Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques publiques britanniques contemporaines

 | 
Cécile Touitou

Partie 2. Auteurs, usagers, sympathisants : les formes d'engagement en faveur des bibliothèques

Encadré 3. The Safe House: A Decline of Ideas, le film engagé de deux jeunes Londoniennes

Sylvie Decaux

Texte intégral

1Le documentaire The Safe House1, l’abri, le refuge, le lieu sûr – métaphore pour ce que sont les bibliothèques, « lieux d’espoir, lieux de concentration, lieux de rêves et d’étude », « derniers espaces publics réservés à la connaissance, gratuits et solidaires » – a été réalisé et produit par deux jeunes Londoniennes, Greta Bellamacina et Davina Catt2, sorti en 2016, pour dénoncer la fermeture massive des bibliothèques en Grande-Bretagne. Dans le film, elles se mettent en scène, prennent la parole, enquêtent pour tenter de comprendre comment on en est arrivé là, défendent « le dernier symbole d’espoir et d’indépendance pour la prochaine génération ». Les bibliothèques leur ont permis de devenir qui elles sont : lieu de concentration, d’étude, de découverte de la littérature pour Greta, issue d’une famille nombreuse à Camden et élève d’un lycée public bruyant ; échappatoire à l’isolement de la campagne, endroit pour rêver et se construire pour Davina. D’être témoins de la fermeture de leur bibliothèque de quartier dans une relative indifférence et d’être confrontées à la possibilité d’un avenir sans bibliothèque les a incitées à faire un documentaire qui interroge les raisons du déclin. C’est le sens du sous-titre, The Decline of Ideas, le déclin des idées. Le film a été l’occasion de rencontrer d’autres défenseurs des bibliothèques – militants, bibliothécaires, écrivains, réalisateurs, acteurs, historiens, éditeurs – et de devenir elles-mêmes des « library activists », comme se décrit Greta Bellamacina. C’est une œuvre personnelle et sensible, un besoin de comprendre, par une jeunesse d’apparence fragile avec ses longs cheveux et sa silhouette gracile, qui prend acte de la violence sociale et ne renonce pas à se battre.

  • 3 Courtney Blackman, “Documentary: The Safe House: A Decline of Ideas”, 16 novembre 2016. [En ligne] (...)

2Dans une interview3 donnée au magazine Candid, les documentaristes répondent ainsi à l’interviewer :

Pouvez-vous nous parler du sentiment omniprésent d’« injustice » qui sous-tend le documentaire et la disparition des bibliothèques du pays ?

Davina : Je pense que ce que nous voulions surtout dire dans le documentaire, c’est que les bibliothèques ne sont pas seulement des lieux de lecture pour les écrivains. C’est un « lieu sûr » qui offre une protection, un sens de la communauté et des horizons ouverts à toute la société – en fait, elles offrent des opportunités et une plus grande justice à tous. En vertu de la dernière loi de 1964 sur les bibliothèques publiques, les bibliothèques sont un service statutaire, que les municipalités ont l’obligation légale de fournir – alors comment cet effondrement rapide peut-il se produire ?

Greta : L’injustice vient de l’idée que la prochaine génération ne sera pas capable d’aller de l’avant, de s’éduquer, d’imaginer un autre monde. Je pense que c’est principalement de là que ça vient. Avec le modernisme, nous avons rêvé de l’idée d’un accès gratuit à l’éducation pour tous, quelle que soit la classe sociale. Si nous fermons nos bibliothèques publiques, nous abandonnons cette idée et retournons à la pensée pré-moderne.

