Version classiqueVersion mobile

Faire vivre l’action culturelle et artistique en bibliothèque

 | 
Colin Sidre

Partie 1. Définir l’EAC et en construire les fondations

L'EAC à la BnF, des pratiques et des ressources pour tous

Jérôme Fronty

Texte intégral

  • 1 Voir l’article 2 du décret n° 94-3 du 3 janvier 1994 : « accès du plus grand nombre aux collections (...)
  • 2 Axe 3.2, « poursuivre et enrichir l’offre de coopération en France et à l’international », Contrat (...)

1Si l’expression « éducation artistique et culturelle » n’apparaît pas dans le décret de création de la BnF pour des raisons chronologiques évidentes, en revanche ses missions impliquent clairement que dans l’esprit du législateur l’établissement doit jouer un rôle en la matière1. Reflet de l’engagement de sa tutelle, le contrat de performance établi pour la période 2017-2021 entre la BnF et le ministère de la Culture précise objectifs et actions de l’EAC notamment s’agissant de la coopération territoriale2. Quant aux moyens et à l’organisation, à l’instar d’autres établissements culturels (bibliothèques, archives, musées) le service éducatif de la BnF est pour ainsi dire le lieu naturel de l’EAC et son principal acteur sans en avoir l’exclusivité, agissant en coordination avec de nombreuses autres entités. Ce dispositif et les ressources qui en sont le support doivent être mis en perspective, à l’heure où les modalités de la médiation éducative connaissent de nettes évolutions.

Les ressources à la disposition des publics en situation d’apprentissage et des médiateurs

Entités et interlocuteurs associés

2Le public « éducatif » (classes, structures périscolaires, groupes d’adultes, professionnels académiques, bibliothécaires, etc.) bénéficie de plusieurs points d’entrée à la BnF :

  • 4 Voir la liste des formations, mais également des journées d’études, colloques et rencontres avec de (...)

3Les publics jeunes bénéficient par ailleurs d’une approche dédiée du point de vue des collections, via le Centre national de littérature pour la jeunesse (CNLJ) / La Joie par les Livres < http://lajoieparleslivres.bnf.fr/​masc/​ > ; cette offre inclut notamment des formations spécialisées et la production de ressources spécifiques4.

Les produits et outils accessibles à distance

4En allant du général au particulier, et sans prétention d’exhaustivité, nous proposons une panoplie des ressources d’EAC accessibles à distance, qui s’adressent à des publics très diversifiés.

5Le site institutionnelwww.bnf.fr >, qui par définition fédère toute l’activité de la BnF, est le portail unique de certaines activités : ainsi des manifestations (colloques, conférences, rencontres, etc.) dont la captation vidéo est de règle, indexées par thème, date et intervenant5. De même les expositions virtuelles, albums en lien avec les principales expositions de l’établissement, sont regroupées en « galeries » thématiques (livre et écrit, écrivains et conteurs, etc.) soit à la fin 2017, plus d’une centaine d’entrées6.

6Plus ciblé, le site multimédia pédagogique, < classes.bnf.fr >, est doté d’une double page d’accueil : « rendez-vous à la BnF » pointe vers les activités pédagogiques, et « ressources pédagogiques en ligne » vers les expositions virtuelles et d’autres supports (ePubs…). Réceptacle de contenus et de guides pratiques, le site Classes est référencé dans le portail du ministère de l’Éducation nationale Éduthèque < www.edutheque.fr >, ce qui permet aux abonnés de télécharger en haute définition des documents (images et vidéos) et / ou d’accéder à des documents sous droits.

7Plusieurs portails thématiques complètent cette offre, en commençant par la production issue des départements de collections < http://www.bnf.fr/​fr/​collections_et_services/​portails_guides_thematiques.html >. D’une appellation un peu abusive, la Bibliothèque numérique des enfantshttp://enfants.bnf.fr/​ > réunit en fait des jeux, un « labo » et un cabinet de curiosités, avec une double entrée « enfants » et « enseignants ». Le site du CNLJ, déjà mentionné, est un outil de référence aussi pour ses ressources numériques, et permet, entre autres publications, d’accéder aux numéros de la Revue des livres pour enfants7. < http://cnlj.bnf.fr >. On peut citer encore Les Essentiels de la littératurehttp://gallica.bnf.fr/​essentiels/​ >, encyclopédie multimédia organisée par périodes, œuvres et auteurs ; et Passerelleshttp://passerelles.bnf.fr/​ > constituant un référentiel du patrimoine bâti.

