Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques documentaires numériques à l'université

 | 
Ghislaine Chartron
, 
Benoît Epron
, 
Annaïg Mahé

Un panorama des pratiques et usages des e-books au sein des établissements Couperin

Caroline Bruley et Delphine Merrien

Texte intégral

1Le travail de la « Cellule e-Book » (CeB) de Couperin se structure autour de deux grands axes : la coordination des négociations e-books au sein du consortium et la veille sur les thématiques et problématiques liées aux e-books. Actuellement, les deux angles d’étude du groupe sont les pratiques et usages des e-books en bibliothèque universitaire (BU) et le cartable électronique en université.

  • 1 Billaud Marjolaine, Dolhem Perrine et Martinez Chloé. « Quelle place pour l’offre de livres électr (...)

2Côté usages et pratiques, nous en sommes au début de nos investigations, c’est donc un premier bilan qui est présenté ici, en grande partie illustré par l’enquête menée en mars 2009 par Sophie Brezel sur les e-books dans les bibliothèques d’enseignement supérieur (77 réponses reçues). Nous nous sommes également appuyés sur un dossier de master SIB, intitulé « Quelle place pour l’offre de livres électroniques en bibliothèques ? »1. Enfin, les articles sur les livres électroniques en bibliothèque universitaire rédigés par Laurent Jonchère ont été une source d’information importante.

3Commençons par le problème qui se pose d’emblée lorsqu’on parle d’e-books : la définition. « Le terme d’e-book recouvre tout ouvrage publié dans un format électronique (PDF, HTML, format propriétaire…). Techniquement, il s’agit d’un fichier ou d’un ensemble de fichiers. L’e-book est dématérialisé par opposition au livre sur support papier et exige une machine active pour le rendre lisible sous forme d’une succession de mots alignés sur une “page” ou audible par synthèse vocale. »2 Par e-book, nous entendrons ici deux réalités :

  • Le livre dématérialisé, son contenu : à ce niveau, la question de la frontière entre un livre électronique et d’autres ressources électroniques (bases de données, encyclopédies, revues) se pose de façon aiguë…
  • La machine appelée communément « reader », livrel ou tablette de lecture, qui est l’une des façons de consulter ce contenu.

4Qu’en est-il du positionnement des e-books ? Depuis quelques années, le marché du livre électronique tend à se déplacer vers l’Europe et à se concentrer sur les bibliothèques et particulièrement les bibliothèques universitaires. Ces établissements sont pour la plupart en phase d’expérimentation, étape indispensable pour mesurer la satisfaction des utilisateurs, tant pour les éditeurs et les diffuseurs que pour les professionnels de la documentation. Même quand la bibliothèque n’en possède pas encore, les e-books sont un objet de réflexion, d’études ou de tests. Ces expérimentations sont encore trop peu nombreuses et hétérogènes pour que l’on puisse entamer une étude globale, et les bibliothèques n’ont pas suffisamment de recul pour disposer de statistiques parlantes et évaluer les usages qui en sont faits. Néanmoins, des tendances commencent à se faire jour. C’est ce que nous allons mettre en évidence au travers de l’étude des pratiques et des usages des e-books en BU, du côté des bibliothécaires puis du côté du public. Nous terminerons en tentant une visée prospective des usages et pratiques en fonction des actions en cours ou à mener pour améliorer les supports, les contenus et l’accès à l’information.

PRATIQUES ET USAGES DES E-BOOKS EN BU : DU CÔTÉ DES BIBLIOTHÉCAIRES

5Les choix documentaires effectués par les bibliothèques vont avoir un impact sur l’offre proposée et le public visé : de cette façon, elles ciblent et orientent les usages. Il nous semble donc important de commencer par là notre étude.

  • 3 Billaud Marjolaine, Dolhem Perrine et Martinez Chloé. « Quelle place pour l’offre de livres électr (...)

6On note un nombre important de bibliothèques numériques au sein des BU ; à l’inverse, la consultation de tablettes de lecture se fait davantage en bibliothèque publique. Cela s’explique par le fait que les bibliothèques numériques sont bien adaptées aux besoins des étudiants et des chercheurs en permettant la convergence de nombreux types de documents et de supports en un seul point, en proposant un choix documentaire spécialisé et en permettant d’identifier l’accès à la lecture grâce aux adresses IP3. Les expériences de prêts de tablettes de lecture sont actuellement tentées en BU, mais de façon plus marginale.

Les bibliothèques numériques

L’offre en livres électroniques

7Quels usages font aujourd’hui les BU des ressources proposées par les éditeurs et agrégateurs ?

