Version classiqueVersion mobile

Faire vivre l’action culturelle et artistique en bibliothèque

 | 
Colin Sidre

Partie 3. De la diversité des publics touchés par l’EAC

Articuler les temps de l'enfant :

l'exemple de la médiathèque de Troyes

Cédric Gouverneur

Texte intégral

1La mise en place de la réforme des rythmes scolaires à l’échelle d’une ville ou d’un territoire ne peut se faire sans compter sur les différents acteurs culturels et sociaux locaux, dont font bien sûr partie les médiathèques. Les partenariats entre établissements culturels et services de l’enseignement sont donc primordiaux et représentent de nombreux enjeux. Bien que conçu dans le cadre de l'application de la réforme, le dispositif présenté ici est potentiellement applicable à d'autres situations d'articulation des différents temps de l'enfant et du jeune.

Enjeux et mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires pour la ville de Troyes

2Depuis de nombreuses années, la ville de Troyes œuvre à l’accompagnement des élèves des écoles maternelles et élémentaires à travers divers dispositifs à la fois sur le temps scolaire et le temps périscolaire. Ainsi, en lien avec la réforme des rythmes scolaires instituée en 2014, le « Projet Éducatif Territorial 2014-2017 » a donné naissance au Nouveau village éducatif de la ville de Troyes1. La médiathèque de Troyes Champagne Métropole s’implique dans une démarche d’aide à la construction du parcours de l’enfant et propose un programme spécifique d’accueil dans le cadre des nouvelles activités périscolaires (NAP)* dès la rentrée 2015. Suite à un sondage réalisé par la ville de Troyes auprès des familles, dès la rentrée scolaire 2018-2019, il a été choisi de revenir à une organisation de la semaine sur quatre jours. Le temps scolaire sera donc allongé de quarante-cinq minutes par jour. Un nouveau dispositif intitulé « Mon périscolaire » prendra le relais des NAP et proposera différentes activités aux enfants.

3Il conviendra donc ici de présenter les passerelles possibles entre un établissement culturel et un service de l’enseignement et d’envisager en quoi ces liens permettent de construire un partenariat actif, dont le but est d’assurer une cohérence des activités proposées sur un territoire. Les bénéfices de la construction de ce partenariat s’appliquent également à d’autres dispositifs que les NAP (accueils de centres de loisirs par exemple).

4L'élaboration d’un programme dédié aux NAP repose sur des échanges réguliers avec le service enseignement de la ville de Troyes. Il s’agit de construire un programme complémentaire des classiques accueils de classes ou des accueils des centres de loisirs. Mettre en place une animation spécifique sur douze séances nécessite une réflexion sur les objectifs de ces visites qui doivent être à la fois « ludiques », « distractives » sans être « scolaires », cet aspect étant réservé aux accueils de classes sur le temps de l'école.

Les propositions de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

5Située dans le centre-ville de Troyes, la médiathèque est voisine des grands musées troyens ainsi que du conservatoire de musique avec lesquels de nombreux liens existent. L’établissement d’environ 13 000 m² est organisé en différents secteurs ; le rez-de-chaussée comprend la banque de prêt/retour, deux espaces d’exposition (dont un espace d’exposition patrimoniale permanent) et le département jeunesse. Le premier étage du bâtiment s’articule autour des collections « Adultes », d’une salle de recherches et d’un espace numérique adapté aux publics en situation de handicap visuel.

6Organisé sur deux niveaux, le département jeunesse fait l’objet de réaménagements réguliers.

7Un travail important a été mené sur les couleurs du mobilier, notamment pour les plus petits mais aussi sur le contenu et l’organisation des espaces : espace musical, vidéo, informatique, ludique, bilingue, numérique, etc. Le secteur destiné à un public adolescent et jeunes adultes dispose de mobilier modulable permettant une appropriation des lieux pour un usage individuel ou collectif. Un groupe d'adolescents ou une association peut venir travailler dans ces espaces sur le modèle des bibliothèques troisième lieu (préparation d’un travail collectif, réunion associative, travail de groupe, etc.). Enfin, un espace numérique propose tablettes, postes informatiques et jeux vidéo via la plate-forme Steam.

8Il est important de souligner que l’organisation des espaces, le mobilier, les couleurs, sont des éléments fondamentaux pour contribuer à la qualité de l’accueil et des animations.

Une offre de médiation culturelle composite à destination des enfants et des familles

9La médiathèque accueille les publics scolaires de la ville de Troyes mais également de l’ensemble du département et au-delà, sur le temps scolaire (visites, projets divers, ateliers d'arts plastiques et artistiques).

