Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques publiques britanniques contemporaines

 | 
Cécile Touitou

Partie 2. Auteurs, usagers, sympathisants : les formes d'engagement en faveur des bibliothèques

Chapitre 7. Des auteurs engagés : poids médiatique et conviction politique

Adèle Zwilling

Texte intégral

1De Philip Pullman à Carol Ann Duffy, la liste est longue des auteurs qui se sont publiquement manifestés en soutien des communautés locales dépossédées de leur bibliothèque. Adèle Zwilling retrace leurs campagnes d’action dans une synthèse, illustrée par l’entretien de l’écrivain de livres pour la jeunesse Alan Gibbons, à l’initiative de Campaign for the Book.

Les auteurs, visage d’un débat médiatique

  • 1 Mark Twain, lettre à la bibliothèque Millicent (Rogers), 22 février 1894.
  • 2 Sam Jones et Alison Flood, “Kensal Rise library stripped in night of books and Twain plaque”, The (...)

2En 1894, Mark Twain écrivait : « Une bibliothèque publique est la plus durable des commémorations, le plus fidèle monument d’un événement, d’un nom ou d’une affection, car elle, et elle seule, est respectée par les guerres et les révolutions, et leur survit. »1 Faisant des bibliothèques le pilier de la mémoire humaine, il leur conférait alors un caractère intouchable. Kensal Rise, la bibliothèque que l’écrivain américain inaugura à Londres quelques années plus tard, survécut effectivement aux nombreux tourments du XXe siècle et fut même occupée par le cabinet de guerre de Winston Churchill. Cependant, en novembre 2010, celle-ci se retrouve menacée de fermeture par le conseil de la circonscription municipale de Brent2, en raison des restrictions budgétaires imposées par les Tories. Une telle mesure souleva l’indignation des populations locales, mais aussi des écrivains contemporains réunis dans une campagne de sauvetage largement relayée par les médias. L’engagement passionné des auteurs britanniques venait alors rappeler la relation privilégiée qui, bien que parfois assombrie par les conflits d’intérêts générés par le droit de prêt, subsiste entre bibliothèques et écrivains, les institutions locales se faisant le lieu de promotion d’un milieu littéraire auquel les seconds offrent une vitalité sans cesse renouvelée. Aux yeux du grand public, auteurs et bibliothèques appartiennent assurément au même monde : celui du livre et de la lecture.

  • 3 “Wire slams British library closures”, World Entertainment News Network, 9 février 2011.

3Cette association devint particulièrement manifeste dès l’instant où les bibliothèques se trouvèrent attaquées par les politiques publiques du gouvernement, se voyant ainsi propulsées à la une de l’actualité. Le traitement médiatique de ces mesures polémiques fit alors appel à l’opinion de figures publiques. De nombreuses célébrités, issues par exemple de la télévision comme Stephen Fry, ou de la musique tel que Nicky Wire3 – du groupe gallois Manic Street Preachers –, n’hésitèrent pas à exprimer leur vif désaccord avec le traitement des bibliothèques. Toutefois ce sont les auteurs, véritables vedettes du domaine littéraire, qui occupèrent la majeure partie de l’espace médiatique dédié à ces contestations. Leur notoriété, leur permettant de toucher un vaste public, participa alors fortement à la démocratisation du débat.

  • 4 Benedicte Page, “Library cuts and job losses condemned by leading authors”, The Guardian, 22 novem (...)
  • 5 Nadia Khomami, “UK library closures and the fights to save them”, The Guardian, 17 décembre 2015. (...)
  • 6 Voir l’entretien avec Alan Gibbons au chapitre 7.