  • 4 Les données chiffrées ainsi indiquées sont celles présentées par Sophie Brezel dans son rapport d’ (...)
  • 5 Enquête sur les ressources électroniques acquises par les services communs de la documentation (SC (...)

8Un usage massif : la majorité des établissements (67 sur 774) a des e-books et la plupart de ceux qui n’en ont pas encore y réfléchissent. L’offre tend à se développer davantage dans les bibliothèques d’enseignement supérieur et de façon plus marquée dans les disciplines scientifiques et juridiques ainsi que dans les établissements pluridisciplinaires. Depuis 2007, l’évolution est flagrante : l’ere5 2007 indiquait que seulement 48 établissements sur 161 proposaient des e-books (hors encyclopédies type Encyclopædia Universalis et corpus d’ouvrages anciens comme Frantext, Early English Books Online [EEBO]…) ; parmi ces établissements, 29 avaient une seule ressource, 10 en avaient 2, 5 en proposaient 3, et 4 en avaient plus de 3. Ces établissements ont dépensé 429 497 € pour les e-books sur un total de 25 001 420 € dépensés pour la documentation électronique en France, tous établissements confondus.

9Des pratiques dappropriation diversifiées : deux formules d’acquisition – package ou titre à titre – se partagent le marché. Les modalités d’accès dépendent de l’offre : dans l’idéal, accès illimité par reconnaissance d’adresses IP et/ou de proxy ; mais encore souvent, et surtout pour les plateformes françaises, on trouve un accès authentifié (connexion au Lightweight Directory Access Protocol [LDAP]) avec système de prêt à durée limitée. Les BU font plus appel à des éditeurs qu’à des agrégateurs alors que les autres établissements (écoles, instituts) sont dans un rapport inverse. Les éditeurs les mieux représentés sont : Elsevier, Springer, Wiley et l’Encyclopædia Universalis. Les agrégateurs les mieux représentés sont Numilog de façon massive, puis Cyberlibris et OCLC NetLibrary. En 2007, toujours selon l’ERE, c’est Numilog qui tenait le haut du pavé (20 établissements abonnés), puis venaient Elsevier (15), NetLibrary (10) et Springer (10). Cela dénote une offre très orientée vers les premiers cycles. Et de fait, avec les e-books, les BU voient l’occasion d’équilibrer un peu la balance des ressources électroniques, jusqu’ici quasi exclusivement réservées aux enseignants-chercheurs. Ce sont des ressources pour les étudiants des premiers cycles et en français qui sont privilégiées par les établissements, d’autant que certains projets nationaux ou régionaux, comme le Plan d’aide à la réussite en licence, permettent de trouver des fonds pour financer ces ressources. Ce lectorat est renforcé par l’utilisation de plus en plus importante des e-books dans les technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (TICE) et l’enseignement à distance. Le rapport du Joint Information Systems Committee (JISC) parle d’« un potentiel considérable dans l’enseignement supérieur et le secteur de la formation continue pour le développement des collections de livres électroniques ». L’idée d’un « cartable électronique » fait son chemin.

10Plusieurs types de bibliothèques électroniques peuvent cohabiter en fonction du public visé, et au sein de chacune, on peut trouver des e-books gratuits, acquis par abonnement à durée limitée, acquis définitivement ou encore numérisés par l’établissement. C’est le cas à Lille 1 où, depuis 2000, une bibliothèque numérique gratuite est développée sur une plateforme logicielle open source DSpace. En février 2006, une bibliothèque électronique payante (Numilog) venait s’ajouter à cette offre et, désormais, l’établissement propose Orion, un service en ligne qui permet une interrogation unique et simultanée des ressources électroniques du service commun de la documentation avec accès au texte intégral.

L’intégration des e-books au sein des collections : quelles pratiques ?

  • 6 Témoignage recueilli par Sophie Brezel pour son rapport d’analyse de l’enquête sur les e-books dan (...)