8Les outils bibliothéconomiques restent à notre sens insuffisamment sollicités pour les activités d’EAC, car méconnus des médiateurs, alors qu’ils sont eux aussi des instruments de l’action culturelle. Le site Datahttp://data.bnf.fr/​ >permet de s’interroger sur les aspects d’une recherche et donc de se poser les bonnes questions (Hugo en tant qu’auteur ? qu’œuvre littéraire ? qu’adaptation de l’œuvre littéraire ? que lieu topographique ? que collectivité ?...). Le Catalogue généralhttp://catalogue.bnf.fr/​index.do > et son parent BnF Archives et Manuscrits (BAM) < http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/​ > fournissent des informations fiables et organisées sur toutes les collections signalées de la BnF, tandis que les bibliographies produites par les départements thématiques constituent de véritables boîtes à idées alimentées au fil de l’actualité < http://www.bnf.fr/​fr/​collections_et_services/​bibliographies.html >. Au-delà d’un public – attendu – de bibliothécaires, ce type d’outils alimente par exemple les ateliers de recherche documentaire mis au point par le service de l’Action pédagogique, en insistant sur leur valeur d’autorité et sur la démarche de validation des sources d’une recherche qui va de l’Internet aux ressources proprement bibliothéconomiques.

  • 8 Certains documents non libres de droits et numérisés sont accessibles aussi, mais uniquement dans l (...)
  • 9http://gallicastudio.bnf.fr/ >.
  • 10 Même si le rôle joué par la BnF dans ces initiatives n’y est pas du même ordre, il convient aussi d (...)

9Constituées des documents numérisés et libres de droits8 des collections signalées, les bibliothèques numériques sont évidemment des ressources fondamentales pour l’EAC. Le vaisseau amiral en est Gallicahttp://gallica.bnf.fr/​accueil/?mode=desktop >, en constante évolution. Son interface a été refondue en 2015, tandis que se poursuivent la diversification des objets mis en ligne (audiovisuel, maquettes et globes en volume, etc.), l’éditorialisation des contenus (« collections » thématiques), et l’amélioration de la qualité de restitution (documents océrisés, recherche plein texte, haute résolution). Une logique coopérative procède également de Gallica Studio, lancé à l’automne 2017, qui permet d’inciter à l’appropriation des contenus et de les valoriser9. On doit citer aussi Patrimoines partagéshttp://www.bnf.fr/​fr/​collections_et_services/​bibliotheques_num_internationales/​a.patrimoines_partages.html > qui procède d’un réseau de coopération thématique et géographique (France-Pologne, Bibliothèques d’Orient, France-Japon…) ; la Bibliothèque numérique francophonehttp://rfnum-bibliotheque.org/​rfn/​?mode=desktop > qui réunit, fin 2017, des documents issus de 10 pays du Réseau francophone numérique (RFN)10.

10Les blogs thématiques http://www.bnf.fr/​fr/​outils/​a.blogs.html > de la BnF, d’une forme plus libre, ne sont pas moins précieux : prolongements produits, comme pour Gallica < http://gallica.bnf.fr/​blog/​ > ; « carnets de recherche » (par exemple dans le domaine de l’histoire : < http://histoirebnf.hypotheses.org/​ >) ; ou approches transversales (diversification des publics : < http://blog.bnf.fr/​diversification_publics/​ >).

11Enfin il faut citer des applications téléchargeables (notamment sur tablettes et smartphones) telles que Gallicadabra qui reprend sous forme conviviale des albums jeunesse11, et Fabricabrac qui permet de s’approprier de manière ludique des documents patrimoniaux12.

