Version classiqueVersion mobile

Intégrer des ressources numériques dans les collections

 | 
Géraldine Barron
, 
Pauline Le Goff-Janton

Partie 2. Sélectionner, Acquérir

Le rôle des consortiums : CAREL : Coopération pour l’acquisition des ressources électroniques en ligne

Denis Llavori

Texte intégral

1« L’union fait la force. Oui, mais la force de qui ? » : en 1925 dans l’un de ses Propos, Alain interrogeait ainsi le vieux proverbe français. Une même interrogation occupe, 90 années plus tard, les bibliothèques de lecture publique dans l’univers instable et volatil des ressources numériques grand public. Car le modèle commercial pratiqué dans ce secteur a été imaginé pour des consommateurs individuels, effectuant des achats à l’unité. Il est inadapté aux exigences et aux besoins d’établissements documentaires profondément attachés aux principes de service public, d’usage collectif et gratuit et d’offre documentaire par le moyen de collections organisées. Un modèle commercial adapté aux acheteurs publics n’a d’ailleurs pas même été envisagé par la plupart des éditeurs du secteur.

2Alors comment se faire entendre de fournisseurs omnipotents et connaissant mal le fonctionnement des services publics de la lecture, lorsqu’on est une bibliothèque - souvent de taille modeste - démunie d’outils et de compétences dans ce domaine ? En se regroupant, bien sûr ! À plusieurs, serrés les uns contre les autres, on a moins froid, moins peur et puis… « l’union fait la force », comme dit le proverbe. Oui, mais la force de qui ?

CAREL : genèse et développement d’une idée

32002 – la naissance : rendons à César ce qui appartient à César (il est en revanche inutile de mêler Dieu à ces terrestres calculs) : c’est à la Direction du livre et de la lecture (DLL) du ministère de la Culture et de la Communication et à la Bibliothèque publique d’information (Bpi) que l’on doit la première prise de conscience dans la profession de la nécessité d’avancer groupés dans le monde des ressources électroniques. De plus, les négociateurs prennent rapidement conscience de la nécessité d’avancer parfois masqués, car une expression trop spontanée des exigences de la profession effraie les éditeurs de ressources numériques. Et cette crainte occasionne de leur part un repli frileux très dommageable à la sérénité des négociations. L’idée de négocier les tarifs de ces ressources dans un profit collectif s’impose : plutôt que de conduire des négociations pour son seul usage, la Bpi mutualise cette tâche autour d’un outil informel baptisé Coopération pour l’acquisition de ressources électroniques en ligne (CAREL). L’idée, pour être simple, n’en est pas moins pertinente : c’est sur cette initiative que débute l’aventure de la coopération. Carel est administrée par le Service des imprimés-documents électroniques de la Bpi, et pilotée par un comité de direction constitué de représentants des associations professionnelles et des établissements membres du conseil de coopération de la Bpi.

42011 – l’adolescence : c’est d’ailleurs au conseil de coopération du 4 avril 2011 que le directeur de la Bpi présente aux participants son projet d’établissement. Il évoque naturellement le bilan des actions de coopération et propose – en accord avec le Service du livre et de la lecture (SLL) du ministère de la Culture et de la Communication – de transformer CAREL en une association visant à « fédérer les bibliothèques utilisant des ressources numériques […] ». Cette proposition est sur le moment reçue avec prudence (pour ne pas dire défiance…) et circonspection, les responsables d’établissements présents insistant sur la nécessité – vitale pour une future association – de demeurer « adossée » à la Bpi.

5Environ une année plus tard (le 20 mars 2012), CAREL tient son assemblée générale constitutive : les professionnels membres du conseil de coopération de la Bpi deviennent membres fondateurs de la toute jeune association. Les statuts sont adoptés, l’exécutif élu, et une « convention d’apport d’activités à titre gratuit » est signée avec la Bpi. Un fonctionnement – et une vie ! – autonomes sont désormais possibles. CAREL s’appelle désormais Réseau Carel, et les statuts prévoient que les membres sont « les collectivités territoriales ou les établissements publics proposant ou souhaitant proposer des ressources numériques dans une ou plusieurs bibliothèques ouvertes à tout public »1.