11Dans la majorité des cas, les acquisitions de livres électroniques se font en complément des livres papier. Il est à noter qu’en lettres et sciences humaines ainsi qu’en sciences de la vie, on procède significativement plus par substitution que dans les autres disciplines. L’apparition des e-books dans l’offre des bibliothèques n’a pas remis en cause ni modifié les politiques d’acquisition et documentaire des établissements. L’acquisition des livres électroniques se fait en parallèle de l’acquisition des autres supports : cela reste un produit émergent qui n’a pas encore trouvé sa place au même titre que le papier dans les politiques documentaire et d’acquisition des établissements. Ce sont d’ailleurs souvent deux services différents qui gèrent monographies papier et livres électroniques, comme à la Bibliothèque interuniversitaire de médecine (fusionnée en janvier 2011 avec la Bibliothèque interuniversitaire de pharmacie pour former la Bibliothèque interuniversitaire de santé), où les livres électroniques sont gérés par le service des périodiques (en charge des périodiques électroniques et des bases de données) et non par le service des monographies. Il y a d’un côté le papier et de l’autre l’électronique. Cette place des e-books peut être d’autant plus difficile à délimiter que, dans le cas d’acquisitions ou d’abonnements par package, le nombre de titres est disproportionné en volume par rapport aux autres collections (électroniques ou papier). C’est ce que l’on explique à Paris 3 : « nous avons acheté les bases ecco [Eighteenth Century Collections Online] et EEBO qui contiennent à elles seules près de 300 000 titres. Cela interdit de répondre de façon sensée à la question de la substitution/complémentarité [par rapport au papier] »6. Une exception est à noter à Lille 1, où la politique d’acquisition des e-books tient compte de différents critères : disciplines enseignées à Lille 1 au niveau licence, nombre de prêts dans les disciplines, achat de nouveaux exemplaires.

12Même constat pour les e-books gratuits : pas de réelle politique d’intégration et une faible représentation au sein des collections (moins de 10 % dans 33 établissements sur 45). Certaines bibliothèques ont fait le choix de ne pas proposer d’offre gratuite mais de se limiter aux ressources acquises par l’établissement. Quand elle existe, l’offre gratuite est la plus large possible pour une légère majorité des établissements (14) et complémentaire de l’offre payante pour les autres. Au sein de cette offre gratuite, on retrouve un certain nombre de bibliothèques numériques publiques telles que Gallica, Medic@ ou encore la bibliothèque électronique de Lisieux.

13Côté signalisation des e-books au sein des collections, les documents sont plutôt bien signalés et le plus souvent via différents outils :

  • Les catalogues (OPAC, Sudoc, catalogue maison) : des améliorations sont à mener côté Sudoc, les procédures de localisation automatique des e-books n’ayant pas encore été établies par l’ABES. Mais le bénéfice est immédiat : à Montpellier 3, depuis leur signalement dans l’OPAC, une forte hausse des consultations des e-books a été constatée.
  • Les plateformes d’accès propres à l’institution (portail documentaire, espace numérique de travail [ENT] de l’université).
  • Les outils électroniques de communication (listes sur le site Web, liste A to Z, blog).
  • Les interfaces d’éditeurs.

14Pour promouvoir ces ressources, les trois quarts des établissements font des efforts de communication. Les modes de communication employés sont majoritairement électroniques, le premier support cité est Internet, les formations à l’utilisation des ressources documentaires proposées par la bibliothèque arrivant en deuxième position, suivies des courriers internes. Des initiatives de communication originales sont tentées sur des blogs ou via des marque-pages insérés dans les ouvrages prêtés. Certains établissements décident cependant de ne pas communiquer autour des livres électroniques, estimant qu’ils sont encore trop peu présents dans les collections et qu’aucune politique documentaire n’en formalise l’usage ; or, il est difficile de communiquer autour d’un concept qui existe mais ne fait pas encore l’objet d’une politique bien définie.

Les tablettes de lecture

15Il a été signalé en introduction de cette partie que, comparée aux bibliothèques numériques, la présence des tablettes de lecture au sein des établissements est plutôt marginale et, qu’à ce niveau, on était surtout en phase expérimentale et de test (8 sur 77). Néanmoins, les BU sont nombreuses à penser à l’acquisition de tablettes : la BU droit lettres de Pau réfléchit actuellement à l’achat de tablettes numériques avec bibliothèque intégrée (tous les titres utiles aux L1 de droit, aux L2 de maths, etc.). Lyon 1 envisage, de son côté, le prêt de tablettes pour les prochaines années mais attend une évolution des technologies et des contenus associés.

16Pour les établissements qui se sont lancés, le matériel proposé est limité à trois modèles : Reader de Sony, Cybook de Booken et iLiad d’iRex. Les résultats liés à cette expérience de prêt de tablettes montrent que le matériel n’est pas encore suffisamment performant et que la tablette n’est pas encore entrée dans les usages des étudiants, si bien qu’il y a, selon la BU d’Angers, une « nécessité absolue d’assurer une médiation auprès des usagers ».

  • 7 Ce paragraphe reprend la présentation qu’Olivier Tacheau a effectuée pour la Journée sur le livre (...)

