Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques publiques britanniques contemporaines

 | 
Cécile Touitou

Partie 1. Du Library Act à la Big Society, chronologie d'un désengagement politique

Encadré 1. Les origines du service des bibliothèques publiques au Royaume-Uni

Tim Coates

Texte intégral

  • 1 Kelly & Kelly, Books for the People: an Illustrated History of the British Public Library, London: (...)

1Le réseau des bibliothèques publiques au Royaume-Uni, tel que nous le connaissons aujourd’hui, date des années 1850. C’est l’œuvre d’un certain nombre de personnes, dont William Ewart et Joseph Brotherton, membres du Parlement qui se sont battus et ont défendu cette cause1. La plupart des objectifs et des principes de fonctionnement correspondent encore aujourd’hui à la vision qu’ils en avaient:

  • il s’agit d’un service local, exploité et financé par les conseils municipaux ;
  • c’est un service financé par les impôts locaux ;
  • il met gratuitement à la disposition de tous de la documentation et de l’information ;
  • les bâtiments sont importants et peuvent être utilisés par la collectivité locale ;
  • son personnel se compose de personnes expertes dans leur domaine.
  • 2 Kelly, History of Public Libraries in Great Britain 1845-1965, London: Library Association, 1973, (...)

2Le financement local était suffisant pour couvrir les coûts quotidiens de fonctionnement, mais il fallait un apport financier en investissement pour construire le vaste réseau de bibliothèques, dont la plupart existent toujours. Ce capital a été bien souvent fourni par des philanthropes célèbres, dont Andrew Carnegie, John Passmore Edwards et Henry Tate2.

3La loi sur les musées et les bibliothèques (1964)

4En 1964, la loi sur les musées et les bibliothèques (Public Libraries and Museums Act) est adoptée à l’échelle nationale par le gouvernement qui définit encore aujourd’hui le mode de fonctionnement des bibliothèques et l’origine des fonds dont elles disposent3. Elle a souvent été réexaminée mais elle n’a pas été modifiée car le Parlement a, à plusieurs reprises récemment, sciemment décidé qu’elle devrait toujours s’appliquer.

5Il s’agit en effet d’une définition très claire et très brève. Voici ce qu’elle stipule à l’article 7 :

6Devoir général des autorités régissant les bibliothèques

  1. Il incombe à chaque autorité régissant une bibliothèque de fournir un service de bibliothèque complet et efficace à toutes les personnes désireuses d’y avoir recours. Toutefois, bien qu’une administration de bibliothèque ait le pouvoir de mettre à la disposition de toute personne une offre d’emprunt de livres et d’autres documents, elle n’est pas tenue, en vertu du présent paragraphe, de mettre ces dispositifs à la disposition de personnes autres que celles dont la résidence ou le lieu de travail se trouve dans la zone de la bibliothèque ou qui suivent des études à temps plein dans cette zone.
  2. Dans l’exercice de ses fonctions en vertu du paragraphe précédent, l’administration d’une bibliothèque doit notamment tenir compte de l’opportunité :

    a) d’assurer, par la gestion de fonds adéquats, par des accords avec d’autres bibliothèques et par tout autre moyen approprié, que des installations soient disponibles pour l’emprunt de livres et d’autres imprimés, d’images, de disques, de films et autres documents, en nombre, gamme et qualité suffisants pour répondre aux besoins généraux et particuliers tant des adultes que des enfants ;

    b) d’encourager les adultes et les enfants à utiliser pleinement le service de bibliothèque, de donner des conseils quant à son utilisation et de mettre à leur disposition les renseignements bibliographiques et autres dont peuvent avoir besoin les personnes qui l’utilisent ;

    c) de s’assurer, en ce qui concerne toute question concernant l’administration de la bibliothèque en tant que telle et de toute autre autorité dont les fonctions peuvent être exercées dans le secteur de la bibliothèque, qu’il existe une pleine coopération entre les personnes engagées dans l’exercice de ces fonctions.

7La loi a ensuite ajouté une nouvelle disposition, à savoir que :

8Le secrétaire d’État supervisera le service des bibliothèques

  • dès l’entrée en vigueur de la présente loi, le secrétaire d’État (ou le ministre de l’administration centrale) est chargé de superviser et de promouvoir l’amélioration du service des bibliothèques publiques, et
  • chaque autorité régissant une bibliothèque doit fournir les renseignements et les installations nécessaires à l’inspection des locaux, du fonds et des registres de la bibliothèque que le secrétaire d’État peut exiger pour s’acquitter de ses fonctions en vertu du présent article4.
  • 5 Voir chapitre 4, « Existence ou utilité des bibliothèques ? ».

9Les mots « complet » et « efficace » utilisés dans la loi de 1964 sont des termes parfaitement clairs en anglais. Toutefois, dans le contexte de cette loi, le secteur des bibliothèques n’a jamais permis qu’on les définisse d’une manière qui leur permette d’être tenus responsables de quoi que ce soit en gestion ou en droit5.

