Version classiqueVersion mobile

Faire vivre l’action culturelle et artistique en bibliothèque

 | 
Colin Sidre

Partie 3. De la diversité des publics touchés par l’EAC

Travailler pour et avec les adolescent.es, l'exemple des Rêveurs de l'Odyssée à la médiathèque de Lomme

Nathalie Bailly

Texte intégral

  • 1 Lomme est une commune de 29 000 habitants. Elle est ville associée avec Lille et Hellemmes. Depuis (...)

1En septembre 2006, la médiathèque de Lomme1 invite par courrier personnalisé 350 jeunes âgé.es de 12 à 15 ans (inscrit.es à la médiathèque), à participer à une première réunion de présentation d'un nouveau projet : la création d'un groupe de lecteur.rices adolescent.es.

2Les objectifs du projet :

  • s'appuyer sur leurs pratiques culturelles et artistiques pour le développement d'une offre documentaire et culturelle sur mesure destinée au public adolescent ;
  • les désigner comme prescripteur.rices et acteur.rices au sein du dispositif culturel et artistique de la médiathèque.

3Six jeunes se présentent à la première réunion. À la suivante, ils seront dix. Ils sont aujourd'hui une trentaine à participer régulièrement aux réunions et aux actions de la médiathèque. Les âges vont de 12 à 32 ans. Malgré leur différence d'âge, ils se retrouvent autour des mêmes lectures. Une saga littéraire en particulier les réunit tous et toutes ou presque : Harry Potter ! C'est comme passer sous le « choipeau » pour être dirigé.e vers Poufsouffle ou Gryffondor. Aimer la saga de J.K. Rowling est quasi un passage obligé. Harry Potter ou pas, lorsque de nouveaux membres arrivent, ils et elles sont immédiatement accueilli.es et intégré.es par les plus ancien.nes. Chacun.e peut quitter le groupe et y revenir à tout moment.

4Les Rêveurs de l'Odyssée (c'est le nom qu'ils et elles se sont choisi.es) se réunissent un samedi après-midi tous les deux mois environ à la médiathèque autour d'un goûter. Le groupe y discute de leurs dernières lectures. De nombreux rebonds existent entre la littérature adolescente, les bandes dessinées (comics, mangas), la musique, le cinéma, les séries TV et même les jeux vidéo, dans une approche parfois transmédia*. Les discussions, les analyses, les critiques sont passionnantes et animées. Le groupe a créé une page Facebook2, administrée par l'une de ses membres. Les comptes rendus des réunions y sont partagés.

Fidéliser et motiver les adolescent.es

5L'organisation de temps forts jalonnant la vie du groupe a permis de construire un socle culturel commun et de tisser des liens très forts entre eux.

  • 3 Musée d'art moderne, d’art contemporain et d’art brut de Villeneuve d'Ascq.

6En signant des conventions de partenariats avec l'Opéra de Lille, l'Orchestre national de Lille, le Vivat à Armentières ou le Centre national de la danse à Roubaix, le LaM3 ou Lille 3000, la médiathèque développe un programme culturel de qualité, encourage le déplacement vers des équipements prestigieux sur le territoire de la Métropole européenne de Lille (MeL), sensibilise les publics à la création artistique, gratuitement ou à tarif réduit. Grâce à cette politique culturelle, les Rêveurs ont été accueilli.es de manière privilégiée à des spectacles ou des répétitions (accueil du groupe par le chargé des publics, visites des coulisses, rencontres avec les artistes).

  • 4 Cosplay : activité axée sur la personnification, qui consiste à se costumer en personnage de fictio (...)

7Les voyages organisés au Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, à la Foire du livre de Bruxelles ainsi qu'à la Japan Expo ont permis aux Rêveurs de rencontrer des auteur.es vivant.es, d'observer la richesse éditoriale pour la jeunesse, de participer à des tables rondes, des conférences, des cosplays4

8Enfin, les moments conviviaux proposés par la médiathèque sont attendus et prisés par les jeunes. Les pique-niques de fin d'année, jeux de loups-garous… ont scellé leur appartenance à la vie du groupe.

