Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques publiques britanniques contemporaines

 | 
Cécile Touitou

Partie 2. Auteurs, usagers, sympathisants : les formes d'engagement en faveur des bibliothèques

Entretiens avec Alan Wylie et Isobel Hunter

Alan Wylie, Isobel Hunter et Cécile Touitou

Texte intégral

  • 1 Les deux entretiens ont été réalisés par Cécile Touitou par courriel, en juillet 2019 pour Alan Wy (...)

1La parole est ici donnée à deux bibliothécaires, représentatifs des deux courants, « militant » et « pragmatique », qui cohabitent au sein de la communauté des bibliothécaires. Les questions sont adaptées à chacun des interlocuteurs1.

Entretien avec Alan Wylie, bibliothécaire activiste

2Alan Wylie est un défenseur des bibliothèques. Il se présente ainsi sur son compte Twitter @wylie_alan : « Bibliothécaire, syndicaliste/socialiste, activiste militant pour la défense des bibliothèques contre la privatisation, la commercialisation et la déqualification des bibliothèques publiques. »

3Il gère le blog Stop the privatisation of Public Libraries2. Il a pris part à de nombreuses manifestations de soutien et a écrit plusieurs articles, dont « Local communities – Labour must fight to defend them », le 27 avril 2018 sur le site OpenDemocracy, qui commençait par le chapeau suivant :

Les bibliothèques sont décimées par les compressions, la privatisation, la déqualification et le passage au « bénévolat » et au « généralisme ». Mais on dit à ceux qui y travaillent de nier qu’il y a une crise.

4En 2016, Alan Wylie, membre de la branche Islington du syndicat UNISON, déclarait à News Line alors que, fin octobre, plus de 5 000 bibliothécaires, syndicalistes, membres de leurs familles et sympathisants avaient manifesté à Londres contre les coupes et les fermetures : « J’ai aidé à organiser cette marche pour envoyer un message fort au gouvernement : nous allons lutter contre les coupes dans les bibliothèques, musées et galeries. Nous avons perdu 8 000 postes et 600 bibliothèques ont été fermées ou données à des étrangers au cours des six dernières années. »

Cécile Touitou : Comment décririez-vous la situation des bibliothèques publiques anglaises au début des années 2010 du point de vue des professionnels ?

Alan Wylie : Il y avait déjà eu quelques coupes budgétaires avant 2010, mais la fréquentation des bibliothèques continuait d’augmenter. Nous avions perdu du personnel et des bibliothèques, mais la situation s’est aggravée au moment de l’arrivée au pouvoir de la coalition des Conservateurs avec les Libéraux-démocrates : nous avons perdu environ 800 bibliothèques et 12 500 postes, et des centaines de millions de livres sterling ont été retirées des budgets des bibliothèques.

Le Conseil des musées, bibliothèques et archives (MLA – Museums, Libraries and Archives Council) était l’organisme en charge du développement des bibliothèques jusqu’à ce que le mandat soit remis au Arts Council en 2012. Le conseil précédent n’était pas parfait, mais au moins, ils avaient une idée de la vraie mission et du rôle des bibliothèques publiques, contrairement au Arts Council.

Nous disposions encore des vestiges des normes et des critères nationaux pour les bibliothèques jusqu’à ce que la coalition Conservateurs/Libéraux-démocrates y mette un terme en 2010.

C. T. : Comment décririez-vous la situation dans votre bibliothèque locale ?

A. W. : Ma bibliothèque locale à Haringey est une petite bibliothèque de type Carnegie qui est très utilisée et appréciée par la communauté locale, mais le service dans son ensemble a été vidé de son contenu en raison d’une réduction du personnel et des ressources. Le groupe des amis de la bibliothèque est très actif et d’un grand soutien.