10En dehors du temps scolaire sont également proposées de nombreuses activités à destination des enfants de toutes tranches d’âges (et de leurs parents sur certaines activités) : accueils ludiques, animations de découverte des collections traditionnelles et numériques, ateliers d’arts plastiques, lectures en langues étrangères, etc. L’offre globale jeunesse repose sur la multiplicité des supports : livres et collections traditionnelles, jeux de société, supports numériques et multimédias, sonores, visuels, audiovisuels, cinématographiques, musicaux… Ci-dessous une liste représentative non exhaustive des principales animations déployées par le département jeunesse2 :

  • accueils de classes réguliers et ponctuels ;
  • accueils des centres de loisirs du territoire ;
  • animations numériques (heure du conte numérique, ateliers de création numérique) ;
  • animations autour de la création plastique ;
  • projection de films ;
  • animations régulières de promotion et de valorisation des collections par tranches d’âges (Méli-Mélo, Matines et Comptines, Bœuf des conteurs, etc.) ;
  • animations spécifiques destinées aux parents pour faire connaître les ressources jeunesse ;
  • animations en lien avec l’événementiel jeunesse national (Halloween par exemple) ;
  • animations estivales.

L’organisation des nouvelles activités périscolaires (NAP) à la médiathèque

11Le département jeunesse a mis en place un programme de découverte organisé en douze séances. Ce programme a été pensé de façon ludique et attrayante tout en prenant en compte qu’un même enfant peut être amené à fréquenter trois fois l’établissement dans la même journée dans des cadres différents : scolaire, familial et périscolaire. Ainsi, grâce à cette proposition novatrice, les enfants découvrent l’ensemble des ressources de l’établissement en s’amusant. Les visites s’effectuent dans un climat de détente, alternant jeux, mises en scène, ateliers participatifs et ludiques. Les échanges entre l’accompagnateur de la visite et les enfants sont privilégiés. Ils favorisent le climat de confiance et l’appropriation des lieux. Dès la seconde visite, les enfants se sentent « comme chez eux » en arrivant à la médiathèque.

Encadré. Exemple de programmation : « Les trésors de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole »

Période : rentrée des vacances de Noël, vacances de printemps.

Public : école élémentaire, CE2.

Groupe/périodicité : 1 groupe sur 1 cycle de 13 semaines, séances de 1 h 15 maximum, 9 enfants.

Contraintes : chaque activité est encadrée par un bibliothécaire et deux animateurs, qui devront être acteurs de chaque séance.

Organisation : la programmation repose sur l’ensemble des services de l’établissement et valorise le travail réalisé par les équipes. Les accompagnateurs du Village éducatif de Troyes assurent l'acheminement des enfants entre l’école et la médiathèque.

Séance n° 1 : visite du département jeunesse et découverte des espaces de la médiathèque.

Séance n° 2 : atelier d’initiation à l’enluminure : les pigments, le dessin, la pose d’une couleur, etc.

Séance n° 3 : atelier de découverte de contes.

Séance n° 4 : découverte du conte numérique sur tablette et grand écran.

Séance n° 5 : atelier de découverte multimédia : présentation de tablettes numériques et de leurs applications, jeux sur tablettes numériques / PC.

Séance n° 6 : atelier de Drawing-Gum*.

Séance n° 7 : atelier de découverte musicale sous forme de blind test.

* Création plastique qui utilise le caoutchouc liquide. La technique permet de recouvrir un dessin de Drawing-gum puis de le peindre. Après séchage, on retire la couche de caoutchouc ce qui fait apparaître en « fond blanc » le dessin réalisé préalablement.

Les NAP : un enjeu d’émancipation sociale

Pour les jeunes publics, une (re)découverte de la bibliothèque

12Les NAP contribuent à offrir un accès facilité à une offre d’activités riche et variée mais aussi à découvrir de nouvelles pratiques culturelles. Les NAP participent pleinement à l’enrichissement de la vie de l’enfant et à son développement personnel grâce à un champ d’expérimentation qui se veut le plus large possible. Elles constituent de véritables expériences de vie en collectivité et favorisent l’ouverture d’esprit et l’enrichissement culturel de chacun.

13Dans le cadre du Village éducatif troyen, il est important de souligner la variété des activités proposées aux enfants qui peuvent s’inscrire à des activités culturelles, sportives ou encore scientifiques parmi une trentaine de thématiques dont la médiathèque. Les participants ont donc choisi volontairement de participer à l’activité « médiathèque ». Ces groupes sont extrêmement demandeurs de contenus variés et sont en attente permanente de nouveautés. Il convient donc de les surprendre et de nourrir leur appétit de découverte culturelle.

14L'organisation des NAP vise à répondre au mieux à cette attente. Les programmes d'actions sont construits en associant les agents de la médiathèque, le service enseignement de la ville de Troyes et les animateurs de centres de loisirs, de manière à articuler et à différencier les propositions faites aux enfants selon leur moment de découverte de l'établissement – qui peut alors sonner comme une redécouverte. Aux accueils traditionnels de classes qui pourront privilégier une approche des ressources de l'établissement – en matière de littérature jeunesse notamment – répondent des visites sur les temps périscolaires qui permettent d'appréhender la bibliothèque comme lieu culturel à part entière, alors moins pensée sous l'angle unique de la diversité de ses collections que sous celui de la diversité des pratiques qui y ont cours et des possibles qui s'y construisent.