17À ce jour, seule la BU pluridisciplinaire d’Angers a dressé un premier bilan7 pour le prêt de ses tablettes de lecture. Sa démarche est originale par rapport à ses consœurs : elle n’a pas d’offre e-books, estimant que le contenu n’est pas assez satisfaisant et/ou trop lié aux plateformes des éditeurs. Par contre, elle propose des tablettes de lecture à ses lecteurs depuis bientôt un an : 10 Cybook (Booken Gen 3) ont été acquis par la BU et mis à la disposition du public en septembre 2008 ; et un partenariat a été monté avec Sony France pour la mise en circulation en mai 2009 de 10 PRS-505 (Sony). Le lectorat des 3 BU est visé. Ce livrel est prêté comme un livre (équipé d’un code-barres, réservable, prêté pour une durée de 21 jours), avec un pré-chargement de Publie. net (90 textes de littérature contemporaine jamais publiés sur support papier). L’emprunteur charge ce qu’il veut sur le livrel (formats DOC, PDF, HTML, PRC). Les tablettes sont remises à zéro après restitution. Pour promouvoir le projet, la BU a mis en place des séances de présentation dans le hall et fait de la publicité sur le blog de la BU (bua’bloc), via mailing, et en déposant des affichettes en banque de prêt. Le constat est qu’il faut communiquer encore plus et surtout accompagner l’usager dans l’utilisation de l’outil tout en essayant de convaincre les prescripteurs (enseignants-chercheurs mais aussi bibliothécaires). Par ailleurs, cette expérience soulève un certain nombre de questions : quelle place pour le bibliothécaire dans le circuit de diffusion du document numérique ? Quel rôle pour les bibliothèques dans la constitution des contenus ? Quelle position de l’institution bibliothèque dans les nouveaux modèles économiques ? Autant de questions qui se posent aussi pour les e-books « contenus » et auxquelles nous tenterons de répondre plus loin. Avant cela, il convient de compléter ce tableau des pratiques et usages en s’attachant aux usagers.

PRATIQUES ET USAGES DES E-BOOKS EN BU : DU CÔTÉ DES USAGERS

18Ce premier bilan sera forcément limité : les établissements pointent le manque de recul dont ils disposent pour mesurer les usages des livres électroniques. Cela est dû à plusieurs facteurs :

  • Très peu d’enquêtes d’usage et de satisfaction (6 sur 51) ont été menées.
  • On note des problèmes liés aux dispositifs techniques d’accès aux e-books, ne permettant pas d’avoir des statistiques d’usage significatives. « Nos statistiques fournies par Numilog ne sont pas représentatives de l’usage : du fait du proxy, nous n’avons qu’un seul usager identifié, et elles ne donnent que les prêts en cours. » (un bibliothécaire du SCD d’Orléans).
  • Le signalement insuffisant de ces ressources dans les catalogues locaux conduit à une faible consultation des e-books.
  • Enfin, se pose un problème de temporalité : « Notre offre d’e-books s’est élargie en 2009, par conséquent, les statistiques ne sont pas encore exploitables. » (Institut national des sciences appliquées, Lyon). Et quand ils disposent de chiffres, les établissements manquent d’éléments de comparaison. Il faudrait avoir des chiffres sur plusieurs années. L’offre, qui est plutôt riche et diversifiée aujourd’hui, ne l’était pas il y a encore deux ans.

Pratiques et usages liés aux livres électroniques

19Qui utilise les e-books ? Du côté des disciplines, l’usage des e-books dans les sciences exactes est particulièrement important. Plus de 30 % des participants à l’enquête de Sophie Brezel ont déclaré que l’utilisation des e-books dans les sciences (chimie, physique et biologie) a été très large. Concernant le niveau d’études des utilisateurs, l’offre des BU étant, comme on l’a vu, clairement orientée vers les étudiants de premier cycle, ce sont majoritairement des étudiants des niveaux L et M qui consultent ces ressources.

  • 8 Jonchère Laurent. « Quel avenir pour le livre électronique dans les bibliothèques universitaires f (...)

