Version classiqueVersion mobile

Faire vivre l’action culturelle et artistique en bibliothèque

 | 
Colin Sidre

Partie 2. La mise en place d’un parcours d’EAC : problématiques et éléments-clefs

L'action culturelle à la BU de La Rochelle : concertation et bouts de ficelle

Sylvie Fayet

Texte intégral

1De manière très concrète, quels sont les moyens et outils dont peut disposer une BU pour insérer un projet culturel dans une politique d’établissement ou de service ? On prend ici l’exemple de la BU de La Rochelle, dont le contexte a été décrit dans le chapitre précédent.

Concertation et coopération

2L’outil le plus efficace pour inscrire complètement l’action culturelle de la BU dans le projet de service est une instance de coordination qui se réunit mensuellement. Elle rassemble plusieurs personnes de la BU : la personne chargée de l’action culturelle, mais également les personnes chargées de la logistique et de la gestion du bâtiment, la responsable administrative, la responsable des collections, bref toutes les personnes qui, à un titre ou un autre, sont directement concernées par la programmation culturelle et l’organisation d’événements. Cela permet de s’assurer que les éventuels obstacles techniques ou réglementaires sont levés, et qu’on ne perd pas de vue l’objectif de valorisation et de médiation des collections. À ces personnels de la BU, la réunion associe les représentants du Centre inter-pôles d’enseignement des langues (CIEL, le service commun d’enseignement des langues qui co-gère l’Espace langues de la BU) et de l’Espace culture, ce qui permet de partager les informations et de monter les projets de manière concertée. Cette réunion a aussi vocation à être une instance d’arbitrage et de validation par rapport à des propositions directement soumises par le personnel ou les étudiants. Une telle instance est absolument essentielle pour que la programmation de la BU soit en phase avec le projet culturel de l’établissement et ne devienne pas un objet isolé.

3Inversement, la BU est invitée aux conseils de coordination du service culture et du service communication, ce qui permet de compléter l’information sur les événements à venir et les projets des divers acteurs universitaires.

Dans l'université et en dehors

4À l’intérieur de l’université, la BU peut s’appuyer sur divers services : l’Espace culture au premier chef, mais aussi le CIEL, le service communication, la Maison de la réussite et de l’insertion, l’équipe TICE et son service audiovisuel…

5À l’extérieur de l’université, certains partenariats sont d’ores et déjà formalisés :

  • la BU est membre de l’association rochelaise pour la coopération, l’animation et la diffusion documentaire (ARCADD), qui réunit les bibliothèques, archives (départementales et municipales), musées et services du patrimoine de La Rochelle et Rochefort, ainsi que les historiens modernistes de l’université ; l’objectif de l’association est d’œuvrer pour la connaissance du patrimoine local, et elle a porté un considérable travail sur les ports négriers et la mémoire de la traite, concrétisé par une exposition, un colloque et une publication ; elle a également travaillé sur les échanges avec le Québec, et elle est actuellement mobilisée par les commémorations de la Grande Guerre ;
  • la BU est liée par convention à divers organismes :
    • la médiathèque d’agglomération Michel-Crépeau ;
    • Canopé-La Rochelle, avec qui des possibilités de manifestation conjointe sont à l’étude, notamment pour des projets associant des classes de collège ;
    • la maison centrale de Saint-Martin-de-Ré et la maison d’arrêt de Rochefort, pour la desserte documentaire des détenus en reprise d’études ou du personnel pénitentiaire en formation continue ; la BU intervient en lien avec les responsables locaux d’enseignement ; les possibilités de contribuer à des actions culturelles sont là aussi à l’étude, mais les contraintes des interventions en milieu carcéral sont fortes.