Capture d’écran 1. The Safe House au minutage de 4:17

Capture d’écran 1. The Safe House au minutage de 4:17

3« Les bibliothèques sont en train d’être démolies, abandonnant les quartiers à un avenir culturel stérile. Nous avons décidé qu’il fallait s’élever contre cela et nous nous sommes retrouvées entourées de gens qui, comme nous, se sentent obligés de défendre les bibliothèques, non seulement parce qu’elles ont été le fondement de leur éducation, mais aussi parce qu’elles demeurent un symbole de courage pour leurs rêves. »

Capture d’écran 2. The Safe House au minutage de 19:34

Capture d’écran 2. The Safe House au minutage de 19:34

4« C’est devenu un combat pour le cœur et l’esprit du public des lecteurs. » Je fréquente cette bibliothèque depuis l’âge de 8 ans. J’en ai maintenant 23… Cette bibliothèque a contribué à ma formation et à mon éducation. Sans elle, je ne serais pas la personne que je suis aujourd’hui. La ville de Brent a laissé tomber sa population.

Capture d’écran 3. The Safe House au minutage de 45:28

Capture d’écran 3. The Safe House au minutage de 45:28

5« Nous voulons davantage de bibliothèques. Les bibliothèques, c’est un service public. Ne privatisez pas les bibliothèques. » Dans le quartier de Harrow, dans le Grand Londres, quatre bibliothèques ont eu la confirmation de leur date de fermeture. Un cas extrême qui non seulement diminuera les opportunités pour la recherche et l’éducation dans le quartier, mais qui, pour beaucoup, signifiera la perte des emplois de toute une vie et d’un lieu communal où se réfugier et se retrouver.

Capture d’écran 4. The Safe House au minutage de 45:47

Capture d’écran 4. The Safe House au minutage de 45:47

6Bibliothèque à louer. La bibliothèque de Rayners Lane sera disponible à la location lorsqu’elle fermera ses portes. Les individus ou les groupes intéressés peuvent se renseigner auprès d’un membre du personnel pour davantage d’informations sur les disponibilités.

  • 4 C’est Robert Montgomery, qui se trouve aussi être le mari de Greta, qui leur fait découvrir Leadhi (...)

7The Safe House réinterroge l’histoire des bibliothèques publiques, « la source de la campagne pour les sauver ». Sous la houlette du poète Robert Montgomery4, nous partons vers l’Écosse visiter la bibliothèque des mineurs à Leadhill, modeste maison blanche perchée en haut d’une colline enneigée, fondée en 1741, toute première incarnation du mouvement pour les bibliothèques et l’éducation populaire. C’était la première bibliothèque par souscription de Grande-Bretagne, 23 mineurs s’étaient cotisés pour avoir une bibliothèque. 15 pence de droit d’entrée, 10 pence par an quand le salaire annuel n’excédait pas 20 £, c’est tout ce qu’ils possédaient. Il fallait poser sa candidature par écrit et être accepté, c’était un privilège. Les livres allaient à la maison et ils lisaient à leurs enfants, le rêve de l’éducation comme émancipation. Le slogan Knowledge is Power [la connaissance est un pouvoir] sera d’ailleurs la devise d’un des tout premiers journaux ouvriers chartistes en 1831. Robert Montgomery explique : « Cela remet en cause la croyance erronée selon laquelle les bibliothèques ont été amenées par la bourgeoisie et données à la classe ouvrière. Nous voyons ici physiquement que les bibliothèques ont été créées par les travailleurs, ont été construites par les plus pauvres pour leur propre éducation […] Il y avait une faim d’éducation, et c’est cette flamme-là que nous parlons de garder vivace quand nous parlons de sauver les bibliothèques. »

  • 5 Outre les bibliothèques des mineurs de Leadhills et de Wanlockhead en Écosse, on voit aussi à l’im (...)
  • 6 « Les dispositions de la loi sur les bibliothèques publiques de 1850 étaient les suivantes : 1) Le (...)
  • 7 Paul Hamby et Ira Najowitz, « The Public Libraries Act of 1850 », ibid.

