Version classiqueVersion mobile

Faire vivre l’action culturelle et artistique en bibliothèque

 | 
Colin Sidre

Partie 2. La mise en place d’un parcours d’EAC : problématiques et éléments-clefs

Apprivoiser un gnou et libérer des lucioles1 :

l’éducation artistique et culturelle à la Bibliothèque municipale de Lyon

Violaine Kanmacher

Texte intégral

  • 1 « Apprivoiser un gnou », c’est oser la rencontre avec quelque chose que l’on ne connaît pas, qui no (...)

1Par nature, la bibliothèque est le lieu idéal pour penser l’EAC : elle touche un large public en étant centrale et gratuite, elle s’adresse à tous par la richesse et la diversité de ses collections, enfin elle s’inscrit dans un territoire culturel et le fait rayonner.

2E-ducere, conduire hors de… quitter sa motte de terre, son paysage familier, son quotidien pour aller à la rencontre, à la découverte, à l’aventure, faire éclore, élever. Quelle magnifique mission pour les bibliothèques. Pourquoi est-ce alors si difficile de convaincre les bibliothécaires de s’engager dans l'EAC ? Quelles sont les craintes et les réticences qui les retiennent ? Quels chemins emprunter ?

3Après avoir défini les principes sur lesquels reposent nos propositions d'EAC, nous présenterons quelques parcours, avant de partager des conseils et moyens d'action.

Apprivoiser un gnou : regarder, rencontrer, s’approprier

4L’EAC est une forme de médiation qui ne peut se restreindre à de l’animation, de la programmation culturelle ou à une présentation de collections. C’est à la fois un chemin, une posture et un objectif. À l’image des 3 fonctions de la bibliothèque, un parcours d’EAC peut se décomposer en trois phases : l’émerveillement (la fenêtre), la rencontre (le porte-voix), l’appropriation (le miroir).

Regarder et s’émerveiller

5La bibliothèque doit être ce lieu qui crée la surprise et autorise l’émerveillement. S’émerveiller demande du temps et du silence. C’est pourquoi, on veillera à ne pas présenter trop d’objets culturels simultanément, à ne pas prévoir de séances trop garnies au risque d’être indigestes. Du temps est nécessaire pour observer et laisser venir les sensations, les émotions.

6Quant au silence, il doit aussi être respecté pour que puisse se faire la rencontre. Le silence du médiateur, pas celui du public, qui lui au contraire peut partager ses impressions et émotions.

7Il s’agit de laisser se construire et s’exprimer librement un rapport à l’objet : de l’intérêt, de l’admiration, du rejet, un certain malaise… Les explications viendront dans un second temps.

Rencontrer et comprendre

8C’est sans doute dans cette seconde étape que se joue le sens de l’EAC, à savoir organiser la rencontre entre un public et un objet culturel.

9Peu importe le public, individuel ou en groupe, jeunesse ou adulte, familial ou homogène en classe d’âge, public spécifique ou en situation de handicap, et peu importe l’objet culturel, son domaine, sa préciosité, sa rareté. Seule compte la rencontre de ces deux éléments. Le rôle de la bibliothèque est donc de permettre la rencontre, mais surtout de la favoriser et l’accompagner.

10Il faut donc choisir le partenaire idéal en fonction du public ou de l’œuvre, et évaluer la pertinence de tel objet pour tel public, ou l’intérêt de tel public pour telle œuvre. Attention, cela ne nous empêche pas d’être ambitieux ou exigeant. Nous pouvons présenter à de très jeunes publics des manuscrits mérovingiens ou des œuvres d’art brut, il suffit de trouver le bon chemin. Nous avons par exemple, à l’occasion de modules « heures de la découverte » proposé avec les conservateurs du fonds chinois des livres patrimoniaux à un public familial. Ce temps de découverte intitulé « Des livres du bout du monde » a rencontré un grand succès.

  • 2 Pour en savoir plus sur ce projet, nous vous conseillons la lecture de l’article « Un projet à la c (...)

11Venir à la bibliothèque, c’est certes rencontrer les collections de la bibliothèque, mais aussi les richesses culturelles d’un territoire. Le projet RéCréation : art et culture nouvelle génération qui s’est tenue à la Bibliothèque municipale de Lyon (BmL) en 2013 s’inscrivait précisément dans cet objectif2.

  • 3 La vitrine archéo-schmilblick, en partenariat avec le musée gallo-romain, consiste à présenter pend (...)

