Version classiqueVersion mobile

Personnaliser la bibliothèque

 | 
Jean-Philippe Accart

Partie 3. Des stratégies de marque pour les petites, moyennes et grandes bibliothèques

Le déploiement de la marque dans le monde des bibliothèques françaises

Jacques Sauteron

Texte intégral

1D’essence commerciale initialement, le déploiement de politiques de marque est récent dans les domaines de « l’exception culturelle », où l’on peut inclure, outre les musées et les cinémas, les bibliothèques de toute nature.

2Ce déploiement a un facteur commun quels que soient les pays concernés du monde occidental (États-Unis, Europe) : plus les financements publics se tarissent, plus les politiques de marque se développent.

3La marque, tout en ayant un impact positif de valorisation et de différenciation des bibliothèques, accompagne nécessairement le phénomène de marchandisation des secteurs de l’enseignement supérieur et de la culture dans un esprit de compétition touchant également la sphère publique.

Des précurseurs dans le monde anglo-saxon

4Le phénomène de marque apparaît dans le secteur de la culture et de l’enseignement supérieur et de la recherche d’abord aux États-Unis. Dans le secteur culturel, la fondation Solomon R. Guggenheim constitue une illustration marquante. Le musée new-yorkais créé en 1957 est devenu en trois décennies une marque internationale avec les ouvertures successives :

  • du musée Peggy Guggenheim à Venise en 1980 dans le palais Venier dei Leoni ;
  • du musée Guggenheim à Bilbao ouvert en 1997 qui attire de nombreux touristes sur la base de la réputation du nom « Guggenheim » (devenu une marque) au sein d’une région industriellement et économiquement sinistrée ;
  • le musée Guggenheim à Abu Dhabi, en cours de construction aux Émirats arabes unis, le pays préparant l’après pétrole et misant sur un fort développement de l’industrie touristique.
  • 1 Le classement de Shanghai a été créé en 2003 par l’université chinoise homonyme afin de pouvoir sél (...)

5Dans le domaine des universités, Harvard, le Massachussetts Institute of Technology (MIT) ou Stanford sont des établissements réputés, et s’ils s’incarnent dans une marque, c’est surtout grâce à leur réputation. Celle-ci n’a cessé de croître depuis la mise en place du classement de Shanghai1.

  • 2 « Les anciens de Harvard affichent la marque », Les Échos, 18 décembre 2007. [En ligne] < https://w (...)

6Le déploiement se traduit aussi grâce aux logos, blasons, produits dérivés, et le souci constant d’appartenance des étudiants. La constitution d’associations d’anciens (alumni)* assure tout à la fois la diffusion de la réputation et l’assise financière des établissements (organisation de déjeuners et de soirées de gala en vue de collecter des fonds). L’université Harvard tirait en 2006 dix fois plus de ressources des produits dérivés que des frais de scolarité pourtant élevés (30 000 € à l’époque)2.

Les bibliothèques affichent leur marque

  • 3 Cela s’est traduit en faveur de la lecture publique avec l’action de la dotation générale de décent (...)
  • 4 Jugée à l’aune du seul taux d’inscription tandis que tous les autres équipements culturels sont éva (...)

7À la suite des musées, prenant conscience de leur recul – voire de leur disparition de l’agenda politique après vingt années fastes (1981-2000)3 – les bibliothèques apparaissent dépassées avec l’émergence du numérique et une fréquentation insuffisante4.

  • 5 U2000 : Plan Université U2000 (1990-1995) et U3M : Université du 3e Milllénaire (2000-2006).

8Les BU pâtissent, après les plans U2000 et U3M5, de la désaffection des enseignants-chercheurs : ceux-ci travaillent à distance grâce à l’accès aux bases de données payantes offert à grands frais par les SCD.

9Partant de ce constat, la profession décide de s’engager dans des politiques communicationnelles offensives afin de davantage s’intégrer dans les collectivités territoriales et/ou dans les universités qui les portent et les financent.

10De nouveaux concepts émergent : « Troisième lieu » en lecture publique, « Learning center » pour l’ESR. Mais ce sont des concepts généraux qui demandent ensuite à être déclinés au niveau local, afin de tenir compte des particularités tels l’originalité des lieux, les espaces, les services et bien sûr les collections.