Des dispositifs de médiation en évolution

Structure de l’offre d’EAC présentielle à la BnF

12Cinq activités complémentaires mobilisent les médiateurs éducatifs :

  • les visites, qu’il s’agisse des sites de la BnF en eux-mêmes (François-Mitterrand, Richelieu, bibliothèque de l’Arsenal, Bibliothèque-Musée de l’Opéra, Maison Jean Vilar d’Avignon, voire sites de conservation et de restauration de Bussy-Saint-Georges et de Sablé-sur-Sarthe) ou des expositions (de quinze à vingt par an en comptant les opérations hors les murs : < http://www.bnf.fr/​fr/​acces_dedies/​presse_expositions.html >) ;
  • les ateliers couvrant différents domaines représentatifs des collections : formes et histoire du livre, théâtre, presse, audiovisuel, musique, cartographie ; ateliers permanents ou développés en lien avec les expositions temporaires ;
  • les formations destinées aux professionnels dans un cadre institutionnel (plans académiques, inter-académiques et nationaux de formation de l’Éducation nationale) ou sur inscription libre (EAC en territoire, enseignants du premier degré, bibliothécaires jeunesse formés par le CNLJ, etc.) ;
  • les manifestations pédagogiques assurées dans les auditoriums de la BnF sous forme de conférences, colloques et tables rondes ;
  • les publications avec la production éditoriale de la BnF < http://editions.bnf.fr/ > et les dossiers pédagogiques* et autres supports destinés aux enseignants < http://classes.bnf.fr/​rendezvous/​documents.htm >13.

13Ces activités sont présentées dans des documents saisonniers, par année scolaire pour le service pédagogique (cf. < http://classes.bnf.fr/rendezvous/index.htm >), selon les trimestres de la programmation culturelle* pour les familles et le grand public < http://www.bnf.fr/​fr/​la_bnf/​visites_ateliers_jeune_public/​s.ateliers_enfants.html >.

L’original et la copie : un lien organique complexe

14La mission de conservation de la BnF, bibliothèque du dépôt légal et « de dernier recours », restreint par définition la manipulation des documents originaux, ce qui détermine les modalités de médiation :

  • accompagnement des expositions temporaires ou création d’expositions à des fins pédagogiques dans des conditions de conservation contrôlées (par exemple pour une sélection de manuscrits médiévaux de la bibliothèque de l’Arsenal) ;
  • recours aux expositions permanentes, autrefois « l’abécédaire des collections » du site François-Mitterrand, aujourd’hui « les globes de Coronelli » (1681-1683) dans les mêmes emprises. À l’horizon 2021, le musée du site Richelieu donnera un aperçu de toutes les collections ;
  • mobilisation des équipes de conservation assurant elles-mêmes la manipulation des originaux ;
  • artéfacts : matières premières (parchemin, papier, cuir, etc.), instruments (caractères typographiques, cousoirs, etc.), copies (gabarits de livres anciens, fac-similés de haute qualité, etc.) ;
  • lien systématique fait entre les objets manipulés et les exemplaires numérisés.

La diversification des modalités de médiation

15Après une vingtaine d’années d’exercice marquant le passage d’une logique de bibliothèque de dépôt légal à celle d’un établissement de coopération nationale et internationale, quelques tendances nous paraissent caractéristiques :

