Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques publiques britanniques contemporaines

 | 
Cécile Touitou

Partie 1. Du Library Act à la Big Society, chronologie d'un désengagement politique

Deux leaders d’opinion : entretiens avec Ian Anstice et Tim Coates

Ian Anstice, Tim Coates et Cécile Touitou

Texte intégral

1Un même ensemble de questions a été posé à deux leaders d’opinion en matière de lecture publique en Grande-Bretagne.

Entretien avec Ian Anstice1

2Ian Anstice est l’animateur d’un blog intitulé Public Libraries News: What’s happening to your library?2 sur lequel il se présente ainsi :

3Bibliothécaire public depuis 1994, usager des bibliothèques publiques depuis mes premiers souvenirs… ardent défenseur des bibliothèques publiques et chroniqueur de la scène des bibliothèques publiques au Royaume-Uni. Directeur de bibliothèque depuis 1998, lauréat du prix du Professionnel de l’information de l’année en 2011 et de l’Oscar du service à la clientèle de la ville de Winsford en  2012 et 2014, je suis également membre honoraire du CILIP depuis 2015, et Champion des bibliothèques galloises pour l’année 2016. En 2019, j’ai reçu une médaille de l’Empire britannique (BEM) pour les services rendus au secteur des bibliothèques publiques.

Cécile Touitou : Quels types de bibliothèques existent au Royaume-Uni ?

Ian Anstice : Il existe de grandes bibliothèques polyvalentes, par exemple à Manchester, qui peuvent convenir à tout le monde, des entreprises aux musiciens en passant par les étudiants et les enfants. Il y a d’excellentes bibliothèques municipales comme la Storyhouse, à Chester, qui se double d’un théâtre et a les horaires d’ouverture probablement les plus larges parmi les bibliothèques publiques en Europe (de 8 h à 23 h tous les jours, fermée seulement le jour de Noël), et qui attire des visiteurs de tout pays, curieux de connaître son fonctionnement. Il existe également des bibliothèques de petites villes qui sont au cœur de leur collectivité à qui elles proposent des activités toutes les heures.

Mais il existe également des bibliothèques sous-financées, où règne une atmosphère mortifère une fois passée la porte d’entrée, où il est clair que le conseil municipal ne s’en soucie pas et ne finance rien. Il existe également plus de cinq cents bibliothèques gérées par des bénévoles, ainsi que plusieurs centaines de bibliothèques accessibles avec une carte ou un code d’entrée, sans aucun personnel pendant de nombreuses heures. Toutes ces bibliothèques présentent des variations entre elles : certaines bibliothèques bénévoles sont dynamiques et voient le nombre de leurs usagers augmenter chaque année, d’autres ne sont plus que des coquilles vides. De même, les bibliothèques à accès par carte ou code varient entre celles qui offrent vraiment une prolongation des horaires d’ouverture et celles qui servent seulement à remplacer le personnel afin de pouvoir dire que la bibliothèque est toujours ouverte, techniquement parlant.

Essentiellement, il y a une grande variété de bibliothèques publiques et c’est un vrai problème car cela signifie qu’une collectivité peut être dotée d’un excellent service de bibliothèque, et qu’une autre collectivité, même voisine, devra se contenter du minimum. Ce n’est pas de cette manière qu’on pilote un service national important. L’absence totale de supervision efficace dans ce secteur – les ministres responsables sont connus pour être non-interventionnistes – et l’absence de normes à tout niveau signifient que les conseils municipaux peuvent totalement faire ce qui leur plaît avec leur bibliothèque. Cela conduit à un véritable patchwork de bibliothèques et à l’atomisation de ce qui devrait être un service complet.

C. T. : Pour qui et pour quoi les bibliothèques sont-elles utiles ?

I. A. : Elles sont utiles pour tous et à tout le monde. Ce n’est pas très précis de dire qu’elles sont parfaites pour les tout-petits, les écoliers, les étudiants, les parents, les demandeurs d’emploi, les hommes d’affaires, les personnes seules et les personnes âgées. Mais c’est le cas.

Les bibliothèques fournissent des aides et des soutiens à l’alphabétisation, à l’obtention de prestations sociales, à la santé et au bien-être, à la recherche d’emploi, aux entreprises... Toutes sortes de choses. Mais, à cause de cette activité d’aide et de soutien, elles sont perçues comme une sorte d’atout négligeable. Ce n’est pas vrai, bien sûr. Elles représentent un extraordinaire intérêt à long terme pour ceux qui n’ont pas les qualifications ou les moyens adéquats, offrant une égalité d’accès à l’information et à l’imagination, pour tous.

Le fait est que ce besoin d’un espace ouvert et gratuit au sein d’une collectivité, permettant aux gens d’étudier et de se rencontrer, existera toujours. Là où les bibliothèques ont pu avoir l’opportunité de s’adapter aux changements – notamment en Scandinavie et en Australie mais également aux États-Unis – les taux de fréquentation sont restés les mêmes ou ont augmenté. En revanche, dans les bibliothèques comme celles que l’on trouve en Angleterre, où le fonds est réduit, où on perd du personnel, et où les bâtiments vieillissent, il y a moins d’opportunité pour de tels changements et le déclin se poursuit.

C. T. : Comment expliquer l’enthousiasme des Britanniques pour les bibliothèques ?

I. A. : Nous avons commencé tôt. Les Victoriens ont commencé à avoir des bibliothèques libres d’accès pour tous dès 1850, et elles ont été agrandies dans les décennies suivantes. Étant présentes depuis si longtemps, elles ont une part indéniable dans l’histoire et l’enfance des Britanniques, la plupart se souvenant avoir été à la bibliothèque quand ils étaient enfants. Aller à la bibliothèque, c’est une expérience partagée, il y a notamment davantage de bibliothèques que de restaurants McDonald’s.

Je pense aussi que tous les partis politiques leur trouvent un intérêt. Les partis de gauche les considèrent incroyablement socialistes, mettant en commun gratuitement les ressources de la collectivité. Les Verts considèrent qu’elles sont respectueuses de l’environnement, un seul livre pouvant être emprunté plus de quarante fois. Les partis de droite les voient comme un moyen pour les gens d’apprendre par eux-mêmes et d’améliorer leur sort. Et bien sûr, personne n’a rien à redire sur l’éducation ou les livres ou l’accès à internet.

Par ailleurs, j’ai remarqué récemment qu’elles sont souvent les dernières à rester debout dans les collectivités où le conseil municipal a décidé de tout fermer – les garderies, les réfectoires – et les gens sont prêts à tout pour ne pas perdre aussi leur bibliothèque.

C. T. : Comment expliquez-vous la crise qui a mené à la fermeture des bibliothèques ces dix dernières années ? Quels épisodes, quelles causes pour quels résultats ?

