Version classiqueVersion mobile

Faire vivre l’action culturelle et artistique en bibliothèque

 | 
Colin Sidre

Partie 2. La mise en place d’un parcours d’EAC : problématiques et éléments-clefs

Construire une programmation culturelle autour des collections patrimoniales. L’exemple du Fonds ancien du SCD de l’université de Poitiers

Anne-Sophie Traineau-Durozoy

Texte intégral

1Dans un contexte local à la fois porteur et marqué par la coexistence d’une grande variété d’acteurs, le fonds ancien du service commun de la documentation (SCD) de l’université de Poitiers construit, depuis plus de dix ans, un programme culturel annuel.

Le contexte poitevin

De nombreux partenaires

  • 1 Les pôles associés étaient des ensembles documentaires qui, avec le concours financier de la BnF, r (...)
  • 2 Un coffret distribué gratuitement aux bibliothèques, avec une clé USB de 101 livres du patrimoine l (...)

2Dans Poitiers, plusieurs établissements travaillent avec l’université à valoriser le patrimoine écrit. Les archives départementales ont développé, comme beaucoup d’autres services d’archives, une offre importante en direction des publics scolaires et ont, à ce titre, une véritable expertise. La médiathèque François-Mitterrand, qui conserve des collections patrimoniales plus importantes que celles de l’université, construit un programme culturel varié, pour tous les publics, et valorise le Moyen Âge, du fait de l’existence d’un Pôle associé1 sur cette thématique jusqu’en 2011 et de la place du patrimoine médiéval dans la ville. Mais la mairie souhaite que son service communication mette l’accent sur les propositions d’animation portées par la ville de Poitiers elle-même : cette approche a parfois empêché les bibliothécaires de valoriser les partenariats établis avec d’autres établissements. L’Espace Mendès-France, lieu de médiation de la culture scientifique, propose des expositions et animations. Il publie également une revue de vulgarisation, L’Actualité Nouvelle-Aquitaine, qui ouvre largement ses pages aux universitaires. Quant au centre régional du livre, qui réunit deux fois par an des acteurs du patrimoine écrit dans la région, il est très axé sur la numérisation, dans le cadre de partenariats avec la BnF. Il privilégie les attentes des établissements de lecture publique en matière de valorisation, comme pour le projet des « Clefs du patrimoine écrit »2. Enfin, le Théâtre et Auditorium de Poitiers prépare tous les ans avec différents partenaires, dont l’université, les « Rencontres Michel Foucault » : les réunions d’organisation offrent un lieu d’échange, qui n’existe nulle part ailleurs, entre acteurs du monde de la culture, quelle que soit leur tutelle.

L'université

  • 3 Par exemple, la littérature de cordel à l'UFR Lettres et langues. Cette littérature brésilienne à l (...)
  • 4 Deux principalement, sur le campus et en centre-ville.
  • 5 En particulier des masters pro.

3Le contexte universitaire est favorable à l’action culturelle à plus d’un titre. Les collections patrimoniales, dont l’inventaire est en cours, sont diverses. Ainsi, le Centre de valorisation des collections universitaires possède des animaux naturalisés, des herbiers et des instruments scientifiques ; le patrimoine écrit est conservé au SCD, mais aussi dans certaines unités de formation et de recherche (UFR)3. Dans le domaine du patrimoine, les effets de l’autonomie de l’université (2007) sont positifs : élus et enseignants-chercheurs s’intéressent davantage aux richesses de l’université, en intégrant les collections du SCD dans des programmes de recherche. De taille moyenne, l’université accueille en 2018 près de 28 000 étudiants sur plusieurs sites à Poitiers4 et dans d’autres villes de la région. Ces effectifs constituent un public potentiel important, y compris sur les « sites distants » : quand un campus périphérique reçoit une exposition itinérante, ses étudiants se sentent associés à la vie du campus principal. Par ailleurs, le service informatique sait se rendre disponible pour les projets nécessitant des moyens informatiques et plusieurs filières5 dans le domaine du patrimoine établissent des partenariats avec les établissements culturels de l’université.