  • l’évolution du support éducatif écrit : la production systématique de dossiers pédagogiques papier liés à chaque exposition, pour appréciée qu’elle soit des enseignants, est devenue seconde par rapport à la structuration des ateliers, à la cohérence programmatique, à la diversification et au développement des publics ;
  • le renforcement du lien entre patrimoine et pratiques didactiques, illustré par la création d’un atelier de recherche documentaire fondé sur la spécificité des outils de la BnF et à destination tant des collèges et lycées que des jeunes étudiants ;
  • la démarche patrimoniale citoyenne exemplifiée par l’exposition sur affiches « la laïcité en questions » < http://classes.bnf.fr/​laicite/​ > créée en 2015 et ayant connu des prolongements multiples (colloques, formations, ateliers, publications)14 ;
  • l’approche partenariale territoriale, occasion de faire dialoguer les pratiques d’EAC et de recueillir les « bonnes pratiques », via des journées formations programmées depuis 2015 et destinées à mailler l’ensemble du pays15 ; ou avec le salon d’art contemporain de Montrouge dont un artiste lauréat conçoit avec la BnF des ateliers au bénéfice des classes de la collectivité ;
  • l’offre multimodale conçue autour de grands événements annuels tels que le hackathon16 ou le Festival « bibliothèque parlante »17 de la BnF, occasion d’un brassage des publics sans équivalent ; ou des expositions majeures, comme « Paysages français, une aventure photographique »18 (2017-2018) qui propose colloques, master-classes, concours, ateliers, etc. ;
  • l’adaptation de l’offre aux publics empêchés et éloignés : ateliers sur les formes du livre destinés aux déficients visuels ; atelier sur la laïcité sous forme de jeux de rôle pour les écoles de la seconde chance19 ;
  • le ciblage des filières professionnalisantes, dont les publics n’ont pas un usage naturel de la BnF, expérience tentée avec les corps du métier du bâtiment et des travaux publics (BTP) et les professions culinaires. Dans les deux cas, les élèves découvrent la BnF en tant que lieux de conservation (visites des sites Richelieu et François-Mitterrand) et centres de ressources (découverte des collections du département Sciences et techniques) et mènent des travaux en lien avec ce patrimoine spécifique (histoire des techniques de construction, grands cuisiniers des XVIIIe et XIXe siècle…).
  • 20 Autant d’aspects réaffirmés dans la politique des publics cadrée par le contrat de performance 2017 (...)

16Comme on peut le voir, ces tendances reflètent et caractérisent aussi une démarche de diversification et d’élargissement des publics de la BnF, qui est d’ordre à la fois qualitatif et quantitatif. Il s’agit de « retrouver » un public dont les usages ont évolué avec la dématérialisation des services, d’anticiper sur ses besoins, et de corriger les éventuels obstacles créés par une tradition d’institution « de dernier recours ». En ce sens, le développement de l’EAC peut être considéré dans la même perspective qu’une réforme du Haut-de-Jardin des années 2012-2014 guidée par les usages estudiantins, ou une refonte tarifaire (2017) visant à décloisonner les publics (étudiants / chercheurs / visiteurs)20.

17La médiation pédagogique est affaire de tâtonnements et non de science exacte : qui eût parié sur le succès des ateliers pour les écoles primaires réalisés pour une exposition aussi exigeante que celle retraçant la vie et l’œuvre de Blaise Pascal (2016-2017) ? La manipulation d’un objet, une reproduction de la « pascaline », l’imagination des médiateurs, le bouche-à-oreille des enseignants, ont fait du défi une expérience porteuse de sens. Ainsi, la BnF, forte de collections, de services et d’outils dont la pérennité est aussi affaire de valorisation et de partage, procède comme tout autre acteur culturel à des ajustements incessants. Affaire de coopération (en interne et avec d’autres institutions), et de dialogue entre la copie numérique, l’objet physique et le médiateur sur place ou hors des emprises de l’établissement. Cette dialectique illustre les enjeux d’une EAC qui sera amplifiée, à l’horizon 2020, par l’ensemble sans équivalent « Richelieu – bibliothèques, musée, galeries »21. À cette aune l’EAC, jadis démarrée avec de modestes « mallettes pédagogiques », puis prolongée dans des salles de médiation et en ligne, s’étend in fine à l’ensemble de la bibliothèque sous toutes ses formes.

Notes

1 Voir l’article 2 du décret n° 94-3 du 3 janvier 1994 : « accès du plus grand nombre aux collections », « consultation à distance », et « toutes actions pour […] réaliser les opérations culturelles et commerciales liées à l’exécution de ses missions » ; l’EAC au sens actuel se réfère à la circulaire interministérielle du 3 mai 2013. Voir la contribution de Colin Sidre : « Contexte juridique et outils d’appropriation de l’éducation artistique et culturelle », p. 18.