20Comment les e-books sont-ils utilisés ? On utilise les e-books plutôt qu’on ne les lit, comme un outil de référence, plus approprié à une consultation rapide et à une recherche d’information qu’à une lecture suivie et approfondie (5 à 10 minutes de connexion en moyenne). Le livre électronique semble plus adapté à un usage par « tranches » (concept du slice’n’dice : découpage numérique du livre en chapitres ou unités de contenu) qu’au mode traditionnel de consultation en texte intégral8. Lors de la table ronde « e-book, le mot du futur ? », parrainée par Elsevier et organisée par l’université d’Aberdeen (Écosse) le 17 mai 2009, la question des usages a largement été abordée. Les lecteurs utilisent les multiples fonctionnalités proposées par les e-books : zoomer, chercher dans le texte, parfois annoter, renvoyer grâce aux notes de bas de page vers un autre livre, insérer dans sa bibliographie la référence bibliographique de l’e-book, mémoriser la page où s’est arrêtée la lecture, etc. La lecture est rapide et efficace : on ne lit pas tout un livre, on veut la réponse dont on a besoin ; ainsi, 20 % des usagers balaient les pages, 80 % lisent des extraits en se fixant pendant plus d’une minute. La recherche et le balayage représentent 25 % de l’usage d’un livre. Les chapitres d’e-books les plus consultés introduisent ou résument un thème. Les services demandés par les usagers aux bibliothèques sont l’accès immédiat à l’information, n’importe quand et de n’importe où, pouvoir télécharger et pouvoir copier / coller.

21Ce qui change par rapport aux périodiques électroniques :

  • Les publics : les e-books proposés par les BU s’adressent plutôt à des étudiants de premier cycle alors que les périodiques électroniques visent les étudiants avancés (inscrits en master ou en doctorat) et les chercheurs.
  • Les pratiques de lecture : pour les e-books, il s’agit plus de consultation ou de recherche ponctuelle et ciblée. L’utilisation en serait plus marginale que celle des périodiques. Les e-books sont utilisés comme des ouvrages de référence, ils se consultent par partie ou par chapitre mais rarement en intégralité.
  • Le contenu : les e-books choisis par les BU françaises sont moins spécialisés que les revues. Il s’agit d’une offre francophone à usage pédagogique (manuels). L’offre est beaucoup plus limitée que pour les périodiques électroniques. Et la notion d’actualité y est moins présente que dans les revues.

22Une tendance est à noter : l’effacement de la notion de type de document (revue, e-book, etc.) au profit d’une plateforme qui proposerait indifféremment tous ces documents. C’est ce que proposent de plus en plus de plateformes d’éditeurs (Wiley, Elsevier, Springer), qui sont communes aux périodiques et aux livres électroniques. Les utilisateurs n’y distinguent pas nécessairement les livres électroniques des revues, ce sont pour eux des ressources en ligne : ils vont piocher indifféremment l’information dont ils ont besoin dans des e-books, des périodiques, des bases de données, la distinction par type de ressource ne fait pas sens pour eux. Il en va de même dans le cas d’un métamoteur de recherche, qui requête en même temps des sources de types différents et rapatrie de la même façon tous les résultats.

  • 9 Nous reprenons ici certains points exposés par Cécile Touitou dans son article : « Les nouveaux us (...)
  • 10 Marc Prensky est un consultant américain dans le domaine des apprentissages et de la pédagogie, in (...)

23Ce qui change par rapport au papier : un rapport publié en janvier 2008 par l’University College London sur les comportements des futurs chercheurs (ceux de la « génération Google », nés après 1993) insiste sur les nouvelles pratiques qu’ont adoptées les jeunes usagers des bibliothèques virtuelles pour la recherche et la lecture en ligne9. « Les étudiants d’aujourd’hui maîtrisent tous de façon “native” le langage numérique des ordinateurs, des jeux vidéo et de l’Internet » (Marc Prensky10). Ils ont tendance à ne parcourir qu’une partie infime des documents consultés et passent autant de temps à leur recherche qu’à la consultation effective du document recherché. On est très loin de la lecture d’un document papier : ici, « la lecture consiste à “scanner” le titre, le résumé et les informations visuellement mises en relief plutôt qu’à faire une lecture linéaire du document ». Il semblerait même que « ces utilisateurs privilégient la lecture en ligne pour s’épargner une lecture du document papier, qui ne permet pas cette photographie rapide des éléments clés ». Ces « digital natives ont l’habitude de penser en mode multitâche, ils préfèrent les graphiques aux textes, les accès aléatoires, les hyperliens, le zapping au déroulement linéaire d’une même tâche des heures durant et, finalement, sont plus performants en réseau » (Marc Prensky).

Pratiques et usages liés aux tablettes

24Revenons au bilan du SCD d’Angers. Il a enregistré 54 prêts en 6 mois dont 14 prolongations. Les prêts sont de 20 jours en moyenne, avec un taux de rotation de 50 % (54 prêts sur 90 créneaux potentiels). L’outil a de gros progrès à faire : fragilité matérielle de l’objet, pas assez ergonomique, non tactile, non annotable, pas en couleur, non connecté (pas de dispositif GSM, wifi, Bluetooth), sans parler des formats limités, des contenus insuffisants et du coût élevé.