6Enfin, les partenariats informels sont nombreux. La BU travaille régulièrement avec des associations locales, notamment le fonds audiovisuel de recherche (FAR) qui collecte et met en valeur des archives privées locales (avec beaucoup de documents iconographiques, photographiques et audiovisuels). Les associations de diffusion de la culture scientifique et technique comme Les Petits Débrouillards interviennent également pour de la médiation, des jeux, de l’accueil de scolaires. Ce ne sont que des exemples, car de très nombreux services ou associations peuvent être sollicités en fonction des projets : bibliothèques ou services d’archives lorsqu’il s’agit de prêter des documents et objets pour illustrer une exposition ; associations étudiantes et associations de quartier lorsqu’il s’agit de relayer une animation ; sociétés savantes locales lorsqu’un projet concerne l’histoire scientifique de la région ; responsables des lieux socioculturels environnants (par exemple un bar solidaire accueillant concerts et manifestations) ; associations culturelles locales (par exemple le centre Intermondes qui organise à La Rochelle des résidences d’artistes étrangers)…

Moyens : budget, personnels, locaux

7Malheureusement, les ressources humaines et financières de la BU ne permettent pas de consacrer des moyens aussi importants qu’on le souhaiterait à l’action culturelle. En termes de moyens humains, un personnel de catégorie B est chargé à temps plein de l’action culturelle et de la communication, et plusieurs autres personnes interviennent dans les processus. On peut considérer que globalement, l’action culturelle au sens large mobilise 1,5 ETP sur une équipe de 35 personnes. C’est un effectif qui ne permet pas à la BU de concevoir et créer elle-même toutes les expositions qu’elle présente ; une partie est empruntée à divers services (notamment l’Espace Mendès-France qui est le CCSTI de Poitiers, les Archives départementales, les services du ministère de la Culture, la Caisse d’aide sociale de l’Éducation nationale [CASDEN]…). En termes de ressources financières, la dépense annuelle est de l’ordre de 5 000 euros, dont 2 000 euros pris en charge par l’Espace culture qui subventionne deux expositions par an. Les principaux postes de dépense sont :

  • l’impression des panneaux, ainsi que de quelques supports de communication ou quelques tirages photo ;
  • les frais de transport et d’assurance pour les expositions ou documents prêtés à la BU ;
  • la location éventuelle de certaines expositions (bien que la plupart soient gratuites) ;
  • l’achat de petit matériel et de fournitures nécessaire à l’accrochage et à la présentation ;
  • très marginalement, des frais d’achat de droits pour l’utilisation de certaines images ou des frais de bouche pour l’organisation d’un pot (généralement programmé lorsqu’il s’agit d’actions en partenariat).

8La BU n’ayant pas le budget pour financer l’intervention d’un graphiste, c’est la personne chargée de l’action culturelle qui assure toute la composition et la mise en page des panneaux, conformément à la charte graphique. C’est elle aussi qui définit la scénographie en fonction de nos contraintes de locaux.

9Concernant les locaux justement, il faut préciser que la BU ne dispose pas d’une salle d’exposition. En revanche, elle a un vaste hall, très fréquenté, qui offre du linéaire pour l’accrochage de panneaux, et du linéaire vitré sécurisé pour la présentation de documents originaux ou d’objets. Un écran installé en hauteur permet de diffuser un diaporama ou une vidéo, et il est possible d’installer un moniteur supplémentaire dans un recoin un peu isolé. En revanche, le passage et le bruit ambiant dans le hall, qui est un lieu de vie ne permettent pas de diffuser du son, ce qui est pénalisant lorsqu’on souhaite s’appuyer sur un documentaire. À l’intérieur de la BU et à proximité immédiate de l’entrée, on trouve des tables et des panneaux sur lesquels sont présentées les sélections documentaires, ainsi que des PC et des iPads que l’on peut dédier à une sélection thématique de ressources en ligne. Un espace modulable permet d’accueillir des rencontres en petit groupe autour d’un auteur. Mais pour des manifestations de plus grande ampleur, comme conférences ou journées d’études, il faut se tourner vers d’autres locaux universitaires (amphis, salles de cours, salle de spectacle de la Maison de l’étudiant) ou solliciter des partenaires (auditorium de la médiathèque Michel-Crépeau).

