Version classiqueVersion mobile

Faire vivre l’action culturelle et artistique en bibliothèque

 | 
Colin Sidre

Partie 3. De la diversité des publics touchés par l’EAC

Quand les acteurs de la lecture publique et du social se mobilisent en faveur de la petite enfance : l’expérience du département du Lot

Carole Gaillard-Flochlay

Texte intégral

« Dès le plus jeune âge, nous avons besoin de l’art et de la littérature, orale et écrite, pour habiter le monde qui nous entoure ».

  • 1 Extrait d'une conférence prononcée à la Foire internationale du livre de Buenos Aires, que Michèle (...)

Michèle Petit1

  • 2 L’association a été créée en 1982 par trois psychiatres et psychanalystes, René Diatkine, Marie Bon (...)
  • 3 L’association ATD Quart Monde encourage la création de bibliothèques de rue, installées sur les lie (...)

1Depuis plus de 30 ans, des bibliothécaires, des associations professionnelles, des lecteur.rices bénévoles, des professionnel.les de la petite enfance, de la santé et du social, s’emploient à initier, dans tous les lieux où ils peuvent rencontrer les tout-petits et leurs familles, des lectures partagées autour des albums de littérature de jeunesse. S’inspirant des idées défendues par l’association Action culturelle contre les exclusions et les ségrégations (ACCES)2 et des « bibliothèques de rue » développées par Agir tous pour la dignité (ATD) Quart Monde3, ces initiatives visent à promouvoir l’éveil culturel dès le plus jeune âge et l’introduction du livre dans l’univers familier du tout-petit, sans attendre l’apprentissage de la lecture et en associant les familles.

2Dans le Lot, la bibliothèque départementale s’est engagée dès 1999 dans une action de sensibilisation des bibliothécaires professionnel.les et bénévoles de son réseau, par la programmation annuelle d’une conférence sur les enjeux du livre et de la lecture dès la petite enfance, ouverte aux salarié.es des structures petite enfance du département. Progressivement s’est constitué un petit noyau de bibliothécaires convaincu.es de la nécessité de développer des animations-lecture spécifiques en direction des plus petits, souvent oubliés des programmations culturelles : ainsi est né Croc’histoires, festival pour la petite enfance où pendant un mois se succédaient lectures, spectacles, formations, conférences, ateliers, venues d’auteur.es…

3Puis en 2009, le ministère de la Culture et la Communication lance avec la Caisse nationale d’allocations familiales (CNAF) un appel à candidature pour expérimenter un dispositif de promotion de la lecture dans les familles à travers la diffusion d’un album pour la petite enfance : c’est la naissance de l’opération Premières pages4, à laquelle le Lot participe dès les premières années en tant que département pilote.

4Voici donc un retour sur 8 années de collaboration culture/social en milieu rural, au service de la petite enfance.

Premières pages dans le Lot : une histoire de partenariat culture/social

  • 5 Source Insee : 173 648 habitant.es (recensement 2014), 1 277 naissances en 2016.

5Petit département situé au nord de la région Occitanie, le Lot est un territoire rural et enclavé, faiblement peuplé5.

6Lorsque l’appel à candidature a été lancé pour expérimenter la diffusion d’un album de naissance à l’échelle d’un département, les bénéfices d’une telle action sur un territoire rural ont semblé évidents : il s’agissait tout autant de participer au développement culturel d’un territoire, de célébrer les naissances à l’échelle d’une communauté qui n’en comptait pas tant, de lutter contre l’isolement des parents en soutenant la parentalité, de renforcer les relations entre salarié.es ou bénévoles du livre et de la petite enfance, de promouvoir une littérature de jeunesse de qualité, et bien sûr d’inscrire la lecture parmi les activités fondamentales à proposer aux bébés dès la naissance.

La mise en œuvre du partenariat

7Premières pages n’est pas la première opération de promotion de la lecture par la diffusion d’un album de naissance, mais elle a pour particularité de s’appuyer dans le Lot sur un double pilotage culture/social, ce qui tend à renforcer sa légitimité et à permettre une démultiplication des moyens d’action sur le terrain.