25À l’université de Toulon, un prêt de livrel – PRS-505 (Sony) – de longue durée (6 semaines) a également été lancé auprès de lecteurs volontaires qui devaient laisser leur avis. Un professeur agrégée en arts plastiques à l’IUT Services et réseaux de communication de Saint-Raphaël, spécialisée en esthétique des produits et culture de l’image, a laissé un témoignage intéressant. Elle loue l’ergonomie de l’outil : bonne luminosité, lecture prolongée possible, options de zoom appréciables (mais néanmoins insuffisantes), manipulation aisée des différents menus, marqueurs facilitant la prise de notes ultérieure, outil manipulable et discret. Par contre, la lecture non linéaire de gros ouvrages est très difficile à cause d’une navigation page par page : l’outil gagnerait à permettre un appel de page direct. Problème également de certains formats non acceptés. « Simplicité d’installation et de chargement de contenu, l’e-book est un outil qui complète le travail effectué sur l’ordinateur, nous dit-elle, d’une part par la qualité de son écran qui ne fatigue pas à la lecture, d’autre part par sa taille réduite qui permet de le consulter en toute situation. L’e-book est un avantage par rapport au support papier dans le sens où l’on peut très rapidement enrichir ou nettoyer la base de consultation des documents. »

PRATIQUES ET USAGES : QUELLES PERSPECTIVES ?

26Le bilan que l’on peut tirer de ces premiers résultats sur les pratiques et usages des e-books en BU est que nous sommes encore dans une phase d’expérimentation. L’intérêt est que rien n’est figé et que les BU peuvent œuvrer avec les éditeurs et les agrégateurs pour affiner et cibler leur offre, en travaillant tout particulièrement sur les points développés ci-après.

Mieux répondre aux besoins des utilisateurs

  • 11 Intervention d’Henri Isaac, maître de conférences en gestion, université Paris-Dauphine (auteur du (...)

27Et si l’on partait des besoins réels des étudiants pour bâtir une offre de livres électroniques, tant du point de vue des supports que des contenus ? Le livre électronique se conçoit en effet comme un ensemble de services. « Il apparaît nécessaire d’évoluer vers une convergence des supports, car les étudiants sont déjà suréquipés en objets numériques (iPods, clés USB, portables, etc.), et de généraliser les moyens d’accès à distance aux ressources, pour des usagers de moins en moins présents sur les campus. Le manuel de cours reste pour ces derniers un outil fondamental ; il faudrait leur donner la possibilité de reproduire numériquement les usages du papier (surlignage, annotations, résumés), tout en leur proposant de nouvelles fonctionnalités (version audio, partage de données entre utilisateurs, etc.) »11.

28Enrichissement du contenu : comme il est clair que les étudiants de premier cycle sont le public visé par les e-books en BU, il ne tient qu’aux éditeurs et agrégateurs d’étoffer leur offre avec des titres de niveau licence et en français. Les ouvrages académiques francophones et les manuels d’enseignement font encore cruellement défaut. « Notre offre de livres électroniques dépend largement du marché éditorial académique francophone, encore très restreint. Il s’agit pour nous prioritairement d’abonder l’acquisition de manuels en exemplaires multiples pour le niveau L. Or, l’offre de manuels dans les disciplines d’enseignement est encore très faible. » (un bibliothécaire chargé des ressources électroniques à l’université de Reims Champagne-Ardenne).

Faciliter l’accessibilité aux ressources

29Améliorer le fonctionnement des plateformes de consultation et de prêt d’e-books : un gros travail reste à faire de ce côté-là, en particulier pour les agrégateurs français type Numilog. Le système de prêt d’e-books conduit à l’instauration d’un parcours complexe et verrouillé pour l’utilisateur. Et les systèmes de protection DRM (digital rights management) ne permettent pas un usage satisfaisant (interopérable et rétro-compatible) des e-books pour les lecteurs. Pour favoriser les usages d’e-books en BU, il faut être en mesure de proposer une offre homogène, lisible et ouverte en termes de nombre et de type d’accès.

30Améliorer lergonomie des plateformes de consultation et de prêt d’e-books : plusieurs usagers ont jugé les plateformes « un peu fouillis » et indiqué avoir du mal à s’y retrouver. Par ailleurs, d’une plateforme à l’autre, les différences sont grandes, il n’y a aucune homogénéité qui faciliterait la prise en main. Intégrer le fonctionnement complet de chaque plateforme est long et fastidieux et freine les usages.