4Dès novembre 2010 – soit un mois après la publication de la Comprehensive Spending Review –, Philip Pullman, Kate Mosse et Will Self prirent publiquement la parole afin de condamner les fermetures4. De nombreux autres auteurs, originaires de l’ensemble du Royaume-Uni, rejoignirent progressivement le débat. En 2012, Julia Donaldson, Daisy Goodwin et Anne Fine s’associèrent ainsi à Philip Pullman dans la rédaction d’une lettre ouverte condamnant le plan de fermeture des bibliothèques de Newcastle. En 2014, la volonté du conseil municipal de Liverpool de fermer 11 bibliothèques conduit à la publication d’une « lettre d’amour aux bibliothèques de Liverpool » signée par plus de 500 écrivains, dont la poétesse Carol Ann Duffy5. Leur appropriation du débat se traduisit également par des allocations publiques au cours de nombreuses apparitions dans des festivals littéraires, à la télévision, ou encore la radio. Le pouvoir du « net citoyen » fut une nouvelle fois démontré, car les auteurs convoquèrent l’influence dont ils disposaient sur les réseaux sociaux, et principalement Twitter, où ils informent leurs nombreux abonnés des conséquences dramatiques des fermetures. L’écrivain jeunesse Alan Gibbons s’est ainsi particulièrement illustré pour ses prises de position en ligne, partageant sans relâche un appel à la mobilisation et devenant rapidement une figure de proue du mouvement contestataire6.

  • 7 “Hay Festival cash keeps town library open”, BBC, 7 mai 2017. Disponible en ligne :  https://www.b (...)
  • 8 Sarah Shaffi, “Gibbons reissues call for head-to-head debate with Vaizey”, The Bookseller, 12 août (...)

5Outre leurs interventions dans la presse, les écrivains ont pris part à des actions de campagne concrètes. De nombreux auteurs furent présents lors des protestations prenant place devant les bibliothèques menacées, en raison de leur affinité propre à telle institution locale : Zadie Smith à Brent, Philip Pullman dans son Oxfordshire natal, ou l’écossaise Val McDermid dans le comté de Fife. Ils participèrent également à des actions financières, comme l’organisation de levées de fonds pour sauver ces bibliothèques. À l’occasion du célèbre festival de littérature de Hay-on-Wye en 2017, certains écrivains appelèrent ainsi leur public à contribuer afin de protéger la bibliothèque municipale de la ville hôtesse. Les fonds récoltés par le festival permirent ainsi d’offrir à la bibliothèque un « sursis », selon la militante locale Anita Wright7. De plus, la notoriété des auteurs et le retentissement de leurs interventions leur ont permis d’attirer l’attention des autorités. Alan Gibbons, après avoir réclamé dans une lettre ouverte sa volonté de voir le ministre de la Culture Ed Vaizey prendre part à un débat public sur la question, vit sa requête acceptée, bien que l’initiative fût finalement rejetée par A. Gibbons en raison des modalités imposées par le ministre8.

  • 9 Philip Pullman, “Leave the libraries alone. You don’t understand their value”, The False Economy, (...)
  • 10 Voir l’entretien avec Alan Wylie au chapitre 6.
  • 11 Alan Wylie (alan_wylie), “A properly resourced and funded public library run by paid/trained staff (...)

6Cette prise de position affirmée des écrivains s’est également illustrée par la participation de la Société des auteurs à l’organisation des événements en l’honneur du Save the Libraries Day, en soutien à l’association des professionnels de bibliothèque CILIP. La légitimation du métier de bibliothécaire occupa également une place importante des revendications exprimées par les auteurs. Philip Pullman attaqua frontalement la volonté du gouvernement de faire appel à des bénévoles pour compenser la baisse des effectifs : « Pensent-ils que le travail d’un bibliothécaire est si simple, si vide de contenu, que quiconque puisse s’en charger pour un merci et une tasse de thé ? »9 Dans ce contexte rare d’échange entre les deux professions, le bibliothécaire et activiste Alan Wylie en profita pour rappeler l’utilité des bibliothèques publiques pour les écrivains eux-mêmes10. Sur Twitter, il affirmait ainsi que ce dont les auteurs auraient le plus besoin, de nos jours, serait un service de bibliothèques publiques pris en charge par des professionnels qualifiés et doté de ressources suffisantes11, leur permettant alors de bénéficier d’un lieu propice à la création littéraire.