8Dès la première année, un comité de pilotage a été mis en place pour initier et coordonner l’opération. Animé par les deux co-porteurs du projet, la bibliothèque départementale, service de lecture publique du Département du Lot, et la Caisse d’allocations familiales (CAF) du Lot, il s’est ouvert aux autres partenaires potentiels sur le département : la mutualité sociale agricole (MSA), le service départemental de la protection maternelle et infantile (PMI), la fédération départementale des crèches parentales, l’association des ami.es de la bibliothèque départementale… La DRAC a également été associée, le projet Premières pages porté par le Département du Lot ayant reçu le soutien de l’État dans le cadre d’un contrat-territoire lecture (CTL)*.

9Le partenariat du Département du Lot avec la CAF et la MSA est formalisé dans une convention annuelle de co-financement. Une réunion de pilotage est organisée chaque année en début d’opération, ainsi qu’une réunion d’évaluation en clôture.

Une priorité : mobiliser les acteurs de terrain

10La première étape a été de promouvoir le dispositif auprès des acteurs du terrain (bibliothèques, crèches, relais d’assistantes maternelles, associations, centres sociaux, etc.) : des réunions territoriales ont donc été organisées la première année, afin de présenter l’opération, son déroulement mais surtout ses enjeux. En effet, nous souhaitions que ces structures de proximité soient les relais de Premières pages auprès des parents pour la diffusion de l’album, et qu’elles s’approprient l’opération pour en faire un levier dans leurs projets d’éveil culturel en faveur de la petite enfance.

  • 6 Ce programme de formation a été retenu comme « action innovante » par l’antenne régionale du CNFPT. (...)
  • 7 Initiée par le service PMI, cette formation obligatoire de 2 x 60 heures aborde la santé, la sécuri (...)

11La seconde étape a consisté à développer une culture commune autour du livre et du tout-petit : il y avait encore beaucoup de méconnaissance et d’appréhensions à proposer des lectures d’albums aux enfants de moins de 3 ans et nous étions convaincu.es que nous avions beaucoup à apprendre les un.es des autres pour faire tomber ces réticences. Trois initiatives ont donc été engagées conjointement : développer un programme de formation à destination des salarié.es des bibliothèques et des structures petite enfance, avec le soutien du Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT)6 ; organiser au lancement de l’opération une journée professionnelle ouverte à l’ensemble des acteurs et partenaires de Premières pages ; intégrer une session de sensibilisation au livre et à la lecture dans la formation initiale des assistantes maternelles en cours d’agrément7.

12Il s’est agi enfin de soutenir les bibliothèques et structures petite enfance dans leurs projets, en encourageant le travail en commun sur un même territoire et les actions au long cours qui pérennisent la pratique de la lecture partagée d’albums et la fréquentation des bibliothèques. Plusieurs leviers ont été utilisés pour cela :

  • un soutien financier de la CAF aux projets portés par les structures de la petite enfance (constitution ou enrichissement d’un fonds d’albums, collectage et réalisation d’un CD de comptines, etc.) ;
  • des propositions artistiques accessibles aux bibliothèques gratuitement ou en co-financement (réalisation de modules d’animation inspirés de l’album de l’année, atelier(s) avec l’auteur.e, circulation d’exposition et de spectacle, etc.) ;
  • le fonds spécialisé d’albums pour la petite enfance constitué par la bibliothèque départementale avec l’aide du Centre national du livre (CNL). Il est utilisé pour soutenir les actions de formation et doter les bibliothèques d’un fonds complémentaire d’albums. Chaque dotation fait l’objet d’un accompagnement par la bibliothèque départementale (aménagement des espaces, désherbage des collections, modalités de partenariat avec les structures petite enfance du territoire, etc.).

Des livres et des lecteurs ou lectrices partout

  • 8 Patrick Ben Soussan, « Aux livres, les bébés ! », Grand, 2017, n° 1, p. 4. [En ligne] <fr.calameo.c (...)

13« Est-ce qu’on se demande pourquoi parler aux bébés, leur apporter des bons soins, être attentif à leur environnement ? Non ! Mais on continue à douter que le livre puisse être “une nourriture” pour le tout-petit ». Patrick Ben Soussan, pédopsychiatre8.

