Version classiqueVersion mobile

Faire vivre l’action culturelle et artistique en bibliothèque

 | 
Colin Sidre

Partie 2. La mise en place d’un parcours d’EAC : problématiques et éléments-clefs

Élaborer et formaliser un partenariat avec l’Éducation nationale

Agnès Defrance

Texte intégral

Les relations entre l’Éducation nationale et les bibliothèques : une histoire ancienne

  • 1 Eugène Morel, Extrait du discours inaugural de la bibliothèque de l’Heure Joyeuse. Paris, 12 novemb (...)
  • 2 Geneviève Patte, Laissez-les lire ! : les enfants et les bibliothèques, nouvelle édition complétée (...)

1Les relations entre l’Éducation nationale et les bibliothèques sont intrinsèquement et historiquement liées. Il suffit d'évoquer la période où les instituteurs faisaient office de bibliothécaires puis celle où les bibliothèques scolaires complétaient l’offre des BM, celles-ci ne proposant parfois que des collections pour les adultes. Les bibliothèques jeunesse étaient alors principalement conçues dans un but pédagogique et éducatif. Il a fallu attendre l’ouverture de la Bibliothèque de l’Heure Joyeuse1 en 1924 pour que l’évolution vers la « lecture plaisir »2 soit amorcée et que les pratiques se diversifient. À partir de cette époque, celles-ci vont n’avoir de cesse d’évoluer, de s’enrichir tout en se nourrissant de cette relation privilégiée qu’ont maintenue bibliothèques et écoles.

  • 3 Collectif « Oui à la littérature jeunesse à l'école, non aux titres imposés », « Contre la liste ob (...)

2La bibliothèque jeunesse se démarque alors de l’école grâce à une diversité de collections et à son rapport à la lecture plaisir. Les années 1970-2000, marquées par un grand dynamisme éditorial, une création littéraire et picturale riche et diversifiée, verront en 2002, et ce malgré une certaine polémique3, l’introduction de la littérature de jeunesse dans les listes de références de l’Éducation nationale. Elles actent la reconnaissance de cette création par l’Éducation nationale.

  • 4 À titre d’exemple : Mélanie Villenet Hamel, « Un programme départemental pour la lecture des collég (...)

3Au-delà des évolutions de ces deux institutions, ce sont les missions et surtout les publics de nos professions qui nous rapprochent. Le livre et désormais les autres médiums culturels présents en bibliothèque sont un « outil » commun. La complémentarité des professions est présente tout au long du cursus scolaire de l’enfant puis de l’adolescent ; elle est encore plus forte entre bibliothécaires et documentalistes4.

4C’est le ciment de cette collaboration historique qui trouve son enrichissement dans la création de partenariats structurants et pérennes.

Construction d’un partenariat

5Ce rappel historique permet d’envisager le chemin parcouru et l’évolution des liens entre Éducation nationale et bibliothèques qui, d’une collaboration ponctuelle ou événementielle, a évolué vers un réel partenariat.

6Nous avons pu observer une évolution au fil du temps : d’une demande exponentielle de visites se traduisant par un accueil « intensif » dans les années 1980 aux visites thématiques et temps d’ateliers co-construits actuellement pratiqués, nous pouvons mesurer le chemin parcouru et l’évolution des pratiques reflétant une meilleure connaissance mutuelle.

7La professionnalisation des bibliothécaires jeunesse a concomitamment permis la reconnaissance par l’Éducation nationale de ses interlocuteurs.

  • 5 « Les centres de documentation et d'information, les CDI, évoluent progressivement pour devenir des (...)

8Les bibliothèques ont parfois été confrontées à une très forte demande d’accueils de classes, sans véritable projet en amont, sans vision à plus long terme et parfois au détriment de leur mission de service public pour l’ensemble des usagers : créneaux trop importants consacrés aux scolaires, conflits d’usage, impression de devenir prestataires, manque de coordination avec les enseignants… de nombreux dysfonctionnements qui ont conduit, dans les années 2000, à repenser totalement la collaboration avec l’Éducation nationale pour aboutir à une réflexion commune et une offre répondant tant aux missions de service public des bibliothèques qu’aux attentes des enseignants. Depuis une dizaine d’années, la demande très forte pour ouvrir l’école sur la cité a également été un vecteur décisif dans le mouvement de l’école, et parfois du collège, vers la bibliothèque5.