Quel discours ? De l’intime au politique

7La déclaration d’Alan Wylie, certes volontairement provocatrice, interroge la place que les auteurs accordent aux bibliothèques publiques. Entre nécessité et nostalgie, quelle idée des bibliothèques fut alors défendue ? Si leurs interventions ont pour objectif principal la dénonciation des mesures enclenchées par le gouvernement, beaucoup y ajoutent une dimension émotionnelle, fondée sur l’expression de leur propre vécu. On retrouve ainsi, au cœur des débats, de nombreux témoignages fournis par les auteurs qui revinrent sur leurs souvenirs associés aux bibliothèques. Celles-ci sont généralement considérées comme ayant occupé une place majeure dans leur construction personnelle et leur découverte de la littérature. À cet égard, le discours prononcé par Philip Pullman et publié en ligne en janvier 2011 sur le site The False Economy, sous le titre de « Leave the libraries alone, you don’t understand their value » [Laissez les bibliothèques tranquilles, vous ne comprenez pas leur valeur], constitue un exemple très représentatif et particulièrement lyrique. L’auteur de la saga La croisée des mondes revenait alors sur les raisons qui l’ont poussé à prendre parole en faveur de la protection des bibliothèques.

Je le fais par amour.

Je me rappelle encore de ma première carte de bibliothèque. Cela devait être autour de 1957. Ma mère m’amena à la bibliothèque publique juste derrière Battersea Park Road et m’y inscrivit. J’étais tellement heureux. Tous ces livres, et j’avais le droit d’emprunter tous ceux que je voulais !

  • 12 Il s’agit des commentaires laissés à la suite de l’article de Philip Pullman : < http://falseecono (...)
  • 13 “'I didn't steal books from library', says mother of Zadie Smith”, The Daily Mail Online, 5 avril (...)
  • 14 “Author Daisy Goodwin says library closures 'a tragedy'”, BBC, 18 novembre 2011. [En ligne] < http (...)

8Ce texte, rendant hommage à la « magie des livres », reçut un grand succès pour ses qualités littéraires et fut abondamment partagé en ligne. Son pouvoir de réminiscence sembla trouver un écho considérable auprès du public, beaucoup le remerciant d’avoir « su mettre les mots » sur leur ressenti, tandis qu’un commentateur nommé Booklover Kate déclarait : « Certaines choses ont un coût, mais la valeur qui leur est associée ne peut être calculée en termes d’argent car elle est incommensurable. »12 À l’instar de Philip Pullman, de nombreux auteurs s’attachèrent à exprimer le lien profond les liant aux bibliothèques publiques, avec un zèle parfois excessif : la mère de Zadie Smith dut ainsi se défendre d’avoir « volé » des livres appartenant à une bibliothèque13 ! Cette insistance sur le rapport affectif entretenu avec les bibliothèques, définies par Ian Rankin comme des « refuges et des lieux d’émerveillement », contribua à en faire des lieux presque sacrés, propices à la découverte et la liberté. La condamnation de leur suppression, que l’autrice Daisy Goodwin qualifie de véritable « tragédie »14 n’en est, par ailleurs, que plus justifiée.

  • 15 Amelia Hill, “Zadie Smith joins campaign to save her local library”, The Guardian, 30 mars 2011. [ (...)
  • 16 Stephen Adams, “Neil Gaiman says closing libraries would be ‘a terrible mistak’e”, The Telegraph, (...)
  • 17 Amelia Hill, article cité.
  • 18 Alice Ross, “Authors join national protest against library Closures”, The Guardian, 5 novembre 201 (...)