Les livres et les tout-petits, toute une histoire

  • 9 Patrick Ben Soussan, ibid. : « Les livres, soutenus par la présence de celui qui les lit avec le to (...)
  • 10 Donald W. Winnicott, L’enfant et le monde extérieur : le développement des relations, Paris, Payot, (...)

14Offrir un album de naissance à tous les parents, et mettre sur leur chemin des bibliothèques et des structures petite enfance convaincues de l’importance de lire avec les bébés de beaux albums, c’est donner une chance à un libre et égal accès à la lecture. C’est permettre aux parents de découvrir avec émerveillement quel appétit anime leur tout-petit lorsqu’on lui lit une histoire, pour qu’ils aient envie de lui en lire à leur tour. C’est procurer à l’enfant les moyens de vivre une expérience artistique qui donne du sens au monde qui l’entoure9. C’est aussi considérer qu’un.e autre est nécessaire : le lecteur ou la lectrice qui donnera vie aux histoires par sa voix, que ce soit le parent, le grand-parent, l’assistant.e maternel.le, l’éducateur.rice, le ou la bibliothécaire. « Un bébé tout seul, ça n’existe pas » avait coutume de dire Donald W. Winnicott10. La particularité d’une action d’éducation artistique et culturelle destinée à la petite enfance, c’est bien sa capacité à intégrer pleinement l’adulte, parent ou médiateur.rice, dans la relation triangulaire qui s’instaure : adulte-livre-enfant. Nous avons précédemment parlé de l’importance de former les médiateur.rices. Il est tout autant nécessaire de valoriser la place des parents dans leur rôle de passeur culturel ; l’accompagnement à la parentalité est du reste une priorité pour les partenaires sociaux de l’opération.

Le choix du livre et la communication avec les parents

  • 11 Titres nominés à un prix littéraire ou cités dans les sélections du Centre national de la littératu (...)

15Dans le Lot, l’album qui sera offert aux bébés nés dans l’année est choisi par un jury départemental qui se réunit à l’automne. Constitué à parité de professionnel.les du monde du livre, de la culture, de la petite enfance et du social, il est renouvelé par moitié tous les ans et analyse une vingtaine d’albums, sélectionnés parmi les meilleurs titres pour les tout-petits, parus dans l’année11.

16Chaque album est offert aux parents avec une bibliographie regroupant les coups de cœur de l’année des bibliothécaires et des représentant.es de structures petite enfance. Cette sélection est importante à plus d’un titre : elle démontre la vitalité et la richesse de la littérature de jeunesse aujourd’hui, elle encourage les parents à fréquenter les bibliothèques qui disposent des titres sélectionnés et elle permet à chacun.e de trouver son bonheur dans une offre de lecture éclectique et variée.

La diffusion de l’album sur le territoire

  • 12 Des ateliers « déco minute » sont organisés chaque année par la bibliothèque départementale avec un (...)

17Dans le Lot, les parents sont invités chaque printemps, de mars à juin, à se rendre dans l’un des 70 lieux de diffusion existants sur le département : bibliothèques, relais d’assistant.es maternel.les, crèches, centres sociaux, associations… Une plaquette détaille les coordonnées et horaires d’ouverture de tous les lieux disponibles. Pendant ce temps, les bibliothèques participantes s’organisent : mise en œuvre d’animations, décoration des espaces aux couleurs de l’album de l’année12, communication autour de l’opération, partenariats avec les structures petite enfance du territoire et autres, etc.

Partenariats et prolongements inattendus : des actions hors les murs

  • 13 René Diatkine, cité dans « Lis avec moi, dit bébé », Service de la diffusion et de l’animation cult (...)

18L’opération a aussi encouragé les actions hors les murs, destinées à aller au-devant des parents qui ne fréquentent pas les bibliothèques, répondant ainsi à l’injonction de René Diatkine13 : « Dans les lieux où l’on ne s’y attend pas, mettons à la disposition des enfants des livres et les personnes les plus sérieuses s’émerveillent qu’ils s’émerveillent ».

  • 14 Ce désir de partager des lectures en allant à la rencontre des familles a également donné lieu à la (...)