9Depuis une dizaine d’années, l’organisation des bibliothèques se structure autour de l’écriture d’un projet de service tout comme celle du projet d’établissement s’élabore au regard du projet éducatif de territoire (PEDT)6. Concrètement, cet état de fait permet de concevoir un nouveau type de partenariat entre bibliothèques et Éducation nationale où chaque partenaire apporte ses compétences et où les objectifs sont bien identifiés et partagés7.

Mise en place d’un partenariat

Cadre administratif, procédures et évaluation

10La mise en place formelle du partenariat varie d’une collectivité à l’autre. L’écriture d’un protocole ou d’une convention n’est pas une « obligation » systématique, elle dépend de l’organisation et la structuration des services. Certaines bibliothèques formalisent leur partenariat avec les établissements scolaires par la signature d’un document, d’autres non.

11Dans la théorie, tout partenariat donne lieu à l’écriture d’un document permettant de préciser l’objet, définir les engagements, identifier les personnes référentes – ce qui permet de justifier du temps de travail dédié à l’action, fixer la durée du partenariat et enfin, prévoir son évaluation.

12Ce document prend la forme d’un protocole (document moins formel et généralement directement signé par le supérieur hiérarchique ou le directeur) ou d’une convention (document officialisant le partenariat, présenté à la signature des élus).

13Dans le cas du partenariat entre bibliothèques et Éducation nationale, la signature d’une convention n’est pas fréquente car les grands axes de partenariat sont fixés par les textes de lois. Néanmoins, le développement actuel des actions transversales portées par plusieurs institutions conduit à davantage de contractualisations*.

14Les accueils de classes, dans leur pluralité et leur diversité sont donc plus largement encadrés par des protocoles. La pratique relève de chaque bibliothèque et dépend des relations entre bibliothécaires et enseignants, des velléités de chacun et de l’orientation des projets des établissements respectifs. L’organisation des accueils de classes se structure parfois en amont de la rentrée scolaire ou bien dès septembre. Selon les cas, des réunions de concertations entre bibliothécaires et enseignants sont programmées et permettent un dialogue et la construction d’un projet commun.

15Néanmoins, la disparité des bibliothèques sur le territoire national ne permet pas de dresser un mode opératoire unique. De nombreuses bibliothèques rurales assurent autant que faire se peut l’accueil des scolaires, proposent des activités dans et hors du cadre scolaire, dans le cadre d’un partenariat basé, bien souvent, sur un « contrat moral », rarement encadré par une procédure officielle.

  • 8 Ce référentiel identifie 3 grands axes de formation visés tout au long du parcours d’EAC : fréquent (...)

16Les multiples partenariats se sont peu à peu structurés et sont venus nourrir les projets d’établissements ; ils ont ainsi provoqué la réorganisation des activités des uns et des autres et le besoin de les évaluer. Cette démarche venant à la fin du processus s’est imposée ces dernières années. Tout protocole et toute convention comportent un alinéa sur la reconduction éventuelle du dispositif à partir de son évaluation. Celle-ci ne peut se faire qu’après avoir réuni l’ensemble des acteurs analysant l’action, l’atteinte ou non des objectifs, identifiant parfois les points de blocage et proposant les adaptations nécessaires. Une évaluation plus technique, à partir d’une grille prédéfinie, peut être proposée. Le référentiel EAC8 utilisé par les enseignants peut être un bon support ; « il constitue le cadre commun à cette construction conjointe du parcours par l'ensemble des acteurs impliqués dans l'EAC : personnels de l'éducation nationale et de la culture […] et par l'élève lui-même. »

17Le partenariat devient alors un véritable outil de pilotage permettant la co-construction, la transversalité et le déploiement de dispositifs ou actions parfois complexes à mettre en œuvre, dans le respect et les périmètres de chacun. En lui permettant de prendre sa place dans la politique culturelle et sociale du territoire concerné, il conforte le rôle structurant de la bibliothèque.

