Version classiqueVersion mobile

Intégrer des ressources numériques dans les collections

 | 
Géraldine Barron
, 
Pauline Le Goff-Janton

Partie 4. Evaluer, conserver

Connaissance de l’usage, évaluation, indicateurs en lecture publique

Chantal Sibille

Texte intégral

1L’évaluation du plein rayonnement des ressources numériques demeure encore largement une terra incognita dans la sphère de la lecture publique. Lorsque l’on sait que mesurer simplement l’état de la documentation électronique est déjà périlleux, à cause de sa nature évolutive et volatile et de définitions non stabilisées, mesurer ses impacts peut relever de la gageure… Nous l’envisagerons plutôt comme un projet à facettes, en décrivant ce qui peut être mesuré, pourquoi et comment.

Quels objectifs ?

2Le premier objectif de l’évaluation est de disposer d’outils de pilotage de la politique documentaire, pour argumenter certains arbitrages : renouvellement, désherbage, ajustement d’abonnements en termes de nombre d’accès simultanés, de choix de bouquets, de périmètres géographiques. Il s’agit aussi de nourrir et d’orienter le pilotage de projets (mise en œuvre d’accès distants, mutualisation entre établissements, mise en place de formations ou d’ateliers).

3Mesurer et quantifier permet de rendre des comptes aux collectivités territoriales et à la tutelle, dans l’optique d’éclairer la dépense publique, de participer au pilotage local ou national des politiques numériques de lecture publique et de repérer des « bonnes pratiques ».

4L’évaluation vise enfin à établir un bilan des expérimentations afin de décider des suites à donner.

5L’objectif sous-jacent à cette démarche est tout simplement d’appréhender des réalités encore mal connues et en pleine évolution. Les professionnels ont un rôle majeur à jouer, en partenariat avec des experts statisticiens et sociologues pour tenter de cerner une part de l’univers numérique qui évolue chaque jour sous leurs yeux et d’en saisir les enjeux pour les sphères culturelles et informationnelles dans lesquelles évoluent nos bibliothèques. Il s’agit par exemple, pour une part, d’adapter nos métiers à l’accompagnement, voire à l’anticipation des usages et des pratiques autour de la documentation numérique : les faits marquants qui se dégagent des évaluations doivent soutenir les réflexions quant aux questions de signalement, d’ergonomie, et bien sûr d’offre de services et de médiation.

6En ce sens, on peut penser que les vocables de « bonnes » ou de « mauvaises » statistiques sont inadaptés ; cela supposerait en effet qu’une référence absolue existe en la matière et d’avoir défini un curseur commun à toutes les bibliothèques de lecture publique.

7Il nous faut garder à l’esprit qu’un des enjeux de l’évaluation d’une documentation encore balbutiante en lecture publique est d’en découvrir les mécanismes à l’œuvre, notamment en ce qui concerne les interactions éventuelles entre consultation de documents électroniques et réutilisation de ces ressources par les usagers, les questions de transversalité, de mixité et de facilitation des usages.

8N’oublions pas également que pour les producteurs de ces ressources, les statistiques peuvent revêtir d’autres fonctions : redistribution des droits ou suivi tarifaire pour ceux qui fondent leur modèle tarifaire sur l’usage.

L’objet de mesure

Les accès

  • 1 « Une requête réussie sur un service en ligne. Il s’agit d’un cycle d’activité de l’utilisateur qu (...)

9En matière de ressources numériques, le premier objet de mesure est l’accès. C’est pourquoi, agissant comme une métonymie de la métrique numérique, le nombre de sessions1 s’impose comme la valeur la plus couramment utilisée pour décrire l’usage d’une ressource en ligne.

10Son pendant, le nombre de refus de connexion, se révèle extrêmement précieux lorsqu’il s’agit d’examiner l’augmentation du nombre d’accès simultanés d’une ressource d’accès restreint. Les moyennes mensuelles et annuelles de refus de connexion peuvent être utilement complétées par le rapport entre sessions et refus de connexion.

11Lorsque la bibliothèque est dotée d’un moteur de recherche fédérée, il paraît indispensable de distinguer les requêtes opérées automatiquement des requêtes humaines et ciblées. Pourtant, rares sont les statistiques de lecture publique qui s’y conforment. En l’absence de ce distinguo, une augmentation soudaine de sessions sur une base de données fraîchement connectée au moteur pourra être mal interprétée.

