Version classiqueVersion mobile

Personnaliser la bibliothèque

 | 
Jean-Philippe Accart

Partie 1. Marque et bibliothèque : antinomie ou rapprochement possible

Le nom de votre bibliothèque se démarque-t-il ? Dénomination des bibliothèques territoriales et notion de marque1

Albane Lejeune

Texte intégral

  • 1 Cette contribution est extraite de mon mémoire d’étude de conservateur territorial des bibliothèque (...)
  • 2 « Comment les lamantins vont boire à la source », in Léopold Sédar Senghor, Ethiopiques, Paris, Éd. (...)

1Donner un nom est l’acte fondateur de toute existence physique ou idéelle. C’est, en effet, par sa dénomination que l’on peut identifier et donc distinguer un être, un lieu, un concept ou un produit et, dès lors, le garder en mémoire. Nommer, c’est donner du sens comme l’écrivait Léopold Sédar-Senghor : « Il suffit de nommer la chose pour qu’apparaisse le sens sous le signe »2.

2Élément visible par tous, sa dénomination inscrit la bibliothèque dans un cadre symbolique : elle fait référence(s) par rapport au contexte ou aux intentions qui ont prévalu à son choix. Le nom de la bibliothèque est ainsi un marqueur de sens, d’autant plus lisible à l’échelle d’une collectivité locale, mais habitants, professionnels ou élus s’y attardent rarement. Or, qu’est-ce que la fabrique du nom de la bibliothèque territoriale révèle du projet politique et social qui le porte ? Quels rapports dénomination des bibliothèques et stratégie de communication entretiennent-ils ? Le nom de la bibliothèque peut-il être revendiqué comme une marque ?

  • 3 Dans leur entretien, Julien Roche et Philipe Père évoquent le « nom principal » (prénom) et le « no (...)

3Pour y voir plus clair, il est important d’étudier les motivations et les processus de dénomination, avant de donner à voir une synthèse des choix faits depuis plusieurs décennies pour baptiser les bibliothèques en matière de noms génériques3 (bibliothèque, médiathèque…) et noms particuliers (compléments du nom générique). Cela permettra de mesurer le potentiel marketing du nom.

  • 4 L’étude, initiée en 2012, reste sur le périmètre des anciennes régions, bien que des exemples prove (...)

4L’étude suivante porte sur les bibliothèques ou réseaux des villes ou intercommunalités de plus de 10 000 habitants de 5 régions françaises choisies pour représenter une diversité d’histoires, d’environnements et de maillages territoriaux : Bretagne, Île-de-France, La Réunion, Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes4. La question des noms des réseaux de lecture publique, de plus en plus nombreux, est ici également considérée.

Enjeux et modalités des dénominations

Cadre juridique

5La dénomination particulière des voies et édifices publics, dont les bibliothèques, relève de l’article L. 2121-29 du Code général des collectivités territoriales qui stipule que le conseil municipal règle, par délibération, les affaires de la commune dont les questions de dénomination des lieux publics.

6Cette démarche se doit de respecter deux grands principes :

  • conformité avec l’intérêt public local : le nom ne doit être « ni de nature à provoquer des troubles à l’ordre public, ni à heurter la sensibilité des personnes, ni à porter atteinte à l’image de la ville ou du quartier concerné »5 ;
  • neutralité du service public et égalité des citoyens : il convient d’éviter « d’attribuer à une voie ou un édifice public le nom d’une personne vivante, particulièrement lorsque celle-ci exerce des responsabilités politiques »6 ou « tout signe symbolisant la revendication d’opinions politiques, religieuses ou philosophiques »7. En tout état de cause, si l’on envisage de donner le nom d’une personne vivante à un lieu, il est recommandé d’en solliciter l’autorisation expresse auprès de l’intéressée. Si la personne est décédée, « l’utilisation de son nom n’est pas subordonnée au consentement des ayants droit », même s’il est prudent de solliciter leur avis pour sécuriser le choix8.

7L’attribution (ou la modification) d’un toponyme doit être votée par l’assemblée délibérante et seul le maire a autorité, au titre de ses pouvoirs de police générale, pour interdire une dénomination qui irait à l’encontre de ces principes. Si son intervention est jugée abusive, il peut être sanctionné par le juge administratif pour incompétence.

8À noter : en l’absence de réglementation spécifique, ces dispositions sont transposables au contexte communautaire.

