Version classiqueVersion mobile

Faire vivre l’action culturelle et artistique en bibliothèque

 | 
Colin Sidre

Partie 3. De la diversité des publics touchés par l’EAC

Révéler la créativité, partager des pratiques artistiques :

la médiathèque et le territoire roannais

Simon Davaud

Texte intégral

Participer à un projet de territoire

  • 1 Taux de chômage de 14,3 % et taux de pauvreté de 22,3 %, Insee, 2014.

1Et si l’épanouissement culturel participait d’une stratégie de redynamisation du territoire ? Au nord du département de la Loire, Roanne, 36 435 habitants, a fait le pari d’une politique culturelle volontariste pour surmonter les conséquences de la désindustrialisation qui a fragilisé sa population : chute démographique et paupérisation1 trouvent une traduction en matière de pratiques culturelles.

  • 2 DRAC Auvergne-Rhône-Alpes.

2La ville de Roanne entend réduire cette fracture en faisant du développement culturel un vecteur de vitalité et de lien social. Cette impulsion a été soutenue par une série de conventions avec l’État2. Un contrat-territoire lecture (CTL) 2011-2013 a notamment engagé la médiathèque à renouveler son projet d’établissement pour mieux accompagner les Roannais. Déjà très investie dans l’action culturelle, la médiathèque a souhaité expérimenter de nouvelles perspectives et aborder autrement la question des publics, pour s’affranchir des représentations sociales. Des dispositifs créatifs étayés par l’intervention d’artistes ont ainsi été imaginés.

Libérer l’expression culturelle et artistique, la Boîte à Mots

Aller au plus près de publics éloignés de la culture

3Créée en juin 2009 dans le cadre d’un projet de réussite éducative, puis intégrée au CTL, la Boîte à Mots, dispositif d’action culturelle se déroulant chaque année de septembre à juin, a été conçue pour aller au-devant de Roannais ne fréquentant pas les établissements culturels. Ces publics ont été qualifiés commodément mais de manière insatisfaisante de publics « éloignés de la culture ».

  • 3 Menée en 2012 par un cabinet d’ingénierie culturelle, cette enquête administrée au sein de la média (...)

4Dans le contexte roannais, une étude3 a précisé les publics pour lesquels un travail de sensibilisation à l’écriture, à la lecture et, plus largement, à la culture devait être entrepris. Ont été ciblés les adolescents, des personnes en situation de précarité, les personnes âgées et les habitants de quartiers enclavés pour lesquels une approche intergénérationnelle et un brassage des publics étaient à favoriser.

5Dans cette perspective, prendre appui sur des acteurs associatifs ou œuvrant dans le domaine de l’insertion a conforté la démarche de la médiathèque. Bien que forte d’une expérience significative en termes de médiation, celle-ci ne disposait en effet pas des compétences requises en matière d’action sociale ; l’expertise, la connaissance du terrain et des publics, présentes chez les interlocuteurs identifiés, ont contribué à une meilleure synergie. Le réseau constitué rassemble deux types de partenaires :

  • les 5 centres sociaux de Roanne qui touchent un large éventail d’âges, avec néanmoins une prégnance du public jeune ;
  • les associations œuvrant dans le domaine de l’apprentissage du français et de l’accompagnement familial4.

6Ces partenariats dessinent un public composite où sont fortement représentés des jeunes publics, des personnes issues de l’immigration ou en situation de précarité, avec une porosité importante entre ces différentes catégories. Des situations marquées d’illettrisme constituent un trait récurrent, qu’il s’agisse de la langue française ou parfois de la langue d’origine.

Découvrir des disciplines et des techniques

7Pour que la pratique artistique et culturelle soit encouragée durablement, le modus operandi valorise le plaisir suscité par la lecture ou l’écriture plutôt que l’utilité professionnelle ou l’obligation sociale. Le dispositif positionne les participants comme des acteurs des projets, les conduisant à s’exprimer et à donner libre cours à leur créativité.

8Dans le cadre d’une édition conçue autour d’un fil rouge (la musicalité des mots, le jeu, la nuit…), sont proposés aux médiateurs des structures partenaires des projets créatifs parmi un volant de 4 à 5 disciplines artistiques – chaque partenaire bénéficie d’1 à 3 actions par saison dans des champs aussi variés que la poésie sonore, la sérigraphie ou la linogravure, la réalisation d’un court-métrage d’animation et de sa bande-son, etc., avec toujours une étape plus ou moins prononcée d’écriture.

