Version classiqueVersion mobile

Intégrer des ressources numériques dans les collections

 | 
Géraldine Barron
, 
Pauline Le Goff-Janton

Partie 2. Sélectionner, Acquérir

Comment intégrer les ressources numériques dans une politique documentaire ?

Bertrand Calenge

Texte intégral

1La politique documentaire est, comme chacun sait, un processus visant à rendre des collections pertinentes à des publics dans le cadre des priorités de politique publique. Elle s’exprime dans des processus d’acquisition (et parallèlement de désherbage et de conservation), de valorisation et de médiation des collections ainsi constituées, d’organisation de ces collections.

2Les ressources numériques se caractérisent par la diversité de leurs formes et une très grande instabilité dans les conditions économiques et juridiques de leur obtention et de leur mise à disposition. Par ailleurs, leur usage suppose un appareillage technique coûteux, complexe et évolutif, ainsi qu’une habileté inégalement partagée par les publics, et une expertise sur leurs contenus inégalement maîtrisée par les bibliothécaires.

3La tentation est grande de vouloir inventer de nouvelles formes de gestion pour ces nouveaux flux, indépendamment des collections matérielles pour lesquelles une politique documentaire serait seule pertinente. Toutefois, la question de la politique documentaire ne peut être que globale, dans la mesure où son objectif repose d’abord sur les besoins des publics servis et à servir, comme elle est une exigence globale en tant que politique publique de la collectivité. Il faut donc bien réfléchir à l’intégration des ressources numériques dans cette politique documentaire désormais hybride.

4Dans cette contribution, je me suis limité aux axes stratégiques majeurs. Structurer la réflexion peut se faire à partir de dix points-clés, qui se veulent plus une réflexion un peu organisée qu’un ensemble de prescriptions normatives.

Pour une politique documentaire globale : 10 points-clés

1. Ne pas se tromper de politique documentaire

5La politique documentaire s’exprime dans des processus réglés, elle n’y est pas toute entière contenue. Car la politique documentaire ne renvoie pas tant à la collection qu’à la collectivité pour laquelle elle est constituée, gérée et animée, ce qu’ont bien compris les universités qui, lorsqu’elles évoquent leur politique documentaire, évoquent autant les dispositifs de soutien à la connaissance que les documents qui pourraient y servir.

  • 1 Voir l’argument central de mon ouvrage, Bibliothèques et politiques documentaires à l’heure d’Inte (...)

6La collection et donc la politique documentaire ont connu de profondes évolutions1. La collection est constituée de documents caractérisés par leur caractère achevé et surtout manipulable. Le flot numérique a cette double caractéristique d’être à la fois constitué de données constamment mouvantes et profondément plastiques. Le bibliothécaire doit donc penser sa fonction non plus en termes de manipulation de la ressource, mais en travaillant à rendre des sources accessibles. La collection évolue alors d’un stock ordonné et communiqué, à la construction de bouquets d’accès élaborés par les bibliothécaires, à partir de toutes les ressources documentaires, collections physiques comprises. Cet impératif de l’accès conduit naturellement à poser comme souci prioritaire de la politique documentaire les publics eux-mêmes, et la préoccupation jusqu’alors essentielle de la gestion de la collection laisse la place à la médiation des connaissances.

2. Penser les types de ressources en fonction de la diversité des usages

7Les choix documentaires sont trop souvent segmentés en termes de supports alternatifs et exclusifs les uns des autres. En fonction de l’offre possible, le réflexe bibliothécaire doit interroger d’abord les usages et besoins de ses publics, et les modalités qu’ils rendent nécessaires. Ces besoins se définissent en fonction de plusieurs critères croisés :

  • la disponibilité des appareillages nécessaires : ce n’est pas seulement une question d’équipement domiciliaire, encore que 24 % des foyers français n’ont toujours pas de connexion Internet en 20132. Et dire qu’une famille a accès à Internet ne signifie pas pour autant que chaque membre du foyer dispose d’un terminal largement disponible. Quant aux ressources numériques accessibles dans les seuls locaux de la bibliothèque, elles supposent à la fois une infrastructure de réseau adaptée et des terminaux performants en nombre suffisant ainsi qu’une plage adaptée d’horaires d’ouverture. Les raisonnements seront différents selon les types de documents recherchés : les amateurs de cinéma disposent en général de lecteurs DVD, mais les chercheurs apprécient de pouvoir consulter des livres anciens ;