10Lorsque les conseils municipaux proposent des fermetures de bibliothèques, cela crée souvent un tollé et des protestations de la population locale. Elles ont parfois donné lieu à un « contrôle judiciaire » au cours duquel le conseil doit expliquer à un juge pourquoi et comment cette mesure doit être prise.

11Au cours de ces contrôles, le jugement n’a jamais déterminé ce que l’on entendait par « complet » ou « efficace ». On n’a pas non plus cherché à savoir si le secrétaire d’État avait agi correctement et conformément aux obligations qui lui incombent en vertu de la loi de 1964.

12Au contraire, dans chaque cas, le juge s’est plutôt concentré sur la question de savoir si le conseil municipal s’était acquitté de ses obligations en vertu des lois relatives à « l’égalité » et, plus spécifiquement, si le conseil avait procédé à la « concertation » nécessaire requise par les lois sur l’action des autorités locales. C’est sur la question de la concertation que le tribunal a parfois trouvé des failles. Dans ces cas, le conseil a réorganisé la concertation de manière correcte et a ensuite procédé aux fermetures.

13Chacun des juges a déterminé que le conseil municipal, dûment élu, était totalement libre d’agir comme il l’entendait, pour autant qu’il agissait conformément aux lois générales sur l’administration locale.

14Aujourd’hui, il y a 151 autorités régissant des bibliothèques en Angleterre (dont 32 à Londres), 29 en Écosse, 22 au pays de Galles et une en Irlande du Nord6.

15Il existe une nomenclature des bibliothèques disponible en données ouvertes sur le site data.gov.uk. Par ailleurs, on y trouvera un ensemble de données sur le nombre de bibliothèques. L'ensemble de données fournit des renseignements sur les bibliothèques publiques d'Angleterre provenant du Libraries Taskforce. Il indique le nombre de bibliothèques fixes en Angleterre (statutaires et non statutaires) au 1er juillet 2016. Le jeu de données étendu comprend également le type de bibliothèque, le nombre d'heures d'ouverture ainsi que les bibliothèques qui ont été temporairement fermées le 1er juillet, par exemple pour rénovation. Les définitions des types de bibliothèques utilisées dans l’ensemble de données sont jointes à titre de référence.

16En 2017, il y avait 2 853 bibliothèques en Angleterre (dont 328 à Londres), 521 en Écosse et 244 au pays de Galles. Cela fait un total de 3 618. En 1997, il y en avait 4 448, soit une baisse de 830 (ou 19 %).

  • 7 Chiffres provenant du CIPFA – Chartered Institute of Public Finance Accountants –, données annuell (...)

17Dans les années 1970 et 1980, le réseau des bibliothèques publiques du Royaume-Uni était extrêmement populaire et bien utilisé. Les registres indiquent environ 600 millions de visites annuelles et d’emprunts de livres. Cependant, dans les années 1990, leur popularité a commencé à décliner7.

Figure 1. Nombre de visites (en millions) dans les bibliothèques publiques (Royaume-Uni)

Figure 1. Nombre de visites (en millions) dans les bibliothèques publiques (Royaume-Uni)

Source : Public Library Statistics, CIPFA

18Au début des années 2000, le secrétaire d’État a brièvement tenté de superviser le réseau des bibliothèques. Il a obtenu des budgets afin d’équiper d’ordinateurs publics les bibliothèques publiques et il a créé un ensemble de « normes pour les bibliothèques » afin d’aider les bibliothèques publiques à améliorer leur performance.

  • 8 Culture, Media and Sport Committee, “New Report: Public Libraries”, 9 mars 2005. [En ligne] < http (...)

19Cependant, en 2005, le déclin de l’utilisation du service était si important qu’une commission parlementaire a noté que « des mesures urgentes sont requises de la part des responsables des bibliothèques pour inverser la tendance à la baisse du nombre de visiteurs, du nombre de prêts et de la nature des fonds documentaire. Nos recommandations portent sur le rôle des bibliothèques dans la promotion de la lecture et sur la nécessité de mécanismes efficaces pour s’assurer que toutes les bibliothèques publiques du pays atteignent les normes d’excellence que le public attend d’elles »8.

  • 9 House of Commons ; Culture, Media and Sport Committee, Public Libraries. Third Report of Session 2 (...)

20Cette commission Culture, Média et Sport publie un rapport de 64 pages qui fera date et qui se conclut par 42 recommandations. Elle n’a à aucun moment constaté que le « déclin » était dû à un manque de moyens. D’ailleurs, elle a même souligné que personne n’avait suggéré que tel était le cas9.

