Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques documentaires numériques à l'université

 | 
Ghislaine Chartron
, 
Benoît Epron
, 
Annaïg Mahé

Bibliothèques, ressources d’information et utilisateurs de ressources électroniques dans les sciences humaines1

Claire Warwick, Melissa Terras, Isabel Galina, Paul Huntington et Nikoleta Pappa

Texte intégral

  • 1 Le projet LAIRAH est financé par l’AHRC-ICT Strategy Scheme. Les auteurs témoignent une reconnaissa (...)

1En 2005, l’université de Bangor décide qu’elle peut se passer de huit de ses bibliothécaires spécialisés car, à l’ère de Google, et avec la menace qui pèse sur les budgets, elle a du mal à justifier le financement de médiateurs pour aider les usagers de la bibliothèque à trouver les ressources nécessaires à leur travail [Curtis, 2005]. Cette action peut sembler extrême, mais elle suit pourtant un mode de pensée qui envahit graduellement le monde de l’information numérique jusqu’à sa conséquence logique : si de vastes quantités d’informations sont disponibles sur le Web, de quelle utilité sont encore les professionnels de l’information ?

2Lorsqu’au milieu des années 1990, l’influence d’Internet a commencé à se faire ressentir, certains auteurs ont éprouvé la nécessité de se demander si le bibliothécaire, qui n’était plus utile à l’usager pour effectuer des recherches dans des systèmes tels que Dialog2, tenait toujours un rôle [Cronin, 1998 ; Fourie, 1999 ; Gellman, 1996]. Dans le rapport [Brown et Swan, 2007] du Research Information Network (RIN) et du Consortium of Research Libraries (CURL) sur l’usage des bibliothèques de recherche par les chercheurs, le rôle du médiateur n’est pas mentionné comme futur rôle potentiel pour les bibliothécaires. Cette étude démontre cependant que les bibliothécaires continuent d’accomplir tout un ensemble d’activités que l’on pourrait décrire comme de l’intermédiation, dans le sens où ils conseillent les usagers – que ce soit de manière informelle ou par le biais de formations – sur des questions de création, d’utilisation et de gestion des ressources numériques, ou sur des sujets plus traditionnels, tels que la propriété intellectuelle et la citation. En dépit de l’absence de preuves solides pour l’étayer, il existe également une thèse qui a de plus en plus cours tant dans le secteur commercial que dans celui de l’information, selon laquelle la technologie devrait rendre les gens plus productifs et permettre ainsi des économies [Lin et Shao, 2006]. On pourrait donc se dire par extension qu’une augmentation des investissements dans les ressources numériques permettrait de dépenser moins dans les bibliothèques et les archives classiques, et dans le personnel qui y officie, comme le démontre l’exemple cité plus haut.

3Le présent article fournit des preuves qui vont à l’encontre de telles visions. Notre étude de l’usage des ressources numériques par les chercheurs en sciences humaines apporte des preuves flagrantes de l’importance continuelle des ressources d’information tant classiques que numériques. En nous appuyant sur des preuves quantitatives, nous défendons l’importance des institutions de l’information, des bibliothécaires, des archivistes et des professionnels de la documentation qui facilitent l’accès aux ressources et en assurent la qualité, même à l’ère de ce que Gregory Crane a décrit en 2006 comme celle de la numérisation de millions de livres [Crane, 2006].

LE PROJET LAIRAH

4Le projet LAIRAH3, basé à la School of Library Archive and Information Studies (SLAIS) de l’University College London (UCL), est une étude de 15 mois, réalisée entre juin 2005 et septembre 2006 dans le but de découvrir ce qui influence la durabilité et l’utilisation à long terme des ressources numériques dans les sciences humaines à travers l’analyse et l’évaluation de leur utilisation en temps réel. Cette étude a été financée par l’Arts and Humanities Research Council (AHRC) ICT Strategy Scheme4. Les résultats de ces recherches devraient donc avoir une influence sur la prochaine politique d’au moins l’un des principaux organismes de financement du Royaume-Uni. Nous pouvons ainsi espérer que notre travail sur l’importance des ressources d’information influencera les décisions prises quant à leur avenir financier. Ceci est également important dans la mesure où l’AHRC est l’organisme qui participe au financement de la formation des futurs bibliothécaires et archivistes, par le biais de bourses d’études pour les masters dans les universités du Royaume-Uni.

5Les objectifs du projet de recherche se définissent ainsi :

  • déterminer l’échelle d’utilisation des ressources numériques dans les sciences humaines en ayant recours à l’analyse de logs des portails du Humbul, du Artifact et du Arts and Humanities Data Service ;

  • déterminer si les ressources utilisées ont des points communs ;

  • mettre en lumière les zones de bon fonctionnement et les aspects du projet qui pourraient être améliorés pour une meilleure utilisation et plus de durabilité.

6Au cours du projet, le Humbul et l’Artifact ont fusionné pour devenir Intute : Arts and Humanities Service5.

TRAVAUX PRÉCÉDENTS DANS CE DOMAINE

Recherche d’information en sciences humaines

7De récents et utiles travaux sur les besoins en information et le comportement des universitaires de sciences humaines en matière de recherche d’information ont été effectués par Barrett [2005], Talja et Maula [2003], Green [2000], Herman [2001] et Ellis et Oldman [2005]. Des études qui ont fait école, menées par Stone [1982] et Watson-Boone [1994], ont démontré que les usagers des sciences humaines ont besoin d’un large éventail de ressources, en termes d’époque et de genre. Cela reste vrai dans un environnement numérique, où ils continuent d’avoir besoin de matériel imprimé, ou même de manuscrits, tout autant que de ressources électroniques, qui, de par leur nature, peuvent laisser supposer un matériel bien plus foisonnant que ce dont se servent les chercheurs [British Academy, 2005]. Marcia Bates a analysé les activités pratiquées par les chercheurs en sciences humaines dans un environnement numérique utilisant le système Dialog, antérieur à l’existence du Web [Bates, 1996]. Le mode d’interrogation du système rendait difficile la tâche des utilisateurs ne bénéficiant pas de formation spécifique, et c’est la raison pour laquelle les recherches étaient généralement menées par des professionnels de l’information. La recherche sur le Web est donc très différente de celle décrite par Bates, puisqu’elle se fait par le biais d’une interface d’utilisation graphique et qu’elle ne requiert aucune ou peu d’intervention d’un professionnel de l’information.

  • 6 N.D.T. : le terme « sciences » dans le texte fait référence aux disciplines des sciences techniques (...)

8Un thème majeur de la littérature consacrée aux usagers des sciences humaines est qu’ils ne ressemblent pas à ceux des sciences6 et des sciences sociales, bien que nombre de concepteurs de ressources électroniques les envisagent de la sorte [Bates, 2004]. Les chercheurs en sciences humaines seront plus enclins à utiliser ce que David Ellis appelle le « chaînage » et à suivre les références trouvées dans d’autres ouvrages [Ellis et Oldman, 2005]. Cette pratique cependant va à l’encontre de la recherche par mots clés, qui tend à être la norme pour les systèmes d’information, ce qui a donc été considéré comme une preuve que les techniques des chercheurs en sciences humaines sont plutôt pauvres [Chu, 1999]. Dès le milieu des années 1980, Stephen Wiberley avait montré que les chercheurs en sciences humaines construisaient leur recherche sur des termes bien définis, mais que ces termes étaient très différents de ceux utilisés par les scientifiques, étant plus enclins, par exemple, à inclure des noms de personnes ou de lieux [Wiberley, 1983, 1988].

9Lehmann et Renfro [1991] ainsi que Wiberley [2000] suggèrent que les universitaires du domaine des sciences humaines sont réceptifs à la technologie tant qu’elle est synonyme d’économie suffisante de temps ou d’efforts. Les travaux de Dalton et Charnigo [2004] et ceux de Whitmire [2002] ont également démontré que les chercheurs en sciences humaines qui ont recours aux ressources numériques ont tendance à être exigeants sur la qualité des documents et sont capables d’élaborer une stratégie de recherche complexe, en fonction de leur degré de formation.

10Plus récemment, des études se sont orientées vers le travail de chercheurs officiant dans des disciplines spécialisées : Talja et Maula [2003] ainsi qu’Ellis et Oldman [2005] ont étudié les chercheurs en littérature ; Dalton et Charnigo [2004], Anderson [2004], et Duff et ses collègues [Duff et Cherry, 2001 ; Duff et al., 2004] ont étudié ceux en histoire. Selon ces auteurs, le comportement informationnel des universitaires dans des disciplines individuelles est suffisamment différent pour constituer un objet d’étude en soi, et une étude des sciences humaines prises dans leur globalité comporte un risque de sur-généralisation. Nous avons cependant suivi la méthodologie de l’étude la plus récente, menée par la British Academy (abordée plus loin), qui traite du large éventail de sujets en sciences humaines. Nous avons également choisi un vaste échantillon de disciplines afin d’obtenir une image représentative des usages en sciences humaines dans un délai relativement restreint. Toutefois, si nous obtenons un financement pour approfondir nos recherches, nous avons l’intention de mener une étude plus ciblée, focalisée sur les domaines de l’histoire et de la littérature anglaise.

Rapports sur l’utilisation des technologies d’information et de communication en sciences humaines

11Depuis 2005, les organismes de financement du Royaume-Uni soutenant les arts et les sciences humaines cherchent également à enquêter sur l’état des besoins et usages des ressources numériques en sciences humaines. L’étude qu’a menée la British Academy en 2005 sur la recherche en arts, sciences humaines et sciences sociales, a conclu que les universitaires faisaient un bon usage d’une grande diversité de ressources numériques. L’échantillon sélectionné pour l’étude était relativement petit et tendait à surreprésenter les universitaires « seniors », en termes d’âge et de poste occupé (l’échantillon comportait de nombreux professeurs). Il faut souligner qu’en dépit de la croyance selon laquelle l’enthousiasme pour la technologie serait l’apanage des plus jeunes, le rapport faisait état d’une large utilisation des ressources numériques par l’échantillon. Selon les auteurs, dans un avenir prévisible, les ressources utilisées en recherche seront tant imprimées sur papier que numériques, et donc les ressources numériques ayant le plus de valeur sont celles qui, comme les catalogues de bibliothèques en ligne, permettent de localiser d’autres sources d’information de n’importe quel format. Le rapport défend donc l’idée que ces ressources secondaires devraient bénéficier d’une numérisation en priorité.