12Les bibliothèques de lecture publique proposent de plus en plus fréquemment à leurs usagers d’accéder à distance aux abonnements numériques de la bibliothèque. Il est alors primordial de connaître avec exactitude quelles ressources sont consultées en local et hors les murs, ainsi que de quantifier leur exploitation. L’analyse des sessions distantes peut être raffinée par le calcul du taux d’utilisation des accès distants par rapport aux heures d’ouverture ou de fermeture de la bibliothèque physique. Dans le cadre comparatif d’une évaluation de politique territoriale, il paraît intéressant de corréler ce taux à d’autres taux comparables en externe, par exemple avec des taux d’utilisation de formulaires en ligne de la collectivité. Connaître les chemins d'accès aux ressources électroniques constitue pour le professionnel une source inépuisable d’informations, dont l’exploitation raisonnée doit tendre à ajuster l’ergonomie du site de la bibliothèque, de l’agencement de ses rubriques et de l’architecture de son catalogue : rubrique d’entrée, pages précédemment visitées, liens activés, notices utilisées sont autant d’indices de la fluidité ou de l’opacité des parcours virtuels des usagers, d’autant plus si ces critères sont couplés à des secteurs ou des typologies de lecteurs circonscrits.

13Il est particulièrement judicieux d’analyser ce type d’information avant et après une refonte de site.

14Les mesures de signaux faibles sont souvent ignorées, au profit des requêtes abouties qui donnent lieu à résultats. Le ratio « requêtes abouties sur nombre de sessions » fournit certes un éclairage de premier ordre sur la connaissance a priori du contenu de la ressource par l’usager, sur la maniabilité et l’efficience de son interface, mais il ne devrait pas pour autant occulter la mesure et l’analyse des requêtes non abouties. Celles-ci permettent en effet de mesurer l’écart potentiel entre une attente et une absence de résultats ou de mettre en évidence des failles de méthodologie.

15À cet égard, disposer des termes (ou de leur palmarès) utilisés lors de requêtes sans résultats permettrait aux bibliothécaires non seulement de faire remonter aux producteurs un certain nombre de constats, mais aussi de recueillir des demandes concrètes d’usagers sur le terrain numérique et d’orienter des actions de médiation ciblées le cas échéant.

Sous les accès, les documents

16Quantifiés en tant que visualisation ou téléchargement (impression, reformatage, enregistrement détachable, etc.), les documents constituent les unités les mieux identifiées d’une base et sont pour la plupart indexés.

17La quantification des consultations fait presque toujours référence aux typologies de documents classiques : périodiques, livres, enregistrements sonores ou vidéos, images, modules d’apprentissage ; moins souvent aux documents de type références bibliographiques ou brèves d’actualité. On peut s’interroger sur l’utilité réelle d’une telle catégorisation dans le contexte de mesures numériques, souvent biaisée par la nature même de l’offre – voire par les définitions usitées – à moins de mettre en regard ces chiffres avec ceux recueillis sur la consultation de l’offre imprimée du fonds de la bibliothèque.

18Il semble en revanche plus utile de s’appuyer sur une typologie générale des ressources utilisées (bases bibliographiques/bases de texte intégral, bases d’écoute de musique en ligne/logiciels de composition, etc.) pour détecter des tendances d’usages fortes, qui peuvent varier selon les secteurs, les publics et les périodes.

  • 2 La mesure du temps passé sur une ressource numérique devrait être logiquement basée sur une sessio (...)

19Néanmoins, les types de documents doivent être pris en compte pour leur associer des indicateurs pertinents : le nombre et la nature des authentifications et des interactions des usagers pour des ressources d’autoformation ; la durée2 de consultation et les interruptions éventuelles qui s’appliquent aux documents sonores, aux films et aux livres numériques en texte intégral ; pour les livres numériques soumis à DRM, le nombre de prêts des livres numériques, la durée moyenne de prêt, le nombre de retours anticipés.

20Hormis dans le cas des leçons des modules d’apprentissage des ressources d’autoformation et des morceaux musicaux d’albums, il n’est guère encore question dans le contexte de la lecture publique d’appréhender des données chiffrées sur la granularité la plus fine des documents textuels comme les articles ou les chapitres. Mais elles devraient à l’avenir prendre de l’importance avec l’avènement d’outils de découverte ou de résolveurs de liens ainsi que le développement de bases de données à architecture séquentielle.

