Version classiqueVersion mobile

Faire vivre l’action culturelle et artistique en bibliothèque

 | 
Colin Sidre

Partie 1. Définir l’EAC et en construire les fondations

Vous mettrez bien un peu de culture dans votre université ? Partenaires et programmations à la bibliothèque universitaire de La Rochelle

Sylvie Fayet

Texte intégral

1Il y a une forme de paradoxe à parler d’EAC à l’Université, et de ses déclinaisons possibles en bibliothèque. Je m’explique : l’Université est par excellence le lieu de la transmission de savoirs et compétences constitutifs d’une culture humaniste et/ou scientifique, et en son sein les bibliothèques sont par excellence le lieu de la lecture, socle de l’acquisition autonome de connaissances, de l’ouverture intellectuelle et de la formation de l’esprit critique. Et pourtant, ni l’Université ni les BU ne sont a priori qualifiées comme des lieux de culture, et on les étiquettera plutôt « lieux de savoir ». Nous opérons spontanément cette curieuse dichotomie entre savoir et culture. Et du coup, implicitement, quand nous évoquons la culture à l’Université, nous mettons en avant l’extra-universitaire d’un triple point de vue :

  • sur le plan des contenus, la pratique artistique ou la participation à des formes vivantes d’expression artistique sont immédiatement identifiées comme objectifs culturels ; a contrario, des formes plus discrètes et plus quotidiennes dans l’Université (la lecture, l’écriture, l’aventure intellectuelle que peut constituer l’enseignement, les questionnements et découvertes qui en découlent, la formation de l’esprit et la constitution d’un corpus de références…) restent au second plan. Peut-être est-ce parce que les premières constituent une expérience collective immédiate et partageable, alors que les secondes revêtent une dimension plus individuelle – voire intime – et sont plus difficiles à structurer. Il faut, par exemple, un événement particulier comme la Nuit de la lecture pour que la lecture soit le temps d’une célébration consacrée comme pratique culturelle dans l’espace public1.
  • sur le plan des publics, la promotion de la culture à l’Université poursuit un objectif d’ouverture et de démocratisation, qui passe par un double mouvement : dans un sens incitation à sortir de l’Université, dans l’autre inclusion dans le giron universitaire d’un public extérieur à l’Université. À l’appui du mouvement sortant par exemple, on facilitera la fréquentation des lieux et événements culturels par les étudiants, ou on proposera des actions de communication et de vulgarisation scientifiques à destination du grand public. Et pour soutenir le mouvement entrant, l’Université par exemple deviendra elle-même lieu d’événements culturels ouverts à tous les publics, ou organisera des opérations d’accueil dans ses labos et ses amphis ;
  • sur le plan des institutions, l’EAC passe par des partenariats avec des structures multiples, publiques ou associatives, et souvent situées hors champ de l’enseignement supérieur.
  • 2 Voir la contribution de Colin Sidre : « Contexte juridique et outils d'appropriation de l'éducation (...)

2En bref, quand on parle de culture à l’Université, on pense prioritairement à des choses qui sont étrangères au noyau historique de l’Université et on va plus spontanément chercher à l’extérieur qu’en son sein. Le rapport Ethis2 est emblématique de cette vision, proposant par exemple une certification culture qui sanctionnerait la fréquentation de lieux culturels, la pratique artistique et l’engagement associatif, mais n’incluant rien des compétences, activités et savoirs qui font l’ordinaire de l’Université. C’est une illustration de la culture comme ouverture et altérité, et c’est en même temps un positionnement si décentré qu’il court le risque du porte-à-faux ; un des enjeux pour l’avenir est sans doute d’apporter au puzzle culturel quelques-unes des pièces qui lui manquent et d’élargir le champ du regard que l’on porte sur la culture à l’Université, en accordant plus d’attention à ce que fabrique au long cours l’Université dans ses activités d’enseignement et de recherche.

3Ce qui se joue pour les universités à travers leurs politiques culturelles est de l’ordre de la monstration et du rapport avec le reste du monde ; elles y puisent une forme de légitimation symbolique supplémentaire. La force de l’enjeu incite les bibliothèques à ne pas rester au bord du chemin, même s’il est parfois difficile de trouver sa place et de proposer des actions pertinentes. Ce chapitre propose un tour d’horizon des acteurs de la culture à l’Université, puis des exemples tirés du retour d’expérience de la BU de La Rochelle.