I. A. : Nous sommes au cœur d’une tempête d’importantes coupes budgétaires ainsi que de profonds changements technologiques. Les bibliothèques peuvent surmonter l’un des deux changements, mais pas les deux. Il est difficile d’imaginer que les bibliothèques étonnamment attrayantes que je vois se construire en Finlande ou en Australie auraient une chance si leurs budgets étaient réduits de moitié, comme cela s’est produit ici. Lorsque vous êtes coincé dans un tel contexte, avec des coupes budgétaires programmées tous les deux ou trois ans, votre bibliothèque court le risque d’être dans un état de réaction perpétuelle. Pour qu’une bibliothèque fonctionne bien, il faut pouvoir être proactif, examiner ce qui est nécessaire et ce qui devrait être amélioré, et c’est devenu rare que cette situation soit possible au Royaume-Uni.

J’aimerais également souligner le manque de structures de mobilisation efficaces. Les bibliothécaires sont paralysés. Les bibliothécaires en chef estiment qu’ils ne peuvent pas protester parce qu’ils sont fonctionnaires et leur organisation nationale agit normalement de la même façon. Il y a aussi un état d’esprit selon lequel les bibliothécaires devraient accentuer le positif, ce qui est une bonne chose, mais peut mener à un point de vue officiel trop optimiste et qui ne correspond pas à ce qui se passe sur le terrain. Certains directeurs ne sont pas convaincus de l’idée d’une bibliothèque et de ses espaces d’étude tranquilles et sont facilement distraits par les modes comme celles voulant qu’on accueille des spectacles artistiques ou des imprimantes 3D, essayant ainsi de courir quand ils ne peuvent pas marcher.

Face à une telle gestion, presque toute la profession est restée silencieuse. Les bibliothécaires en chef ne peuvent pas protester car cela reviendrait à critiquer leur propre employeur. Exprimer leur opinion nuit potentiellement à leur carrière à long terme, même s’ils font attention à ne pas critiquer leur propre employeur.

Il y a donc d’importantes coupes budgétaires, alors qu’au même moment la révolution technologique réduit la valeur de deux des principaux attraits des bibliothèques (l’information et les livres) et que la profession est dans l’incapacité d’agir – à une ou deux glorieuses exceptions près – pour améliorer la situation ou pour exprimer son opinion.

Par ailleurs, la politique d’austérité affecte tout, pas seulement les bibliothèques. Il est difficile de faire des bibliothèques le sujet brûlant du jour lorsque les services de santé sont menacés ou lorsque les effectifs de police sont réduits. En fin de compte, nous ne sommes pas perçus comme étant essentiels pour notre pays et, par conséquent, le moment venu, les bibliothèques ne sont pas défendues.

C. T. : Quels sont les avantages et les inconvénients d’engager des bénévoles ?

I. A. : Il y en a tant. Cette situation divise beaucoup au Royaume-Uni en raison du grand nombre d’employés rémunérés qui ont perdu leur emploi et ont été remplacés par des bénévoles. Je soutiens, et sûrement personne ne dirait le contraire, qu’une bibliothèque qui bénéficie de financements, dans laquelle travaille du personnel rémunéré et qualifié, c’est la meilleure solution. Mais la politique d’austérité a fait que les conseils municipaux ont décidé de ne pas offrir cela partout. Et dans de trop nombreux cas, le choix, c’est soit une bibliothèque fermée, soit des bénévoles. Donc, naturellement, les gens qui aiment les bibliothèques feront du bénévolat. Et ils aideront autant qu’ils le peuvent, parfois brillamment, parfois pas tant que ça. Mais je soutiens qu’un service public aussi important ne devrait pas être soumis aux lubies de ceux qui ont quelques heures de libre et à qui ça plairait bien de travailler dans le monde des livres. De telles personnes vivent souvent dans les quartiers les plus aisés, et ce sont précisément les endroits qui ont le moins besoin d’une bibliothèque. Il n’y a pas beaucoup d’attrait à faire du bénévolat dans une bibliothèque difficile au sein d’un quartier défavorisé.

J’entends aussi parler de bibliothèques gérées par des groupes religieux qui auraient naturellement des préjugés envers de nombreux ouvrages. Les bibliothèques en comptent des multitudes, et si, par ailleurs, elles sont remplies de retraités derrière le guichet qui regardent avec mépris les adolescents ou refusent de leur procurer un livre sur l’évolution, alors c’est un mauvais service pour tout le monde.

Le Royaume-Uni a plus que jamais besoin de bibliothèques bien financées – je n’ai jamais vu autant de personnes sans-abri ou n’ayant rien à manger, c’est choquant – et c’est très triste qu’elles soient fermées par des politiciens à courte vue qui n’en ont jamais eu besoin eux-mêmes, ou qui sont obsédés par le profit et le Brexit plutôt que par ce qui profiterait à leurs concitoyens.

C. T. : Quels sont les indicateurs utilisés pour justifier les fermetures de bibliothèques, et qu’en pensez-vous ?

I. A. : Il y a tellement d’excuses. La plus entendue a toujours été qu’il n’y a pas d’argent. Et lorsque le budget des services locaux se voit réduit de 50 %, dans certains cas ce n’est pas toujours faux. Le fait que les bibliothèques représentent une part minuscule du budget, peut-être 1 %, mais ont un impact énorme à court et long terme, n’est pas mentionné. Une autre excuse, souvent brandie par ceux qui ont les moyens d’acheter leurs propres livres, d’avoir une connexion internet, et qui n’ont pas de difficultés financières, c’est que les nouvelles technologies ont réduit l’utilité des bibliothèques. D’une certaine manière, c’est vrai : on ne me pose plus beaucoup de questions dans mon travail de bibliothécaire. Mais cela montre que ces politiciens vivent dans leur petite bulle à l’écart de la réalité. Heureusement, les rares personnes qui affirment publiquement que personne n’utilise plus les bibliothèques ont tendance à se faire démolir sans pitié sur les réseaux sociaux et à en retenir les leçons.

Pour répondre plus précisément à votre question, les indicateurs qui sont principalement retenus sont la fréquentation, l’utilisation des ordinateurs et les emprunts de livres. Ce sont les chiffres les plus faciles à collecter et les plus compréhensibles. Ils donnent une bonne idée générale des niveaux d’activité. Malheureusement, de tels chiffres connaissent une baisse importante, ce qui tend à arriver lorsque les budgets des acquisitions sont réduits et qu’on dépense peu pour l’entretien, ce qui génère un cercle vicieux. Ce que de tels chiffres ne révèlent pas, et qui est très difficile à montrer, c’est l’impact des bibliothèques dans les quartiers. J’ai vu des estimations selon lesquelles une bibliothèque générerait sept à huit fois plus de valeur à sa collectivité qu’elle n’en coûterait, mais de tels chiffres se vérifient sur le long terme, et les conseillers municipaux veulent des résultats rapides et immédiats. Réduire les budgets des bibliothèques peut être perçu comme quelque chose de facile, bien que les conseils municipaux se rendent compte que fermer des bibliothèques ne l’est pas, et que réduire les budgets d’une autre manière (en sollicitant des bénévoles, en réduisant les horaires ou en transférant les dépenses à d’autres services) est politiquement plus aisé.