Contextes des processus d’attribution d’un nom

9Quel que soit le moment du baptême, la dénomination d’une bibliothèque suit l’un des processus suivants :

  • geste politique : choix fait souvent en comité restreint d’élus – maires, présidents et leurs adjoints à la culture en tête – pour limiter les sujets à polémiques ;
  • obligation juridique ou morale : legs stipulant comme clause suspensive la nécessité de donner à l’équipement le nom d’un bienfaiteur (exemple du musée Richard Anacréon à Granville) ;
  • concours citoyen : boîte à idées à la bibliothèque, bulletins de vote dans le journal municipal… (voir les exemples des médiathèques Grand M à Toulouse, Les Temps modernes à Tarnos ou Les 7 lieux à Bayeux)9.

10Au vu de ces éléments, on constate que le processus d’attribution d’un nom mobilise avant tout les élus qui définissent la démarche et entérinent le choix final, adressant ainsi le nom de la bibliothèque à la communauté. Les bibliothécaires ne sont pas toujours des acteurs impliqués dans ces choix de nom. En dernier lieu, on retrouve les habitants qui sont finalement assez peu associés à la démarche alors qu’ils sont, paradoxalement, les premiers destinataires de la bibliothèque.

Les objectifs d’un nom

11Donner un nom à un établissement vise plusieurs objectifs :

  • localiser la bibliothèque ;
  • en décrire la fonction, le contenu ou la cible ;
  • commémorer et rendre hommage à des personnalités ou à des faits ;
  • affirmer une identité, ancrer l’équipement dans son territoire ;
  • séduire les publics et communiquer.

12Dans la pratique, la fonction de commémoration est la plus influente, devant les fonctions de localisation puis de communication. Le nom a parfois en lui-même valeur de mémoire : il est relativement pérenne, étant peu remis en cause par les mandatures successives. Marque d’identité de la bibliothèque, révélateur symbolique de la politique qui l’a porté, le nom véhicule des valeurs que les décideurs ont, consciemment ou non, promues.

13Si des intentions se cachent derrière le nom, le choix entre bibliothèque et médiathèque n’est déjà pas neutre car il témoigne souvent d’une volonté de symboliser une modernité (époque) et une nouveauté (offre de services multimédia). Le nom générique est ainsi porteur de sens mais le nom particulier l’est encore davantage. Qu’il soit délibérément absent (exemple d’Anzin) ou très travaillé, il est porteur de sens. À Paris, par exemple, le choix de certains toponymes permet à la ville d’adresser des clins d’œil à des communautés particulières (exemple de la bibliothèque Aimé Césaire au cœur de la communauté antillaise du quartier).

14La portée symbolique du nom n’en demeure pas moins dépendante de la réception et de la réappropriation que peuvent en faire les habitants. N’est-ce pas en partie dans la capacité du nom choisi à faire sens pour chaque membre de la communauté qu’on mesure l’importance qu’une collectivité accorde à l’accès – symbolique – à la culture ?

Les grandes tendances des dénominations et un palmarès

15Intéressons-nous à présent aux noms choisis, en France, pour baptiser les bibliothèques territoriales. Le panel étudié ici pour dégager ces grandes tendances porte sur :

  • 29 départements, 318 villes, 48 structures intercommunales regroupant 85 villes ;
  • 771 bibliothèques : 611 bibliothèques municipales et 160 intercommunales ; 252 bibliothèques uniques et 519 fonctionnant en réseau.

Palmarès des noms

16Le palmarès global des noms, toutes catégories confondues, couronne Louis Aragon puis, à égalité, Elsa Triolet, François Mitterrand et André Malraux en seconde position, Albert Camus et Georges Brassens à la troisième place. Il est intéressant de mettre en regard, avec une ironie bienveillante, ces choix de dénomination les plus fréquents pour les bibliothèques et les termes du cadre juridique tel qu'il est défini plus haut : notamment, l'injonction de neutralité du service public dans le processus d'attribution d'un nom à un édifice public qui se doit d'éviter « tout signe symbolisant la revendication d’opinions politiques, religieuses ou philosophiques ! ».

17Le palmarès des noms est ici présenté du plus général au plus particulier.

Quels sont les noms particuliers retenus ?

1880 % des bibliothèques disposent d’un nom particulier, en complément de leur nom générique.