19Des lectures ont ainsi été organisées dans les salles d’attente des services de la protection maternelle et infantile à Biars et Gourdon, en collaboration avec les équipes en place. Dans le Figeacois, c’est une action au long cours qui a été initiée en direction des jeunes enfants de l’aire des gens du voyage de la Vinadie grâce à l’équipe du Centre intercommunal d’action sociale et à l’implication de la comédienne Hélène Poussin (Cie Les pieds bleus). Les objectifs sont les suivants : faire « entrer les livres dans les caravanes » et ouvrir progressivement la communauté sur l’extérieur avec une visite des bibliothèques les plus proches. Cette initiative en a inspiré d’autres, puisque des lectures partagées sont également organisées depuis deux ans sur l’aire des gens du voyage de Gourdon14.

20L’opération Premières pages a aussi donné lieu, par ricochet, à des collaborations avec le milieu médico-social (Institut Camille Miret, orthophonistes du Lot).

  • 15 L’OCCE est un organisme national créé en 1928, qui fédère la vie et l’action pédagogique de la plup (...)

21Ce travail de sensibilisation à la lecture mené en âge préscolaire a enfin trouvé un écho favorable auprès de l’ Office central de coopération à l’école (OCCE) du Lot15 qui mène depuis 2010 un projet coopératif en maternelle autour de l’album intitulé « Les mots à fleurs de peau ». Cela a donné vie à plusieurs projets croisés avec les bibliothèques participant à Premières pages.

22Cette dernière collaboration s’est doublée depuis 2017 d’un rapprochement avec l’atelier Canopé et l’École supérieure du professorat et de l’éducation (ESPE) du Lot, pour l’organisation d’une conférence annuelle à destination des enseignant.es et futur.es enseignant.es de maternelle sur le livre jeunesse.

Rentrer dans l’œuvre

« Les pieds d’un enfant n’ont pas besoin d’être tout le temps sur terre »

  • 16 Donald W. Winnicott, L’enfant et sa famille : les premières relations, rééd., Paris, Payot, 2017 (c (...)

Donald W. Winnicott, pédiatre16.

Pour une littérature dès le berceau

  • 17 Marie Manuélian, lectrice et formatrice pour l’association Promotion de la lecture de Dijon, citée (...)
  • 18 « Pour dire les émotions, nous avons besoin des associations, des métaphores […] : les artistes nou (...)

23Dans le choix de l’album Premières pages, nous sommes particulièrement attentif.ives à privilégier des livres inventifs, qui portent un regard poétique sur le monde. Cette exigence est doublement nécessaire : d’abord pour encourager ce que Marie Manuélian appelle « les livres de création »17, par opposition aux livres utiles qui poursuivent un objectif d’apprentissage immédiat ; mais aussi parce que tout être humain a soif, dès la naissance, de rencontrer des œuvres d’artistes qui lui parlent, au-delà des mots et des images, et l’aident à exprimer ses émotions18. Les livres de création répondent à ce besoin : riches de sens, ils encouragent les lectures multiples et associations d’idées, stimulent la sensibilité et l’imaginaire du lecteur ou de la lectrice, permettent à la fois une construction de soi et une interprétation du monde.

Des outils de médiation à la formation des médiateur.rices

24Afin de poursuivre cette exploration d’un univers d’artiste, et accompagner les bibliothèques dans ce cheminement, nous avons imaginé solliciter un.e artiste plasticien.ne pour créer des modules d’animation inspirés de l’album de l’année. Il s’agit de montrer combien l’album est riche d’interprétations et que c’est ce foisonnement, cette liberté laissée à l’esprit, qui en fait la singularité.

25Les contraintes sont importantes :

  • être respectueux de l’univers de l’auteur.e en se conformant aux exigences de l’éditeur.rice ;
  • s’adresser à des enfants de 3 à 18 mois avec des prolongements possibles pour les plus grand.es (frères et sœurs, grands de crèches, classes maternelles) ;
  • utiliser des matériaux faciles à prendre en main et à nettoyer, répondant aux normes de sécurité pour la petite enfance ;
  • proposer des modules facilement transportables, rapides à installer et aisés à entretenir ;
  • accompagner chaque module d’une formation et d’un mode d’emploi précisant les objectifs et le déroulement des activités possibles ;
  • enfin inscrire les jeux proposés dans une logique d’expérimentation par l’enfant et d’interaction avec l’adulte sans gagnant ni perdant et dans un aller-retour permanent avec les albums.
  • 19 On peut suivre l’activité de l’association Le Dada de l’enfant terrible sur son site : < https://da (...)