12Mais comment donner envie au public d’oser la rencontre ? De nombreux stratagèmes de communication sont possibles avant la rencontre, pour susciter la curiosité (envoi de courriers, énigmes à résoudre, teaser vidéo ou installations historico-ludiques3), mais aussi pour rendre l’œuvre plus accessible (réaliser des fac-similés, des numérisations).

S’approprier

13Enfin, vient le temps de l’appropriation. Que va garder notre public de cette rencontre ? Une nouvelle connaissance ? Une émotion esthétique ? Une idée ? Une ouverture ? Un projet ? Une vocation ?

14Le rôle de l’EAC est aussi de mettre tout en œuvre pour que la distance entre le public et l’objet culturel se réduise. Cela n’enlève ni le plaisir, ni l’admiration, ni la distance critique. Pour créer ce lien entre la vie et la culture, on va tisser des histoires. On peut emmener les enfants très loin dans le temps, ou dans le monde, à condition d’avoir comme point de départ leur « ici et maintenant », et de les y ramener en fin d’animation. Le temps d’une séance, on ouvrira une parenthèse dans leur vie, pendant laquelle ils feront des rencontres extraordinaires.

Libérer des lucioles : chemins de traverse et parcours culturels

15Comment sortir de l’idée que seuls les collègues en charge des jeunes publics et de la littérature jeunesse sont en capacité de mener des actions d’EAC ? Comment changer cette croyance que ce qui n’est pas spécifiquement dédié au jeune public n’est pas susceptible de l’intéresser ou de lui plaire ?

16Voici trois parcours transversaux que nous avons montés à travers les collections de la BmL et où se rencontrent les compétences de médiation et les expertises culturelles de différentes équipes.

Parcours « Il était une fois »

17C’est autour des contes classiques que nous avons construit ce premier parcours d’EAC qui réunit le département jeunesse, le fonds ancien et les espaces numériques. Si le département jeunesse est à l'initiative du projet, celui-ci s'est construit en concertation avec chacun des deux autres départements impliqués.

  • 4 Wilhelm Grimm, Jacob Grimm, Kveta Pacovska (ill.), Le petit chaperon rouge, Paris, Minedition, 2007 (...)
  • 5 Warja Honegger-Lavater (ill.), Le petit chaperon rouge, Paris, Adrien Maegth éditeur, 1965.
  • 6 Sarah Moon, Le petit chaperon noir, Kyoto, Éditions Kahitsukan, 2010.

18Une première rencontre est l’occasion de présenter différentes versions illustrées du Petit chaperon rouge, des plus classiques aux plus graphiques, des plus anciennes aux plus contemporaines. Nous avons pour cela imaginé un jeu avec des illustrations extraites de différents ouvrages, de Gustave Doré à Kveta Pacovska4 avec lesquelles les enfants devaient reconstruire la chronologie de l’histoire. Cette séance est aussi l’occasion de découvrir comment des artistes contemporains s’emparent d’un texte pour en faire une œuvre, en présentant le leporello5 de l’artiste Warja Lavater ou Le petit chaperon noir6, de Sarah Moon.

19Un second temps orchestré par nos collègues du fonds ancien se déroule dans les réserves de la bibliothèque. Là, sont présentées des éditions patrimoniales des livres de contes et des estampes les illustrant. Au-delà de la beauté des ouvrages, la découverte des silos, son odeur spécifique et sa fraîcheur, ses kilomètres de rayonnages, le rituel d’ouverture des livres anciens ou le port de gants blancs sont autant de signes qui marquent les esprits des petits et des grands.

20Enfin, la phase d’appropriation se joue au niveau des espaces numériques. Après la découverte de la bibliothèque numérique de Lyon (Numelyo)7 et ses milliers d’images patrimoniales numérisées, les enfants sélectionnent l’image de monstre de leur choix, s’initient à la mise en page sur un logiciel libre (Gimp), impriment et pressent leurs propres badges. Ils repartent de la bibliothèque avec un souvenir à arborer fièrement ou à offrir.

Parcours « Au jardin »

21On sait que la science est un sujet qui passionne nos jeunes publics, un peu moins, peut-être, les bibliothécaires. Nous avons créé un jardin potager avec l’aide des espaces verts de la ville dans un espace adjacent au département jeunesse. C’est l’occasion pour nous de proposer un parcours culturel aux enfants, qui se termine les mains dans la terre.

  • 8 Nous avons choisi « le jardin voyageur » sur la coulée verte de Manhattan, car il introduit parfai (...)