  • les habiletés des publics : par exemple, il est important de mesurer la capacité des publics visés à utiliser les outils de recherche proposés par les bases de données ;

  • l’accessibilité* : le mode numérique facilite souvent la lecture pour les personnes handicapées sensorielles, avec les outils logiciels voire matériels adaptés ;

  • le type de lecture recherchée : le chercheur en linguistique ou le compulseur d’encyclopédie apprécie les opportunités de recherche offertes par le numérique, mais le lecteur de textes continus préfèrera souvent le livre imprimé, ou pour certains, la lecture sur liseuse ou tablette (voir plus haut, la disponibilité des appareillages) ;

  • les appétences et habitus : le feuilletage de magazines imprimés pendant la pause du repas peut être privilégiée, alors que la lecture d’articles savants sera peut-être préférée sous forme numérique ;

  • la portabilité des supports de lecture en fonction de l’usage recherché : tel amateur de botanique préfèrera peut-être la manipulation d’un guide imprimé lors de ses randonnées, alors que l’amateur de musique adorera écouter durant ses déplacements des MP3 téléchargés. Ou encore le podcast permettra à son auditeur une activité parallèle que le livre lui interdirait ;

  • la nécessité de satisfaire simultanément plusieurs utilisateurs de la même ressource : le manuel scolaire numérique est une opportunité, pourvu que son utilisation partagée en nombre de lectures simultanées soit possible ;

  • la balance entre flux et stabilité : chacun sait qu’un code de droit sous forme de base de données numérique offre un avantage certain en termes d’actualisation des textes et jurisprudences. Mais inversement, le modèle du roman s’inscrit dans la permanence, donc plus naturellement dans l’univers du codex.

8Il est clair qu’il faut opérer des choix, et il faut que ce soit les besoins des publics visés qui les guident, et non des préférences personnelles ou des choix radicaux.

3. Construire des indicateurs et dispositifs s’adaptant aux spécificités de cet univers hybride

9Les collections matérielles ont permis la construction d’indicateurs adaptés à la singularité monographique des documents (le taux de rotation en étant le meilleur exemple), comme elles ont autorisé la construction de tableaux de bord appuyés sur ces indicateurs. Leur construction réside sur la maîtrise des unités physiques manipulées par le bibliothécaire, et l’« évanescence » des données numériques déconcerte dans cet univers réglé. Mais l’évaluation n’est pas acte mécanique de comptage, mais combinaison de faisceaux d’indications nécessairement hétéroclites ou du moins de constructions différenciées. Malgré les différences de données restituées par des fournisseurs ou en interne par des analyseurs de logs

10Évaluer, c’est mesurer. Il existe maintenant des indicateurs reconnus notamment par les normes ISO 11620 et 2789 qui prennent en compte simultanément les ressources numériques et les collections matérielles, dans les statistiques et la mesure de la pertinence d’une bibliothèque. Bien entendu, le bibliothécaire dépend pour ces mesures de sa capacité d’analyse des logs de connexion sur le site Web, et des données d’utilisation possiblement produites par les fournisseurs d’accès aux périodiques et bases de données, quand ils acceptent de se conformer aux standards les plus courants (COUNTER par exemple)3.

  • 4 Voir la partie IV : Évaluer, conserver », p. XX.

11Cette analyse globalisée suppose d’architecturer de façon la plus unifiée possible les données d’identification ou métadonnées des documents, numériques ou matériels4.

4. Réfléchir en termes de « masses critiques » de contenu autant qu’en identification individuelle d’unités documentaires

12Une politique d’acquisition suppose dans un univers « physique » la sélection d’objets monographiques singuliers, alors que l’accès à des ressources numériques évacue volontiers ce caractère monographique, en lui substituant la notion mal perçue de gisement ou même de flux. Il est réducteur de croire qu’un lecteur vient dans une bibliothèque pour trouver un titre particulier. Ou si cela survient, c’est parce que ce lecteur a déjà éprouvé les capacités informatives de l’établissement. Un titre ne suffit pas : tout lecteur pressent l’ambition documentaire d’une bibliothèque, et associe ses ressources aux réseaux de savoirs dans lesquels elle s’inscrit, à l’antériorité sur laquelle elle s’appuie et aux services qu’elle propose. Offrir l’accès à un agrégateur proposant 10 000 ressources en sciences exactes n’est pas pertinent pour une bibliothèque municipale moyenne généraliste si l’« histoire documentaire » de cet établissement est étrangère à cette « spécialisation ».

