Version classiqueVersion mobile

Intégrer des ressources numériques dans les collections

 | 
Géraldine Barron
, 
Pauline Le Goff-Janton

Partie 3. Intégrer, signaler

Signaler et valoriser en lecture publique

Guillaume Hatt

Texte intégral

1Devant le développement des offres de ressources numériques généralistes et grand public, les bibliothécaires sont aujourd'hui contraints de réfléchir à un signalement plus élaboré de ces nouveaux documents numériques, qui revêtent des formes diverses : articles et revues numériques, en texte intégral interrogeable ou sous forme de versions numériques à feuilleter, livres numériques, musique et films numériques, cours en ligne ou méthodes d'auto-apprentissage, et bientôt pourquoi pas, applications pour tablettes ou jeux vidéo à télécharger.

2L'accès à distance, depuis le domicile des usagers, vient renforcer la nécessité de signaler le plus clairement possible les ressources, noyées dans l'océan des ressources du Web. Sans médiation directe, les abonnés des bibliothèques de lecture publique, dont la maîtrise des outils informatiques et la culture de l'information sont très variées, doivent pouvoir naviguer facilement dans l'offre numérique de la bibliothèque et accéder au mieux à la ressource la plus pertinente.

3Lorsqu'il s'agissait de pointer vers des sites ou des bases de données, de simples liens suffisaient. Dans certains cas, cette méthode convient toujours. Avec le développement des OPAC, des moteurs de recherche et des portails documentaires, la recherche fédérée a pris le pas sur le signalement, avec des limites techniques ou ergonomiques aujourd'hui bien visibles. La recherche unifiée et les outils de découverte tentent de compenser ces limitations, mais souffrent encore du manque d'exposition des métadonnées des différents éditeurs et de bases de connaissances dédiées aux ressources numériques grand public.

Signaler simplement : pages Web et listes de liens

4Dans un souci de visibilité des ressources acquises ou simplement sélectionnées, toutes les bibliothèques dotées d'un site Internet peuvent proposer une liste de liens. S'il faut les tenir à jour, les vérifier régulièrement, ces liens forment un embryon de politique documentaire, en exposant les achats et les choix des professionnels. Bien sûr, il s'agit d'un renvoi vers une interface propre à chaque éditeur, avec sa politique d'accès et son système d'identification. Le signalement relève dans ce cas de l'orientation des lecteurs vers des ressources que l'on veut valoriser en raison de leur coût souvent élevé ou qui ont paru intéressantes ou pertinentes aux bibliothécaires.

5Pour ne pas s'éparpiller, on pourra privilégier ce type de signalement pour les bouquets de revues, les bases de données, ou les collections de livres numériques, gratuits ou payants. Ce type de redirection vers une interface implique de bien la connaître et de s'assurer de la présence d'un moteur de recherche sur la ressource signalée. En effet, l'usager devra pouvoir poursuivre sa recherche au sein de chaque interface. Charge au professionnel de maîtriser suffisamment l'interface de destination pour pouvoir accompagner l'utilisateur le cas échéant.

6Simple et efficace, ce signalement est aussi intéressant en termes d'accessibilité : les logiciels de lecture pour malvoyants sauront suivre le lien sans difficulté.

7On pourra regretter l'impossibilité fréquente de pointer vers des sous-ensembles de ressources, l'aspect statique (qui oblige à vérifier les liens URL régulièrement, de préférence avec un outil logiciel ou une ressource Web spécialisée), et l'obligation de sortir du site de la bibliothèque pour consulter les ressources. En termes de médiation, cette approche oblige à rédiger une présentation de la ressource et à se tenir informé de l'évolution des sites destinataires. Elle risque aussi d'être perçue comme la promotion de certains éditeurs et de leurs produits.

Le cas des revues en version numérique

8Si les outils de type A-to-Z sont peu répandus en lecture publique, ils ont parfois un équivalent sous la forme d'une liste des abonnements disponibles dans les bibliothèques d'une ville ou d'un réseau. Pourquoi dans ce cas ne pas proposer une version en ligne de cette liste, avec des précisions sur les moyens de consulter la version numérique des revues ? Il existe à ce jour des bases de données de recherche sur les articles et leur contenu, des bases d'articles en texte intégral, en mode texte ou en mode image. Afficher un pictogramme portant la mention « texte intégral des articles disponible sur ... » à côté des titres des revues dans ces listes est efficace pour faire connaître une offre même avec peu de moyens. Pour être pertinent, ce type de signalement implique de pointer directement sur le titre et ses derniers numéros disponibles en numérique, grâce à un lien profond fourni par l'éditeur de la revue, en gérant au passage la délicate phase de l'authentification de l'usager si celle-ci est nécessaire.

