Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Pratiques documentaires numériques à l'université

 | 
Ghislaine Chartron
, 
Benoît Epron
, 
Annaïg Mahé

Que savons-nous de l’identité, des comportements et des attentes des lecteurs de Revues.org en 2008 et 2009 ?

Marin Dacos e Emma Bester

Testo integrale

1Le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo), unité mixte de recherche et de service du CNRS, de l’EHESS, de l’université de Provence et de l’université d’Avignon, développe une plateforme d’édition électronique complète pour la communauté scientifique des sciences humaines et sociales. Le cœur en est Revues.org qui, créé en 1999, est le plus ancien portail français de revues scientifiques en sciences humaines et sociales ; il développe une politique favorable au libre accès ; il présente ce jour 140 revues électroniques offrant plus de 40 000 articles en libre accès en texte intégral. Il s’accompagne de Calenda, le calendrier des sciences sociales (10 000 événements scientifiques), et d’Hypothèses, plateforme de publication de carnets de recherche en sciences humaines et sociales (2 000 billets publiés depuis 2008).

CONTEXTE, ENJEUX ET LIMITES DE L’ÉTUDE SUR LE LECTORAT DE REVUES.ORG

2Avec une fréquentation en croissance constante et plus d’un million de visites mensuelles (figure 1), Revues.org offre un point d’observation sur les pratiques de lecture en ligne en sciences humaines et sociales francophones. Par ailleurs, afin de mieux répondre aux besoins et attentes des lecteurs de revues, un questionnaire bilingue français-anglais a été mis en ligne sur le portail de Revues.org fin avril 20091. Un premier volet de questions interroge les lecteurs sur leur connaissance et usages spécifiques de Revues.org et des services associés. Le volet suivant vise à appréhender plus largement leurs pratiques relatives aux suivi et recherche des textes. Le dernier ensemble de questions permet d’identifier le profil des utilisateurs du portail.

Figure 1 : visites mensuelles 2006-2009 (relevé des logs sur le serveur Revues.org de janvier 2006 à juin 2009)
Source : Cléo.

3Afin de croiser les données et les approches, les premiers résultats sont comparés avec les résultats d’une enquête similaire menée par le portail Cairn fin 2008 ; 700 questionnaires complets ont été obtenus pour chacune des deux enquêtes. Ils sont également rapportés à des analyses de logs issus des serveurs de Revues.org, afin de compenser les biais d’une seule approche par questionnaire. Des différences importantes apparaissent entre les deux méthodes. Cela se remarque particulièrement dans les réponses à la question portant sur les revues consultées sur le portail (tableau 1) : la revue Études rurales, par exemple, très peu citée par les répondants à l’enquête, est l’une des plus visitées sur le portail et, a contrario, les Cahiers du Centre de recherches historiques, les Cahiers d’histoire, ou encore la Revue de l’histoire des religions sont souvent cités comparativement au nombre restreint de visites mesurées grâce aux logs. Plusieurs facteurs expliquent ces différences.

4D’une part, la réponse à la question sur les pratiques de lecture décrit vraisemblablement autant des pratiques de lecture avérées qu’un indice de notoriété de chaque titre, voire, dans certains cas, de légitimité d’un titre bien choisi…

5D’autre part, le nombre de personnes ayant répondu à l’enquête en ligne correspond à une faible part du lectorat de Revues.org. Le 2 juillet 2009, 700 réponses avaient été collectées, alors que la Lettre électronique de Revues.org avait 35 000 abonnés (figure 2) et que le site comptabilisait 1,4 million de visiteurs en mai 2009 (figure 1). La population répondante fait partie du lectorat fidèle de Revues.org, puisque 450 d’entre eux sont abonnés à la Lettre électronique (figure 9).