C. T. : Qu’est-ce qui vous a motivé à vous mobiliser et quelle forme cette mobilisation a-t-elle prise ?

A. W. : Il y a quelques années, j’ai commencé à tenir un blog au sujet des bibliothèques, intitulé Stop the privatisation of public libraries3, et je me suis impliqué aux côtés de militants américains qui luttaient contre l’implantation de la société privée de gestion de bibliothèques LSSI4 en Californie, et plus tard quand ils ont essayé de s’installer au Royaume-Uni.

Je me suis ensuite concentré sur la privatisation et la commercialisation des bibliothèques publiques au Royaume-Uni.

Par la suite, j’ai rejoint le groupe de campagne Voices for the Library5 et j’ai ensuite obtenu une place au sein du comité national d’organisation de Speak up for Libraries6, une coalition nationale de militants, rassemblant notamment UNISON, CILIP, etc.

5J’ai aidé à l’organisation de lobbies auprès du Parlement, de manifestations et de marches d’ampleur nationale. J’ai également témoigné lors d’enquêtes parlementaires, écrit des articles pour la presse nationale et donné des interviews à Channel 4 News, Russia Today, etc.

C. T. : Quels ont été les effets de cette mobilisation sur les décisions de fermeture ?

A. W. : À l’échelle nationale, nous nous sommes employés à ce que le sujet des coupes budgétaires et des fermetures fasse les gros titres. À l’échelle plus locale, nous avons aidé de nombreux groupes de campagne à monter des dossiers contre les coupes budgétaires et les fermetures, avec plus ou moins de succès. Nous avons également fait pression auprès des députés et des conseillers municipaux.

C. T. : Quel a été l’impact des réseaux sociaux sur la mobilisation ? Quels ont été les vecteurs de mobilisation les plus efficaces ?

A. W. : La grande majorité des groupes de campagne sont sur Twitter, Facebook, etc., et une grande partie de l’organisation et du partage d’informations se fait par ces canaux. Sans les réseaux sociaux, notre défense aurait été beaucoup plus localisée et inefficace.

C. T. : Aujourd’hui, si vous deviez recommencer, procéderiez-vous de la même façon ?

A. W. : Je regrette de ne pas avoir sollicité davantage de groupes de campagne dans la gestion de Speak up for Libraries. Je regrette aussi que les syndicats nationaux n’aient pas donné plus de temps, d’énergie et de ressources pour lutter contre les coupes budgétaires et les fermetures de bibliothèques, et que je n’aie pas réussi à convaincre le Parti travailliste d’adopter une politique nationale sur les bibliothèques.

C. T. : Selon vous, qu’est-ce qui rend les bibliothèques précieuses ?

A. W. : Il s’agit d’un service appartenant au public, et non à des entreprises privées ou à une partie de la collectivité, bien que nous ayons maintenant des bibliothèques gérées par des organisations du « troisième secteur » et par des bénévoles.

C’est le seul espace public où les citoyens peuvent se rendre sans être contraints de dépenser de l’argent, relativement libres de toute pression commerciale.

Les bibliothèques favorisent la participation démocratique et politique et donnent accès à la loi et aux droits.

C. T. : Que répondez-vous à ceux qui prétendent que les bibliothèques sont des équipements obsolètes au XXIe siècle ?

A. W. : Tout d’abord, je leur dirais qu’en faisant une telle déclaration, ils s’expriment depuis une position privilégiée ; beaucoup de gens n’ayant pas les moyens d’acheter des livres ou des liseuses utilisent les bibliothèques, beaucoup de gens victimes de la fracture numérique utilisent les bibliothèques, beaucoup de gens n’ayant nulle part où aller utilisent les bibliothèques, beaucoup de gens qui ont besoin de contact humain et qui sont isolés utilisent les bibliothèques, et beaucoup de jeunes gens considèrent les bibliothèques comme un espace public sûr et digne de confiance. Ceux qui vivent dans des résidences étudiantes surpeuplées utilisent les bibliothèques pour étudier et pour faire une pause dans un monde souvent bruyant et hostile.