Qui fait quoi ? Les acteurs de la culture à l'université

4Les universités se sont dotées d’équipes au service de la culture, avec des formes et des amplitudes diverses. Dans certains cas, il peut s’agir d’un service commun chargé de concevoir et d’exécuter la politique culturelle de l’université, doté d’un statut et d’un conseil, dans d’autres cas d’une équipe plus opérationnelle rattachée à un service central ou une direction transversale. La plupart du temps, le service a aussi en charge ce que les universités regroupent sous l’appellation « vie étudiante »*, c’est-à-dire le soutien aux initiatives étudiantes, l’accompagnement des associations étudiantes, l’animation de la vie de campus…

  • 3 Centres régionaux ou locaux des œuvres universitaires et scolaires. Les mesures prévues dans le cad (...)

5Les organigrammes des universités reflètent globalement une très forte corrélation entre culture et vie étudiante, signature d’un objectif initial commun : investir le temps que les étudiants ne consacrent pas directement aux études pour leur proposer diverses formes d’engagement, et contribuer ainsi à une formation générale des citoyens au travers de la pratique artistique, de la fréquentation des œuvres ou de l’action associative. C’est pourquoi les services culturels travaillent beaucoup avec les centres régionaux des œuvres universitaires et sociales (CROUS) et les centres locaux des œuvres universitaires et sociales (CLOUS)3, qui sont des acteurs importants dans le domaine du soutien aux initiatives étudiantes, de la culture et des échanges internationaux.

Le service culturel

6Le service culturel de l’Université sera le premier interlocuteur pour toute bibliothèque et son aide sera précieuse à plus d’un titre :

  • il a une vision globale de la programmation culturelle dans et hors de l’Université, et permettra d’identifier les meilleurs créneaux ou les synergies à mettre en œuvre ;
  • il a des compétences et un réseau que le personnel des bibliothèques ne possède pas, qui lui permet de conseiller sur la définition et la mise en œuvre d’un projet, ou d’être force de proposition pour l’enrichir ;
  • il favorise les coopérations et les partenariats, en identifiant les acteurs et leurs complémentarités, et en initiant des démarches de co-construction ; dans certains cas, il peut aussi donner un coup de pouce financier, porter un dossier de demande de subvention ou fédérer diverses initiatives.

7Les services culturels sont les interlocuteurs privilégiés de plusieurs institutions et services extérieurs à l’enseignement supérieur. Au premier chef, ils sont les référents identifiés par les directions régionales des affaires culturelles (DRAC) ainsi que par les services culturels des collectivités locales. Ils ont aussi la connaissance locale du tissu associatif et du milieu artistique. Au niveau national, ils sont regroupés au sein de l’association Art+Culture+Université4 qui organise chaque année les Journées des arts et de la culture dans l’enseignement supérieur, conçues comme des « vitrines des actions culturelles et artistiques menées dans l’enseignement supérieur ». Ces journées sont une des mesures prévues par la convention-cadre « Université, lieu de culture », signée en 2013 par le ministère de l’Enseignement supérieur, celui de la Culture et la conférence des présidents d’université. La convention vise à poursuivre dans l’enseignement supérieur le projet d’EAC commencé dès l’école, notamment en développant les pratiques culturelles de la communauté universitaire et la présence artistique dans les universités, et en positionnant les universités comme acteurs culturels ouverts sur la cité5.

  • 6 Une des premières initiatives nationales dans ce secteur est initiée en 2003 avec la Mission nation (...)

8Outre ces missions très orientées vers l’animation culturelle, la convention évoque aussi « le patrimoine architectural, scientifique, technique, artistique, paysager et linguistique des universités », mais ce volet patrimonial est pour l’instant moins développé que l’action culturelle6.

  • 7 Justine Ancelin (dir.), Médiatiser la science en bibliothèque, Villeurbanne, Presses de l'Enssib, 2 (...)
  • 8 L’article L123-3 du Code de l’Éducation assigne au service public de l’enseignement supérieur un rô (...)
  • 9 Il a publié en 2017 une stratégie nationale de culture scientifique, technique et industrielle < ht (...)
  • 10 Il y a quelques exemples de fédération de ces nombreux acteurs. Ainsi à La Rochelle, l’association (...)