Éditorialisation et réseaux sociaux

9À l'opposé du signalement de masse, il existe une forme de signalement propre à la lecture publique, et qui repose sur la rédaction d'articles de mise en valeur des documents numériques. Plus souvent qu'une ressource, qui sera plutôt décrite dans un mode d'emploi, c'est un document numérique particulier qui sera mis en valeur sur le site de la bibliothèque, sur le blog des discothécaires ou des vidéothécaires, voire sur les réseaux sociaux si la bibliothèque a fait ce choix. Ces chroniques décrivent traditionnellement des films, anciens ou nouveaux, des livres mais il est temps de les étendre aux objets numériques, qui nécessitent également une médiation très attendue du public. Il restera à décider si le signalement éditorialisé des documents numériques fait l'objet d'une publication propre, par exemple sur un blog dédié au numérique, ou si au contraire il doit s'inscrire dans les autres formes éditoriales consacrées aux autres domaines ou aux autres supports.

Signaler avec les outils disponibles : le SIGB comme catalogue de ressources numériques

10Le SIGB est un outil présent dans toutes les bibliothèques, à toutes les échelles ; il est bien maîtrisé, et repose sur une série de normes solides qui incluent la possibilité de créer des liens vers des ressources en ligne, dans le champ UNIMARC 856, avec des sous-champs pour l'URL visée, la description, les caractéristiques techniques d’accès, etc.

11Mais les normes sont anciennes, datent d'une période où un lien pointait vers une revue ou une base de données. La granularité de ces outils, autrement dit la finesse de description des ressources, permet de renseigner les moyens d'accéder facilement à un site compagnon, un site de revue, etc. mais commence à poser problème lorsqu'il s'agit de pointer vers la version numérique d'un livre ou d'un article, surtout lorsqu'il est disponible sur plusieurs plates-formes : on pourra citer les revues partagées entre Cairn et Persée.org, ou les livres numériques disponibles sur plusieurs plates-formes de diffuseurs ou d'agrégateurs. Faut-il répéter les champs 856 autant de fois que la ressource est dupliquée sur les différentes plates-formes, au risque de noyer l'usager sous les informations ?

12Pour autant, cette méthode de signalement est intéressante en de nombreux points, ce qui en fait souvent la première étape d'une démarche systématique d'affichage des ressources numériques des bibliothèques.

13Les atouts du catalogue :

  • la description des ressources est réalisable par tous les professionnels de l'information, bien documentée, stable dans le temps ;
  • tous les SIGB savent normalement interpréter correctement la zone 856 et la transformer en lien URL ;
  • soucieux de ne pas freiner l'usage de leurs ressources, souvent déterminant pour le réabonnement, les éditeurs sont généralement prêts à collaborer et rechignent de moins en moins à fournir des données bibliographiques de leur catalogue au format UNIMARC. La démarche de production de ce type de données dans ce type de format leur demande néanmoins au départ un effort considérable ;
  • tous les SIGB disposent d'une interface de chargement de fichiers MARC au format ISO 2709, susceptible de traiter correctement les fichiers fournis par les éditeurs ;
  • la généralisation du format (ONIX)*1 chez les éditeurs de livres numériques permet d'espérer une large amélioration des notices fournies, qui pourront facilement être converties en MARCXML.

14Les limites du catalogue :

  • Ce n'est donc pas le signalement initial des données qui risque de poser problème, mais sa pérennité, car les mises à jour et les suppressions se révèlent à l'usage beaucoup plus fastidieuses que l'import initial : comment en effet savoir quelles notices ont été modifiées ou supprimées du côté de l'éditeur ? L'éditeur doit-il nous fournir régulièrement des lots de notices ? Comment pourrons-nous recharger ces notices en modifiant les notices concernées ?
  • Une première série de vérifications devra être menée régulièrement pour vérifier la validité des liens inclus dans les zones 856 des notices. Il faudra pour cela disposer d'un outil intégré au SIGB puisque ces liens sont inclus dans des notices qui ne sont pas exposées a prioriet qu'aucun logiciel ou site web d'analyse de liens ne pourra les atteindre. Au SIGB de produire un rapport sur les sites provoquant des erreurs et au bibliothécaire de corriger les notices, une à une. Un outil de modification des liens en masse est rarement présent dans les SIGB. Le temps de maintenance des liens est donc conséquent.
  • Si l'éditeur des notices est capable de fournir des mises à jour régulières, la solution la plus simple restera d'identifier ces notices pour pouvoir les supprimer en masse régulièrement, avant de charger un nouveau lot de notices avec des liens à jour. On sera particulièrement vigilant sur la question du dédoublonnage des ressources disponibles chez plusieurs éditeurs : seul l'e-ISBN peut assurer une reconnaissance indubitable de la ressource lorsqu'il s'agit d'un livre numérique, mais il est encore peu présent dans les notices fournies, et manque de fiabilité2. Une recherche de reconnaissance sur le titre sera donc souvent nécessaire.