Je voudrais aussi les diriger vers le site The Reading Agency qui travaille en étroite collaboration avec différents partenaires pour offrir des programmes d’accès à la lecture à plus d’un million de personnes par an. Elle mène également des évaluations de l’impact de la lecture, mais aussi des bibliothèques7.

C. T. : Selon vous, quel est l’avenir des bibliothèques ?

A. W. : Leur avenir au Royaume-Uni et en Angleterre dépend de certains événements et décisions majeurs :

  • une élection générale qui aura lieu très bientôt8 et au cours de laquelle un gouvernement travailliste dirigé par M. Corbyn prendrait le pouvoir – ce gouvernement travailliste adoptant une politique ou stratégie nationale sur les bibliothèques qui soutiendrait un financement et une gestion publics et un personnel rémunéré et formé ;
  • la sanctuarisation des financements pour les bibliothèques publiques ;
  • le rétablissement du financement et de la dotation en personnel de toutes les « bibliothèques » dirigées par des bénévoles ;
  • le retrait du mandat actuellement détenu par le Arts Council, et la constitution d’un nouveau conseil consultatif qui soit vraiment représentatif ;
  • le rétablissement des normes nationales de bibliothèque pour l’Angleterre ;
  • se départir de l’esprit néolibéral (appuyé par le groupe de travail, Libraries Unlimited et al.) et reconnaître la véritable valeur sociétale des bibliothèques et le rôle crucial qu’elles jouent dans la société. Sans ces changements essentiels, nous serons confrontés à davantage de coupes budgétaires, de fermetures et de privatisation, de commercialisation et d’amateurisme croissants.

Entretien avec Isobel Hunter, présidente de Libraries Connected

6Libraries Connected est ainsi présenté sur son site web9 : « Libraries Connected est un organisme de bienfaisance qui a pris la suite de la Société des bibliothécaires en chef (Society of Chief Librarians – SCL). Il est en partie financé par l’Arts Council England en tant qu’organisation de soutien sectoriel aux bibliothèques. Ce financement a permis d’accroître la capacité d’une nouvelle équipe de permanents. Cependant, nous sommes fiers de rester une organisation de membres, composée de représentants issus de bibliothèques en Angleterre, au pays de Galles et en Irlande du Nord ».

7En juin 2018, Isobel Hunter, prenant ses nouvelles fonctions de présidente, répondait à une interview de Ian Anstice pour son blog Public Library News10 que nous reproduisons ici en français, en introduction à son interview :

Ian Anstice : Quelle était votre vision du monde des bibliothèques avant votre nomination ? Cela a-t-il changé depuis ?

Isobel Hunter : Bien que je travaille dans le monde des archives depuis quelques années, elles sont si étroitement liées aux bibliothèques publiques que j’estimais avoir une compréhension suffisante du secteur avant de commencer cette nouvelle mission. J’étais enthousiaste en prenant ce poste car les bibliothèques sont au cœur de la vie des gens et des collectivités d’un bout à l’autre du pays. J’ai longtemps été impressionnée par l’innovation, l’énergie et l’engagement qu’y déploient les professionnels dans l’idée de fournir un service de grande qualité. Ce que j’ai vu depuis ma prise de poste n’a fait que confirmer cette impression. Par exemple, l’un de mes premiers rendez-vous a été d’assister au lancement Makerspace11 à Nuneaton, où Ada Lovelace a fait une apparition aux côtés d’un robot dansant.

I. A. : Quelles sont vos principales priorités pour les deux prochaines années ? Comment mesurera-t-on le succès de ces priorités ?

I. H. : Nous avons deux domaines prioritaires : (1) Assurer la transition vers une organisation pérenne sur la base d’un financement diversifié, une structure de base légère et efficace, et un engagement significatif auprès de l’ensemble des personnels travaillant dans les bibliothèques. (2) Soutenir l’innovation dans les bibliothèques et être un défenseur acharné de leur impact.

