Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques publiques britanniques contemporaines

 | 
Cécile Touitou

Partie 2. Auteurs, usagers, sympathisants : les formes d'engagement en faveur des bibliothèques

Chapitre 5. Mouvement de défense des bibliothèques publiques britanniques entre 2010 et 2015

Clémence Fourton

Texte intégral

1Clémence Fourton expose la « grammaire » des mobilisations de défense des bibliothèques entre 2010 et 2015 qui emprunte autant aux mouvements anti-austérité qu’aux initiatives plus anciennes de promotion des bibliothèques. Le focus qu’elle propose sur l’initiative militante Save Our Libraries Day est complété par l’analyse que nous livre Sylvie Decaux du documentaire réalisé par deux Londoniennes engagées : The Safe House: A Decline of Ideas.

  • 1 Pour une analyse détaillée des différents aspects de la politique de la coalition, voir le numéro (...)
  • 2 Voir le chapitre 3 consacré à la question, « Statistiques d’activités des bibliothèques : des arme (...)

2Lorsque le Parti conservateur britannique, mené par David Cameron, arrive au pouvoir en 2010, le Royaume-Uni se remet progressivement de la crise financière de 2008 et de la crise économique qui l’a suivie. Les Conservateurs n’ayant obtenu que 307 sièges aux élections législatives, soit 19 de moins que les 326 nécessaires pour avoir une majorité, ils sont contraints de former une coalition, et c’est vers le Parti libéral-démocrate et ses 57 sièges qu’ils se tournent. Le premier gouvernement britannique de coalition de l’après-guerre voit alors le jour, et il se lance dans un programme de réduction du déficit public sans précédent1. Ce programme économique, que la postérité a retenu sous le nom d’austérité, a touché tous les domaines et tous les niveaux de l’État, et les quelque 3 765 bibliothèques publiques britanniques2 n’ont pas été épargnées.

  • 3 Pour une introduction au champ, voir : Mohamed Nachi, Introduction à la sociologie pragmatique, Pa (...)
  • 4 Irène Pereira, Les grammaires de la contestation, Paris, La Découverte, 2010, p. 8-9.

3Ces politiques économiques ont été vivement contestées par une partie de la population britannique, et, là encore, le secteur des bibliothèques de lecture ne fait pas exception. Ce chapitre propose donc un regard rétrospectif sur les mobilisations qui ont eu lieu au Royaume-Uni entre 2010 et 2015 dans le but de protéger les bibliothèques contre les effets des politiques d’austérité. Plus précisément, ce chapitre s’attache à montrer quelle a été, entre 2010 et 2015, la « grammaire » du mouvement de défense des bibliothèques. L’expression « grammaire des mouvements sociaux » est empruntée à la sociologie pragmatique3, qui postule que l’analyse sociologique – notamment des mouvements sociaux – doit partir des actes et discours des acteurs (c’est en cela qu’elle est pragmatique, puisqu’elle part de ce qui se donne à voir concrètement à l’observatrice). La grammaire d’un mouvement social est alors l’ensemble des règles – tacites ou non – qui permettent aux personnes et groupes qui le composent de travailler ensemble4. Mettre au jour ces règles permet donc à la sociologue de restituer la logique interne à ce mouvement. Dans le cas qui nous intéresse, la grammaire du mouvement est donc l’ensemble des règles – aussi bien des normes que des valeurs, des lois que des habitudes – qui sous-tendent et expliquent le fonctionnement du mouvement de défense des bibliothèques de 2010 à 2015.

4Pour identifier cette grammaire, on reviendra d’abord sur les politiques d’austérité du gouvernement Cameron-Clegg et sur la façon dont celles-ci ont affecté le réseau britannique des bibliothèques de lecture publique. Dans un second temps, on présentera les caractéristiques du mouvement de défense des bibliothèques émanant du public dans le contexte du mouvement anti-austérité en général, mais aussi par rapport aux initiatives de promotion des bibliothèques qui existaient déjà avant 2010. Pour finir, on analysera les pratiques et discours propres au mouvement de défense des bibliothèques publiques, en prenant comme étude de cas la journée du 9 février 2011, baptisée par les militant.es Save Our Libraries Day.

Les bibliothèques britanniques à l’heure de l’austérité budgétaire

Le programme d’austérité de la coalition

5Les deux composantes d’une politique de réduction du déficit, c’est-à-dire de consolidation budgétaire sont, d’une part, l’augmentation de la fiscalité, et, d’autre part, la baisse de la dépense publique. Dans le cas de la coalition menée par David Cameron, la manière dont la consolidation budgétaire serait effectuée a été annoncée dès le budget d’urgence du 22 juin 2010, quelques semaines seulement après la formation du gouvernement :

  • 5 Hansard, 22 juin 2010, colonnes 168-169. Toutes les traductions sont de l’auteure de ce chapitre.

Le gouvernement de coalition est convaincu que la majeure partie de la réduction [budgétaire] doit venir d’une baisse des dépenses plutôt que d’une hausse des impôts. Ce pays souffre d’un excès de dépenses, pas d’un manque d’impôts. […] De là découle notre règle des 80 % : environ 80 % [de la réduction du déficit] proviendra d’une baisse des dépenses et 20 % d’une hausse de la fiscalité5. [The coalition Government believes that the bulk of the reduction must come from lower spending rather than higher taxes. The country has overspent ; it has not been under-taxed. [...] This is the origin of our 80:20 rule of thumb – roughly 80 per cent through lower spending and 20 per cent through higher taxes.]

6Ce discours du chancelier de l’Échiquier (Chancellor of the Exchequer) George Osborne, ministre conservateur en charge du budget et des finances publiques, indiqua donc d’emblée que les coupes budgétaires joueraient un rôle fondamental dans la politique économique du gouvernement, à hauteur de 32 milliards de livres sterling par an6. De même que la coalition était la première depuis la Seconde guerre mondiale, ces coupes budgétaires furent comparées, lors de ce budget inaugural, aux restrictions économiques qu’avait connues le Royaume-Uni lors du conflit de 1939-1945, notamment par l’Institute for Fiscal Studies7, think tank britannique pourtant habituellement favorable aux politiques économiques du Parti conservateur.

  • 8 Pour une analyse détaillée de l’effet des réductions budgétaires par secteur, voir le numéro de l’(...)
  • 9 La culture et les affaires religieuses sont traitées ensemble dans ces données. Calcul effectué pa (...)
  • 10 En Écosse, la législation correspondante a été adoptée en 1973. David McMenemy, Public Libraries i (...)

7Du fait de leur ampleur, presque tous les secteurs de l’État social britannique ont été touchés par les économies budgétaires entreprises par le gouvernement de coalition8. Mais certains services publics ont été plus durement affectés que d’autres ; les bibliothèques publiques sont de ceux-là, et ce pour deux raisons. D’abord, le secteur de la culture dans son ensemble a subi une réduction budgétaire en termes réels de 22 % sur la durée du mandat de la coalition (de 14,3 milliards de livres sterling en 2010-2011 à 11,1 milliards de livres sterling en 2015-20169). Ensuite, et c’est là un point fondamental pour comprendre l’histoire récente des bibliothèques publiques britanniques, le financement de celles-ci est du ressort des collectivités locales (local authorities) depuis la loi intitulée Public Library and Museums Act de 196410.

  • 11 Les calculs concernant les baisses des budgets services publics à l’échelle régionale ou nationale (...)

8Or, les collectivités locales ont subi de plein fouet l’austérité, ce qui s’est répercuté dans les budgets alloués aux services dont elles sont responsables. Ainsi, une étude de la géographie de l’austérité à l’échelle régionale et nationale montre que c’est le pays de Galles qui a subi les coupes budgétaires les plus importantes en termes de différence dans les budgets alloués aux services publics entre 2010-2011 et 2012-2013, avec une baisse de 403 ₤ par habitant.e11. Viennent ensuite les régions du nord de l’Angleterre, avec 284 ₤ de pertes par habitant.e pour le nord-ouest et 217 ₤ pour le nord-est. L’agglomération londonienne a également subi des coupes budgétaires importantes, à hauteur de 265 ₤ par habitant.e. À l’inverse, l’Irlande du Nord a bénéficié d’une augmentation budgétaire importante, avec 105 ₤ par habitant.e, tandis que l’Écosse et le sud-est de l’Angleterre ont un budget alloué aux services publics quasiment inchangé entre 2010 et 2013.

  • 12 Jon David et Jacqueline Widdowson, “Advocacy for UK Public Libraries 2007-2017”, CILIP. [En ligne] (...)

9La combinaison des coupes budgétaires au niveau national et au niveau local a eu des effets majeurs sur le réseau de bibliothèques publiques au Royaume-Uni. Au final, l’association de professionnel.les du secteur CILIP (Chartered Institute of Librarians and Information Professionals) estime que la part du budget britannique allouée aux bibliothèques publiques a chuté de 29 % entre 2009-2010 et 2014-201512. Quels ont alors été les effets concrets de ces changements budgétaires pour les bibliothécaires et leurs usager.es ?

Effets de l’austérité sur les bibliothèques

  • 13 Toutes ces données sont tirées d’une enquête menée par la BBC, et dont les résultats ont été prése (...)
  • 14 La question des bénévoles est abordée dans le chapitre 6, « Positions des bibliothécaires : entre (...)
  • 15 Pour une introduction au sujet, voir : Camille Rosenblatt, « Le Tiers Secteur au Royaume-Uni : his (...)

10Quelques données chiffrées permettent de saisir l’ampleur des changements survenus entre 2010 et 201613. En termes quantitatifs d’abord : 8 000 emplois de bibliothécaires ont été supprimés (soit un quart de l’ensemble des employé.es du secteur) ; plus de 300 bibliothèques ont fermé (soit un peu moins de 10 % de l’ensemble des établissements) ; les bibliobus représentent un tiers des fermetures. Mais l’austérité a également eu des effets qualitatifs sur les bibliothèques, car la diminution drastique du nombre de professionnel.les du secteur s’est articulée au recrutement de plus de 15 000 bénévoles14, et au transfert de la gestion de plus de 170 établissements au secteur associatif ou caritatif (qu’on appelle en anglais le troisième secteur, ou encore le tiers secteur15).