Désigner les adolescent.es comme prescripteur.rices

9Lors de l'ouverture de la médiathèque en 2002, une charte des collections avait été rédigée et validée. Elle favorisait des passerelles entre les collections et les publics, permettant de voyager dans les différents secteurs de la médiathèque, sans frontières. Ainsi, le rayon Romans de l'adolescence est-il situé au sein du secteur Littérature, au rez-de-chaussée, et non dans celui du secteur jeunesse : chaque roman est équipé d'un liseré bleu (identifiant visuel pour les collections jeunesse) au-dessus de la cote R3 suivie des trois premières lettres du nom de l'auteur.e. C'est ainsi que se côtoyaient sur les étagères, des romans de Marie-Aude Murail, Susie Morgenstern, Louis Sachar, John Fante, Melvin Burgess, Françoise Sagan, Dino Buzzati, Salinger, McCarthy, quelques grands classiques de SF et de littérature fantastique. Des romans jugés indispensables. Était-ce suffisant ?

Achats en librairie et refonte du rayon Romans de l'adolescence

10En 2007, la médiathèque met en place « la sortie en librairie ». Une enveloppe de 1 500 €/an est dégagée du budget acquisitions livres jeunesse pour cette action. La vingtaine de jeunes du groupe sont des lecteurs et lectrices assidu.es, avec des goûts éclectiques.

Encadré. Co-acquérir : recommandations aux adolescent.es

Pas de censure sur leurs choix, mais un droit de regard de la bibliothécaire référente afin d'éviter les doublons.Éviter la sur-représentation d'un genre, d'une maison d'édition ou d'un.e auteur.e.Prêter attention au travail des petites maisons d'édition.Se faire plaisir, mais garder à l'esprit que l'on achète pour l'ensemble des lecteur.rices de la médiathèque et pas pour soi uniquement.Vérifier les tomaisons.S'informer de l'actualité littéraire.Questionner les libraires qui sont d'excellent.es professionnel.les quand on sèche sur un.e auteur.e, un titre ou un.e éditeur.rice.

11Cette action leur a permis de découvrir le travail d'une librairie indépendante. Les libraires leur parlent de leur métier, du monde de l'édition et de la diffusion, leur racontent des anecdotes.

12Les adolescent.es pourront ensuite revenir de manière autonome dans un lieu familier où ils et elles ont été bien reçu.es. Cela crée de nouvelles habitudes de consommation. Les jeunes savent qu'il existe des alternatives aux achats sur Internet ou aux chaînes de librairies.

13Il est conseillé de prévenir votre libraire partenaire de votre visite, car cela suppose que votre libraire vous soit entièrement voué (la visite peut durer de deux à trois heures) et ses rayons bien achalandés (prévoir un réassort immédiat). La médiathèque de Lomme organise une à deux sorties en librairie par an en fonction du budget supplémentaire de fin d'année.

14Les livres achetés et la facture dans les sacs, le retour vers la médiathèque s'effectue en métro (les jeunes sont muni.es de leurs titres de transport personnels). Ils seront les premiers lecteurs en emportant chez eux les livres de leurs choix qu'ils et elles liront et critiqueront lors de la réunion suivante. Les critiques seront partagées ensuite sur leur page Facebook.

15Les livres choisis par les Rêveurs de l'Odyssée portent sur leur couverture le sticker « choisi en librairie par les Rêveurs de l'Odyssée » indiquant la date de la sortie en librairie.

Métamorphose du rayon Romans de l’adolescence

16Il est intéressant de constater qu'en dix ans, le rayon Romans de l'adolescence s'est métamorphosé. Il leur ressemble. Il est à leur image. Une photographie instantanée de ce qu'ils lisent et des auteur.es qui comptent pour eux. Les membres du groupe ont conscience de leur responsabilité et en sont fier.es. Le travail des libraires, des éditeur.rices et des auteur.es leur est devenu familier. La littérature adolescente n'a jamais été aussi riche et variée et les Rêveurs en sont les meilleurs médiateurs puisqu'ils sont des acteurs de la chaîne du livre en devenant prescripteurs. Les statistiques de prêts pour la collection « R3 » révèlent la vitalité du rayon.