8La question des bibliothèques est bien une question politique : les bibliothèques ont été acquises de haute lutte, d’abord par les mouvements d’éducation populaire5, puis lors des débats houleux de 1850 quand le député William Ewart a réussi à faire voter le Library Act, loi instituant les bibliothèques publiques6, qui ne concernait initialement que les villes de plus de 10 000 habitants. Sous divers prétextes, du type que cela coûte cher en impôts, que les riches devront payer pour les pauvres pour un service qu’eux-mêmes n’utiliseront pas, que cela va permettre aux ouvriers de se réunir, que leur donner accès aux livres allait faire naître la subversion. Dans un article éclairant sur la conception de la loi de 1850, Paul Hamby et Ira Najowitz écrivent : « Ainsi, les préoccupations sociales des réformateurs de la classe moyenne au début de l’époque victorienne ont joué un rôle déterminant dans la genèse et le développement du mouvement des bibliothèques publiques britanniques et l’adoption de la loi sur les bibliothèques publiques, qui a été adoptée en 1850. Les conceptions sociales des rédacteurs de la loi étaient fortement utilitaristes par essence, mais avec une importante superposition d’une vision humanitaire telle qu’elle a été adoptée par les idéalistes. De plus, la création de bibliothèques publiques en Grande-Bretagne était due à l’inquiétude générale des auteurs de la loi selon laquelle la stabilité sociale en Grande-Bretagne était menacée par l’aliénation et les troubles de la classe ouvrière. Les bibliothèques publiques étaient perçues principalement comme un organisme de contrôle social. En outre, on espérait qu’elles contribueraient à l’amélioration de la classe ouvrière et produiraient des avantages économiques et sociaux dans les années à venir »7.

  • 8 Carnegie, fils de tisserands écossais biberonné à la poésie de Burns, né en 1835, émigre à New Yor (...)
  • 9 « La loi de 1870 sur l’éducation est la toute première loi à traiter spécifiquement de l'offre d'é (...)

9L’histoire des bibliothèques publiques en Grande-Bretagne reste complexe ; le film retrace le rôle d’Andrew Carnegie8 « à l’origine d’une révolution culturelle qui balaiera le Royaume-Uni », symbolisée par les 660 bibliothèques que le milliardaire écossais américain a fait construire en Grande-Bretagne à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, ces magnifiques bâtisses victoriennes en brique rouge orangée dont de nombreuses subsistent aujourd’hui. A. Carnegie voyait combien les bibliothèques contribuaient à la prospérité économique de la société dans son ensemble, et c’est la naissance de « la vision de la bibliothèque publique telle que nous la connaissons ». Vision où l’éducation pour tous était une valeur, synonyme de création de richesses, qui perdura un siècle, depuis l’Education Act de 18809 jusqu’au tournant néolibéral de 1980. Greta Bellamacina commente sobrement : « Une chose subsiste, les bibliothèques sauvent des vies et s’autofinancent. »

  • 10 Université publique de formation à distance fondée en 1969.

10Des témoins de l’âge d’or des bibliothèques britanniques, qui a accompagné et permis la grande démocratisation du savoir après-guerre symbolisée par le Library Act de 1964, s’expriment dans The Safe House. Stephen Fry explique que l’école et les bibliothèques ont permis à des voix issues du milieu ouvrier d’émerger en littérature, comme celle de D. H. Lawrence. Il rappelle comment dans sa propre jeunesse (les années 1970) la mobile library [bibliobus] lui a permis de lire des ouvrages censurés dans son lycée, comme ceux de Burroughs. Le poète punk John Cooper Clarke, né en 1949 dans une famille ouvrière de Manchester, dit qu’il n’y avait pas de livres chez lui, parce que tous les livres étaient à la bibliothèque, et qu’on pouvait les commander s’ils ne l’avaient pas, « ils n’en faisaient jamais assez dans ce temps-là, la literacy était au sommet des priorités ». Zadie Smith raconte comment sa mère a pu faire son éducation de féministe politiquement consciente grâce aux bibliothèques et à l’Open University10 [université ouverte].

  • 11 On voit le grand Alan Bennett donner une conférence où, de sa voix monocorde et solennelle, il dit (...)