9Troisième volet des déclinaisons universitaires de l’action culturelle : la culture scientifique, technique et industrielle. Divers exemples en sont présentés dans ce volume, et on se reportera utilement à une « Boîte à outils » précédente7. La volonté historique de vulgarisation et de médiation se double de l’ambition d’apporter une réponse scientifique aux « défis sociétaux » contemporains. Même si la démarche englobe sur le principe les lettres et les sciences humaines et sociales (SHS), dans la pratique elles peinent à se tailler une place. Pour des actions dans ce domaine, les interlocuteurs sont nombreux : muséums et centres de culture scientifique, technique et industrielle (CCSTI) en premier lieu. Les universités se sont aussi emparées du sujet, qui les concerne directement et qui figure en clair dans leurs missions8. Ce sont souvent les services culturels des universités qui assurent cette mission, mais pas exclusivement puisque les laboratoires et les organismes de recherche peuvent aussi développer des actions spécifiques. Les notions de médiation et de diffusion étant au cœur du sujet, le secteur scolaire fait partie des premiers publics visés, et les liens avec les structures de l’éducation nationale et les collectivités responsables des activités péri-scolaires sont nombreux. À ces acteurs publics s’ajoutent des associations de médiation scientifique, des sociétés savantes, des associations d’enseignants. Pour simplifier encore le paysage, il faut rappeler que depuis 2013 les régions sont responsables de la mise en cohérence des actions de culture scientifique, technique et industrielle sur leur territoire (CSTI). Il existe aussi un Conseil national de la culture scientifique, technique et industrielle conçu comme un lieu d’articulation entre les politiques régionales et la politique de l’État9. Ouf ! Autant dire que de nombreuses possibilités de coopération sont ouvertes aux bibliothèques qui souhaitent s’impliquer dans ce secteur, et que le problème ne sera pas de trouver des interlocuteurs mais plutôt, suivant le contexte local, de ne froisser aucune susceptibilité10.

L'exemple de la BU de La Rochelle

10La BU de La Rochelle a de longue date une programmation culturelle continue dont l’objectif est de mettre en lumière tout au long de l’année universitaire diverses facettes de la vie scientifique, académique ou tout simplement citoyenne. Cette programmation s’inscrit dans le cadre plus large de la politique de l’établissement. Le contexte est celui d’une université jeune, portée par un très fort ancrage local, qui a investi dans la culture au sens large et qui s’est dotée d’un service commun « Espace culture – Maison de l’Étudiant ». Dans un tel environnement, l’action culturelle est un des outils dont la BU dispose pour contribuer au projet de l’établissement et pour faire le lien entre la mission documentaire stricto sensu et des missions plus larges et plus diffuses : accompagnement et valorisation de la formation et de la recherche sous diverses formes, accueil et rencontre des publics, enrichissement des services rendus…

S'inscrire dans un projet d'établissement

11Étant donné toutes les déclinaisons possibles, l’écueil serait la dispersion. L’inscription dans le projet de l’établissement fournit justement les points cardinaux sur lesquels aligner les initiatives.

Nos actions doivent être étroitement liées

  • Prioritairement à des formations, des programmes de recherche, des activités étudiantes, bref à tout ce qui, au jour le jour, compose l’Université ;
  • éventuellement à une actualité locale importante, sur le plan culturel mais aussi sur le plan socio-économique.

Nos actions doivent être déclinables pour tous les publics

12En effet, la BU de La Rochelle est bien implantée au cœur d’un quartier qui n’est pas exclusivement universitaire, elle est voisine de la médiathèque d’agglomération Michel-Crépeau avec laquelle elle a signé une convention de coopération, elle est fréquentée par diverses catégories d’utilisateurs. Ce brassage des publics est un des éléments qui signent l’ancrage de l’Université dans le paysage local, et il est essentiel d’en tenir compte dans l’élaboration d’une action.

Nous sommes une bibliothèque

13Et nous souhaitons que notre programmation accompagne et sollicite notre offre documentaire. Tout ce qui permet de médiatiser et scénariser les collections est bienvenu.