9Si les écrivains insistèrent sur la dimension proprement humaine et sociale des bibliothèques, ce ne fut pas sans répercussion politique. En effet, leurs témoignages permirent d’orienter le débat vers les conséquences sociales des politiques budgétaires du gouvernement, en particulier leur aspect discriminatoire envers des populations vulnérables, et notamment de la jeunesse. L’emphase fut mise sur le rôle démocratique de la bibliothèque publique, qui offre aux enfants ne disposant pas de ces ressources dans leur propre foyer un accès libre aux livres, et donc à la connaissance. Le combat des auteurs se justifiait alors par ce sentiment que les bibliothèques constituent des « passerelles vers des vies meilleures »15 qui devraient être offertes sans conditions aux générations actuelles et à venir. Le romancier Neil Gaiman accuse alors les autorités de « voler à l’avenir pour financer le présent », en fermant « des portes qui devaient être ouvertes »16. Les mesures du gouvernement, animées par la volonté d’appliquer la notion de rentabilité aux services publics, n’étaient pas épargnées par le discours de Philip Pullman qui dénonçait le « fantôme cupide » du profit. Ces politiques furent également qualifiées d’élitistes par Zadie Smith, estimant qu’il semblait « difficile de voir à quel point il est important d’avoir une bibliothèque de proximité. Mais il est toujours compliqué d’expliquer aux gens qui ont de l’argent ce que c’est que de n’avoir presque rien »17. Ce sentiment de drame et d’injustice face à de telles mesures fut ainsi résumé par Michael Rosen en des termes très accusateurs : « Ce que dit l’État, c’est que les pauvres n’ont pas le droit à la connaissance et au savoir. »18

10La crise des bibliothèques a donc poussé les auteurs à s’investir sous des formes variées afin de contester les mesures imposées par le gouvernement. Poussés par leur attachement personnel à ces institutions, mais aussi par la conviction profonde de leur importance au sein des communautés, ils se sont alliés aux bibliothécaires pour défendre une certaine idée de l’État, dont le devoir serait de protéger à tout prix l’accès à la connaissance pour tous au nom d’une conception très démocratique de la culture de l’écrit.

Entretien avec Alan Gibbons, auteur engagé19

  • 19 Les questions ont été adressées par courriel par Cécile Touitou en juin 2019. Les réponses sont tr (...)

11Alan Gibbons écrit des livres pour enfants depuis vingt-trois ans. Il est le lauréat de l’édition 2000 du Prix du livre Blue Peter « Le livre que je ne pouvais pas m’arrêter de lire » pour son livre à succès Shadow of the Minotaur. Il a été juré de l’édition 2001 du prix. Alan Gibbons a enseigné pendant dix-huit ans, dans le primaire et dans le secondaire. Il a effectué de nombreuses visites d’écoles, de collèges et de bibliothèques et donne des conférences sur l’éducation. Il est un conférencier populaire au Festival d’Édimbourg, à la Foire du livre de Londres, au Northern Children’s Book Festival, au festival d’Hay-on-Wye, au Cheltenham Festival et plusieurs autres. Il est l’organisateur de Campaign for the Book et a organisé avec succès une conférence de 200 personnes à Birmingham pour son lancement. En décembre 2010, il a lancé une lettre ouverte au sujet des fermetures de bibliothèques signée par 1 100 personnes, notamment de nombreuses personnalités du monde des arts, de la littérature, des médias et de l’édition.

Cécile Touitou : Comment décririez-vous la situation des bibliothèques publiques britanniques au début des années 2010, du point de vue des bibliothécaires ?

Alan Gibbons : Je la qualifierais de préoccupante, mais loin d’être aussi grave que la situation actuelle, après une décennie de coupes budgétaires. On parle de l’âge d’or des bibliothèques à partir de 1964, lorsque la législation a confirmé la modernisation du statut du service des bibliothèques publiques, puis de 1979, lorsque l’arrivée de Margaret Thatcher a créé un climat de coupes budgétaires, d’obsession de la privatisation et d’hostilité envers le service public. Au début des années 2010, les bibliothèques avaient déjà connu plusieurs périodes de réduction des heures d’ouverture, de réduction du personnel et des collections offertes, mais je soupçonne que peu de gens ont réalisé alors à quel point la situation allait se dégrader à la suite de la crise financière de 2008. Il y avait toujours un réseau de bibliothèques en bonne santé, même si les signes annonciateurs du déclin à venir étaient déjà là depuis des années.