Tableau 1 : « Je consulte… » (décompte enquête, visites mesurées / logs)

Revues et carnets de recherche

Enquête

Logs (visites)

Remarque

Terrain

153

38 726

 

L’Homme

143

25 077

 

Clio. Histoire femmes et sociétés

132

43 187

 

Cultures & conflits

127

39 060

 

Sociologies

124

7 507

Incohérence apparente

Socio-anthropologie

122

13 023

 

Cahiers de la Méditerranée

115

13 938

 

EspacesTemps.net

114

37 501

 

Archives de sciences sociales des religions

109

22 675

 

Revue d’histoire du XIXe siècle

106

22 242

 

Cahiers d’histoire

102

5 745

Incohérence apparente

VertigO

92

27 645

 

Etudes rurales

90

10 227

Incohérence apparente

Cahiers d’études africaines

87

20 147

 

Corps et culture

87

10 949

 

Revue de l’histoire des religions

86

7 480

Incohérence apparente

Annuaire de l’Ecole pratique des hautes études. Section des sciences historiques et philologiques

80

3 192

 

La Revue pour l’histoire du CNRS

79

9 735

 

Cahiers de recherches médiévales

78

18 025

 

Cahiers du Centre de recherches historiques

76

198

Incohérence apparente

Cybergeo : revue européenne de géographie

73

58 363

Incohérence apparente

Il manque Nuevo Mundo, 98000 visites...

Incohérence apparente

6Leurs réponses permettent cependant des premières interprétations et hypothèses sur l’identité, les comportements et les attentes des lecteurs de revues en sciences humaines et sociales. L’article rend compte des résultats de l’enquête et s’arrête, en trois temps successifs, sur la sociologie du lectorat, ses usages et pratiques documentaires dans le champ des sciences sociales et humaines, et ses attentes.

Figure 2 : 700 réponses à l’enquête en ligne sur Revues.org
Source : Cléo. Enquête en ligne 2009.

UN LECTORAT DE HAUT NIVEAU, LARGEMENT INTERNATIONAL

7L’étude des profils fait émerger deux caractéristiques notables concernant l’origine géographique et l’appartenance socioprofessionnelle des lecteurs de Revues.org.

Lectures internationales

8Un tiers des lecteurs répondants n’habitent pas en France : originaires principalement du Maghreb, du Canada et des pays limitrophes que sont la Suisse et la Belgique, ces lecteurs ont en commun d’être francophones, ce qui correspond à un déterminisme linguistique logique pour un portail essentiellement rédigé en français et pour une enquête rédigée en deux langues (français et anglais). Une comparaison des résultats de l’enquête avec les logs de fréquentation du serveur (figure 3), si elle confirme l’importance de ce bassin francophone dans l’ensemble du lectorat de Revues.org, fait par ailleurs apparaître les États-Unis et la Grande-Bretagne, pourtant quasiment absents de l’enquête en ligne.

9Se pencher sur la question des répondants hispanophones permet de mieux cerner les limites de l’enquête. Quasiment absents de l’enquête, ils sont pourtant très nombreux à consulter les revues hispanophones, au premier rang desquelles on compte Nuevo Mundo. En effet, le nombre de pages accédées par les ressortissants espagnols et mexicains est comparable à celui des pages accédées via l’Italie, l’Allemagne ou le Brésil. La faiblesse des réponses s’explique sans doute par l’absence de questionnaire en espagnol, ainsi que par l’identification probablement moins forte du portail pour les revues de ce type. Dès lors, la réponse à l’enquête du portail apparaît sans doute moins intéressante.

10Quoi qu’il en soit, la différence entre les statistiques de fréquentation et l’enquête qualitative en ligne met à nouveau en évidence les limites de la seule enquête par questionnaire.

Figure 3 : pays selon les statistiques de fréquentation : comparaison statistiques de fréquentation (logs) (n.) / enquête qualitative ([ne])
Source : Cléo. Enquête en ligne 2009.