Limites : calendriers, sites web, évaluation

10Mais au final, les limites ne viennent pas tant de la faiblesse des moyens ou de l’insuffisance des locaux que d’une contrainte inhérente à l’exercice : l’obligation d’anticiper et de boucler très en amont le programme laisse peu de marge pour réagir à l’actualité, réajuster en cours de route une proposition mal calibrée, ou faire face à un imprévu. Cela ne rend que plus aiguë la nécessité de concertation avec les autres services et de partage et de diffusion des informations.

11Une lacune handicapante, mais que l’on espère provisoire, est l’absence d’outils permettant de diffuser des versions en ligne des expositions (du moins celles que la BU écrit elle-même, pour lesquelles elle détient tous les droits), ou de créer des pages spécifiques à l’occasion d’une manifestation. La création d’un site web propre à la BU, qui devrait démarrer sous peu, résoudra ces problèmes.

12Un autre manque, lui de nature structurelle, réside dans l’absence de toute évaluation. L’utilisation du hall, qui est un espace de libre circulation, présente l’avantage de « capter » un public de passage, mais rend impossible le comptage des personnes qui se seraient déplacées spécialement pour la programmation culturelle. La BU n’a pas non plus mis en place d’évaluation qualitative ; dans le cadre d’une réflexion plus générale sur les services rendus au public, peut-être creusera-t-on quelques possibilités, de type sondage, observations ou recueil des retours du public. Mais rien n’est avancé sur ce sujet et à ce jour, l’action culturelle marque autant sinon plus par son poids symbolique et politique que par son impact réel en termes de fréquentation.

13La BU de La Rochelle ne dispose d’aucun document formalisant son projet culturel. L’avantage est la très grande latitude que cela laisse pour déterminer les rythmes et les contenus. L’inconvénient est la fragilité de ce champ d’action, qui repose sur peu de personnes et qu’aucun document écrit ne vient décrire ni étayer. Le seul cadrage réside dans les statuts de la BU votés par le CA, qui cite parmi les missions « la participation aux activités d'animation culturelle, scientifique et technique de l'université ». Entre l’énoncé clair et concis comme à la BU d’Évry1 et la charte développée comme à la BULAC2, l’espace est large et il est souhaitable que la BU se positionne pour formuler clairement son action dans le domaine culturel. Le futur site web fournira sans doute l’occasion de mettre en mots notre projet.

  • 3 Il n’existe pas pour les BU de service institutionnel de prêt et de diffusion d’expositions. L’ADBU (...)

14Un dernier léger regret, peut-être : beaucoup d’expositions conçues et mises sur pied ici ou là par des bibliothèques ont demandé beaucoup de travail mais jouent les belles au bois dormant. Difficiles à repérer3, elles circulent peu ou pas alors qu’elles pourraient peut-être investir de nouveaux lieux et être réutilisées avec profit. Leur mise en ligne systématique présenterait un double intérêt : d’abord les faire connaître à l’extérieur pour les diffuser dans d’autres établissements intéressés, ensuite profiter de cette circulation pour enrichir et actualiser collectivement une exposition, afin qu’elle ne soit pas une production morte et qu’on puisse la ré-exploiter totalement ou partiellement.

Notes

1https://www.biblio.univ-evry.fr/index.php?id=12 >.

2 < http://www.bulac.fr/fileadmin/fichiers/m-action-culturelle/Charte_de_l_action_culturelle_de_la_BULAC.pdf >.

3 Il n’existe pas pour les BU de service institutionnel de prêt et de diffusion d’expositions. L’ADBU a proposé de centraliser des informations sur les services ou productions que les BU pourraient partager, mais c’est pour l’instant partiel et limité au réseau de l’association.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search