12En même temps que le projet LAIRAH, trois autres projets ont été commandés par l’AHRC pour recueillir des données sur l’utilisation des ressources des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans les sciences humaines :

  1. Le projet Research in Portals in the Arts and Humanities (RePAH)7, basé à l’université de Sheffield, d’août 2005 à septembre 2006.

  2. Évaluation par les pairs et analyse des ressources numériques pour les arts et les sciences humaines menées par l’Institute of Historical Research (IHR)8 d’octobre 2005 à septembre 2006.

  3. Gathering Evidence9 : recherche sur l’usage actuel des TIC et les besoins futurs en arts et sciences humaines (AHRC-ICT), à l’université de Bristol, de fin 2005 à septembre 2006.

13Tous ces projets ont partagé leurs résultats et comparé leurs données. Les résultats que nous présentons plus loin établissent donc des comparaisons spécifiques avec ceux de ces projets et avec ceux de l’étude menée par la British Academy en 2005.

14Les trois rapports de l’ICT Strategy ont mis au jour un enthousiasme très répandu pour le recours aux ressources numériques, même si, encore une fois, les échantillons sont quelque peu orientés. Dans tous les cas, les données ont été recueillies au moyen de questionnaires et de réunions de groupes, dont les participants ont été recrutés via des sites Web ou des listes de discussion. Cela peut laisser supposer que les participants pouvaient avoir de fortes chances d’être enthousiasmés par les ressources numériques [Huxley et al., 2007, p. 19]. Le projet Gathering Evidence a mis au jour un enthousiasme similaire pour les outils d’aide à la recherche ; cependant, ses participants utilisaient aussi des ressources primaires en ligne, telles que des textes électroniques. Comme le projet RePAH, ils ont découvert que les participants auraient apprécié accéder à davantage de ressources primaires sous forme numérique. Selon RePAH, l’universitaire typique du domaine des sciences humaines refuse de consacrer du temps et des efforts à l’apprentissage nécessaire pour se servir de nouveaux outils informatiques [Brown et al., 2007, p. 8] et il est évident, à la lecture du rapport de Gathering Evidence, que l’usage qui est fait des ressources numériques demeure à un niveau relativement rudimentaire. Bien que les universitaires déclarent que les TIC ont eu pour effet de transformer leur méthode de recherche, les activités qu’ils mettent en avant incluent un accès facilité aux revues en ligne, la possibilité de publier des articles sur le site du département, et un accès plus pratique à tout un ensemble de textes numérisés, tel que Early English Books Online [Huxley et al., 2007, p. 7]. De telles activités n’auront rien de révolutionnaire pour des spécialistes des ressources informatiques, mais elles sont de toute évidence très estimées par les universitaires.

15Toutefois, le projet IHR a dévoilé des doutes largement répandus quant à la façon de juger de la valeur académique des ressources directement produites sur le Web – et a donc mis au jour une demande de moyens d’évaluation par les pairs [IHR, 2006]. Ce besoin apparaît également dans un rapport récent de la Modern Language Association (MLA) d’Amérique, qui montre un manque d’expérience dans de nombreuses disciplines en termes d’estimation de la valeur académique des documents numériques, 40 % des participants allant même jusqu’à dire qu’ils ne savaient pas comment estimer la valeur d’un article revu par un pair sous forme électronique.

16La littérature indique donc que les universitaires ont adopté les ressources numériques au sens large du terme avec un enthousiasme manifeste. Les données sont pourtant utilisées de manière traditionnelle, et l’on note un net refus de s’engager plus avant sur la valeur académique de nouvelles publications numériques et d’apprendre de nouvelles techniques. Toutefois, nous ne connaissons aucune étude ayant utilisé des méthodes quantitatives, en particulier l’analyse de logs (décrite plus bas), pour mesurer les niveaux d’utilisation des ressources numériques en sciences humaines. Notre étude se concentre également non pas sur les ressources en général, mais sur le type de ressources numériques qui est le plus utile aux chercheurs. Notre étude est également la première à établir une comparaison entre les préférences exprimées par les utilisateurs et les preuves quantitatives de ce qu’ils utilisent dans les faits.

MÉTHODES

17L’étude LAIRAH a eu recours à une combinaison de techniques quantitatives et qualitatives. Pour les besoins de cet article, nous nous attacherons aux résultats dérivés de deux mesures quantitatives : l’analyse approfondie de logs et un questionnaire. Dans une phase ultérieure de notre recherche, nous avons également créé deux ateliers et animé des entretiens avec des producteurs de ressources numériques.

Analyse approfondie de logs

18Nous avons utilisé l’analyse approfondie de logs afin d’évaluer les niveaux d’utilisation des ressources numériques dans le domaine des arts et des sciences humaines. Cette technique a largement été employée par le Centre for Information Behaviour and the Evaluation of Research (CIBER)10 et dans d’autres domaines tels que l’information médicale et l’édition commerciale (voir, par exemple, Huntington et al. [2002]). Ceci nous a permis de dégager des récurrences dans l’utilisation des ressources numériques dans les sciences humaines et d’identifier une sélection de ressources utilisées et non utilisées.

19Toutes les plateformes de documentation numérique ont la possibilité de générer des logs qui fournissent un historique automatique et en temps réel de leur utilisation. Ils représentent l’empreinte numérique des utilisateurs, et en les analysant, il est possible d’identifier leur comportement en matière de recherche d’information.

20Les logs sont capables de nous renseigner sur le type de personnes qui utilisent les services. Leur avantage est qu’ils offrent des preuves abondantes et fiables sur l’utilisation qui est faite des ressources. Les logs enregistrant l’utilisation de tous ceux qui entrent dans le système, il est possible de suivre de près le comportement de millions de personnes dans le monde. Ils possèdent non seulement une taille et une portée sans égales, mais constituent un enregistrement direct et immédiatement accessible de ce que ces personnes ont fait – et non ce qu’elles ont annoncé, ce qu’elles auraient peut-être fait, ce qu’elles se sont senties obligées de faire, ce qu’elles pensaient faire. Les données ne sont pas filtrées et représentent le comportement de l’utilisateur ; elles sont un complément des importantes données contextuelles obtenues en entrant en contact avec de vrais utilisateurs et en étudiant leurs expériences et leurs intérêts.

21Les données concernant les logs d’un serveur sont des enregistrements des pages Web visionnées. Ces enregistrements sont le fruit d’une demande de l’ordinateur du client et offrent un enregistrement des pages fournies par le serveur Internet à l’ordinateur du client. Le serveur enregistre l’adresse Internet de l’ordinateur du client. Ces adresses suivent un numéro de protocole Internet (IP) et sont associées à des informations concernant le nom de domaine (DNS, Domain Name Server). Les données du DNS renseignent sur le nom de l’organisation, son type (universitaire ou commercial, par exemple), le pays d’enregistrement. Voici un extrait de fichier log :

66.XXX.XXX.XX - - [24/Feb/2005:00:07:12 + 0000] “GET/deposit/depintro.htm HTTP/1.1”
200 318 “
http://ahds.ac.uk/​copyrightfaq.htm

22Dans cet exemple :

  • (66.XXX.XXX.XX) est l’adresse IP (chaque X représentant un chiffre masqué pour des questions de confidentialité). C’est une adresse anonyme qu’utilisent les ordinateurs pour envoyer et recevoir correctement des données sur Internet. Dans les fichiers logs originaux, les X sont bien sûr remplacés par des chiffres, grâce auxquels on peut identifier des ordinateurs individuels. Ces adresses ont été utilisées pour les besoins de notre analyse, mais ont ensuite été supprimées, afin qu’aucun ordinateur ne puisse être identifié à partir des résultats publiés.

  • (24/Feb/2005:00:07:12 + 0000) est un dateur qui certifie le jour et l’heure d’envoi du fichier en réponse à la demande du client.

  • (GET/deposit/depintro.htm) enregistre le fichier envoyé au client et les répertoires où le fichier est stocké sur le serveur.

  • (HTTP/1.1) correspond à l’enregistrement de la communication entre le serveur et le client en version hypertexte.

  • (200) est le champ du statut et indique si la requête était correcte et si un fichier a été envoyé.

  • (318) donne la taille en octets du fichier envoyé.

  • (http://ahds.ac.uk/​copyrightfaq.htm) est le log du référent et donne l’adresse du dernier site visité par le client.

23Les informations sont stockées sous forme de fichiers texte ASCII en format compressé. Pour cette étude, les logs archivés de Humbul représentent environ 150 Mo, soit 20 % d’un disque compact. Les données concernant l’adresse DNS et le numéro IP ne peuvent être utilisées pour identifier l’utilisateur [Albitz et Liu, 2006]. Pour préserver l’anonymat plus avant, les logs que nous avons analysés ont été purgés de toutes données personnelles.

24Nous avons utilisé les logs des trois principaux portails numériques de sciences humaines au Royaume-Uni :

  1. Arts and Humanities Data Service (AHDS)

  2. Humbul

  3. Artifact

25Dans le cas d’AHDS et de Humbul, nous avons pu analyser un an de données, grâce au logiciel SPSS. Mais dans le cas d’Artifact, beaucoup moins de données étaient disponibles, en raison du manque de moyens techniques des fournisseurs de ce service pour la maintenance de leurs propres logs. Les données d’Artifact ont été disponibles lorsqu’il a fusionné avec Humbul, mais nous n’avions que trois mois de données et cela arrivait relativement tard dans la vie du projet. En conséquence, pour les besoins de cet article, nous nous concentrerons sur les résultats des logs de Humbul et d’AHDS. Idéalement, nous aurions aimé utiliser les logs des serveurs de projets individuels impliquant les sciences humaines et le numérique. Toutefois, la récolte de données des trois portails a en soi été un processus de longue haleine, et faire de même à partir de projets individuels aurait été impossible étant donné nos délais.