4Malheureusement le déficit de concertation est constant, sauf à l’occasion de grands projets culturels à l’échelle de l’université, aujourd’hui abandonnés. L’organigramme est flou pour l’action culturelle et les interlocuteurs sont nombreux, avec des missions parfois difficiles à identifier : on trouve un vice-président Culture, un chargé d’action culturelle, un responsable culture et médiation scientifiques, un chargé de la valorisation du patrimoine culturel et scientifique, etc.

Le service commun de la documentation

  • 6 Un fonds pédagogique à la BU Sciences, un fonds canadien à la BU Lettres, etc.

5Les BU de Poitiers n’ont guère de budget pour les projets culturels, mais elles ont développé de nombreuses compétences en interne pour valoriser de riches collections patrimoniales, principalement constituées au XXe siècle et réparties dans les différentes sections6. Une des missions transversales de l’établissement est l’action culturelle. La coordination en est confiée à un conservateur qui peut s’appuyer sur des collègues dont une partie du temps de travail a été affectée à cette mission ; mais il n’est pas leur supérieur hiérarchique, ce qui ne va pas sans poser quelques problèmes d’organisation. Enfin, la présence d’un reprographe, dont les compétences en numérisation et en production assistée par ordinateur se sont beaucoup développées ces dernières années, est un atout considérable quand il s’agit de créer des chartes graphiques et de mettre en page des textes et des images en vue d’une exposition.

Le Fonds ancien

6À la différence de la plupart des universités françaises, celle de Poitiers conserve des collections importantes datant de l’époque moderne, en particulier un fonds encyclopédique de 40 000 livres anciens. Les collections sont conservées dans la BU Lettres sur le campus, loin des étudiants en histoire dont les cours ont lieu sur l’un des sites du centre-ville. L’équipe du Fonds ancien, stable, comprend 5 personnes (3.5 ETP), aux compétences solides. De manière enthousiaste et volontaire, elles se sont investies dans les projets d’action culturelle, mettant en œuvre leurs compétences propres : elles contribuent à la rédaction des textes (expositions, blogs) et/ou à l’accueil de groupes, et prennent part aux reproductions photographiques.

7Depuis la création du service en 1975, des expositions et des visites sont proposées régulièrement. Le programme culturel s’est enrichi à partir de 2010, au moment où la baisse de fréquentation de la salle de lecture s’est accélérée. Le service, longtemps centré sur les lecteurs, qui devaient être issus du monde universitaire, s’ouvre depuis près de 20 ans vers l’extérieur, dans sa recherche de lecteurs comme d’un public pour ses manifestations culturelles.

Des objectifs multiples

  • 7 Comme nous le verrons plus loin, le public majoritaire n’est pas celui-ci.

8Peu à peu définis par l’équipe, les objectifs du programme d’action culturelle du Fonds ancien sont aujourd’hui au nombre de six. Ils cherchent à répondre aux besoins et aux attentes de trois types de public cible définis à l'intérieur de la communauté universitaire, les étudiants, les enseignants-chercheurs et l’ensemble du personnel de l’université, bibliothécaires compris (BIATSS, pour Bibliothèques, ingénieurs, administratifs, techniques, sociaux et de santé)7 :

  • élargir la culture historique et scientifique des publics par des propositions sur des thèmes variés. Tous les champs de la connaissance sont abordés, des lettres à la botanique, en passant par l’histoire, la philosophie et l’obstétrique ;
  • manipuler des documents anciens lors de séances qui incitent à la consultation personnelle. Outre l’émotion et le plaisir que peut susciter le contact avec un document ancien de plusieurs siècles, la manipulation peut faciliter l’appropriation par le lecteur ;
  • nourrir une réflexion personnelle d’ordre philosophique et anthropologique par la confrontation avec des documents anciens. Le constat d’une différence forte entre les pratiques d’aujourd’hui et celles que l’on devine pour les siècles passés à la lecture de documents anciens peut susciter la surprise, dont naissent ensuite les questions ;
  • transmettre au public le plus large possible les fruits de la recherche universitaire poitevine. Les grandes expositions bisannuelles sont construites dans cette optique et les « Heures du Livre ancien » sont régulièrement co-animées par le responsable du Fonds ancien et un enseignant-chercheur, qui choisit le sujet traité.