Les acteurs du partenariat, de la maternelle au lycée

18La construction d’un partenariat entre bibliothèques et écoles désigne, dans un premier temps, les cycles 1 à 3 (maternelle et primaire). Il met généralement en relation des établissements sous la même tutelle (communale, intercommunale, d’agglomération, de métropole). Il est important de signaler tout de même que la situation s’est parfois complexifiée lors de l’application de la loi portant sur la nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe)9 : des bibliothèques ont changé de tutelle, alors que les écoles maternelles et primaires sont restées communales. On a pu constater des difficultés organisationnelles liées à des demandes contradictoires ; celles-ci étant certainement structurelles et liées au changement.

19Le traitement de la question prend une autre réalité avec le second degré, collège et lycée. Plusieurs particularités sont à prendre en compte. La présence ou non d’établissements de second degré sur le territoire géographique de la bibliothèque, le découpage des enseignements et la multiplicité des enseignants – donc des interlocuteurs, la proximité des métiers de bibliothécaires et de documentalistes.

20La présence ou l’absence de collège ou lycée sur le territoire est d’ordre conjoncturel ; elle exclut, de fait, les bibliothèques des petites communes, les positionnant comme des éléments structurants et fédérateurs des territoires ruraux, de manière stratégique et incontournable. Bien souvent seul établissement culturel de proximité, la bibliothèque assure tout autant son rôle culturel que social.

  • 10 À titre d’exemple : à partir de 2005, la médiathèque départementale de l’Hérault a doté d’un « prêt (...)

21Les bibliothèques des communes ayant un collège sur leur territoire sont généralement gérées par des personnels salariés, bénéficiant, a minima, d’une formation initiale et permettant d’assurer la gestion d’un équipement. La disparité entre le niveau de formation des bibliothécaires bénévoles ou salariés de ces territoires fragilise fortement les partenariats avec les collèges dont les centres de documentation et d’information (CDI)* sont gérés par des professeurs documentalistes. Ces difficultés sont parfois accentuées lorsque la bibliothèque ne dispose pas de collections suffisamment attrayantes et variées susceptibles de « garder » le public pré-adolescent et adolescent10.

22L’absence ou non de supports multimédias est également un facteur déterminant pour fidéliser ce jeune public. Tout comme les horaires d’ouverture qui peuvent aussi être un frein à ce partenariat.

  • 11 C’est cette complémentarité qui a ainsi permis, en 2009, la naissance du projet ambitieux d’une méd (...)

23À l’inverse, lorsque la médiathèque présente cette diversité et est gérée par des professionnels, sa complémentarité avec le CDI du collège est une évidence : espace largement ouvert sur la cité, ressources documentaires adaptées, passerelles entre l’axe pédagogique du CDI et l’ouverture culturelle et de loisirs de la médiathèque, horaires d’ouverture adaptés… Autant d'éléments favorables à la construction de relations riches et pérennes11. On constate néanmoins que la médiathèque n’est pas toujours considérée par les équipes enseignantes comme un lieu ressources complémentaire au CDI ; elle doit être confirmée et reconnue dans son rôle et ses missions.

24Par ailleurs, la question des tutelles doit être prise en compte : comme nous l’avons évoqué précédemment, une même tutelle, du moins organisationnelle, facilite les partenariats : BM, écoles maternelles et primaires relèvent de la commune alors que les collèges, relevant de la compétence des conseils départementaux, les projets sont parfois plus compliqués à mettre en place. Notons néanmoins que les BDP sont parfois très présentes aux côtés des CDI, que ce soit en matière de collections que d’offres culturelles ou de formations.

25Quant aux lycées, ceux-ci se trouvant sur des territoires plus urbains, ils côtoient des bibliothèques de taille plus importante et en capacité de proposer une offre culturelle et des services plus ambitieux.