11L’austérité a donc eu pour effet à la fois de réduire l’étendue du réseau des bibliothèques publiques britanniques, mais aussi de dé-professionnaliser le secteur, puisque tant la gestion que l’animation des établissements ont été massivement confiées à des acteurs de la société civile. Ces profondes transformations ne sont pas passées inaperçues, et ont causé une colère manifeste chez une partie de la population britannique. Quelle forme a, dans ces conditions, pris le mouvement de défense des bibliothèques publiques entre 2010 et 2015 ?

De l’opposition à l’austérité à la défense des bibliothèques

12Pour saisir la grammaire du mouvement de défense des bibliothèques publiques au Royaume-Uni entre 2010 et 2015, il faut avoir à l’esprit deux éléments fondamentaux. Le premier est que ce mouvement fait partie d’une mobilisation plus générale contre l’austérité, qui s’est développée à partir de 2010, et qui a culminé au cours de l’année 2011 – nous y revenons ci-dessous. Le second est que lorsque la contestation des politiques d’austérité du gouvernement de coalition se développe à partir de l’automne 2010, dans le cas de la défense des bibliothèques, il vient se superposer, et parfois se confondre, avec un réseau préexistant d’organisations diverses dédiées à la promotion de ces institutions, de manière relativement indépendante du contexte politique – ce que l’on appelle dans le monde anglophone « public library advocacy ».

Panorama du mouvement anti-austérité

13Le mouvement de réaction aux politiques d’austérité s’est organisé dans trois sphères de la vie publique : la sphère des partis politiques, celle des syndicats et enfin celle que l’on désignera sous le terme de « société civile », et qui est celle sur laquelle on s’arrêtera le plus longuement.

14L’arène politique traditionnelle a été le théâtre d’un renouveau de l’opposition travailliste, qui a culminé avec l’élection de Jeremy Corbyn à la tête du Labour Party en septembre 2015. Parallèlement, le Parti écologiste (Green Party) a pour la première fois obtenu une députée à l’issue des élections législatives de 2010, en la personne de Caroline Lucas pour la circonscription de Brighton & Hove. Mais, lors des élections législatives de 2015, le Parti conservateur, alors toujours mené par David Cameron, le Premier ministre sortant, a été réélu, et cette fois avec une majorité absolue. Si les politiques d’austérité de la coalition ont donc entraîné une évolution du champ politique, en poussant une frange du Parti travailliste à réaffirmer avec force son opposition au capitalisme dérégulé et ses avatars, elles n’ont donc pas entraîné, à l’issue du mandat de la coalition, de bouleversement électoral.

15La contestation des politiques d’austérité de la coalition s’est également jouée sur le plan syndical. Si les taux de syndication ont connu une légère baisse entre 2010 et 2015, de 26,6 % à 24,7 % des employé.es britanniques16, l’hiver 2010-2011 a été marqué par une recrudescence de l’activité syndicale contestataire. Une série de manifestations a ainsi été organisée au printemps 2011, série qui culmina le 26 mars 2011 avec le défilé londonien baptisé March for the Alternative. Très suivi, celui-ci a rassemblé 250 000 personnes selon la BBC17, et le double selon les organisateur.rices, sur un mot d’ordre d’opposition au programme d’austérité du gouvernement. « L’alternative » proposée par les manifestant.es était celle d’une politique économique plus redistributive. Dans le cas des bibliothèques, les syndicats des professionnel.les du secteur – mais aussi ceux de la chaîne du livre dans son ensemble – se sont positionnés pour la défense de l’emploi et des établissements. On peut ainsi citer la prise de position du CILIP, mais aussi de la Society of Authors18.

16Le président de cette renommée association d’écrivains, Philip Pullman, prononça le 20 janvier 2011 à Oxford un discours en défense des bibliothèques, qui fut largement repris et cité sur Twitter, et traduit en français sur le blog Cittàgazze19. Philip Pullman donna au discours une touche personnelle, en s’attardant sur le rôle joué par les bibliothèques dans son propre destin de jeune homme issu d’un milieu populaire, devenu un écrivain reconnu internationalement. Il mentionna ainsi les bibliothèques de son enfance, mais aussi l’aide apportée par un bibliothécaire pour mener à bien les recherches documentaires sur lesquelles s’appuie La belle sauvage, publié en 2017. Son discours est donc à comprendre comme un usage tactique par l’auteur de son statut d’acteur du champ littéraire identifié comme tel, mais dont la voix porte – du fait de son succès critique et commercial – au-delà des frontières de celui-ci.

  • 20 Pour une étude détaillée des différents types de structures militantes engagées contre l’austérité (...)

17Enfin, et c’est là la principale spécificité de la période sur le plan de l’espace du mouvement social britannique, les politiques d’austérité ont donné lieu à la création de dizaines de groupes militants ad hoc. Ces collectifs dédiés spécifiquement à la lutte contre l’austérité sont caractérisés par une grande diversité de taille, de composition, d’échelle d’organisation, et de thème. Nous en avons proposé ailleurs une typologie dont nous restituons ici les principaux éléments20. Les organisations de la société civile – hors partis et syndicats – impliquées dans la dénonciation des politiques d’austérité britannique peuvent ainsi être regroupées en quatre catégories : les œuvres caritatives, les collectifs généralistes, les collectifs thématiques et les groupes identitaires, sur lesquels nous ne nous arrêterons pas ici car ils ne concernent pas les bibliothèques.

Encadré 2. Laissez nos bibliothèques en paix ! (extraits)

Nous proposons quelques extraits, traduits pour cette édition1, du discours prononcé le 20 janvier 2011 par Philip Pullman lors d’une réunion qui a fait salle comble, organisée pour la défense des bibliothèques de l’Oxfordshire.

« Le gouvernement, en la personne de M. Eric Pickles, véritable personnage de Dickens, a sabré le budget alloué aux collectivités locales, tout en leur confiant la responsabilité de réaliser des économies. Certaines d’entre elles ont réagi avec enthousiasme, d’autres moins ; certaines ont décidé de protéger leurs bibliothèques, d’autres ont piétiné les leurs, comme l’évêque fanatique Théophile qui, en l’an 391, avait dévasté la bibliothèque d’Alexandrie et ses centaines de milliers de livres porteurs d’apprentissage et d’érudition.

Ici, dans l’Oxfordshire, nous sommes menacés de la fermeture de 20 de nos 43 bibliothèques publiques. M. Keith Mitchell, le chef du conseil du comté, a déclaré la semaine dernière dans l’Oxford Times que les réductions budgétaires étaient inévitables et nous invite à proposer ce que nous ferions à sa place. Quelles seraient ces réductions ? Sacrifierions-nous les soins aux personnes âgées ? Ou les services de la jeunesse se retrouveraient-ils à la rue ?

Je ne pense pas que nous devions accepter cette proposition. Ce n’est pas à nous de réduire les services. C’est son travail de les protéger.

Je ne pense pas non plus que nous devions répondre à l’idée stupide que les bibliothèques peuvent rester ouvertes si elles sont gérées par des bénévoles. Quelle condescendance ! Pense-t-il que le travail d’un bibliothécaire est si simple, si vide de contenu, que n’importe qui peut le faire en échange d’un remerciement et d’une tasse de thé ? Pense-t-il que tout ce que fait un bibliothécaire, c’est de ranger les étagères ?

Et qui sont ces volontaires ? Qui sont ces gens dont la vie est si vide, dont le temps s’étale devant eux comme les steppes immenses de l’Asie centrale, qui n’ont pas de famille à charge, pas de travail à faire, pas de responsabilités d’aucune sorte, et qui sont pourtant si riches qu’ils peuvent consacrer des heures de leur temps chaque semaine à travailler gratuitement ? Qui sont ces bénévoles ? Connaissez-vous quelqu’un qui pourrait donner de son temps de cette manière ? S’il y a quelqu’un qui a le temps et l’énergie de travailler pour rien pour une bonne cause, il est probable qu’il travaille déjà pour un foyer tenu par une association, qu’il dirige une équipe de football locale ou qu’il aide des familles de malades. Qu’est-ce qui va les inciter à arrêter de faire ce genre de choses et à se mettre à travailler dans une bibliothèque à la place ? […]

C’est la Big Society, voyez-vous. Elle doit être grande, pour abriter autant de bénévoles.

[…]

Imaginons deux communautés qui ont appris que leur bibliothèque locale allait être fermée. L’une d’entre elles est peuplée de personnes bénéficiant de pensions de retraite généreuses, de beaucoup de temps libre, d’une grande expérience dans la négociation de demandes de financement et ce genre de choses, de connexions à haut débit dans chaque foyer, de deux voitures dans chaque foyer, de systèmes de surveillance du voisinage dans chaque rue, le tout organisé et en état de marche. Soyons clairs, j’aime les gens comme ça. Ils sont l’épine dorsale de nombreuses communautés. Je les approuve et j’approuve leur désir de faire quelque chose pour leurs villages ou leurs villes. Je ne les blâme pas.

Mais ils ont certains avantages que l’autre communauté, la deuxième dont je parle, n’a pas. Dans cette deuxième communauté, il y a des gens sans emploi, des familles monoparentales, de jeunes mères qui ont du mal à s’occuper de leurs enfants, et quant au haut débit et aux deux voitures, ils peuvent avoir un vieil ordinateur, lent, s’ils sont chanceux et une vieille camionnette déglinguée pour laquelle ils craignent de passer le contrôle technique. Des gens pour qui une expédition au centre d’Oxford prend beaucoup de temps à organiser, beaucoup d’énergie à négocier, à mettre des vêtements chauds aux enfants, à installer la poussette et les affaires de bébé, et le bus n’est pas gratuit non plus – vous pouvez l’imaginer. Laquelle de ces deux communautés va proposer une solution pour financer sa bibliothèque locale ?

Mais l’une des rares choses qui rendent la vie supportable pour la jeune mère issue de la deuxième communauté en ce moment est une séance hebdomadaire d’histoires dans la bibliothèque de quartier, celle qui se trouve juste en bas de sa rue. Elle peut s’y rendre avec le petit et le bébé et s’asseoir au chaud, dans un endroit propre, sûr et convivial, un endroit qui les rend heureux, elle et ses enfants. Mais est-ce que cette maman ou les personnes âgées qui utilisent la bibliothèque disposent de tout cet héritage de richesse et de confiance sociale, de relations politiques et d’expérience administrative et ont le temps et l’énergie nécessaires pour être bénévoles au même titre que les membres de la première communauté ? Et combien de personnes peuvent se porter volontaires pour faire cela, alors qu’elles font déjà tant d’autres choses ?