15Le programme général des NAP comporte trois axes principaux autour desquels les activités sont déclinées : la découverte des espaces, la découverte des ressources et l’expérimentation sous forme d’ateliers participatifs. De manière générale, le recours à des formes d'activités ludiques est très employé. Ces ateliers participatifs peuvent prendre la forme d'atelier Drawing-gum (cf. plus haut), de création de bandes dessinées numérique, d'enluminure, etc.

16Les activités proposées constituent une vraie passerelle entre le temps scolaire et le temps « hors-scolaire », favorisant ainsi le développement personnel, la curiosité de l’enfant et son épanouissement. Ces accueils participatifs favorisent l’appropriation des lieux culturels par les plus jeunes et contribuent à la construction du parcours éducatif de l’enfant, pour qui la structure culturelle devient un repère. La qualité du programme proposé doit donner aux enfants l’envie de revenir sur leur temps personnel. Bien qu’il n’existe aucune étude statistique montrant l’impact des visites sur la fréquentation ultérieure de la médiathèque, il est fréquent, après les séances, de voir revenir les enfants accompagnés de leurs parents ou de leurs frères et sœurs.

17Ainsi, l’esprit ludique des NAP et la découverte des activités constituent de véritables sources d’ouverture et d’élargissement de nouveaux publics. Les jeunes publics d’aujourd’hui, initiés aux ressources offertes par l’établissement, familiers de nos établissements, sont nos usagers-lecteurs de demain.

Développer des partenariats et impliquer des professionnels d'horizons divers

18L’équipe jeunesse à travers l’expérience acquise au cours des années sait parfaitement percevoir la sensibilité et la finesse du groupe. La programmation vise à procurer une expérience unique de découverte des espaces, dans une ambiance toujours renouvelée. Le programme proposé nécessite de pouvoir réagir rapidement face à des enfants en demande. Ce public, qui se nourrit d’une proposition variée et riche, sait clairement et rapidement communiquer son retour d’expérience.

19Mais être en mesure d'ajuster au mieux ses propositions face aux attentes, aux demandes mais aussi au besoin de découverte des enfants nécessite pour les professionnels de la bibliothèque de travailler avec l'expertise des autres professionnels encadrant les plus jeunes. Aussi, il appartient aux animateurs et aux bibliothécaires de questionner les enfants sur l’offre. Il est important de connaître leurs souhaits en termes d’activités, de durée d’animation, d’expérience vécue et de propositions.

20Si le rôle du bibliothécaire est de transmettre et de susciter l’envie de découvrir, le rôle de l’accompagnateur dans le bon déroulement des activités est essentiel. Les accompagnateurs ne doivent pas simplement « assister » à la prestation mais y participer, en étant totalement acteurs de l’activité. Il est donc indispensable de travailler en amont avec l’équipe qui encadrera la sortie, de l’accompagner. Afin de susciter l’envie de s’impliquer dans les activités proposées, les animateurs peuvent bénéficier d’une visite approfondie de l’établissement et d’une présentation détaillée du programme. Ainsi, les animateurs facilitent le déroulement des activités en se faisant davantage acteurs que spectateurs (aide aux activités, participation active, connaissance des lieux et des ressources disponibles). La qualité de l’accompagnement conditionne la réussite des ateliers.

21Ce principe permet également aux encadrants de tirer un grand nombre de bénéfices de leur participation, notamment par la découverte de nouvelles techniques ou de nouvelles animations réutilisables dans un autre contexte (écoles, centres de loisirs).

  • 3 KERFAD, CPLJ-93, « Mais que se passe-t-il, autour du livre de jeunesse, en centres de loisirs ? », (...)

22À Troyes, la réflexion sur l'articulation des différents temps de l'enfant dans le cadre de la mise en place des NAP a permis la construction d'importants partenariats entre bibliothèques et centres de loisirs. Dans la majorité des territoires toutefois, ces partenariats sont encore largement à construire. L'enquête récemment réalisée par le Kerfad en lien avec le Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, tout en faisant un état de la place du livre et de la lecture dans les centres de loisirs, offre plusieurs perspectives pour la mise en place et le développement de projets communs entre bibliothécaires et animateurs3.

Notes

1https://www.ville-troyes.fr >.

2https://www.troyes-champagne-mediatheque.fr/webmat/content/animations >.

3 KERFAD, CPLJ-93, « Mais que se passe-t-il, autour du livre de jeunesse, en centres de loisirs ? », Rapport d’enquête, décembre 2017. [En ligne] < www.kerfad.org/wp-content/uploads/SyntheseRapport2017LivreACM.pdf >.

Auteur

Responsable des scolaires, médiathèque de Troyes Champagne Métropole

© Presses de l’enssib, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search