11Les deux approches montrent, cependant, que le lectorat du portail Revues.org est fortement international. C’est une des caractéristiques des pratiques scientifiques, que favorise la diffusion sur Internet, et qu’accentue la présence de revues non francophones (Anthropology of Food, China Perspectives, Current Psychology Letters, Field Actions Science Report, Journal of the Short Story in English, Surveys and Perspectives Integrating Environment and Society…) ou multilingues sur Revues.org (Confins, Nuevo Mundo, Cybergeo, Trace, Trivium…).

Un public universitaire avancé

12La seconde caractéristique qui ressort de l’étude des profils réside dans l’écrasante majorité de lecteurs hautement diplômés, plus de 50 % des répondants à l’enquête ayant poursuivi leurs études au-delà de la quatrième année après le baccalauréat, et un tiers des lecteurs étant titulaires d’un doctorat. Il s’agit donc d’un public de spécialistes, principalement d’enseignants, de chercheurs, d’étudiants avancés et de documentalistes ou bibliothécaires. La figure 4 présente les résultats comparés des enquêtes de Cairn et de Revues.org sur l’appartenance socioprofessionnelle des répondants. Le public des deux portails diffère ici, de façon marquante, dans la part d’étudiants de premier et second cycles : conséquente dans l’ensemble du lectorat de Cairn, elle s’avère faible pour Revues.org. Le constat est strictement inversé lorsqu’on observe les populations plus installées dans la vie. Le lectorat de Revues.org est donc plus âgé et plus professionnel. Celui de Cairn plus jeune et plus étudiant.

13Ce contraste interroge sur de possibles spécificités des portails, en termes de contenu ou de fonctionnalités, à même d’intéresser des publics distincts. Mais ces données interrogent avant tout sur la connaissance que les usagers ont des ressources en sciences humaines et sociales, sur les pratiques et les modalités d’accès à ces ressources, en termes de recherche, consultation, navigation.

  • 2 Cette question a fait l’objet d’une enquête de terrain (juin-septembre 2009), réalisée dans le cad (...)

14La question de l’intermédiation aux ressources se pose également. On peut s’interroger ici, entre autres, sur le rôle de la prescription des enseignants et sur celui de la mise en visibilité des ressources dans les espaces documentaires accédés par les étudiants de premier et second cycles. Captifs des ressources dispensées dans les bibliothèques universitaires et par les services communs de documentation, ils forment 17 % du lectorat de Cairn : les bibliothèques semblent bien jouer ici leur rôle de médiateur, de mise en relation d’un public cible avec une ressource spécifique, nécessitant abonnement. A contrario, le déficit de cette population dans le lectorat de Revues.org (3 %) laisse entendre une méconnaissance de cette ressource : Revues.org peut manquer ici de la recommandation des enseignants et/ou de l’intermédiation bibliothécaire. Dans ce cas, on peut s’interroger sur la place qui est faite au libre accès dans les politiques documentaires des bibliothèques universitaires, dont l’une des missions consiste justement à acquérir des ressources pour les mettre à disposition de leurs usagers2.

Figure 4 : profession du lectorat de Cairn et de Revues.org

15Le second volet de l’enquête apporte des éléments d’information sur les modalités de recherche et de consultation des ressources en sciences humaines et sociales, qui viennent nuancer certains préjugés. L’analyse des logs de serveurs, menée en complément de l’enquête en ligne, permet par ailleurs de formuler une hypothèse intéressante sur le comportement des lecteurs de carnets de recherche sur la plateforme Hypothèses, en comparaison des comportements de lecture des revues sur Revues.org. On présentera d’abord les données de logs avant de revenir aux apports de l’enquête en ligne.

LES LECTEURS DES CARNETS MOINS NOMBREUX ET PLUS FIDÈLES QUE CEUX DES REVUES ?

