Version classiqueVersion mobile

Intégrer des ressources numériques dans les collections

 | 
Géraldine Barron
, 
Pauline Le Goff-Janton

Mémento

Géraldine Barron et Pauline Le Goff-Janton

Texte intégral

  • 1 Les ressources numériques étant implantées dans les bibliothèques de l’enseignement supérieur et d (...)

1À travers les différentes contributions de cet ouvrage, c’est la mise en place d’une véritable méthodologie de projet qui se dessine pour une intégration réussie des ressources numériques dans les collections de la bibliothèque1.

En amont du projet

Connaître le contexte

2La connaissance du contexte local et national est désormais incontournable tant le numérique est au cœur de stratégies de mutualisation. La politique numérique des établissements s’inscrit en effet dans des politiques plus globales qui mobilisent des acteurs très divers.

3Politique de l’université en matière de soutien à la réussite des étudiants et à la recherche, politique de la collectivité en matière de services à l’usager, politiques territoriales menées en matière de développement numérique à l’échelon intercommunal, départemental ou régional, structuration au niveau national de la bibliothèque scientifique numérique, mise en place du contrat numérique et des bibliothèques numériques de référence sont autant d’éléments à prendre en compte.

4Cette connaissance du contexte détermine également la capacité à identifier les dispositifs spécifiques aux bibliothèques numériques, les appels à projets et les interlocuteurs potentiels. C’est d’autant plus vrai pour les bibliothèques de lecture publique, qui outre la collectivité à laquelle elles appartiennent, peuvent bénéficier de soutiens relevant du conseil général, de la région, de l’État, de l’Europe. Pour les bibliothèques universitaires, le contexte se tend entre principe d'autonomie des établissements, politiques nationales et restrictions budgétaires.

Évaluer les besoins : quelles ressources acheter ? Pour quels publics ?

5Côté lecture publique comme à l'université (hors recherche), l’équation à résoudre est souvent celle-ci : avec le budget dont on dispose (budget souvent perçu comme « supplémentaire » et non intégré au budget documentaire de la bibliothèque), que peut-on acquérir ? Il est probable – et souhaitable – qu’avec l’implantation de plus en plus développée de ces ressources encore nouvelles dans les bibliothèques territoriales, leur intégration dans la politique documentaire et dans la politique de services de l’établissement se développe également. Partir des usagers et de leurs besoins plutôt que des offres et de leur coût constitue l’une des conditions de possibilité d’une intégration réussie.

6Une bonne compréhension de ces ressources et de leurs usages y contribue également. Il semble ainsi illusoire d’attirer de nouveaux publics à la bibliothèque en s’abonnant à une ressource de vidéo à la demande par exemple. En revanche, il est cohérent de rechercher la complémentarité – ou la continuité – avec les collections physiques, par exemple entre les périodiques imprimés, une base d’archives de presse et une ressource de consultation en ligne de magazines d’actualité accessible sur tablettes. Cette recherche de complémentarité et de mise en cohérence est également fondamentale au sein même de la bibliothèque numérique, entre ressources numérisées, ressources gratuites signalées et ressources payantes.

Ne pas oublier la technique

7Parce que ces ressources sont encore émergentes, leur mise à disposition, d’un point de vue technique, ne peut faire l’économie d’une certaine complexité.

  • 2 La question de la bande passante nécessaire est également importante dans le cas d’une ressource v (...)

8Quelques impératifs semblent désormais bien identifiés pour permettre à ces ressources d’être mises à disposition dans des conditions aussi satisfaisantes que possible : disposer d’un site Web (ou d’un « portail ») adapté à la présentation de ces ressources, y compris sur des appareils mobiles, d’un débit suffisant pour assurer la fluidité de la consultation des ressources en tout point du réseau2, d’un module d’authentification unique (en anglais single sign-on ou SSO) permettant à l’usager d’accéder à l’intégralité de la bibliothèque numérique à partir d’un seul processus d’identification. La consultation des ressources est également conditionnée par leur signalement : même si en la matière, il n’existe pas encore de solution totalement satisfaisante, il faut bien anticiper le temps nécessaire à la description fine et, le cas échéant, à l’éditorialisation des ressources.

9Il est important d’anticiper les contraintes techniques posées par l’intégration des ressources et de planifier, en amont du projet, les éventuels développements informatiques nécessaires (mise en place des connecteurs, d’une page tunnel, etc.), et d’assurer une coordination entre la bibliothèque, le service informatique, et les fournisseurs du SIGB et du portail.

L’acquisition des ressources

Les outils de mutualisation

10C’est évidemment un lieu commun : la mise en œuvre d’un projet de bibliothèque numérique nécessite de bien connaître les ressources concernées. Étant donné le caractère extrêmement mouvant et volatil de ces ressources, les possibilités d’actualisation permanente des contenus, les évolutions des modèles économiques et des offres, cette veille n’est pas toujours aisée à mener. Elle serait impossible sans ces outils de mutualisation que sont Couperin et Réseau Carel, qui permettent de mettre en réseau les expertises développées dans les établissements. Si ce processus est désormais achevé pour Couperin, la documentation électronique étant entrée dans les établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche dès les années 1990, il est en cours dans les bibliothèques territoriales où la présence des ressources numériques est en pleine croissance.