9L’ensemble du processus créatif est piloté par un artiste ou un collectif d’artistes qui définit avec les partenaires les modalités et le rendu final du projet, dans le respect de la thématique et des engagements artistiques. 3 à 5 ateliers d’une durée de 2 à 3 heures, selon l’envergure du projet, se tiennent dans les locaux des partenaires ; ils aboutissent à des œuvres originales exposées en fin d’édition à la médiathèque.

Accompagner les professionnels

10Quand la forme s’y prête, les artistes assurent auprès des animateurs des centres sociaux et associations partenaires, ainsi que des agents de la médiathèque, une journée de présentation de leur démarche artistique et des techniques utilisées. Ce temps permet à chacun de s’approprier les ateliers à venir et de mieux préparer les publics ; les tutoriels délivrés à cette occasion sont déclinés par les médiateurs pour d’autres publics et d’autres projets, prolongeant les acquis professionnels en dehors de la Boîte à Mots. Ce moment partagé et la meilleure connaissance réciproque nourrissent par ailleurs le dialogue partenarial.

Faire converger publics et artistes

11Stimuler la fibre artistique pour favoriser les pratiques culturelles n’est pas le seul fait de la Boîte à Mots ; cette démarche relève d’une stratégie globale de la médiathèque, déclinée pour d’autres publics.

Associer découverte et pédagogie, le Plan local d’éducation artistique et culturelle (PLEAC)

12Le PLEAC, fruit d’une convention entre la ville de Roanne, l’Éducation nationale et la DRAC, a ainsi amené les établissements culturels (médiathèque, musée, théâtre…) à renouveler l’approche de la médiation entreprise en faveur des élèves de 1er et 2nd degrés de l’enseignement général, technologique et professionnel.

13Les objectifs du PLEAC présentent des similarités avec ceux de la Boîte à Mots, à savoir encourager le développement harmonieux des élèves, la fréquentation des lieux culturels et la découverte d’œuvres artistiques. De la même manière que la Boîte à Mots, des projets sont construits par les équipes éducatives et les équipements culturels avec des artistes ayant pour mission de partager leur recherche artistique, de faire découvrir aux élèves leur discipline tout en les amenant à cultiver leur fibre sensible et créative.

14Chaque projet associe au minimum 2 classes pour un volume d’interventions artistiques d’environ 12 heures par classe ; il fait l’objet d’une validation par un comité de pilotage rassemblant les instances partenaires. La médiathèque vient enrichir le parcours créatif des élèves avec des actions de programmation (expositions, ateliers, spectacles) et de médiation (visites-découvertes, jeux de pistes…).

Concevoir une action transversale et intégrée pour tous les publics

15Du fait des affinités de ces deux dispositifs, la médiathèque a choisi de décloisonner les approches pour aboutir à un projet culturel cohérent destiné tout autant à des publics spécifiques (Boîte à Mots, PLEAC) qu’à tout public. La programmation culturelle in situ, les actions hors-les-murs assurées par les artistes et la médiation sont donc pensées comme un tout élaboré autour d’une thématique commune. Celle-ci est choisie en fonction de sa richesse et de sa propension à inspirer les divers publics. L’ensemble de la médiathèque se mobilise pour parvenir à une telle intégration depuis le programmateur culturel et la direction pour la conception, la planification et la valorisation jusqu'aux bibliothécaires pour la médiation.

Une résidence artistique

  • 5 Résidence engageant l’artiste non pas à concevoir une œuvre mais à favoriser la création sur le ter (...)

16Afin de sceller cette approche transversale, une résidence-mission5 est confiée chaque année à l’un des artistes ; celui-ci est invité à œuvrer dans le cadre du PLEAC, de la Boîte à Mots et auprès de tout public. La mise en valeur de son travail en fin d’édition coïncide avec la valorisation des œuvres réalisées par les participants de chacun des dispositifs au fil des quelque 140 heures de rencontres artistiques.

  • 6 DRAC Auvergne-Rhône-Alpes et, pour la Boîte à Mots, Caisse d’allocations familiales de la Loire.

17Cette formule apporte beaucoup de cohérence et de lisibilité à l’action de la médiathèque – sa pertinence est reconnue à travers un subventionnement public significatif6 qui vient étayer l’engagement financier de la ville de Roanne. La transversalité permet surtout de positionner les différents publics dans un projet global et partagé où chacun, à sa mesure, à sa manière, va faire écho à la vaste programmation portée par la médiathèque, loin de toute stigmatisation.