Les différents types d'action : une mobilisation de toutes les équipes

26Le partenariat avec les établissements du second degré prend des formes variées : visites ponctuelles de la bibliothèque afin de favoriser les allers et retours des jeunes entre CDI et bibliothèque, ateliers thématiques à la demande des professeurs, rencontres d’intervenants extérieurs (auteurs, journalistes, illustrateurs, conteurs, etc.). Cet axe « scolaire » est un élément structurant du projet d’établissement de la bibliothèque, parfois du projet de service. En effet, il n’est pas rare que l’accueil des classes de lycées, parfois même des 4e et 3e soit assuré par la section « adulte ». Ce peut être aussi un axe transversal qui fédère les équipes. Le travail en amont avec les équipes éducatives n’en est que plus important.

27Celui-ci peut parfois s’enrichir grâce à l’accueil de stagiaires collégiens et lycéens. Depuis quelques années, des stages de découvertes des métiers ont été instaurés et les bibliothèques sont régulièrement sollicitées pour accueillir des jeunes. L’enjeu de ces stages ne doit pas être minimisé : il permet aux jeunes de découvrir un environnement professionnel et d’échanger avec des professionnels. Bien qu’ils soient de courte durée, ils constituent une première approche et une découverte. Pour les bibliothécaires, dont l’accueil du jeune – adulte en devenir – est au centre de leur pratique et de leur réflexion, la qualité de l’accompagnement mis en place est un critère incontournable : disponibilité, écoute, bienveillance participent au bon déroulement du stage. Là encore, le rôle social des bibliothèques est une réalité de notre métier.

Deux exemples de partenariats entre bibliothèque et Éducation nationale

L’accompagnement des bibliothèques centres documentaires (BCD)* des écoles publiques de Lille : le Plan Lecture de la ville de Lille12

  • 12 Merci à Céline Lechaux, responsable du Plan Lecture et des actions éducatives de la BM de Lille pou (...)

28Le Plan Lecture est né d’une volonté politique dans le cadre du Projet éducatif global (PEG) en 2005. Il fait partie d'une offre culturelle générale incluant les plans musique-danse-théâtre, architecture-patrimoine et lecture (celui-ci piloté par la BM de Lille). Il fait partie du service aux écoles de la BM qui regroupe également les accueils de classe, le bibliobus en temps scolaire et le prêt aux classes. C’est un service hors les murs à destination des scolaires dont les missions sont les suivantes :

  • créer puis actualiser les fonds d’ouvrages jeunesse des BCD des 83 écoles publiques lilloises ;
  • mettre en place les lieux BCD (achat de mobilier, suivi des travaux, cotation, couverture, classement, informatisation, etc.) ;
  • être un service ressources sur la littérature de jeunesse : aider à l’élaboration de listes bibliographiques, conseils, etc. ;
  • former à l’utilisation des lieux BCD, la lecture à voix haute, les jeux autour du livre, l'édition jeunesse, etc. ;
  • mettre en place une programmation d’action culturelle et animer les BCD.

29Ses objectifs :

  • susciter l’envie de lire et développer la lecture autonome dès le plus jeune âge ;
  • favoriser l’épanouissement personnel de l’enfant à travers le livre et la lecture ;
  • participer à la réussite éducative de chaque enfant grâce à l’objet livre ;
  • créer du lien parent-enfant autour du livre et de la lecture sur tous les temps de l’enfant*.

30Depuis sa mise en place, le plan lecture a donné lieu à de nombreuses rencontres avec des artistes (avec les enfants, les parents, les enseignants), des résidences d’artistes, des ateliers d’arts plastiques, numériques, des animations croisées lecture/musique…

La création d’un jeu vidéo par la médiathèque départementale de l’Hérault13

  • 13 Présentation du projet lors de la journée professionnelle réalisée avec le CNLJ le 14 novembre 2017 (...)

31Dans le cadre de sa programmation relative à la « Sensibilisation à l’importance de la liberté d’expression », la médiathèque départementale s’investit dans la conception et la réalisation d’un jeu vidéo visant à poursuivre la sensibilisation des jeunes à la question de la privation de liberté d’expression.