16Parmi les indicateurs fournis par les analyses de logs, on retient ici le nombre de visites et le nombre de visiteurs uniques. En divisant le nombre de visites d’un site sur une période d’un mois par le nombre de visiteurs uniques pour la même période, on obtient un taux moyen de consultation par visiteur. Plus le résultat de l’opération s’élève au-dessus de 1, plus le nombre de visites sur un site par un même visiteur est élevé : on peut à ce titre parler de « taux de retour » du visiteur sur le site ou « taux de fidélité ». En appliquant cette mesure aux revues de Revues.org les plus fréquentées (tableau 2), on observe des taux de retour relativement faibles (entre 1,2 pour Nuevo Mundo et 1,5 pour Cultures & Conflits) ; les temps réels de consultation et les pratiques de lecture en ligne ou hors ligne nous manquent ici pour procéder à une analyse plus fine des comportements d’usage.

Tableau 2 : fidélité du lectorat ?

Nuevo mundo (revue)

Visiteurs uniques

Visites

Score de "fidélité"

85 000

98 000

1,15

Cybergeo (revue)

40 000

58 000

1,45

Clio (revue)

36 000

43 000

1,19

Cultures & conflits (revue)

26 000

39 000

1,5

Balkanologie (revue)

4 200

5 400

1,29

Economie publique (revue)

4 000

6 500

1,63

Culture et politique arabe (carnet)

10 000

19 000

1,9

L’édition électronique ouverte (carnet)

5 000

17 000

3,4

Evaluation (carnet)

3 000

7 500

2,5

Quanti (carnet)

2 600

5 500

2,12

Politbistro (carnet)

1 000

4 400

4,4

17Selon le guide d’utilisation du logiciel AWstats3 : “Unique visitor: a host that has made at least 1 hit on 1 page of your Web site during the current period (1 month).” [Un visiteur qui a cliqué au moins une fois sur une page de votre site dans la période actuelle (1 mois).] Visits: number of visits made by all visitors. Think ‘sessions’, say a unique IP accesses a page, and then requests three others without an hour between any of the requests.” [Nombre de visites faites par l’ensemble des visiteurs. Chaque « session » renvoie à une seule adresse IP ayant accédé à une page Web et à trois requêtes dans l’heure suivant la connexion.]

18Comparons les taux de fidélité des revues les plus fréquentées du portail Revues.org avec ceux des carnets de recherche les plus fréquentés sur Hypothèses, la plateforme de carnets de recherche animée par le Cléo. Si les consultations sont quantitativement plus faibles sur les blogs que sur les revues, les taux de retour sont par contre plus élevés, allant de 1,9 pour le carnet Culture et politique arabes à 4,4 pour le carnet Polit’bistro. Le lectorat des blogs apparaît donc comme plus concentré mais également plus fidèle que celui des revues. Il faut peut-être voir dans cette mesure un indicateur quantitatif plus pertinent de la réussite du modèle de carnet que la mesure qui consiste à comptabiliser le nombre et la longueur des commentaires, et qui est la plus généralement utilisée.

MODALITÉS DE RECHERCHE, DE CONSULTATION ET DE LECTURE : QUELQUES DONNÉES D’USAGE

Au-delà de Google

19L’enquête en ligne fait apparaître que l’utilisation du moteur de recherche Google, si elle domine, n’écrase pas pour autant les autres stratégies de recherche chez ce public universitaire avancé. Plus de 300 répondants signalent ainsi utiliser les ressources des bibliothèques universitaires, physiques et électroniques, sur site et à distance. Ils déclarent utiliser des sites précis, directement identifiés (figure 5). C’est ainsi qu’un large panel des ressources électroniques disponibles en sciences humaines et sociales est connu et consulté par le lectorat de Revues.org (figure 6). Se distinguent particulièrement les portails Cairn et Persée, qui sont signalés par plus de 50 % des répondants, et la ressource anglophone Jstor, mentionnée par 250 personnes ; une part plus restreinte de 100 à 200 répondants consulte également les archives ouvertes de HAL-SHS et accède au portail BiblioSHS.