13L’intention documentaire d’un établissement se construit à travers une persistance, des compétences, des dialogues entre documents au sein d’un même discours. Une offre de bouquet électronique ne vaut pas tant par l’excellence de tel ou tel titre, que par sa cohérence au regard de la proposition documentaire globale de l’établissement ! Cette évidence fait écho à une réalité de la politique documentaire « traditionnelle » : on sait qu’un livre ancien isolé dans une petite bibliothèque rurale ne trouve pas son public…

5. Différencier les questions de plomberie et les questions de contenus

14Le paysage éditorial qui a construit le gisement des acquisitions des bibliothèques posait en somme peu de problèmes. La libéralité juridique apportée à l’usage des collections accompagnait un paysage économique fortement structuré, réglementé et à peu près maîtrisé par les professionnels. L’introduction des ressources en ligne change la donne : poser des problèmes de sélection ou d’accès se dilue dans la complexité de négociation d’un accès aux ressources désirées, tant l’ « achat » de document numérique reste l’exception. Écartelé entre les marchés d’achat de documents et les négociations avec les éditeurs et agrégateurs de ressources électroniques, le bibliothécaire en milieu numérique est contraint dans sa politique documentaire par les contraintes juridiques, budgétaires et procédurales générées par les fournisseurs potentiels : téléchargements en nombre limité, imposition de verrous DRM sur les livres électroniques, streaming, formats plus ou moins interopérables, tarifs peu lisibles, embargos variables, …

15S’il serait évidemment aberrant de dédaigner ces carcans, il est tout aussi aberrant de laisser ces contraintes prendre le pas sur l’ambition de service documentaire. La fonction essentielle du bibliothécaire engagé dans la politique documentaire n’est pas seulement de réguler ou subir les tuyaux complexes et très contraignants des accès négociés, mais vraiment de repérer les sources alternatives, les ensembles qui « feront sens ».

La production non marchande

16Par ailleurs, les contenus pertinents pour nos publics ne relèvent pas tous d’un système éditorial marchand. Comment se fait-il que l’univers de l’Open Access5, pourtant en forte émergence, soit si faiblement actionné dans la plupart des politiques documentaires ? Comment se fait-il que peu de bibliothèques se soient souciées de donner un accès lisible, ordonné et contextualisé aux œuvres libres de droits ? Le numérique amplifie la capacité des bibliothécaires à proposer des contenus pertinents, qu’il s’agisse de cours en ligne, de diaporamas, de billets parus dans des blogs sélectionnés, de cours d’enseignants librement accessibles, etc. Certes, il peut être nécessaire de passer ces ressources au crible de leur pérennité voire de leur utilisabilité technique, mais l’enjeu informatif devrait nous motiver. Au-delà des bibliothèques numériques de collections patrimoniales, qu’en est-il des ressources libres contemporaines ou ne relevant pas de collections locales numérisées ? Les bibliothèques musicales montrent une voie possible avec par exemple la proposition de bornes d’accès à des musiques contemporaines libres de droits6 ; mais il existe aussi de multiples réservoirs textuels ouverts (le Projet Gutenberg7 ou les Classiques des sciences sociales8 par exemple) sans parler de la possible exploitation partagée des contenus des bibliothèques numériques de statut public ! Une offre cohérente ne se cantonne pas à ce qui est « acheté »…

6. Poser la question de la médiation au cœur de la problématique

17L’objet premier de la politique documentaire ne réside pas dans les documents, mais bien dans les publics à servir. Face à des ressources numériques, si la difficulté bibliothécaire réside dans l’incapacité à maîtriser ces ressources, les besoins et usages demeurent en revanche une constante. Une politique documentaire consiste essentiellement à ménager les portails, points d’accès, réseaux de circulation, qui autoriseront et faciliteront l’appropriation des ressources utiles par l’utilisateur final. Il est indispensable dans ce domaine de penser à une articulation complémentaire – et non substitutive – des contenus numériques et des collections matérielles.