Ce que je déteste personnellement dans cette culture de la surenchère, c’est qu’elle oppose une communauté, un groupe, une école à une autre. Si l’une gagne, l’autre perd. J’ai toujours détesté cela. Cette culture a commencé à apparaître lorsque j’ai quitté la profession d’enseignant il y a 25 ans, et je voyais ce qui était en train de se passer. D’une certaine manière, c’est une abdication de responsabilité. Nous élisons des gens pour décider des choses, et ils ne veulent pas vraiment décider, alors ils mettent en place cette surenchère absurde et ensuite ils ne sont pas vraiment responsables du résultat. “Si la communauté le voulait vraiment, elle aurait fait une meilleure offre… Je ne peux rien y faire… J’ai les mains liées…”

Le spectre de la cupidité est partout. Cet immeuble de bureaux ne rapporte pas assez d’argent : démolissez-le et construisez un immeuble d’appartements. Les appartements ne rapportent pas assez d’argent : démolissez-les et construisez un hôtel. L’hôtel ne rapporte pas assez d’argent : démolissez le bâtiment et construisez un cinéma multiplexe. Le cinéma ne rapporte pas assez d’argent : démolissez-le et construisez un centre commercial.

Le spectre de la cupidité comprend bien le profit. Mais c’est tout ce qu’il comprend. Ce qu’il ne comprend pas, ce sont les entreprises qui ne génèrent pas de profit, parce qu’elles ne sont pas créées pour faire cela, mais pour faire quelque chose de différent. Il ne comprend pas du tout les bibliothèques, par exemple. Celle-ci – combien d’argent a-t-elle rapporté l’année dernière ? Pourquoi ne demandez-vous pas des amendes plus élevées ? Pourquoi ne faites-vous pas payer les cartes de bibliothèque ? Pourquoi ne pas faire payer chaque recherche dans le catalogue ? La réservation de livres – vous devriez faire payer beaucoup plus cher pour cela. Ces étagères là-bas, qu’y a-t-il dessus ? De la philosophie ? Et combien de personnes les ont regardées la semaine dernière ? Trois ? Videz ces étagères et remplissez-les de mémoires de célébrités.

[…]

Je me souviens encore de ma première carte de bibliothèque. Cela devait être vers 1957. Ma mère m’a emmené à la bibliothèque publique, juste à côté de Battersea Park Road, et m’a inscrit. J’étais ravi. Tous ces livres, et j’avais le droit d’emprunter tout ce que je voulais ! Et je me souviens de certains des premiers livres que j’ai empruntés et dont je suis tombé amoureux : les livres Moumine le troll de Tove Jansson ; un roman français pour enfants intitulé Cent millions de francs ; pourquoi m’a-t-il tant plus ? Pourquoi l’ai-je lu et relu, et l’ai-je emprunté plusieurs fois ? Je ne sais pas. Mais quel cadeau à offrir à un enfant, cette chance de découvrir que l’on peut aimer un livre et les personnages qu’il contient, devenir leur ami et partager leurs aventures dans sa propre imagination.

[…]

J’aime le service des bibliothèques publiques pour ce qu’il a fait pour moi en tant qu’enfant, en tant qu’étudiant et en tant qu’adulte. Je l’aime parce que sa présence dans une ville ou un village nous rappelle qu’il y a des choses au-dessus du profit, des choses dont le profit ne connaît rien, des choses qui ont le pouvoir de dérouter le spectre cupide du dogme capitaliste de marché, des choses qui représentent la décence civique et le respect du public pour l’imagination et la connaissance et la valeur des plaisirs simples.

C’est pour cela que je l’aime, tout comme les citoyens de Summertown, Headington, Littlemore, Old Marston, Blackbird Leys, Neithrop, Adderbury, Bampton, Benson, Berinsfield, Botley, Charlbury, Chinnor, Deddington, Grove, Kennington, North Leigh, Sonning Common, Stonesfield, Woodcote.

Et Battersea.

Et Alexandria.

Laissez les bibliothèques tranquilles. Vous ne connaissez pas la valeur de ce dont vous vous occupez. Elles sont trop précieuses pour être détruites. »

1. Traduction de Cécile Touitou et Clémence Fourton.

Philip Pullman, “Leave the libraries alone. You don’t understand their value”, False Economy, 25 janvier 2011. [En ligne] < http://falseeconomy.org.uk/​blog/​save-oxfordshire-libraries-speech-philip-pullman >. Une traduction in extenso est proposée par le blog Cittàgazze, « Laissez nos bibliothèques en paix ! ». [En ligne] < https://www.cittagazze.com/​article.php?id=172 >.

Les charities revendicatives : “Once you close a library, there is nowhere for a volunteer to help”

18D’abord, les œuvres caritatives (charities) ont rempli, entre 2010 et 2015, une fonction revendicative. Ces organisations du tiers secteur sont caractérisées par une grande stabilité organisationnelle : ce sont des structures qui existaient avant – et parfois bien avant – 2010 et qui ont adapté leur activité au contexte politique et économique. Dans le secteur qui nous intéresse ici, c’est par exemple le cas de The Library Campaign, organisation créée en 1984 et qui est formellement une charity depuis 2004.

  • 21 David Clifford, “Charitable organisations, the Great Recession and the Age of Austerity: Longitudi (...)
  • 22 Association of Chief Executives of Voluntary Organisations : < https://www.acevo.org.uk >.
  • 23 Stephen Bubb, “The ‘big society’ means little when charities are suffering”, The Guardian, 8 janvi (...)
  • 24 Hélène Mulholland, “Cuts undermining ‘big society’, says senior charity chief”, The Guardian, 7 fé (...)

19Plus généralement, les œuvres caritatives se sont trouvées, dans le contexte des politiques d’austérité, dans une position ambivalente. D’un côté, le chef du Parti conservateur, David Cameron, avait placé au cœur de sa campagne électorale son projet de Big Society qui devait faire des charities et des bénévoles qui les animent des relais, voire des substituts à l’action étatique en matière de santé, d’éducation ou de culture. Mais d’un autre côté, les charities ont été elles-mêmes touchées de plein fouet par les réductions budgétaires, en particulier celles des localités les plus défavorisées21, ce qui a amené certaines figures emblématiques du troisième secteur à s’exprimer dans les médias pour mettre la coalition face à ses contradictions. Ce fut le cas de Stephen Bubb, directeur de l’ACEVO22, l’association des président.es d’œuvres caritatives pour qui « la Grande Société est vide de sens lorsque le troisième secteur est à la peine »23 ; ou encore d’Elisabeth Hoodless, anciennement directrice d’une grande charity, qui déclara sur le ton de la provocation : « Un.e bénévole n’a nulle part où proposer son aide, quand les bibliothèques ont été fermées. » 24

Les collectifs généralistes : “Books not bonuses!”

20Le second type d’organisation de la société civile impliquées dans la défense des bibliothèques britanniques contre les politiques d’austérité, et sur lequel nous allons nous arrêter plus longuement, est celui des collectifs généralistes, qui apparaissent directement en réaction aux premières annonces budgétaires du gouvernement de coalition. Parmi la dizaine de collectifs de ce type, qui portent, de manière plus ou moins explicite, un projet politique de justice sociale, deux organisations, au fonctionnement fort différent, ont joué un rôle particulièrement important dans la lutte contre les politiques d’austérité.

21D’une part, UK Uncut, créée en 2010, est une organisation qui favorise l’action directe, et qui décrit son action ainsi :

UK Uncut est un mouvement populaire dont le but est de montrer qu’il y a des alternatives à l’austérité. Nous recourons à des actes créatifs de désobéissance civile pour montrer notre opposition aux coupes budgétaires que le gouvernement impose aux services publics25. [UK Uncut is a grassroots movement taking action to highlight alternatives to austerity. We use acts of creative civil disobedience to show our opposition to the Government’s cuts to our public services.]

  • 26 BBC News, “UK Uncut activists target Barclays Bank branches”, 19 février 2011. [En ligne] < https: (...)

22« L’alternative » qui est au centre des actions de UK Uncut est celle d’une taxation progressive, ainsi qu’une politique de lutte radicale contre l’évasion fiscale. Aux premiers temps des actions menées sous la bannière de UK Uncut, la cible privilégiée des militant.es était alors les grandes entreprises ne payant pas leurs impôts au Royaume-Uni. Il s’agissait d’organiser des actions opposant clairement ces pratiques capitalistes à l’utilité sociale des services publics, et notamment des bibliothèques. De cette façon, en février 2011, des manifestant.es ont occupé une agence de la banque Barclays dans le centre de Londres, aux cris de « books not bonuses ! » (« [on veut] des livres, pas des bonus ! »), et l’ont momentanément transformée en bibliothèque de fortune26.

23D’autre part, The People’s Assembly Against Austerity, créée en 2013, a des modes d’action qui la rapprochent des partis politiques traditionnels, où tracts, pétitions, réunions publiques et manifestations occupent une large place. La particularité de cette organisation est d’avoir donné naissance rapidement à une myriade de sections locales, plus ou moins développées et plus ou moins pérennes. Localement, certaines de ces sections se sont alors saisies de la question des bibliothèques, lorsqu’un établissement local était concerné par les mesures d’austérité. Ce fut le cas dans la section du Norfolk, dans le nord-est de l’Angleterre, où l’Assemblée a organisé des événements pour la défense des bibliothèques du comté, parfois en son nom propre, et parfois en soutien aux actions menées par les organisations syndicales présentes dans les bibliothèques concernées : dans un post Facebook du 10 juillet 2014 sur le mur de la Norwich People’s Assembly illustré par une photo, on voit ainsi se mélanger les pancartes du syndicat UNISON, organisant ce jour-là une grève à la Millenium Library de Norwich, et celles de l’Assemblée.

Les collectifs thématiques : des ami.es des bibliothèques aux ennemi.es du gouvernement

  • 27 Voir l’entretien avec Alan Gibbons au chapitre 7.
  • 28 Voir l’entretien avec Ian Anstice au chapitre 4.
  • 29 The Library Campaign, “Library Groups and Campaigns”. [En ligne] < http://www.librarycampaign.com/ (...)