26Après consultation, nous avons travaillé les premières années avec l’artiste plasticienne Coline Hateau, puis en 2017 avec Marie Kuklova de l’association Le Dada de l’enfant terrible19. 5 séries de modules d’animation ont été créées sur ce modèle à ce jour.

27La diffusion de ces ressources s’accompagne toujours de formations pour les médiateur.rices, les aider à mettre en œuvre la proposition d’animation avec les tout-petits, dans l’écoute et le respect de chaque enfant, mais aussi pour expliciter la démarche et veiller à faire du livre le départ et l’arrivée de chaque proposition.

Rencontre avec la création : ateliers avec les auteur.es, collaboration avec l’artothèque*

28D’autres actions ont été menées dans le même but d’expérimenter avec son corps la démarche créative d’un.e auteur.e. Ainsi, toutes les fois où cela a été possible, nous avons accueilli l’auteur.e de l’album Premières pages pour des ateliers avec les enfants les plus grands. Cela a donné lieu à de formidables rencontres dont les enfants se souviennent longtemps !

  • 20 L’artothèque du Lot est une collection constituée par le Département du Lot de plus de 800 œuvres s (...)

29Parfois, ce sont aussi les acteurs du territoire qui se saisissent de l’opération pour faire prendre corps à une nouvelle proposition artistique : ainsi Chantal Boutes de l’association Parole de geste a sollicité en 2015 Coline Hateau et Vincent Lahens pour concevoir le dispositif « C’est beau », destiné à mettre en scène de beaux albums jeunesse. En prolongement, elle s’est appuyée l’année suivante sur les collections de l’artothèque départementale20 pour créer un dialogue entre des albums et des œuvres en noir et blanc, entrant en écho avec la collection « Bon pour les bébés » au Seuil jeunesse, dont l’un des titres avait été choisi pour Premières pages. Résultat : des rencontres d’une rare intensité entre les enfants, les albums et les œuvres.

30Cette action de médiation en direction de la petite enfance a été si probante que l’artothèque du Lot a prévu de l’étendre sur 3 lieux pilotes en 2018. Outre la diffusion de sa collection auprès des plus petits, il s’agit aussi de familiariser les publics adultes (personnels de crèches, familles) aux divers modes d’expression artistique et de montrer le lien naturel qui existe entre une œuvre plastique et un livre d’images. Dans une démarche d’EAC appliquée à un même territoire et à destination d’un même public, créer des liens entre acteurs partageant les mêmes préoccupations et construire des passerelles entre les différentes formes artistiques nous semblent être l’aboutissement de tout projet d’éveil culturel.

Vers une dixième édition

31Sur un département rural comme le Lot, Premières pages a indéniablement transformé l’offre culturelle pour la petite enfance. Ce dispositif a contribué à rapprocher bibliothèques et structures petite enfance grâce à l’engagement des porteurs du projet et à l’implication des acteurs de terrain. Il a également permis de faire émerger une intelligence collective au service d’un public, tout en donnant lieu à des prolongements inattendus en direction des populations les plus fragilisées.

  • 21 L’analyse des quotients familiaux (QF) des parents concernés par l’opération en 2016 montre en effe (...)

32Aujourd’hui près d’un parent sur deux dans le Lot vient chaque année chercher l’album Premières pages pour son nouveau-né. C’est à la fois beaucoup et peu : beaucoup car cela fait du Lot le premier département en matière de taux de diffusion, et ce quel que soit le niveau de revenus des parents21. Et peu car un parent sur deux continue à ne pas se déplacer… ce qui nous interroge sur les nouvelles actions de sensibilisation à mettre en œuvre, notamment hors les murs.

33L’EAC a longtemps débuté avec la scolarisation de l’enfant. C’est en passe de changer avec le rapport Giampino remis en 201622 et le protocole d’accord signé le 20 mars 2017 entre le ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes et celui de la Culture et de la Communication pour développer l’éveil culturel et artistique du jeune enfant23.