22L’entrée en matière se fait par des histoires : de nombreux albums évoquent des jardins extraordinaires, d’autres sont plus militants8. Cette première phase est aussi l’occasion de découvrir les multiples astuces que déploie la nature pour permettre aux graines de voyager, en volant, en s’accrochant aux poils, en tourbillonnant, en étant digérées… (pour cela, nous présentons des documentaires et un court-métrage d’animation.)

23Nous évoquons ensuite le combat de certaines personnes qui luttent pour que la graine reste un patrimoine libre et commun. Nous leur présentons aussi notre grainothèque, ses principes de fonctionnement et ses « collections temporaires » et les laissons choisir librement des sachets de graines en les invitant aussi à venir en déposer.

  • 9 Un peu d’argile, de terreau et d’eau, quelques graines, beaucoup de plaisir à malaxer la boue… les (...)

24L’atelier final se déroule au jardin. Après la découverte des plantes aromatiques et fleuries qui y poussent, nous récoltons, selon la saison, des graines pour alimenter la grainothèque de la bibliothèque. C’est enfin le moment tant attendu de la fabrication des bombes à graines. Un rapide détour par le mouvement des green-guerilla est l’occasion de présenter ce mouvement citoyen et cet engagement pour reverdir les centres urbains, de redonner ses droits à la nature9. Notre public est prêt à réaliser son ultime mission : les semer dans la ville sur le chemin du retour.

Parcours « Photo-reportage »

25Trois photographies de l’exposition « La France vue d’ici »10 servent de point de départ à ce parcours. Avec l'aide du département art, nous présentons la notion de photo-reportage et accompagnons le public dans la lecture et la compréhension d’une image : ce que l’on voit, ce que l’on ressent, et sur des essais d’interprétation. Cette séance est l’occasion de laisser s’exprimer les enfants mais aussi de découvrir le vocabulaire afférent à la photographie, d’appréhender les effets de cadrage, le travail sur la couleur, la lumière, la mise en scène ou non du sujet.

26Pour mettre en œuvre ces nouvelles compétences de lecture d’image, nous proposons aux enfants une mission : rendre accessible l’exposition aux personnes malvoyantes. Une collègue des espaces numériques, en charge des questions d'accessibilité, leur présente ce qu'est l’audiodescription, et anime l'atelier : la phase d’écriture, description de l’image, commentaires, et enfin celle de l’enregistrement. Leurs audio-descriptions seront accessibles sur le site web de l’exposition, mais aussi installées dans les audioguides disponibles dans les salles d’exposition.

  • 11 Prise de vue, travail de l’image, renseignement et indexation avant son intégration dans la base, m (...)

27Pour conclure, nous leur présentons le fonctionnement participatif de la base « Photographes en Rhône-Alpes » coordonnée par le département de la documentation régionale. Nous les invitons à enrichir à leur tour cette base, avec leur propre regard à travers une série de clichés intitulés : « Lyon vu de mes 10 ans »11.

Dix conseils pour monter un parcours d’EAC

28Les neurosciences nous confirment que le meilleur chemin pour acquérir, transmettre et partager des connaissances nécessite quatre conditions : une ambiance de confiance, bienveillante et rassurante, le plaisir d’être surpris qui donne envie d’en savoir plus, l’utilisation de tous les sens et le fait d’être actif. Gardons cela en tête lorsque nous imaginons nos parcours d’EAC. Et parce que l’adulte est un enfant comme un autre, ne perdons pas de vue ces conseils, même si l’on s’adresse à des adolescents, des adultes ou des personnes âgées.

Mobiliser la curiosité et l’enthousiasme de tous nos collègues

  • 12 À Lyon, le vendredi après-midi est consacré aux activités périscolaires.

29Cette démarche s’est surtout mise en place dans le cadre des propositions faites pour des animations périscolaires12. Nous avons donc activement mobilisé tous nos collègues pour saisir cette opportunité et accueillir largement les jeunes publics sur ces créneaux, au-delà des secteurs jeunesse. Il s’agissait pour nous de convaincre nos collègues les plus passionnés, les plus experts, de transmettre et de partager leurs savoirs à un public a priori éloigné de leur public cible.

30Une de nos premières missions fut de déconstruire dans l’esprit des collègues des autres départements les a priori sur le jeune public, caricature de groupes bruyants, peu intéressés voire dangereux pour les collections. Pour cela, les visites d’expositions et autres accueils de groupes menés conjointement ont souvent suffi pour rassurer les collègues.