24Enfin, le troisième type d’organisations impliquées dans la défense des bibliothèques dans le contexte des politiques d’austérité est celui des collectifs dédiés spécifiquement à cette cause – sur le même principe que les collectifs consacrés à la défense du service public d’éducation, ou de santé. Certains de ces collectifs sont nationaux, comme l’initiative baptisée Campaign for the Book, créée par l’auteur Alan Gibbons27 en 2008, Voices for the Library créée en 2010, ou encore le site Public Library News lancé en 2010 par le bibliothécaire Ian Anstice28. D’autres au contraire apparaissent en fonction d’enjeux locaux, lorsqu’une bibliothèque en particulier est menacée de fermeture, de réduction de personnel ou de diminution des plages d’ouverture au public. S’il est très difficile de procéder à une recension exhaustive des collectifs locaux, du fait de leur nature parfois très informelle et éphémère, l’organisation caritative The Library Campaign, déjà évoquée, propose sur son site une liste de collectifs locaux, classés par régions29.

25L’étude de la liste proposée par The Library Campaign permet de saisir plus précisément comment est structurée la nébuleuse des collectifs thématiques dédiés à la défense des bibliothèques. Au total, ce sont 254 collectifs qui sont répertoriés – répartis entre l’Écosse, le pays de Galles et l’Angleterre, dont 239 en Angleterre – et qui se déploient à l’échelle de la ville ou du comté. C’est donc un nombre considérable, puisque l’Angleterre comptait en 2010 quelque 4 290 bibliothèques. Pourtant, tous ces collectifs ne sont pas apparus entre 2010 et 2015 : ils s’appuient sur le réseau existant des associations prenant part aux activités de promotion des bibliothèques (advocacy).

  • 30 Les références sur les « ami.es des bibliothèques » dans le contexte britannique ne sont pas très (...)
  • 31 G. Smith, Friends of Libraries, Library and Information Commission Research Report 5, Bruton, Capi (...)

26Ces groupes de promotion existent depuis le développement des bibliothèques publiques au XIXe siècle ; ils rassemblent explicitement les « ami.es » d’une bibliothèque donnée (Friends of the Library) – ces ami.es pouvant être des mécènes ou simplement des usager.es de l’établissement. Il s’agit donc là d’un réseau pérenne, dont l’histoire commence bien avant la séquence des politiques d’austérité30 : en 1998, un rapport dénombre 150 associations d’ami.es des bibliothèques au Royaume-Uni31. D’après le recensement effectué par The Library Campaign, la Grande-Bretagne compte 129 groupes amis des bibliothèques – l’ordre de grandeur par rapport aux données de 1998 est donc le même. À ceux-là s’ajoutent 71 collectifs dont le nom fait explicitement référence à leur volonté de défendre, et sauver, leur(s) bibliothèque(s) locale(s) – Save Our Library. Enfin, 54 groupes n’appartiennent à aucune de ces deux catégories – certains penchent du côté de l’advocacy traditionnelle, en se présentant comme une association d’usager.es (Camden Public Libraries Users Group, par exemple), et d’autres à l’inverse du côté de la campagne de défense contre l’austérité, en faisant référence dans leur nom à une volonté de se mobiliser collectivement (Surrey Libraries Action Movement, par exemple).

27De cette liste, nous pouvons encore dire deux choses, qui nous renseignent sur la façon dont le réseau des associations d’advocacy s’articule à celui des collectifs anti-austérité dédiés aux bibliothèques. D’abord, l’étude de la liste de The Library Campaign met en évidence que le nombre d’associations d’advocacy dans une région donnée est presque toujours supérieur au nombre de groupes anti-austérité qui s’y développent – peut-être parce que le besoin de tels collectifs se fait moins sentir quand le réseau d’advocacy est performant. Ensuite, et ce constat va dans le même sens, les cas où coexistent, sur un même territoire, une association d’ami.es et une campagne anti-austérité sont très rares : seules cinq bibliothèques sont dans ce cas (deux bibliothèques londoniennes, Marcus Garvey Centre et Upper Norwood Library ; la Redland Library à Bristol ; la Northenden Library à Manchester ; et enfin la Walkley Library de Sheffield). Le fait que les associations d’ami.es et les collectifs anti-austérité ne coexistent que dans de rares cas – et toujours dans de grandes agglomérations – laisse à penser que ces deux types d’organisations remplissent en fait les mêmes fonctions. Promouvoir la bibliothèque et ses activités et la défendre contre une éventuelle fermeture apparaissent donc comme deux causes dont le rapport est à penser davantage en termes de continuité que de rupture.

28La lutte contre les effets de l’austérité budgétaire sur le service public des bibliothèques s’est donc déployée dans des organisations de différents types, aux inspirations politiques et aux objectifs variables. Ainsi, des œuvres caritatives basées sur le bénévolat ont travaillé dans la même direction que des organisations militantes dont les objectifs étaient ceux d’un changement social d’ampleur, ainsi que des collectifs dédiés spécifiquement aux bibliothèques, dans une perspective de développement de leurs activités ou de défense de leur existence. Afin de mieux saisir la grammaire de ce mouvement hétéroclite, il s’agit donc maintenant de regarder, à l’échelle d’une journée d’action en particulier, comment s’est faite la lutte pour la défense des bibliothèques.

Étude de cas : Save Our Libraries Day

  • 32 Benedicte Page, “Protests across the UK expected for Save Our Libraries Day”, The Guardian, 4 févri (...)

29Le samedi 5 février 2011, dans un contexte de forte mobilisation contre les politiques d’austérité du gouvernement, Alan Gibbons et sa Campaign for the Book sont à l’origine de l’organisation d’une journée destinée à faire connaître le mouvement de défense des bibliothèques, Save Our Libraries Day. L’événement est très suivi, et devient un rendez-vous annuel, baptisé National Libraries Day dès l’année suivante. Lors de la première édition, Benedicte Page, journaliste littéraire du Guardian, dénombre 80 événements32. Cette journée mérite qu’on s’y arrête, car en plus d’avoir constitué un moment important de la mobilisation pour les bibliothèques, elle est aussi représentative de la composition et du fonctionnement de ce mouvement.

Des actions créatives et signifiantes

30Parmi les événements organisés le 5 février 2011 figuraient de nombreux Read-Ins et un Shhh-In shhh » étant l’équivalent en anglais de notre « chut ! »), ouvert à tou.tes les usager.es et bibliothécaires. Le collectif derrière le blog Voices for the Library, actif de 2010 à 2017, encouragea ainsi les collectifs locaux à organiser leurs propres read-ins, notamment à l’approche du 5 février 2011, et publia pour cela un petit guide. Celui-ci donnait des conseils pratiques quant à l’organisation de tels événements, et résumait aussi leur philosophie et leurs objectifs :

C’est vraiment à vous de décider comment se déroulera votre read-in. Comme son nom l’indique, cela peut être un groupe de gens qui entre dans la bibliothèque pour y lire en silence. Mais cela peut aussi être beaucoup plus festif. Save Doncaster Libraries organise des read-ins depuis juillet. Des auteur.es, des poètes et des musicien.nes s’y sont produits, pas seulement pour encourager les gens qui se battent contre les fermetures de bibliothèques, mais aussi pour montrer ce qui peut avoir lieu dans des bibliothèques, et qui est très précieux pour les habitant.es des environs, en particulier les jeunes enfants et les familles. Des gens y ont pris la parole pour dire ce que les bibliothèques représentent pour eux et expliquer les effets négatifs que les fermetures auront sur leur vie. Et, bien sûr, les read-ins se prêtent parfaitement à faire signer des pétitions contre les coupes budgétaires visant les bibliothèques33. [It really is up to you as to what will be happening at your Read-In. It could be exactly what it says on the tin – a large group of people descending upon the library to read quietly. Or, it could be a much more vibrant event. Save Doncaster Libraries have been holding Read-Ins since July. There have been authors, poets and musicians who’ve put on entertainment, not only to lift the spirits of people fighting library closures, but also to show what kind of things can take place in libraries that are of real value to communities, particularly young children and families. Members of the public have spoken publicly about what the library service means to them and how their lives will change for the worse without it. And of course, Read-Ins are the perfect place to get lots of people to sign petitions against cuts to libraries.]

  • 34 Vanessa Thorpe, “Writers stage a ‘shhh-in’ against coalition plans to close 450 libraries”, The Gu (...)

31Le read-in est donc directement inspiré du « sit-in » employé dans les mouvements de désobéissance civile, et adapté au contexte de la bibliothèque. Il s’agit là d’une réutilisation d’un mode d’action existant : tout en signifiant leur spécificité et leur créativité, cela permet aux opposant.es au gouvernement d’inscrire leur action dans le temps long du mouvement social. De la même façon, lors du Shhh-In organisé à la Sheffield Central Library34 (toujours le 5 février 2011), les personnes présentes étaient invitées à s’exclamer « chut ! » toutes en même temps, avant d’acclamer les bibliothèques. L’onomatopée « chut » évoque l’image des bibliothécaires en tant que garant.es du silence dans les salles de lecture ; en faire un cri de ralliement est une manière de revendiquer cet aspect de la profession. C’est aussi, parce qu’il est paradoxal de « faire chut » aussi bruyamment que possible, une façon de montrer que ces lieux de calme n’en sont pas moins vivants. On retrouve, dans le choix de modes d’action à la fois créatifs et signifiants, les habitudes militantes de UK Uncut, qui ont fait des émules en dehors des banques londoniennes.

  • 35 John Dougherty, “Attack of the Flying Authors”, An Awfully Big Blog Adventure, 8 février 2011. [En (...)

32Tandis que le Shhh-In de Sheffield était organisé par un collectif de bibliothécaires, baptisé Library Workers for a Brighter Future, et créé en novembre 2010 dans cette ville du nord de l’Angleterre, un escadron d’auteur.es volant.es (Flying Authors35) de la région de Gloucester avait été réuni sur la proposition d’un collectif d’usager.es des bibliothèques du Gloucestershire, dans le sud-ouest de l’Angleterre, et nommé Friends of Gloucestershire Libraries : en plus des personnalités du monde de la culture et des livres, ce sont donc tant les usager.es que les professionnel.les des bibliothèques qui ont participé au Save Our Libraries Day.