11Aujourd’hui, la situation est bien différente et le documentaire montre les manifestations devant les bibliothèques menacées de fermeture, un rassemblement hétéroclite de poussettes, de pancartes en carton, de vieux, de femmes, d’enfants qui veulent sauvegarder un lieu de proximité, où les enfants peuvent découvrir les livres11, les chômeurs avoir accès à internet pour toucher leurs allocations, les lycéens qui n’ont pas de CDI dans leur lycée (plusieurs témoignent en ce sens) préparer leurs examens. Si la bibliothèque de Birmingham, vaisseau amiral de la bibliothèque du XXIe siècle est montrée, il est aussi dit que la bibliothèque de proximité reste indispensable – notamment pour ceux qui en ont le plus besoin, les enfants, les mères célibataires ou non, les pauvres. On voit aussi les Idea Stores de Whitechapel : « Les gens doivent mettre à jour leur perception de ce qu’une bibliothèque a à offrir, et reconnaître que ce sont des points névralgiques pour apprendre et pour vivre, pour échanger des idées sur l’avenir plutôt que sur le passé. »

12La bibliothèque de Kensal Rise est un des cas présentés dans ce film, assez représentatif de la Grande-Bretagne contemporaine. Bibliothèque de proximité dans un des quartiers les plus socialement mixtes du grand Londres, mais en passe de gentrification, la bibliothèque est fermée en 2010 par la municipalité. Créé par Mark Twain, le site appartenait au All Souls College d’Oxford. Vendu à un propriétaire privé, celui-ci veut faire construire des appartements de prestige. Levée de boucliers, localement mais aussi dans la presse, des personnalités prennent position. Une pop-up library [bibliothèque éphémère] tenue par des bénévoles est mise en place, puis, lorsqu’elle est détruite par les pelleteuses, trouve refuge dans un café. En définitive, les appartements sont bien construits sous le nom de library appartments, 950 000 £ pour un deux-pièces avec terrasse. Concession : au rez-de-chaussée subsiste une community library [bibliothèque communautaire]. Une community library, comme l’indique leur blog12, c’est une bibliothèque gérée par des bénévoles qui doivent lever des fonds (un triathlon, un appel à Blenheim Palace), s’occuper de l’informatisation, faire des animations pour les enfants, etc. Une des bénévoles dit dans le film : « C’est trop demander, nous, on fait ça en plus de notre travail, on n’est pas des professionnels. »

13On pourra lire en complément les articles de la presse qui relatent ce combat :

Zadie Smith, Philip Pullman et Alan Bennett étaient parmi les auteurs qui ont soutenu la campagne pour sauver la bibliothèque de Kensal Rise dans le nord-ouest de Londres, mais All Souls College négocie actuellement une vente qui ne laisserait de place qu’à une petite bibliothèque. Les militants ont qualifié cela de symbolique.

  • 13 Robert Booth, “Kensal Rise library campaign suffers blow as owner confirms sell-off talks”, The Gu (...)

« Nous nous sentons un peu choqués et arnaqués », a déclaré Margaret Bailey, directrice de la Friends of Kensal Rise Library. « Notre proposition était de prendre en charge tout l’immeuble, de gérer la bibliothèque au rez-de-chaussée et de faire venir des locataires pour les autres étages, par exemple des groupes communautaires et des associations de logement. »13

14Et trois ans plus tard , le constat est accablant :

La bibliothèque a été fermée ainsi que cinq autres par le conseil municipal de Brent en 2011 pour économiser 1 million de livres par an. L’écrivain Zadie Smith a parlé de l’importance de sauver la bibliothèque en déclarant : « Je constate que si vous êtes allé à Eton ou à Harrow, comme tant d’autres membres du gouvernement actuel, il vous est difficile de voir à quel point il est important d’avoir une bibliothèque locale. Mais il est toujours difficile d’expliquer aux gens qui ont de l’argent ce que c’est que d’avoir très peu. Mais les faibles motivations [du gouvernement] alors qu’il essaie de se défiler de son engagement […] est une politique si honteuse qu’il n’en démordra jamais. » « Les bibliothèques locales, a dit Mme Smith, sont des portes d’entrée vers une vie meilleure et plus enrichissante. »

  • 14 Nadia Khomami, “UK library closures and the fights to save them”, The Guardian, 17 décembre 2015 . (...)

Après une longue campagne, une bibliothèque, organisée par des bénévoles, prévoit d’ouvrir ses portes l’an prochain dans un espace communautaire géré par le conseil municipal de Bathurst Gardens14.