Limites de la méthode

26Les données de logs ont leurs limites. Bien qu’elles puissent indiquer depuis quel pays l’utilisateur accède au site, s’il utilise un fournisseur d’accès à Internet (FAI) commercial, ou s’il vient d’une institution universitaire, de telles données peuvent être trompeuses. Les logs suggéraient qu’un nombre anormalement élevé d’utilisateurs étaient américains, alors que le questionnaire nous indiquait que seuls 15 % des utilisateurs étaient basés en dehors du Royaume-Uni. C’est en partie dû au fait que beaucoup de FAI du Royaume-Uni, tels que BT Internet, sont enregistrés aux États-Unis. C’est également en partie pour cela que nous avons toujours recours à des questionnaires comme éléments de comparaison avec les logs.

27Il est également impossible d’identifier un étudiant ou un professeur qui travaille chez lui, puisqu’il est très probable qu’ils se connectent aux ressources numériques de l’université via un FAI commercial. Nous avons également conscience que les ordinateurs des universités sont accessibles au public et donc utilisés par des usagers multiples. Nous devions donc juger du moment où la session de l’utilisateur se terminait, en nous basant sur des périodes d’inactivité entre les périodes d’utilisation, mais nous ne pouvions dire avec certitude si ce n’était pas la même personne revenue après une pause-café, par exemple. Ceci est toutefois moins important pour notre étude, car nous étions à la recherche de tendances parmi de vastes quantités de données sur les utilisateurs, et nous n’essayions pas de suivre le cheminement d’un individu à travers une ressource numérique dans ce cas précis.

28Enfin, les logs nous renseignent sur les pages vues, mais ne nous disent pas si elles ont été lues, ou si l’utilisateur a été satisfait de ce qu’il y a trouvé. C’est pour cela que nous avons poursuivi par une recherche qualitative sur l’opinion des chercheurs en sciences humaines sur les ressources numériques [Warwick et al., 2008]. Il est également probable que des utilisateurs se comportent différemment s’ils accèdent à une ressource directement via Google ou s’ils utilisent un portail. Cette hypothèse sera testée dans la seconde étape de notre recherche, si nous en obtenons le financement.

Questionnaire

29Afin d’établir un élément de comparaison avec les données des logs, nous avons mis au point un questionnaire sur les sites Web de l’AHDS et de Humbul, ainsi que sur le projet RePAH, portant sur l’utilisation des ressources. Cette méthode a été utilisée à plusieurs reprises par l’équipe de chercheurs de CIBER, puisque leur expérience a démontré qu’il pouvait exister des différences entre les ressources que les utilisateurs disent avoir consultées et le comportement enregistré par les fichiers logs. Comme le soutiennent aussi Harley et Henke [2007], l’utilisation combinée de l’analyse de logs et de questionnaires en ligne permet aux chercheurs d’obtenir un aperçu aussi large que possible de l’utilisation des sites Web.

30Notre méthode diffère donc de celle d’autres études, telles que le projet Gathering Evidence évoqué plus haut. Nous n’avions pas en tête de publier le questionnaire, nous ne visions pas non plus un échantillon représentatif de la population des chercheurs en sciences humaines au Royaume-Uni. Nous voulions simplement comparer les données des logs des sites étudiés avec ce que les utilisateurs pensaient faire sur ces sites, et l’opinion qu’ils en avaient. Ceux qui ont répondu au questionnaire sur le site de RePAH sont probablement des personnes qui avaient vu des présentations du projet ou en avaient entendu parler. Il est donc probable que les données recueillies via le questionnaire surreprésentent l’opinion de ceux qui sont intéressés par l’utilisation des ressources numériques et des professionnels de la documentation, puisqu’ils avaient déjà trouvé de tels portails. Toutefois, obtenir un échantillon vraiment représentatif de l’utilisation universitaire des ressources numériques en sciences humaines n’est pas aisé, puisque ceux qui sont suffisamment intéressés pour répondre à tout type de sondage tendent toujours à être des enthousiastes du numérique. Néanmoins, nous avons demandé à tous les participants de renseigner leur statut parmi les catégories suivantes : étudiant de deuxième cycle, étudiant de troisième cycle, universitaire, professionnel de la documentation, et amateur intéressé ; ceci afin d’avoir une impression générale de la mesure dans laquelle les réponses que nous obtiendrions seraient typiques de la population générale.

31Pour obtenir une vue d’ensemble aussi complète que possible, il est donc important de comparer les données des deux méthodes de collecte, logs et questionnaires. En plus de cela, nous avons comparé nos résultats à ceux des questionnaires des projets de l’IHR et des TIC à l’université de Bristol.

RÉSULTATS

32Contre toute attente, il a été très difficile d’estimer les niveaux d’utilisation des ressources en termes absolus. Notre recherche s’est étalée sur une période qui a coïncidé avec des changements importants dans le mode de fonctionnement des portails : la fusion de Humbul et Artifact qui sont devenus le service Intute Arts and Humanities ; et la centralisation d’AHDS. AHDS a également procédé à des changements majeurs dans la fonctionnalité de son site Web central, permettant aux usagers de se relier aux ressources elles-mêmes et non seulement aux métadonnées. Il est également possible qu’un nombre croissant de visiteurs accèdent aux ensembles de données d’AHDS via les fournisseurs d’accès.

33Le projet RePAH a mis au jour qu’au cours de l’étude, 7 643 ressources distinctes ont été visitées via Humbul, sur un total de 11 680 qui étaient disponibles au public lorsque la fusion a eu lieu. Cela suggère que 36 % des données du site de Humbul ont été négligées au cours de notre étude, bien que nous soyons dans l’incapacité de prouver que personne n’y ait eu accès. Il est également probable que les ressources soient visitées directement, par exemple via des moteurs de recherche tels que Google, en tapant l’adresse URL, ou en utilisant des signets, et non via les portails thématiques. Il est également bon de rappeler que certaines publications papier de spécialités des sciences humaines ne sont jamais consultées, fait que confirment les faibles tirages généralement accordés aux monographies en sciences humaines. Même en sciences, ce sont en moyenne 27 % des articles qui ne sont jamais cités, chiffre qui se monte à 44,52 % en science informatique [Science Watch, 1999].

34Quoi qu’il en soit, dans le cas de la publication de revues ou d’ouvrages, un éditeur commercial prend le risque financier et vendra une revue ou un livre à une bibliothèque, sans tenir compte du fait qu’il soit lu ou cité. Dans le cas des ressources numériques en sciences humaines, une part importante du financement public est gâchée si une ressource n’est pas utilisée. Nos résultats présentés ci-dessous visent donc à accroître notre connaissance de la manière dont réagissent les utilisateurs face à de telles ressources et à partager les bonnes pratiques pouvant permettre de s’assurer que les ressources numériques créées à l’avenir auront un maximum de chances d’être utilisées.

Analyse de logs

Les logs de Humbul

35Les logs de Humbul indiquaient entre 2 000 et 4 000 connexions quotidiennes au site Web le week-end et entre 6 000 et 8 000 en semaine. La majorité des utilisateurs étaient originaires du Royaume-Uni ou des États-Unis – même si ce chiffre est exagéré du fait que des utilisateurs se connectent via un FAI basé aux États-Unis. Par exemple, BTopenworld.com11 est un fournisseur britannique enregistré en tant que compagnie américaine. Le tableau 1 montre la répartition par pays d’usage du Humbul.

36L’histoire est le sujet le plus populaire et environ un quart (27,1 %) des sujets s’y rapportent. D’autres sujets populaires comprennent l’anglais (16,9 %), la religion (6,5 %), les sciences humaines générales (6,2 %), et la philosophie (5,1 %), comme le montre le tableau 2.

37Les logs nous ont indiqué quels domaines de premier niveau étaient le plus souvent visités. Si un utilisateur décidait de consulter une ressource, les logs enregistraient le site visité et donnaient l’adresse du site ainsi que le répertoire d’où était issue la ressource. Environ 11,5 % des documents étaient vus par des utilisateurs qui cliquaient directement sur la ressource. Tout au long de l’année, 7 463 ressources distinctes ont été vues via le site de Humbul. Nous avons choisi les 40 sites les plus visités pour la poursuite de notre étude, comme le montre le tableau 3.

38Au total, 26 sites du tableau 3 pourraient être labellisés « ressources de références », dans la mesure où ils sont destinés aux bibliothèques, archives, recueils de textes électroniques ou éditeurs, que ce soit au Royaume-Uni ou à l’international. Pour pousser nos recherches, nous avons extrait des détails des sous-répertoires appartenant aux universités britanniques dans cette liste : en ordre de popularité, Édimbourg, Sheffield, UCL, Greenwich et la School of Advanced Study (université de Londres). Presque toutes les pages de cette dernière étaient consacrées aux pages Web des centres de recherche thématiques, tels que le Warburg Institute, l’Institute of English Studies et l’Institute of Classical Studies. Il y avait des liens vers des recueils numériques, tels que ceux du Warburg Institute et de l’Institute of English Studies, mais beaucoup de liens dirigeaient simplement vers les pages des centres de recherche, leur bibliothèque ou leur forum d’étudiants.

Tableau 1 : répartition géographique des utilisateurs de Humbul

Pays/région

Utilisateurs

États-Unis

50,1 %

Royaume-Uni

29,9 %

Europe occidentale

7,6 %

Europe de l’Est

3,6 %

Asie

2,7 %

Australie / Océanie

2,3 %

Amérique du Nord

2,2 %

Autres

1,7 %

Tableau 2 : répartition des sujets vus

Sujets

Consultation

Histoire

27,10 %

Anglais

16,9 %

Autres

15,5 %

Religion

6,5 %

Sciences humaines gén.

