Version classiqueVersion mobile

Architecture et bibliothèque

 | 
Christelle Petit

Préface

Christelle Petit

Texte intégral

Architecture et bibliothèque, 20 ans de constructions

  • 1 Préface par Pierre Riboulet à architecture construction urbanisme, 600 ouvrages de référence, Monu (...)
  • 2 Melot (Michel), Livre,, L’œil neuf éditions, Paris, 2006, p. 107.

1« Créer une bibliothèque aujourd’hui est un acte d’espérance »1 écrivait en 2002 Pierre Riboulet, dont les écrits ont inauguré une véritable réflexion architecturale autour de la construction de bibliothèque. Espérance que ne cesse d’exister un tel espace de concentration de l’intelligence, une telle « forme destinée à fabriquer de la transcendance »2 (Michel Melot) ; espérance que demeure un tel lieu offert aux citoyens, en réponse à leurs attentes d’aujourd’hui et de demain.

  • 3 La Maison du livre, de l’image et du son (MLIS), conçue par l’architecte Mario Botta et inscrite d (...)

2Pourquoi aujourd’hui ce livre sur l’architecture et les bibliothèques ? Bien sûr, en 2012, l’enssib fête ses vingt ans, et à ce titre l’école se devait de parcourir des chemins inédits et pourtant nécessaires ; bien sûr, le développement des pratiques et de la réflexion sur la dématérialisation ne va pas sans susciter chez les professionnels des bibliothèques le besoin de réfléchir à la réalité bien concrète du lieu qu’est encore la bibliothèque ; mais aussi, 2012, c’est une génération après la construction de la première médiathèque architecturalement emblématique3, une génération qui a manifesté la volonté tenace d’équiper le territoire français – certes il reste sans doute des zones désertiques et l’équipement universitaire est encore en devenir, certes des établissements doivent être repensés, rénovés, restaurés – néanmoins, depuis les années quatre-vingt, la France s’est dotée d’un équipement en bibliothèques digne d’intérêt. À l’heure où, dans certains pays, on ferme des bibliothèques, où on les abandonne à l’initiative privée, il est nécessaire de réaffirmer notre intérêt pour l’institution publique dans son ancrage matériel, celui du bâtiment, sans lequel rien, peut-être, n’est possible. Pas de pensée sans espace : il faut « un territoire, des trajets et des gestes pour penser » écrit Florian Forestier.

3Les questions liées au lieu même de la bibliothèque cristallisent aujourd’hui de nombreuses interrogations qui se posent quant à l’avenir des bibliothèques : l’architecture doit pouvoir apporter des réponses à ce dont les bibliothèques du futur auront besoin. Comment les bâtiments sauront-ils accueillir les évolutions à venir ? La rapidité des évolutions des métiers, des missions, des publics, des collections, dans les bibliothèques, rend impérieuse aujourd’hui plus que jamais la nécessité de formes souples, malléables, aptes aux changements, tous ceux que nous ne savons pas même imaginer. Peut-être faut-il dès aujourd’hui penser l’impensé, concevoir l’inconçu. Malgré ou peut-être paradoxalement grâce au développement des contenus dématérialisés, la nécessité des bibliothèques en tant que lieux de vie et de rencontres, mais aussi de recueillement et de recul, semble se fortifier en même temps que la justification de cette nécessité se fait plus pressante.

  • 4 Expression reprise de Pierre Riboulet (encore et toujours), dans la préface de architecture constr (...)

4Le défi lancé aux bibliothèques n’est pas seulement celui de l’avenir ; aujourd’hui déjà les établissements doivent répondre à des exigences contradictoires : constituer des collections à la diversité intenable et y donner accès avec une égale variété d’outils ; accueillir des publics aux besoins antagonistes – de silence ou d’animation – ; favoriser la concentration, « le travail de la pensée »4, et tout à la fois les échanges, la parole, l’ouverture ; permettre le retrait du monde dans le même temps que l’immersion dans la vie de la cité. Ce qui fait écrire à Xavier Fabre et Vincent Speller, avec pertinence, qu’aujourd’hui, la « médiathèque n’est plus le monument du savoir, mais le savoir en mouvement ».