21Il paraît essentiel que les données métriques recueillies sur ces granularités soient liées à leurs niveaux hiérarchiques supérieurs et consolidées globalement, afin d’en avoir aussi une vision complète, et non pas simplement de simples données juxtaposées : cela pourrait s’envisager sous la forme d’un tableau pyramidal, recensant les statistiques générales d’une ressource numérique, puis détaillant pour celle-ci les statistiques relevant d’un titre de périodique, elles-mêmes détaillées par les statistiques concernant les articles qui y sont rattachés.

22Pour les ressources en ligne générales ou disciplinaires, des statistiques de consultation différenciées par domaines, adossées à la classification ou aux items de développement précisés dans la charte documentaire de la bibliothèque constituent des axes de réflexion autour de l’ajustement à la politique documentaire ou aux nombres d’accès à consacrer aux bases relevant des domaines les plus demandés.

23Ces données chiffrées brutes seront d’autant plus utilisables dans le contexte propre de l’établissement si elles sont rapportées d’une part au nombre total de consultations en ligne, d’autre part au nombre de bases ou de documents appartenant à un même domaine, ce qu’il faut flécher a priori dans un tableau de suivi.

Périmètre des mesures

24La granularité des statistiques par accès, domaine ou document doit impérativement pouvoir prendre en compte la diversité du paysage des établissements relevant de la lecture publique.

25Selon que l’on a affaire à une bibliothèque unique, à un réseau de médiathèques, à une BDP, à une bibliothèque nationale, à un réseau de bibliothèques spécialisées, ou à tout autre type d’organisation, les statistiques devront pouvoir être scindées selon les divers types d’acteurs, intermédiaires et finaux.

26Nous pouvons considérer que les critères indispensables à une lecture efficace des données métriques couvrent toute entité préalablement définie : découpage par IP ou plages d’IP, par site, par secteur, par bibliothèque ou point de lecture desservis, par adhérent, par authentification des utilisateurs finaux, par utilisateur anonyme.

27Cette exigence implique une structuration a priori des comptes d’abonnés chez les fournisseurs selon une logique arborescente.

Des périodicités fixes et variables

28Les périodicités qui viennent temporaliser les données chiffrées sont classiquement mensuelles et annuelles, pour correspondre au cycle des abonnements.

29Il est aussi prudent de prévoir ponctuellement de se baser sur des périodicités exceptionnelles, liées par exemple à une circonstance particulière (test d’une nouvelle ressource grandeur réelle avec la participation des usagers, semaine test d’évaluation sur un secteur, etc.).

30Selon les besoins, il ne faut pas négliger les variations journalières, voire horaires, qui pourraient révéler certaines tendances imputables à des publics ou à des conjonctures spécifiques (besoins documentaires induits par des préparations d’examen, un festival cinéma local, etc.).

Des documents pour des usagers

31L’évaluation des ressources électroniques ne peut occulter la question des usagers. Les usages en ligne dessinent-ils une segmentation ou au contraire une mixité des publics ?

  • 3 Lors de connexions authentifiées, liées au Lightweight Directory Access Protocol (LDAP).

32Pour tenter de cerner ces problématiques et par là agir sur leurs incidences, sur la communication ou la mise à disposition auprès des publics, la mise en œuvre de critères centrés sur les utilisateurs est requise lorsque cela est possible3 : croiser les autres critères précités avec les données disponibles en interne, comme la qualité d’inscrit, d’emprunteur actif, le statut (estudiantin ou non par exemple), la tranche d’âge, la catégorie socio-professionnelle…

33Ces données chiffrées, qui relèvent plus de mesures d’accès que d’indicateurs d’usages, seront utilement complétées par des enquêtes qualitatives.

Exploitation des données

34Afin d’aborder des types de pratiques propres à l’univers numérique, il est nécessaire de connaître les informations d’exploitation des données, ainsi que leurs évolutions dans le temps, rapportées aux types d’usagers et de documents considérés.

35Combien de références sont-elles exportées vers un logiciel de traitement bibliographique ? Combien d’articles sont-ils téléchargés dans un compte personnel ? Combien de playlists musicales sont-elles créées pour des supports d’écoute dédiés ? Combien d’images ou d’extraits sont-ils partagés sur des réseaux sociaux ? Combien de parcours d’apprentissage sont-ils enregistrés sur clé USB ?

36Ce type de question implique en prérequis que les outils idoines soient autorisés par les producteurs et mis à disposition dans et par la bibliothèque, dans un continuum de chaîne numérique.