9Les deux derniers objectifs sont liés au service lui-même :

  • par des présentations détaillées des collections et d’œuvres en particulier, donner aux collègues du Fonds ancien les moyens de connaître les fonds qu’ils conservent. Le personnel est ainsi plus à même de répondre aux besoins des lecteurs : l’action culturelle devient un cadre et un outil de formation ;
  • valoriser l’ensemble des missions du personnel du service, qui participe activement à l’action culturelle et dont le travail quotidien est souvent mal connu, voire mal compris.

Une offre variée, de plus en plus construite avec les usagers

10Le service met l’accent sur l’accès aux documents physiques, la valorisation en ligne étant toujours vue comme complémentaire de celle sur place.

Sur place : vitrines, rendez-vous avec le public, expositions

  • 8 À la BU Médecine-Pharmacie, pendant plusieurs années, quatre livres différents de botanique et de m (...)
  • 9 Par exemple, « Une Bible renouvelée à la Renaissance » en 2013.

11Il est possible de rassembler les propositions in situ en trois grandes catégories. Dans la première, on regroupe les documents exposés. La sélection est faite par les membres du service qui s’appuient sur leur connaissance du fonds et leurs goûts. Pendant six ans ont été proposées dans le Hall de la BU Lettres les « Petites vitrines », cinq vitrines sur une thématique précise (pouvant entrer dans tous les champs de la connaissance) pour une durée de deux mois, mais le travail était trop lourd pour la plupart des collègues. Ce format a été remplacé par le « Livre ancien du mois », qui se décline aussi dans l’autre bibliothèque de sciences humaines, en centre-ville8. Dernier type de sélection des documents par les bibliothécaires, les expositions de rentrée dans le Hall de la BU Lettres, uniquement préparées par le service9.

12Depuis 2011, a été développé un second type de propositions, qui donnent à voir et à toucher et qui permettent le dialogue : les « Petites pauses méridiennes » (une demi-heure autour du « Livre ancien du mois ») et les « Heures du Livre ancien » (une heure sur une thématique, un format né au Fonds ancien et déployé temporairement à la BU scientifique du Futuroscope à la demande des enseignants). Inspirées d’une idée de la bibliothèque municipale de Lyon (BmL), elles permettent le dialogue et la discussion car, après la présentation du sujet et de l’œuvre/des œuvres, du temps est laissé au visiteur pour manipuler le(s) document(s), poser des questions et échanger.

  • 10 Par exemple, « Sociétés réelles, sociétés rêvées : une histoire de l’utopie » en 2014.

13Enfin, certains projets sont co-construits. Tous les deux ans10, une importante exposition permet de travailler avec les usagers, enseignants-chercheurs et étudiants de filières professionnelles ou recherche. La thématique est choisie par le Service du livre ancien tandis que les textes sont l’œuvre des bibliothécaires comme des usagers. La muséographie, ainsi que l’exposition virtuelle, sont dans certains cas le fruit du travail des étudiants, qui est évalué dans le cadre de leur formation. Ceux qui rédigent les textes doivent choisir pour les illustrer des œuvres du SCD : le responsable du service reçoit pour cela les contributeurs chercheurs et étudiants, ce qui permet parfois une initiation au livre ancien.

En ligne : expositions et bibliothèques virtuelles, blogs

14La valorisation en ligne s’est développée ces dernières années. À côté des expositions physiques sont proposées des expositions virtuelles avec un dossier pédagogique. Les textes des panneaux de l’exposition in situ sont enrichis par des liens vers d’autres ressources en ligne et des informations complémentaires.

15La valorisation culturelle fait également partie des projets de bibliothèques virtuelles, notamment de celle lancée en 2008 sur les Premiers socialismes11. On y trouve des documents numérisés en entier, qui sont des sources utiles aux chercheurs et sont accompagnés de textes de présentation dans une démarche didactique, pour les étudiants et le public non spécialiste.