34Cette reconnaissance nationale et le travail de fourmi mené sur le terrain portent aujourd’hui leurs fruits : l’engagement en faveur de la petite enfance est désormais reconnu comme un axe majeur des actions culturelles menées par la bibliothèque départementale. Il a été inscrit à ce titre dans le dernier plan de développement de la lecture publique dans le Lot, voté en juin 2017 par les élu.es du Conseil départemental.

35Le Lot fêtera en 2019 ses dix années d’engagement en faveur du livre et de la lecture avec les bébés : à l’heure où les premie.ères bénéficiaires du dispositif Premières pages arrivent au collège, gageons que les livres auront continué à éclairer leur chemin.

Notes

1 Extrait d'une conférence prononcée à la Foire internationale du livre de Buenos Aires, que Michèle Petit a réécrite ensuite sous le titre : « Les mots habitables (et ceux qui ne le sont pas) ». [En ligne] < http://lemuz.org/wp-content/uploads/2016/05/Muz-MAi-2016-1.pdf >.

2 L’association a été créée en 1982 par trois psychiatres et psychanalystes, René Diatkine, Marie Bonnafé et Tony Lainé, afin d’améliorer les conditions d’acquisition de la lecture et de l’écriture grâce à la découverte de la langue écrite dès le plus jeune âge et de travailler ainsi à l’égalité des chances de réussite et d’insertion sociale. [En ligne] <www.acces-lirabebe.fr>.

3 L’association ATD Quart Monde encourage la création de bibliothèques de rue, installées sur les lieux de vie des familles, afin d’introduire le livre auprès des enfants des milieux défavorisés. [En ligne] <www.atd-quartmonde.fr/mot-cle/bibliotheque-de-rue>.

4 Premières pages, le site national. [En ligne] <www.premierespages.fr>. L’opération s’étend aujourd’hui sur une quarantaine de territoires (départements, communautés d’agglomération essentiellement) et touche 200 000 nouveau-nés chaque année.

5 Source Insee : 173 648 habitant.es (recensement 2014), 1 277 naissances en 2016.

6 Ce programme de formation a été retenu comme « action innovante » par l’antenne régionale du CNFPT. Reconduit à deux reprises, il se déroulait sur 2 ans et comportait un stage stratégique « Monter un projet lecture pour les 0-3 ans sur son territoire », suivi d’un cycle de formations pratiques (Faire un choix de lecture éclairé pour les 0-3 ans ; Lire à voix haute des albums ; Connaître les comptines et jeux de doigts ; Créer et utiliser un tapis de lectures). Près d’une centaine de personnes, bibliothécaires et professionnel.les de la petite enfance, ont été ainsi formé.es.

7 Initiée par le service PMI, cette formation obligatoire de 2 x 60 heures aborde la santé, la sécurité, l’alimentation, les modalités de contrats et de rémunération, mais aussi le développement de l’enfant et les activités d’éveil. Chaque année une cinquantaine de futur.es assistant.es maternel.les suivent cette formation.

8 Patrick Ben Soussan, « Aux livres, les bébés ! », Grand, 2017, n° 1, p. 4. [En ligne] <fr.calameo.com/books/00112654615fc50e1b531>.

9 Patrick Ben Soussan, ibid. : « Les livres, soutenus par la présence de celui qui les lit avec le tout-petit (présence primordiale) mettent à disposition des enfants la sécurité du familier et la surprise de la nouveauté. Ils leur présentent le monde et ceux qui l’habitent, ils sont les premières grammaires des émotions ».

10 Donald W. Winnicott, L’enfant et le monde extérieur : le développement des relations, Paris, Payot, 1989 (coll. Science de l’homme).

11 Titres nominés à un prix littéraire ou cités dans les sélections du Centre national de la littérature pour la jeunesse (Revue des livres pour enfants), de l’association des libraires jeunesse (revue Citrouille), de l’association Centre ressources aquitain pour le livre d’enfance et de jeunesse (CRALEJ, revue Nous voulons lire), du site Ricochet, plate-forme numérique indépendante gérée par l’Institut suisse jeunesse et médias et du blog « Bbthèque, la bibliothèque tip-top pour bébés », créé par une maman bibliothécaire. Ont ainsi été choisis : en 2014 Trois petits pois de Marine Rivoal (Le Rouergue), en 2015 Un câlin de Malika Doray (MeMo), en 2016 Un grand cerf de Thierry Dedieu (Seuil), en 2017 Ce matin de Junko Nakamura (MeMo) et en 2018 Bonne nuit tout le monde de Chris Haughton (Thierry Magnier).