Des référentiels d’indicateurs aux spécificités de la lecture publique

  • 4 ISO 2789:2013 : Information et documentation - Statistiques internationales de bibliothèques.
  • 5 Iegor Groudiev, « L’Observatoire de la lecture publique au service du livre », Bulletin des biblio (...)
  • 6 Questions clés liées au développement des collections électroniques : guide à l’usage des biblioth (...)
  • 7 Traduction française de la version 4 du Code de bonnes pratiques COUNTER / GTSU – Couperin, avril (...)
  • 8 COUPERIN, AnalogIST / ezPAARSE : pour le recueil, le traitement et l'analyse des fichiers logs rec (...)

37Des référentiels d’indicateurs sont produits par des comités de normalisation4, des services ministériels5, des associations6, des groupements interprofessionnels7 ou des consortiums de ressources électroniques8. Ils présentent l’inestimable atout de définir les termes employés, d’unifier les pratiques en la matière pour les rendre cohérentes et comparables. Mais force est de constater, ce qui est historiquement logique, qu’ils sont adossés en majorité au monde universitaire.

38De nombreux indicateurs sont communs à l’univers académique et à la lecture publique, mais un référentiel d’indicateurs spécifique à la lecture publique reste à bâtir de façon complémentaire, en dégageant quelques indicateurs pertinents qui puissent rendre compte de situations disparates.

39L’indicateur classique du rapport coût/usage est-il par exemple adapté à la lecture publique ? Il constitue bien sûr un ratio parlant, qui correspond à la préoccupation légitime du contrôle de la bonne utilisation des deniers publics. Mais d’une part, la pertinence même de ce ratio dépend des modalités propres à l’usage évalué, de la granularité des items mesurés et de la définition d’un seuil à partir duquel il serait jugé satisfaisant. Et d’autre part, est-il réaliste de l’employer alors que l’offre éditoriale numérique est en cours de développement en lecture publique, et est loin d’avoir atteint une masse critique peut-être nécessaire à son utilisation ?

40Les indicateurs devraient sans doute s’inspirer des spécificités de la lecture publique, telles que l’ancrage territorial, le maillage en réseau, le dynamisme culturel, la diversité des documents, des supports et des publics.

Pour une méhodologie de l’évaluation quantitative

Qui mesure ?

Mesures d’éditeurs

41Nous connaissons tous la difficulté d'obtenir auprès des fournisseurs des statistiques fiables et utilisables. En effet, loin d’être toutes calculées et présentées sur le même mode, nous avons le plus grand mal à les additionner ou à les comparer.

42Lorsque nous obtenons des données chiffrées, par demande manuelle ou par rapport automatisé, nous ne savons pas toujours à quoi elles correspondent exactement si elles ne réfèrent pas à des définitions produites par des codes de bonne conduite. En outre, la quasi-totalité des statistiques d’éditeurs de ressources présentes en bibliothèque de lecture publique ne fait pas la différence entre utilisation « réelle » et interrogation via une requête de moteur de recherche fédérée, ce qui biaise certains chiffres.

43Elles manquent de précision et de remontées textuelles pour évaluer quelle partie de base est consultée, quels mots sont les plus utilisés pour les requêtes abouties ou au contraire quelles sont les requêtes qui n’aboutissent pas.

44Enfin, il n’est pas exclu totalement que certains chiffres puissent être majorés, compte tenu du poids qu’ils peuvent revêtir pour les renouvellements d’abonnements.

45Malgré ces réserves, les statistiques externes sont néanmoins précieuses et devraient être systématiquement analysées lors des phases d’évaluation. Elles ont aussi le mérite d’être les uniques sources chiffrées lorsque l’établissement ne possède pas de moyens d’extraire ses propres résultats.

Mesures internes

46La conception de statistiques internes devrait idéalement intervenir à l’origine de la construction architecturale de la base de gestion des ressources électroniques, afin que tous les champs et les données utiles soient pointés a priori pour être croisés a posteriori.

47La plupart des projets autour des bases ou les bases elles-mêmes d’ancienne génération en lecture publique intègrent peu cette dimension ou souffrent de carences irrémédiables en la matière. Bien souvent, les accès aux ressources électroniques sont réalisés au moyen de listes non architecturées ou se font via des notices de ressources génériques (au nom de la base + description) qui ne reflètent ni le contenu ni la granularité de l’information proposée par la base.

48Lorsque des notices granulaires sont incorporées au catalogue ou que des outils de dépouillement redirectionnels sont mis en place, les items sont rarement reliés entre eux et à leur base générique. Un travail sur les liens semble nécessaire pour pallier cette double carence : comme les notices sont conçues en premier lieu pour donner accès, le système de calcul se contente de comptabiliser les clics d’accès généraux, qui sont pauvrement représentatifs de l’utilisation réelle, basée sur des navigations transverses.