31Mais en réalité, les meilleurs ambassadeurs auprès des équipes sont nos collègues des départements qui ont expérimenté une animation auprès d’un public jeunesse, collègues du fonds ancien, de la documentation régionale ou du département art, qui rapportent et partagent cette expérience de médiation belle et forte, avec un public attentif et spontané bien différent du public habitué et habituel.

Croiser les approches, accompagner les collègues

32Une autre crainte réside souvent dans la peur de ne pas savoir comment faire avec le jeune public. Pour cela, nous avons mis en place un dispositif d’accompagnement. Pour tous les collègues des secteurs adultes qui le souhaitent, nous relisons avec eux leurs animations jeune public, vérifions le déroulement, donnons quelques conseils d’organisation, de vocabulaire ou de mise en place, voire, co-animons la première séance si besoin.

33Ce croisement des approches est souvent perçu par nos collègues comme un enrichissement du regard sur leur collection, comme si, à travers le temps, ou les domaines de la création et du savoir, les œuvres se répondaient et créaient entre elles un cheminement de la pensée.

Créer la surprise

34Quel que soit le sujet de la présentation, de la mythologie à l’art vidéo, des carnets de voyage à l’observation d’un blog, c’est à nous de créer l’étonnement et de susciter l’intérêt par la manière dont on va amener le sujet, en s’appuyant sur le réel pour s’en servir comme d’un tremplin vers la découverte.

35Souvent, à force de fréquenter nos collections, nous n’en voyons plus l’originalité. Un pop-up ou une enluminure n’est qu’un document parmi des dizaines d’autres, mais pour notre public, c’est peut-être l’unique exemple ou le premier qu’il rencontrera. C’est pourquoi il faut être exigeant et ambitieux dans les choix que nous faisons, et respecter notre public, surtout s’il s’agit de jeune public, en lui proposant des œuvres et des documents à la hauteur de son imagination.

Instaurer un climat de confiance

36Il convient aussi de supprimer autant que possible toute violence symbolique, pour instaurer une confiance dans le groupe qui permettra la rencontre. L’une des entrées est de partir du quotidien de notre public, de ce qu’il connaît, de chercher des points d’ancrage dans la vie.

37À nous de savoir équilibrer nos interventions entre un discours trop savant et un discours trop infantilisant. Pour cela, le public « famille » est passionnant, car il permet en s’adressant aux plus jeunes avec un vocabulaire simple et adapté, de se faire comprendre de tous et d’aller progressivement vers un discours plus expert. Enfin, parce que les plus jeunes osent souvent plus facilement que les adultes poser des questions ou exprimer le fait qu’ils n’ont pas compris, les animations intergénérationnelles* sont souvent extrêmement riches.

Raconter une histoire

38Que ce soit une anecdote historique, un conte, un poème ou un personnage, construire un chemin imaginaire facilite les rencontres culturelles et permet de créer un parcours entre les différentes œuvres. Ce fil rouge peut être visuel, sonore, littéraire ou graphique… L’important est de trouver le format qui correspond le mieux au public visé et aux œuvres présentées.

Prendre le temps

39Un des risques est de vouloir trop en montrer et l’accumulation peut créer chez le public une frustration ou un sentiment d’étouffement. L’idéal est de se concentrer sur quelques œuvres et de les faire circuler, dans la mesure du possible ou en tout cas permettre au public de s’en approcher, de les regarder de près, de s’en saisir.

40Laisser une place au silence et donner la parole au public sans inonder de mots et d’explications, c’est aussi permettre la contemplation.

Donner les clés de compréhension

  • 13 On peut dégager trois étapes de discussion – ce sont celles en tout cas que nous utilisons en lectu (...)

41Après avoir suscité l’envie d’en savoir plus, échanger avec le public pour construire avec lui un discours sur l’œuvre, l’objet ou l’expérience culturelle13.On peut dégager trois étapes de discussion – ce sont celles en tout cas que nous utilisons en lecture d’image (fixe ou animée) : Que voit-on ? Que ressent-on ? À votre avis pourquoi l’auteur/l’artiste a fait ce choix ? Que voulait-il nous dire ?