32Dans ce jeu conçu par un game designer (Oscar Barda), un territoire sera plongé dans le noir par des milices représentant des forces autoritaires de différentes natures. Les joueurs auront à réfléchir ensemble pour déjouer ces forces et devront retrouver des « œuvres d’art » cachées, pour permettre le retour de la lumière et de la couleur, puis la disparition complète des forces de l’Ombre.

33Associer la production d’élèves accompagnés par des artistes professionnels (musiciens et auteurs) confère à cette initiative son caractère participatif.

34Il s’agit, dans le cadre d’Actions éducatives territoriales (AET) de réaliser :

  • pour 2 collèges : des propositions de haïkus en 3 lignes (classiquement 5-7-5 syllabes) répondant à l’idée de messages écrits par le peuple, pour le peuple et jouant sur la différence entre l’ancestralité de la forme du poème et le caractère moderne de l’interpellation à la population ;
  • pour un autre collège : des boucles musicales de 5 à 15 secondes dont la production peut être librement axée sur des voix et/ou de la musique instrumentale (percussive, électronique, etc.), répondant à l’idée d’une interpellation forte à l’adresse des passants de la ville, quant à l’urgence de retrouver la liberté d’expression.

35L’ensemble des productions réalisées dans le cadre de ces AET « Liberté d’expression et jeu vidéo » – haïkus et boucles musicales – feront l’objet d’une sélection de la part d’un comité de pilotage.

36Certains éléments seront ainsi intégrés au jeu vidéo, d’autres pourront être présents dans un bonus. L’ensemble des participants au projet sera mentionné dans le livret d’accompagnement du jeu vidéo.

37Le jeu vidéo sera déployé gratuitement au sein des établissements désireux d’en disposer. Le jeu sera à terme téléchargeable gratuitement sur des plateformes de jeux vidéo.

De l’utilité du partenariat

38L’analyse proposée ci-dessus et les expériences présentées témoignent de la démarche constructive que représente le partenariat, tout autant pour l’Éducation nationale que pour les bibliothèques. Quelles autres structures que les bibliothèques peuvent actuellement proposer à leurs usagers un accès libre et souvent gratuit au numérique et au multimédia ? Un lieu de mixité sociale et d’interculturalité ? Les dernières études de fréquentation des bibliothèques confirment ce que nous vivons au quotidien dans les établissements de villes moyennes et grandes : les adolescents sont parmi nos usagers les plus nombreux et assidus. Nous pouvons nous en réjouir mais l’enjeu est de taille : que leur proposons-nous ? Quelle passerelle entre le monde scolaire et la cité la bibliothèque peut-elle initier ? Si le partenariat permet cette complémentarité et contribue à l’épanouissement de l’adolescent, alors, il n’y a pas plus à se poser de questions !

Notes

1 Eugène Morel, Extrait du discours inaugural de la bibliothèque de l’Heure Joyeuse. Paris, 12 novembre 1924. « Pas d’école, pas de punition, pas de devoirs. L’enfant est ici chez lui, il va signer de son nom prendre sa responsabilité, choisir lui-même ses livres, ne recevoir de conseils que ceux qu’il demande […] La bibliothèque de tous est l’organe essentiel de la cité moderne, parce qu’elle est l’œuvre postscolaire par excellence, celle qui doit accompagner toute la vie. À quoi bon apprendre si tu cesses d’apprendre, à quoi bon lire, si tu n’as rien à lire […] Montrez-leur la bibliothèque nouvelle, la bibliothèque avec des fleurs, avec des belles images, et même des histoires qu’on raconte […] Expliquez à ces vieux qui ne veulent pas comprendre ! Vous, ils vous écouteront, et ne leur dites même pas que c’est une bibliothèque, à ce mot les nez s’allongent : dites : c’est l’Heure Joyeuse. »

2 Geneviève Patte, Laissez-les lire ! : les enfants et les bibliothèques, nouvelle édition complétée et mise à jour, Paris, Éditions Ouvrières, [1978] 1987 (coll. Enfance heureuse). Lire aussi « Les droits du lecteur », in Daniel Pennac, Comme un roman, Paris, Gallimard, 1992.

