Version classiqueVersion mobile

Faire vivre l’action culturelle et artistique en bibliothèque

 | 
Colin Sidre

Mémento

Colin Sidre

Texte intégral

1Chaque contributeur et contributrice de cet ouvrage aura su y exprimer sa propre vision de l'EAC, et il est parfois difficile de les synthétiser, tant les conceptions peuvent différer entre bibliothèques universitaires et de lecture publique, entre programmes d'EAC et actions ponctuelles, entre projets construits à destination de la petite enfance ou des jeunes adultes. Cette Boîte à outils est, à ce titre, à considérer comme un recueil d'argumentaires promouvant l'EAC, et je ne peux que vous encourager à vous en emparer pour vos propres projets et vos communications.

2Des points communs émergent, que, pour certains, nous avons présentés en introduction de ce livre. L'EAC a dans tous les cas vocation à être une opportunité pour la bibliothèque sur son territoire et face à la diversité de ses publics.

L'éducation artistique et culturelle : pour quel(s) public(s), avec quel(s) partenaire(s) ?

3Avant de s'interroger sur comment construire un projet d'EAC, il s'agit de se demander pour quels publics et surtout avec qui construire tel ou tel projet :

  • pour qui tout d'abord ? Car chaque public ciblé nécessite de prendre des précautions méthodologiques qui vont différer : on ne travaille pas de la même manière en direction des tout-petits et des adolescent.es, comme l'a bien présenté la troisième partie de cet ouvrage. Surtout, chaque public ciblé en entraîne d'autres dans son orbite : les parents des bébés, les enseignant.es des enfants scolarisés et des étudiant.es, les pairs des adolescent.es qui fréquentent les établissements, et dans tous les cas les fratries et les simples badauds, inscrit.es ou non en bibliothèque ;
  • avec qui ensuite ? Les premiers partenaires à associer au projet d'EAC sont les collègues, et cela pour trois raisons essentielles : les actions mises en place, du fait qu'elles concernent tous les publics, ne doivent pas s'arrêter à la section jeunesse de l'établissement ; les projets peuvent bouleverser le quotidien de l'établissement dans son ensemble ; ils ne peuvent reposer sur un.e unique bibliothécaire afin d'assurer leur pérennité ;
  • au sein de sa tutelle, la bibliothèque gagne également à travailler avec les autres services de l'université ou de la collectivité, que ce soit pour y trouver des compétences complémentaires, des moyens de toucher d'autres publics – en particulier les publics non-fréquentants, via l'investigation de nouveaux lieux ou la mobilisation de nouveaux moyens de communication – ou même pour définir son périmètre d'action et préciser son projet ;
  • la communauté éducative est bien évidemment le premier partenaire de l'EAC, à l'université comme en collectivité territoriale. La poursuite des projets sur le temps long nécessite souvent de dépasser les relations interpersonnelles pour formaliser des partenariats avec les établissements scolaires et les rectorats pour l’Éducation nationale, les laboratoires ou encore les écoles doctorales à l'université ;
  • au-delà de l'environnement immédiat, la multitude des partenaires associatifs, des établissements culturels également investis dans l'EAC, les artistes et auteur.es en particulier, peuvent accompagner la bibliothèque dans la construction de ces projets en mobilisant des compétences de médiation parfois très spécifiques ;
  • qu'il s'agisse de construire de nouveaux partenariats ou d'en développer sur le temps long, la régularité des échanges, la création d'espaces et de temps de rencontres réguliers avec les partenaires est nécessaire à la définition d'enjeux communs et à l'appréhension de l'approche que chacun.e a de l'EAC. Il s'agit parfois de construire ce que l'on peut qualifier d'un langage commun, en tout cas d'habitudes de travail et d'échanges entre communautés professionnelles parfois peu familières les unes des autres ; le maintien des partenariats sur le long terme en dépend souvent.

L'éducation artistique et culturelle : comment ?