6,2 %

Philosophie

5,1 %

Langues classiques

5 %

Linguistique

4,7 %

Archéologie

4,5 %

Américain

4,2 %

Français

4,2 %

39Les ressources les plus populaires à la School of Advanced Study (avec 2 % ou plus du total des occurrences) sont regroupées dans le tableau 4.

40Le grand nombre d’occurrences pour les pages Web des centres de recherche, ainsi que pour les ressources numériques spécifiques, suggère que beaucoup d’utilisateurs consultent la page Web avant une visite, mais il ne s’agit pas d’un substitut à la visite du centre en elle-même. De la même façon, nombre de personnes consultent le site Internet d’un musée avant de s’y rendre pour se renseigner sur son actualité, mais très peu considèrent cette démarche comme une alternative aux collections réelles [Marty, 2007].

41Trois des ressources les plus populaires à Édimbourg (29 % au total) étaient le Centre for the History of the Book (deuxième), le Dictionary of the Older Scots Tongue (cinquième) et l’Edinburgh Journal of Gadda Studies, comme le montre le tableau 5 (les deux derniers sites ne donnent pas accès à la ressource, mais simplement des renseignements sur cette dernière).

42À l’université de Sheffield, six ressources analogues figuraient dans les logs. Assemblage (une revue d’archéologie) était classée au deuxième rang, si on additionne les visites sur la page d’accueil et celles sur un numéro particulièrement populaire. Elle est suivie par The Association for Low Countries, CAPRA (une revue d’archéologie), The Centre for the English Cultural Tradition, l’International Bande Dessinée Society, et la Hegel Society of Great Britain, comme l’indique le tableau 6 (bien que chacun de ces projets n’ait reçu que moins de 2 % des occurrences et se soit donc placé assez bas dans le classement).

43Toutefois, ces ressources constituaient un plus faible pourcentage des occurrences totales (12 %), ce qui n’est pas surprenant étant donné la solide réputation de Sheffield dans la production de ressources numériques en sciences humaines.

44Les logs de Humbul indiquent donc que malgré sa fonction de portail consacré avant tout aux recherches spécialisées, de nombreux utilisateurs qui ont cliqué vers ces ressources l’ont fait pour accéder aux ressources, centres et revues.

Tableau 3 : les 40 sites de ressources les plus visités via Humbul entre juin 2005 et septembre 2006

URL du site

Nombre de visites

%

http://www.bbc.co.uk/​

4166

1,5

http://www.wsu.edu/​

2473

0,9

http://www.geocities.com/​

1969

0,7

http://www.nd.edu/​

1517

0,6

http://ads.ahds.ac.uk

1216

0,4

http://www.bl.uk/​

1047

0,4

http://www.arts.ed.ac.uk/​

1042

0,4

http://www.pbs.org/​

1031

0,4

http://www.emule.com/​ (ensemble de textes)

936

0,3

http://memory.loc.gov/​ammem/​index.html (bibliothèque du Congrès)

836

0,3

http://www.fordham.edu/​

813

0,3

http://www.shef.ac.uk/​

811

0,3

http://www.channel4.com/​

789

0,3

http://www.newadvent.org/​ (site de référence catholique)

713

0,3

http://www.llgc.org.uk/​ (Bibliothèque nationale du pays de Galles)

680

0,3

http://www.spartacus.school/​ (référence historique)

659

0,2

http://www.luminarium.org/​ (référence d'études médiévales)

659

0,2

http://etext.lib.virginia.edu (Virginia E-text Center)

649

0,2

http://www.cambridge.org/​home (Cambridge University Press)

643

0,2

http://www.ucl.ac.uk/​

636

0,2

http://www.iwm.org.uk/​ (Impérial War Museum)

624

0,2

http://www.loc.gov/​ (bibliothèque du Congrès)

614

0,2

http://ccat.sas.upenn.edu/​ARIT/​

606

0,2

http://www.gre.ac.uk/​

599

0,2

http://www.archives.gov.on.ca/​ (archives de l’Ontario)

575

0,2

http://www3.oup.co.uk (Oxford University Press)

573

0,2

http://www.archives.gov/​ (Archives nationales américaines)

563

0,2

http://www.accd.edu/​

560

0,2

http://www.nationalarchives.gov.uk/​ (Archives nationales britanniques)

559

0,2

http://www.georgetown.edu/​

546

0,2

http://www.hti.umich.edu/​ (Humanities Text Initiative)

540

0,2

http://www.sas.ac.uk/​ (School of Advanced Study, London University)

536

0,2

http://www.kb.nl/​ (Bibliothèque nationale des Pays-Bas)

520

0,2

http://etext.virginia.edu (Virginia E-text Center)

506

0,2

http://www.bu.edu/​ et http://www.stoa.org/​ (textes classiques)

504

0,2

http://history.hanover.edu/​

503

0,2

raven.cc.ku.edu

499

0,2

http://learningcurve.pro.gov.uk (matériel pédagogique d'histoire)

490

0,2

http://www.17thc.us/​ (Collected materials colonial New England)

485

0,2

479

0,2

12,6

Logs d’AHDS

45Au cours de notre étude, il y a eu en moyenne entre 1 000 et 3 000 visites par jour sur le site central d’AHDS ; de mars à août 2005, ce chiffre a augmenté pour atteindre une fourchette de 5 000 à 8 000 visites quotidiennes. Le profil national est similaire à celui de Humbul, bien qu’abstraction faite des domaines commerciaux, il s’avère que 86 % des utilisateurs sont du Royaume-Uni, comme le montre le tableau 7.

  • 12 Ces adresses sont celles utilisées à l’époque de l’étude, néanmoins l’adresse centrale reste la mêm (...)

Tableau 4 : ressources les plus populaires sur le nom de domaine de la School of Advanced Study12

URL

Fréquence

%

http://www.sas.ac.uk/​irs/​ (Institute of Germanic and Romance Studies)

341

16,23037

http://www.sas.ac.uk/​ies/​centre.htm (Institute of English Studies)

243

11,56592

http://www.sas.ac.uk/​commonwealthstudies/​research/​bdeep.html (Projet sur les documents anglais à la fin de l’Empire)

189

8,995716

http://www.sas.ac.uk/​warburg/​ (Warburg Institute)

138

6,568301

http://www.sas.ac.uk/​warburg/​mnemosyne/​DigitalCollections.htm (collections de la bibliothèque numérique)

129

6,139933

http://www.sas.ac.uk/​IRS/​CWWF/​Index.htm

128

6,092337

http://www.sas.ac.uk/​commonwealthstudies (Institute of Commonwealth Studies)

119

5,66397

http://www.sas.ac.uk/​ies/​williamsharp.htm (Institute of English Studies, archive numérique William Sharp)

92

4,378867

http://www.sas.ac.uk/​icls/​imaginesit/​Default.htm (Institute of Classical Studies - Imagines Italicae collection)

91

4,331271

http://www.sas.ac.uk/​ids/​Hellenic/​ (Hellenic Society)

89

4,236078

http://www.sas.ac.uk/​aristotelian_society/​

74

3,522132

http://www.sas.ac.uk/​icls/​pgforum/​ (forum de diplômés)

66

3,141361

http://www.sas.ac.uk/​ies (Institute of English Studies)

64

3,046168

http://www.sas.ac.uk/​icls/​library/​libhome.htm (Bibliothèque d’études classiques)

64

3,046168

http://www.sas.ac.uk/​warburg/​mnemosyne/​entrance.htm (bibliothèque du Warburg Institute)

59

2,808187

http://www.sas.ac.uk/​igs/​ (Institute of Germanic and Romance Studies)

58

2,76059

http://www.sas.ac.uk/​ilas/​ (Institute for the Study of the Americas)

2,712994

http://www.sas.ac.uk/​ies/​cmps/​Projects/​Sharp/​ (Institute of English Studies, archive numérique William Sharp)

44

2,094241

  • 13 Ces adresses sont celles utilisées à l’époque de l’étude, néanmoins l’adresse centrale reste la mêm (...)

Tableau 5 : ressources les plus populaires sur le nom de domaine d’arts.edinburgh13 (plus de 2 % des occurrences)

URL

Fréquence

%

http://www.arts.ed.ac.uk/​scothist/​courses/​eurowitchhunt/​ (The European Witch Hunt)

931

40,69056

http://www.arts.ed.ac.uk/​chb/​index.html (Centre for the History of the Book)

312

13,63636

http://www.arts.ed.ac.uk/​witches/​index.html (The Survey of Scottish Witchcraft)

268

11,71329

http://www.arts.ed.ac.uk/​fineart/​rome.html (Rome project)

212

9,265734

http://www.arts.ed.ac.uk/​dost/​ (Dictionary of the Older Scots Tongue)

192

8,391608

http://www.arts.ed.ac.uk/​europgstudies/​rprojects/​avant-garde/​ (Avant Garde Project)

181

7,910839

http://www.arts.ed.ac.uk/​gadda/​ (Journal of Gadda Studies)

166

7,255245

46L’AHDS est une organisation qui archive la production numérique des projets de recherche. Ainsi l’on s’attendrait à ce que la plupart des utilisateurs y accèdent afin d’effectuer des recherches dans ces données archivées en vue d’une réutilisation dans leur recherche, et non pour se connecter à d’autres ressources. Toutefois, il s’est dégagé le schéma suivant, confirmé par les résultats de notre questionnaire : de nombreuses pages Web qui présentaient un lien sortant sur les centres de l’AHDS concernaient, la plupart du temps, le dépôt de matériaux ou des informations sur les droits d’auteur, comme le montre l’exemple sur l’archéologie dans le tableau 8.