15La question de l’avenir des bibliothèques est posée. William Sieghart, éditeur et philanthrope, esquisse quelques pistes : les bibliothèques à l’heure actuelle sont gérées par 151 library authorities différentes et deux ministères : Culture, Médias et Sport – qui définit la stratégie –, et Communautés et gouvernement local – qui finance les collectivités locales. C’est un système qui ne fonctionne pas.

16Pour lui, l’avenir est effrayant mais il propose néanmoins quelques solutions : une carte de bibliothèque qui soit nationale, un catalogue national, que toutes les bibliothèques aient un look et une atmosphère reconnaissables, et enfin que les usagers puissent s’approprier leur bibliothèque, qu’ils soient impliqués dans une gestion participative en partenariat avec les collectivités locales. Des bibliothécaires aussi sont interrogées. Outre l’aspect social du métier, elles parlent de la bibliothèque 24/7 sur internet où des sources fiables sont répertoriées et des documents choisis sont mis à la disposition du public. Elles parlent collection et livres.

17En conclusion, The Safe House: A Decline of Ideas dresse un portrait peu réjouissant de la société telle qu’elle va, avec ses poches de résistance. Clairement militant, en retraçant l’histoire des bibliothèques, le film incite à la lutte, en montrant qu’un autre avenir est possible. Les images sont éloquentes : un lycéen tenant une pancarte où l’on peut lire Knowledge is Power, la Feminist Library, menacée de fermeture, qui apparaît plusieurs fois, des bannières reprenant les slogans des chartistes des années 1830 où un dragon écrase l’ignorance et la pauvreté et appelle à la révolution.

18Le film s’adresse aussi à une jeune génération avec un message d’espoir, un appel à ne pas renoncer. Comme le dit Malala Yousafzai : « Une pièce sans livres est comme un corps sans âme. Une ville sans bibliothèque est comme un cimetière. » Les documentaristes faisaient écho à cette citation dans l’interview donnée au magazine Candid :

Davina : Absolument, je portais en moi une tristesse tout au long du tournage, alors que nous nous rendions dans des bibliothèques après des coupes et des fermetures. Les bibliothèques m’offraient la vie, à moi et à tant d’autres comme moi.

Greta : Oui, je pense qu’une bibliothèque est une bouée de sauvetage pour tant de gens. En fait, dans le film, je dis : « Une bibliothèque vous permet d’agir selon vos idées, aussi petites soient-elles. » Sans bibliothèque, vous vous retrouvez avec une sorte de cimetière culturel… c’est effroyable.

Notes

1 Le film est visible sur YouTube à l’adresse suivante : < https://www.youtube.com/watch?v=MMAAK8pub1o&amp;feature=youtu.be >.

2 Greta Bellamacina, née en 1990, est une artiste à multiples facettes : elle a joué dans Harry Potter et la coupe de feu quand elle avait 13 ans, a fait des études de théâtre à la Royal Academy et de littérature au King’s College de Londres, est actrice, modèle, poète, et a lancé une maison d’édition de poésie contemporaine engagée, New River Press, avec son mari Robert Montgomery, poète lui aussi, et enfin réalisatrice de film - son dernier film de fiction vient de gagner un prix au festival d’Edimbourg, sans compter maman de deux jeunes garçons (le dernier est né en décembre 2018).

Davina Catt a joué enfant dans les films que produisait son grand-père, a fait des études de littérature à UCL à Londres, est journaliste, modèle, réalisatrice de documentaires.

3 Courtney Blackman, “Documentary: The Safe House: A Decline of Ideas”, 16 novembre 2016. [En ligne] < https://candidmagazine.com/documentary-safe-house-decline-ideas/ >.