Figure 5 : « Pour trouver des ressources en sciences humaines et sociales… »
Source : Cléo. Enquête en ligne Revues.org 2009.

Figure 6 : « Je consulte telle et telle ressource en sciences humaines et sociales ».
Source : Cléo. Enquête en ligne 2009.

De faibles consultations en bibliothèque et de fortes consultations à domicile

20Les consultations à domicile et sur le lieu de travail constituent l’essentiel des modalités géographiques d’accès aux articles de Revues.org (figure 7). Ce résultat semble logique, dans la mesure où le lectorat professionnel constitue une partie importante de la population répondante. Le travail à domicile, fréquent dans le milieu universitaire, est encouragé par le nombre d’articles de Revues.org en libre accès. La consultation en bibliothèque paraît, elle, particulièrement faible et interroge de nouveau sur la situation actuelle des bibliothèques universitaires face aux contenus numériques, particulièrement lorsqu’une partie importante de ces contenus est en libre accès.

21On note également l’émergence de pratiques de consultation nomades, essentiellement sur ordinateur portable, tandis qu’un frémissement apparaît du côté des lecteurs sur terminaux téléphoniques, comme les smartphones. Le recul régulier, ces dernières années, du marché des ordinateurs fixes, au profit des ordinateurs portables, explique cette situation. La généralisation des accès nomades à Internet – que sont les wifi publics, les wifi partagés (FON, Free, Neuf, etc.) et les accès 3G – constitue une tendance qui paraît appelée à se renforcer, confortant ainsi la lecture nomade.

Figure 7 : « Je consulte Revues.org… »
Source : Cléo. Enquête en ligne 2009.

Forte utilisation des favoris, au détriment des flux RSS

22Les modalités de consultation de Revues.org témoignent également d’un certain degré de culture Web des usagers du portail (figures 8 et 9). Moins de 100 personnes passent, en effet, par un moteur de recherche pour accéder au portail Revues.org, alors que près de la moitié des répondants ont inscrit le site Revues.org dans leurs favoris – utilisant ainsi leurs signets pour se rendre sur le portail. Mieux : 170 personnes écrivent directement l’URL du site dans la barre d’adresse.

23En revanche, l’usage des flux RSS est faible puisque seuls 60 répondants les utilisent pour suivre l’actualité du portail Revues.org ; c’est le service de lettre électronique qui domine largement à cet effet (450 abonnés sur les 700 répondants). Ils sont à peine davantage (80 répondants) à utiliser les flux RSS proposés sur le calendrier de la recherche en sciences humaines et sociales, Calenda, ce qui pourrait néanmoins laisser supposer une plus forte adéquation entre cette offre documentaire et l’offre de service RSS. Malheureusement, l’enquête ne nous dit pas si les flux RSS de chaque revue sont plus utilisés que les flux généraux fournis par le portail. La faible utilisation des flux RSS contraste avec l’usage des signets ou la mémorisation des URL. Elle reste étonnante, dans la mesure où deux fois plus de répondants (120) déclarent utiliser des gestionnaires de références bibliographiques, ou encore des agendas électroniques en ligne (figure 10), dont l’usage ne paraît pas moins complexe que celui de flux RSS.

24Dans un monde de la recherche pratiquant une veille bibliographique intensive, la très faible appropriation de la syndication de contenus reste source d’étonnement et de perplexité. La blogosphère grand public semble avoir plus rapidement adopté ces pratiques de veille. La communauté scientifique est-elle particulièrement conservatrice, privilégiant des méthodes éprouvées au détriment de nouvelles approches de veille ? Le problème se situe-t-il plutôt au niveau de l’explication, de la formation et, plus généralement, de l’offre pédagogique concernant ces nouveaux dispositifs ? La propagation rapide des univers Netvibes dans les bibliothèques universitaires semble, pourtant, un vecteur simple de diffusion de ces nouvelles pratiques. Notre hypothèse est qu’il y a un hiatus fort entre le monde des bibliothèques et le monde universitaire, l’un et l’autre ayant développé des compétences parallèles. L’étanchéité entre les deux mondes semble, pourtant, contre-productive.