18Comment donc faciliter l’accès d’un utilisateur singulier à des ressources gigantesques en même temps qu’aux contenus de ses collections ? Cette médiation ne peut se contenter d’être une exposition ordonnée de ressources, mais est également une question de services autour et à partir de l’ensemble des ressources, au-delà de la fonction de conseil et d’orientation que les bibliothécaires ont toujours eue :

  • la plasticité des ressources numériques autorise les professionnels à travailler sur les contenus mêmes des ressources auxquels ils ont accès, afin de les contextualiser : ainsi fleurissent blogs, magazines en lignes, dossiers documentaires, expositions virtuelles, sans oublier les productions de veille ;
  • pour les usagers souhaitant enrichir leur savoir, les bibliothécaires organisent désormais des ateliers pratiques voire de véritables formations structurées, qui accroissent le capital cognitif des usagers, en fonction des priorités collectives ;
  • l’appropriation des connaissances par les publics ne passe plus seulement par la consultation de documents, mais prend des formes revisitées. Les programmes culturels des bibliothèques font désormais partie de leur politique documentaire.
  • 9 “In 2020, the British Library will be a leading hub in the global information network”. British Li (...)

19Les bibliothèques se positionnent ainsi non tant comme des stocks ordonnés de documents que comme des opportunités d’accès adaptées à l’immense diversité des ressources ajoutées aux collections par le numérique. La British Library ne le dit pas autrement dans son Projet stratégique : « En 2020, la British Library sera une plaque tournante de premier plan dans le réseau mondial d'information »9.

7. Adapter les outils aux utilisateurs

  • 10 Voir Xavier Galaup (dir.), Développer la médiation documentaire numérique, Villeurbanne, Presses d (...)

20La diversité des services documentaires possibles conduit à une forme de trouble dissociatif en matière statistique : il est fréquent que les systèmes de mesure des différents usages soient étanches les uns aux autres. Cela ne permet pas de s’adapter finement aux pratiques de l’usager. Il est nécessaire d’interfacer ces différents outils à partir d’une identification unique des usagers pour chacune de ses activités documentaires. D’autres dispositifs veillent également à s’adapter aux us et coutumes des utilisateurs, notamment à travers ce qu’on nomme usuellement la médiation numérique10. En disséminant les ressources et services dans les environnements familiers aux internautes, en interfaçant le catalogue avec d’autres outils externes, les bibliothèques inscrivent délibérément leur service documentaire dans les habitudes de leurs publics et auprès d’eux. Accompagner le lecteur là où il est présent, c’est numériquement parlant l’opportunité d’avoir une consultation nomade des ressources et services. Et il ne faut pas dans cette démarche se cantonner au numérique : qu’on pense aux distributeurs de livres, boîtes de retour, navettes, etc.

8. Travailler en mode coopératif

21En matière de politique documentaire, l’irruption du numérique enseigne un impératif majeur : on ne peut plus penser de façon repliée sur son seul établissement. Qu’il s’agisse des consortiums, des cartes documentaires, des licences nationales*, et des partages délibérés des documents numérisés…, une politique documentaire devient nécessairement une stratégie concertée, un jeu d’ententes sur les accès, sur la pérennité des sources, sur la négociation avec des fournisseurs, sur des stratégies. La plasticité du document numérique facilite d’ailleurs la multiplication des initiatives de collaboration inter-établissements : dossiers documentaires associant les ressources et compétences de plusieurs bibliothèques11, articulation commune des réservoirs bibliographiques12, service collectif de questions-réponses en ligne13, etc.

22Cette dimension collaborative se construit également avec les talents des publics eux-mêmes. Je cite souvent le programme lyonnais d’association des habitants à la production et collecte de la mémoire photographique locale14, mais on connaît aussi le partenariat entre la BnF et Wikimédia France15 pour que des bénévoles corrigent des transcriptions de documents « océrisés »16

  • 17 David A. Swords (ed.), Patron-Driven Acquisitions: History and Best Practices, Dawsonera, 2011.