C. T. : De quelle façon pensez-vous que l’impact des bibliothèques devrait être mesuré ?

I. A. : Par n’importe quel moyen qui assure leur survie. Je sais que ça n’a plus la cote, car les chiffres montrent un déclin, mais je pense que le nombre de visiteurs, l’utilisation des ordinateurs et les emprunts restent des indicateurs importants. Il faut aborder les raisons de leur déclin plutôt que d’utiliser d’autres données qui laissent croire que tout va bien. Nous avons besoin de bibliothèques dynamiques et attrayantes dans lesquelles les gens veulent aller. Certaines bibliothèques de ce pays sont tellement sous-financées et ont un personnel si démoralisé que j’ai entendu quelqu’un les décrire comme ayant « une atmosphère mortifère ». Aucun chiffre ne permettra d’améliorer ces bibliothèques, seuls les financements le pourront.

Je crois que les livres, le budget, le personnel, les horaires d’ouverture, les salles d’étude, et l’accès aux ordinateurs sont vraiment importants et devraient être suffisamment financés. C’est crucial. Mais par ailleurs, bien sûr, l’impact devrait être mis en valeur par des histoires personnelles humaines sur la manière dont les bibliothèques ont changé des vies, à petite ou à grande échelle. Ou comment elles ont permis d’économiser de l’argent. Ou… plein de façons différentes, et ça, c’est encore un problème. Il y a tellement de façons de raconter l’impact des bibliothèques, et les conseils municipaux peuvent se cacher derrière un indicateur qui va dans leur sens mais fait fi des nombreuses raisons pour lesquelles les bibliothèques sont importantes au niveau local et au niveau national, en tant que telles. « Des histoires » ou « des mesures d’impact » qui démontrent comment les individus ont été affectés de manière positive par les bibliothèques font partie de tout ça mais nous devons être honnêtes avec nous-mêmes et envers les politiciens et utiliser aussi des chiffres globaux d’activité.

J’ajouterais qu’au niveau national, la façon d’élaborer les statistiques en Angleterre est très médiocre, en comptant sur une société à but non lucratif pour prendre au pied de la lettre les chiffres fournis par les bibliothèques qui veulent bien les donner (il n’y a aucune contrainte). Ces chiffres – qui sont tous quantitatifs et non qualitatifs – sont ensuite mis gratuitement à la disposition des conseils municipaux, mais ne sont seulement disponibles qu’en échange d’une centaine de livres sterling pour le public, à l’exception de comparateurs douteux. Ils sont également fournis avec au moins huit mois de retard. Il s’agit d’un système fermé, désuet et inexact, exposé aux approximations.

Ce qu’il faut, c’est un système de collecte statistique beaucoup plus ouvert, avec des mesures de performance en temps réel et en libre accès (open data). Toutefois, un tel système ne sera pas soutenu par le gouvernement autrement qu’en théorie, car il ne souhaite pas s’ingérer dans les affaires des conseils municipaux autrement que par la réduction de leurs budgets. C’est également un projet auquel certains conseils résisteront, croyant que cela les mettrait dans l’embarras ou leur coûterait de l’argent. Il est donc peu probable que cela se produise autrement que par notre propre initiative, en utilisant les données ouvertes qui sont mises à disposition.

C. T. : Comment expliquez-vous que l’évaluation des performances des bibliothèques britanniques soit controversée ?

I. A. : Mettez deux bibliothécaires dans une pièce et ils risquent de ne pas être d’accord sur quelque chose. Ne serait-ce qu’en Angleterre, il y a plus de 150 réseaux de bibliothèque, tous avec leurs propres programmes et spécificités et des dizaines de milliers de bibliothécaires. Il serait donc surprenant qu’il n’y ait pas de controverse. Mais, pour être honnête, ce n’est pas si grave. Nous savons tous que les bibliothèques du Royaume-Uni ont connu une forte baisse du nombre de visiteurs et du nombre d’emprunts. On ne peut pas le cacher. Mais ce déclin a été très inégal, certains réseaux de bibliothèque ayant connu des augmentations.

Normalement, les gens qui préconisent des façons radicalement différentes d’évaluer l’activité des bibliothèques ont l’intention de montrer soit que les bibliothèques se portent très mal et qu’elles ont besoin de plus d’argent (ou de poudre de perlimpinpin) rapidement, soit que les bibliothèques ont un impact considérable que les indicateurs traditionnels ne montrent pas. J’ai de la sympathie pour les deux théories, sauf pour ceux qui veulent établir un programme trop simpliste, comme « acheter plus de livres » et « se débarrasser de tous les bibliothécaires ». Les bibliothèques ont en effet besoin de plus de financements pour survivre, et les simples chiffres d’entrées-sorties ne montrent pas l’impact que les bibliothèques ont sur la vie des gens. Mais il y a des choses plus importantes dont il faut s’inquiéter, par exemple la réduction de près de moitié depuis 2010 du budget des bibliothèques.

C. T. : Quel est le rôle des bibliothèques au XXIe siècle ?

I. A. : Faire tomber les barrières qui entravent l’accès des gens à l’information, à l’imagination et aux opportunités. Beaucoup de gens n’ont pas les moyens de s’acheter des livres, ne disposent pas d’endroit calme où étudier, ont besoin de quelqu’un à qui parler, veulent de l’aide pour utiliser leur ordinateur, ont un enfant… Et les bibliothèques peuvent les aider. Le rôle des bibliothèques, c’est d’aider.

L’un des problèmes que je remarque dans ce secteur, ce sont les bibliothécaires qui essaient de trouver une raison à l’existence des bibliothèques au XXIe siècle. On note que les services se concentrent sur les makerspaces, pas parce qu’ils sont en forte demande, mais parce qu’ils sont perçus comme le dernier concept à la mode. De même, d’autres voudront faire venir jouer des troupes de théâtre, ce qui n’est pas idéal au milieu d’étagères remplies de livres. D’autres réduiront considérablement la taille allouée à la bibliothèque pour installer d’autres services municipaux. Cela permet de réduire les coûts, ce qui est une considération vitale, mais nuit à la bibliothèque, qui est parfois invisible derrière les différents bureaux.