Un nouveau rôle, de nouvelles compétences pour les bibliothécaires

17Il faut beaucoup de souplesse et de capacité d'adaptation pour mener jusqu'au bout cette action. Ce type d'aventure suppose l'adhésion de l'équipe de la médiathèque.

18Ainsi, il est nécessaire de communiquer avec l'ensemble des collègues sur les actions que l'on mène en direction des adolescent.es afin qu'elles soient entendues et comprises par tous. Les collègues doivent être informé.es du modus operandi du projet. Le caractère novateur de l'opération, positionnant les jeunes comme co-acquéreur.rices et leur laissant emprunter les livres ni catalogués ni équipés (seulement pointés sur le bon de livraison) peut déconcerter, voire bousculer des collègues habitué.es au circuit classique du document en bibliothèque.

19J'ai relevé sur dix ans de sorties en librairie, une évolution du regard des professionnel.les (bibliothécaires et libraires) porté sur les jeunes du groupe. Étonnement, curiosité, indulgence, bienveillance, empathie et sympathie sont venus remplacer la méfiance et l'incrédulité quant au sérieux des jeunes dans leur rôle au sein de la politique d'acquisition de la médiathèque. Il faut accepter que le cadre se déplace et que le rôle de bibliothécaire devienne davantage celui d'accompagnateur.rice et d'incitateur.rice de talents. Les bibliothécaires ne travaillent alors plus « pour » mais « avec » les usager.es.

Co-construire avec les adolescent.es

Les jeunes deviennent acteur.rices

20C'est en observant les nombreux talents et compétences des Rêveurs et des Rêveuses que la médiathèque a souhaité encourager, soutenir et accompagner les jeunes dans leurs projets artistiques. C'est ainsi que nous avons aménagé au premier étage de la médiathèque, dans le secteur Musique et arts du spectacle, une « Petite Scène » et une « Petite Galerie », espaces dédiés aux pratiques artistiques amateures, dans un esprit de spontanéité. Les jeunes peuvent y exposer leurs photos, dessins, inviter leurs ami.es / familles à un vernissage, y lire de la poésie ou y jouer de la musique. Parallèlement à ces événements ponctuels, des ateliers d'écriture, des rencontres avec des auteur.es, une programmation cinématographique et la création d'un prix de littérature adolescente ont été portés par les Rêveurs de l'Odyssée au sein de la médiathèque grâce à leur implication et leur maîtrise de nombreux domaines.

21La médiathèque leur apporte son soutien en logistique, outils techniques, communication et moyens humains.

22Tous ces projets sont d'abord rédigés et présentés devant l'équipe et la directrice de la médiathèque. Ils ne peuvent aboutir que si les fiches projet sont validées par la majorité de l'équipe (même sans financement). Ces fiches projet sont alors rédigées avec les jeunes. Cela leur permet de réfléchir au sens de leur démarche culturelle et artistique, de développer leur esprit d'analyse et de synthèse ainsi que leur sens critique.

Les jeunes deviennent organisateur.rices

23Nous l'avons déjà souligné, les Rêveurs de l'Odyssée ont en commun avec des millions d'autres lecteur.trices, leur amour pour la saga Harry Potter et ses multiples déclinaisons.

24Pour les 20 ans de la publication du premier tome en 2016, les Rêveurs ont souhaité organiser une grande manifestation en hommage aux sorcier.es sorti.es de l'imaginaire de J. K. Rowling : « La Harry Potter Book Week ». La médiathèque de Lomme leur a donné carte blanche. Les adolescent.es se sont partagé.es l'organisation du travail. Leur bibliothécaire référente est nommée coordinatrice. Sont ainsi créés un groupe communication (programme, flyers, affiches, création de l'événement sur Facebook, contact presse), un groupe création des décors, un groupe atelier cuisine, un groupe création de jeux et chasse aux « horcruxes », un groupe commissaire d'exposition, un groupe d'accueil (les Préfets), un groupe ateliers créatifs, un groupe lecture bilingue d'extraits d'Harry Potter en langues étrangères (en s'appuyant sur le plurilinguisme de certain.es Rêveurs), un groupe « Potterhead », un musicien au clavier (thèmes et jeux musicaux Harry Potter), un groupe de lecteur.rices d'« histoires qui font peur » pour les plus jeunes. Un.e référent.e est désigné.e par groupe de travail.