Paroles de militant.es

33Pour finir, penchons-nous enfin sur les discours de participant.es au Shhh-In de Sheffield, tels qu’ils sont donnés à entendre dans un petit film tourné lors de l’événement : les personnes interrogées, qui – toutes sauf une – sont des femmes, et témoignent de manière anonyme, mettent en avant des arguments qui renvoient aux différentes composantes du mouvement de défense des bibliothèques.

34D’abord, plusieurs usagères interrogées insistent sur le fait que les bibliothèques assurent un accès égalitaire à la culture :

Je suis venue à la bibliothèque la semaine dernière et j’ai emprunté des livres sur l’art. C’était super de simplement pouvoir les feuilleter et de les emmener en vacances. […] Mais ce qui me frappe surtout, c’est le nombre de personnes qui utilisent les ordinateurs. […] Il y a beaucoup beaucoup de gens, qui n’auraient tout simplement pas accès à internet s’il n’y avait pas de bibliothèques36. [I came down to the library last week and borrowed some books on art, which is absolutely great, just being able to leaf through them and take them away on holyday with me […]. But the thing I really note about libraries is the number of people using the computers. […] Loads and loads of people who just wouldn’t have access to the web if it weren’t for our libraries.]

  • 37 Idem, minutage : 1:41-1:52.

C’est vraiment important pour nos enfants, parce qu’ils aiment les livres, cela aide pour [le développement de] la parole et leur vocabulaire. Ça fait partie de notre programme de la semaine, et ce serait vraiment dommage de perdre cette chance37. [It’s really important for our children because they love books, and it helps with their speech and their vocabulary and it’s part of our week and it would be a real shame to lose that opportunity.]

  • 38 Idem, minutage : 2:12-2:20.

Les bibliothèques sont indispensables, c’est là que naît la culture, et c’est là qu’elle se développe38. [We can’t do without libraries; it’s where culture starts and where it grows.]

35Pour la première usagère, que ce soit pour des livres d’art, au prix d’achat très élevé, ou pour l’accès à internet, les bibliothèques donnent accès à des productions culturelles ou des services qui seraient autrement inabordables. La deuxième insiste sur la notion d’égalité des chances, en particulier pour le développement cognitif et langagier des enfants, qui est indissociable d’un accès à des productions culturelles. La troisième, enfin, fait des bibliothèques le nœud d’une politique culturelle. Pour ces trois personnes, la défense des bibliothèques est avant tout un engagement en faveur de la justice sociale et culturelle.

  • 39 Ray Oldenburg, The Great Good Place : Cafes, Coffee Shops, Bookstores, Bars, Hair Salons, and Othe (...)

36Ensuite, les bibliothèques sont également défendues dans ce film en tant que « tiers lieu39 », qui n’est ni le lieu de travail ni le domicile. En cela, ce n’est pas la fonction première des bibliothèques – la consultation et l’emprunt de documents – qui est mise en avant, mais bien tout ce que ces espaces offrent en plus de cela :

  • 40 YouTube, 5 février 2011, « Saveourlibrariesshhhh », déjà cité, minutage : 1:13-1:30.

Il ne s’agit pas seulement de prêter des livres […], c’est aussi un lieu de rencontre, où les gens se retrouvent : les jeunes enfants viennent faire des activités, les personnes âgées viennent pour leurs clubs40. [It’s not just about lending books […], it’s also a social place where people meet ; young children meet to do activities, older people meet for clubs.]

  • 41 Idem, minutage : 1:55-2:08.

L’ambiance est vraiment agréable et je comprends pourquoi beaucoup de gens y passent beaucoup de temps41. [The atmosphere is really congenial and I can see why a lot of people spend a lot of time here.]

37Pour ces deux usagères, c’est donc bien la bibliothèque en tant qu’espace ouvert à la population locale qui est à défendre. Pour ces cinq premières usagères, les bibliothèques sont donc à défendre en tant que telles, en tant qu’institutions ayant leurs propres spécificités, et produisant des effets irremplaçables. Ce sont donc les mêmes ressorts politiques que l’on retrouve chez les collectifs dédiés spécifiquement à la défense des bibliothèques, qu’il s’agisse d’associations d’ami.es, de charities, ou de collectifs créés après 2010.

38Le troisième type d’arguments en faveur des bibliothèques consiste à replacer celles-ci dans le contexte plus général de la lutte contre la destruction des services publics :

  • 42 Idem, minutage : 1:01-1:12.

39Je pense que c’est vraiment important de conserver, autant que possible, des services publics qui fonctionnent42. [I think it’s really important we keep our public services going as much as possible.]

  • 43 Idem, minutage : 7:10-7:28.

Il faudrait aussi réfléchir plus clairement à la façon dont les réductions des financements publics affectent, localement, l’économie et les services publics […] et [touchent] l’État providence en général43. [I would also think more clearly about how public cuts are affecting local economies and local public services […] and [tackling] the welfare state in general.]

40Pour ces deux usagères, la défense des services publics tient à un engagement politique plus général, qui défend un modèle social où l’État est un acteur majeur des institutions sociales et culturelles. C’est donc le type d’arguments que l’on trouve chez les organisations généralistes du type The People’s Assembly Against Austerity.

41Enfin, deux usager.es mettent en avant un argumentaire qui porte sur la répartition des ressources économiques à l’échelle de la société dans son ensemble :

  • 44 Idem, minutage : 5:38-6:13.

La taxe « Robin des bois » est une taxe minuscule sur les transactions bancaires internationales, elle n’affecte pas le commun des mortel.les, et elle pourrait rapporter des milliards […] qui pourraient être utilisés pour sauver les services publics44. [The Robin Hood tax is just a very very tiny tax on international banking transactions, it doesn’t affect ordinary people, and it could bring billions […] which could save services in this country.]

  • 45 Idem, minutage : 6:16-7:09.

Il y a une alternative : on perd énormément d’argent du fait de l’évasion et de la fraude fiscales45. [There is an alternative : there’s a huge amount of loss through tax evasion and tax avoidance.]

42Ces deux usager.es replacent donc la question du financement des bibliothèques publiques dans une analyse internationale de la répartition des richesses ; ce n’est pas un hasard que ce soit justement ces deux usager.es qui se présentent comme membres d’un parti politique – le Parti écologiste pour la première et le Parti travailliste pour le second – car leur action en faveur des bibliothèques s’articule à un engagement politique pour une transformation sociale plus globale.

43On peut donc dire que le mouvement de défense des bibliothèques britanniques contre les politiques d’austérité s’est développé en même temps que s’est organisée, plus généralement, la contestation de la politique du gouvernement de coalition mené par David Cameron. Les défenseurs des bibliothèques ont ainsi organisé leurs événements dans l’effervescence militante de l’hiver 2010-2011, et certaines composantes du mouvement anti-austérité global, de même que leurs discours et pratiques, se retrouvent à l’échelle de la mobilisation pour les bibliothèques.

44Mais cette dimension du mouvement, si elle est centrale, ne permet pas à elle seule de rendre compte de la façon dont s’est faite la défense des bibliothèques : celle-ci s’est aussi appuyée sur des structures de promotion des bibliothèques indépendantes du contexte politique des années 2010. Ce mouvement a donc renouvelé le champ de la promotion des bibliothèques, qui s’est trouvé paradoxalement revitalisé par des politiques dont les effets auraient dû être la diminution de l’influence de ces lieux. En dernière analyse, ce qui frappe dans la grammaire du mouvement, c’est donc sa capacité à démontrer, par ses choix mêmes d’action et de mots, que les établissements qu’il défend sont des lieux de créativité, de rencontre et d’expression, à rebours du discours politique de l’époque, qui y voyait des institutions dispensables.

Références bibliographiques

45BBC News, “Budget: UK faces worst cuts since World War II says IFS”, 23 juin 2010. [En ligne] < http://www.bbc.co.uk/​news/​mobile/​10393585 >.

46BBC News, “UK Uncut activists target Barclays Bank branches”, 19 février 2011. [En ligne] < https://www.bbc.com/​news/​uk-england-london-12514687 >.

47BBC News, « Anti-cuts march: tens of thousands at London protest”, 27 mars 2011. [En ligne] < http://www.bbc.com/​news/​uk-12864353 >.

48BBC News, “Libraries lose a quarter of staff as hundreds close”, 29 mars 2016. [En ligne] < https://www.bbc.com/​news/​uk-england-35707956 >.

49Stephen Bubb, “The ‘big society’ means little when charities are suffering”, The Guardian, 8 janvier 2013. [En ligne] < https://www.theguardian.com/​commentisfree/​2013/​jan/​08/​big-society-charities-suffering >.

50David Clifford, “Charitable organisations, the Great Recession and the Age of Austerity: Longitudinal Evidence for England and Wales”, Journal of Social Policy, 2017, vol. 46, no 1, p. 1-30.

51Jon David et Jacqueline Widdowson, “Advocacy for UK Public Libraries 2007-2017”, CILIP. [En ligne] < https://fr.slideshare.net/​CILIP/​advocacy-for-uk-public-libraries-2007-2017 >.

52John Dougherty, “Attack of the Flying Authors”, An Awfully Big Blog Adventure, 8 février 2011. [En ligne] < http://awfullybigblogadventure.blogspot.com/​2011/​02/​attack-of-flying-authors-john-dougherty.html >.

53Clémence Fourton, « Cartographie de l’espace citoyen anti-austérité au Royaume-Uni depuis la crise de 2008 », Observatoire de la société britannique, 2018, vol. 23. [En ligne] < http://journals.openedition.org/​osb/​3018 >.

54Gov.UK, “Country and regional analysis: 2013”, 21 novembre 2013. [En ligne] < https://www.gov.uk/​government/​statistics/​country-and-regional-analysis-2013 >.

55Gov.UK, “Country and regional analysis: 2017”, 9 novembre 2017. [En ligne] < https://www.gov.uk/​government/​statistics/​country-and-regional-analysis-2017 >.

56Gov.uk, “Public libraries in England: extended basic dataset ”, 11 janvier 2018. [En ligne] < https://www.gov.uk/​government/​uploads/​system/​uploads/​attachment_data/​file/​777677/​Public_libraries_in_England-_extended_basic_dataset__as_on_1_July_2016_.csv/​preview >.