49Les statistiques internes résultantes n’ont donc généralement pas grand-chose à offrir de plus que le nombre de connexions à une ressource générique.

Mise en place d’un tableau de suivi des statistiques

50Le tableau de suivi des statistiques s’insère en amont et en aval de la chronologie de la récupération des statistiques (données brutes), de leur concaténation puis de leur analyse (dégager des tendances). L’objectif d’un tel tableau est de mettre en perspective les chiffres recueillis, qu’ils soient locaux ou externes, afin que leur analyse s’appuie à chaque fois sur une confrontation au contexte particulier qui a entouré la ressource dans son cycle de vie. C’est cette mise en perspective qui permettra de nuancer l’analyse et d’en dégager les axes à améliorer.

51La structure de ce type de document de gestion peut combiner deux parties distinctes : une partie « tableau de bord » et une partie « contexte ».

Tableau de bord

52Le tableau de bord sert à notifier l’existence ou non de statistiques, la source des statistiques moissonnées (interne/externe) ; leur nature (normalisées ou non) ; leur définition (sessions, requêtes abouties, items visualisés…) ; leur mode de récupération (sur demande à un contact, par requête via le module d’administration, par mél d’envoi systématique…) ; leur format (textuel, tabulé…) ; leur périodicité ; ainsi que les informations pratiques qui s’y rattachent (coordonnées du contact et date de demande/de réception, URL et codes d’accès au module administrateur, réclamations et questions en cours…).

Tableau contextuel

53La partie contextuelle se propose de recenser, pour chacune des ressources, les éléments générateurs de compréhension :

  • défaillances ou handicaps techniques (journal des incidents : coupures d’accès plus ou moins longues, difficultés d’affichage ou bugs sur certaines fonctionnalités, lenteurs anormales de chargement…) ;
  • existence ou non de certaines fonctionnalités (compte de personnalisation, annotations, partages, modes, formats et destination de récupération…) ;
  • état du signalement (date de mise à jour, liens créés, date de branchement d’un connecteur pour une recherche fédérée…) ;
  • actions de valorisation et de médiation auprès des collègues et des publics (dates de formation ou de présentation au personnel de service public, ateliers ou démonstrations aux usagers, article, focus ou brève signalant une nouveauté ou une modification…).

54Les ressources électroniques étant par nature invisibles a priori dans un contexte de libre accès aux imprimés et de faible utilisation du catalogue en lecture publique, toute action visant à les rendre visibles, à les promouvoir et à faciliter leur exploitation devrait participer à l’analyse de leurs usages. Il est en effet peu probable qu’une ressource dont on ignore le contenu et les fonctionnalités, que l’on trouve difficilement ou qui présente des carences techniques soit utilisée de façon satisfaisante. Remédier à ces obstacles est donc un prérequis à la juste analyse des statistiques d’utilisation.

55À la contextualisation locale des données chiffrées s’ajoute une contextualisation plus globale de la documentation électronique, qui peut par exemple tenir compte d’une situation en lecture publique que l’on peut qualifier de « pré-bascule » ou encore s’interroger sur d’éventuelles corrélations, tant propres aux bibliothèques (constats de baisse régulière d’utilisation des documents imprimés) que de nature plus sociétale (impacts de la formation tout au long de la vie par exemple).

Évaluation qualitative

56L’évaluation des ressources électroniques ne peut se satisfaire d’angles morts à propos des usages et des pratiques, qui ne peuvent être traduits uniquement par des indicateurs, par nature réducteurs.

  • 9 À titre d’exemple : « Liseuses électroniques à la Bpi », « Pratiques et usages de la presse électr (...)

57L’introduction d’enquêtes, d’observations et d’entretiens en face à face ou en focus groups reste indispensable à l’appréhension d’une réalité complexe. Faisant intervenir des méthodologies spécifiques et rigoureuses, souvent ancrées dans le champ sociologique, l’évaluation qualitative peut paraître plus malaisée à mettre en œuvre, mais ses apports sont incontournables. En témoignent les enquêtes menées par le Service études et recherche de la Bpi9.

58Une littérature abondante sur ces aspects permet de mettre en évidence les points centraux que représentent l’élaboration longue et minutieuse des enquêtes et des échantillonnages, le travail de traitement des résultats puis de leur analyse (hypothèses, recoupements, biais).

59Ces évaluations devraient viser à dégager des tendances longues. Elles trouvent un prolongement naturel dans des observatoires des usages du numérique.