25Tout est organisé en trois mois, de novembre 2015 à février 2016. De nombreuses réunions en petits et grands groupes sont nécessaires. Le groupe doit faire face à des difficultés au niveau du matériel de communication (par manque d'anticipation).

26Le bilan de cette manifestation créée et portée par les Rêveurs de l'Odyssée et quelques bibliothécaires volontaires et enthousiastes de l'équipe de la médiathèque fut plus que positif, dépassant même toutes les prévisions : la participation énorme du public (plus d'un millier de personnes, la plupart costumées, âgées de 2 à 90 ans), des volontaires qui ont rejoint les équipes constituées sur les quatre jours (dont certain.es ont ensuite intégré le groupe des Rêveurs), des parents qui ont raconté spontanément des histoires, des gens qui se sont inscrits au Club des Black Snitches (joueurs de Muggle Quidditch), des duels de sortilèges improvisés, des cupcakes et des jus de citrouille supplémentaires à confectionner à la dernière minute, l'enthousiasme de l'élu à la Culture qui est resté tout le week-end et a joué avec les Rêveurs. Toute l'équipe de la médiathèque a été motivée et impressionnée par le travail des jeunes. Beaucoup de personnes ont cru que la médiathèque avait fait appel à des prestataires professionnels.

27Les Rêveurs ont acquis une notoriété dans la presse et les cercles de fans d'Harry Potter5.

28Elles et ils ont été invité.es ensuite au « Dernier Bar avant la fin du monde » en octobre 2016 afin d'y créer un événement Harry Potter au moment de la sortie du livre Harry Potter et l'enfant maudit6.

Les jeunes s'engagent

  • 7 Atelier de réparation ou de recyclage participatif et convivial d'objets.

29De lecteur.rices à prescripteur.rices puis acteur.rices, une partie des Rêveurs de l'Odyssée s'est engagée en 2017 sur le chemin associatif. Elles et ils se sont donc réuni.es plusieurs fois, le soir, à la médiathèque, afin de créer leur association « LUZINAMO ». Cette association a pour objet de permettre l’accès à la lecture aux personnes en situation de précarité et/ou éloignées du livre ou de la lecture. L'une des Rêveuses fréquente la Maison régionale de l'environnement et des solidarités (MRES) en participant à un « Repair Café »7. Grâce à elle, le groupe a été invité et accueilli à la MRES. Deux documentalistes leur ont expliqué les multiples missions de l'établissement, ont partagé leur expérience professionnelle et leur ont expliqué les différentes étapes nécessaires à la création d'une association.

Les Rêveurs ont maintenant d'autres compétences à ajouter à leur CV

30Elles et ils savent créer une association, en rédiger les statuts, le règlement intérieur ainsi que la charte de gestion des dons de livres. Elles et ils ont élu les membres du bureau, ont effectué les démarches pour trouver une banque, une assurance. Elles et ils ont participé à des braderies afin de récupérer des livres, sont invité.es à des événements culturels afin de faire connaître leur association et collecter des livres, se sont rapproché.es d'une autre association caritative (le Secours populaire) afin de travailler ensemble avec les mêmes publics.

31Elles et ils ont décidé, en plus d'offrir des livres, de raconter des histoires aux enfants et aux familles, d'animer des ateliers de fabrication d'objets à partir des livres pilonnés.

32Elles et ils ont créé le logo de l'association ainsi que des comptes Facebook et Twitter, et bientôt un site.

Travailler en tandem

« […] et, sans perdre courage,

Vingt fois sur le métier, remettez votre ouvrage… »

Nicolas Boileau, L’art poétique, Chant 1

33Travailler pour et avec des adolescent.es requiert un travail de fidélisation, d'accompagnement et de réflexion, qui évolue sans cesse en fonction de leurs pratiques et de leurs attentes. Les adolescent.es sont curieux.ses de tout. Elles et ils utilisent tous les médias sans préjugés, ni hiérarchie. Les frontières tombent et tout devient possible. Leurs exigences et leurs savoirs remettent en question nos pratiques professionnelles et nécessitent une veille culturelle et technologique permanente.