16Enfin, depuis quatre ans sont mis en ligne sur le blog12 des BU de Lettres, Sciences humaines et Droit des billets consacrés aux collections du Fonds ancien. Ils annoncent une exposition et une visite, mais ont pour vocation première de donner des informations précises sur la thématique abordée, ainsi qu’une bibliographie pour aller plus loin et des liens vers d’autres ressources utiles. Le but est également de garder une trace des recherches qui ont été faites, mais le format (400 mots) ne permet souvent pas de développer le propos autant qu’il serait souhaitable…

Le public touché n’est pas le public attendu

Les extérieurs et leurs proches

17Contrairement à ce qui était attendu, les extérieurs constituent le public le plus fidèle et le plus nombreux. Un noyau d’habitués vient régulièrement, parfois avec des curieux d’un jour. La majorité est assez âgée, mais les exceptions sont nombreuses, grâce notamment au réseau On va sortir (OVS) qui fédère également des actifs. En principe, sauf problème de circulation de l’information, les nouveaux prennent connaissance des propositions dans les journaux gratuits et sur les sites de la ville et de l’université. Une fois qu’ils sont venus une première fois, ils ont avec eux la brochure présentant l’offre sur toute l’année et ceux qui le souhaitent peuvent laisser leurs coordonnées afin de recevoir un mail d’information (beaucoup s’inscrivent aux propositions culturelles en répondant à ce message mensuel, désormais illustré).

Les scolaires

18Le jeune public est parfois touché par le programme culturel du Fonds ancien. Pour l’exposition « Animal & imaginaires : du sphinx à la chimère » en 2012, dont le thème était porteur et pour laquelle un enseignant de lettres-histoire s’était investi et un partenariat avec le Centre régional de documentation pédagogique (CRDP)* avait été noué, des élèves de primaire sont venus découvrir et manipuler des documents anciens. Pour plusieurs expositions importantes, des lycéens ont participé à la rédaction des textes et ont ensuite été invités pour des séances spécifiques de visite de l’exposition et de découverte du Fonds ancien. Enfin, attirés par les thématiques des expositions qui croisaient le programme de culture générale des Brevets de technicien supérieur (BTS), des enseignants sont venus avec leurs étudiants.

La communauté universitaire

19La communauté universitaire suit peu la programmation proposée par le Fonds ancien. Les étudiants viennent rarement de manière spontanée aux présentations thématiques, mais regardent tel ou tel panneau de l’exposition présentée dans le hall de la BU Lettres. Cette mise en place de livres anciens dans un lieu de passage sans réelle surveillance (le personnel à la banque de prêt n’est pas disponible pour prêter particulièrement attention aux mouvements dans cet espace) pose des problèmes de sûreté face au vol, mais rapproche, avec une certaine efficacité, les collections du public. Celles-ci sont plus visibles et moins étrangères, sans perdre de leur originalité ou sacralité, puisqu’elles sont présentées dans des vitrines sur des supports adaptés. Les étudiants participent également à la programmation culturelle via certains projets dans lesquels ils sont impliqués. Les enseignants-chercheurs, habitant pour beaucoup loin de Poitiers, ne montrent, quant à eux, pas toujours beaucoup d’intérêt pour la programmation culturelle du Fonds ancien : ils passent peu de temps sur le campus, dont ils ne connaissent pas toujours bien les ressources, à quelques exceptions notables près. Les collègues BIATSS enfin, particulièrement les « bibliothécaires » sans distinction de catégories, constituent dans la communauté universitaire le public le plus fidèle des visites et présentations thématiques : ce sont pour eux des lieux de plaisir esthétique, de découverte culturelle et de formation (notamment pour les collègues du Fonds ancien).

Quel projet construire ?

Limites

20Malheureusement, quelques obstacles entravent le travail des bibliothécaires, ce dont pâtissent les contenus. Le manque de formation des bibliothécaires dans le domaine de la médiation rend les propositions moins accessibles. En l’absence de toute muséographie originale, une partie du public ne se sent pas attiré par un lieu d’exposition, le hall de la BU Lettres, qui, bruyant, rend la concentration difficile et réduit l’intimité avec les œuvres. Le manque de temps et de moyens financiers limite également l’ampleur de certains projets.

21La cohérence du projet souffre également de l’absence de coordination avec les autres départements de la bibliothèque et de l’université. À l'échelle du SCD, on relève notamment un flou dans l’utilisation du terme « exposition », qui peut servir pour des projets ambitieux montés en partenariat comme pour des sélections thématiques d’ouvrages. Cette ambiguïté dégrade la perception qu’ont les collègues de leur travail, réduit la reconnaissance qu’ils reçoivent et rend l’offre moins visible pour les lecteurs, qui risquent d’être déçus… Une réunion a été consacrée à ce sujet, sans changement notable, notamment du fait de catégories préétablies (visites, expositions, etc.) pour la plupart des canaux de communication.