C. T. : Quelle mobilisation le public a-t-il mise en œuvre ?

A. G. : Les bibliothèques sont populaires. Au fur et à mesure que la menace de fermeture des bibliothèques se profilait à l’horizon, il y a eu des protestations assez importantes. Lorsque les bibliothèques ont été menacées dans le district du Wirral, dans le nord-ouest de l’Angleterre, par exemple, plus de 1 000 personnes ont défilé à Birkenhead. 800 personnes ont assisté à une réunion de consultation. Il y a eu 110 rencontres de lecture dans les bibliothèques à travers le pays. Il y avait deux lobbies très suivis au Parlement. Dans de nombreuses régions, il y a eu des formes inhabituelles de protestation. Par exemple, à Milton Keynes, les usagers de la bibliothèque ont emprunté tous les livres de leur succursale locale pour attirer l’attention sur ce qui arrivait au service. Il y a également eu une manifestation nationale de 2 500 personnes à Londres, à laquelle se sont joints des représentants du syndicat de la CGT de Paris.

C. T. : Le public s’est-il exprimé d’une seule voix ou y a-t-il eu un débat sur les arguments à avancer ?

A. G. : Le public ne s’exprime jamais d’une seule voix. Il y a des disparités selon les revenus et l’appartenance politique. Certains ont été convaincus par l’argument selon lequel nous étions « tous dans le même bateau » alors que 14 millions de personnes vivent aujourd’hui dans la pauvreté alors même que les 10 000 personnes les plus riches ont vu leur revenu augmenter de 183 % en dix ans. Certaines personnes croyaient que, si nous acceptions certaines coupes budgétaires, le service en général n’en subirait pas de conséquences, tandis que d’autres ont dit que des coupes en entraîneraient d’autres. Le plus grand débat parmi les usagers de la bibliothèque portait sur la manière dont les campagnes devaient se dérouler. Certains croyaient que seule une action syndicale vigoureuse pouvait défendre le service. D’autres pensaient que le gouvernement et les conseils locaux pouvaient être convaincus par l’usage de la raison. Cela a suscité de vives controverses au sein des campagnes pour les bibliothèques.

C. T. : Quels effets cette mobilisation a-t-elle eus sur les décisions de fermeture ?

A. G. : J’ai mentionné le district du Wirral. Là-bas, le ministre Andy Burnham a suspendu les fermetures, mais une fois qu’il a été remplacé par le ministre conservateur Ed Vaizey, les coupes budgétaires se sont accélérées et cette décision a été remise en question. Dans certaines régions, les fermetures ont été retardées et certaines ont été annulées, mais la tendance générale s’est poursuivie. Je pense que la leçon qu’en ont tirée le nouveau gouvernement conservateur et de nombreux conseils municipaux a été d’introduire des coupes budgétaires et des fermetures non pas d’un seul coup, mais d’une manière lente, au goutte-à-goutte, d’une manière plus difficile à combattre par une seule grande campagne de protestation et qui a eu tendance à démoraliser lentement les opposants.