Les bibliothécaires doivent redécouvrir la fierté qu’ils ont à l’égard de leur profession. Offrir un espace neutre et accueillant avec des sources d’information impartiales et des professionnels qui peuvent vous aider, c’est plutôt fantastique, et c’est ce que nous devons à tout prix mettre en avant. J’en connais qui mettent l’accent sur diverses nouveautés, comme les secteurs dédiés à l’emploi et aux entreprises et les présentoirs interactifs, tout en oubliant de garantir un fonds attrayant et de qualité. Une bibliothèque ne tourne pas uniquement autour des livres. Loin de là. Mais ils sont, et resteront, une partie importante de leur identité, et les ignorer parce que l’on est occupé à planifier un événement ou à être en compétition pour accueillir un spectacle du Arts Council England, cela dessert à long terme le service de bibliothèque.

C. T. : Dans quel contexte et avec quelle intention avez-vous créé votre site web en 2010 ?

I. A. : En 2010, cela faisait déjà quinze ans que je travaillais en bibliothèque, en tant que bibliothécaire et directeur d’une bibliothèque annexe. De manière générale, le travail et les bibliothèques publiques me passionnaient, mais j’étais conscient qu’en dehors du quotidien de ma propre bibliothèque, je n’étais pas au courant de ce qui se passait ailleurs. Je pensais que tout le monde l’était mais j’étais naïf. J’avais également entendu parler des blogs, et je voulais apprendre à en tenir un, donc j’ai combiné ces deux intérêts et ai commencé à collecter des informations au sujet des bibliothèques sur la plateforme Blogger, pour mes propres connaissances et vraiment, au début, en tant qu’apprentissage à petite échelle.

Il s’avère que le timing était parfait. En 2010, le Parti conservateur et les Libéraux-démocrates remportent l’élection et lancent un programme d’austérité, tentant de rééquilibrer le déficit en réduisant les dépenses, incluant notamment d’importantes coupes budgétaires dans les services locaux, y compris les bibliothèques. Cela faisait qu’il y a eu à ce moment-là beaucoup d’informations à partager.

Le site web a rapidement attiré l’attention des militants des bibliothèques, notamment Tim Coates, qui suggéra des améliorations. Je pense qu’ils attendaient tous que quelqu’un fasse quelque chose dans le genre de ce blog que je venais de créer. Une des suggestions était de comptabiliser le nombre de bibliothèques menacées. C’était le genre de gros titre dont les journaux et les politiciens avaient besoin, et il n’a pas fallu longtemps pour que mon site soit cité non seulement dans la presse locale mais aussi, étonnamment, au Parlement. Six mois après avoir créé le site, son influence était réelle.

C. T. : Neuf ans plus tard, quelles conclusions tirez-vous de cette expérience ?

  • 3 NDE : voir l’entretien avec Alan Gibbons au chapitre 7.

I. A. : Je me suis rendu compte que personne d’autre ne collectait véritablement ce qui était en train de se passer – je ne pense pas avoir été aveugle – et qu’il existait un réel besoin pour un site web de la sorte. En trois mois, je me retrouvais cité au Parlement, ce qui était incroyable. Cela m’a également appris que, parfois, si l’on veut quelque chose, il faut s’en charger soi-même. Il y a par ailleurs une espèce de magie dans le fait de rassembler des données : l’auteur Alan Gibbons3, pour qui j’ai beaucoup de respect, a tenu un blog d’informations à destination des bibliothèques mais sans archiver les données, alors que de mon côté, j’ai compilé tout ce qui concernait chaque bibliothèque du pays, sur une durée de dix ans, ce qui est immensément utile. J’ai pu constater qu’il n’y avait pas d’argent à faire dans le secteur des bibliothèques publiques, la publicité sur le site étant minime, et c’est toujours, dix ans plus tard, un passe-temps non rémunéré, ou plutôt une passion.

J’ai également appris que Google faisait en fin du compte du bon travail et que le référencement en ligne des bibliothèques publiques au Royaume-Uni n’était pas optimisé. Je me souviens avoir vu mon site arriver rapidement dans les premiers rangs des résultats pour des requêtes au sujet des bibliothèques publiques. Le jour où j’ai dépassé le site de la British Library (qui n’est d’ailleurs pas une bibliothèque publique) et ai atteint la première place, c’était incroyable. Il s’avère que j’avais accidentellement opéré exactement le type d’optimisation que l’algorithme de Google recherche – tous mes liens pointaient sur des articles concernant les bibliothèques, et la presse nationale faisait également des liens entrants vers mon site. J’ai par ailleurs délibérément appelé mon site Public Libraries News car cela résumait parfaitement le contenu – je pense que si j’avais utilisé un mot d’esprit ou un nom plus artistique, Google ne l’aurait pas tant référencé.

Enfin, ce qui me frappe, c’est à quel point les gens apprécient un certain manichéisme. Au début, j’adoptais moi aussi ce mode de pensée, me mobilisant contre les coupes budgétaires et exprimant ma colère contre tous les changements suggérés pour les services de bibliothèque. En m’informant davantage, j’ai compris que chaque personne impliquée faisait du mieux qu’elle pouvait dans une situation compliquée, et que c’est très simpliste de critiquer les gens parce qu’ils ont pris des décisions difficiles, ou parce qu’ils font les choses différemment de la manière dont moi-même je l’aurais fait, depuis le confort de mon fauteuil. En attaquant ce genre de personnes, ils arrêtent à coup sûr de vous écouter, alors que si vous présentez un point de vue nuancé – de plus en plus rare de nos jours – un plus grand nombre de personnes prêteront attention à vos propos.

C. T. : La mobilisation contre les fermetures de bibliothèques a-t-elle correspondu à vos attentes ?

I. A. : La mobilisation a à la fois dépassé mes attentes et m’a aussi déçu. Quand une bibliothèque est menacée de fermeture, c’est à ce moment-là que des centaines et des milliers de personnes se mobilisent dans la rue, mais seulement au niveau local. De telles campagnes de mobilisation semblent arriver de nulle part, et se propagent rapidement, y compris parfois avec des pétitions signées par des milliers de gens, et des manifestations réunissant des centaines de personnes. Mais il faut une personne, seulement une personne, dans chaque quartier, pour créer une mobilisation, sinon rien ne se passera.

Par ailleurs, le public est bien moins susceptible de se mobiliser à nouveau contre les coupes budgétaires si elles n’ont pas pour conséquence la fermeture de la bibliothèque. Fermez un tiers des bibliothèques et vous aurez des protestations massives. Réduisez d’un tiers les horaires d’ouverture et vous n’entendrez aucune critique.

  • 4 David Barnett, “Do libraries run by volunteers check out?”, The Guardian, 25 juin 2018. [En ligne] (...)