Les objectifs spécifiques de cette première année comprennent un examen des Universal Library Offers12, un programme qui vise à aider les bibliothèques en région et à leur proposer le développement d’outils d’évaluation.

8Nous présentons ici les réponses qu’elle a adressées à nos questions posées par courriel en mai 2019 :

Cécile Touitou : Comment décririez-vous la situation des bibliothèques publiques anglaises au début des années 2010 ?

Isobel Hunter : L’état des bibliothèques au Royaume-Uni constitue un débat très controversé. À Libraries Connected, nous estimons que la réalité est complexe et nuancée. Les budgets et les ressources ont considérablement diminué depuis 2010, et le nombre d’usagers a diminué depuis des années, avant même la période d’austérité qui débute en 2005. Dans les médias britanniques, il y a souvent des articles autour du sujet des « bibliothèques en crise ». Toutefois, les bibliothèques publiques du Royaume-Uni ont fait preuve d’innovation dans la façon dont elles financent et fournissent leurs services, le nombre d’utilisateurs demeure incroyablement élevé et certains signes indiquent qu’il commence même à augmenter. Nous sommes un secteur qui devrait aborder l’avenir avec confiance et se concentrer sur une offre de services unique, précieuse et moderne pour nos collectivités.

C. T. : Quel est le statut des bibliothécaires britanniques, qui les emploie et quelle est la durabilité de leur emploi ?

I. H. : La plupart des bibliothèques publiques sont gérées par les autorités locales qui emploient les bibliothécaires et le personnel des bibliothèques. Un petit nombre d’entre elles ont fait l’objet d’une externalisation et sont gérées par exemple par des associations caritatives indépendantes, et le personnel précédemment local ou municipal y a été transféré.

Les clauses contractuelles de ces emplois varient. Nombre d’entre eux sont sous contrat à durée indéterminée, mais les contrats à durée déterminée et les missions font également partie du paysage.

On craint que leurs compétences professionnelles ne soient diluées, et nous devons y remédier. Cependant, à mesure que les bibliothèques changent et s’adaptent, il est important que nous reconnaissions que les compétences évoluent et que nous devons former du personnel pour suivre le rythme de ce monde en constante évolution afin d’en assurer la durabilité.

C. T. : Comment décririez-vous la situation des bibliothèques publiques britanniques au début des années 2010, du point de vue des bibliothécaires ?

Tableau 5. Enquête CIPFA sur les bibliothèques 2017-2018

2016-2017 2017-2018
Dépenses 771  673  213 £ 741  423  730 £
Visites en bibliothèques 243 419 186 233 094 425
Employés (ETP) 16 194 15 483
Bénévoles 48 025 51 394
Heures de bénévolat 1 720 289 1 780 843
Point de service* 3 745 3 618
Livres prêtés 192 567 205 182 895 337
* Un point de service est constitué par toute bibliothèque, fixe ou mobile, par laquelle l’administration de la bibliothèque publique fournit ou gère directement un service destiné au grand public. Un point de service fixe doit permettre l’accès au grand public (et pas seulement à des groupes particuliers) et, au minimum, fournir un point d'information doté de personnel, des installations de prêt et un terminal d'accès public. Les services situés dans un même bâtiment ne doivent pas être comptés séparément. Les bibliothèques centrales et les succursales sont comptées comme des points de service distincts.

Source : < https://www.cipfa.org/​about-cipfa/​press-office/​archived-press-releases/​2018-press-releases/​libraries-lose-branches-and-staff-as-spending-continues-to-drop >

I. H. : Depuis 2010, tous les secteurs de l’administration locale – y compris les bibliothèques – ont subi d’importantes réductions de budgets et de ressources. Les données soumises chaque année au CIPFA montrent une réduction de 38 % des budgets des bibliothèques entre 2010 et 2018. Le même ensemble de données montre également une réduction du personnel des bibliothèques (d’environ 20 000 équivalents temps plein à 12 000) et des succursales (de 17 %), ainsi qu’une diminution continue de l’utilisation des bibliothèques, qui est passée de 52 % en 2005 (avant le début de l’austérité) à 34 % l’an dernier.