C. T. : Pourquoi avez-vous pris la tête d’une mobilisation ?

A. G. : Le poète Michael Rosen n’avait pas pu prendre la parole à Doncaster en 2008, alors je suis intervenu à la dernière minute. J’ai entendu parler de l’ampleur des coupes budgétaires imposées aux bibliothèques locales et j’ai assisté alors à une manifestation d’environ trois cents personnes et pris la parole à plusieurs réunions de protestation. Après quelques recherches, j’ai conclu que si le secteur public devait être réduit de 28 %, comme l’a dit le chancelier George Osborne, la plupart des collectivités se retrouveraient avec une seule bibliothèque bien dotée en personnel et des bibliothèques satellites bénévoles. J’ai organisé la conférence Campaign for the Book lors d’une réunion de 200 personnes à Birmingham et j’ai rejoint la nouvelle coalition Speak up for Libraries. J’ai initié les « 110 rencontres de lectures publiques » à travers le pays, lancé une pétition pour rendre les bibliothèques scolaires statutaires et pris la parole lors de nombreuses réunions de protestation, rassemblements, lobbies et débats.

C. T. : Quels furent vos résultats ?

  • 20 NDT : la manifestation du 10 juillet 2014 a été relatée dans la presse : « Des centaines de millie (...)

A. G. : Nous avons retardé certaines des fermetures et obligé certains conseils à adopter une approche moins radicale, mais pour être tout à fait honnête, tant que le gouvernement s’en tient à son programme d’austérité, les bibliothèques, en tant que petit secteur, ne peuvent jamais être défendues alors que les hôpitaux, les écoles et le logement sont réduits à néant et ne font l’objet que de protestations limitées. Le Congrès des syndicats (Trades Union Congress – TUC) a organisé une première manifestation de 400 000 personnes20. Malheureusement, cela ne s’est jamais transformé en une campagne massive contre l’austérité. Le nombre de manifestations a diminué, des centaines de milliers d’emplois ont été supprimés dans le secteur public et les services ont été réduits. Les bibliothèques ne représentaient qu’une petite partie de ce tableau d’ensemble.

C. T. : Selon vous, pourquoi les bibliothèques sont-elles précieuses ?

A. G. : Tout simplement, elles changent des vies. Un récent sondage a montré – ce qui n’est pas surprenant – qu’un enfant qui fréquente la bibliothèque est deux fois plus susceptible de lire avec aisance qu’un autre qui n’y va pas. Les familles n’ont pas les moyens d’acheter plusieurs livres par semaine, mais elles peuvent les emprunter à la bibliothèque. Des personnes marginalisées peuvent s’y rencontrer. Les demandeurs d’emploi peuvent utiliser les ordinateurs pour qu’ils ne soient pas radiés et qu’on leur retire leurs prestations. À une époque où la plupart des lieux d’engagement collectif ont disparu des quartiers, les bibliothèques peuvent devenir des centres communautaires, des lieux qui limitent l’atomisation et la solitude et contribuent au bien-être.

C. T. : Selon vous, quel est leur avenir ?

A. G. : Les bibliothèques sont des institutions solides. Elles ont survécu depuis Assurbanipal vers 660 av. J.-C., la bibliothèque d’Alexandrie et le catalogue de Liu Xin sous la dynastie Han. Dans certains pays, la situation n’est pas la même qu’au Royaume-Uni. Les bibliothèques se sont développées dans des pays comme le Japon et la Corée du Sud. En Finlande, 5,5 millions d’habitants empruntent 68 millions de livres par an. Le problème n’est pas les bibliothèques, mais les gouvernements béotiens qui imposent des coupes budgétaires contre-productives qui entraînent des coûts beaucoup plus lourds à long terme pour la société. Le gouvernement conservateur après 2010, soutenu par les Libéraux-démocrates, restera dans les mémoires comme l’un des plus hostiles à la fonction publique en général et aux bibliothèques en particulier. Il devrait avoir honte.

Notes

1 Mark Twain, lettre à la bibliothèque Millicent (Rogers), 22 février 1894.

2 Sam Jones et Alison Flood, “Kensal Rise library stripped in night of books and Twain plaque”, The Guardian, 29 mai 2012. [En ligne] < https://www.theguardian.com/uk/2012/may/29/kensal-rise-library-stripped-books >.

3 “Wire slams British library closures”, World Entertainment News Network, 9 février 2011.