5Nombreux sont les auteurs, de Paul Chemetov à Jean Louis Bouchard, en passant par l’atelier Fabre/Speller, qui soulignent le caractère intrinsèquement paradoxal des bibliothèques. Et en vingt ans, les bibliothèques ont su, parfois mais pas toujours, avec plus ou moins de succès, assimiler de profonds changements. Dorénavant l’architecture des bibliothèques cherche à atteindre une certaine plasticité, à inventer de nouvelles formes.

  • 5 Nous republions ici les propos recueillis par Anne-Marie Bertrand en 1996 pour le Bulletin des bib (...)
  • 6 Cet article, légèrement remanié, a été publié dans le BBF en 2007. Il était né d’un mémoire collec (...)

6Comment s’est construit ce livre ? D’emblée s’est imposée l’idée qu’il fallait faire entrer en résonance les discours des professionnels des bibliothèques, ceux de l’architecture et ceux de la décision politique, que c’était à partir de leur dialogue que naîtrait une meilleure compréhension des formes architecturales en termes de vitrine politique, d’accès aux contenus, d’accueil des publics, et qu’émergerait également une véritable réflexion sur les implications esthétiques et fonctionnelles – nécessairement liées – des choix faits dans toute construction de bibliothèque. Manifestant leur intérêt pour la question, les architectes sollicités ont tous répondu à la commande, des plus expérimentés aux plus jeunes, quelle que soit leur habitude de la formalisation par l’écriture : Dominique Arnoux, Jean Louis Bouchard, Paul Chemetov, Xavier Fabre et Vincent Speller, auxquels nous avons souhaité ajouter un entretien avec Pierre Riboulet5, dont l’œuvre construite, projetée ou écrite marque avec tant de force les dernières décennies. À ces noms connus ou moins connus s’ajoutait nécessairement celui d’un métier qui a émergé pendant la période : le programmiste Pierre Franqueville ouvre le recueil d’articles par une réflexion sur la programmation de bibliothèque. Quant aux professionnels des bibliothèques, ils sont présents grâce à des articles écrits à partir de leur travail de Mémoire d’étude, diplôme de conservateur des bibliothèques : Grégor Blot-Julienne, Élodie Colinet, Fanny Clain, Pauline Darleguy, Florian Forestier, Gaëlle Guechgache, Hélène Valotteau ainsi que Philippe Cantié, François Lebertois, Luc Lupone et Cécile Röthlin6, tous ont travaillé sur un sujet intéressant l’architecture des bibliothèques. Des entretiens permettent de faire entendre la voix des élus : Jean-Paul Bret, Philippe Duron, Souad El Maysour, Bernard Gallot et Jean-Michel Monpays se sont prêtés au jeu. Enfin, la journaliste Brigitte David, spécialisée en architecture, a tenté une immersion en bibliothèque afin de capter le ou les points de vue des usagers.

7Pour ne pas oublier que le cœur de la réflexion partait des établissements construits depuis vingt ans, nous avons souhaité donner un ancrage visuel aux bibliothèques dans l’ouvrage même, grâce à des dessins de Franck Bonnefoy.

8Il a fallu faire un choix de bibliothèques : vingt établissements, puisque décidément le vingt était à l’honneur en cette année 2012, qui devait dresser un panorama subjectif, nécessairement, des bibliothèques dans toute leur variété : de lecture publique ou universitaires, dans des campus, des métropoles ou des petites villes, petites médiathèques ou grandes bibliothèques municipales à vocation régionale… toutes ont trouvé place dans l’ouvrage. Pardon néanmoins à celles qui n’ont pas eu la visite de Franck Bonnefoy, dont le tour de France représentait déjà un tour de force.

  • 7 Préface de architecture construction urbanisme, 600 ouvrages de référence, op. cit., p. 9.