Corollaire des points ci-dessus, nous ne saurions compter sur nos seules forces

14Travailler pour un large public et en prise directe avec la vie scientifique et culturelle locale implique de contacter de multiples partenaires et de favoriser toutes les formes de coopération possibles.

15Sous forme de rose des vents, voici les directions que nous nous sommes données et qui seront déclinées dans les exemples qui suivent.

Schéma. « Rose des vents » de l’action culturelle en BU

Schéma. « Rose des vents » de l’action culturelle en BU

Quelques exemples d’actions en lien avec les formations

Une exposition faite par les étudiants

16L’université met l’accent sur la pédagogie par projet et l’inscription dans les cursus de projets collectifs encadrés. L’action culturelle peut tout à fait constituer un champ d’application. La proposition la plus évidente est de confier à des étudiants encadrés par un enseignant la conception et la réalisation d’une exposition ou d’un programme d’animation qui sera accueilli par la BU. Des étudiants de licence de lettres ont ainsi élaboré l’exposition « Joseph Kessel, entre littérature et reportage de presse ». Ils ont été accompagnés et encadrés par leur enseignant et l’exécuteur testamentaire de Joseph Kessel sur les contenus scientifiques, mais également par le responsable de l’action culturelle de la BU sur tous les aspects liés à la conception et à la scénographie d’une exposition ; la BU a pris en charge, en lien avec les étudiants, la mise en forme graphique des panneaux, leur impression et leur accrochage, ainsi que la présentation sous vitrine des manuscrits.

Une programmation culturelle articulée autour d’une formation

  • 11 Institut culturel de la Corée du Sud.

17L’université de La Rochelle cultive une spécialisation géographique autour de la zone Asie-Pacifique. Des échanges ont été mis en place avec des établissements sud-coréens, indonésiens, vietnamiens et chinois. L’Université accueille un Institut Confucius et un Institut Roi Sejong11. L’année France-Corée en 2015-2016 a été l’occasion de faire connaître cette richesse avec la programmation d’un « Automne coréen ». Aux formations et animations de l’Institut Roi Sejong se sont combinées des actions du Département de LEA, de l’Espace Culture et de la BU : panneaux retraçant l’histoire des relations franco-coréennes, présentations de la culture et de la civilisation coréenne avec intervention de musiciens et danseurs, mise en valeur des fonds coréens et surtout photos et témoignages d’étudiants rochelais et coréens croisant leurs regards sur la France et la Corée ; ces manifestations ont permis de réunir dans le hall de la BU étudiants et enseignants de la filière coréen, et de faire découvrir aux Rochelais ce pan de coopération internationale.

18Autre exemple : l’organisation par la BU dans l’enceinte de l’Université d’un mini-salon des éditeurs scolaires, à destination des étudiants du Master MEEF (Master de l’enseignement, de l’éducation et de la formation), porté par la BU en partenariat avec les enseignants du Master MEEF et l’atelier Canopé de La Rochelle.

« Making-of » de réalisations étudiantes

19Certaines promotions d’étudiants ont l’occasion de produire collectivement un objet ou un service remarquable, appelé à connaître le succès hors de la sphère académique. Mettre en valeur ces réalisations est intéressant à plus d’un titre : d’abord parce qu’elles constituent pour l’Université une belle vitrine auprès du grand public ; ensuite parce qu’elles démontrent très concrètement que les formations universitaires sont en prise directe avec la « vraie vie » et que le rapport entre science et société se tisse au quotidien ; enfin parce que leur qualité mérite d’être soulignée et suscite une fierté collective.

20Un exemple de ce genre de réalisation est la Casa Fenix : il s’agit d’une maison modulaire et évolutive conçue pour répondre rapidement aux situations post-catastrophes naturelles et reconstituer un habitat durable et autonome en énergie, fruit d’un partenariat entre le Département génie civil de l’IUT de La Rochelle et le Département d’architecture de l’Université Technique de Valparaiso. Le prototype a été construit par des étudiants de l’IUT pour une compétition internationale d’architecture solaire. Le retour à La Rochelle de la Casa Fenix a été l’occasion d’une installation dans le hall de la BU : montage d’une partie du prototype, exposition d’éléments de mobilier modulaires, mais surtout narration sous diverses formes (posters, journal photo, vidéos…) de la véritable aventure qu’a représentée ce projet. Cette période d’installation a permis le partage d’expérience, au sein des étudiants et des personnels de l’Université, mais aussi avec la population rochelaise qui s’est déplacée pour découvrir le projet.