L’avènement des bibliothèques gérées par des bénévoles (un phénomène relativement récent en Grande-Bretagne) a par ailleurs noyé le poisson. Ce qui se passe, c’est qu’un conseil municipal, plutôt que de fermer une bibliothèque, annonce qu’il gardera la bibliothèque ouverte si les gens veulent bien y travailler bénévolement. Ce faisant, ils cooptent soigneusement de nombreux militants, les font passer du même côté que le conseil municipal, et divise ainsi l’opposition de façon très nette. C’est assez insidieux. De tels bénévoles se font attaquer sans relâche sur les réseaux sociaux par les militants des bibliothèques britanniques, mais, en réalité, ils essaient juste d’éviter la fermeture de leur bibliothèque locale… Cependant, le modèle de bibliothèque bénévole est bien établi au Royaume-Uni, avec plus de 500 bibliothèques ouvertes actuellement (NDÉ : sur 3 8004).

Bien qu’il y ait une mobilisation au niveau national, en général les gens s’en tiennent à leur propre quartier. Ils se mobilisent pour sauver leurs bibliothèques locales, mais ne se mobilisent pas pour une bibliothèque voisine, et les bibliothécaires non plus. En effet, les bibliothécaires, à quelques rares exceptions près, n’ont presque pas protesté au sujet des coupes budgétaires et ont tout simplement soit fait profil bas, soit accepté le licenciement (lorsqu’il est proposé).Avec quelques exceptions notables, la mobilisation fut majoritairement locale et n’a pas fait changer d’avis un gouvernement a priori sourd et dévoué à sa propre idéologie

C. T. : Comment expliquez-vous la mobilisation du public contre les fermetures de bibliothèques, et quel est l’impact d’internet et des réseaux sociaux dans cette mobilisation ?

I. A. : Les gens se plaignent quand on leur enlève quelque chose qui leur tient à cœur. C’est aussi simple que ça. Et les gens se soucient des bibliothèques, pas seulement d’un point de vue personnel, mais aussi en raison de la valeur qu’elles ont dans la société en général. C’est un acteur concret du quartier, tout bétonné, qui serait déprimant si les fenêtres étaient barricadées et s’il n’y avait pas d’enfants qui y empruntaient des livres.

Internet et les réseaux sociaux ont eu un impact considérable. D’une part, ils ont rendu possible des choses comme Public Libraries News – pour l’amour du ciel, derrière ce blog il n’y a que moi, le soir, assis sur mon canapé – qui montre ce qui se passe à l’échelle nationale, locale et comment on peut agir à ce sujet. Cela signifie également que les gens du coin peuvent trouver facilement et rapidement d’autres personnes qui s’intéressent à leur bibliothèque locale, et se rassembler pour agir. Parfois, je vois des groupes se former le jour même, ou le lendemain d’une annonce de fermeture. Dans l’Essex, des dizaines de milliers de personnes ont signé des pétitions, des milliers ont protesté et plus de vingt groupes de campagne se sont formés en quelques mois. Facebook et Twitter sont en grande partie à l’origine de ce mouvement.

Un point négatif, cependant : les réseaux sociaux facilitent la communication, mais ils permettent aussi à ceux qui crient fort de dominer la conversation. J’ai vu des gens se faire intimider sur des réseaux sociaux de bibliothèques, simplement pour avoir osé laisser entendre que certaines bibliothèques bénévoles ne sont pas terribles ou qu’une bibliothèque entièrement financée par le conseil municipal est une bonne chose. Cela signifie qu’il peut y avoir une absence de débat sensé sur les réseaux et que les gens ont le sentiment qu’ils n’y sont pas en sécurité. De fait, certaines personnes peuvent préférer ne pas interagir sur les réseaux, ce qui, à mon avis, est navrant. De tels actes discréditent la profession, alors même que ceux qui la représentent se disent garants de la libre circulation de l’information, qui est le mot d’ordre des bibliothèques.

Entretien avec Tim Coates5

  • 5 Entretien réalisé par courriel, en avril 2019, par Cécile Touitou. Traduction par Lara Touitou.

4Tim Coates travaille dans l’industrie du livre depuis plus de quarante ans : en librairie, en bibliothèque et dans l’édition. Il a été directeur général de plusieurs grandes librairies, notamment Waterstone’s, la principale chaîne de librairies au Royaume-Uni, et de WH Smith en Europe. Il a été directeur général au Royaume-Uni de YBP, la division universitaire de Baker and Taylor, et travaille maintenant pour EBSCO. Il est fréquemment appelé à donner des conseils et à rédiger des rapports sur le secteur des bibliothèques publiques pour des organismes gouvernementaux locaux et nationaux.

5À trois reprises, il a été nommé « Meilleur libraire » : par Peter Mayer de Penguin Books, New York, par Paul Hamlyn, de Hamlyn Octopus et Reed international, l’éditeur de livres illustrés, et par la presse spécialisée britannique du secteur du livre. Il a souvent figuré sur les listes des personnes les plus influentes du secteur de l’édition.

6Il est l’auteur d’ouvrages de fiction et d’ouvrages historiques et l’éditeur de plus de quarante articles historiques sur les États-Unis et le Royaume-Uni, et on peut trouver ses écrits dans les collections Uncovered Editions et Argonaut Papers.

7Il travaille actuellement comme conseiller principal pour les bibliothèques publiques et universitaires dans le cadre du projet Freckle aux États-Unis.

8Ses travaux publiés au sujet des bibliothèques comprennent :

9“On the closure of english public libraries”, Public Library Quarterly, 2019, vol. 38, no 1, p. 3-18 [article publié en octobre 2018]. Disponible en ligne aux éditions Taylor & Francis : < https://www.tandfonline.com/​eprint/​u76Vbc5PYFUxgJHfP8Kr/​full >.

10The Good Library Manual, Berkshire publishing, 2010.

11“The scandalous decline of Britain’s public libraries”, Logos, 2008, vol. 19, no 1, p. 5-10. Disponible en ligne aux éditions Brill : < https://brill.com/​view/​journals/​logo/​19/​1/​article-p5_2.xml >.

12“Britain’s plain-speaking bookman”, Logos, 2005, vol. 16, no 3, p. 148-149. Disponible aux éditions Brill : < https://brill.com/​view/​journals/​logo/​16/​3/​article-p148_7.xml >.

13Evidence to the House of Commons. Select Committee on Libraries, 2005.

14Who’s in Charge? Responsibility for the Public Library Service, Londres, Libri Trust, 2004.

15Plusieurs articles dans l’édition britannique de The Bookseller.

16Plusieurs articles dans l’édition britannique de The Guardian.

Cécile Touitou : Quel est le rôle des bibliothèques au XXIe siècle ?

Tim Coates : Le rôle des bibliothèques est de fournir un accès gratuit aux œuvres écrites. Il n’y a pas de différence entre ce rôle au XXIe siècle et au siècle précédent.