Signaler en interrogeant : la recherche fédérée a-t-elle encore un avenir ?

15Longtemps considérée comme une forme suffisante de signalement, la recherche fédérée a fait les beaux jours des prestataires informatiques, grâce aux fameux portails et à leurs nombreux « connecteurs » vers les ressources interrogées ; pour autant, rassembler des ressources variées par le biais d'un moteur de recherche unique n'a pas suffi à convaincre le public et a fini par lasser les professionnels de l'information. Avec ces connecteurs, les ressources ne sont pas signalées précisément, elles sont rarement décrites, seuls les résultats sont présentés de façon uniforme, rarement dédoublonnés, avec des problèmes de lenteur d'affichage liés à la diversité des sources interrogées.

  • 3 Search/Retrieve via URL (SRU) et Search/Retrieve Web service (SRW) : protocoles de recherche Web p (...)

16Aujourd'hui, la recherche fédérée peut espérer retrouver une valeur grâce à la généralisation des Web Services et des protocoles d'interrogation plus rapides de type SRU/SRW3. Mais il n'en reste pas moins vrai qu'un problème de signalement se pose : comment décrire finement une ressource distante dont on ne possède pas les métadonnées ? Comment expliquer la particularité de chaque ressource interrogée alors que la recherche fédérée cherche au contraire le plus petit dénominateur commun pour afficher des résultats cohérents ?

17En bref, fédérer n'est pas signaler. La première opération pour les administrateurs du portail sera donc de décrire finement les différentes ressources interrogées, en précisant le niveau de détail atteint par chaque connecteur : article, livre numérique, cours en ligne, film numérique, ou tout autre objet numérique décrit par des métadonnées et interrogeable par le connecteur.

18Ensuite, le portail devra signaler les ressources interrogées en séparant nettement les objets de nature différente, éventuellement de source différente ; mais ce dernier point est un choix bibliothéconomique qui n'est pas forcément pertinent pour l'usager, davantage soucieux de pouvoir faire la différence entre un ouvrage et un article, que de savoir d'où ils proviennent.

19Enfin, le signalement par la recherche fédérée pose en lecture publique un problème de politique documentaire que l'on retrouvera pour les bases de connaissances : les plus gros éditeurs de ressources proposent bien souvent des connecteurs pour les portails, et les éditeurs de logiciels portails ne s'intéressent généralement qu'à ces ressources largement présentes. Le risque est donc grand de ne pouvoir signaler de la même façon des bases de données largement diffusées et des ressources plus confidentielles, locales ou très spécialisées. Pour les petits éditeurs, installer et maintenir un connecteur pour la recherche fédérée se révèle en effet bien souvent beaucoup trop coûteux. On risque donc de devoir mélanger des modes de signalement, au détriment de l'expérience de l'utilisateur.

Signaler en agrégeant localement des métadonnées distantes : moissonnage et recherche unifiée

20Il existe heureusement des mécanismes et des protocoles qui permettent aujourd'hui d'exposer des métadonnées et de les interroger à faible coût : le plus célèbre d'entre eux est OAI-PMH4, robuste et suffisamment souple pour décrire un grand nombre d'objets numériques grâce au format Dublin Core, ou à d'autres formats plus complets si nécessaire. Il est en effet réaliste d'imaginer que chaque producteur de ressources puisse mettre en place et maintenir un entrepôt de métadonnées lié à ses ressources. Il existe en effet des outils gratuits et open source dédiés à l'exposition des métadonnées sur le web grâce à ce protocole. Son caractère asynchrone ne permet pas d'afficher des informations en temps réel, mais la fraîcheur des mises à jour peut être paramétrée pour refléter au mieux l'offre éditoriale.