62013 – l’entrée dans l’âge adulte : c’est lors de son assemblée générale du 5 juin 2013 que Réseau Carel se constitue réellement en une association dont les instances de pilotage sont élues par ses membres : les adhérents choisissent par leur vote leur conseil d’administration et son bureau. La première action de la nouvelle équipe est de s’organiser (organigramme, partage des tâches, définition des responsabilités), afin de rendre un service efficient, utile et – si possible – rapide, aux collectivités locales adhérentes. Quatre groupes de travail spécialisés sont rapidement mis en place sous la vigilante houlette des vices-président-e-s de l’association : livre numérique, presse, images et son, jeuvidéo. Chaque groupe est chargé de l’analyse des offres disponibles dans son secteur, d’une veille documentaire et technologique dans ce même domaine, de synthèses sur l’état des expériences conduites dans les établissements de lecture publique, de l’actualisation et de la validation (préalable à leur intégration à < www.reseaucarel.org >, voir infra) des offres négociées par le négociateur de Réseau Carel, de suggestions de nouvelles offres, de l’élaboration de recommandations et de la rédaction à destination des adhérents de fiches pratiques et/ou techniques sur son domaine. Il peut à son initiative consulter ou auditionner des acteurs du secteur. Il peut – sur proposition du Bureau – représenter Réseau Carel lors de colloques, conférences, présentations de ressources… Il peut enfin proposer au Bureau l’organisation des journées d’études ou de formation2. Mais la mission globale de Réseau Carel excède le strict périmètre de l’action des groupes de travail.

Une association : pour quoi ?

7Les activités de l’association demeurent organisées autour de sa mission originelle : regrouper les bibliothèques publiques des collectivités territoriales françaises dans le but de négocier à leur profit des tarifs d'abonnement ou d’achat inférieurs à ceux habituellement pratiqués sur le marché. Ainsi, plus les collectivités seront nombreuses au sein de l’association, plus ces négociations seront facilitées, et plus les tarifs pourront être tirés vers le bas (225 collectivités, de nature et de taille variables – 132 communes, 34 agglomérations, 20 communautés de communes, 36 départements et 3 grands établissements – étaient membres de Réseau Carel en décembre 2013). Le montant de la cotisation annuelle dont s’acquitte chaque collectivité adhérente a volontairement été fixé à un niveau maîtrisé (50 €) : le but est bien évidemment de ne décourager aucun ralliement, même pour une collectivité de taille très modeste. Un négociateur, employé par la Bpi et travaillant au profit de son établissement, partage les fruits de ses travaux avec Réseau Carel. En plus de cette fonction structurante, des services complémentaires se sont progressivement mis en place au bénéfice des adhérents.