Presque chaque semaine au Royaume-Uni, on voit passer un article écrit par un bibliothécaire, qui commence par « le rôle des bibliothèques est en train de changer » ou « a changé » – mais ils disent ces choses sans aucune preuve de leur véracité. Rien ne prouve que le public souhaite que le rôle des bibliothèques change. Les changements survenus ont été instigués par des bibliothécaires. Souvent, les bibliothécaires ne semblent pas croire qu’il soit suffisant d’offrir un accès gratuit aux œuvres imprimées. Ils cherchent à offrir d’autres services, pour lesquels il y a peu de demande, et ils prennent du temps et des ressources qui devraient être alloués au traitement des livres pour les bibliothèques.

Dans toutes les évaluations que j’ai trouvées au Royaume-Uni ou en Amérique (et j’en cherche toujours), plus de 75 % des visites en bibliothèque ont pour motif de lire ou d’accéder à des livres, sous une forme ou une autre. Aucun autre motif de visite en bibliothèque ne dépasse 15 % et ceux-ci sont souvent simplement accessoires par rapport à l’accès aux livres (comme l’utilisation du wi-fi, la demande d’informations, la lecture aux enfants ou la recherche d’information sur internet).

Ces chiffres n’ont pas changé au cours des vingt-cinq années où je les ai étudiés. Je ne vois aucune raison de dire que le rôle des bibliothèques a changé.

La question n’est pas « que devraient faire les bibliothèques », mais « les bibliothèques remplissent-elles bien leur rôle » ?

On dit souvent que « les bibliothèques changent des vies » et qu’elles sont transformatrices. Ce n’est pas le cas. C’est un livre au milieu d’une collection de livres qui est transformateur. Les écrivains changent des vies, pas les bibliothécaires.

C. T. : Pour qui les bibliothèques sont-elles utiles ?

T. C. : Les bibliothèques publiques devraient être utiles à tous ceux qui veulent les utiliser. Elles sont utiles si elles fournissent les livres ou la documentation dont les gens ont besoin ; et si ce n’est pas le cas, elles sont inutiles.

Il est facile de considérer les gens pour qui les bibliothèques sont utiles, si l’on observe par tranche d’âge.

Pour un tout-petit, la bibliothèque peut aider ses parents à présenter l’idée et le plaisir des histoires. Pour un enfant qui apprend à lire, la bibliothèque l’ouvre au monde des histoires et des personnages qu’il peut découvrir et apprécier, mais dont il n’a peut-être jamais entendu parler. Pour les étudiants, les bibliothèques leur donnent accès à des lectures plus diverses et approfondies. Et ainsi de suite dans la vie adulte, quand, plus tard, une bibliothèque peut offrir l’opportunité de découvrir des livres, des auteurs et des sujets que le temps et les ressources ont jusqu’alors empêché. Il n’y a pas de limite.

C. T. : Quels types de bibliothèques existent au Royaume-Uni ?

T. C. : Au Royaume-Uni, la mise à disposition d’un grand nombre de bibliothèques publiques locales de toutes tailles et de capacités variées ne date pas d’hier. Depuis les années 1960, alors qu’une loi obligeait les conseils municipaux à ouvrir des bibliothèques publiques, il était courant d’établir des bibliothèques dans des collectivités de 10 000 habitants et moins, en plus des grandes bibliothèques déjà présentes dans les villes. Il existe un réseau de grandes bibliothèques avec de vastes collections d’histoire locale, des collections de musique et un certain nombre de ressources spécifiques. Au milieu des années 1990, ces lieux offraient des services très recherchés. Il y avait alors 4 400 bibliothèques publiques de toutes tailles, toutes dotées de personnel rémunéré, avec un total national de 90 millions de livres disponibles à l’emprunt et de beaucoup d’autres à consulter sur place uniquement.

  • 6 Voir note 4.

Depuis lors, la qualité et le nombre de ces ouvrages ont diminué. Tout d’abord, on a permis que des collections spécialisées soient dispersées, puis les grandes bibliothèques ont réduit la taille de leurs collections, de merveilleuses bibliothèques de références et des sections entières ont été fermées et maintenant les petites bibliothèques sont fermées, ou bien la gestion en est confiée à des bénévoles non rémunérés. En 2017, il y avait 3 600 bibliothèques, dont 400 étaient gérées par des bénévoles, et 60 millions de livres étaient disponibles à l’emprunt6.

C. T. : Comment expliquez-vous l’enthousiasme des Britanniques pour les bibliothèques ?

T. C. : Dans les années 1980 et au début des années 1990, le réseau des bibliothèques publiques du Royaume-Uni était l’un des plus performants au monde. Le nombre de visites par personne et les emprunts de livres par personne dépassaient les chiffres des États-Unis et de l’Australie. Les collections de référence et de prêt étaient excellentes. Les collections de documents d’histoire locale étaient très fournies. Certains bâtiments étaient très beaux et le reste faisait partie d’un imposant patrimoine de bibliothèques de grande envergure. Le personnel des bibliothèques était très respecté, il figurait parmi les membres importants au sein des communautés locales. 50 % de la population fréquentaient les bibliothèques pour emprunter des documents et davantage encore pour lire. Ce chiffre est aujourd’hui tombé à 12 %.

C. T. : Comment expliquez-vous la crise qui a conduit à la fermeture de nombreuses bibliothèques ces dix dernières années ? Quels épisodes, quelles causes pour quels résultats ?

T. C. : Tout d’abord, cela part d’une insatisfaction grandissante des bibliothécaires quant à leur rôle de « fournisseurs et tamponneurs de livres » ; ils voulaient devenir des « scientifiques de l’information ».

Parmi les nombreux rôles qu’ils s’estimaient capables de remplir, il y avait celui de « combler la fracture numérique » (ce qui signifiait enseigner aux gens à utiliser les ordinateurs) et celui de « spécialiste en développement du lecteur » (ce qui signifiait prêcher l’importance et le plaisir de la lecture). Le problème avec ces idées et beaucoup d’autres de même nature, c’est que même si elles semblent très judicieuses, les bibliothécaires n’avaient ni les ressources ni les compétences pour les mettre en œuvre, et il n’y avait pas non plus assez de demandes que les bibliothèques pouvaient évidemment satisfaire. Cela a coûté beaucoup d’argent et n’a pas rendu les bibliothèques plus populaires.

Cela a également donné lieu à une hiérarchie de la gestion et à des démarcations du travail, où certains bibliothécaires ont été jugés compétents pour travailler dans des bureaux et non dans des bibliothèques elles-mêmes, et d’autres, en vertu de leur qualification plutôt que de leur expérience, ont été en mesure d’entreprendre certaines tâches. Tout cela a entraîné des coûts de gestion encore plus élevés. Cela a créé des structures de gestion coûteuses et n’a rien ajouté au service au public.