Figure 8 : « Pour aller sur Revues.org… » Source : Cléo. Enquête en ligne 2009.

Figure 9 : « Pour suivre l’actualité de Revues.org… »
Source : Cléo. Enquête en ligne 2009.

Figure 10 : « Moi-même, j’utilise… » Source : Cléo. Enquête en ligne 2009.

La lecture à l’écran domine

25Un lieu commun très répandu veut que la lecture à l’écran soit inconfortable et inadaptée, particulièrement pour les textes longs. L’enquête montre pourtant le contraire (figure 11). En effet, la lecture des articles sur Revues.org a lieu majoritairement à l’écran, que ce soit directement en ligne (plus de 450 réponses) ou après sauvegarde du fichier sur ordinateur (270 réponses). La lecture après impression devient minoritaire, avec seulement 250 réponses. Cela interroge sur les motivations qui président à ces choix et sur les types de lecture adoptés en fonction des contextes (lecture rapide ou longue à l’écran, annotée, active, taille des articles, temps de lecture, aller-retour vers l’article, possibilités techniques d’impression, etc.), mais cela confirme tout de même une évolution des pratiques de lecture vers une nette domination de la lecture à l’écran.

Figure 11 : « Je lis les articles de Revues.org… »
Source : Cléo. Enquête en ligne 2009.

ATTENTES DES LECTEURS DE REVUES ÉLECTRONIQUES EN SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES

  • 4 Ces fonctionnalités ont été ajoutées depuis (automne 2009).

26Un dernier point à aborder concerne les attentes des lecteurs de Revues.org (figure 12). Les données analysées jusqu’ici semblent montrer que les lecteurs de Revues.org ne sont pas technophobes. Ils restent cependant avant tout intéressés par des améliorations documentaires que l’on peut qualifier de traditionnelles. Les attentes portent principalement sur l’organisation et l’accès aux contenus : près de 300 répondants notent leur intérêt pour des accès thématiques aux revues et une recherche par disciplines4. De nouveaux produits documentaires sont également souhaités : bibliographies thématiques en ligne, collections de livres en ligne et revues de comptes rendus de livres intéressent de 200 à 300 répondants. Les outils de visualisation de l’information ou d’organisation personnalisée des contenus sont, a contrario, peu demandés : moins de 90 répondants ont sélectionné la possibilité de géolocaliser les événements de Calenda ou la mise en place d’espaces numériques personnels.

Figure 12 : « Dans les prochains mois, je souhaite voir émerger les innovations suivantes… »
Source : Cléo. Enquête en ligne 2009.

CONCLUSION : À LA RECHERCHE DU LECTEUR INCONNU

27L’enquête en ligne menée par Revues.org auprès de son lectorat permet de dépasser l’approche relativement grossière de l’analyse statistique de logs qu’offrent les logiciels classiques de mesure de la fréquentation tels qu’AWstats. Elle permet, en effet, d’étudier qualitativement une population plus restreinte, mais sur laquelle nous disposons d’informations plus précises, particulièrement en ce qui concerne leur sociologie et leurs pratiques de lecture en ligne sur d’autres portails. Nous avons donc découvert que Google n’était pas l’alpha et l’oméga de l’accès à Revues.org pour cette population particulière, fortement diplômée, et inscrite dans les professions du savoir. Cette population paraît fidèle à un certain nombre de sites fortement spécialisés, dont elle a un usage régulier. Sans être technophobe, cette population apparaît réticente à l’utilisation des flux RSS et n’utilise quasiment pas les bibliothèques pour accéder à Revues.org.