31Fonctionnement des tablettes de lecture : elles ne sont pas encore assez performantes pour une lecture confortable, en situation de nomadisme notamment. Des évolutions technologiques sont attendues dans les années à venir pour améliorer la qualité de lecture sur écran. Deux étudiants du Miage (Méthodes informatiques appliquées à la gestion des entreprises) de Paris 5 ont exposé leur vision d’un « reader étudiant » : un outil nomade, autonome, peu encombrant, permettant d’accéder à tout moment aux ressources en ayant la possibilité d’en enrichir le contenu, de partager des commentaires et des annotations avec d’autres utilisateurs.

Créer les conditions d’un service performant

32Communication autour des e-books : faire connaître aux usagers l’existence de la ressource est la condition sine qua non d’un usage généralisé. Il faut tendre vers la meilleure visibilité possible des titres dans le catalogue en ligne ou sur le site Web de l’institution et une campagne de promotion et d’information efficacement menée (création d’événements comme un jury littéraire ou un concours d’écriture). Les environnements numériques de travail sont également des outils stratégiques de promotion et de développement du livre électronique.

33Modèle économique : le modèle économique proposé par les fournisseurs n’est pas toujours compatible avec les financements dont bénéficient les bibliothèques. Le modèle de l’abonnement ne convient pas aux établissements qui inscrivent leurs acquisitions de livres électroniques dans le cadre d’un projet d’investissement. « La solution de l’abonnement (par exemple Cyberlibris) ne nous satisfait pas. Les subventions que nous pouvons obtenir auprès de collectivités territoriales ou par l’université dans le cadre du Plan d’aide à la réussite en licence excluent les abonnements du périmètre des projets (s’agissant du financement de projets d’investissement, le subventionnement est limité aux achats d’ouvrages). » (un bibliothécaire chargé des ressources électroniques à l’université Reims Champagne-Ardenne). Par ailleurs, les offres éditoriales doivent correspondre à des tarifs réalistes, pour éviter d’aboutir à une crise semblable à celle des périodiques en ligne dans le secteur académique, et accepter d’évoluer pour répondre au mieux aux besoins et attentes d’un public universitaire.

34Adopter une logique de niche : le SCD d’Angers préconise de ne pas hésiter à se lancer dans un projet de prêt de livrels mais avec une logique de niches : sélection/agrégation de titres payants et/ou gratuits dans un domaine précis, sélection d’articles de presse ou d’iconographie, prêt de corpus thématiques gratuits sur carte SD, mise en place de bornes ergonomiques de téléchargement, expérimentation pédagogique avec les enseignants, numérisation de documents locaux…

  • 12 C’est pour cadrer ce travail que la CeB a rédigé plusieurs documents à destination des négociateur (...)

35Travailler main dans la main avec les acteurs du marché : face à ce marché en devenir, la plupart des éditeurs ont adopté une position d’attente et semblent disposés à modifier les conditions de leurs prestations en fonction des retours d’expériences et des observations formulées par les utilisateurs. Les bibliothèques se retrouvent donc dans une relative position de force vis-à-vis des éditeurs et agrégateurs, auxquels il ne revient pas de définir seuls les conditions d’un marché encore en formation. Le constat de cette relation d’interdépendance entre les deux parties impose la nécessité d’un réel travail de collaboration12. Par ailleurs, au sein même des bibliothèques, il est nécessaire d’impliquer le personnel : le SCD d’Angers insiste sur la nécessité de former des bibliothécaires veilleurs, sélectionneurs et rédacteurs, et d’intégrer les problématiques du livrel dans la chaîne traditionnelle de la bibliothèque tout en repensant les interactions entre l’établissement et son public ainsi que les modes de coopération (inter) nationale pour le partage de la valeur ajoutée.

CONCLUSION

36Au terme de cette étude, il apparaît donc clairement que, même si l’introduction des e-books en BU est récente et encore en phase expérimentale et même si, par conséquent, les pratiques et usages qui en découlent sont en évolution constante et ont été peu étudiés, quelques tendances fortes ressortent :

  • Les bibliothèques numériques sont bien plus représentées en BU que le prêt de tablettes de lecture, encore très marginal.
  • Les publics cibles sont les étudiants de premier cycle et les contenus visés sont des ouvrages et des manuels en français adaptés au niveau L. La piste des TICE et de l’enseignement à distance est à suivre pour exploiter au mieux les e-books à l’université.
  • L’offre de contenu en BU croît régulièrement depuis 5 ans, néanmoins les e-books sont encore peu intégrés dans les politiques d’acquisition et documentaire, ils restent en marge des collections traditionnelles.
  • On utilise les e-books plutôt qu’on ne les lit, comme un outil de référence, plus approprié à une consultation rapide et à une recherche d’information (5 à 10 minutes de connexion en moyenne) par tranches, qu’à une lecture linéaire suivie et approfondie.
  • 13 Jonchère Laurent. « Quel avenir pour le livre électronique dans les bibliothèques universitaires f (...)

