Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques publiques britanniques contemporaines

 | 
Cécile Touitou

Partie 2. Auteurs, usagers, sympathisants : les formes d'engagement en faveur des bibliothèques

Entretien avec Alan Gibbons, auteur engagé

Alan Gibbons et Cécile Touitou

Texte intégral

1Alan Gibbons écrit des livres pour enfants depuis vingt-trois ans. Il est le lauréat de l’édition 2000 du Prix du livre Blue Peter « Le livre que je ne pouvais pas m’arrêter de lire » pour son livre à succès Shadow of the Minotaur. Il a été juré de l’édition 2001 du prix. Alan Gibbons a enseigné pendant dix-huit ans, dans le primaire et dans le secondaire. Il a effectué de nombreuses visites d’écoles, de collèges et de bibliothèques et donne des conférences sur l’éducation. Il est un conférencier populaire au Festival d’Édimbourg, à la Foire du livre de Londres, au Northern Children’s Book Festival, au festival d’Hay-on-Wye, au Cheltenham Festival et plusieurs autres. Il est l’organisateur de Campaign for the Book et a organisé avec succès une conférence de 200 personnes à Birmingham pour son lancement. En décembre 2010, il a lancé une lettre ouverte au sujet des fermetures de bibliothèques signée par 1 100 personnes, notamment de nombreuses personnalités du monde des arts, de la littérature, des médias et de l’édition.

  • 1 Les questions ont été adressées par courriel par Cécile Touitou en juin 2019. Les réponses sont tr (...)

Cécile Touitou : Comment décririez-vous la situation des bibliothèques publiques britanniques au début des années 2010, du point de vue des bibliothécaires ?1

Alan Gibbons : Je la qualifierais de préoccupante, mais loin d’être aussi grave que la situation actuelle, après une décennie de coupes budgétaires. On parle de l’âge d’or des bibliothèques à partir de 1964, lorsque la législation a confirmé la modernisation du statut du service des bibliothèques publiques, puis de 1979, lorsque l’arrivée de Margaret Thatcher a créé un climat de coupes budgétaires, d’obsession de la privatisation et d’hostilité envers le service public. Au début des années 2010, les bibliothèques avaient déjà connu plusieurs périodes de réduction des heures d’ouverture, de réduction du personnel et des collections offertes, mais je soupçonne que peu de gens ont réalisé alors à quel point la situation allait se dégrader à la suite de la crise financière de 2008. Il y avait toujours un réseau de bibliothèques en bonne santé, même si les signes annonciateurs du déclin à venir étaient déjà là depuis des années.

C. T. : Quelle mobilisation le public a-t-il mise en œuvre ?

A. G. : Les bibliothèques sont populaires. Au fur et à mesure que la menace de fermeture des bibliothèques se profilait à l’horizon, il y a eu des protestations assez importantes. Lorsque les bibliothèques ont été menacées dans le district du Wirral, dans le nord-ouest de l’Angleterre, par exemple, plus de 1 000 personnes ont défilé à Birkenhead. 800 personnes ont assisté à une réunion de consultation. Il y a eu 110 rencontres de lecture dans les bibliothèques à travers le pays. Il y avait deux lobbies très suivis au Parlement. Dans de nombreuses régions, il y a eu des formes inhabituelles de protestation. Par exemple, à Milton Keynes, les usagers de la bibliothèque ont emprunté tous les livres de leur succursale locale pour attirer l’attention sur ce qui arrivait au service. Il y a également eu une manifestation nationale de 2 500 personnes à Londres, à laquelle se sont joints des représentants du syndicat de la CGT de Paris.

C. T. : Le public s’est-il exprimé d’une seule voix ou y a-t-il eu un débat sur les arguments à avancer ?

A. G. : Le public ne s’exprime jamais d’une seule voix. Il y a des disparités selon les revenus et l’appartenance politique. Certains ont été convaincus par l’argument selon lequel nous étions « tous dans le même bateau » alors que 14 millions de personnes vivent aujourd’hui dans la pauvreté alors même que les 10 000 personnes les plus riches ont vu leur revenu augmenter de 183 % en dix ans. Certaines personnes croyaient que, si nous acceptions certaines coupes budgétaires, le service en général n’en subirait pas de conséquences, tandis que d’autres ont dit que des coupes en entraîneraient d’autres. Le plus grand débat parmi les usagers de la bibliothèque portait sur la manière dont les campagnes devaient se dérouler. Certains croyaient que seule une action syndicale vigoureuse pouvait défendre le service. D’autres pensaient que le gouvernement et les conseils locaux pouvaient être convaincus par l’usage de la raison. Cela a suscité de vives controverses au sein des campagnes pour les bibliothèques.

C. T. : Quels effets cette mobilisation a-t-elle eus sur les décisions de fermeture ?

A. G. : J’ai mentionné le district du Wirral. Là-bas, le ministre Andy Burnham a suspendu les fermetures, mais une fois qu’il a été remplacé par le ministre conservateur Ed Vaizey, les coupes budgétaires se sont accélérées et cette décision a été remise en question. Dans certaines régions, les fermetures ont été retardées et certaines ont été annulées, mais la tendance générale s’est poursuivie. Je pense que la leçon qu’en ont tirée le nouveau gouvernement conservateur et de nombreux conseils municipaux a été d’introduire des coupes budgétaires et des fermetures non pas d’un seul coup, mais d’une manière lente, au goutte-à-goutte, d’une manière plus difficile à combattre par une seule grande campagne de protestation et qui a eu tendance à démoraliser lentement les opposants.