Toutefois, au cours de la même période, le taux de satisfaction des usagers des bibliothèques est demeuré très élevé et constant, à environ 92 %, et il y a des signes évidents que le déclin de l’utilisation des bibliothèques s’est stabilisé et commence à augmenter à nouveau.

Les bibliothécaires ont réagi à l’austérité avec créativité, détermination et vigueur. Ils ont compris la nécessité de transformer le service. Bien que la majorité des bibliothèques soient encore régies directement par les autorités locales, il y a eu un certain nombre de cas d’externalisation où les autorités locales demandent à une association caritative indépendante de gérer leur bibliothèque. Les bibliothécaires ont également travaillé dur pour diversifier leur base de financement, en répondant à des appels à projets pour recevoir des financements, pour soutenir des projets au sein de leur collectivité et le développement de leurs budgets d’investissement, et en utilisant leurs bâtiments, leurs collections et leur expertise pour générer des revenus.

Par ailleurs, le recours aux bénévoles s’est accru de façon notable afin d’améliorer le travail du personnel salarié et d’établir des liens plus étroits avec les collectivités. Il y a aussi une augmentation du nombre de bibliothèques « gérées par la communauté », où le conseil a confié la responsabilité de ses bâtiments et de ses collections à un groupe communautaire. Les modèles à cet égard varient – d’un partenariat où le service de bibliothèque de base continue toujours de fournir un soutien professionnel, des ressources et un niveau de financement et où la bibliothèque fait toujours partie des dispositions statutaires du conseil, à un modèle où le conseil se dégage de la responsabilité et offre peu ou aucun appui. La durabilité et la qualité de ce dernier modèle sont discutables.

Dans de nombreuses bibliothèques, les changements ont été correctement planifiés et bien exécutés, avec le soutien des autorités locales. Cependant, cela n’a pas été le cas partout et on craint de ne plus avoir d’offre de bibliothèque cohérente dans toutes les régions du pays, et que cette offre soit maintenant inadaptée dans certaines régions.

Au cours de la dernière décennie, la conséquence que cela a eu sur les bibliothécaires est qu’ils ont dû devenir des défenseurs déterminés de leurs établissements auprès des élus, des bailleurs de fonds et des décideurs. Ils ont également dû montrer qu’ils avaient des idées innovantes et qu’ils étaient soucieux de s’adapter aux transformations afin de continuer à offrir une offre de services de bibliothèque de qualité au public local. Dans de nombreux conseils municipaux, le rôle des bibliothèques est maintenant mieux compris et on appréhende mieux les impacts que les bibliothèques peuvent avoir sur la vie des gens. Toutefois, à mesure que les conseils continuent de réduire leur budget, les bibliothèques devront continuer de défendre leurs intérêts en vue d’obtenir des financements qui permettront de préserver leur établissement.

C. T. : Quelle mobilisation le public a-t-il mise en œuvre ?

I. H. : Les militants locaux et des groupes d’amis des bibliothèques ont fait preuve d’un engagement très fort, ayant à cœur de protéger les bibliothèques. Ils s’unissent à l’échelle nationale par l’intermédiaire de Twitter et des réseaux sociaux, bien que leurs campagnes soutiennent en réalité davantage les intérêts locaux. Le CILIP est également parvenu à se faire entendre à l’échelle nationale et est souvent cité dans les médias et lors de conférences.

Les directeurs des bibliothèques ne peuvent pas activement faire campagne contre les changements prônés par leur tutelle, car ils ne peuvent pas tout simplement faire campagne contre le conseil municipal qui les emploie ! Cependant, ils s’efforcent de plaider pour leur établissement et d’influencer la prise de décision en interne, en utilisant des approches fondées sur des données factuelles et étayées par des enquêtes auprès des communautés qu’ils desservent.