Les 6 services proposés par Carel

1. Réseau Carel propose, pour chacune des ressources numériques négociées auprès des fournisseurs, trois fiches régulièrement actualisées : la première est descriptive, la deuxième est une fiche d’évaluation critique et la troisième une fiche tarifaire. Sont ainsi chroniqués : les contenus (fiabilité, stabilité dans le temps, exhaustivité, sérieux), l’ergonomie (usage, repérage, navigation), le rapport qualité/prix, la qualité des services associés, la facilité d'installation et d'utilisation… Il s'agit là, pour les collectivités territoriales et leurs établissements documentaires, d'une aide au choix précieuse lors de la décision d'abonnement ou d’achat.
2. Réseau Carel édite – pour un profit collectif – des documents-cadres synthétisant les réflexions de ses groupes de travail thématiques, et des documents de référence : recommandations relatives au livre numérique en bibliothèque ou grille des critères de sélection des ressources, par exemple. Elle conduit annuellement auprès des collectivités adhérentes une enquête de satisfaction, tant quantitative que qualitative, sur les ressources numériques qu’elles exploitent. Les résultats sont utilisés pour mettre à jour régulièrement les notices de chaque ressource (et notamment l’appréciation qualitative, assise sur la double perception de l’expertise technique du négociateur et sur les retours concrets et argumentés des usagers réguliers).
3. Réseau Carel se positionne comme un interlocuteur de référence (et donc porte-parole légitime des bibliothèques publiques adhérentes et de leurs collectivités de tutelle) dans tous les débats sur les ressources numériques (rapport Lescure, droits d'auteur, DRM, etc.). Elle a ainsi été reçue par Electre, le Service livre et lecture du ministère de la Culture et de la Communication, la BnF, le Syndicat national de l’édition (SNE), le Centre national du livre (CNL), etc.
4. Réseau Carel développe des journées d'information, de formation ou d'études sur les ressources numériques à destination de ses adhérents et des établissements non-membres, mais aussi en direction du CNFPT, des universités et du réseau de CRFCB, de l’enssib et des agences régionales de coopération dans le cadre de leurs activités de formation.
5. Réseau Carel peut apporter aux bibliothèques et médiathèques membres de l’association, et notamment aux plus petites ou au plus isolées d’entre elles, une assistance technique dans le choix de leurs collections de ressources électroniques. L’intention est de simplifier et de dédramatiser l’approche de ce média, de vulgariser son usage, d’aider à la décision et de sécuriser juridiquement les acquisitions. C’est donc une importante fonction d’expertise et de conseil que l’association doit assumer au profit des plus fragiles de ses membres.
6. Enfin, Réseau Carel coopère avec les associations professionnelles* sur les débats d’actualité, et associe leurs représentants – lorsqu’ils sont volontaires et en expriment le souhait - à ses groupes de réflexion. De même, elle a engagé un rapprochement et des travaux communs (publication de recommandations, par exemple) avec le consortium couperin. Réseau Carel n'est plus aujourd'hui uniquement un groupement de commandes auquel on adhère pour bénéficier de tarifs préférentiels. Son rôle est plus large et plus ambitieux, et sa force vient du réseau qu'il tisse.

* Association pour la coopération des professionnels de l’information musicale (ACIM), Interassociation archives, bibliothèques et documentation (IABD), Association pour le développement des documents numériques en bibliothèques (ADDNB), Association des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation (ADBU)...

Les outils d’un développement

8Les 225 collectivités adhérentes sont bien évidemment réparties sur l’ensemble du territoire national (et même au-delà, puisque des établissements de lecture publique belges et suisses ont souhaité rejoindre le réseau). En conséquence, les outils de travail sont fort logiquement organisés autour des (déjà anciennes !) « nouvelles » technologies de l’information, et notamment l’Internet :

  • le portail < www.reseaucarel.org > : il constitue le moteur de l’association, et sert de vitrine à ses activités. Il est organisé autour de 8 rubriques principales, correspondant aux 8 types de ressources numériques chroniquées (généralités, autoformation, image et son, presse, jeunesse, ebooks, outils professionnels et ressources spécialisées). Il propose ainsi (en décembre 2013) un catalogue de 75 titres, régulièrement abondé et enrichi. Mais le portail décline également des rubriques de services : annuaire du réseau, documents de référence, commentaires et avis des utilisateurs, adhésion en ligne ou questions juridiques par exemple. Enfin, un espace est réservé sur identification aux seuls adhérents qui peuvent ainsi accéder, à côté de la fiche descriptive de la ressource qui est ouverte à tous, aux fiches d’évaluation et de tarification ;
  • la lettre électronique d’information : une lettre d'information électronique sur l'actualité du domaine a été mise en place, rendant régulièrement compte des activités de Réseau Carel dans son rôle de veille documentaire du secteur. Largement diffusée auprès des adhérents, associations professionnelles, agences régionales de coopération, partenaires institutionnels, conseillers régionaux pour le livre des Directions régionales des affaires culturelles (DRAC), grandes institutions…, elle assure un lien permanent au sein de l’association, contribuant à sa pérennité ;
  • le rôle de la « chargée de la communication » : Réseau Carel souhaite mieux faire connaître son action, valoriser ses négociations et maîtriser ses rapports avec la presse (professionnelle et généraliste). À cette fin, une vice-présidente de l’association est chargée de la communication extérieure : à son initiative sont conduites des actions de promotion, tant en direction des adhérents que des autres professionnels (y compris non bibliothécaires), par l’entremise des médias traditionnels et professionnels comme les réseaux sociaux.