De l’école au doctorat ?

  • 12 Exemple : avant les élections présidentielles et législatives du printemps 2017, l’Université a pro (...)

21Le public scolaire et surtout lycéen est un enjeu important pour toutes les universités, avec, notamment, l’objectif de contribuer au continuum bac -3 / bac +3. Plusieurs BU développent des accueils ciblés, et des partenariats avec des classes12. La troisième partie de ce volume en propose des illustrations à travers l’exemple de La Contemporaine.

Quelques exemples d’actions en lien avec la recherche

Mise en valeur de la recherche de l’Université

22Un premier type d’action consiste tout simplement à faire connaître les recherches conduites par les personnels et les doctorants. La BU participe ainsi à un événement annuel, la Journée des doctorants, avec exposition de posters de vulgarisation et prix à la clé. Il est aussi possible de se focaliser sur un thème précis, lorsqu’un enseignant-chercheur (ou plusieurs) peut prendre en charge le commissariat scientifique d’une manifestation dans sa spécialité. La BU de La Rochelle a ainsi accueilli l’exposition « Histoires de grands magasins, vertige du foisonnement » co-conçue par une enseignante de l’Institut d’administration des entreprises (IAE).

L’articulation recherche / documentation

23Le rapport entre recherche et documentation peut être le point de départ de questionnements scientifiques qui débouchent sur une manifestation ou une exposition. Par exemple, les chercheurs américanistes de La Rochelle associés aux chercheurs en informatique souhaitent développer les humanités numériques, en s’appuyant entre autres sur des corpus de documents conservés par la BU pour en tester les usages électroniques.

  • 13 Un volet historique propose un panorama de l’évolution des journaux savants, en situant cette évolu (...)

24La BU peut aussi être seule promotrice d’une action sur les thèmes de son ressort : l’information scientifique et technique (IST), la publication scientifique, le droit d’auteur… La BU de La Rochelle a ainsi conçu et réalisé une exposition sur les revues scientifiques13, qui a ensuite servi de support à diverses formations et présentations sur les questions de publication, d’open access et d’archives ouvertes.

25Une action plus atypique a découlé de l’intervention de la BU en milieu carcéral, pour répondre aux besoins documentaires liés aux reprises d’études de certains détenus. Initialement, cette action de la BU accompagnait les recherches de certains juristes sur les facteurs de réinsertion. En collaboration avec le service audiovisuel de l’Université, deux films ont été réalisés : Être étudiant en prison et Lire, écrire en prison.

Quelques exemples d’actions en lien avec la vie étudiante

26Toute l’Université est mobilisée chaque printemps par le festival Étudiants à l’affiche : les étudiants y donnent à voir et/ou à entendre le résultat des ateliers de pratique artistique auxquels ils ont participé. La BU fait partie des lieux qui accueillent ces travaux (expositions graphiques et photographiques, concert, spectacle, etc.). Hors festival, certains étudiants peuvent aussi demander l’exposition de leurs œuvres.

27Autre exemple : la rencontre entre un auteur ou un artiste et un groupe d’étudiants. En partenariat avec une librairie locale, la BU a accueilli Franck Bourgeron, rédacteur en chef de la Revue dessinée. Une rencontre avec les étudiants de l’atelier BD a été l’occasion d’échanges sur le dessin de presse, les modes de représentation de l’information, le rapport entre dessin et journalisme…

Quelques exemples d’actions en lien avec l’environnement local

  • 14 Festival international du film ; Escales documentaires ; Festival de la fiction TV ; Festival du fi (...)