C. T. : Pourquoi avez-vous pris la tête d’une mobilisation ?

A. G. : Le poète Michael Rosen n’avait pas pu prendre la parole à Doncaster en 2008, alors je suis intervenu à la dernière minute. J’ai entendu parler de l’ampleur des coupes budgétaires imposées aux bibliothèques locales et j’ai assisté alors à une manifestation d’environ trois cents personnes et pris la parole à plusieurs réunions de protestation. Après quelques recherches, j’ai conclu que si le secteur public devait être réduit de 28 %, comme l’a dit le chancelier George Osborne, la plupart des collectivités se retrouveraient avec une seule bibliothèque bien dotée en personnel et des bibliothèques satellites bénévoles. J’ai organisé la conférence Campaign for the Book lors d’une réunion de 200 personnes à Birmingham et j’ai rejoint la nouvelle coalition Speak up for Libraries. J’ai initié les « 110 rencontres de lectures publiques » à travers le pays, lancé une pétition pour rendre les bibliothèques scolaires statutaires et pris la parole lors de nombreuses réunions de protestation, rassemblements, lobbies et débats.

C. T. : Quels furent vos résultats ?

  • 2 NDT : la manifestation du 10 juillet 2014 a été relatée dans la presse : « Des centaines de millie (...)

A. G. : Nous avons retardé certaines des fermetures et obligé certains conseils à adopter une approche moins radicale, mais pour être tout à fait honnête, tant que le gouvernement s’en tient à son programme d’austérité, les bibliothèques, en tant que petit secteur, ne peuvent jamais être défendues alors que les hôpitaux, les écoles et le logement sont réduits à néant et ne font l’objet que de protestations limitées. Le Congrès des syndicats (Trades Union Congress – TUC) a organisé une première manifestation de 400 000 personnes2. Malheureusement, cela ne s’est jamais transformé en une campagne massive contre l’austérité. Le nombre de manifestations a diminué, des centaines de milliers d’emplois ont été supprimés dans le secteur public et les services ont été réduits. Les bibliothèques ne représentaient qu’une petite partie de ce tableau d’ensemble.

C. T. : Selon vous, pourquoi les bibliothèques sont-elles précieuses ?

A. G. : Tout simplement, elles changent des vies. Un récent sondage a montré – ce qui n’est pas surprenant – qu’un enfant qui fréquente la bibliothèque est deux fois plus susceptible de lire avec aisance qu’un autre qui n’y va pas. Les familles n’ont pas les moyens d’acheter plusieurs livres par semaine, mais elles peuvent les emprunter à la bibliothèque. Des personnes marginalisées peuvent s’y rencontrer. Les demandeurs d’emploi peuvent utiliser les ordinateurs pour qu’ils ne soient pas radiés et qu’on leur retire leurs prestations. À une époque où la plupart des lieux d’engagement collectif ont disparu des quartiers, les bibliothèques peuvent devenir des centres communautaires, des lieux qui limitent l’atomisation et la solitude et contribuent au bien-être.

C. T. : Selon vous, quel est leur avenir ?

A. G. : Les bibliothèques sont des institutions solides. Elles ont survécu depuis Assurbanipal vers 660 av. J.-C., la bibliothèque d’Alexandrie et le catalogue de Liu Xin sous la dynastie Han. Dans certains pays, la situation n’est pas la même qu’au Royaume-Uni. Les bibliothèques se sont développées dans des pays comme le Japon et la Corée du Sud. En Finlande, 5,5 millions d’habitants empruntent 68 millions de livres par an. Le problème n’est pas les bibliothèques, mais les gouvernements béotiens qui imposent des coupes budgétaires contre-productives qui entraînent des coûts beaucoup plus lourds à long terme pour la société. Le gouvernement conservateur après 2010, soutenu par les Libéraux-démocrates, restera dans les mémoires comme l’un des plus hostiles à la fonction publique en général et aux bibliothèques en particulier. Il devrait avoir honte.

Notes

1 Les questions ont été adressées par courriel par Cécile Touitou en juin 2019. Les réponses sont traduites par Lara Touitou.

2 NDT : la manifestation du 10 juillet 2014 a été relatée dans la presse : « Des centaines de milliers de personnes ont pris part à des rassemblements et des marches à travers le Royaume-Uni dans le cadre d'une journée de grève organisée par les syndicats des services publics. Les enseignants, les pompiers et les conseillers municipaux se sont joints à la grève, qui fait suite à des différends avec le gouvernement au sujet des salaires, des pensions et des compressions. » In : “Public sector strikes hit schools and services around the UK”, BBC News, 10 juillet 2014. En ligne [En ligne] < https://www.bbc.com/news/uk-28240683 >.

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search