11Mais avant que n’émergent ces concepts, des bibliothèques nationales avaient au préalable ouvert la voie dans une stratégie de rayonnement culturel des États. De Georges Pompidou à François Mitterrand, ce mouvement n’a cessé de s’amplifier au travers de la Bpi et de la BnF, notamment.

La Bibliothèque publique d’information (Bpi)

12Georges Pompidou initie le premier une volonté de réveiller en France la lecture publique en s’appuyant sur le ministère de la Culture. Dès le projet de construction du Centre Pompidou, est pensée l’idée d’intégrer une grande bibliothèque de lecture publique disposant de collections en libre accès pour tous les publics.

13Inspirée du modèle anglo-saxon, la Bpi ouvre en 1977. Établissement public disposant de sa propre personnalité juridique, la Bpi développe rapidement une identité forte autour de ses espaces et de ses services.

Illustration 1. Le logotype de la Bibliothèque publique d’information

Illustration 1. Le logotype de la Bibliothèque publique d’information

Source : logo créé par Jean Widmer et son agence VDA.

14En 2004, les RADIS deviennent Bibliosés@me, qui fonctionne en réseau à partir de 2006. En 2015, le réseau évolue encore et change de nom pour devenir Eurêkoi.

15Ces deux services qui se succèdent font l’objet de dépôt de marque* auprès de l’INPI et disposent de leurs propres sites web : < http://www.eurekoi.org/​ >.

Illustration 2. Le logotype du réseau Eurêkoi

Illustration 2. Le logotype du réseau Eurêkoi

Source : logo réalisé par Julien Janiszewski de l’agence Module.

  • 6 Voir Claire Nguyen (dir.), Mettre en œuvre un service de questions-réponses en ligne, Villeurbanne, (...)

16Si Bibliosés@me était un réseau français, Eurêkoi est un réseau francophone qui intègre l’ensemble du réseau de lecture publique de la communauté française de Belgique6.

17La Bpi publie par ailleurs depuis octobre 2014 le webzine culturel grand public Balises dont le titre est également déposé comme marque auprès de l’INPI.

Illustration 3. Page du webzine culturel grand public Balises

Illustration 3. Page du webzine culturel grand public Balises

Source : Bibliothèque publique d’information.

La Bibliothèque nationale de France (BnF)

  • 7 Le quadrilatère Richelieu.

18Inspirant – à l’instar du musée du Louvre – la puissance et le rayonnement d’un État, la première bibliothèque à se lancer dans une politique de marque en France est la BnF. Portée par François Mitterrand, la « Très Grande Bibliothèque » (son appellation d’alors) voit le jour sur le site de Tolbiac. Son architecture monumentale (quatre grandes tours en forme de livres) est pensée par l’architecte Dominique Perrault. Dès son ouverture en 1995, elle a vocation, outre sa mission patrimoniale, à accueillir le grand public dans des conditions décentes et modernes tandis que le site historique de la Bibliothèque nationale7 n’est plus adapté et se dégrade. Elle accueille également de grandes expositions dans un espace dédié de type muséal. Le projet prévoit que cette bibliothèque s’inscrive résolument dans l’ère numérique en proposant l’accès à une grande bibliothèque numérique. Composée en réalité de sept sites, l’entité se voit attribuer le nom de BnF (qui succède à celui de Bibliothèque nationale) par Jacques Chirac. Au vu de la taille de l’établissement, un logo est créé, désormais célèbre :

Illustration 4. Le logotype de la Bibliothèque nationale de France

Illustration 4. Le logotype de la Bibliothèque nationale de France

Source : © Bibliothèque nationale de France.

  • 8 Jean-Noël Jeanneney, Quand Google défie l’Europe. Plaidoyer pour un sursaut, Paris, Mille et une nu (...)