2 Axe 3.2, « poursuivre et enrichir l’offre de coopération en France et à l’international », Contrat de performance 2017-2021, p. 71. [En ligne] < http://www.bnf.fr/documents/contrat_performance.pdf >.

3 La BnF est organisée en directions, subdivisées en départements qui regroupent à leur tour des services.

4 Voir la liste des formations, mais également des journées d’études, colloques et rencontres avec des auteurs et des éditeurs organisés par le CNLJ. [En ligne] < http://lajoieparleslivres.bnf.fr/masc/integration/joie/statique/pages/07_nous_connaitre/074_formation/formation.htm>.

5 Exemple des conférences sur la littérature. [En ligne] < http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/conferences_toutes/i.conferences_theme/s.conferences_litterature.html >.

6 [En ligne] < http://expositions.bnf.fr/index.php >.

7 [En ligne] < http://cnlj.bnf.fr/fr/page-editorial/la-revue-des-livres-pour-enfants > ; après une période d’embargo, les numéros de la Revue sont mis en ligne libres de droits.

8 Certains documents non libres de droits et numérisés sont accessibles aussi, mais uniquement dans les emprises de la BnF, et nécessitent donc de s’y déplacer physiquement (version dite intra-muros de Gallica).

9http://gallicastudio.bnf.fr/ >.

10 Même si le rôle joué par la BnF dans ces initiatives n’y est pas du même ordre, il convient aussi de citer la Bibliothèque numérique européenne Europeana < https://www.europeana.eu/portal/fr > et la Bibliothèque numérique mondiale < https://www.wdl.org/fr/ >.

11http://gallica.bnf.fr/blog/07032017/gallicadabra-et-gallica-souvre-aux-enfants >.

12http://editions.bnf.fr/fabricabrac>.

13 Ces documents sont en général mis en ligne et relèvent donc à la fois de la médiation sur place et de l’offre à distance.

14 On peut risquer l’équation EAC = EMC (pour éducation morale et civique), tant il paraît que dans la démarche de la BnF l’approche éducative fait communiquer l’« artistique et culturel » avec le « moral et civique ».

15 À l’été 2018, ce programme s’est déployé à Besançon, Nîmes, Melun, Dijon, Toulouse, Rouen, Bordeaux, Abbeville, Tours, La Rochelle, Montpellier, Saint-Fargeau-Ponthierry, Nantes et Aix-en-Provence.

16 Le principe de cet événement consiste à mettre la bibliothèque à la disposition de développeurs pendant un temps limité pour qu’ils imaginent des projets innovants, et de sélectionner l’un d’entre eux : en 2016, une solution de géolocalisation associée à Gallica < http://www.bnf.fr/fr/la_bnf/anx_actu_bib/a.hackathon_2016.html >  ; < http://gallica.bnf.fr/blog/23112016/hackathon-bnf-edition-2016-lheure-du-bilan >.

17 Pendant les deux jours de cet événement, les formes d’appropriation du texte et de la bibliothèque sont croisées : visites avec de grands témoins, conférences, performances, lecture marathon de Don Quichotte, enregistrement de textes par les lecteurs, etc.

18 L’exposition, alimentée notamment par les campagnes photographiques de la DATAR, met en lumière les enjeux urbanistiques et esthétiques du paysage français des années 1980 à nos jours.

19 Organismes associatifs prenant en charge des jeunes en situation d’échec scolaire et ayant quitté le circuit de l’enseignement général (exemple : < https://reseau-e2c.fr/ >).

20 Autant d’aspects réaffirmés dans la politique des publics cadrée par le contrat de performance 2017-2021. [En ligne] < http://www.bnf.fr/documents/contrat_performance.pdf >.

21 [En ligne] < http://www.bnf.fr/fr/la_bnf/renovation_richelieu.html >.

Auteur

Responsable du service de l'Action pédagogique (2015-2018), Bibliothèque nationale de France (Paris)

© Presses de l’enssib, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search