Tableau. Qualifier le nom générique d'un nom particulier : catégories et Top 3

Catégorie de noms Proportion d’établissements disposant d’un nom particulier lié à chaque catégorie Précisions Top 3
Toponymie(hors noms de villes) 42 % 2/3 de noms de quartiers.1/3 de noms de lieux d’implantation, rues, arrondissements… 1. Centre-ville2. De l’orangerie3. Non applicable
Culture 31 % 3/4 de noms d’écrivains (romanciers en majorité > poètes > auteurs BD > auteurs de jeunesse > dramaturges).1/4, à proportions égales :-musiciens (chanson française) ;-artistes des beaux-arts (peintres > architectes, dessinateurs…) ;-personnages (contes, fiction > mythologie > Histoire) ;-érudits locaux, bibliothécaires, noms liés au cinéma 1. Louis Aragon♦2. Elsa Triolet♦3. Albert Camus/ Georges Brassens♦ Également liés à la catégorie Politique
Politique 13 % 3/8 d’hommes d’État (présidents > ministres > députés).2/8 d’élus locaux (maire > adjoints > conseillers municipaux).2/8 de militants (communisme, féminisme en majorité).1/8 : hommes politiques étrangers, habitants. 1. André Malraux / François Mitterrand2. Alain Peyrefitte
Éléments de langage 6 % 4/8 de noms concepts.3/8 de jeux de mots.1/8 de noms de marque*. 1. À livre ouvert / L’astrolabe / L’Heure joyeuse
Orientation institution 4 % 3/4 de noms liés à la fonction des lieux1/4 liés aux contenus 1. Centrale2. Tête de réseau3. Multimédia
Sciences 3 % 4/8 de références en sciences humaines et sociales.2/8 en sciences vivantes.1/8 en sciences dures.1/8 en sciences appliquées. 1. Germaine Tillion♦2. Eugène Flachat / Jean-Jacques Rousseau♦♦ Également lié à la catégorie Politique♦♦ ♦Également lié à la catégorie Culture
Causes transversales 12 % Résistance > Négritude > Seconde Guerre mondiale (hors Résistance) > Première Guerre mondiale > cause homosexuelle. Par cause :Louis Aragon > Aimé Césaire > Antoine de Saint-Exupéry > Maurice Genevoix > Oscar Wilde.

Quid des noms génériques des bibliothèques ?

19L’ensemble des bibliothèques dispose, naturellement, d’un nom qui identifie la nature du service.

Graphique. Répartition des noms génériques

Graphique. Répartition des noms génériques

Logiques à l’œuvre : territoriale, temporelle, politique

Logique territoriale : la référence locale

20Là où les autres régions semblent préférer l’appellation de bibliothèque, on compte davantage de « médiathèques » en Bretagne, ce qui peut s’expliquer par le développement marqué de l’offre de lecture publique à partir de 2000, donc à une époque où ce néologisme s’était déjà bien implanté en France.

21La proportion de noms particuliers est plus forte à La Réunion où l’offre est la plus structurée en réseau. C’est en Île-de-France qu’on trouve la plus grande représentation de noms de la catégorie Culture, la catégorie Éléments de langage étant plus affirmée en Bretagne et en Rhône-Alpes. La catégorie Toponymie est la plus forte en Bretagne et à La Réunion, peut-être en raison de l’affirmation d’une identité de quartier ou de langue. La catégorie Politique est à proportion assez similaire entre les 5 régions mais on valorise davantage d’élus locaux en Bretagne et de militants en Île-de-France (idem pour la catégorie Causes transversales), alors qu’ailleurs la posture étatique est plus influente.

22Hormis à Paris où les noms particuliers des bibliothèques sont représentatifs d’une vraie diversité, les choix des grandes villes (plus de 50 000 habitants) relèvent d’un certain conformisme. L’audace et l’originalité seraient davantage du côté des petites collectivités.

Logique temporelle : des effets de mode réels

  • 10 Elle est devenue, en 1977, Association pour le développement de la médiathèque publique.

23L’appellation de médiathèque, née dans les années 1970 sous l’impulsion de Michel Bouvy et de l’Association pour le développement des bibliothèques publiques (ADBP)10, connaît une progression depuis les années 1990, restant souvent préférée pour les nouveaux projets (par exemple : médiathèque François Mitterrand Les Capucins ouverte en 2017 à Brest).