19Dans cette même logique de réaffirmation du rayonnement culturel de la France, Jean-Noël Jeanneney, alors président de la BnF, convainc Jacques Chirac de lancer la France et l’Europe dans un grand projet de numérisation afin de ne pas laisser Google, société privée, s’approprier l’ensemble des collections numérisées à travers le monde et leur diffusion. Son article, devenu ouvrage, Quand Google défie l’Europe8, a eu un retentissement certain. Puis le programme de numérisation des collections tombées dans le domaine public s’accélère et une marque fille* de la BnF apparaît dans l’univers numérique : Gallica. Celle-ci dispose bientôt d’une certaine autonomie, d’un logo et de ses propres comptes sur les réseaux sociaux. Elle intègre en marque blanche* d’autres bibliothèques numériques en région, dites bibliothèques numériques de référence.

Illustration 5. Le logotype de la bibliothèque numérique Gallica

Illustration 5. Le logotype de la bibliothèque numérique Gallica

Source : © Bibliothèque nationale de France.

20Marque nationale chargée de rayonner au niveau national, européen et international, la BnF cultive donc désormais la politique de marque comme en témoigne le dépôt des marques BnF et Gallica à l’INPI.

21Sous l’impulsion française – avec d’autres pays européens dont l’Allemagne – un consortium européen donne naissance à une cousine numérique de Gallica, Europeana, qui, en sus de collections imprimées, donne accès à des documents de fonds d’archives et de musées.

Illustration 6. Le logotype de la bibliothèque numérique Europeana

Illustration 6. Le logotype de la bibliothèque numérique Europeana

Source : @Europeana.

22L’argent public se faisant plus rare devant les coûts de numérisation, d’entretien et de rénovation des locaux, la BnF se tourne progressivement, sur incitation de l’État, vers le développement d’accords avec des sociétés privées (numérisation de collections musicales)9 et dans la recherche de mécénat pour l’acquisition d’ouvrages rares et précieux10 y compris dans le cadre du droit de préemption dont elle dispose. Récemment, elle a lancé un appel au mécénat privé pour permettre un rééquipement de qualité de ses salles de lecture historiques du site Richelieu11 entré en phase de travaux.

Dans le domaine de la lecture publique

  • 12 Voir la contribution d’Albane Lejeune : « Le nom de votre bibliothèque se démarque-t-il ? Dénominat (...)

23S’inspirant des Ideas Stores apparus en Grande-Bretagne dans les années 2000, de grandes bibliothèques municipales et/ou intercommunales se lancent dans une politique de communication visant à transformer leur image. L’évolution du nom12 peut conduire à la disparition du terme de bibliothèque.

« Le réseau des idées » : les bibliothèques de la ville de Tourcoing

24Ainsi, le réseau des bibliothèques de la ville de Tourcoing s’appelle-t-il désormais « Le réseau des idées » : il s’agit de créer une charte communicationnelle complète, accompagnée d’une politique de communication par voie d’affichage, afin de promouvoir le réseau des bibliothèques et l’ouverture d’un nouvel équipement dans le quartier de Belencontre. Bien qu’ayant tout d’une logique de marque, cette stratégie n’a cependant pas abouti au dépôt officiel d’une marque auprès de l’INPI.

Illustration 7. Charte communicationnelle des bibliothèques de la ville de Tourcoing

Illustration 7. Charte communicationnelle des bibliothèques de la ville de Tourcoing

25Non déposé à l’INPI, l’acception Réseau des idées n’est pas protégée et pourrait être reprise par d’autres acteurs y compris du secteur privé qui pourraient eux le protéger et contraindre ensuite la municipalité à changer ce nom bien qu’elle en ait l’antériorité…

La bibliothèque municipale de Lyon (BmL)

26Un peu plus tôt, en 2006, la bibliothèque municipale de Lyon crée Le Guichet du savoir, service de renseignement virtuel équivalent du concept anglo-saxon Ask a librarian, devenue marque déposée disposant de son site web propre13 et « Points d’actu » devenu depuis un véritable webzine culturel L’influx disposant de son propre site web14 et constitutif d’une marque déposée auprès de l’INPI.

Illustration 8. Visuels du service de renseignement virtuel Le Guichet du savoir et du webzine culturel L’influx

Illustration 8. Visuels du service de renseignement virtuel Le Guichet du savoir et du webzine culturel L’influx

Source : Bibliothèque municipale de Lyon.

