Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Imaginaires des bibliothèques

 | 
Christian Jacob
, 
Annette Wieviorka

Avant-propos

Thierry Ermakoff

Texte intégral

1Les bibliothécaires ont quelquefois une image déformée, un peu floue de leurs publics, de leurs collections, de leurs missions, de leur devenir. Immergés dans leur quotidien, dans la grandeur et la servitude d’un métier somme toute assez mal connu, aux contours indéfinis, ils finiraient par douter d’eux-mêmes.

2Nous avons sollicité deux chercheurs à qui nous avons demandé, à partir de leurs sujets de recherche, à chacun, un texte sur la bibliothèque.

3Annette Wieviorka, historienne, directrice de recherche au CNRS, spécialiste de la mémoire de la Shoah, auteur d’un nombre important d’ouvrages de référence, (dont Ils étaient juifs, résistants, communistes, Denoël, 1985, L’ère du témoin, Hachette 2002, L’heure d’exactitude. Histoire, mémoire, témoignage, (Entretiens avec Séverine Nikel), Albin Michel, 2011), mais aussi d’une biographie du couple Thorez, (Maurice et Jeannette, une biographie du couple Thorez, Fayard, 2010), a souhaité traiter de la bibliothèque personnelle de Maurice Thorez. À la lecture de ce texte, étrangement intitulé, à première vue : <http://www.fonds-thorez.ivry94.fr/​thorez>, nous nous rendons compte combien la pratique de la bibliothèque, telle que nous la connaissons, les acquisitions, les lectures, les annotations, pour un homme public, est fort éloignée de l’image qu’il peut donner de lui-même. Nous connaissions le goût de François Mitterrand, de Georges Pompidou, pour ne pas remonter trop haut dans le siècle passé, pour les livres, la littérature classique, et nous découvrons Maurice Thorez lecteur, lecteur attentif, assidu : nous le découvrons aussi grâce à ces documents numérisés, source inépuisable de recherches.

4Christian Jacob, directeur de recherche au CNRS, directeur d’études à l’EHESS, auteur (des Alexandries 1 et 2, Bibliothèque nationale de France, 2001 et 2003) et directeur de la somme monumentale « les lieux de savoir » (Lieux de savoir, tomes I et II, Albin Michel, 2007 et 2011) dont l’objet d’études, à partir des « Mondes lettrés » (dont il est l’un des fondateurs) est de saisir, dans l’espace et le temps, la forme la plus ténue ou la plus aboutie de la connaissance, de la sociabilité savante et la transmission des savoirs lettrés, a eu l’idée de constituer un abécédaire. C’est, comme on dit en français moderne, du « work in progress » : un travail scientifique, comme son illustre ancêtre l’Encyclopédie, toujours à poursuivre, toujours à améliorer. On y croise le bureau du chercheur, son classement, son organisation ; sa documentation ; ses sources ; ses prédécesseurs. De nombreuses entrées restent donc à créer, à compléter. Elles proposent, à terme, une vision panoptique de la bibliothèque : ses origines, ses matériaux, son impérieuse nécessité.

5Mis en tête-bêche, ces deux textes, que nous avons rassemblés sous le titre Imaginaires des bibliothèques sont-ils si différents ? Comme en miroir, ils se renvoient l’un l’autre, et ouvrent des espaces de réflexion, des vertiges de pensée : celui d’Annette Wieviorka suggère la description des bibliothèques d’autres femmes et hommes publics, et interroge sur la relation au temps présent : que sont les bibliothèques d’hommes politiques aujourd’hui ?

6Que lisent-ils ? Ont-ils, comme nombre de leurs prédécesseurs, une épaisseur historique, ou assistons-nous à une sorte de culte inavoué de l’immédiateté ? Ces bibliothèques trouveraient leurs places dans cet abécédaire ; nous ne pouvons que renvoyer, à ce sujet, à l’ouvrage proposé par Emmanuel Laurentin : Que doivent-ils à l’histoire ?, (préfacé par Christophe Prochasson, Bayard, 2012). Le texte de Christian Jacob offre d’autres abîmes : ceux des entrées infinies, du rouleau à l’hypertexte, de la bibliographie matérielle à Jorge Luis Borges, et qui vont constituer, en guise d’ouverture, de programme, de viatique, la bibliothèque comme horizon collectif et comme référence partagée, pour reprendre sa belle expression.

Bibliographie

Cette publication s’inscrit dans la série des ouvrages édités dans le cadre des 20 ans de l’enssib :

Lire, écrire ou comment je suis devenu collectionneur de bibliothèques, Jacques Roubaud. [Parution mai 2012 – ISBN 978-2-910227-95-1]

Tours et détours en bibliothèque : carnet de voyage, ouvrage collectif réunissant vingt bibliothèques, dix-neuf écrivains et une photographe, Aurélie Pétrel. [Parution octobre 2012 – ISBN 978-2-910227-97-5]

Architecture et bibliothèque, 1992-2012 : 20 ans de constructions, ouvrage collectif réunissant des architectes, des conservateurs de bibliothèques, des élus et plus de vingt bibliothèques. Illustrations Frank Bonnefoy. [Parution novembre 2012 – ISBN 978-2-910227-98-2]

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access