Les axes d’un développement stratégique : construire un réseau

9L’union semble donc avoir fait la force. Oui, mais la force de qui ? De chacune des bibliothèques et médiathèques adhérentes, bien évidemment, qui y trouvent un outil d’aide à la décision adapté à leurs besoins, à leurs moyens financiers, techniques et humains dans un secteur en perpétuelle évolution. Mais pas uniquement : comme c’est parfois le cas dans l’action collective, l’intérêt du groupe a transcendé la somme des intérêts particuliers. Une nouvelle force est apparue, qui est une force de cohésion.

  • 3 Ainsi par exemple, elle a été invitée le 17 décembre 2013 à l’École Polytechnique par l’associatio (...)

10L’association doit désormais s’appliquer à développer un réseau de correspondants locaux dans les établissements adhérents, afin de relayer son action sur le territoire et renforcer ses moyens humains et ses compétences techniques. Réseau Carel exploite avec profit la réflexion et l’intelligence collectives, le partage d’expérimentations, la mutualisation des expertises (on trouve parmi ses membres des spécialistes de la musique en ligne, du livre numérique, du droit d’auteur, etc.), l’échange d’expériences (avec ses adhérents, avec la Bpi, son partenaire historique, avec les autres associations professionnelles et avec les représentants des autres métiers du livre que sont les libraires, les éditeurs, les artistes, auteurs et créateurs, les sociétés de gestion des droits d’auteurs…). Sollicitée3 Mission Ecoter fréquemment pour présenter le point de vue des bibliothèques de lecture publique sur la place des ressources dématérialisées dans la chaîne documentaire qui va du créateur (l’auteur, le musicien…) à l’utilisateur final (le lecteur, l’usager, le particulier), Réseau Carel fait entendre leur voix.

11L’association se trouve donc de plus en plus souvent en position de porte-parole de la profession dans de larges débats sur le rôle et la place des établissements de lecture publique dans la société de l’information dématérialisée.

12Elle n’était pas forcément préparée à cela : mais a pris conscience de ce besoin et de la confiance que ses adhérents lui témoignent en l’investissant de cette stratégique mission. Elle ne se dérobera pas.

Notes

1 [En ligne] : < http://www.reseaucarel.org/page/statuts-de-l-association-reseau-carel >.

2 [En ligne] : < http://www.reseaucarel.org/page/charte-deontologique-des-groupes-de-travail-reseau-carel >.

3 Ainsi par exemple, elle a été invitée le 17 décembre 2013 à l’École Polytechnique par l’association Aristote dans le cadre d’une journée d’études consacrée au « Numérique dans l’édition : nouveau paradigme ? ». De même, Réseau Carel est intervenu le 9 avril 2014 à la Caisse des dépôts et consignations, à l’initiative de l’association Mission Ecoter, dans le cadre d’une table ronde sur le thème : « Des bibliothèques aux centres de ressources et de connaissances : enjeux pour les collectivités territoriales, stratégies face aux défis du numérique et réponses pour les services culturels de proximité ».

Auteur

© Presses de l’enssib, 2014

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search