Les bibliothèques municipales de Metz : Miss Média

  • 15 À notre connaissance, non déposée auprès de l’INPI.

27Pour sa part, le réseau des bibliothèques municipales de Metz crée le personnage fictif du nom de Miss Média15, interlocutrice numérique des publics du réseau des médiathèques de la ville disposant de son propre avatar*, d’un blog et de comptes spécifiques sur les réseaux sociaux.

Illustration 9. Bannière du blog de Miss Média

Illustration 9. Bannière du blog de Miss Média

Source : © Jean Chavelot 2014.

Et dans le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche ?

  • 16 Dite loi LRU adoptée par le Parlement en 2007 et les responsabilités et compétences élargies (RCE), (...)

28La loi relative à l’autonomie des universités16 est plus tardive que les lois de décentralisation en direction des collectivités locales, celles-ci ayant des conséquences indirectes pour les SCD : fin des crédits fléchés et du rôle de directeur de SCD en tant qu’ordonnateur en second au sein de l’université et de sa présence obligatoire au conseil d’administration. Les SCD négocient leurs budgets avec les présidents d’université à l’instar des autres services communs. Leurs moyens ne sont plus automatiquement assurés ni garantis par le ministère (les moyens humains sont gérés par la Direction générale des ressources humaines [DGRH] en accord avec les établissements).

29Il n’y a plus de volet spécifique des plans quinquennaux visant à assurer la réfection ou la construction de nouvelles BU comme cela pouvait être le cas dans les plans U2000 ou U3M.

30Plus pauvres que les grandes universités européennes et moins dotées proportionnellement au nombre d’étudiants par l’État que les grandes écoles publiques, les universités – dont les frais d’inscription sont fixés par l’État – disposent de peu de marges de manœuvre en dehors de celles consistant à accroître leur budget par des subventions issues des collectivités locales et/ou de la collecte d’argent en provenance du secteur privé : dons, mécénat, taxe d’apprentissage, etc. Elles imitent avec retard les stratégies déjà mises en œuvre par les grandes écoles.

31Pour obtenir ces subsides dans un monde de plus en plus concurrentiel, il faut être doté d’une identité solide et reconnue au niveau local, régional et international.

Émergence des stratégies de marque

32Comme pour toutes les marques, la renommée s’appuie sur les valeurs, la qualité des locaux, des enseignements, des campus (conditions de travail des étudiant.es), au niveau associatif, culturel ou sportif, sans compter la qualité du logement et des espaces de travail, dont bien sûr les bibliothèques et leurs services. S’ajoutent la qualité des postes et des niveaux de salaires promis à l’issue des études au sein de l’établissement.

33Certaines marques françaises de l’ESR n’ont aucun mal à émerger, qu’il s’agisse de HEC, de Polytechnique ou de l’université Paris Sorbonne. Elles sont connues et reconnues au niveau national et international.

2008 : première stratégie de communication

34L’ESSEC est le premier établissement d’enseignement supérieur et de recherche en France à véritablement communiquer dès 2008 : horaires élargis (9 heures-22 heures), espaces de travail en groupe connectés, mobilier diversifié et agréable le caractérisent.

35S’il dispose d’un site web propre, ce Learning center est entièrement intégré à l’école de commerce et ne s’inscrit pas dans une stratégie de marque propre à l’image du Rolex Learning center suisse entièrement lié à l’École polytechnique fédérale de Lausanne.

2016 : première stratégie de marque

36Le premier Learning center français à s’engager dans une politique de marque est LILLIAD, Learning center Innovation de l’université de Lille et ouvert en septembre 2016.

37Soutenu par le conseil régional et l’université de Lille, il s’inscrit dans un réseau de Learning centers thématiques voulu par la région Hauts de France : cela comprend La Halle aux Sucres, (avec la thématique « ville durable » de la communauté urbaine de Dunkerque), LILLIAD sur la thématique de l’innovation et un Learning center sciences humaines et sociales (archéologie/égyptologie) également au sein de l’université de Lille.