À une époque où les chaînes d’approvisionnement de l’industrie du livre se sont considérablement améliorées, d’abord grâce aux initiatives des revendeurs traditionnels, puis, de façon spectaculaire, grâce à Amazon, les bibliothèques sont demeurées à l’écart de ces améliorations et ont conservé les mêmes systèmes désuets d’approvisionnement, de catalogage et d’étiquetage qu’il avait utilisés pendant quarante ans. Ce sont des systèmes extrêmement coûteux et qui détournent une partie de l’argent qui serait nécessaire aux acquisitions de livres.

Lorsque les bibliothèques (et les libraires) travaillent en étroite collaboration avec les éditeurs, elles sont en mesure de développer le marché de la lecture. Au Royaume-Uni, les bibliothèques achètent si peu de livres que les éditeurs ne s’y intéressent plus et qu’ils n’ont plus de relations de travail significatives. Par ailleurs, lorsque les revendeurs du monde entier ont amélioré leurs principes de design et leur service client, les bibliothèques n’ont pas suivi.

Les bibliothèques croyaient avoir besoin d’argent, alors qu’en vérité, il y avait beaucoup d’argent mais il avait été injecté aux mauvais endroits. Le secteur des bibliothèques avait perdu la capacité d’écouter son public et de répondre à ses besoins. Au lieu de cela, il répondait à des initiatives créées au sein de la profession, qui n’avaient rien à voir avec ce que le public initial (les lecteurs) voulait. Il n’y avait pas de directives ou de gestion stratégique efficace. La conséquence la plus évidente de tout cela, c’est qu’à un moment donné dans les années 1990, alors que le service recevait de plus en plus d’argent, il restait trop peu pour acheter suffisamment de livres ; les collections ont commencé à diminuer en qualité et en quantité, et l’utilisation du service a commencé à diminuer aussi.

Les bibliothèques publiques ont graduellement perdu la réputation, auprès du public, d’être un merveilleux service public de lecture. Pour les enfants d’une génération qui approche maintenant la quarantaine, le réseau des bibliothèques publiques locales n’avait aucune utilité particulière. Il n’a jamais offert ce qu’ils voulaient. Les bibliothèques ont plutôt acquis la réputation de mettre à disposition des ordinateurs publics gratuits. Mais cela n’a finalement pas été viable parce que l’évolution de l’équipement informatique a nécessité un financement qui n’était pas disponible, et le besoin d’ordinateurs publics en si grand nombre a diminué avec l’arrivée des ordinateurs de bureau personnels, des tablettes et des téléphones. Le nombre de visites en bibliothèque, qui était auparavant extrêmement élevé, a diminué d’année en année.

Entre 1999 et aujourd’hui, les prêts de livres des bibliothèques publiques ont chuté de 70 % au Royaume-Uni. La fréquentation des bibliothèques a chuté de 43 %. Les affirmations selon lesquelles le service était socialement inclusif alors que la population augmentait n’étaient évidemment pas corroborées par des preuves. L’idée souvent énoncée que les bibliothèques « profiteraient aux communautés » serait vraie si la fréquentation avait augmenté, mais ce n’était pas le cas. Lorsque l’utilisation des bâtiments publics diminue de cette façon, il n’est pas surprenant de constater que les autorités deviennent réticentes à les financer. C’est la raison pour laquelle les bibliothèques ont été fermées.

Ce sont des jugements sévères, mais la vérité est que l’état du réseau des bibliothèques publiques du Royaume-Uni est catastrophique. Il faut des mesures correctives fortes pour qu’elles puissent survivre au moins la prochaine décennie.

C. T. : Quels sont les indicateurs utilisés pour justifier les fermetures de bibliothèques, et qu’en pensez-vous ?

T. C. : Le processus selon lequel les bibliothèques ferment leurs portes est simplement le suivant :

  • Lors de la planification du budget annuel, la municipalité demande au service de bibliothèque de trouver des économies à réaliser.
  • La bibliothèque rappelle que la seule façon d’économiser est de fermer les bibliothèques, de faire appel à des bénévoles, de réduire le nombre d’heures de travail ou de réduire le fonds, ou une combinaison de tous ces éléments.
  • Le conseil municipal cherche à réaliser des économies, mais se méfie des plaintes disproportionnées que le public ne manquera pas de faire si la bibliothèque est fermée purement et simplement. Par conséquent, il cherche logiquement à réduire le nombre d’heures et à diminuer les acquisitions, ou à confier les bibliothèques à des bénévoles. Il y a rarement une discussion sur la façon d’augmenter l’utilisation de la bibliothèque.

Le processus a pour conséquence que les bibliothèques seront de moins en moins fréquentées, comme c’est le cas depuis tant d’années. Personne ne tente de comprendre pourquoi cela s’est produit.

Il y a toujours des plaidoyers sur l’importance des bibliothèques, à la fois de la part de la population locale et de certains politiciens, mais aucune preuve convaincante sur ce qu’il faut faire. Le conseil de « dépenser plus d’argent », sans aucune indication quant à l’endroit où cet argent devrait être dépensé ou à l’effet qu’il aura et pourquoi, est infructueux.

Tout le monde se plaint des coupes budgétaires, mais à moins que les bibliothèques puissent expliquer où l’argent manquerait (en dehors des salaires), l’argument plaintif ne s’est pas avéré persuasif. Je n’ai jamais entendu les bibliothécaires du Royaume-Uni faire valoir que « si nous investissons de l’argent dans le fonds de livres, cela inversera le déclin de la fréquentation ».

Si un conseil municipal propose de fermer des bibliothèques ou de modifier l’offre de services, il y a maintenant un rituel établi de consultation de la population locale, qui n’a pas ou peu d’effet sur la décision finale. Le service de l’administration centrale qui, en théorie, pourrait s’y intéresser (le DCMS – Department for Digital, Culture, Media and Sport), ne le fera pas, car ce serait interférer dans la gestion financière d’un conseil municipal.

À mon avis, les bibliothécaires en chef n’ont pas rempli leur rôle dans ce processus. Ils doivent montrer qu’ils comprennent pourquoi l’utilisation des bibliothèques a diminué et comment agir pour inverser cette tendance. Ils doivent montrer comment les ressources existantes peuvent être mieux utilisées pour produire de la croissance. S’ils ne le font pas ou s’ils ne peuvent pas le faire, il est difficile d’attendre des politiciens locaux (ou nationaux) qu’ils le fassent pour eux. Il est certain que les politiciens auraient dû inverser le processus. Mais les élus ont beaucoup de choses à penser (les bibliothèques représentent environ 1 à 2 % du budget d’un conseil municipal) et si les bibliothécaires en chef ne savent pas quoi faire, il est difficile pour les élus de les consulter. Le problème, c’est que les directeurs n’ont pas été clairs sur ces sujets depuis longtemps, et il serait difficile de les croire s’ils avaient maintenant un autre son de cloche.