21Malheureusement, ces 42 recommandations n’ont guère été prises en compte et le déclin s’est poursuivi. Les autorités locales répugnaient à prendre conseil sur leurs activités auprès d’un ministre du gouvernement central.

22Très peu de temps après, les « normes pour les bibliothèques » ont été supprimées en Angleterre.

23De nombreux rapports gouvernementaux et professionnels ont tenté de trouver de nouveaux rôles et de nouvelles approches pour les bibliothèques. Il y a eu plusieurs débats infructueux au Parlement, qui n’ont pas reconnu ou abordé la question de la baisse de l’utilisation des services offerts par les bibliothèques. En particulier, en 2012, l’enthousiasme suscité par le rôle des bibliothèques à « l’ère numérique » était grand - mais en dépit de tout cela, rien n’a été fait pour rétablir la confiance du public dans ce service.

24En 2014, le secrétaire d’État a mis sur pied un groupe de travail sur les bibliothèques (Libraries Taskforce*) afin de définir le rôle des bibliothèques à notre époque et permettre ainsi d’apporter des améliorations immédiates10 :

  • 11 NDT : rapport indépendant sur les bibliothèques en Angleterre publié le 18 décembre 2014. [En lign (...)

25Le rôle du groupe de travail est de permettre la mise en œuvre des recommandations du Independent Library Report for England11 et de s’appuyer sur les bonnes pratiques existantes, les partenariats et différentes activités qui soutiennent déjà les bibliothèques publiques afin d’y ajouter de la valeur. Ce groupe de travail a également pour rôle la promotion des bibliothèques auprès des administrations nationales et locales et des bailleurs de fonds potentiels, et déploie un discours fort et cohérent sur la contribution des bibliothèques publiques à la société et aux collectivités locales.

26Le groupe de travail rend compte aux ministres par l’intermédiaire du Département du numérique, de la culture, des médias et des sports (DCMS) et de l’Association des administrations locales (LGA).

27Le groupe de travail a publié des rapports et des vade-mecum.

28En 2017, le nombre de visites annuelles dans les bibliothèques britanniques est tombé à 250 millions et le nombre d’emprunts de livres à 150 millions. Les pouvoirs publics ont commencé à fermer des bibliothèques faute d’utilisation de ces équipements et à réduire les budgets car, après la crise économique de 2008, ces budgets étaient jugés plus nécessaires ailleurs.

29En 2019, le groupe de travail a mis fin à ses activités par manque de résultats.

30Le résultat final est qu’il n’y a aucun contrôle sur le fonctionnement du service des bibliothèques publiques en dehors des actions déterminées par les conseils municipaux.

31De plus, l’accent qui a été mis sur le rôle des bibliothèques au sein des collectivités (plutôt qu’en tant que service de lecture) a fait en sorte que les conseils locaux peuvent décider exactement quels services une bibliothèque devrait offrir. Il n’y a aucune obligation, implicite ou réelle, de fournir un service à ceux qui souhaitent lire.

32(Texte traduit par Lara Touitou.)

Notes

1 Kelly & Kelly, Books for the People: an Illustrated History of the British Public Library, London: Andre Deutsch, 1977, p. 77.

2 Kelly, History of Public Libraries in Great Britain 1845-1965, London: Library Association, 1973, p. 107-137.

3 Public Libraries and Museums Act 1964. [En ligne] < http://www.legislation.gov.uk/ukpga/1964/75/contents  >.

4 Public Libraries and Museums Act 1964. [En ligne] < https://www.legislation.gov.uk/ukpga/1964/75/crossheading/the-public-library-service?view=plain  >.

5 Voir chapitre 4, « Existence ou utilité des bibliothèques ? ».

6https://www.gov.uk/government/publications/public-libraries-in-england-basic-dataset  >

7 Chiffres provenant du CIPFA – Chartered Institute of Public Finance Accountants –, données annuelles sur les bibliothèques publiques.

8 Culture, Media and Sport Committee, “New Report: Public Libraries”, 9 mars 2005. [En ligne] < https://www.parliament.uk/business/committees/committees-archive/culture-media-and-sport/cms-050309/  >.

9 House of Commons ; Culture, Media and Sport Committee, Public Libraries. Third Report of Session 2004–05. Volume I. [En ligne] < https://publications.parliament.uk/pa/cm200405/cmselect/cmcumeds/81/81i.pdf  >.

10https://www.gov.uk/government/groups/libraries-taskforce  >

11 NDT : rapport indépendant sur les bibliothèques en Angleterre publié le 18 décembre 2014. [En ligne] < https://www.gov.uk/government/publications/independent-library-report-for-england  >.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Nombre de visites (en millions) dans les bibliothèques publiques (Royaume-Uni)
Crédits Source : Public Library Statistics, CIPFA
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11902/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k

Auteur

Conseiller principal pour les bibliothèques publiques et universitaires dans le cadre du projet Freckle aux États-Unis

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search