4 C’est Robert Montgomery, qui se trouve aussi être le mari de Greta, qui leur fait découvrir Leadhill où son grand-père était mineur. L’image montre R. Montgomery qui est un billboard poet (il fait imprimer ses poèmes sur de grands panneaux publicitaires) devant l’une de ses œuvres dénonçant la société de consommation qui dicte ses rêves aux gens par les magazines et les médias : It turned out this way cos you dreamed it this way, cos all you could dream is what you saw in the magazines… [C’est arrivé de cette façon parce que vous en avez rêvé de cette façon, parce que tout ce dont vous pourriez rêver est ce que vous avez vu dans les magazines…]

5 Outre les bibliothèques des mineurs de Leadhills et de Wanlockhead en Écosse, on voit aussi à l’image la Working Movement Library de Salford près de Manchester.

6 « Les dispositions de la loi sur les bibliothèques publiques de 1850 étaient les suivantes : 1) Les municipalités de 10 000 habitants ou plus étaient autorisées à évaluer et à dépenser un demi-penny pour l'établissement et l'entretien d'une bibliothèque publique et, sur demande, d'un musée. 2) L’adoption de la loi serait conditionnelle à l'approbation des deux tiers des contribuables lors d'un sondage spécial qui aurait lieu dans chaque municipalité concernée. » In : Paul Hamby et Ira Najowitz, « The Public Libraries Act of 1850 », Public & Access Services Quarterly, 1999, vol. 2, no 4, p. 73-88.

7 Paul Hamby et Ira Najowitz, « The Public Libraries Act of 1850 », ibid.

8 Carnegie, fils de tisserands écossais biberonné à la poésie de Burns, né en 1835, émigre à New York avec sa famille à l’âge de 13 ans. Alors qu’il est garçon télégraphiste à Philadelphie, un riche propriétaire terrien ouvre sa bibliothèque aux enfants des rues tous les samedis soirs ; le jeune Carnegie en fait un usage assidu et se jure de rendre si un jour il fait fortune. Ayant amassé une fortune colossale dans l’acier, il tint parole.

9 « La loi de 1870 sur l’éducation est la toute première loi à traiter spécifiquement de l'offre d'éducation en Grande-Bretagne. Plus important encore, elle a démontré un engagement à fournir des services à l'échelle nationale. La loi permettait aux écoles libres de poursuivre leurs activités sans modification, mais établissait un système de “conseils scolaires” pour construire et gérer des écoles dans les régions où elles étaient nécessaires. Les commissions étaient des organismes élus localement qui tiraient leur financement des cotisations locales. Contrairement aux écoles libres, l’enseignement religieux dans les écoles du conseil scolaire devait être “non confessionnel”. Une loi distincte a étendu des dispositions similaires à l'Écosse en 1872. » In : “The 1870 Education Act”. [En ligne] < https://www.parliament.uk/about/living-heritage/transformingsociety/livinglearning/school/overview/1870educationact/ >.

10 Université publique de formation à distance fondée en 1969.

11 On voit le grand Alan Bennett donner une conférence où, de sa voix monocorde et solennelle, il dit que si l’on entrave l’accès à la lecture des enfants, on les détruit sans doute à vie.

12http://savekensalriselibrary.org >

13 Robert Booth, “Kensal Rise library campaign suffers blow as owner confirms sell-off talks”, The Guardian, 26 octobre 2012. [En ligne] < https://www.theguardian.com/books/2012/oct/26/kensal-rise-library-campaign-blow >.

14 Nadia Khomami, “UK library closures and the fights to save them”, The Guardian, 17 décembre 2015 . [En ligne] < https://www.theguardian.com/books/2015/dec/17/library-closures-campaigns-fights-cuts-uk >.

Table des illustrations

Titre Capture d’écran 1. The Safe House au minutage de 4:17
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12082/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 683k
Titre Capture d’écran 2. The Safe House au minutage de 19:34
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12082/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 663k
Titre Capture d’écran 3. The Safe House au minutage de 45:28
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12082/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 569k
Titre Capture d’écran 4. The Safe House au minutage de 45:47
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12082/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Titre La bibliothèque pop-up de Kensal Rise
Crédits Source : < https://www.theguardian.com/​books/​2012/​oct/​26/​kensal-rise-library-campaign-blow >.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12082/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 341k

Auteur

Maître de conférences, IUT Paris Descartes

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search