47Il semblerait donc que le dépôt de données soit plus fréquent que la réutilisation. Nous avons toutefois été surpris du nombre de liens sortants qui dirigeaient vers des ressources informationnelles, même dans les logs de l’AHDS. Dans la section histoire, par exemple, on peut également voir des liens pointant vers des ressources, qui sont des ensembles de données génériques, telles que des données de recensement ou encore des cartes historiques, comme le montre le tableau 9.

  • 14 Ces adresses sont celles utilisées à l’époque de l’étude, néanmoins l’adresse centrale reste la mêm (...)

Tableau 6 : ressources les plus populaires sur le nom de domaine de l’université de Sheffield14

URL

Fréquence

%

http://www.shef.ac.uk/​f/​frenchfilmstars/​home.html (French Film Stars Project)

260

6,537591

http://www.shef.ac.uk/​french/​research/​gide.html (André Gide Editions Project)

231

5,808398

http://www.shef.ac.uk/​uni/​academic/​A-C/​bakh/​ (Bakhtin Projecl)

211

5,305507

http://www.shef.ac.uk/​uni/​academic/​N-Q/​phil/​AHRB-Project/​index.html

193

4,852904

http://www.shef.ac.uk/​assem/​ (Assemblage)

165

4,148856

http://www.shef.ac.uk/​uni/​academic/​A-C/​bakh/​sociolinguistics.html (Bakhtin project, sociolinguistique)

159

3,997988

http://www.shef.ac.uk/​uni/​academic/​A-C/​biblst/​D3ACcurrres/​Postmodern2/​Dictionary.html (dictionnaire d’hébreu classique)

155

3,89741

http://www.shef.ac.uk/​english/​language/​quantling/​index.html (linguistique quantitative)

151

3,796832

http://www.shef.ac.uk/​uni/​projects/​ptpdlp/​ (cours en ligne Pathways to Philosophy)

112

2,816193

http://www.shef.ac.uk/​japan2001/​ (Waka for Japan 2001)

105

2,640181

http://www.shef.ac.uk/​uni/​academic/​A-C/​archsi/​research/​process/​cp01.html (Architecture, research process module)

101

2,539603

http://www.shef.ac.uk/​alcs/​ (Association of Low Country Studies)

97

2,439024

http://www.shef.ac.uk/​assem/​4/​ (Assemblage, n° 4)

92

2,313301

http://www.shef.ac.uk/​p/​partonopeus/​contents.htm (Partonopeus of Blois Project)

92

2,313301

http://www.shef.ac.uk/​hri/​ (Humanities Research Institute)

88

2,212723

http://www.shef.ac.uk/​archaeology/​research/​madagascar/​ (Tombs, Landscape and Society in Southern Madagascar)

82

2,061856

48Cela sous-entend que même si les utilisateurs sont conscients que l’AHDS archive une grande quantité de ressources de recherche spécialisées, la majorité d’entre eux sont eux-mêmes producteurs ou sont, une fois encore, en quête de vastes collections de références. Nous trouvons bel et bien des mentions de projets de recherche individuels via l’AHDS, mais ils apparaissent très peu souvent. Cela tendrait à indiquer que les universitaires sont tout disposés à archiver leurs recherches, mais moins prompts à réutiliser des données ou des ressources créées par d’autres universitaires. Cette impression est étayée par le travail que nous avons effectué subséquemment lorsque nous avons tenté de réintroduire les ressources négligées par les universitaires en sciences humaines. Étant donné qu’ils se sont de toute évidence habitués aux niveaux élevés de contenu et de fourniture de données pratiqués par les organisations commerciales, les bibliothèques, les archives et les musées, et à leur facilité d’accès, les participants ont souvent été déçus par la qualité des ressources universitaires. D’un autre côté, ils avaient le sentiment de pouvoir se fier à des ressources produites par une organisation de documentation, l’Imperial War Museum, au vu de la réputation de l’organisation en matière de qualité de ses données dans le monde analogique [Warwick et al., 2008].

Tableau 7 : répartition par pays (DNS) des sessions d’utilisateurs pour AHDS – instituts universitaires seulement

Pays

Utilisateurs

Royaume-Uni

85,9 %

États-Unis

6,9 %

Australie

3,8 %

Autres

2,2 %

Allemagne

1,2 %

Tableau 8 : pages « archéologie » consultées sur AHDS

Pages

Consultation

Autres

27,1 %

Dépôt de travaux

7,1 %

Guides

5,8 %

Formats des travaux à déposer

5,4 %

Équipe

4,9 %

Gestion de projets

4,1 %

Évaluation

3,8 %

Copyright - introduction

3,7 %

Roches

3,6 %

Tableau 9 : pages « histoire » consultées via AHDS

Pages

Consultation

Cartes historiques

11,1 %

Projets

10,7 %

Personnel

10,6 %

Statistiques de recensement

5,1 %

CHCC

4,6 %

Recensement XIXe siècle

4,6 %

Accès aux CHCC

2,6 %

A-propos

2,3 %

Collections spéciales

2,3 %

N.B. : CHCC signifie contemporary and historical census collections (recensements actuels et passés).

Résultats du questionnaire

Données démographiques

49Nous avons reçu 149 réponses au questionnaire sur une période de 4 mois. 85 % des participants étaient du Royaume-Uni, les étrangers les plus représentés étant les Américains des États-Unis, les Canadiens et les Australiens. Le tableau 10 met en lumière le statut de ces participants. La catégorie « Autres » est la plus importante ; elle inclut des participants non basés au Royaume-Uni, des universitaires à la retraite, du personnel du service informatique et des chercheurs amateurs intéressés par le sujet. Il en ressort néanmoins que la majorité des participants étaient parties prenantes dans des travaux universitaires, qu’ils soient professeurs, assistants ou étudiants. C’était peut-être prévisible, dans la mesure où ces portails sont destinés aux acteurs de l’enseignement supérieur au Royaume-Uni. Les résultats indiquent que toutes les disciplines couvertes par le domaine de l’AHRC (évoquées plus haut) étaient représentées de façon à peu près égale, et qu’un tiers des participants disaient avoir entrepris une recherche multidisciplinaire. Cette donnée démographique signifie que notre échantillon peut être comparé aux études menées dans la littérature, citées plus haut, malgré le fait que notre échantillon était davantage « de commodité » que destiné à représenter fidèlement la population universitaire du Royaume-Uni.

Tableau 10 : statut des participants

Statut

% des réponses totales (n = 149)

Autres

20

Chercheur indépendant

19

Conférencier/universitaire

19

Assistant dans l’enseignement supérieur

14

Étudiant-chercheur en 3e cycle

13

Chercheur postdoctorant

8

Étudiant en 3e cycle

7

50L’importance des ressources informationnelles a immédiatement été visible à la lecture des réponses au questionnaire. Comme le rapport de la British Academy l’avait souligné en 2005, et contrairement à certaines idées reçues, les universitaires des sciences humaines ne sont pas des « technophobes » hostiles aux nouvelles technologies et préférant fréquenter les bibliothèques et les archives en quête de sources imprimées. En effet, 149 de nos participants se sont déclarés enthousiasmés par l’utilité des ressources numériques : 87 % utilisaient Internet quotidiennement – 48 % pendant plus de quatre heures par jour –, 81 % se désignaient euxmêmes comme des utilisateurs assidus des ressources numériques, 88 % étaient d’accord ou entièrement d’accord pour dire qu’ils ne pouvaient pas faire leur travail sans ressources numériques, et 77 % étaient d’accord ou entièrement d’accord avec le fait que les ressources numériques avaient changé leur manière de travailler. Ces résultats sont comparables à ceux de l’IHR et de l’université de Bristol, évoqués plus haut.

Les ressources numériques les plus utiles

51Afin de ne pas trop influencer les utilisateurs, nous avons décidé de ne pas donner de définition des ressources numériques. Mais afin de comprendre quelle était celle des utilisateurs, nous leur avons demandé d’énumérer leurs trois ressources préférées, autrement dit celles qu’ils jugeaient le plus utiles à leurs recherches. Leurs réponses ont donné une majorité écrasante de ressources très génériques, comparables en version papier à des textes de référence ou même à une bibliothèque ou à des archives. Comme l’indique le tableau 11, un très large éventail de ressources et de sites ont été mentionnés, mais le site Internet de la bibliothèque de l’université arrive loin devant, avec 13 % d’utilisateurs la citant comme ressource la plus importante. En comparaison, Google n’a recueilli que 4 % des votes.

« Autres » ressources – collections d’information et de références

52Comme le montre le tableau 11, la catégorie la plus importante de ressources est celle intitulée « Autres ». Le tableau 3 fait état des détails de toutes les ressources mentionnées. Cependant, la majorité d’entre elles pourraient entrer dans ce que l’on pourrait appeler les ressources informationnelles ou de références, telles que les bibliothèques, les archives et les portails thématiques, qu’ils soient financés par l’argent public ou commerciaux. Ce sont, par exemple, la British Library, la National Library of Scotland, les National Archives, Jstor, l’AHDS ou Humbul, sosiG, Literature Online (LION) et le Dictionary of National Biography (DNB). Des centres thématiques spécialisés tels que Palatine15 (pour la danse, le théâtre et la musique) ont également été mentionnés, ainsi que des portails de documentation créés à titre privé tels que Voice of the Shuttle16 et le Online Reference Book for Mediaeval Studies17, ou encore des bibliothèques thématiques en ligne comme Perseus Digital Library18 et la Royal Historical Society Bibliography19.

53Les participants au questionnaire n’ont cité que quatre projets de recherche financés par l’État britannique :

  1. Old Bailey Online20 [Shoemaker, 2005].

  2. Practice as Research in Performance (PARIP)21.

  3. Powys Digital History Project, produit par le service des archives du Powys22 [Reid, 2000].

  4. Le site Photographic Exhibitions in Britain, basé à la National Gallery of Canada, également en partie financé par l’AHRC23.