23Parallèlement, les nouveaux indicateurs d’évaluation permettent d’imaginer des processus originaux dans le circuit d’alimentation des collections : par exemple, des bibliothèques américaines, confrontées tant à leurs contraintes budgétaires qu’à la diversité massive des livres électroniques proposés en accès direct par des fournisseurs, choisissent-elles de n’acheter en collection numérique locale que les seuls titres ayant rencontré un certain succès17.

9. Rendre visibles toutes les ressources sur le Web et dans la bibliothèque

  • 18 Voir en particulier le mémoire de Frédéric Souchon, Faire vivre les ressources numériques dans la (...)

24Dans les portails mis en œuvre par les bibliothèques, apparaissent des modes d’accès fédérés qui facilitent une visibilité d’ensemble des ressources. Néanmoins, je suis frappé par le fait que les ressources électroniques qui ont pu être sélectionnées, gratuites ou le plus souvent fort coûteuses, restent invisibles à leur public destinataire notamment au sein des espaces de la bibliothèque. Innerver les publics au cœur de leurs pratiques n’est évidemment pas simple, mais une voie plus élémentaire me semble faire trop souvent défaut : rendre visibles ces ressources « virtuelles » dans l’espace physique de la bibliothèque. Des solutions inventives existent, telle l’apposition de QR codes très visibles pour proposer au lecteur butineur d’accéder directement à une ressource en ligne18. Le plan de classement, partie intégrante d’une politique documentaire, s’ouvre ainsi à des extensions numériques, de même que les plates-formes organisées sur Internet permettent au sein d’un même catalogue d’associer notices bibliographiques et ressources électroniques de diverses origines à l’aide de résolveurs de liens. Conduire une politique documentaire, c’est donner accès.

10. Une question de compétences partagées

  • 19 Bertrand Calenge, Bibliothèques et politiques documentaires…, op. cit.
  • 20 Environ 6 % des fonctions énoncées pour les personnels des services communs de documentation (SCD) (...)
  • 21 Voir la BAO#30 : Produire des contenus documentaires en ligne : quelles stratégies pour les biblio (...)

25J’ai eu l’occasion de souligner avec force que les transformations de la politique documentaire déplaçaient leur centre de gravité au-delà des collections, non pas en direction des ressources numériques, mais en direction des compétences des professionnels engagés dans les bibliothèques19. Trop souvent les ressources humaines affectées à ces documents digitaux ne concernent qu’une part très restreinte des équipes, la majorité des agents conservant une culture des collections et des services présentiels20. Il est indispensable que tous les bibliothécaires apprennent à arpenter les richesses des ressources numériques en articulation avec les thématiques d’excellence qu’ils développent. Les gestionnaires de collections doivent complémentairement développer leur veille documentaire en matière de ressources numériques, et se sensibiliser aux questions juridiques, tout en conservant leur expertise dans les contenus. Parallèlement, les bibliothécaires doivent oser se transformer en éditeurs de contenus21, en rédacteurs de bibliographies illustrées et commentées, en accompagnateurs et en formateurs de leurs publics.

26Ces investissements professionnels complémentaires doivent être infusés dans les outils existants : le plan de développement des collections s’enrichira d’un tableau de bord des contenus de tous types, le protocole de sélection sera complété par des outils de veille, etc. Et bien entendu, il faudra aussi que les gestionnaires de collections s’investissent dans la production de contenus et dans l’assistance des utilisateurs…

Pour une politique documentaire en environnement hybride

27Ainsi, l’irruption des ressources numériques ne signale pas pour autant l’inanité des processus patiemment engagés par les pilotes de politiques documentaires pour leurs collections « physiques ». Des objectifs de publics et d’usages ont été définis, des partenaires repérés, des répartitions de tâches actées, des habitudes de formalisation comme des réflexes d’évaluation intégrés, des objectifs de contenus précisés au-delà des supports manipulés, etc., tout cela conserve sa vertu dans l’espace numérique.