3 Collectif « Oui à la littérature jeunesse à l'école, non aux titres imposés », « Contre la liste obligatoire », Bulletin des bibliothèques de France, 2004, n° 1, p. 46-49. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2004-01-0046-010 >.

4 À titre d’exemple : Mélanie Villenet Hamel, « Un programme départemental pour la lecture des collégiens : l’exemple de la médiathèque départementale de l’Hérault », Bulletin des bibliothèques de France, 2013, n° 2, p. 65-69. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2013-02-0065-010 >.

5 « Les centres de documentation et d'information, les CDI, évoluent progressivement pour devenir des espaces de ressources à la fois au centre des établissements scolaires et intégrés à leur environnement local. À l'image des e-learnings centres anglais, les élèves peuvent s'y former et apprendre de manière autonome. Des enseignants et des personnels encadrants y apportent des conseils et une aide méthodologique et disciplinaire aux élèves. Ces CDI deviennent des centres de connaissances et de culture ». [En ligne] <http://eduscol.education.fr/cid59679/les-centres-connaissances-culture.html>. Les centres de connaissance et de culture, CDI de nouvelle génération : voir <http://www.enssib.fr/content/les-centres-de-connaissance-et-de-culture-cdi-de-nouvelle-generation>.

6 Voir <http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=70631>.

7 Bien que généralisée pendant peu de temps sur l'ensemble du territoire, la réforme des rythmes scolaires et l'introduction des temps d'activité périscolaire (TAP) qui en découle en 2013 amènent les partenariats entre bibliothèques et établissements scolaires à évoluer – que cette réforme ait été vécue comme une opportunité ou une difficulté. L'Association des bibliothécaires de France (ABF) s'est largement investie dans l'accompagnement de la profession, via notamment la mise en ligne d'un vade-mecum sur les rythmes scolaires. [En ligne] <https://www.abf.asso.fr/6/46/441/ABF/vademecum-sur-la-reforme-des-rythmes-scolaires-a-lattention-des-personnels-de-bibliotheque>.

8 Ce référentiel identifie 3 grands axes de formation visés tout au long du parcours d’EAC : fréquenter, pratiquer et s’approprier. [En ligne] <http://eduscol.education.fr/cid74945/le-parcours-d-education-artistique-et-culturelle.html>.

9 Loi du 7 août 2015. [En ligne] <https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000030985460&categorieLien=id>.

10 À titre d’exemple : à partir de 2005, la médiathèque départementale de l’Hérault a doté d’un « prêt longue durée » (PLD) toute commune disposant d’un collège sur son territoire. Ces PLD sont composés d’une centaine d’ouvrages documentaires et viennent compléter les collections de la bibliothèque communale.

11 C’est cette complémentarité qui a ainsi permis, en 2009, la naissance du projet ambitieux d’une médiathèque/CDI à Loupian, commune héraultaise de 2 000 habitants. Jean Pierre Véran, « Lecture publique, CDI : quelle coopération gagnant-gagnant au profit des élèves ? », Séminaire euro certification en documentation – ESEN, septembre 2009. [En ligne] <http://www.esen.education.fr/fileadmin/user_upload/Modules/Ressources/Themes/enseignements/eurocertification/sept_2009/08-09NDEN0701_eurocertif_veran_jp_diapo.pdf>.

12 Merci à Céline Lechaux, responsable du Plan Lecture et des actions éducatives de la BM de Lille pour sa contribution. [En ligne] <http://www.bm-lille.fr/plan-lecture-des-ecoles-publiques-lilloises.aspx>.

13 Présentation du projet lors de la journée professionnelle réalisée avec le CNLJ le 14 novembre 2017, Innovations et expérimentations en bibliothèque : les années collège. [En ligne] <http://pierresvives.herault.fr/page-standard/innovations-et-experimentations-en-bibliotheque-les-annees-colleges > (4e partie).

Auteur

© Presses de l’enssib, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search