24Le nom particulier régresse légèrement au tournant des années 1980-1990. Les toponymes sont, eux, en lente perte de vitesse depuis 1970. La mode est à la catégorie Culture (Georges Brassens, Jacques Demy…) à partir de 1990, la catégorie Orientation institution est surtout l'apanage des années 1960 (bibliothèque centrale…) tout comme la catégorie Éléments de langage qui délaisse les jeux de mots (À livre ouvert…) au profit des « noms concepts » à partir de 2000 (L'Écho, Le Trente…). Au tournant du siècle, la catégorie Politique se renforce. La revendication des causes transversales connaît un pic dans les années 1980 (Résistance).

25Enfin, on dénombre davantage de noms de personnalités féminines depuis les années 2000, suite à l’entrée en vigueur de politiques volontaristes en ce sens (voir par exemple le réseau des bibliothèques de Paris ou de Lyon).

Logique politique : la recherche du consensus

26Bien que cette analyse soit à considérer avec précaution, on peut établir que la Droite opte davantage pour l’appellation de bibliothèque, les toponymes et la référence locale, avec une préférence pour le nom d’André Malraux.

27La Gauche, à l’inverse, retient plus le terme de médiathèque à partir des années 1990 et met en abyme son projet politique par le choix de noms de personnalités émanant de la culture, de la vie politique ou ayant défendu des causes particulières. Les noms privilégiés sont ceux d’Elsa Triolet, Louis Aragon, Max-Pol Fouchet et François Mitterrand.

28Depuis quelques années, la fonction commémorative du nom est réinvestie, en référence à des élus locaux nouvellement décédés (exemple de la médiathèque Croix-Daurade à Toulouse renommée Danièle Damin en 2017, de la bibliothèque de Champ borne à Saint-André-de-la-Réunion renommée Adrien Minienpoullé en 2013…).

La question des réseaux

29Les mises en réseau, quel que soit leur statut, apportent peu d’évolutions des noms.

30Il arrive que les noms génériques soient travaillés afin de donner de la cohérence à des services au sein d’un réseau : les bibliothèques sont alors les équipements de quartier et les médiathèques les structures les plus grandes et/ou placées au cœur des flux (exemple de Paris ou Lyon).

31Pour ce qui est des noms particuliers, rares sont les projets de (re)dénomination à l’occasion de la mise en réseau. Est-ce par ignorance des enjeux du nom ou par volonté de ménager les choix (et acteurs) antérieurs ? En contrepoint, citons les exemples des bibliothèques du Grand Tarbes (adoption de noms d’écrivains) et du réseau des médiathèques de Plaine Commune (adoption de noms majoritairement culturels : écrivains ou personnages de fiction).

32Quant aux noms des réseaux, ils sont eux-mêmes encore peu travaillés. On privilégie des appellations comme « réseau des bibliothèques de l’agglomération de… ». Pourtant, l’investissement dans une identité commune se révèle un élément facilitant pour la communication interne et externe. En témoignent ces exemples : L’Imagin’R – Saumur Agglomération, Les Gallo’thèques – Pleine-Fougères, Les Médiathèques de la Baie dans l’agglomération de Saint-Brieuc.

Le nom : un atout de marque

33Comme en témoignent plusieurs contributions dans ce livre, les bibliothèques évoluent dans un environnement de plus en plus concurrentiel en termes d’information et de loisirs, ce qui les amène à adapter continuellement leur offre de services : modularité des espaces, horaires d’ouverture, médiation, présence numérique… Le nom de la bibliothèque gagne à être investi pour représenter les (r)évolutions en cours et se démarquer.

Pour lever les ambiguïtés

34L'appellation générique des établissements de lecture publique se répartit à quasi-égalité entre bibliothèque et médiathèque. Or, ni l'une ni l'autre de ces terminologies ne font l'objet d'une définition précise, partagée par tous, d’autant qu’une bibliothèque peut tout aussi bien être multimédia qu’une médiathèque peut être centrée sur l’imprimé et vice-versa. La coexistence de ces terminologies semble brouiller la communication autour de l’institution bibliothèque, surtout auprès des non-usagers.