Des organismes nationaux, dont le Arts Council England et Libraries Connected, s’emploient également à soutenir les services au cas par cas et à influencer les décisions relatives aux votes du budget. Ils s’emploient également à sensibiliser le gouvernement central à la valeur des bibliothèques et à fournir aux bibliothécaires des outils et des preuves pour les aider à plaider leur propre cause.

Un des membres de Libraries Connected, directeur de bibliothèque très chevronné, m’a expliqué :

Nous ne le faisons peut-être pas aussi bruyamment que d’autres acteurs l’ont fait (je ne sais pas si c’est la bonne analogie), et ce qui n’est pas aussi visible, ce sont les heures passées par les directeurs des bibliothèques à convaincre et à influencer d’une manière plus persuasive et acceptable nos élus et décideurs quant aux valeurs des bibliothèques et leurs impacts sur la santé et le bien-être et comment elles permettent aux usagers d’éviter de s’engager dans toutes sortes de dépenses coûteuses.

Grâce à plusieurs échanges avec mes collègues et à ma propre expérience, je sais que si vous pouvez donner la preuve de votre rapport qualité/prix et montrer un retour sur investissement positif, vous pouvez faire changer les gens d’avis, mais le processus a été lent et certaines personnes choisissent encore de ne pas nous écouter, mais nous ne devrions pas sous-estimer la révolution plus tranquille qui a déjà eu lieu chez nos tutelles. Je pense que le personnel des bibliothèques s’est mobilisé, non pas en brandissant des pancartes ou des bannières, mais en continuant à fournir d’excellents services, en démontrant leur valeur et en insistant constamment – sur toutes les plateformes possibles– sur le fait que les bibliothèques sont toujours nécessaires et méritent d’être défendues.

À titre d’exemple personnel, je me suis engagé auprès du membre du conseil municipal en charge de notre dossier, en lui montrant les services que nous offrons, en prenant le temps de promouvoir notre vision et en m’assurant qu’il comprend – au nom du conseil – la valeur des bibliothèques, mais aussi ce que nous pourrions perdre si nous fermions nos bibliothèques. Je me suis efforcé de m’engager auprès du directeur général, des administrateurs, etc., en participant aux réunions idoines, en plaçant mon personnel au bon endroit et au bon moment pour plaider et influencer.

Il y a peu de communication dans les médias autour de cette mobilisation car c’est un sujet qui n’est sûrement pas assez intéressant pour figurer dans un reportage ou un article – mais je peux vous dire que c’est ressenti comme une campagne au long cours, et je suis certaine que les militants des bibliothèques le ressentent aussi.

C. T. : Le public s’est-il exprimé d’une seule voix ou y a-t-il eu un débat sur les arguments à avancer ?

I. H. : Il existe bien sûr des divergences d’opinions sur la façon dont les bibliothèques devraient être gérées et financées. Les idées diffèrent au sujet du recours aux bénévoles et sur la valeur ajoutée qu’ils peuvent apporter au service.

Il n’existe pas d’approche universelle qui conviendrait à tout le monde, et ce n’est de toute façon pas ce vers quoi nous devrions tendre. Les bibliothèques ont toujours été pensées pour répondre à des besoins très locaux, de sorte que chaque bibliothèque a toujours été différente de ses voisines.

Cela étant dit, il est toutefois important que les instances dirigeantes et les dirigeants eux-mêmes se réunissent pour donner une orientation claire à nos bibliothèques. Cela commence à se produire de plus en plus, avec le développement d’approches collaboratives et des partenariats au sein du milieu des bibliothèques.

C. T. : Quels effets cette mobilisation a-t-elle eus sur les décisions de fermeture ?

I. H. : Certaines fermetures sont inévitables, d’autres sont nécessaires, par exemple lorsque la population des villes évolue et que les bibliothèques ne sont pas situées au centre de nouvelles collectivités, ou lorsque les vieux bâtiments ne sont plus adaptés à l’utilisation qui en est faite.