4 Benedicte Page, “Library cuts and job losses condemned by leading authors”, The Guardian, 22 novembre 2010. [En ligne] < https://www.theguardian.com/books/2010/nov/22/library-cuts-leading-authors-condemn >.

5 Nadia Khomami, “UK library closures and the fights to save them”, The Guardian, 17 décembre 2015. [En ligne] < https://www.theguardian.com/books/2015/dec/17/library-closures-campaigns-fights-cuts-uk >.

6 Voir l’entretien avec Alan Gibbons au chapitre 7.

7 “Hay Festival cash keeps town library open”, BBC, 7 mai 2017. Disponible en ligne : < https://www.bbc.com/news/uk-wales-mid-wales-39930723 >.

8 Sarah Shaffi, “Gibbons reissues call for head-to-head debate with Vaizey”, The Bookseller, 12 août 2015. [En ligne] < https://www.thebookseller.com/news/gibbons-reissues-call-head-head-debate-vaizey-309261 >.

9 Philip Pullman, “Leave the libraries alone. You don’t understand their value”, The False Economy, 25 janvier 2011. [En ligne] < http://falseeconomy.org.uk/blog/save-oxfordshire-libraries-speech-philip-pullman >. Voir également l’encadré au chapitre 5.

10 Voir l’entretien avec Alan Wylie au chapitre 6.

11 Alan Wylie (alan_wylie), “A properly resourced and funded public library run by paid/trained staff perhaps?”, tweet en réponse à Beverley Ward (beverleyward), 5 juin 2019.

12 Il s’agit des commentaires laissés à la suite de l’article de Philip Pullman : < http://falseeconomy.org.uk/blog/save-oxfordshire-libraries-speech-philip-pullman >.

13 “'I didn't steal books from library', says mother of Zadie Smith”, The Daily Mail Online, 5 avril 2011. [En ligne] < https://www.dailymail.co.uk/news/article-1372817/I-didnt-steal-books-library-says-mother-Zadie-Smith.html >.

14 “Author Daisy Goodwin says library closures 'a tragedy'”, BBC, 18 novembre 2011. [En ligne] < https://www.bbc.com/news/av/entertainment-arts-15788178/author-daisy-goodwin-says-library-closures-a-tragedy >.

15 Amelia Hill, “Zadie Smith joins campaign to save her local library”, The Guardian, 30 mars 2011. [En ligne] < https://www.theguardian.com/books/2011/mar/30/zadie-smith-public-library-campaign >.

16 Stephen Adams, “Neil Gaiman says closing libraries would be ‘a terrible mistak’e”, The Telegraph, 22 juin 2010. [En ligne] < https://www.telegraph.co.uk/culture/culturenews/7852404/Neil-Gaiman-says-closing-libraries-would-be-a-terrible-mistake.html >.

17 Amelia Hill, article cité.

18 Alice Ross, “Authors join national protest against library Closures”, The Guardian, 5 novembre 2016. [En ligne] < https://www.theguardian.com/books/2016/nov/05/authors-join-national-protest-against-library-closures >.

19 Les questions ont été adressées par courriel par Cécile Touitou en juin 2019. Les réponses sont traduites par Lara Touitou.

20 NDT : la manifestation du 10 juillet 2014 a été relatée dans la presse : « Des centaines de milliers de personnes ont pris part à des rassemblements et des marches à travers le Royaume-Uni dans le cadre d'une journée de grève organisée par les syndicats des services publics. Les enseignants, les pompiers et les conseillers municipaux se sont joints à la grève, qui fait suite à des différends avec le gouvernement au sujet des salaires, des pensions et des compressions. » In : “Public sector strikes hit schools and services around the UK”, BBC News, 10 juillet 2014. [En ligne] < https://www.bbc.com/news/uk-28240683 >.

Auteur

Responsable adjointe du pôle Cartothèque et correspondante Services aux publics, Bibliothèque de Géographie, Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search