35Par ailleurs, la référence appuyée à la sphère politique et à la culture légitime peut apparaître comme la manifestation d’un entre-soi. L’adoption fréquente de noms d’écrivains, français, pour baptiser la bibliothèque ne rend pas toujours justice à des lieux largement multiculturels. De même, la référence à des personnalités politiques devenues classiques place-t-elle la symbolique de l’institution dans un certain anachronisme par rapport à l’actualité d’une société en mutation. Ainsi, on peut s’étonner de voir que le nom de François Mitterrand est toujours plébiscité pour dénommer de nouvelles structures (exemple des médiathèques du Relecq-Kerhuon en 2013, de Brest Les Capucins en 2017…).

36Clarifier le concept et les intentions culturelles et sociales de la bibliothèque semble nécessaire pour lever ces ambiguïtés, avant d’envisager de changer son nom.

Pour singulariser le nom

  • 11 Jean-Marc Vidal (dir.), Faire connaître et valoriser sa bibliothèque : communiquer avec les publics(...)

37Rendre le nom moins auto-référent, le singulariser est une étape-clé pour refléter le projet, unique, de la bibliothèque sur son propre territoire. Pour y parvenir, il est essentiel de placer la communauté au cœur de la réflexion : « Penser au public, c’est choisir un nom que chaque usager pourra s’approprier, un dénominateur commun que chacun pourra enrichir de ses attentes et de ses pratiques »11. C’est précisément ce qui permettra de garantir la pérennité de la symbolique du nom.

38Si le nom générique peut lui-même être travaillé (exemple de L@ Bibliothèque - Le Chesnay), le nom particulier l’est sans doute de façon plus affirmée (exemple de la bibliothèque Bleue océane - Les Avirons, de la médiathèque Awena - Guipavas). Cependant, la recherche d’une nouvelle articulation entre nom générique et nom particulier est une piste intéressante à explorer, grâce aux éléments de langage qui offrent les possibilités les plus inventives.

Focus

Quand le nom générique disparaît :

• par l’utilisation des numéros (exemple du Trente - Vienne qui est situé au n° 30 de sa rue) ;
• par le recours aux acronymes (exemple de La MémO - Oullins) ;
• par un nom concept (exemple de L’Écho au Kremlin-Bicêtre, Passe-Ouest à Ploeumeur, Puzzle à Thionville, Le Pavillon blanc complété en 2016 d’une référence à l’élu local Henri Molina - Colomiers).

39Le nom générique peut ainsi s’effacer au profit d’une terminologie singulière, constitutive du développement d’une stratégie de marque.

Pour investir le nom comme une marque

  • 12 Muriel et Pierre Bessis, Name-appeal : créez des noms qui marquent, Paris, Village mondial, 2001, p (...)
  • 13 Ibid., p. 108.

40Le nom de la bibliothèque dispose d’un potentiel marketing fort, insuffisamment exploité. Cependant, comme l’écrivent Muriel et Pierre Bessis, « tous les noms ne sont évidemment pas égaux dans leur aptitude à créer cette aura d’événement »12 mais « ce sont les symboles avec les images et les histoires qu’ils contiennent qui attirent les consommateurs vers les produits et leurs noms », pourvu que ces symboles soient « forts et justes par rapport à l’offre »13.

41Il faut donc construire véritablement le nom, en écho au projet de la bibliothèque ou du réseau. On s’inscrit alors dans une démarche de naming* (en français « dénomination »), pratique marketing consistant à donner un nom très travaillé à une entité pour lui permettre de se démarquer au sein d’un environnement concurrentiel. L’exemple de L’Alpha est, à ce propos, très instructif (voir encadré) : devenu une marque, le nom intègre la stratégie de marketing territorial de la collectivité.

Encadré. Quand le nom de la bibliothèque devient une marque : l’Alpha – Grand Angoulême

Porteurs : Direction de la communication avec l’appui d’un cabinet de naming.

Délai : 2 ans en amont de l’ouverture de l’équipement tête de réseau intercommunal.

Processus : présélection de noms par un groupe d’élus, d’acteurs culturels et d’acteurs du projet > consultation publique et vote > choix du nom final par un jury d’élus, d’habitants et de personnalités.

Sens pluriels du nom : politique (consensus, démocratie participative, lettre symbole du commencement, référence à la première lettre d’Angoulême), culturel (référence à la lettre grecque, à de nombreuses œuvres, à l’infini), social (la bibliothèque comme lieu de création de l’ascension sociale de chacun), communicationnel et marketing (nom visuel et graphique, facilement déclinable).