Encadré 3. The Safe House: A Decline of Ideas, le film engagé de deux jeunes Londoniennes – par Sylvie Decaux

Le documentaire The Safe House1, l’abri, le refuge, le lieu sûr – métaphore pour ce que sont les bibliothèques, « lieux d’espoir, lieux de concentration, lieux de rêves et d’étude », « derniers espaces publics réservés à la connaissance, gratuits et solidaires » – a été réalisé et produit par deux jeunes Londoniennes, Greta Bellamacina et Davina Catt2, sorti en 2016, pour dénoncer la fermeture massive des bibliothèques en Grande-Bretagne. Dans le film, elles se mettent en scène, prennent la parole, enquêtent pour tenter de comprendre comment on en est arrivé là, défendent « le dernier symbole d’espoir et d’indépendance pour la prochaine génération ». Les bibliothèques leur ont permis de devenir qui elles sont : lieu de concentration, d’étude, de découverte de la littérature pour Greta, issue d’une famille nombreuse à Camden et élève d’un lycée public bruyant ; échappatoire à l’isolement de la campagne, endroit pour rêver et se construire pour Davina. D’être témoins de la fermeture de leur bibliothèque de quartier dans une relative indifférence et d’être confrontées à la possibilité d’un avenir sans bibliothèque les a incitées à faire un documentaire qui interroge les raisons du déclin. C’est le sens du sous-titre, The Decline of Ideas, le déclin des idées. Le film a été l’occasion de rencontrer d’autres défenseurs des bibliothèques – militants, bibliothécaires, écrivains, réalisateurs, acteurs, historiens, éditeurs – et de devenir elles-mêmes des « library activists », comme se décrit Greta Bellamacina. C’est une œuvre personnelle et sensible, un besoin de comprendre, par une jeunesse d’apparence fragile avec ses longs cheveux et sa silhouette gracile, qui prend acte de la violence sociale et ne renonce pas à se battre.

Dans une interview3 donnée au magazine Candid, les documentaristes répondent ainsi à l’interviewer :

Pouvez-vous nous parler du sentiment omniprésent d’« injustice » qui sous-tend le documentaire et la disparition des bibliothèques du pays ?

Davina : Je pense que ce que nous voulions surtout dire dans le documentaire, c’est que les bibliothèques ne sont pas seulement des lieux de lecture pour les écrivains. C’est un « lieu sûr » qui offre une protection, un sens de la communauté et des horizons ouverts à toute la société – en fait, elles offrent des opportunités et une plus grande justice à tous. En vertu de la dernière loi de 1964 sur les bibliothèques publiques, les bibliothèques sont un service statutaire, que les municipalités ont l’obligation légale de fournir –, alors comment cet effondrement rapide peut-il se produire ?

Greta : L’injustice vient de l’idée que la prochaine génération ne sera pas capable d’aller de l’avant, de s’éduquer, d’imaginer un autre monde. Je pense que c’est principalement de là que ça vient. Avec le modernisme, nous avons rêvé de l’idée d’un accès gratuit à l’éducation pour tous, quelle que soit la classe sociale. Si nous fermons nos bibliothèques publiques, nous abandonnons cette idée et retournons à la pensée pré-moderne.

Capture d'écran 1. The Safe House au minutage de 4:17

« Les bibliothèques sont en train d’être démolies, abandonnant les quartiers à un avenir culturel stérile. Nous avons décidé qu’il fallait s’élever contre cela et nous nous sommes retrouvées entourées de gens qui, comme nous, se sentent obligés de défendre les bibliothèques, non seulement parce qu’elles ont été le fondement de leur éducation, mais aussi parce qu’elles demeurent un symbole de courage pour leurs rêves. »

Capture d'écran 2. The Safe House au minutage de 19:34

« C’est devenu un combat pour le cœur et l’esprit du public des lecteurs. » Je fréquente cette bibliothèque depuis l’âge de 8 ans. J’en ai maintenant 23… Cette bibliothèque a contribué à ma formation et à mon éducation. Sans elle, je ne serais pas la personne que je suis aujourd’hui. La ville de Brent a laissé tomber sa population.

Capture d'écran 3. The Safe House au minutage de 45:28

« Nous voulons davantage de bibliothèques. Les bibliothèques, c’est un service public. Ne privatisez pas les bibliothèques. » Dans le quartier de Harrow, dans le Grand Londres, quatre bibliothèques ont eu la confirmation de leur date de fermeture. Un cas extrême qui non seulement diminuera les opportunités pour la recherche et l’éducation dans le quartier, mais qui, pour beaucoup, signifiera la perte des emplois de toute une vie et d’un lieu communal où se réfugier et se retrouver.

Capture d'écran 4. The Safe House au minutage de 45:47

Bibliothèque à louer. La bibliothèque de Rayners Lane sera disponible à la location lorsqu’elle fermera ses portes. Les individus ou les groupes intéressés peuvent se renseigner auprès d’un membre du personnel pour davantage d’informations sur les disponibilités.

The Safe House réinterroge l’histoire des bibliothèques publiques, « la source de la campagne pour les sauver ». Sous la houlette du poète Robert Montgomery4, nous partons vers l’Écosse visiter la bibliothèque des mineurs à Leadhill, modeste maison blanche perchée en haut d’une colline enneigée, fondée en 1741, toute première incarnation du mouvement pour les bibliothèques et l’éducation populaire. C’était la première bibliothèque par souscription de Grande-Bretagne, 23 mineurs s’étaient cotisés pour avoir une bibliothèque. 15 pence de droit d’entrée, 10 pence par an quand le salaire annuel n’excédait pas 20 £, c’est tout ce qu’ils possédaient. Il fallait poser sa candidature par écrit et être accepté, c’était un privilège. Les livres allaient à la maison et ils lisaient à leurs enfants, le rêve de l’éducation comme émancipation. Le slogan Knowledge is Power [la connaissance est un pouvoir] sera d’ailleurs la devise d’un des tout premiers journaux ouvriers chartistes en 1831. Robert Montgomery explique : « Cela remet en cause la croyance erronée selon laquelle les bibliothèques ont été amenées par la bourgeoisie et données à la classe ouvrière. Nous voyons ici physiquement que les bibliothèques ont été créées par les travailleurs, ont été construites par les plus pauvres pour leur propre éducation […] Il y avait une faim d’éducation, et c’est cette flamme-là que nous parlons de garder vivace quand nous parlons de sauver les bibliothèques. »

La question des bibliothèques est bien une question politique : les bibliothèques ont été acquises de haute lutte, d’abord par les mouvements d’éducation populaire5, puis lors des débats houleux de 1850 quand le député William Ewart a réussi à faire voter le Library Act, loi instituant les bibliothèques publiques6, qui ne concernait initialement que les villes de plus de 10 000 habitants. Sous divers prétextes, du type que cela coûte cher en impôts, que les riches devront payer pour les pauvres pour un service qu’eux-mêmes n’utiliseront pas, que cela va permettre aux ouvriers de se réunir, que leur donner accès aux livres allait faire naître la subversion. Dans un article éclairant sur la conception de la loi de 1850, Paul Hamby et Ira Najowitz écrivent : « Ainsi, les préoccupations sociales des réformateurs de la classe moyenne au début de l’époque victorienne ont joué un rôle déterminant dans la genèse et le développement du mouvement des bibliothèques publiques britanniques et l’adoption de la loi sur les bibliothèques publiques, qui a été adoptée en 1850. Les conceptions sociales des rédacteurs de la loi étaient fortement utilitaristes par essence, mais avec une importante superposition d’une vision humanitaire telle qu’elle a été adoptée par les idéalistes. De plus, la création de bibliothèques publiques en Grande-Bretagne était due à l’inquiétude générale des auteurs de la loi selon laquelle la stabilité sociale en Grande-Bretagne était menacée par l’aliénation et les troubles de la classe ouvrière. Les bibliothèques publiques étaient perçues principalement comme un organisme de contrôle social. En outre, on espérait qu’elles contribueraient à l’amélioration de la classe ouvrière et produiraient des avantages économiques et sociaux dans les années à venir »7.

L’histoire des bibliothèques publiques en Grande-Bretagne reste complexe ; le film retrace le rôle d’Andrew Carnegie8 « à l’origine d’une révolution culturelle qui balaiera le Royaume-Uni », symbolisée par les 660 bibliothèques que le milliardaire écossais américain a fait construire en Grande-Bretagne à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, ces magnifiques bâtisses victoriennes en brique rouge orangée dont de nombreuses subsistent aujourd’hui. A. Carnegie voyait combien les bibliothèques contribuaient à la prospérité économique de la société dans son ensemble, et c’est la naissance de « la vision de la bibliothèque publique telle que nous la connaissons ». Vision où l’éducation pour tous était une valeur, synonyme de création de richesses, qui perdura un siècle, depuis l’Education Act de 18809 jusqu’au tournant néolibéral de 1980. Greta Bellamacina commente sobrement : « Une chose subsiste, les bibliothèques sauvent des vies et s’autofinancent. »

Des témoins de l’âge d’or des bibliothèques britanniques, qui a accompagné et permis la grande démocratisation du savoir après-guerre symbolisée par le Library Act de 1964, s’expriment dans The Safe House. Stephen Fry explique que l’école et les bibliothèques ont permis à des voix issues du milieu ouvrier d’émerger en littérature, comme celle de D. H. Lawrence. Il rappelle comment dans sa propre jeunesse (les années 1970) la mobile library [bibliobus] lui a permis de lire des ouvrages censurés dans son lycée, comme ceux de Burroughs. Le poète punk John Cooper Clarke, né en 1949 dans une famille ouvrière de Manchester, dit qu’il n’y avait pas de livres chez lui, parce que tous les livres étaient à la bibliothèque, et qu’on pouvait les commander s’ils ne l’avaient pas, « ils n’en faisaient jamais assez dans ce temps-là, la literacy était au sommet des priorités ». Zadie Smith raconte comment sa mère a pu faire son éducation de féministe politiquement consciente grâce aux bibliothèques et à l’Open University10 [université ouverte].