38LILLIAD développe dans sa phase projet une véritable stratégie de marque visant à accompagner la mue, le changement d’image et de positionnement de l’ancienne BU centrale du campus Cité scientifique ouverte en 1967. Cette mue est également celle du campus dans une stratégie d’ouverture en direction d’une part, des lycéens afin de les attirer vers les études scientifiques avec la mise en place d’Xperium et d’autre part, des entreprises avec l’ouverture d’un grand espace événementiel.

39LILLIAD dispose de conventions d’application spécifiques avec les sept pôles de compétitivité de l’ancienne région Nord-Pas-de-Calais.

LILLIAD : les logos

40Le conseil régional Nord-Pas-de-Calais, avant de devenir conseil régional Hauts-de-France, décline un logo Learning centers qui s’affiche suivant différentes couleurs en fonction de chacun des bâtiments et de leur thématique. Ceux-ci s’accompagnent d’un site web propre17.

Illustration 10. Le logtype Learning centers

Illustration 10. Le logtype Learning centers

Source : Conseil régional Hauts-de-France.

Illustration 11. Le logtype Learning center et ses thématiques

Illustration 11. Le logtype Learning center et ses thématiques

Source : Conseil régional Hauts-de-France.

41Mais identifiée à des lieux et des services, chaque entité développe sa propre politique de communication en interaction avec sa tutelle de rattachement : le Learning center Ville durable communique ainsi davantage sur le nom du bâtiment industriel reconverti qu’il occupe et dont il a décliné un logo : La Halle aux Sucres18.

Illustration 12. Les logotypes de La Halle aux Sucres et de la Communauté urbaine de Dunkerque

Illustration 12. Les logotypes de La Halle aux Sucres et de la Communauté urbaine de Dunkerque

Source : Communauté urbaine de Dunkerque.

  • 19 Voir l’entretien avec Julien Roche et Philippe Père : « LILLIAD, l’aventure d’un nom improbable », (...)

42LILLIAD articule sa politique de communication autour d’un nom19 et de services en lien avec l’université de Lille.

L’Association des directeurs et des personnels de direction des bibliothèques universitaires et de documentation (ADBU) affiche la marque

  • 20 Un livre blanc est un guide pratique traitant d’un sujet spécifique. Édité sous forme communication (...)

43À l’issue du congrès ADBU de Besançon en 2015, un premier Bibcamp, atelier informel ouvert à toute personne susceptible d’être intéressée par le sujet indépendamment de ses fonctions, grades, missions, aborde la question de la communication en BU. Le nombre de participants témoigne de l’intérêt du sujet. Il est suivi par une journée d’étude sur ce thème le 1er février 2016. Celle-ci traite de la question de la communication dans les bibliothèques de l’ESR et de son articulation avec les établissements dont elles relèvent : universités, instituts de recherche, grandes écoles, etc. : le projet d’un livre blanc20 émerge en vue de prolonger les riches débats et propositions issus des ateliers thématiques, et ce projet aboutit en décembre 2017 avec la publication du document : La communication en bibliothèque académique : pourquoi ? comment ? Celui-ci est diffusé par ADBU-forum et sur le site de l’ADBU avant de faire l’objet d’une dépêche AEF.

Encadré. La communication en bibliothèque académique : pourquoi ? Comment ?

Document écrit par un collectif de 16 auteurs de l’ADBU, le texte s’attache à :

• revendiquer la légitimité de la question de la communication en bibliothèque de l’ESR et des bibliothécaires dans la communication des bibliothèques, aux côtés des directions de la communication des établissements (université, institut, grande école, etc.) ;
• inciter les présidents des universités et les directeurs des bibliothèques à dégager les moyens nécessaires à cette fonction, prise dans un contexte propre aux services documentaires et articulée avec cette fonction transversale au sein de l’établissement.

Il affiche pour ambition :

• d’aider les directions de bibliothèques à développer un dialogue constructif avec la direction de la communication de leur établissement ;
• de proposer un argumentaire auprès de la Conférence des présidents d’université (CPU) et auprès de l’Association des responsables de communication de l'enseignement supérieur (ARCES) sur la pertinence de la communication en bibliothèque académique.