Rendre acteur

42Co-construire le cheminement avec notre public en faisant appel à toutes les formes d’intelligences, pas seulement l’intellect, mais aussi les sens, les émotions est l’une des clés d’une animation réussie. Le discours sur une œuvre se construit avec le public, en fonction de ses remarques, de ses connaissances, de ses questionnements. On peut aussi l'inviter à participer à la construction du discours (ajouter un cartel à une œuvre, participer à l'audiodescription ou modifier un ordre d'accrochage).

Laisser une trace de la rencontre, un souvenir

43Offrir un badge ou une copie d’une gravure à colorier, un bricolage ou un lien internet… La trace de l’expérience culturelle que l’on pourra partager avec d’autres, un sésame, un marqueur d’une aventure est un prolongement intéressant de la découverte.

Évaluer : être clair sur les objectifs et rester modeste quant aux résultats

44L’EAC, c’est accepter d’être déstabilisé par des questions surprenantes et le fait que la séance ne se déroule pas « comme on l’avait imaginé. ». Voilà pourquoi il est important de toujours évaluer notre action par un retour d’expérience pour améliorer nos médiations et les enrichir. En revanche, il serait illusoire de vouloir estimer par une mesure d'impact l'effet que peut avoir une rencontre culturelle dans la vie d'un individu, et c'est bien mieux ainsi.

45Pour conclure, je partage avec vous ces principes d’exposition de Jacques Hainard et Marc-Olivier Gonseth, conservateurs du Musée d’ethnographie de Neuchâtel, qui définissent parfaitement ma vision de l’EAC et plus largement, de la médiation culturelle en bibliothèque.

46L’éducation artistique et culturelle, « c’est troubler l'harmonie. […] c'est susciter des émotions, des colères, des envies d'en savoir plus. C'est construire un discours spécifique […] fait d'objets, de textes et d'iconographie. […] c'est lutter contre les idées reçues, les stéréotypes et la bêtise. C'est vivre intensément une expérience collective. »14

Notes

1 « Apprivoiser un gnou », c’est oser la rencontre avec quelque chose que l’on ne connaît pas, qui nous fait peur et nous fascine, des objets culturels par exemple, ou un domaine artistique, prendre le temps de l’approcher et le comprendre. « Libérer des lucioles », c’est éclairer la nuit et l’obscurité (l’obscurantisme ?), y introduire un peu de magie et voir scintiller les yeux des enfants face à ce qu’on leur présente.

2 Pour en savoir plus sur ce projet, nous vous conseillons la lecture de l’article « Un projet à la croisée des arts » dans la Revue des livres pour enfants, septembre 2013, n° 272, p. 120-127.

3 La vitrine archéo-schmilblick, en partenariat avec le musée gallo-romain, consiste à présenter pendant deux mois un objet mystère. Le public doit imaginer le cartel. Lors d’un atelier avec un médiateur du musée, l’identité et l’usage de l’objet seront révélés.

4 Wilhelm Grimm, Jacob Grimm, Kveta Pacovska (ill.), Le petit chaperon rouge, Paris, Minedition, 2007 (coll. Albums).

5 Warja Honegger-Lavater (ill.), Le petit chaperon rouge, Paris, Adrien Maegth éditeur, 1965.

6 Sarah Moon, Le petit chaperon noir, Kyoto, Éditions Kahitsukan, 2010.

7 Numelyo : bibliothèque numérique de Lyon : < http://numelyo.bm-lyon.fr/ >.

8 Nous avons choisi « le jardin voyageur » sur la coulée verte de Manhattan, car il introduit parfaitement la suite de nos propositions.

9 Un peu d’argile, de terreau et d’eau, quelques graines, beaucoup de plaisir à malaxer la boue… les bombes à graines sont créées.

10 Exposition photographique présentée à la BmL en 2016. [En ligne] < http://www.lafrancevuedici.fr/>.

11 Prise de vue, travail de l’image, renseignement et indexation avant son intégration dans la base, mais aussi tirage photographique et exposition à la BmL sont autant de chemins pour appréhender la photographie à la fois comme un art et un témoignage.

12 À Lyon, le vendredi après-midi est consacré aux activités périscolaires.

13 On peut dégager trois étapes de discussion – ce sont celles en tout cas que nous utilisons en lecture d’image (fixe ou animée) : que voit-on ? Que ressent-on ? À votre avis pourquoi l’auteur/l’artiste a fait ce choix ? Que voulait-il nous dire ?

14 Principes d’exposition. [En ligne] < http://www.men.ch >.

Auteur

Responsable du département jeunesse, bibliothèque de la Part-Dieu (Lyon)

© Presses de l’enssib, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search