Aujourd’hui, la situation est bien différente et le documentaire montre les manifestations devant les bibliothèques menacées de fermeture, un rassemblement hétéroclite de poussettes, de pancartes en carton, de vieux, de femmes, d’enfants qui veulent sauvegarder un lieu de proximité, où les enfants peuvent découvrir les livres11, les chômeurs avoir accès à internet pour toucher leurs allocations, les lycéens qui n’ont pas de CDI dans leur lycée (plusieurs témoignent en ce sens) préparer leurs examens. Si la bibliothèque de Birmingham, vaisseau amiral de la bibliothèque du XXIe siècle est montrée, il est aussi dit que la bibliothèque de proximité reste indispensable – notamment pour ceux qui en ont le plus besoin, les enfants, les mères célibataires ou non, les pauvres. On voit aussi les Idea Stores de Whitechapel : « Les gens doivent mettre à jour leur perception de ce qu’une bibliothèque a à offrir, et reconnaître que ce sont des points névralgiques pour apprendre et pour vivre, pour échanger des idées sur l’avenir plutôt que sur le passé. »

La bibliothèque de Kensal Rise est un des cas présentés dans ce film, assez représentatif de la Grande-Bretagne contemporaine. Bibliothèque de proximité dans un des quartiers les plus socialement mixtes du grand Londres, mais en passe de gentrification, la bibliothèque est fermée en 2010 par la municipalité. Créé par Mark Twain, le site appartenait au All Souls College d’Oxford. Vendu à un propriétaire privé, celui-ci veut faire construire des appartements de prestige. Levée de boucliers, localement mais aussi dans la presse, des personnalités prennent position. Une pop-up library [bibliothèque éphémère] tenue par des bénévoles est mise en place, puis, lorsqu’elle est détruite par les pelleteuses, trouve refuge dans un café. En définitive, les appartements sont bien construits sous le nom de library appartments, 950 000 £ pour un deux-pièces avec terrasse. Concession : au rez-de-chaussée subsiste une community library [bibliothèque communautaire]. Une community library, comme l’indique leur blog12, c’est une bibliothèque gérée par des bénévoles qui doivent lever des fonds (un triathlon, un appel à Blenheim Palace), s’occuper de l’informatisation, faire des animations pour les enfants, etc. Une des bénévoles dit dans le film : « C’est trop demander, nous, on fait ça en plus de notre travail, on n’est pas des professionnels. »

On pourra lire en complément les articles de la presse qui relatent ce combat :

Zadie Smith, Philip Pullman et Alan Bennett étaient parmi les auteurs qui ont soutenu la campagne pour sauver la bibliothèque de Kensal Rise dans le nord-ouest de Londres, mais All Souls College négocie actuellement une vente qui ne laisserait de place qu’à une petite bibliothèque. Les militants ont qualifié cela de symbolique.

« Nous nous sentons un peu choqués et arnaqués », a déclaré Margaret Bailey, directrice de la Friends of Kensal Rise Library. « Notre proposition était de prendre en charge tout l’immeuble, de gérer la bibliothèque au rez-de-chaussée et de faire venir des locataires pour les autres étages, par exemple des groupes communautaires et des associations de logement. »13

Et trois ans plus tard, le constat est accablant :

La bibliothèque a été fermée ainsi que cinq autres par le conseil municipal de Brent en 2011 pour économiser 1 million de livres par an. L’écrivain Zadie Smith a parlé de l’importance de sauver la bibliothèque en déclarant : « Je constate que si vous êtes allé à Eton ou à Harrow, comme tant d’autres membres du gouvernement actuel, il vous est difficile de voir à quel point il est important d’avoir une bibliothèque locale. Mais il est toujours difficile d’expliquer aux gens qui ont de l’argent ce que c’est que d’avoir très peu. Mais les faibles motivations [du gouvernement] alors qu’il essaie de se défiler de son engagement […] [sont] une politique si honteuse qu’il n’en démordra jamais. » Les bibliothèques locales, a dit Mme Smith, sont des « portes d’entrée vers une vie meilleure et plus enrichissante. »

Après une longue campagne, une bibliothèque, organisée par des bénévoles, prévoit d’ouvrir ses portes l’an prochain dans un espace communautaire géré par le conseil municipal de Bathurst Gardens14.

Photo 2. La bibliothèque pop-up de Kensal Rise
Source : photo David Levene, publiée dans The Guardian du 26 octobre 2012. [En ligne] < https://www.theguardian.com/​books/​2012/​oct/​26/​kensal-rise-library-campaign-blow >

La question de l’avenir des bibliothèques est posée. William Sieghart, éditeur et philanthrope, esquisse quelques pistes : les bibliothèques à l’heure actuelle sont gérées par 151 library authorities différentes et deux ministères : Culture, Médias et Sport – qui définit la stratégie –, et Communautés et gouvernement local – qui finance les collectivités locales. C’est un système qui ne fonctionne pas.

Pour lui, l’avenir est effrayant mais il propose néanmoins quelques solutions : une carte de bibliothèque qui soit nationale, un catalogue national, que toutes les bibliothèques aient un look et une atmosphère reconnaissables, et enfin que les usagers puissent s’approprier leur bibliothèque, qu’ils soient impliqués dans une gestion participative en partenariat avec les collectivités locales. Des bibliothécaires aussi sont interrogées. Outre l’aspect social du métier, elles parlent de la bibliothèque 24/7 sur internet où des sources fiables sont répertoriées et des documents choisis sont mis à la disposition du public. Elles parlent collection et livres.

En conclusion, The Safe House: A Decline of Ideas dresse un portrait peu réjouissant de la société telle qu’elle va, avec ses poches de résistance. Clairement militant, en retraçant l’histoire des bibliothèques, le film incite à la lutte, en montrant qu’un autre avenir est possible. Les images sont éloquentes : un lycéen tenant une pancarte où l’on peut lire Knowledge is Power, la Feminist Library, menacée de fermeture, qui apparaît plusieurs fois, des bannières reprenant les slogans des chartistes des années 1830 où un dragon écrase l’ignorance et la pauvreté et appelle à la révolution.

Le film s’adresse aussi à une jeune génération avec un message d’espoir, un appel à ne pas renoncer. Comme le dit Malala Yousafzai : « Une pièce sans livres est comme un corps sans âme. Une ville sans bibliothèque est comme un cimetière. » Les documentaristes faisaient écho à cette citation dans l’interview donnée au magazine Candid :

Davina : Absolument, je portais en moi une tristesse tout au long du tournage, alors que nous nous rendions dans des bibliothèques après des coupes et des fermetures. Les bibliothèques m’offraient la vie, à moi et à tant d’autres comme moi.

Greta : Oui, je pense qu’une bibliothèque est une bouée de sauvetage pour tant de gens. En fait, dans le film, je dis : « Une bibliothèque vous permet d’agir selon vos idées, aussi petites soient-elles. » Sans bibliothèque, vous vous retrouvez avec une sorte de cimetière culturel… c’est effroyable.

(Notes)

1. Le film est visible sur YouTube à l’adresse suivante : < https://www.youtube.com/​watch?v=MMAAK8pub1o&feature=youtu.be >.

2. Greta Bellamacina, née en 1990, est une artiste à multiples facettes : elle a joué dans Harry Potter et la coupe de feu quand elle avait 13 ans, a fait des études de théâtre à la Royal Academy et de littérature au King’s College de Londres, est actrice, modèle, poète, et a lancé une maison d’édition de poésie contemporaine engagée, New River Press, avec son mari Robert Montgomery, poète lui aussi, et enfin réalisatrice de film – son dernier film de fiction vient de gagner un prix au festival d’Edimbourg –, sans compter maman de deux jeunes garçons (le dernier est né en décembre 2018).

Davina Catt a joué enfant dans les films que produisait son grand-père, a fait des études de littérature à UCL à Londres, est journaliste, modèle, réalisatrice de documentaires.

3. Courtney Blackman, “Documentary: The Safe House: A Decline of Ideas”, 16 novembre 2016. [En ligne] < https://candidmagazine.com/​documentary-safe-house-decline-ideas/​ >.

4. C’est Robert Montgomery, qui se trouve aussi être le mari de Greta, qui leur fait découvrir Leadhill où son grand-père était mineur. L’image montre R. Montgomery qui est un billboard poet (il fait imprimer ses poèmes sur de grands panneaux publicitaires) devant l’une de ses œuvres dénonçant la société de consommation qui dicte ses rêves aux gens par les magazines et les médias : It turned out this way cos you dreamed it this way, cos all you could dream is what you saw in the magazines… [C’est arrivé de cette façon parce que vous en avez rêvé de cette façon, parce que tout ce dont vous pourriez rêver est ce que vous avez vu dans les magazines…]

5. Outre les bibliothèques des mineurs de Leadhills et de Wanlockhead en Écosse, on voit aussi à l’image la Working Movement Library de Salford près de Manchester.

6. « Les dispositions de la loi sur les bibliothèques publiques de 1850 étaient les suivantes : 1) Les municipalités de 10 000 habitants ou plus étaient autorisées à évaluer et à dépenser un demi-penny pour l'établissement et l'entretien d'une bibliothèque publique et, sur demande, d'un musée. 2) L’adoption de la loi serait conditionnelle à l'approbation des deux tiers des contribuables lors d'un sondage spécial qui aurait lieu dans chaque municipalité concernée. » In : Paul Hamby et Ira Najowitz, « The Public Libraries Act of 1850 », Public & Access Services Quarterly, 1999, vol. 2, no 4, p. 73-88.

7. Paul Hamby et Ira Najowitz, « The Public Libraries Act of 1850 », ibid.

8. Carnegie, fils de tisserands écossais biberonné à la poésie de Burns, né en 1835, émigre à New York avec sa famille à l’âge de 13 ans. Alors qu’il est garçon télégraphiste à Philadelphie, un riche propriétaire terrien ouvre sa bibliothèque aux enfants des rues tous les samedis soirs ; le jeune Carnegie en fait un usage assidu et se jure de rendre si un jour il fait fortune. Ayant amassé une fortune colossale dans l’acier, il tint parole.