9Comment articuler ensuite cette matière ? La première partie, qui débute nécessairement par le point de vue du programmiste dont le travail précède celui de l’architecte, est celle du discours théorique sur la construction de bibliothèque, qui prouve qu’en à peine plus de vingt ans, la bibliothèque a acquis – ou reconquis, si on pense aux grandes bibliothèques du XIXe siècle – le statut d’un véritable objet architectural dont on peut aujourd’hui penser et l’unité et les contradictions. Dans un second temps, différentes facettes architecturales sont analysées – questions qui ont attiré l’attention des professionnels bibliothécaires –, que ce soit le rôle joué dans l’accueil par le hall d’entrée, les enjeux liés à la lumière, aux couleurs, ou la place accordée au patrimoine, ou encore la prise en compte des problématiques environnementales d’aujourd’hui. Enfin, la troisième partie expose les choix politiques en matière d’architecture et d’urbanisme faits en réponse aux attentes des citoyens, aux désirs des usagers, aux projets politiques, aux contraintes de l’histoire de chaque ville dans laquelle s’inscrit nécessairement chaque construction, puisqu’on ne crée pas de bâtiment ex nihilo, comme le rappelle Pierre Riboulet7.

10Depuis la bibliothèque comme objet dont s’emparent architectes et programmistes, en passant par des réalisations concrètes analysées d’un point de vue architectural précis, jusqu’aux discours sur les choix urbanistiques et architecturaux dans la cité, ce que cet ouvrage n’est pas, sans aucun doute, c’est bien un manuel technique de consignes et préconisations sur la construction des bibliothèques ; mais à partir de l’expérience riche, diverse et inédite de ces vingt dernières années en matière de constructions de bibliothèques françaises, il tente d’ouvrir la réflexion. Achevons donc notre propos, avant de le commencer réellement, par l’un des fils conducteurs énoncés par Pierre Franqueville : « La bibliothèque et la cité, c’est le même combat. »

Notes

1 Préface par Pierre Riboulet à architecture construction urbanisme, 600 ouvrages de référence, Monum, Éditions du patrimoine, Paris, décembre 2002, p. 10. Il faut également signaler une autre occurrence de ce qui fonctionne comme un leitmotiv dans l’œuvre et la pensée de Pierre Riboulet : dans Pierre Riboulet, De la légitimité des formes, Œuvres 1979-2003, sous la direction de Catherine Blain, Le Moniteur Éditions, Paris, 2004, p. 155, il écrit à propos de sa participation au concours de bibliothèque pour Milan : « Construire aujourd’hui une nouvelle bibliothèque dans une capitale européenne est un acte d’espérance. »

2 Melot (Michel), Livre,, L’œil neuf éditions, Paris, 2006, p. 107.

3 La Maison du livre, de l’image et du son (MLIS), conçue par l’architecte Mario Botta et inscrite dans le cadre des grands travaux présidentiels, ouvre ses portes en 1988. Voir à ce propos l’article publié par le Bulletin des bibliothèques de France : Carrez-Corral (Jean-François), « La maison du livre, de l’image et du son de Villeurbanne », BBF, 1996, n° 5, p. 14-18
[En ligne] <http://bbf.enssib.fr/>.

4 Expression reprise de Pierre Riboulet (encore et toujours), dans la préface de architecture construction urbanisme, 600 ouvrages de référence, op. cit., p. 10.

5 Nous republions ici les propos recueillis par Anne-Marie Bertrand en 1996 pour le Bulletin des bibliothèques de France : Riboulet (Pierre), « Le caractère du bâtiment », BBF, 1996, n° 5, p. 72-79
[En ligne] <http://bbf.enssib.fr/>.

6 Cet article, légèrement remanié, a été publié dans le BBF en 2007. Il était né d’un mémoire collectif de recherche dirigé par Michel Melot : Cantié (Philippe), Lebertois (François), Lupone (Luc), Röthlin (Cécile), « La lumière dans les bibliothèques », BBF, 2007, n° 1, p. 42-50
[En ligne] <http://bbf.enssib.fr/>.

7 Préface de architecture construction urbanisme, 600 ouvrages de référence, op. cit., p. 9.

© Presses de l’enssib, 2012

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search