Tableau 11 : ressources numériques les plus intéressantes

Autres

64 %

Bibliothèque universtaire

13 %

Google

8 %

AHDS / Humbul

4 %

Web of Knowledge

3 %

Média d’information

2 %

Espaces d’apprentissage virtuel universitaires

2 %

54Figuraient également deux projets de recherche financés par les États-Unis : le site Internet de Child Language Data Exchange (CHILDES)24 et la Perseus Digital Library25. On peut souligner que tous les sites mentionnés ci-dessus sont aussi des ressources de références qui rassemblent ou numérisent une importante quantité d’informations afin que des universitaires d’horizons variés puissent les consulter, et non pas des sites qui produisent les résultats d’un projet de recherche original. Deux d’entre eux ont également été produits par une bibliothèque et un centre d’archives. Bien entendu, cela ne signifie pas que les participants n’ont jamais recours à des ressources numériques spécialisées, puisque nous les avons seulement interrogés sur celles qu’ils utilisaient le plus souvent, mais de toute évidence, ils n’utilisent pas de telles ressources aussi fréquemment que les sites qui concentrent une multitude de documents, qu’ils soient physiques ou virtuels. Ces résultats sont également étayés par une étude menée dans le cadre d’un projet jumeau dans notre département – User-Centred Interactive Search with Digital Libraries26 – qui a mis au jour une préférence similaire pour les ressources génériques chez les universitaires en sciences humaines consultés [Rimmer et al., 2006].

Domaines thématiques

55Lorsque les données sont réparties entre les domaines thématiques selon lesquels l’AHRC organise ses axes de recherche, les mêmes schémas se dégagent. Les ressources les plus spécialisées ne sont mentionnées qu’une seule fois et ont donc été étiquetées « Autres ». La bibliothèque universitaire demeure la ressource la plus populaire dans tous les domaines sauf deux : langues classiques, histoire ancienne et archéologie d’une part, et arts et médias visuels d’autre part. Dans ces deux domaines, c’est Google qui est cité comme ressource principale dans le travail. Toutefois, l’on pourrait avancer que dans le cas des langues classiques, la bibliothèque réelle a été remplacée par la bibliothèque en ligne, puisque la Perseus Digital Library, un ensemble de ressources classiques qui comprend textes, images et matériel de réalité virtuelle, s’avère être très populaire.

56Néanmoins, dans les autres disciplines, les ressources informationnelles comptent pour la moitié des ressources identifiées. Si un consensus existe en matière de ressources utiles, c’est sur les collections d’informations.

57Bien que la bibliothèque universitaire demeure d’une importance primordiale, d’autres bibliothèques, telles que la Bodleian à Oxford ou la British Library, sont citées par des disciplines spécialisées. Toutes les autres ressources mentionnées plus d’une fois sont de vastes regroupements de références tels que le DNB Online, Jstor, Early English Books Online (EEBO), LION, Lexis Nexis, Grove Online, Répertoire international de littérature musicale, et Westlaw. Les sites d’information en ligne sont également d’importantes ressources numériques dans plusieurs disciplines. Toutes les mentions qui précèdent sont bien entendu des services commerciaux, et notre étude qualitative a démontré par la suite que les utilisateurs se sont très vite habitués aux niveaux élevés concernant l’exactitude du contenu, la mise à jour et le design de l’interface que les produits commerciaux se doivent d’offrir. Il est également important de souligner que les universitaires accèdent à ces vastes sites d’information via le site Internet de leur université, ce qui renforce le statut de la bibliothèque en tant que fournisseur d’information de haute qualité, en laquelle les universitaires ont confiance.

Comparaison avec les données de l’IHR

58Nous avons comparé nos données sur les domaines thématiques avec celles de l’étude menée par l’IHR, qui était d’accord pour poser la même question. Bien qu’ils aient choisi de ne pas permettre aux utilisateurs d’inclure des ressources génériques telles que Google et les catalogues de bibliothèques en ligne, les données étaient très similaires aux nôtres sur la mise en avant des ressources d’information comme le matériel de recherche le plus précieux. Probablement en raison d’une prédominance d’historiens dans cette étude, il y avait un consensus beaucoup plus marqué sur les ressources les plus utiles. Bien que le questionnaire ait été mis au point par l’IHR, British History Online était l’une des ressources les plus populaires, et parmi celles citées à plusieurs reprises figuraient EEBO, LION, Eighteenth Century Collections Online (ecco). Là encore, les autres ressources mentionnées tendaient à être des collections de références, produites par des bibliothèques ou des archives, ou des collections commerciales auxquelles les participants avaient accès via la bibliothèque de l’université. Et là aussi les ressources produites par des universitaires étaient en minorité, mais l’une des rares à être citées quelquefois était le Old Bailey Online, un projet remarquable pour sa popularité parmi les universitaires, que nous avons étudié en détail dans notre étude de cas suivante.

59Dans cette section, nous avons démontré que les résultats du questionnaire indiquent une tendance générale des participants à considérer les ressources numériques comme moyen le plus utile d’accès aux ressources d’information. Ils préfèrent les portails d’informations (l’équivalent de la bibliothèque ou des archives) aux ressources de recherche spécialisées (l’équivalent d’une monographie d’un texte littéraire pour une étude primaire). La quantité de ressources qui tombent dans la catégorie « Autres » sous-entend également qu’il existe un très large éventail de ressources utilisées, et très peu de consensus sur la plus utile d’entre elles. Il faut également souligner le fait suivant, et peut-être s’en inquiéter : les universitaires semblent ne pas avoir recours aux ressources créées pour eux par d’autres universitaires, préférant celles créées par des producteurs commerciaux ou des spécialistes de la documentation dans des bibliothèques ou des archives.

DÉBAT

Collections d’informations

60Les preuves récoltées via le questionnaire et l’analyse des logs suggèrent donc que les utilisateurs de ressources numériques en sciences humaines ont une haute estime des ressources informationnelles. Comme l’a avancé l’équipe du projet RePAH, la plupart des utilisateurs des sciences humaines ne font pas confiance aux collections présélectionnées ou préanalysées et préfèrent prendre leurs propres décisions quant aux données qu’ils trouvent à partir de grandes collections de ressources [Brown et al., 2007, p. 22]. Une préférence similaire pour l’exhaustivité plutôt que la précision a été remarquée chez les historiens par Dalton et Charnigo [2004] et Duff et al. [2004]. Cela peut contribuer à expliquer pourquoi nous avons remarqué une nette préférence pour de larges collections de références numériques au détriment de projets de recherche spécialisés. Quelle qu’en soit la raison, cette préférence est en tout cas indéniable.

61Les ressources informationnelles physiques demeurent très importantes. Cela démontre l’importance des structures universitaires traditionnelles pour les chercheurs en sciences humaines. Les ressources numériques n’ont pas encore remplacé les bibliothèques et les archives. Au lieu de cela, elles peuvent être envisagées, ainsi que les ressources Internet qu’elles produisent, comme un moyen de découvrir d’autres ressources. Ainsi, un universitaire consulte la page d’un centre de recherche pour se renseigner sur la date d’un séminaire, ou un historien cherche sur le Web les horaires d’ouverture d’un bureau d’archives local avant de s’y rendre. Non seulement les bibliothèques universitaires représentent le premier point d’accès aux ressources numériques pour beaucoup d’utilisateurs, mais les bibliothèques et les centres d’archives, nationaux ou spécialisés, sont également très estimés et largement utilisés. Cela va dans le sens de récentes recherches suggérant que les acteurs des sciences humaines ont toujours besoin de ressources génériques, traditionnelles, et qu’ils apprécient rencontrer les dépositaires du savoir face à face [Barrett, 2005]. Il sera important de prendre ces préférences et ces comportements en considération lorsque de nouvelles ressources seront conçues plutôt que d’essayer de remplacer le tangible par le numérique. Car comme l’ont démontré Anne Adams et Angela Sasse en 1999, si les ressources informationnelles sont conçues pour aller à l’encontre des pratiques des utilisateurs, il y a de fortes chances pour qu’elles soient évitées.

62Il se peut également que les universitaires aient tendance à utiliser de grandes collections de références parce qu’ils sont habitués à leur mode de fonctionnement. Les revues en ligne connaissent un franc succès car bien que le mode d’accès à un article soit électronique, la façon dont cette information est utilisée est très habituelle. La plupart des gens impriment l’article choisi et le lisent [Liu et Stork, 2000]. De la même façon, il est très probable que l’usage des données offertes par DNB Online soit similaire à celui de la version papier, et les participants à l’étude IHR Peer Review ont admis qu’ils avaient tendance à citer la version imprimée, par exemple, des comptes rendus du Old Bailey, alors qu’ils ont eu recours à la version électronique [IHR, 2006, p. 30]. Cela démontre que de telles ressources, étant habituelles, n’exigent pas d’efforts d’utilisation particuliers, à l’inverse des nouveaux logiciels d’analyse de données.

Le rôle des bibliothèques

63Toutefois, une autre explication pour l’utilisation des ressources informationnelles peut se trouver dans le lien, une fois encore, à la bibliothèque universitaire, considérée par les universitaires comme une ressource numérique vitale. Selon notre étude, ils utilisent la page Web de la bibliothèque comme un portail d’accès à d’autres ressources, qu’il s’agisse de vastes collections de références ou de liens vers d’autres pages. Dans une étude à part, nous avons eu des difficultés à trouver des ressources numériques spécialisées en ce qui concerne la recherche en sciences humaines, que ce soit à partir de la page d’accueil d’un département ou la bibliothèque universitaire – par « spécialisées » nous entendons l’équivalent numérique des monographies, publiées au terme d’une recherche financée [Pappa et al., 2006]. Cela peut contribuer à expliquer pourquoi une si grande partie des résultats utilisés sont justement des collections d’informations. L’accès à ces collections est en général payant et se fait par la bibliothèque, et il est possible que ces grandes collections d’informations vers lesquelles les bibliothécaires dirigent les utilisateurs via un lien hypertexte soient les seules connues des bibliothécaires, même ceux spécialistes d’une discipline. Ainsi, les utilisateurs tendent-ils à suivre les liens qu’on leur propose, et si ces derniers n’incluent pas de ressources numériques spécialisées, ils n’entreprendront pas de recherche plus approfondie pour en trouver.