9.« La loi de 1870 sur l’éducation est la toute première loi à traiter spécifiquement de l'offre d'éducation en Grande-Bretagne. Plus important encore, elle a démontré un engagement à fournir des services à l'échelle nationale. La loi permettait aux écoles libres de poursuivre leurs activités sans modification, mais établissait un système de “conseils scolaires” pour construire et gérer des écoles dans les régions où elles étaient nécessaires. Les commissions étaient des organismes élus localement qui tiraient leur financement des cotisations locales. Contrairement aux écoles libres, l’enseignement religieux dans les écoles du conseil scolaire devait être “non confessionnel”. Une loi distincte a étendu des dispositions similaires à l'Écosse en 1872. » In : “The 1870 Education Act”. [En ligne] < https://www.parliament.uk/​about/​living-heritage/​transformingsociety/​livinglearning/​school/​overview/​1870educationact/​ >.

10. Université publique de formation à distance fondée en 1969.

11. On voit le grand Alan Bennett donner une conférence où, de sa voix monocorde et solennelle, il dit que si l’on entrave l’accès à la lecture des enfants, on les détruit sans doute à vie.

12. < http://savekensalriselibrary.org >

13.Robert Booth, “Kensal Rise library campaign suffers blow as owner confirms sell-off talks”, The Guardian, 26 octobre 2012. [En ligne] < https://www.theguardian.com/​books/​2012/​oct/​26/​kensal-rise-library-campaign-blow >.

14. Nadia Khomami, “UK library closures and the fights to save them”, The Guardian, 17 décembre 2015 . [En ligne] < https://www.theguardian.com/​books/​2015/​dec/​17/​library-closures-campaigns-fights-cuts-uk >.

Notes

1 Pour une analyse détaillée des différents aspects de la politique de la coalition, voir le numéro de l’Observatoire de la société britannique qui lui a été consacré en 2014 : Gilles Leydier (dir.), « Le Royaume-Uni à l’heure de la coalition », Observatoire de la société britannique, 2014, vol. 15. [En ligne] < https://journals.openedition.org/osb/1574 >.

2 Voir le chapitre 3 consacré à la question, « Statistiques d’activités des bibliothèques : des armes à double tranchant ».

3 Pour une introduction au champ, voir : Mohamed Nachi, Introduction à la sociologie pragmatique, Paris, Armand Colin, 2006.

4 Irène Pereira, Les grammaires de la contestation, Paris, La Découverte, 2010, p. 8-9.

5 Hansard, 22 juin 2010, colonnes 168-169. Toutes les traductions sont de l’auteure de ce chapitre.

6 HM Treasury, Budget 2010, p. 2. [En ligne] < https://www.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/248096/0061.pdf >.

7 BBC News, 23 juin 2010, “Budget: UK faces worst cuts since World War II says IFS”. [En ligne] < http://www.bbc.co.uk/news/mobile/10393585 >.

8 Pour une analyse détaillée de l’effet des réductions budgétaires par secteur, voir le numéro de l’Observatoire de la société britannique sur ce sujet : Nicolas Sowels, Anémone Kober-Smith et Gilles Leydier (dir.), 2017, « Les services publics au Royaume-Uni et en France face aux politiques d’austérité », Observatoire de la Société Britannique, 2017. [En ligne] < https://journals.openedition.org/osb/1888 >.

9 La culture et les affaires religieuses sont traitées ensemble dans ces données. Calcul effectué par l'auteure à partir des données de l'ONS : Office for National Statistics, “Country and regional public sector finances: Financial year ending March 2016”. [En ligne] < https://www.ons.gov.uk/economy/governmentpublicsectorandtaxes/publicsectorfinance/articles/countryandregionalpublicsectorfinances/2015to2016 >.

10 En Écosse, la législation correspondante a été adoptée en 1973. David McMenemy, Public Libraries in the UK – History and Values 1, University of Strathclyde, 6 juin 2018, p. 9.

11 Les calculs concernant les baisses des budgets services publics à l’échelle régionale ou nationale (pour l’Écosse, le pays de Galles et l’Irlande du Nord) ont été effectués par l’auteure à partir des données du gouvernement britannique. Pour permettre la comparaison, les budgets sont ramenés au nombre d’habitant.e par région (ou nation). Voir : Gov.UK, “Country and regional analysis: 2013”, 21 novembre 2013 : [En ligne] < https://www.gov.uk/government/statistics/country-and-regional-analysis-2013 >. Gov.UK, “Country and regional analysis: 2017”, 9 novembre 2017 : [En ligne] < https:/www.gov.uk/government/statistics/country-and-regional-analysis-2017 >.

12 Jon David et Jacqueline Widdowson, “Advocacy for UK Public Libraries 2007-2017”, CILIP. [En ligne] < https://fr.slideshare.net/CILIP/advocacy-for-uk-public-libraries-2007-2017 >.

13 Toutes ces données sont tirées d’une enquête menée par la BBC, et dont les résultats ont été présentés dans un article paru en 2016 : BBC News, “Libraries lose a quarter of staff as hundreds close”, 29 mars 2016. [En ligne] < https://www.bbc.com/news/uk-england-35707956 >.

14 La question des bénévoles est abordée dans le chapitre 6, « Positions des bibliothécaires : entre militantisme et pragmatisme ».

15 Pour une introduction au sujet, voir : Camille Rosenblatt, « Le Tiers Secteur au Royaume-Uni : historique, état des lieux et perspectives », Think Tank européen Pour la Solidarité, juin 2013. [En ligne] < http://www.ess-europe.eu/sites/default/files/wpru2013.pdf >.

16 Gov.UK, “Trade union statistics 2018”, 30 mai 2019. [En ligne] < https://www.gov.uk/government/statistics/trade-union-statistics-2018 >.

17 BBC News, “Anti-cuts march: tens of thousands at London protest”, 27 mars 2011. [En ligne] < http://www.bbc.com/news/uk-12864353 >.

18 Society of Authors, “About Us”. [En ligne] < https://www.societyofauthors.org/About-Us >.

19 Cittàgazze, « Laissez nos bibliothèques en paix ! ». [En ligne] < https://www.cittagazze.com/article.php?id=172 >.

20 Pour une étude détaillée des différents types de structures militantes engagées contre l’austérité, voir : Clémence Fourton, « Cartographie de l’espace citoyen anti-austérité au Royaume-Uni depuis la crise de 2008 », Observatoire de la société britannique, vol. 23, 2018. [En ligne] < http://journals.openedition.org/osb/3018 >.

21 David Clifford, “Charitable organisations, the Great Recession and the Age of Austerity: Longitudinal Evidence for England and Wales”, Journal of Social Policy, 2017, vol. 46, no 1, p. 1-30.

22 Association of Chief Executives of Voluntary Organisations : < https://www.acevo.org.uk >.

23 Stephen Bubb, “The ‘big society’ means little when charities are suffering”, The Guardian, 8 janvier 2013. [En ligne] < https://www.theguardian.com/commentisfree/2013/jan/08/big-society-charities-suffering >.

24 Hélène Mulholland, “Cuts undermining ‘big society’, says senior charity chief”, The Guardian, 7 février 2011.[En ligne] < https://www.theguardian.com/society/2011/feb/07/cuts-undermining-big-society-charity-chief >.

25 UK Uncut, “About us” : < https://www.ukuncut.org.uk/about/ >.

26 BBC News, “UK Uncut activists target Barclays Bank branches”, 19 février 2011. [En ligne] < https://www.bbc.com/news/uk-england-london-12514687 >.

27 Voir l’entretien avec Alan Gibbons au chapitre 7.

28 Voir l’entretien avec Ian Anstice au chapitre 4.

29 The Library Campaign, “Library Groups and Campaigns”. [En ligne] < http://www.librarycampaign.com/local-groups/ >.

30 Les références sur les « ami.es des bibliothèques » dans le contexte britannique ne sont pas très nombreuses (contrairement au contexte américain). On pourra néanmoins se référer aux deux textes suivants. Pour une histoire de l’advocacy des deux côtés de l’Atlantique, voir : Donald William Krummel (dir.), Organizing the Library’s Support: Donors, Volunteers, Friends, University of Illinois, 1979, vol. 25. Disponible en ligne : < https:/archive.org/details/organizinglibraralalle/page/30 >. Sur les associations d’ami.es des bibliothèques au Royaume-Uni, voir la thèse de doctorat suivante : Kim Young-seok, Public Libraries and Friends of the Library Groups: the Influence of Friends Groups on Public Library Policy, University of Sheffield, 2003. Disponible en ligne : < http://etheses.whiterose.ac.uk/14484/1/419441.pdf >.

31 G. Smith, Friends of Libraries, Library and Information Commission Research Report 5, Bruton, Capital Planning Information, 1999.

32 Benedicte Page, “Protests across the UK expected for Save Our Libraries Day”, The Guardian, 4 février 2011. [En ligne] < https://www.theguardian.com/books/2011/feb/04/protests-save-our-libraries-day >.

33 Voices for the Library, “Read-Ins”. [En ligne] < http://www.voicesforthelibrary.org.uk/campaigns/read-ins/ >.

34 Vanessa Thorpe, “Writers stage a ‘shhh-in’ against coalition plans to close 450 libraries”, The Guardian, 6 février 2011. [En ligne] < https://www.theguardian.com/books/2011/feb/05/library-closures-coalition-cuts-writers-protest >.

35 John Dougherty, “Attack of the Flying Authors”, An Awfully Big Blog Adventure, 8 février 2011. [En ligne] < http://awfullybigblogadventure.blogspot.com/2011/02/attack-of-flying-authors-john-dougherty.html >.

36 YouTube, 5 février 2011, « Saveourlibrariesshhhh ». [En ligne] < https://www.youtube.com/watch?v=uMEPT2SLR64 >, minutage : 0:32-0:45.

37 Idem, minutage : 1:41-1:52.

38 Idem, minutage : 2:12-2:20.

39 Ray Oldenburg, The Great Good Place : Cafes, Coffee Shops, Bookstores, Bars, Hair Salons, and Other Hangouts at the Heart of a Community, New York, Paragon House, 1989.

40 YouTube, 5 février 2011, « Saveourlibrariesshhhh », déjà cité, minutage : 1:13-1:30.

41 Idem, minutage : 1:55-2:08.

42 Idem, minutage : 1:01-1:12.

43 Idem, minutage : 7:10-7:28.

44 Idem, minutage : 5:38-6:13.

45 Idem, minutage : 6:16-7:09.

Auteur

Attachée temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’université Paris-8 Vincennes Saint-Denis

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search