11Outre le développement d’une expertise précieuse en la matière, ces deux structures constituent une interface incontournable entre les fournisseurs et les bibliothèques et garantissent également une certaine transparence des prix.

La consultation

12L’acquisition des ressources numériques par les bibliothèques publiques passe de plus en plus souvent par la procédure du marché public. Étant donné les montants en jeu pour l’ESR, c’est déjà le cas pour les bibliothèques universitaires. Il ne faut pas sous-estimer le temps nécessaire à la préparation de cette consultation, qui nécessite, d’une part, de bien connaître les offres et les fournisseurs, et, d’autre part, de décrire finement son besoin.

Problématiques de la formation, de l’évaluation et de la conservation

La formation

13La formation des personnels à ces nouvelles ressources constitue à la fois un prérequis et un perpétuel recommencement. Il ne s’agit en effet pas seulement de former l’agent qui sera plus spécifiquement en charge du numérique, mais toute l’équipe. On ne le dira jamais assez : l’intégration des ressources numériques s’inscrit dans un projet d’établissement porté par la bibliothèque dans son ensemble. Outre les formations externes proposées par les organismes de formation, de plus en plus de structures mettent en place des cycles de formations internes, assurés par les professionnels eux-mêmes, allant de l’utilisation des outils bureautiques à l’administration des ressources numériques en passant par l’acquisition d’une culture numérique permettant de comprendre ce qu’est un serveur, quels sont les nouveaux usages, à quoi renvoie la notion de web sémantique. Pour être efficace et véritablement donner aux agents les moyens d’assurer la médiation des ressources numériques, la formation doit être permanente et sans cesse adaptée à l’évolution des ressources et des usages, mais aussi à la variété des compétences – techniques, juridiques, sociales, scientifiques, bibliothéconomiques, etc. – nécessaires à l’intégration des ressources numériques, ce qui mobilise des moyens humains conséquents.

L’évaluation

  • 3 Ces questions, développées ici dans la dernière partie de l'ouvrage, sont également détaillées dan (...)

14La nécessité d’évaluer l’usage de ressources souvent jugées coûteuses est également bien identifiée. À la différence des supports imprimés, où les seules données extraites du SIGB permettent d’en évaluer l’usage à partir d’indicateurs relativement bien stabilisés, il faut pour les ressources numériques composer avec les statistiques produites (ou non) par les fournisseurs et réfléchir aux indicateurs les plus pertinents. L’indicateur le plus souvent retenu – le rapport coût/usage – est bien sûr important mais il est nouveau (on ne se demande pas pour un livre si son coût est en rapport avec l’usage qui en est fait) et insuffisant. En outre, à partir de quel seuil d’utilisation juge-t-on une ressource pertinente pour une communauté d’usagers ? Évalue-t-on le caractère incontournable d’une ressource à son taux d’utilisation, au nombre d’usagers inscrits, à la fidélisation des publics qui utilisent une ressource, à la durée des sessions… ? Les réponses apportées, comme la construction même de la grille d’évaluation dépendent de la politique de l’établissement. La stabilisation des indicateurs, nécessaire pour permettre des comparaisons, passe quant à elle par la mutualisation des expertises en la matière et le travail en commun mené dans les instances professionnelles3.

La conservation

15La problématique de la conservation des ressources numériques payantes a encore été assez peu posée, tant l’énergie et les moyens nécessaires à leur intégration dans les collections sont déjà importants. Autre facteur d’explication : l’acquisition des ressources numériques s’effectue le plus souvent sur le mode de la licence temporaire, qui exclut toute velléité de conservation. Certaines ressources peuvent cependant être acquises de façon pérenne (archives de presse, livres numériques, ressources pour lesquelles la bibliothèque a acquis les droits, etc.). La question de leur conservation se pose alors et s’intègre dans la politique plus générale éventuellement menée par la bibliothèque en termes de conservation de ses données numériques, qu’il s’agisse des documents numérisés ou des documents numériques produits par la bibliothèque ou sa collectivité de tutelle. Que conserver ? Pour quelle durée ? En lien avec quels opérateurs dont c’est précisément la mission ? Tout l’enjeu est d’apporter à ces interrogations des réponses adaptées au contexte dans lequel on s’inscrit.

Notes

1 Les ressources numériques étant implantées dans les bibliothèques de l’enseignement supérieur et de la recherche depuis déjà plusieurs années, les rappels méthodologiques de ce mémento concernent prioritairement les bibliothèques de lecture publique.

2 La question de la bande passante nécessaire est également importante dans le cas d’une ressource vidéo.

3 Ces questions, développées ici dans la dernière partie de l'ouvrage, sont également détaillées dans l’ouvrage de Valérie Alonzo et Pierre-Yves Renard (dir.), Évaluer la bibliothèque, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2012 (coll. Bibliothèques).

© Presses de l’enssib, 2014

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search