28Deux questions restent encore largement en chantier :

  • la difficile question de la politique de conservation : comment assurer toujours cette ancienne mission des bibliothèques, garder la trace, conserver la mémoire ? ;
  • la disponibilité du savoir : ce qu’on a appelé la société de l’information s’inscrit aujourd’hui dans une société du profit. Le domaine public connaît des restrictions successives, l’Open Accesspeine à émerger, les licences libres ont du mal à s’imposer.

29Décidément, une politique documentaire n’est plus l’affaire de la seule bibliothèque. Elle devient un enjeu politique pour la collectivité entière.

Notes

1 Voir l’argument central de mon ouvrage, Bibliothèques et politiques documentaires à l’heure d’Internet, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2008 (coll. Bibliothèques).

2 Étude FFK-Médiamétrie : < http://www.audiencelemag.com/index.php?article=52 >.

3 Projet COUNTER : < http://counter.inist.fr >.

4 Voir la partie IV : Évaluer, conserver », p. XX.

5 Article « Libre accès (édition scientifique) » sur Wikipédia : < http://fr.wikipedia.org/wiki/Libre_acc%C3%A8s_%28%C3%A9dition_scientifique%29 > (consulté le 5 décembre 2013).

6 Telles les bornes Doob < http://doob.fr/ > ou Cristalzic < http://www.cristalzik.com/> installées dans plusieurs bibliothèques : < http://www.pragmazic.net/ >.

7 Projet Gutenberg : < http://www.gutenberg.org/ >.

8 Les classiques des sciences sociales : < http://classiques.uqac.ca/ >.

9 “In 2020, the British Library will be a leading hub in the global information network”. British Library, Growing Knowledge: the British Library’s Strategy 2011-2015. [En ligne] : < http://www.bl.uk/aboutus/stratpolprog/strategy1115/strategy1115.pdf >.

10 Voir Xavier Galaup (dir.), Développer la médiation documentaire numérique, Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2012 (coll. La Boîte à outils ; 25). [En ligne] : < http://mediationdoc.enssib.fr/ >.

11 Par exemple, le dossier « La France en Amérique » conçu par la BnF en partenariat avec la Library of Congress : < http://gallica.bnf.fr/dossiers/html/dossiers/FranceAmerique/fr/default.htm >.

12 Par exemple, le projet coopératif MoCCAM : < http://www.moccam-en-ligne.fr/ >.

13 Le réseau QuestionPoint : < http://www.questionpoint.org/ ) relayé notamment en France par Bibliosésame : < http://www.bibliosesame.org/BIBLIOSESAME_WEB/fr/index.awp >.

14 Photographes en Rhône-Alpes : < http://collections.bm-lyon.fr/photo-rhone-alpes >.

15 Wikimédia France : < http://www.bnf.fr/documents/cp_wikimedia.pdf >.

16 OCR est l’acronyme anglais traduit en français par « reconnaissance optique de caractères », Wikipédia : < http://fr.wikipedia.org/wiki/Reconnaissance_optique_de_caract%C3%A8res > (consulté le 5 décembre 2013).

17 David A. Swords (ed.), Patron-Driven Acquisitions: History and Best Practices, Dawsonera, 2011.

18 Voir en particulier le mémoire de Frédéric Souchon, Faire vivre les ressources numériques dans la bibliothèque physique : le cas des bibliothèques universitaires, Mémoire d’étude de conservateur des bibliothèques, sous la direction de Bertrand Calenge : enssib, 2014. [En ligne] : < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/64182-faire-vivre-les-ressources-numeriques-dans-la-bibliotheque-physique-le-cas-des-bibliotheques-universitaires.pdf >.

19 Bertrand Calenge, Bibliothèques et politiques documentaires…, op. cit.

20 Environ 6 % des fonctions énoncées pour les personnels des services communs de documentation (SCD), selon le rapport de l’Inspection générale des bibliothèques (IGB) : Quels emplois dans les bibliothèques ? État des lieux et perspectives, IGB, 2013. [En ligne] : < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notices/60415-quels-emplois-dans-les-bibliotheques-etat-des-lieux-et-perspectives >.

21 Voir la BAO#30 : Produire des contenus documentaires en ligne : quelles stratégies pour les bibliothèques ?, sous la direction de Christelle Di Pietro, à paraître en octobre 2014.

© Presses de l’enssib, 2014

Licence OpenEdition Books

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search