Pendant de nombreuses années, j’ai eu des difficultés à comprendre les motivations des bibliothécaires en chef des bibliothèques publiques anglophones. Il vaudrait probablement mieux s’adresser à eux, plutôt que de me demander mon opinion. Ils disposent de nombreux forums et sont payés pour défendre les intérêts des bibliothèques.

C. T. : Comment devrions-nous, en tant que bibliothécaires, évaluer les services en bibliothèque (en termes d’impact et de performances) ?

T. C. : La mesure la plus importante est que l’utilisation des bâtiments de la bibliothèque doit augmenter et non diminuer. Si le nombre d’usagers diminue et qu’aucune mesure n’est prise, le service finira éventuellement par être fermé. Ceux qui paient pour ça ne voudront plus le faire. C’est plus important que toute mesure « d’impact ».

Par conséquent, à la fin de chaque journée, nous devons disposer d’une mesure pour toutes les activités qui peuvent être mesurées : visites, prêts, utilisations des ordinateurs, requêtes, arrivées de stocks, etc. Celles-ci doivent être collectées (automatiquement si possible) par le système de gestion de la bibliothèque, afin qu’elles puissent être affichées et suivies. Ce n’est pas plus que ce que tous les commerçants du pays font déjà.

Il faut croire en l’importance de la lecture et, par conséquent, porter plus d’attention à toutes les mesures qui peuvent être faites de ces lectures. Il faut avoir une idée précise des titres et des auteurs pour lesquels il y a une demande, mais pour lesquels il n’y a pas de disponibilité. Il faut suivre le nombre de « réservations » et de transferts d’ouvrages. Une bibliothèque verra son utilisation augmenter si elle a la réputation de répondre rapidement à la demande.

Il faut monitorer le temps nécessaire pour répondre aux demandes de livres. De nos jours, les gens ont la possibilité d’obtenir presque n’importe quel titre en 24 heures. Les bibliothèques doivent essayer de faire de même.

Dans un contexte plus large, et en termes de marketing des bibliothèques, nous devons comprendre ce qui suit :

  • Les raisons pour lesquelles les gens utilisent les bibliothèques : ce qu’ils aiment et ce qu’ils n’aiment pas à leur sujet. Pourquoi ils choisissent d’utiliser une bibliothèque et pourquoi ils choisissent de ne pas utiliser une bibliothèque. Une telle étude et une telle évaluation en continu doivent être menées, en particulier au sein de plusieurs tranches d’âge différentes.
  • Nous devons examiner comment les lecteurs obtiennent les livres qu’ils lisent et comment les bibliothèques publiques s’intègrent dans leur vision de l’accès à la lecture.
  • Ces deux études commencent à être menées dans différents États des États-Unis à l’heure actuelle et au Royaume-Uni ; elles n’ont jamais été réalisées auparavant.
  • Ensuite, à partir de ces données, nous devrions avoir une évaluation continue (annuelle ou, mieux encore, trimestrielle) pour déterminer si les bibliothèques en général répondent aux besoins des gens qui veulent les utiliser.

C. T. : Comment expliquez-vous que l’évaluation des performances des bibliothèques britanniques soit controversée ?

T. C. : La controverse porte sur la question de savoir si les bibliothèques britanniques sont une ressource publique importante qui a besoin d’un financement adéquat, ou si elles sont en déclin inévitable et ne valent pas la peine d’être financées.

Les deux points de vue se valent !

Mais la vérité, c’est que pour qu’elles méritent d’être financées, les bibliothèques publiques britanniques doivent changer radicalement et fondamentalement leur approche et leur méthode.

Ça ne peut pas continuer, même pendant quelques années de plus, avec un niveau aussi bas de fréquentation et même de soutien pour les bibliothèques.

Pour un commerce, cela se matérialiserait par une faillite spectaculaire, mais pour un service public, c’est encore plus effrayant, parce qu’une grande partie de la population serait touchée. Néanmoins, à l’heure actuelle, nous assistons à une « faillite en cachette »…

Pourtant, rien n’indique actuellement que les responsables, au sein du « secteur des bibliothèques », aient compris la gravité de la situation à laquelle ils sont confrontés. Jusqu’à ce qu’ils l’aient compris, la faillite est le résultat inévitable. Il n’y aura en réalité plus de service de bibliothèque publique nationale d’ici dix ans.

C. T. : Quels sont les avantages et les inconvénients d’engager des bénévoles ?

T. C. : Les bibliothèques gérées par des bénévoles ne sont pas une solution aux problèmes auxquels est confronté le service des bibliothèques publiques. C’est très simple. Il n’y a pas d’avantages et beaucoup d’inconvénients.

Les bénévoles peuvent aider à fournir le service. Les groupes de consultation d’usagers locaux peuvent également être utiles. Mais la direction (ceux qui « dirigent » le service) doit être professionnelle et qualifiée pour faire ce travail.

C. T. : Comment expliquez-vous la mobilisation du public contre les fermetures de bibliothèques, et quel est l’impact d’Internet et des réseaux sociaux dans cette mobilisation ?

T. C. : Il y a des gens vraiment merveilleux qui ont utilisé les réseaux sociaux dans le but de sauver à la fois les bibliothèques publiques et la profession de bibliothécaire. S’ils n’avaient pas fait ce qu’ils ont fait, les bibliothèques n’existeraient déjà plus.

Il convient de mentionner quelques noms : Shirley Burnham, Ian Anstice, Alan Wylie, Alan Gibbons (qui est aussi un auteur important de livres pour enfants), Elizabeth Crowe, Laura Swaffield, Geoffrey Dron. Leur travail a été reconnu au niveau national, mais de nombreux militants locaux méritent également d’être salués pour le travail qu’ils ont accompli. S’il y a des bénévoles qui méritent d’être honorés, ce sont bien eux. De plus, nous devons tous une fière chandelle aux journalistes de The Bookseller et The Guardian qui ont suivi l’histoire des bibliothèques sans répit ni relâche. Ils ont tous dû essayer de comprendre et de déchiffrer les péripéties ridicules du processus politique et les tergiversations que personne ne devrait endurer. Les Anglais n’ont pas encore écrit leur propre version de Clochemerle ou Don Camillo – ces gens-là pourraient très certainement le faire.

Notes

1 Entretien réalisé par courriel, en avril 2019, par Cécile Touitou. Traduction par Lara Touitou.

2http://www.publiclibrariesnews.com/ >

3 NDE : voir l’entretien avec Alan Gibbons au chapitre 7.

4 David Barnett, “Do libraries run by volunteers check out?”, The Guardian, 25 juin 2018. [En ligne] < https://www.theguardian.com/books/2018/jun/25/do-libraries-run-by-volunteers-check-out >.

5 Entretien réalisé par courriel, en avril 2019, par Cécile Touitou. Traduction par Lara Touitou.

6 Voir note 4.

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub
Chargement PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search