  • 14 Roger Caillois, L’homme et le sacré, Paris, Éditions Gallimard, 1950 (coll. Les essais ; 45).

42Comme l’écrit Roger Caillois, « nommer est toujours appeler, c’est déjà ordonner »14. Le choix de la dénomination de la bibliothèque porte, en lui, les germes de sa réception et induit en partie l’usage que les habitants en feront.

43Or, tout comme ceux des établissements scolaires ou des stades, les dénominations des bibliothèques se ressemblent et tendraient à enfermer les institutions dans des représentations stéréotypées, alors que l’intention, notamment du politique, est sans doute tout autre.

44Aussi, construire le nom comme on construit le projet de la bibliothèque au regard de – et pour – des publics très divers pourrait déjà permettre d’éveiller la curiosité de la communauté avant qu’elle ne se projette dans la vie de la structure. Travailler la marque bibliothèque, sans céder à une logique mercantile étrangère au service public, c’est adopter des codes qui peuvent parler au plus grand nombre et, ce faisant, renforcer sa place dans le territoire.

  • 15 Voir l’exemple de Bayeux : « Comment trouver un nom pour une médiathèque ? », Blog de Nicolas Beudo (...)

45Si, aujourd’hui, on affirme l’enjeu de l’appropriation de la bibliothèque publique par les citoyens comme étant au cœur de nos actes professionnels, il s’avère essentiel, voire primordial, de retravailler, remixer, réinventer le nom de nos établissements, même anciens, pour en faire l’élément visible de ce projet marquant15.

Notes

1 Cette contribution est extraite de mon mémoire d’étude de conservateur territorial des bibliothèques : Albane Lejeune, La dénomination de bibliothèques territoriales : analyse et perspectives, Mémoire d’étude de conservateur des bibliothèques, sous la direction d’Anne-Marie Bertrand : Enssib, 2013. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/60369-la-denomination-des-bibliotheques-territoriales-analyse-et-perspectives.pdf >.

2 « Comment les lamantins vont boire à la source », in Léopold Sédar Senghor, Ethiopiques, Paris, Éd. du Seuil, 1950.

3 Dans leur entretien, Julien Roche et Philipe Père évoquent le « nom principal » (prénom) et le « nom secondaire », voir : « LILLIAD, l’aventure d’un nom improbable », p. 60.

4 L’étude, initiée en 2012, reste sur le périmètre des anciennes régions, bien que des exemples provenant des territoires redécoupés puissent être proposés.

5 Sénat, « Dénomination des rues et des édifices publics, 13e législature – Réponse du ministère chargé des collectivités territoriales », JO Sénat du 13 janvier 2011, p. 70. [En ligne] < https://www.senat.fr/questions/base/2010/qSEQ101015401.html >.

6 Ibid.

7 Assemblée nationale, « 13e législature – Question n° 59304 », JO Assemblée nationale du 9 mars 2010, p. 2765. [En ligne] < http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-59304QE.htm >.

8 Sénat, « Nom donné à un équipement municipal, 14e législature – Réponse du ministère de l’Intérieur », JO Sénat du 2 janvier 2014, p. 41. [En ligne] < https://www.senat.fr/questions/base/2013/qSEQ131008380.html >.

9 « Comment trouver un nom pour une médiathèque ? », Blog de Nicolas Beudon, Le recueil factice, 3 mars 2018. [En ligne] < http://lrf-blog.com/2018/03/03/nom/ >.

10 Elle est devenue, en 1977, Association pour le développement de la médiathèque publique.

11 Jean-Marc Vidal (dir.), Faire connaître et valoriser sa bibliothèque : communiquer avec les publics, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2012 (coll. La Boîte à outils ; 27), p. 29.

12 Muriel et Pierre Bessis, Name-appeal : créez des noms qui marquent, Paris, Village mondial, 2001, p. 47.

13 Ibid., p. 108.

14 Roger Caillois, L’homme et le sacré, Paris, Éditions Gallimard, 1950 (coll. Les essais ; 45).

15 Voir l’exemple de Bayeux : « Comment trouver un nom pour une médiathèque ? », Blog de Nicolas Beudon. Le recueil factice, 3 mars 2018. [En ligne] < http://lrf-blog.com/2018/03/03/nom/ >.

Table des illustrations

Titre Graphique. Répartition des noms génériques
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11618/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 313k

© Presses de l’enssib, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search