionnels. Ils ont organisé la profession, ils se sont dotés de règles, ils ont érigé des méthodes. Tout ça, c’est très bien et c’était sans doute nécessaire pour l’ensemble des disciplines de l’action culturelle, y compris la lecture publique. Mais ils se sont aussi repliés sur eux-mêmes, créant illico les conditions d’un entre soi des publics et des visiteurs. Face à cela, on sent un besoin très fort, déjà amorcé dans certaines disciplines culturelles, de briser les habitudes, de se raccrocher à des exigences plus transversales qui participent de ces bouleversements dont parle Guattari, une façon de ré-enchanter le milieu artistique et culturel en allant sans doute se frotter aux mille et une initiatives qui fleurissent ici et là, comme il nous y invite.

48Concernant les bibliothèques, on découvre qu’il n’y a pas une fonction cognitive noble et une autre moins noble qu’on pourrait dire urbaine qui assemble le social, l’économique, l’éducatif et tout un tas d’autres choses. En fait, on s’aperçoit plutôt que la première est au service de toutes les autres, mais que toutes ces autres représentent un immense champ encore en friche. En tout cas, il ne se résume pas au social comme on le caricature parfois. C’est Guattari, mais surtout Lefebvre et son vœu d’une urbanité augmentée et renouvelée à laquelle les lieux de culture, mais surtout la bibliothèque, peuvent grandement participer.

49De la même manière et pour les mêmes raisons, il faut que nous apprenions tous à travailler différemment dans le domaine de la fabrication des lieux de culture. Les bibliothèques en premier lieu. Il faut observer comment cela se passe dans d’autres domaines de l’ingénierie des lieux où les démarches sont moins séquencées, plus ouvertes. Je pense notamment à l’invention des espaces de flux, les gares, voire les véhicules à une autre échelle, mais également aux espaces marchands, les espaces de restauration et pas seulement les librairies que je trouve d’une grande banalité finalement. Je pense également au travail de certains concepteurs tel Patrick Bouchain, à ce qu’il a accompli dans le domaine culturel mais également depuis peu dans le domaine de la restauration et de l’hôtellerie, et puis surtout dans le domaine du logement avec l’opération de réhabilitation du quartier Stephenson à Tourcoing. Il n’invente pas une forme, il tord la relation classique à la maîtrise d’ouvrage pour inventer un rapport singulier à l’utilisateur et à l’usager, qu’il convie à la table de travail. Il substitue, au métier d’architecte, l’acte moins technicien et plus global de construire… Par conviction mais surtout par réalisme, je crois car nous ne pouvons plus faire sans. Encore une invitation qui rejoint celle de Guattari.

Notes

1 Ce texte résulte d’un entretien conduit par Thierry Ermakoff le 19 avril 2012. Il a été rédigé en collaboration avec Pierre Franqueville.

Table des illustrations

Légende Oloron-Sainte-Marie, médiathèque intercommunale du Piémont Oloronais
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1217/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Oloron-Sainte-Marie, médiathèque intercommunale du Piémont Oloronais
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1217/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 891k

Auteur

Après avoir étudié et enseigné la philosophie, Pierre Franqueville intègre, en 1986, l’agence d’ingénierie culturelle ABCD nouvellement créée qu’il dirige à partir de 1996. Au-delà de la direction et de la gestion de l’agence, Pierre Franqueville s’intéresse aux conditions de renouvellement des stratégies culturelles territoriales et d’invention des équipements culturels de demain, dont les bibliothèques.

© Presses de l’enssib, 2012

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search