64Bien que les bibliothécaires spécialisés puissent tout à fait connaître des livres et revues qui existent dans leur domaine, ils ne sont peut-être pas aussi à jour sur les ressources numériques spécialisées et les logiciels d’analyse. À l’UCL SLAIS, un module sur les ressources numériques en sciences humaines27 fournit une formation de ce type aux nouveaux diplômés ; toutefois, rester à la page est plus difficile pour les professionnels en milieu de carrière. Mais il pourrait s’agir d’un domaine où des cours de formation continue voient le jour.

Les ressources d’information et le financement

65La préférence des utilisateurs pour les ressources d’information génériques au détriment des ressources spécialisées a plusieurs conséquences. Le rapport de la British Academy suggère qu’étant donné leur préférence pour ce qu’ils appellent les ressources secondaires, telles que les catalogues de bibliothèques, il faudrait donner la priorité à la numérisation de telles données, en préférence à celle des ressources primaires [British Academy, 2005]. D’autres projets d’ICT Strategy ont mis au jour le souhait de davantage de ressources numériques, mais comme le rapport de la British Academy l’exprime clairement, même avec le plus optimiste des programmes de numérisation, la plupart des ressources en sciences humaines resteront probablement telles quelles pendant encore de longues années.

66Nos recherches montrent en effet l’importance constante de l’objet tangible et des centres de recherche, bibliothèques et archives réels. Cependant, nos résultats indiquent également que les chercheurs en sciences humaines trouvent les grandes collections de références tout aussi utiles que les outils d’aide à la recherche. En termes de priorités de financement, cela signifie donc qu’à l’heure actuelle, les projets qui rassemblent ces vastes collections de ressources, qu’elles soient génériques ou thématiques, sont bienvenus et ont des chances d’être très utilisés. Ce qui a tendance à avantager les ressources commerciales ou celles des bibliothèques et des archives, puisque ces dernières tendent à numériser des collections entières, sans tenir compte uniquement des éléments qui pourraient être utiles aux chercheurs. Il apparaît que tant que la qualité du matériel est bonne, c’est tout ce que les universitaires demandent. Cela n’exclut pas le financement de projets de recherche de moindre envergure, plus spécialisés, offrant des éléments plus sélectifs. Il y a toutefois peu de chances pour que de telles ressources attirent un grand nombre d’utilisateurs. Les organismes de financement devront alors se poser la difficile question de savoir si le degré d’utilisation doit devenir un critère de financement des projets de recherche, ou si de tels projets doivent être considérés comme érudition pure dont l’utilisation ultérieure n’est pas envisagée. Mais cela pose ensuite des questions tout aussi épineuses sur la façon d’archiver de tels travaux au sein d’une organisation telle que l’AHDS.

CONCLUSION

67Nous avons débuté cet article par l’évocation d’une bibliothèque universitaire qui pensait que les ressources numériques pouvaient remplacer les bibliothèques « physiques » et les professionnels de l’information en tant qu’intermédiaires. Fort heureusement pour l’avenir de la profession, notre étude indique que cette vision des choses est fondamentalement erronée. Tout au moins en sciences humaines, les ressources numériques n’ont pas remplacé la bibliothèque. Leur fonction de portails d’information n’aura fait qu’accroître leur importance. Loin d’être superflues, les ressources numériques exigent des bibliothécaires qu’ils endossent de nouveaux rôles. Ils sont donc devenus des fournisseurs, des producteurs, des gardiens et des intermédiaires de l’information. Ils assument à présent, en termes numériques, certains rôles remplis par des éditeurs dans le monde de l’édition papier (dans le cas, par exemple, des sites de dépôts institutionnels), et la bibliothèque est désormais envisagée comme une porte d’entrée vers d’autres collections de ressources numériques [Unsworth, 2005]. Il est donc capital que les bibliothèques et les centres d’archives soient convenablement financés, et que les dépenses des TIC ne soient pas perçues comme un pas vers le remplacement des ressources tangibles et du personnel.

68Le discernement des professionnels de l’information est encore peutêtre plus important. À mesure que le volume des documents numériques augmente, les utilisateurs peinent de plus en plus à se maintenir à niveau. Nos recherches ont cependant montré que les utilisateurs préfèrent avoir recours à de grandes collections de documents plutôt qu’à des ressources spécialisées. Les universitaires font confiance à leur bibliothèque pour leur fournir des liens vers des documents de qualité et pour leur servir d’accès à ces vastes collections d’information. La bibliothèque incarne donc une garantie cruciale de la bonne qualité de telles ressources, qu’elles soient de grandes collections commerciales ou des pages Web pointant vers des ressources du domaine public.

69Il est évident que les acteurs professionnels des bibliothèques et des centres d’archives ont toujours un rôle très important à jouer en tant qu’intermédiaires de l’information. L’un des participants à notre questionnaire, un universitaire expert en ressources numériques, a fait la remarque suivante : « Ce que veulent les gens, de plus en plus, ce sont des conseils pour s’y retrouver dans le nombre énorme de ressources numériques, ils sont tout simplement déconcertés par la quantité d’informations disponibles et ne savent pas quoi en faire. J’ai remarqué que les gens sont passés de “Waouh, c’est génial que vous ayez fait ça” à “Oui, c’est génial que vous ayez fait ça, mais comment est-ce que ça fonctionne avec, vous savez, l’ensemble Truc”, ou “Comment est-ce que je l’intègre dans ces autres choses qui sont en train de se passer ?”. Et donnez-moi juste une liste des […] dix principales. »

70C’est en effet le genre d’intermédiation dont les bibliothécaires ont toujours été en charge. Loin de rendre les compétences des professionnels de l’information inutiles, leur expertise est de plus en plus demandée et le domaine des compétences qu’on attend d’eux s’élargit.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Adams Anne et Sasse M. Angela, “Users are not the enemy: why users compromise security mechanisms and how to take remedial measures”, Communications of the ACM, vol. 42, n° 12, 1999, pp. 40-46.

Albitz Paul et Liu Cricket, DNS and BIND, Sebastopol (Ca), O’Reilly, 5e édition, 2006.

Anderson Ian G., “‘Are you being served?’ Historians and the search for primary sources”, Archivaria, vol. 58, 2004, pp. 81-130. [En ligne] < http://journals.sfu.ca/archivar/index.php/archivaria/article/viewArticle/12479 > (consulté le 5 octobre 2007).

Barrett Andy, “The information seeking habits of graduate student researchers in the humanities”, Journal of Academic Librarianship, vol. 31, n° 4, 2005, pp. 324-331.

Bates Marcia J., “The Getty end-user online searching project in the humanities: report n° 6 : overview and conclusions”, College and Research Libraries, vol. 57, n° 6, 1996, pp. 514-523.

Bates Marcia J., “The cascade of interactions in the digital library interface”, Information Processing and Management, vol. 38, n° 3, 2002, pp. 381-400.

British Academy, “E-resources for research in the humanities and social sciences: a British Academy policy review”, 2005. [En ligne] < http://www.britac.ac.uk/policy/eresources/e-resources.cfm > (consulté le 5 octobre 2007). Summary of the Review report (PDF).

Brown Sheridan et Swan Alma. “Researchers’ use of academic libraries and their services”, Research Information Network and Consortium of Research Libraries, 2007. [En ligne] < http://www.rin.ac.uk/system/files/attachments/Researcherslibraries-services-report.pdf > (consulté le 5 octobre 2007).

Brown Stephen, Ross Robb, Gerrard David, Greengrass Mark et Bryson Jared, “RePAH: a user requirements analysis for portals in the arts and humanities”, Arts and Humanities Research Council, 2007. [En ligne] < http://repah.dmu.ac.uk/report/pdfs/RePAHReport-Complete.pdf > (consulté le 5 octobre 2007).

Chu Clara M., “Literary critics at work and their information needs: a research-phases model”, Library and Information Science Research, vol. 21, n° 2, 1999, pp. 247-273.

Crane Gregory, “What do you do with a million books?”, D-Lib Magazine, vol. 12, n° 3, 2006.

Cronin Blaise, “Information professionals in the digital age”, International Information and Library Review, vol. 30, n° 1, 1998, pp. 37-50.

Curtis Polly, “Bangor librarians face Internet threat”, Guardian Unlimited, 16 février 2005. [En ligne] < http://www.guardian.co.uk/uk_news/story/0,3604,1415830,00.html > (consulté le 5 octobre 2007).

Dalton Margaret Stieg et Charnigo Laurie, “Historians and their information sources”, College and Research Libraries, vol. 65, n° 5, 2004, pp. 400-425.

Duff Wendy M. et Cherry Joan M., “Use of historical documents in a digital world: comparisons with original materials and microfiche”, Information Research, vol. 6, n° 1, 2001. [En ligne] < http://InformationR.net/ir/6-1/paper86.html > (consulté le 5 octobre 2007).

Duff Wendy M., Craig Barbara et Cherry Joan, “Historians’ use of archival sources: promises and pitfalls of the digital age”, Public Historian, vol. 26, n° 2, 2004, pp. 7-22.

Ellis David et Oldman Hanna, “The English literature researcher in the age of the Internet”, Journal of Information Science, vol. 31, n° 1, 2005, pp. 29-36.

Fourie Ina, “Should we take disintermediation seriously?”, Electronic Library, vol. 17, n° 1, 1999, pp. 9-16.

Gellman Robert, “Disintermediation and the Internet”, Government Information Quarterly, vol. 13, n° 1, 1996, pp. 1-8.