Après la communication, la stratégie de marque

44De cette réflexion naît également la volonté de l’ADBU de développer sa propre politique de marque en vue de valoriser la qualité de ses travaux et réflexions en direction :

  • de ses membres ;
  • de ses interlocuteurs : CPU, Direction générale de la recherche et de l'innovation (DGRI), Inspection générale des bibliothèques (IGB), Enssib, autres associations de bibliothécaires ;
  • de la presse spécialisée : Agence éducation et formation (AEF), News Tank, l’Étudiant ;
  • de la presse nationale.

45Une partie significative des composantes de la marque ADBU sont déjà existantes :

  • une identité reconnue au sein de la profession comme en témoigne le nombre de travaux engagés, la qualité des journées d’études et congrès qui se détermine notamment par la qualité des intervenants présents et leur fréquentation ;
  • une identité reconnue par les interlocuteurs ;
  • un logo.

Illustration 13. Le logotype de l’ADBU

Illustration 13. Le logotype de l’ADBU

Source : logo créé par Virgile Laguin.

46Il reste à conforter cette image et à franchir l’étape d’un dépôt officiel de la marque ADBU auprès de l’INPI. L’ambition de l’actuel président de l’ADBU est d’inscrire durablement l’ADBU dans une stratégie de marque.

47Le franchissement de cette dernière étape permettra d’affirmer l’importance de cette stratégie de l’association en direction tout à la fois des décideurs et interlocuteurs de l’association qu’en direction de ses adhérents. La politique de marque sera dès lors inscrite dans les gènes de l’association !

48Bien qu’encore émergente, la politique de marque commence à se déployer dans les bibliothèques en France de manière significative. Elle le fait soit à l’initiative directe des tutelles : ministère, collectivité territoriale, soit à l’initiative propre d’une direction territoriale. Elle accompagne bien souvent un mouvement plus large lié à une politique de marque d’établissement, dans une logique de (re)dynamisation d’un service, d’un territoire ou d’un campus.

49La politique de marque n’a de sens que si elle est portée et structurée et dispose de moyens (humains, financiers et matériels) visant à l’inscrire dans la durée.

50Ses effets, quant au rayonnement réel et à l’attractivité qu’elle génère, aux retombées effectives qu’elle est susceptible d’apporter, ne sont pas encore évalués de manière significative (impact identitaire, hausse de la fréquentation, budgets complémentaires obtenus, etc.).

51Il existe également dans cette logique un risque important que l’universalité et l’intemporalité de la bibliothèque, à l’instar de l’école par exemple, puissent être remises en question par un phénomène de mode et d’immédiateté. La logique de marque s’accompagne de manière quasi automatique d’une obligation d’évolutions et de changements permanents et visibles pour que le désir de bibliothèque continue à prospérer.

52Si la bibliothèque ne s’appelle plus bibliothèque mais ici Learning center, là Espace des savoirs et des cultures ou encore prend un nom commercial dans le cadre d’une stratégie de naming – quelle devient dès lors l’identité de la bibliothèque identifiée depuis l’Antiquité comme le lieu du livre et de la lecture ?

53Ce que les lieux gagnent en différenciation et en promesse qualitative, ils risquent de le perdre en tant qu’identité générique dans le cadre d’une politique de marque poussée à l’extrême.

Notes

1 Le classement de Shanghai a été créé en 2003 par l’université chinoise homonyme afin de pouvoir sélectionner les meilleurs établissements d’enseignement supérieur dans le monde où envoyer les brillants étudiants chinois souhaitant poursuivre leurs études.

2 « Les anciens de Harvard affichent la marque », Les Échos, 18 décembre 2007. [En ligne] < https://www.lesechos.fr/18/12/2007/LesEchos/20070-082-ECH_les-anciens-de-harvard-affichent-la-marque.htm >.

3 Cela s’est traduit en faveur de la lecture publique avec l’action de la dotation générale de décentralisation (DGD) et de programmes spécifiques volontaristes de l’État accompagnant la décentralisation : construction d’une bibliothèque départementale de prêt (BDP) par département (seule compétence culturelle obligatoire des conseils généraux), programme des bibliothèques municipales à vocation régionale (BMVR) permettant l’émergence de grandes bibliothèques en région : Rennes, Reims, Châlons-en-Champagne, Troyes, Toulouse, Marseille, etc.