4La diversité et, dans certains cas, la complexité des projets d'EAC proposés par les établissements nous amènent à proposer moins des recommandations qu'un ensemble de problématiques à identifier en préalable de la construction d'un projet :

  • déterminer un public cible : comme pour tout projet, il s'agit dans un premier temps de déterminer le public cible en direction duquel les actions seront proposées : un diagnostic peut être nécessaire, et peut s'inscrire dans le cadre d'un projet d'établissement ou d'une contractualisation comme un CTL ;
  • développer les partenariats et formaliser le projet : de manière générale sont fortement recommandées la formalisation des projets en interne (via les projets d'établissement et les chartes d'action culturelle) et la contractualisation des partenariats établis par la bibliothèque. La réalisation de documents établissant par écrit la stratégie d'éducation artistique et culturelle de l'établissement fournit aux collèges en charge de l'EAC des outils sur lesquels s'appuyer pour présenter et défendre les actions (auprès des autres collègues, des tutelles), est l'occasion de prévoir avec les partenaires la mutualisation des moyens humains et financiers, permet de préciser les besoins en matière de formation et assure la pérennisation des projets dans un contexte où ceux-ci s'appuient encore largement sur des relations interpersonnelles ;
  • s'appuyer sur les « trois piliers » de l'EAC : dans l'idéal, un projet d'EAC intègre les trois piliers que sont l'acquisition de connaissances, la rencontre directe avec un.e artiste et/ou une œuvre, et l'expérimentation du geste artistique. Si l'accueil des auteur.es peut s'avérer complexe, la mutualisation des moyens avec les partenaires peut permettre la construction de projets notables :

rappelons à toutes fins utiles que les auteur.es intervenant en bibliothèque effectuent un travail et doivent être rémunéré.es suivant les recommandations de la Charte des auteurs et des illustrateurs jeunesse*

* < http://la-charte.fr/​le-metier/​rencontres/​article/​la-remuneration-des-rencontres-et-signatures >

  • encourager les projets participatifs : nous ne pouvons que vous encourager à développer des projets participatifs, et pas uniquement à destination des adolescent.es, afin notamment de susciter et de motiver la confiance en soi qui est l'une des clefs de l'éveil artistique et culturel.
  • identifier où et quand faire vivre son projet : autre préalable à la mise en place des actions : déterminer le lieu où celles-ci se dérouleront. S'agit-il de proposer des actions dans d'autres lieux (hors les murs), afin par exemple de toucher des publics ne fréquentant pas la bibliothèque, ou d'amener plutôt les groupes d'enfants dans les murs pour leur faire découvrir l'établissement ? Les groupes scolaires doivent-ils être accueillis durant les heures de fermeture des établissements afin de bénéficier de conditions optimales, mais au risque de rendre une image biaisée de la bibliothèque ? Faut-il disposer d'un lieu spécifique pour les expositions qui ne sera pas fréquenté par toutes et tous, ou peut-on présenter des œuvres dans les espaces de passage, ce qui nécessite leur réaménagement ? Selon les collectivités, les problématiques de transport et de ressources humaines peuvent limiter la marge de manœuvre des bibliothécaires ;
  • anticiper et formaliser la communication : la communication sur les actions doit également être pensée en fonction des publics auxquels l'établissement s'adresse – en particulier des adultes entourant les enfants et les jeunes, des parents qui ne sont pas toujours associés aux projets – et peut s'appuyer sur les possibilités offertes par les partenaires ;
  • définir en amont la méthodologie d'évaluation : les modalités d'évaluation du projet d'EAC doivent être pensées très en amont : c'est également l'occasion pour les établissements et leurs partenaires de penser la régularité ou le caractère ponctuel des actions et leur possible réplication dans d'autres établissements, et d'identifier des outils possédés par les partenaires et permettant l'établissement de critères d'évaluation des projets. Prévoir un temps d'échange et de bilan avec ces derniers sur les points forts et les écueils du projet est important pour assurer la poursuite des partenariats ;
  • conclure un projet et restituer collectivement l'expérience : valoriser les projets d'EAC par un temps de restitution est appréciable. Il s'agit d'une manière d'impliquer l'entourage des enfants et des jeunes (y compris des non-fréquentant.es) ainsi que de communiquer sur la réussite du projet auprès des partenaires, des tutelles et du grand public.
  • faire évoluer les projets avec le temps : la grande majorité des projets ici présentés se sont construits sur le temps long et par étapes. Mettre en place dès le premier jour une démarche suivant l’ensemble de ces recommandations est très complexe ; faire progressivement évoluer des actions déjà existantes en s’appuyant notamment sur leur évaluation reste la principale manière de procéder.

5Rappelons pour finir que l'EAC ne se limite pas à l'ouverture sur l'extérieur pour les jeunes publics : elle est pour l'établissement l'occasion de nouer des liens au sein d'un territoire avec de nombreux partenaires, de nombreux publics qui seront toujours présents au détour d'un projet. À ce titre, l'éducation artistique et culturelle est une opportunité pour construire des politiques publiques culturelles et des partenariats avec les acteurs de la collectivité comme de l'université.

© Presses de l’enssib, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search