Je pense qu’il est juste de dire que l’opinion publique et la vague de soutien aux bibliothèques confrontées à la fermeture ont parfois conduit à réfléchir à la façon dont les budgets et les ressources sont utilisés et alloués. Ce soutien, s’il est manifesté de manière adéquate, peut sauver les bibliothèques de la fermeture.

Il faut que cela s’oriente vers un soutien positif, et qu’on instaure un dialogue efficace et réfléchi à même de faire changer les gens d’avis.

C. T. : Combien de bibliothécaires ont perdu leur emploi et comment ont-ils changé d’emploi ?

I. H. : Les statistiques nationales recueillies par le CIPFA montrent une diminution de 38 % du personnel des bibliothèques à temps plein depuis 2010. Les rôles ont évolué à mesure que les équipes régies par différents conseils municipaux ont fusionné et cohabité, si bien que de nombreux membres du personnel des bibliothèques ont maintenant des rôles plus diversifiés qu’avant. Beaucoup d’entre eux apprécient les nouvelles méthodes de travail et les interactions plus fréquentes avec le public. Toutefois, il est nécessaire de plaider vigoureusement en faveur d’un personnel spécialisé et qualifié, qui reste essentiel à la gestion d’un bon service de bibliothèque. La collaboration régionale pour partager le personnel spécialisé et les compétences s’avère une approche fructueuse. En outre, l’utilisation de technologies telles que les automates de prêt/retour en libre-service représente désormais 50 % des transactions courantes, libérant ainsi le personnel pour un travail plus significatif et une plus grande interaction avec les usagers des bibliothèques.

C. T. : Comment évalueriez-vous la présence de bénévoles dans les bibliothèques britanniques aujourd’hui ?

I. H. : Le nombre de bénévoles a augmenté de 187 % depuis 2010 et le nombre d’heures de bénévolat est passé de 0,5 million à 1,7 million.

Le recours aux bénévoles varie d’un service à l’autre. Dans de nombreux cas, ils sont déployés pour améliorer et développer le travail du personnel rémunéré, recevoir une formation adéquate et servir de pont entre la bibliothèque et la collectivité.

Dans certains cas, les conseils ont transféré des locaux et des ressources à des groupes locaux et à des bénévoles et n’offrent ni financement ni soutien professionnel. La durabilité et la qualité à long terme de ce type de bibliothèque sont discutables.

C. T. : Pourquoi les bibliothèques sont-elles précieuses ?

I. H. : Les bibliothèques sont un espace protégé et neutre que les individus et les groupes peuvent utiliser. Elles sont souvent au cœur de la communauté et constituent parfois la seule présence citoyenne dans un quartier. La lecture est toujours importante et l’accès gratuit aux livres et aux documents de recherche est plus important qu’il ne l’a jamais été. Il en va de même pour la possibilité de se lancer dans l’apprentissage dans un environnement plus informel.

Le personnel possède les compétences et les connaissances nécessaires pour traduire ce qui représente parfois une quantité d’information déroutante pour les usagers. Les bibliothèques permettent aux gens de s’engager dans des activités culturelles, parfois sans même s’en rendre compte !

C. T. : Selon vous, quel est leur avenir ?

I. H. : Les bibliothèques sont tout aussi nécessaires aujourd’hui qu’auparavant. Nous avons changé et nous nous sommes adaptés au fil des ans et nous devons continuer à le faire pour répondre aux besoins des groupes et des individus. Nous nous alignons sur les priorités et les ordres du jour de nos tutelles, ce qui nous permet d’atteindre les résultats qu’elles exigent de nous. Les valeurs uniques des bibliothèques doivent être protégées – dans un monde en constante évolution, les bibliothèques ont prouvé qu’elles représentent un modèle de confiance, capable d’aider et de soutenir les gens à se tenir au courant des technologies en constante évolution, à comprendre et à démêler la masse d’informations qui leur arrive et à leur fournir un espace de réflexion et de détente.

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search