21Du côté des SIGB et des portails, l'agrégation de sources OAI-PMH a fait une apparition dans les offres des prestataires depuis quelques années, et permet d'envisager de stocker les métadonnées pour proposer une recherche unifiée au sein même du portail ou du SIGB, en déterminant les champs communs à interroger et à afficher. Le renvoi vers la ressource sera fait par un simple lien URL qui pourra être personnalisé si nécessaire pour tenir compte des méthodes d'authentification. Il existe même plusieurs outils logiciels libres et gratuits capables de construire des portails de recherche unifiée à partir de nombreuses sources OAI-PMH.

22Pour arriver à une bonne exhaustivité des ressources décrites, les bibliothécaires doivent donc inciter les éditeurs à exposer leurs métadonnées, et à développer des outils interopérables basés sur des standards comme OAI-PMH, et demain OAI-ORE*5 et OPDS*6 ; ce dernier facilite de surcroît le feuilletage des collections sur tous les supports de lecture, nomades en particulier.

Les outils de découverte et la recherche élargie : à quand des bases de connaissances pour la lecture publique ?

23De plus en plus présents dans les bibliothèques universitaires et de recherche, les outils de découverte sont encore absents en lecture publique. La raison généralement invoquée est l'absence de base de connaissance adaptée au grand public, faute de métadonnées correctement fournies par les éditeurs des ressources concernées, moins concentrés que dans le secteur académique.

24La volonté affichée de plusieurs grands groupes d'édition généralistes d'exposer leurs métadonnées dans des hubs interprofessionnels laisse penser néanmoins que des bases de connaissance pourraient voir le jour à moyen terme, au moins pour le livre numérique, alimentées par les éditeurs, mais aussi par les libraires et les bibliothécaires.

Signaler et matérialiser

  • 7 Forme de code-barres en deux dimensions, dont l'agencement des points détermine l'information enco (...)

25Fréquentées par un public très varié, aux compétences informationnelles très diverses, les bibliothèques de lecture publique ont recours à des outils souvent sommaires pour signaler une part aujourd'hui croissante de leurs collections. Pour ne pas perdre une partie importante de leurs usagers, elles doivent en fait commencer le signalement de leurs ressources directement dans la bibliothèque : si l'habitude de signaler les outils de la bibliothèque, comme l'OPAC, est bien ancrée dans la profession, ce qui rend le catalogue informatisé bien connu de la majeure partie des abonnés, il faut désormais mettre aussi en valeur les ressources numériques dans les murs de la bibliothèque, pour préparer leur usage à distance. Toutes les actions d'animation, de médiation numérique, passant par la diffusion de QR codes7, de flyers, ou d'affiches, au besoin directement dans les rayons, participent du signalement.

26Pour retrouver la flânerie et la sérendipité produites par les « tables thématiques », les « étagères de nouveautés », les « choix des bibliothécaires » et le chariot de retours, les bibliothèques de lecture publique sont aussi en attente de véritables interfaces capables de reproduire ces outils de signalement très appréciés du public. Pour convaincre les professionnels comme le grand public, il faudra que le choix soit facile à faire, qu'il soit régulier, et que l'usager puisse feuilleter et lire des extraits, sur place, ou à distance, avec un éventuel discours d'accompagnement. Alors peut-être pourra-t-on dire que le signalement est devenu aussi numérique dans les bibliothèques de lecture publique.

Notes

1 Online Information eXchange. Plus d'information : < http://www.editeur.org/8/ONIX/ > (consulté le 10 janvier 2014).

2 Les éditeurs n'attribuent pas toujours d'e-ISBN unique selon le format ou les nouvelles éditions.

3 Search/Retrieve via URL (SRU) et Search/Retrieve Web service (SRW) : protocoles de recherche Web prenant la suite du protocole d'interrogation Z39.50.

4 Open Archives Initiative Protocol for Metadata Harvesting (OAI-PMH) : < http://www.openarchives.org/ > (consulté le 10 janvier 2014).

5 Open Archives Initiative Object Reuse and Exchange (OAI-ORE) : < http://www.openarchives.org/ore/ > (consulté le 10 janvier 2014).

6 Open Publication Distribution System (OPDS) : < http://opds-spec.org/ > (consulté le 10 janvier 2014).

7 Forme de code-barres en deux dimensions, dont l'agencement des points détermine l'information encodée.

© Presses de l’enssib, 2014

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search