Schéma. Dispositif d'action culturelle et artistique 2016-2017 à la médiathèque de Roanne sur le thème la foret, la nuit : fiche action

Schéma. Dispositif d'action culturelle et artistique 2016-2017 à la médiathèque de Roanne sur le thème la foret, la nuit : fiche action

Source : Simon Davaud

S’assurer de l’appropriation des projets par chaque acteur

18Dans la mesure où la rencontre avec des artistes constitue le postulat fondamental de la démarche, les conditions de cette rencontre doivent favoriser une relation de confiance. L’investissement des artistes – avec parfois une mobilisation sur leur temps personnel – est déterminant pour l’adhésion des publics. Quand l’alchimie opère, les participants gardent un souvenir ému et durable de leur collaboration. A contrario, des incompatibilités assèchent parfois tout dialogue et toute créativité. La médiathèque se montre donc très vigilante quant à la faculté d’adaptation et à la réactivité des artistes, tout en s’assurant que leur intervention dans des lieux et des formats qui ne leur sont pas familiers soit respectueuse de leur statut artistique. C’est particulièrement vrai dans le cadre de la résidence-mission. L’accompagnement opéré par la médiathèque doit par ailleurs dégager les artistes de toute contingence logistique.

19Enfin, l’engagement des participants tient beaucoup à la valorisation publique des œuvres créées, source de fierté. La forme de cette restitution (exposition, performance, projection, livret…) est à prévoir très en amont du projet et doit permettre à chacun de garder trace de cette expérience de vie. Le site de la médiathèque et les pages dédiées à la Boîte à Mots et à la résidence-mission apportent une visibilité numérique7.

Évaluer pour être au plus près des attentes

20La dimension expérimentale de ces dispositifs impose d’identifier les éléments perfectibles et leur portée exacte. L’évaluation, bien que parcellaire, y concourt, tout en légitimant la démarche et les moyens mis en œuvre.

Mesurer l’impact des dispositifs

21Les données quantitatives réduites limitent la finesse de l’évaluation. Près de 2 865 participations aux ateliers ont été enregistrées depuis le lancement de la Boîte à Mots (360 en moyenne par édition). Côté PLEAC, ce sont 824 élèves (près de 170 par an) qui ont profité des projets portés par la médiathèque. Les chiffres de fréquentation doivent cependant être maniés avec prudence, notamment pour la Boîte à Mots où la volatilité du public d’un atelier sur l’autre limite leur interprétation.

22Les répercussions en termes d’inscription ou d’usage de la médiathèque ne traduisent pas pleinement l’évolution du rapport au livre et à la lecture. Le fait que les catégories socioprofessionnelles les plus fragiles ou les habitants des quartiers défavorisés ne soient pas plus représentés qu’auparavant ne signifie pas que les publics de la Boîte à Mots ou du PLEAC ne bénéficient pas intrinsèquement de ces actions. Des indicateurs plus fins sont à inventer pour mieux apprécier les effets pour chacun tout en respectant l’esprit de liberté revendiqué.

23Face à cette relative fragilité des données quantitatives, l’évaluation qualitative revêt une importance majeure. Elle repose sur les constats établis tout au long du projet (suivi des ateliers, points d’étape) ainsi que sur une évaluation administrée en fin d’édition auprès des artistes et des partenaires (animateurs des centres sociaux et équipes éducatives) sous forme de rencontres ou de questionnaires. Cette méthodologie privilégie le ressenti des différentes parties à une évaluation scientifique qui requerrait des compétences et outils que seule une expertise extérieure mettrait à profit. Les éléments recueillis sont variables – l’évaluation s’avère plus fine au niveau du PLEAC du fait d’une pratique régulière de cet exercice par les équipes éducatives. Les données sont exploitées à travers les bilans destinés aux financeurs et aux participants ainsi qu’au sein du rapport d’activité de la médiathèque. Ce recueil permet de mesurer le très bon accueil de cette action culturelle transversale.

S’investir dans un projet

24Boîte à Mots comme PLEAC encouragent des pratiques culturelles qui s’épanouissent dans le collectif, fédérant et motivant scolaires et publics en grande détresse sociale ou en situation d’illettrisme. C’est ainsi que des publics scolaires, y compris des lycéens à l’origine méfiants vis-à-vis du projet ou dont les préoccupations semblent assez éloignées des champs culturels, ont montré une forte implication, poursuivant par exemple le travail engagé avec l’artiste au détriment de la sacro-sainte récréation ! Les professeurs reconnaissent d’ailleurs un impact direct des projets d’EAC qui facilitent les conditions d’apprentissage notamment pour les élèves qualifiés de difficiles.