4 Jugée à l’aune du seul taux d’inscription tandis que tous les autres équipements culturels sont évalués sur leur fréquentation effective qui, elle, ne cesse de croître. Mais ouvertes à toutes et tous, les bibliothèques ne délivrent pas de billet d’entrée…

5 U2000 : Plan Université U2000 (1990-1995) et U3M : Université du 3e Milllénaire (2000-2006).

6 Voir Claire Nguyen (dir.), Mettre en œuvre un service de questions-réponses en ligne, Villeurbanne, Presses de l'Enssib, 2010 (coll. La Boîte à outils ; 20).

7 Le quadrilatère Richelieu.

8 Jean-Noël Jeanneney, Quand Google défie l’Europe. Plaidoyer pour un sursaut, Paris, Mille et une nuits, 2005 (coll. Essai).

9 Plus de 10 000 albums ont été numérisés via BnF-Partenariats avec les sociétés Memnon Archiving Services et Believe Digital.

10 En 2012, la BnF a acquis grâce à la générosité de plus de 1 700 particuliers, entreprises, fondations et associations le Livre d’heures de Jeanne de France, manuscrit enluminé du XVe siècle, classé Trésor national.

11http://www.bnf.fr/fr/acces_dedies/mecenat_partenariat.html >.

12 Voir la contribution d’Albane Lejeune : « Le nom de votre bibliothèque se démarque-t-il ? Dénomination des bibliothèques territoriales et notions de marque », p. 47.

13http://guichetdusavoir.org/ >.

14http://www.linflux.com/ >.

15 À notre connaissance, non déposée auprès de l’INPI.

16 Dite loi LRU adoptée par le Parlement en 2007 et les responsabilités et compétences élargies (RCE), mesures qui découlent de ses articles 18 et 19.

17http://learningcenters.nordpasdecalais.fr/les-learning-centers >.

18https://www.halleauxsucres.fr/ >.

19 Voir l’entretien avec Julien Roche et Philippe Père : « LILLIAD, l’aventure d’un nom improbable », p. 60.

20 Un livre blanc est un guide pratique traitant d’un sujet spécifique. Édité sous forme communicationnelle, il s’adresse souvent, comme c’est le cas en l’espèce, à des décideurs en vue d’orienter/réorienter des choix.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Le logotype de la Bibliothèque publique d’information
Crédits Source : logo créé par Jean Widmer et son agence VDA.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11777/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Illustration 2. Le logotype du réseau Eurêkoi
Crédits Source : logo réalisé par Julien Janiszewski de l’agence Module.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11777/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Illustration 3. Page du webzine culturel grand public Balises
Crédits Source : Bibliothèque publique d’information.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11777/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Titre Illustration 4. Le logotype de la Bibliothèque nationale de France
Crédits Source : © Bibliothèque nationale de France.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11777/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Illustration 5. Le logotype de la bibliothèque numérique Gallica
Crédits Source : © Bibliothèque nationale de France.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11777/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Illustration 6. Le logotype de la bibliothèque numérique Europeana
Crédits Source : @Europeana.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11777/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Illustration 7. Charte communicationnelle des bibliothèques de la ville de Tourcoing
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11777/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Illustration 8. Visuels du service de renseignement virtuel Le Guichet du savoir et du webzine culturel L’influx
Crédits Source : Bibliothèque municipale de Lyon.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11777/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Illustration 9. Bannière du blog de Miss Média
Crédits Source : © Jean Chavelot 2014.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11777/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Illustration 10. Le logtype Learning centers
Crédits Source : Conseil régional Hauts-de-France.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11777/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Illustration 11. Le logtype Learning center et ses thématiques
Crédits Source : Conseil régional Hauts-de-France.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11777/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Illustration 12. Les logotypes de La Halle aux Sucres et de la Communauté urbaine de Dunkerque
Crédits Source : Communauté urbaine de Dunkerque.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11777/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Illustration 13. Le logotype de l’ADBU
Crédits Source : logo créé par Virgile Laguin.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11777/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 198k

© Presses de l’enssib, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search