37« Puisque l’électronique et le papier se distinguent si bien par leurs usages, peut-être le temps est-il venu pour les éditeurs et les diffuseurs de se départir du modèle traditionnel de la bibliothèque pour accentuer cette différence et exploiter au maximum les avantages d’un format numérique »13 : le livre électronique doit se concevoir comme un ensemble de services.

38Nous conclurons avec Laurent Jonchère, qui indique qu’une intégration réussie du livre électronique dans les bibliothèques universitaires françaises dépend d’un certain nombre de facteurs, parmi lesquels :

  • la qualité des contenus offerts ;
  • leur adéquation aux programmes enseignés ;
  • un accès facile et étendu aux documents ;
  • une bonne visibilité des titres dans l’OPAC ou sur le site Web de l’institution ;
  • une campagne de promotion et d’information efficacement menée ;
  • une possible intégration des ressources dans des programmes d’enseignement à distance.

Notes

1 Billaud Marjolaine, Dolhem Perrine et Martinez Chloé. « Quelle place pour l’offre de livres électroniques en bibliothèque ? », Dossier de master Sciences de l’information et des bibliothèques (SIB), 1re année, enssib, janvier 2009.

2 Éduscol, « Livre électronique, livre numérique (e-book) ». [En ligne] < http://eduscol.education.fr/dossier/livrelec > (consulté le 10 novembre 2011).

3 Billaud Marjolaine, Dolhem Perrine et Martinez Chloé. « Quelle place pour l’offre de livres électroniques en bibliothèque ? », op. cit.

4 Les données chiffrées ainsi indiquées sont celles présentées par Sophie Brezel dans son rapport d’analyse de l’enquête sur les e-books dans les bibliothèques d’enseignement supérieur (mars-avril 2009).

5 Enquête sur les ressources électroniques acquises par les services communs de la documentation (SCD), les services interétablissements de coopération documentaire (SICD) et les bibliothèques d’établissements d’enseignement supérieur. Cette enquête est menée annuellement par la Mission de l’information scientifique et technique et du réseau documentaire du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Elle a pour objectif d’établir un recensement aussi exhaustif que possible des actions menées par les établissements en matière d’acquisition de ressources électroniques payantes spécialisées.

6 Témoignage recueilli par Sophie Brezel pour son rapport d’analyse de l’enquête sur les e-books dans les bibliothèques d’enseignement supérieur.

7 Ce paragraphe reprend la présentation qu’Olivier Tacheau a effectuée pour la Journée sur le livre électronique à la bibliothèque de l’université libre de Bruxelles, le 24 avril 2009. [En ligne] < http://www.slideshare.net/tacheau/les-livrels-la-bu-dangers > (consulté le 29 juin 2009).

8 Jonchère Laurent. « Quel avenir pour le livre électronique dans les bibliothèques universitaires françaises ? ». Documentaliste – Sciences de l’information, 2005, vol 42, n° 1, pp. 26-30.

9 Nous reprenons ici certains points exposés par Cécile Touitou dans son article : « Les nouveaux usages des générations Internet ». Bulletin des bibliothèques de France, 2008, t. 53, n° 4, pp. 67-70. Les passages entre guillemets sont extraits de cet article.

10 Marc Prensky est un consultant américain dans le domaine des apprentissages et de la pédagogie, incluant particulièrement les nouvelles technologies. Cécile Touitou cite son article : “Digital natives, digital immigrants”, On the Horizon, vol. 9, n° 5, octobre 2001.

11 Intervention d’Henri Isaac, maître de conférences en gestion, université Paris-Dauphine (auteur du Rapport « Université numérique », rendu en janvier 2008) : « Livres électroniques : pour une compréhension des besoins étudiants », lors de la 4e Journée Couperin sur le livre électronique.

12 C’est pour cadrer ce travail que la CeB a rédigé plusieurs documents à destination des négociateurs et des éditeurs, en particulier l’offre idéale. [En ligne] < http://www.couperin.org/IMGpdf/offre_ideale_ebooks_2009.pdf > (consulté le 29 juin 2009).

13 Jonchère Laurent. « Quel avenir pour le livre électronique dans les bibliothèques universitaires françaises ? », op. cit., p. 26.

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540