60L’évaluation de ressources électroniques se situe à la croisée des chemins entre politique documentaire et de services, médiations et pratiques du public. Les tensions qui s’y expriment reflètent la recherche d’équilibre entre les missions d’une bibliothèque, ses offres et l’usage qui en est fait. En bibliothèque publique, les marges de manœuvre peuvent paraître étroites, tant elles sont encore très tributaires de l’offre éditoriale, de compétences techniques et de cloisonnements historiques. C’est sans doute d’une prise de risques que pourront émerger les conditions d’une profonde évolution.

61Plutôt que de mesurer l’usage classique d’une collection par sa consultation, évaluer les ressources électroniques et leurs usages s’apparente in fine plus à analyser une offre de services et les perspectives de ses évolutions. Ses bénéfices devraient nous aider à imaginer de nouvelles modalités d’offres et de services. L’émergence d’une cartographie nationale des ressources numériques et de leurs usages pourrait par exemple en ce sens constituer un point d’appui pour les professionnels.

62Comme traduire n’est pas trahir, mais forcément adapter, évaluer est peut-être prendre la mesure des écarts entre données chiffrées et effets réels. Mesurer nous sert finalement à évaluer pour évoluer.

Notes

1 « Une requête réussie sur un service en ligne. Il s’agit d’un cycle d’activité de l’utilisateur qui classiquement débute lorsque l’utilisateur se connecte au service ou à la base de données et qui se termine de façon explicite (en quittant le service par le menu quitter ou bien par une déconnexion), ou implicite (déconnexion automatique après une période de non utilisation). », COUNTER Version 4, Annexe A : glossaire de termes. [En ligne] : < http://couperin.org/images/stories/documents/Statistiques/COUNTER/V4_FR/appa_fr.pdf > (consulté le 15 avril 2014).

2 La mesure du temps passé sur une ressource numérique devrait être logiquement basée sur une session (correspondant peu ou prou à un utilisateur unique) avec a minima une activité sur l’écran (pour éviter d’y amalgamer les abandons de consultation). Nous constatons pourtant de façon empirique des usages mixtes, qui consistent, par exemple, à écouter un concert, casque sur les oreilles (sans activité écran), tout en travaillant sur d’autres documents numériques (plusieurs sessions ouvertes simultanément), afin de s’isoler, voire de se concentrer dans un espace public…

3 Lors de connexions authentifiées, liées au Lightweight Directory Access Protocol (LDAP).

4 ISO 2789:2013 : Information et documentation - Statistiques internationales de bibliothèques.

5 Iegor Groudiev, « L’Observatoire de la lecture publique au service du livre », Bulletin des bibliothèques de France, 2013, n°4, pp. 48-52. [En ligne] : < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2013-04-0048-001 > (consulté le 15 avril 2014). Voir également le site de L’Observatoire : < http://www.observatoirelecturepublique.fr >.

6 Questions clés liées au développement des collections électroniques : guide à l’usage des bibliothèques. [En ligne] : < http://www.ifla.org/files/assets/acquisition-collection-development/publications/Electronic-resource-guide-fr.pdf > (consulté le 15 avril 2014).

7 Traduction française de la version 4 du Code de bonnes pratiques COUNTER / GTSU – Couperin, avril 2012, [En ligne] : < http://couperin.org/images/stories/documents/Statistiques/COUNTER/V4_FR/copr4_fr.pdf > (consulté le 15 avril 2014).

8 COUPERIN, AnalogIST / ezPAARSE : pour le recueil, le traitement et l'analyse des fichiers logs recueillis localement. [En ligne] : < http://www.couperin.org/groupes-de-travail-et-projets-deap/statistiques-dusage/134-statistiques-dusage/988-analogist-ezpaarse-recueil-traitement-et-analyse-des-statistiques-locales > (consulté le 15 avril 2014).

9 À titre d’exemple : « Liseuses électroniques à la Bpi », « Pratiques et usages de la presse électronique », « Usages des ordinateurs portables personnels », Rubrique Publics et usages à la Bpi. [En ligne] : < http://www.bpi.fr/fr/professionnels/etudes_et_recherche2/publics_et_usages_a_la_bpi.html > (consulté le 15 avril 2014).

Auteur

Chef du service des ressources électroniques, Bibliothèque publique d’information (Paris)

© Presses de l’enssib, 2014

Licence OpenEdition Books

Lire

Accès ouvert
Mode lecture
Chargement ePub
Chargement PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search