Opportunités et perspectives

22L'université de Poitiers a la chance de posséder un patrimoine écrit et scientifique riche et varié. Cela lui permet de proposer des temps de valorisation dans d'excellentes conditions, sans avoir à emprunter des œuvres (avec toutes les complications administratives que cela engendre parfois) et avec une plus grande liberté que pour des pièces empruntées.

23Ni la présidence de l’université, ni la direction du SCD n’ont validé de manière formelle les six objectifs présentés plus haut. Les manifestations proposées par le Fonds ancien n’ont donc pas de place identifiée dans le projet d’établissement et aucun document de cadrage n’a été formalisé à l’échelle du SCD ou de l’université. Si cela se traduit par un manque de moyens matériels et de cohérence, cela donne à l’équipe du Fonds ancien beaucoup de liberté dans le choix des thèmes et des partenaires.

24Le petit nombre de personnes dans le public facilite les échanges pendant les visites et les rencontres, et ces retours sont pris en compte pour la construction du programme annuel. Celui-ci est élaboré de manière concertée par le responsable du service avec son équipe et les collègues des BU accueillant certaines propositions du Fonds ancien.

25Une même catégorie de l'organigramme du SCD, « Communication et médiation culturelle », regroupe la « Coordination de l'action culturelle » et la « Communication externe ». Le choix de faire de la médiation culturelle avant tout un outil (de communication, de valorisation des collections, etc.) se heurte dans une certaine mesure à la conception de celle-ci comme transmission du savoir vers les publics. Mais il faut également souligner que cela assure une bonne diffusion à la programmation culturelle.

26Enfin, une évaluation a été faite sous la forme d’un petit questionnaire avec des questions ouvertes diffusé auprès du personnel du SCD assistant aux propositions culturelles. Elle a fait émerger des idées, notamment pour les moyens pédagogiques à mettre en œuvre (en incluant davantage le jeu).

Notes

1 Les pôles associés étaient des ensembles documentaires qui, avec le concours financier de la BnF, renforçaient leurs collections spécialisées dans un domaine d’excellence. Consacré à l’histoire médiévale, celui de Poitiers a été créé en 1994. Il réunissait le Centre d'études supérieures de civilisation médiévale, la médiathèque François-Mitterrand, le Service de l'inventaire de la DRAC et le SCD de l'université de Poitiers.

2 Un coffret distribué gratuitement aux bibliothèques, avec une clé USB de 101 livres du patrimoine local et deux livrets, un de présentation des ouvrages et un pour des ateliers de médiation. Preuve du succès de cette formule, la seconde saison est sortie à la fin de l'année 2017. [En ligne] < http://livre-poitoucharentes.org/patrimoine-ecrit/les-clefs-du-patrimoine-ecrit >.

3 Par exemple, la littérature de cordel à l'UFR Lettres et langues. Cette littérature brésilienne à la fois populaire et érudite était diffusée sous la forme de petits fascicules de poèmes auto-édités.

4 Deux principalement, sur le campus et en centre-ville.

5 En particulier des masters pro.

6 Un fonds pédagogique à la BU Sciences, un fonds canadien à la BU Lettres, etc.

7 Comme nous le verrons plus loin, le public majoritaire n’est pas celui-ci.

8 À la BU Médecine-Pharmacie, pendant plusieurs années, quatre livres différents de botanique et de médecine étaient exposés successivement pendant deux mois durant l’année universitaire.

9 Par exemple, « Une Bible renouvelée à la Renaissance » en 2013.

10 Par exemple, « Sociétés réelles, sociétés rêvées : une histoire de l’utopie » en 2014.

11 [En ligne] < http://premierssocialismes.edel.univ-poitiers.fr/ >.

12 [En ligne] < http://blogs.univ-poitiers.fr/budl/ >.

Auteur

Responsable du Service du livre ancien, service commun de la documentation de l’université de Poitiers

© Presses de l’enssib, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search