28Cette courte étude reste très incomplète, tant la proportion des lecteurs étudiés paraît faible. Plus encore, manque une étude qualitative poussée des logs de Revues.org, afin d’élucider de véritables parcours de recherche et de lecture, sur un temps court ou même sur une durée moyenne. Le Centre pour l’édition électronique ouverte est prêt à accueillir et encadrer tout data miner qui acceptera de s’armer d’une pioche pour creuser profondément dans ses logs. Ces données, de plus en plus massives, ne donneront toute leur sève et tout leur sens que dans le cadre d’une approche extrêmement fine, ciblant un petit nombre d’utilisateurs repérables, et confrontant leurs pratiques réelles à une enquête orale ciblée. La mise au point d’une grille d’analyse, de patterns de lecture et de comportements en ligne, permettra, sans aucun doute, d’éclairer d’un jour nouveau les véritables pratiques de lecture de la littérature savante en ligne.

Note

1 Le questionnaire est actuellement actif, en ligne sur < http://leo.hypotheses.org/1762 > (consulté le 6 mai 2009).

2 Cette question a fait l’objet d’une enquête de terrain (juin-septembre 2009), réalisée dans le cadre d’un stage pour l’obtention du master 2 de l’Institut national des techniques de la documentation (INTD). Les résultats sont présentés dans le mémoire de fin d’études : Bester Emma. L’économie de l’attention pour le libre accès. Le cas de Revues.org dans les bibliothèques universitaires, Mémoire des sciences de l’information, INTD, 2009.

3 [En ligne] < http://awstats.sourceforge.net/docs/awstats_glossary.html > (consulté le 5 décembre 2011).

4 Ces fonctionnalités ont été ajoutées depuis (automne 2009).

Indice delle illustrazioni

Legenda Figure 1 : visites mensuelles 2006-2009 (relevé des logs sur le serveur Revues.org de janvier 2006 à juin 2009)Source : Cléo.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1186/img-1.jpg
File image/, 203k
Legenda Figure 2 : 700 réponses à l’enquête en ligne sur Revues.orgSource : Cléo. Enquête en ligne 2009.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1186/img-2.jpg
File image/, 135k
Legenda Figure 3 : pays selon les statistiques de fréquentation : comparaison statistiques de fréquentation (logs) (n.) / enquête qualitative ([ne])Source : Cléo. Enquête en ligne 2009.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1186/img-3.jpg
File image/, 196k
Legenda Figure 4 : profession du lectorat de Cairn et de Revues.org
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1186/img-4.jpg
File image/, 256k
Legenda Figure 5 : « Pour trouver des ressources en sciences humaines et sociales… »Source : Cléo. Enquête en ligne Revues.org 2009.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1186/img-5.jpg
File image/, 231k
Legenda Figure 6 : « Je consulte telle et telle ressource en sciences humaines et sociales ».Source : Cléo. Enquête en ligne 2009.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1186/img-6.jpg
File image/, 253k
Legenda Figure 7 : « Je consulte Revues.org… »Source : Cléo. Enquête en ligne 2009.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1186/img-7.jpg
File image/, 181k
Legenda Figure 8 : « Pour aller sur Revues.org… » Source : Cléo. Enquête en ligne 2009.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1186/img-8.jpg
File image/, 155k
Legenda Figure 9 : « Pour suivre l’actualité de Revues.org… »Source : Cléo. Enquête en ligne 2009.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1186/img-9.jpg
File image/, 180k
Legenda Figure 10 : « Moi-même, j’utilise… » Source : Cléo. Enquête en ligne 2009.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1186/img-10.jpg
File image/, 180k
Legenda Figure 11 : « Je lis les articles de Revues.org… »Source : Cléo. Enquête en ligne 2009.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1186/img-11.jpg
File image/, 110k
Legenda Figure 12 : « Dans les prochains mois, je souhaite voir émerger les innovations suivantes… »Source : Cléo. Enquête en ligne 2009.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1186/img-12.jpg
File image/, 273k

© Presses de l’enssib, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540