12 Des ateliers « déco minute » sont organisés chaque année par la bibliothèque départementale avec une artiste plasticienne dans ce but.

13 René Diatkine, cité dans « Lis avec moi, dit bébé », Service de la diffusion et de l’animation culturelles (SDAC) de la province du Luxembourg, ADNSEA, ACCES, 1994.

14 Ce désir de partager des lectures en allant à la rencontre des familles a également donné lieu à la création de l’association Les grands chemins et de son projet de « lectures champêtres itinérantes ». Créée en 2010 par une ancienne libraire jeunesse, l’association a pour marraine Marine Rivoal, auteure de l’album Trois petits pois (Le Rouergue), livre offert dans le cadre de Premières pages aux enfants du Lot nés en 2013. Dotée d’un camion équipé et d’un Wigwam (sorte de yourte pouvant être chauffée), elle propose des animations lectures itinérantes dans des lieux insolites ou reculés du Lot. [En ligne] <assolesgrandschemins.wordpress.com>.

15 L’OCCE est un organisme national créé en 1928, qui fédère la vie et l’action pédagogique de la plupart des coopératives scolaires du 1er et 2nd degré. Les actions mises en place par l’OCCE développent les valeurs de coopération et de respect, et l’expérience active. [En ligne] <www.occe.coop/~ad46/>.

16 Donald W. Winnicott, L’enfant et sa famille : les premières relations, rééd., Paris, Payot, 2017 (coll. Petite bibliothèque Payot ; 50).

17 Marie Manuélian, lectrice et formatrice pour l’association Promotion de la lecture de Dijon, citée par Dominique Rateau, « Pas d’âge pour la littérature », in Nous voulons lire, 2013, n° 196. Dominique Rateau est aujourd’hui la présidente de l’Agence Quand les livres relient. Créée en 2004, l’Agence rassemble des associations, individus, structures institutionnelles diverses qui mettent les albums au centre de leurs actions et de leurs recherches. Son soutien et sa réflexion accompagnent fortement l’opération Premières pages dans le Lot. [En ligne] <www.agencequandleslivresrelient.fr>.

18 « Pour dire les émotions, nous avons besoin des associations, des métaphores […] : les artistes nous aident à cela », Jean-Marie Vigneaux, pédiatre et psychanalyste, cité par Dominique Rateau, in « Pas d’âge pour la littérature », Nous voulons lire, 2013, n° 196.

19 On peut suivre l’activité de l’association Le Dada de l’enfant terrible sur son site : < https://dadaenfantterrible.com/ > ou son blog : < http://dadaenfantterrible.blogspot.fr/ >.

20 L’artothèque du Lot est une collection constituée par le Département du Lot de plus de 800 œuvres sur papier et multiples, représentatives de la création artistique des 50 dernières années. Près de 300 artistes y sont représenté.es. Les œuvres sont empruntables sur abonnement. [En ligne] <lot.fr/artoth-que-du-lot>.

21 L’analyse des quotients familiaux (QF) des parents concernés par l’opération en 2016 montre en effet qu’un quotient familial bas n’est pas un facteur discriminant sur cette opération.

22 Sylviane Giampino, « Développement du jeune enfant, modes d’accueil, formation des professionnels », Rapport remis à Laurence Rossignol, mai 2016. [En ligne] < http://www.egalite-femmes-hommes.gouv.fr/wp-content/uploads/2016/05/Rapport-Giampino-vf.pdf >.

23 [En ligne] <www.enfancemusique.asso.fr/wp-content/uploads/2017/06/Pour-leveil-artistique-et-culturel-des-jeunes-enfants.pdf>.

Auteur

Coordonnatrice action culturelle et formation, bibliothèque départementale du Lot (Cahors)

© Presses de l’enssib, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search