Green Rebecca, “Locating sources in humanities scholarship: the efficacy of following bibliographic references”, Library Quarterly, vol. 70, n° 2, 2000, pp. 201-229.

Harley Diane et Henke Jonathan, “Toward an effective understanding of website users: advantages and pitfalls of linking transaction log analyses and online surveys”, D-Lib Magazine, vol. 13, n° 3-4, 2007. [En ligne] < http://www.dlib.org/dlib/march07/harley/03harley.html > (consulté le 5 octobre 2007).

Herman Eti, “End-users in academia: meeting the information needs of university researchers in an electronic age. Part 2. Innovative information-accessing opportunities and the researcher: user acceptance of IT-based information resources in academia”, Aslib Proceedings, vol. 53, n° 10, 2001, pp. 431-457.

Huntington Paul, Nicholas David, Williams Peter et Gunter Barrie, “Characterising the health information consumer: an examination of the health information sources used by digital television users”, Libri, vol. 52, n° 1, 2002, pp. 16-27.

Huxley Lesly, Mullings Christine, Hodos Tamar et Jones Diane, Gathering Evidence: Current ICT Use and Future Needs for Arts and Humanities Researchers, London, Arts and Humanities Research Council, 2007.

Institute of Historical Research, Peer Review and Evaluation of Digital Resources for the Arts and Humanities, London, Arts and Humanities Research Council, 2006. [En ligne] < http://www.history.ac.uk/projects/peer-review > (consulté le 13 juillet 2010).

Lehmann Stephen et Renfro Patricia, “Humanists and electronic information services: acceptance and resistance”, College and Research Libraries, vol. 52, n° 5, 1991, pp. 403-413.

Lin Winston T. et Shao Benjamin B. M., “The business value of information technology and inputs substitution: the productivity paradox revisited”, Decision Support Systems, vol. 42, n° 2, 2006, pp. 493-507.

Liu Ziming et Stork David, “Is paperless really more? Rethinking the role of paper in the digital age”, Communications of the ACM, vol. 42, n° 11, 2000, pp. 94-97.

Marty Paul F., “The digital museum in the life of the user”, Digital Humanities, Urbana-Champaign, University of Illinois, 2-8 juin 2007. [En ligne] < http://www.digitalhumanities.org/dh2007/dh2007.abstracts.pdf > (consulté le 5 octobre 2007).

MLA, “MLA task force on evaluating scholarship for tenure and promotion”, 2007. [En ligne] < http://www.mla.org/tenure_promotion > (consulté le 5 octobre 2007).

Pappa Nikoleta, Warwick Claire, Terras Melissa et Huntington Paul, “The (in) visibility of digital humanities resources in academic contexts”, Digital Humanities, Paris, Université de la Sorbonne, 5-9 juillet 2006.

Reid Gordon, “The digitisation of heritage material: arguing for an interpretative approach based on the experience of the Powys Digital History Project”, Program: Electronic Library and Information Systems, vol. 34, n° 2, 2000, pp. 143-158.

Rimmer Jon, Warwick Claire, Blandford Ann, Gow Jeremy et Buchanan George, “User requirements for humanities digital libraries”, Digital humanities, Paris, Université de la Sorbonne, 5-9 juillet 2006. [En ligne] < http://www.uclic.ucl.ac.uk/annb/docs/jrcwabjggbDH2006preprint.pdf > (consulté le 5 octobre 2007).

Science Watch, “Citations reveal concentrated influence: some fields have it, but what does it mean?”, Science Watch, 1999. [En ligne] < http://archive.sciencewatch.com/jan-feb99/sw_jan-feb99_page1.htm > (consulté le 5 octobre 2007).

Shoemaker Robert, “Digital London: creating a searchable Web of interlinked sources on eighteenth century London”, Program: Electronic Library and Information Systems, vol. 39, n° 4, 2005, pp. 297-311.

Stone Sue, “Humanities scholars: information needs and uses”, Journal of Documentation, vol. 38, n° 4, 1982, pp. 292-313.

Talja Sanna et Maula Hanni, “Reasons for the use and non-use of electronic journals and databases: a domain analytic study in four scholarly disciplines”, Journal of Documentation, vol. 59, n° 6, 2003, pp. 673-691.

Unsworth John, “Pubrarians and liblishers: new roles for old foes”, Annual meeting of the Society for Scholarly Publishing (association de l’édition universitaire), Boston, 2 juin 2005.

Warwick Claire, Terras Melissa, Huntington Paul et Pappa Nikoleta, “If you build it will they come? The LAIRAH study: quantifying the use of online resources in the arts and humanities through statistical analysis of user log data”, Literary and Linguistic Computing, vol. 23, n° 1, 2008, pp. 85-102.

Watson-Boone Rebecca, “The information needs and habits of humanities scholars”, Reference Quarterly, vol. 34, n° 2, 1994, pp. 203-216.

Whitmire Ethelene, “Disciplinary differences and undergraduates’ information-seeking behaviour”, Journal of the American Society for Information Science and Technology, vol. 53, n° 8, 2002, pp. 631-638.

Wiberley Stephen E., “Subject access in the humanities and the precision of the humanist’s vocabulary”, Library Quarterly, vol. 53, n° 4, 1983, pp. 420-433.

Wiberley Stephen E., “Names in space and time: the indexing vocabulary of the humanities”, Library Quarterly, vol. 58, n° 1, 1988, pp. 1-28.

Wiberley Stephen E., “Time and technology”, College and Research Libraries, vol. 61, n° 5, 2000, pp. 421-431.

Notes

1 Le projet LAIRAH est financé par l’AHRC-ICT Strategy Scheme. Les auteurs témoignent une reconnaissance particulière à trois autres projets du Strategy Scheme pour leur esprit de collaboration dans la réalisation de ces recherches, et pour leur avoir permis de bénéficier de leurs résultats. Ces projets sont : Gathering Evidence (université de Bristol), RePAH (universités de Sheffield et de De Montfort), et Peer Review and Evaluation of Digital Resources in the Arts and Humanities (Institute of Historical Research, université de Londres). N.D.T. : cet article a été publié sous le titre “Library and information resources and users of digital resources in the humanities”, dans Program: Electronic Library and Information Systems, vol. 42, n° 1, 2008, pp. 5-27.

2 [En ligne] < http://www.dialog.com/ > (consulté le 13 juillet 2010).

3 Log analysis of Internet resources in the arts and humanities (LAIRAH), [en ligne] < http://www.ucl.ac.uk/slais/research/circah/lairah/ > (consulté le 13 juillet 2010).

4 [En ligne] < http://www.ahrcict.rdg.ac.uk > (consulté le 13 juillet 2010). ICT : Information and Communication Technology.

5 [En ligne] < http://www.intute.ac.uk/artsandhumanities/ >. Suite à des restrictions budgétaires, le portail Intute n’est plus mis à jour depuis juillet 2011. Le site est toujours disponible à l’adresse < http://www.intute.ac.uk/ > (consulté le 5 décembre 2011).

6 N.D.T. : le terme « sciences » dans le texte fait référence aux disciplines des sciences techniques et médicales (STM) par opposition aux sciences sociales et aux sciences humaines.

7 [En ligne] < http://repah.dmu.ac.uk > (consulté le 13 juillet 2010).

8 [En ligne] < http://www.history.ac.uk/digit/peer/index.html > (consulté le 13 juillet 2010).

9 [En ligne] < http://www.ilrt.bris.ac.uk/projects/project?search=AHRC-ICT > (consulté le 13 juillet 2010).

10 [En ligne] < http://www.ucl.ac.uk/ciber/ciber.php > (consulté le 13 juillet 2010). Cette adresse ramène à cette nouvelle page : < http://www.ucl.ac.uk/dis/ >, le site du Department of Information Studies de l’University College London (UCL).

11 Devenu BT Total Broadband, < http://www.productsandservices.bt.com/ > (consulté le 5 décembre 2011).

12 Ces adresses sont celles utilisées à l’époque de l’étude, néanmoins l’adresse centrale reste la même : < http://www.sas.ac.uk/ > (consulté le 5 décembre 2011).

13 Ces adresses sont celles utilisées à l’époque de l’étude, néanmoins l’adresse centrale reste la même : < http://www.arts.ed.ac.uk/ > (consulté le 5 décembre 2011).

14 Ces adresses sont celles utilisées à l’époque de l’étude, néanmoins l’adresse centrale reste la même : < http://www.shef.ac.uk/ > (consulté le 5 décembre 2011).

15 [En ligne] < http://www.palatine.ac.uk > (consulté le 13 juillet 2010).

16 [En ligne] < http://vos.ucsb.edu > (consulté le 13 juillet 2010).

17 [En ligne] < http://the-orb.net > (consulté le 13 juillet 2010).

18 [En ligne] < http://www.perseus.tufts.edu > (consulté le 13 juillet 2010).

19 N.D.T. : la Bibliography of British and Irish Studies (BBIH) a remplacé la Royal Historical Society (RHS) Bibliography en janvier 2010. [En ligne] < http://www.history.ac.uk/projects/bbih > (consulté le 5 décembre 2011).

20 [En ligne] < http://www.oldbaileyonline.org > (consulté le 13 juillet 2010).

21 [En ligne] < http://www.bristol.ac.uk/parip > (consulté le 13 juillet 2010).

22 [En ligne] < http://history.powys.org.uk > (consulté le 13 juillet 2010

23 [En ligne] < http://peib.dmu.ac.uk/ > (consulté le 13 juillet 2010).

24 [En ligne] < http://childes.psy.cmu.edu > (consulté le 13 juillet 2010).

25 [En ligne] < http://www.perseus.tufts.edu/ > (consulté le 13 juillet 2010).

26 [En ligne] < http://www.uclic.ucl.ac.uk/annb/ucis.html > (consulté le 13 juillet 2010).

27 [En ligne] < http://www.ucl.ac.uk/slais/teaching/modules/instg008/ > (consulté le 13 juillet 2010).

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540