Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques documentaires numériques à l'université

 | 
Ghislaine Chartron
, 
Benoît Epron
, 
Annaïg Mahé

Introduction

Annaïg Mahé et Benoît Epron

Texte intégral

1La part de la production scientifique accessible en ligne ne cesse de croître et, si elle ne constitue pas (encore) la totalité de cette production, elle n’en est pas loin. Parallèlement, les pratiques de diffusion, d’échanges et de recherche d’information en ligne deviennent une part intégrante de l’activité de recherche. Du moins c’est le portrait général que l’on peut faire actuellement, car la réalité du terrain est loin d’être homogène. De nombreuses études ont fait état de l’importance du critère disciplinaire notamment, dans les variations de pratiques et d’usages de l’information en ligne. D’autres facteurs institutionnels ou culturels sont également à prendre en compte. À l’heure où se développent de nombreux contenus et services d’accès, il devient utile d’appréhender cette diversité afin de mieux comprendre les modes d’adaptation et d’appropriation de ces contenus en ligne selon les communautés d’usage, et de pouvoir au moins les accompagner, au mieux les anticiper, voire les déployer, grâce à l’identification a minima des « bonnes pratiques ».

2En effet, à l’heure de la maturité croissante de l’offre documentaire numérique et de ses potentiels dans tous les champs scientifiques, que connaissons-nous vraiment de la réalité des pratiques documentaires à l’université et dans les organismes de recherche ? Cette manifestation avait pour objectif de contribuer à répondre à cette question.

UNE OFFRE DOCUMENTAIRE EN ÉVOLUTION

3Au cours de la dernière décennie, les pratiques documentaires des chercheurs ont connu des évolutions significatives, corollaires au développement d’une offre de ressources numériques toujours plus importante. Au début des années 2000, le bouleversement de l’offre éditoriale des revues scientifiques, notamment dans le domaine sciences, techniques et médecine (STM), conduit à réinterroger les pratiques documentaires des chercheurs.

  • 1 Chartron Ghislaine, Les chercheurs et la documentation numérique : nouveaux services et usages, Pa (...)

4En 2002, alors que les catalogues de revues des grands éditeurs des domaines scientifiques, techniques et médicaux se mettent en ligne et que les Big Deals deviennent une réalité de l’économie de l’édition scientifique, un ouvrage vient poser quelques jalons sur ces évolutions récentes de la documentation numérique scientifique1. De façon complémentaire à l’analyse des évolutions du marché de l’information scientifique et technique, plusieurs terrains issus de différentes disciplines (physique, astronomie, biologie moléculaire, économie-gestion, études littéraires, etc.) et de différents contextes (au sein de différents organismes de recherche, d’un laboratoire, d’une bibliothèque, etc.) sont ici investis au travers d’observations empiriques de différentes natures.

  • 2 Chartron Ghislaine, « Éléments pour une approche comparée de la publication scientifique », in For (...)

5Si le support numérique devient partie intégrante du paysage informationnel des chercheurs, les spécificités des modes de communication selon les champs scientifiques ne disparaissent pas avec l’avènement de ce nouveau support, bien au contraire, et il paraît dès lors primordial de comprendre ces caractérisations particulières de chaque domaine afin de comprendre les enjeux et les limites de la transition numérique2.

6Aujourd’hui le contexte a encore évolué : l’offre est plus importante et s’étend progressivement à l’ensemble des disciplines, proposant des modalités d’accès et des modèles économiques divers. L’usage des revues numériques dans les champs scientifiques est installé et il accompagne le déploiement de l’usage de ressources numériques dans de nouvelles directions.

7Le paysage éditorial numérique à l’université est d’autant plus bouleversé qu’il voit apparaître aux côtés des revues numériques l’affirmation de formes éditoriales inédites ainsi qu’une offre de livres numériques en croissance qu’il convient d’intégrer dans les collections constituées par les acteurs universitaires de la documentation.

8Il semblerait judicieux d’observer dans quelle mesure l’expérience acquise dans le développement d’une offre de revues numériques pour l’université joue ici un rôle tant pour les producteurs de contenus et les éditeurs que pour les bibliothèques universitaires.

LA NÉCESSAIRE COMPRÉHENSION DES USAGES NUMÉRIQUES

9Aujourd’hui, face à cette nouvelle offre, il devient crucial de prendre du recul sur les usages réels, et non plus seulement souhaités, déclarés ou rapportés.

10Le questionnement s’écarte alors d’une vision prospective ou prescriptive pour s’attacher à une observation directe des pratiques et usages documentaires à l’université.

11L’ensemble de travaux et d’analyses récents couvre une palette d’observations des pratiques illustrant cette diversité selon différents points de vue : méthodologies convoquées (quantitatives et qualitatives), différents supports (notamment revues et ouvrages), différents champs disciplinaires (physique des hautes énergies, mathématiques et informatique, sciences de l’éducation, sciences politiques). Cette journée visait également à favoriser les rencontres et futures collaborations afin d’accroître nos capacités de compréhension des pratiques informationnelles et documentaires dans les mondes académiques et universitaires.

12Les textes ici rassemblés sont issus des interventions de la journée d’étude du 2 juillet 2009, en dehors de la synthèse sur les pratiques informationnelles spécifiquement rédigée à l’occasion de cet ouvrage.

Notes

1 Chartron Ghislaine, Les chercheurs et la documentation numérique : nouveaux services et usages, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2002.

2 Chartron Ghislaine, « Éléments pour une approche comparée de la publication scientifique », in Forum universitaire. La communication scientifique en quatre dimensions, Colloque annuel du centre de coopération interuniversitaire franco-québécoise, ministère des Finances, de l’Économie et de la Recherche, Montréal, Archives nationales du Québec, 2003.

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540