25De la même manière, la participation répétée à la Boîte à Mots rend possible des formes de création de plus en plus ambitieuses : un groupe ayant participé à des ateliers d’écriture sur 3 années consécutives est ainsi passé de petits exercices ludiques la 1re année à la rédaction d’une histoire scénarisée, illustrée et reliée lors de la dernière édition. L’ouverture, l’écoute et le partage nécessaires à une telle création trouvent un écho similaire auprès des scolaires : un atelier de poésie sonore a ainsi conduit les écoliers les plus réservés à affronter le regard d’autrui et la turbulence première de leurs camarades, vite captés par leurs performances.

Porter un autre regard sur soi et autour de soi

26En favorisant l’imagination et la créativité, l’EAC porte également ses fruits en termes de pratiques individuelles. Les témoignages les plus précis émanent de la Boîte à Mots : lors de la dernière édition, plusieurs participants à des ateliers d’illustration ont signalé dessiner pour la première fois, trouvant là un mode d’expression qui constitue, pour certains, une promesse. Par ailleurs, une personne en situation d’illettrisme ayant suivi avec assiduité les ateliers d’écriture a évoqué une révélation telle qu’elle a rédigé sa biographie de manière manuscrite et phonétique ; le texte imprimé sera relié par l’atelier de reliure de la médiathèque. Ces témoignages individuels, s’ils ne peuvent être généralisés, démontrent néanmoins une libération dans l’expression de soi. La pratique artistique prend ici toute sa substance en ce qu’elle soutient une confiance en soi confortée ou retrouvée.

27Les acquis de ce travail d’EAC ne profitent pas qu’aux participants. Animateurs des centres sociaux et enseignants voient leurs pratiques professionnelles enrichies non seulement par la mise à disposition d’outils et de techniques artistiques mais également à travers le regard porté sur les productions des participants ; le dialogue avec les artistes a parfois conduit des enseignants à percevoir la pratique artistique autrement et à donner plus de liberté aux élèves dans le cadre de l’enseignement des arts plastiques.

28L’action de la médiathèque et les méthodes de travail expérimentées à travers la Boîte à Mots et le PLEAC s’en trouvent elles-mêmes renouvelées et réinvesties dans d’autres projets. La complexité du travail partenarial suppose de chercher le point d’équilibre entre culture, apprentissage, insertion, vivre ensemble, développement personnel… satisfaisant ainsi les objectifs et l’identité de chacun.

Faire germer des initiatives

29Les énergies déployées ici débordent du strict périmètre de la médiathèque : des artistes se rencontrent et mènent des projets autonomes ; les centres sociaux, des compagnies de danse du territoire ou des équipements tels que le Conservatoire intercommunal et le Musée Joseph-Déchelette se sont emparés, pour leur part, des thématiques développées par la médiathèque pour vivre d’autres expériences créatives et toucher d’autres publics. Ce foisonnement de projets autour des initiatives de la médiathèque constitue de fait la promesse d’une action éducative et culturelle toujours plus transversale et efficace. Un enrichissement véritable où chacun apprend de l’autre, apprend avec l’autre.

Notes

1 Taux de chômage de 14,3 % et taux de pauvreté de 22,3 %, Insee, 2014.

2 DRAC Auvergne-Rhône-Alpes.

3 Menée en 2012 par un cabinet d’ingénierie culturelle, cette enquête administrée au sein de la médiathèque ainsi que dans des collèges, lycées, grandes surfaces, centres sociaux et marché de la ville est complétée par un focus group avec des collégiens et lycéens, des entretiens et un travail avec les bibliothécaires. Les données collectées et cartographiées ont permis de mieux connaître les usages, attentes et pratiques culturelles des publics et non-publics de la médiathèque.

4 Espace local de lutte contre l’illettrisme et pour la promotion professionnelle et sociale (ELLIPPS), Animation formation aide aux familles (AFAF), Centre d’accueil des demandeurs d’asile (CADA).

5 Résidence engageant l’artiste non pas à concevoir une œuvre mais à favoriser la création sur le territoire en prenant appui sur son projet artistique.

6 DRAC Auvergne-Rhône-Alpes et, pour la Boîte à Mots, Caisse d’allocations familiales de la Loire.

7bm-roanne.fr >.

Table des illustrations

Titre Schéma. Dispositif d'action culturelle et artistique 2016-2017 à la médiathèque de Roanne sur le thème la foret, la nuit : fiche action
Crédits Source : Simon Davaud
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11548/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 961k

Auteur

Directeur de la médiathèque de Roanne

© Presses de l’enssib, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search