34Dès le départ, il m'a paru évident être connectée à eux via les réseaux sociaux. J'ai aussi été conviée dans leur intimité, puisqu'elles et ils me confiaient leurs sentiments, leurs états d'âme, leurs rêves, leurs poèmes, leurs pièces de théâtre, leurs premiers jets d'écriture, leurs larmes, etc. Il a parfois été difficile voire impossible de trouver la bonne distance afin de ne pas être envahie, de jour, de nuit, sur le temps professionnel comme privé. Est-ce la tranche d'âge qui a favorisé la création de ces liens affectifs très forts ? Est-ce lié à ma personnalité ? Aux leurs ? On nous a parfois désignés comme étant « Miss Pérégrine et ses enfants particuliers ». Au sein de ce groupe constitué de davantage de filles que de garçons (comme souvent lorsqu'il s'agit de pratiques liées à la lecture), certain.es étaient en situation d'autisme (sans que les parents m'en informent au préalable), d'autres étaient maltraité.es à l'école par leurs « camarades » car considéré.es comme différent.es : lecteurs, lectrices, rêveurs et rêveuses, des jeunes qui découvraient leur homosexualité et osaient l’exprimer, des jeunes qui trouvaient dans ce groupe une place qu'ils et elles n'avaient pas ailleurs. Comme Harry Potter dans son placard sous l'escalier, qui ne se révélera qu'arrivé à Poudlard et « avec » ses ami.es, les Rêveurs avaient des difficultés à trouver leur place et se sont « reconnu.es » au sein de ce groupe. Le groupe a agi comme un laboratoire photo sur les Rêveurs : révélateur, agrandisseur et développeur.

35Interpellée lors d'une journée d'étude sur les pratiques culturelles des adolescent.es sur ce lien si particulier que j'entretenais avec les Rêveurs de l'Odyssée, j'ai pris conscience de l'exclusivité de cette relation et du danger de la non-pérennité de ces actions en direction des adolescent.es si je devais quitter ou la médiathèque ou mes missions en direction de ce public. J'ai ainsi décidé, depuis deux ans, de me faire accompagner par une collègue bibliothécaire, sur des temps forts de la vie du groupe. Elle a été immédiatement adoptée. C'est en m'appuyant sur cette expérience extrêmement riche, dense, complexe et chronophage (accompagner un groupe de jeunes pendant plus de dix ans) que je ne puis que conseiller à tout.e bibliothécaire qui voudrait construire un tel projet au sein de sa structure, de le faire en binôme.

Notes

1 Lomme est une commune de 29 000 habitants. Elle est ville associée avec Lille et Hellemmes. Depuis septembre 2016, l'Odyssée a intégré le réseau des médiathèques de Lille et offre, grâce à celui-ci, un service de réservation et une navette pour le circuit des documents. Depuis son ouverture en septembre 2002, l'Odyssée est ouverte le dimanche matin. Elle accueille 12 000 adhérent.es qui peuvent emprunter 15 documents pour une durée de 3 semaines.

2https://www.facebook.com/groups/106301789498788/ >.

3 Musée d'art moderne, d’art contemporain et d’art brut de Villeneuve d'Ascq.

4 Cosplay : activité axée sur la personnification, qui consiste à se costumer en personnage de fiction, issu d'un jeu vidéo, d'une bande dessinée ou d'un film d'animation, et à jouer en public son personnage en imitant son comportement.

5http://www.lavoixdunord.fr/archive/recup%3A%252Fregion%252Fa-la-mediatheque-de-lomme-la-harry-potter-book-ia21b49765n3330684 >.

6http://sneetch.fr/academie-esj/fans-dharry-potter-ont-fete-sortie-dernier-tome-a-maniere/ >.

7 Atelier de réparation ou de recyclage participatif et convivial d'objets.

Auteur

Bibliothécaire à l’Odyssée, médiathèque de Lomme, en charge des collections Cinéma et arts du spectacle, des romans ados et des actions en direction des publics adolescents et jeunes adultes

© Presses de l’enssib, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search