28La BU a un rôle de brassage des publics et d’interface entre l’université et le territoire. Une de nos orientations est de faire écho à l’actualité culturelle locale. La Rochelle est notamment riche en festivals audiovisuels14. Lorsque le thème de l’un d’eux recoupe les domaines d’enseignement et de recherche de l’Université, la BU essaie d’anticiper et de prévoir une manifestation ou une exposition. L’appétence locale pour le film donne en tout cas l’occasion de mettre en valeur les fonds de films documentaires ou de fiction (billets et petits jeux sur les réseaux sociaux, projections surprises, etc.), ainsi qu’un fonds d’affiches de cinéma donné par une salle du département.

29Nous essayons aussi de participer aux célébrations qui ont un impact local fort. Par exemple, en 2017, La Rochelle s’est fortement mobilisée pour les 500 ans de la Réforme. En complément d’un colloque et d’une exposition consacrés au livre protestant aux XVIe et XVIIe siècles, la BU a choisi d’explorer l’histoire moins connue des missions protestantes françaises (ce qui permet d’évoquer les aires géographiques étrangères sur lesquelles s’est spécialisée l’Université) et de montrer quelle place y tient le livre.

30La BU participe également aux événements nationaux, lorsqu’ils sont relayés localement ou qu’ils font sens par rapport au contexte universitaire. À l’occasion de la Nuit de la lumière, organisée en 2015 pour les Journées nationales des arts et de la culture dans l’enseignement supérieur, on a expérimenté des propositions originales, comme une lecture publique à la belle étoile. Pour le Printemps des Poètes, nous travaillons avec les étudiants et les enseignants de langues pour proposer une soirée de poésie en langues étrangères, et des capsules vidéo réalisées par le service audiovisuel de l’Université. Pour la Nuit de la lecture 2018, toujours grâce à l’implication des étudiants, nous avons pu proposer buffet linguistique et lectures aux chandelles (électriques, sécurité oblige).

Notes

1 Paradoxalement, la lecture qui s’exerce partout et chaque jour à l’Université dans un cadre scientifique et/ou pédagogique forme une sorte d’angle mort que les politiques culturelles ne prennent que très rarement en compte.

2 Voir la contribution de Colin Sidre : « Contexte juridique et outils d'appropriation de l'éducation artistique et culturelle », p. 18.

3 Centres régionaux ou locaux des œuvres universitaires et scolaires. Les mesures prévues dans le cadre du Plan Étudiant renforcent leur rôle, en les chargeant de collecter la contribution « vie étudiante » désormais unique que les étudiants verseront lors de leur inscription à l’Université (en lieu et place de divers droits précédemment : culture, sport, santé, etc.).

4http://www.auc-asso.com/ >.

5 Symptôme de la dissociation lecture / culture évoquée plus haut. Force est de constater que, si au niveau local les coopérations entre BU et services culturels fonctionnent, au niveau national les liens sont encore très ténus entre l’association A+U+C et le réseau des bibliothèques.

6 Une des premières initiatives nationales dans ce secteur est initiée en 2003 avec la Mission nationale de sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain, portée par le Musée des Arts et Métiers. Il s’agit de recenser, décrire, conserver et valoriser les objets qui constituent le patrimoine scientifique, en s’appuyant à la fois sur un réseau de missions locales et sur les structures patrimoniales existantes : initialement centrés sur les appareils et instruments, les efforts de la mission s’étendent progressivement à tous les objets témoignant des étapes depuis la recherche jusqu’à la production industrielle, y compris documents et cahiers de laboratoires, ce qui amène à travailler en coopération avec bibliothèques, archives et musées. L’ambition de la mission est aussi de sauvegarder le patrimoine immatériel (mémoires de chercheurs, parcours et méthodes scientifiques…), ce qui passe beaucoup par la réalisation d’entretiens et de portraits de femmes et hommes de science. Pour les autres pans du patrimoine des universités, il n’y a pas de programme national de conservation/valorisation, mais des initiatives locales en fonction des situations et des besoins, et bien sûr le droit commun de la conservation des biens culturels, notamment en matière de bâtiments ou d’objets mobiliers classés monuments historiques ou inscrits à l’inventaire.

7 Justine Ancelin (dir.), Médiatiser la science en bibliothèque, Villeurbanne, Presses de l'Enssib, 2016 (coll. La Boîte à outils ; 35).

8 L’article L123-3 du Code de l’Éducation assigne au service public de l’enseignement supérieur un rôle de « diffusion de la culture humaniste en particulier à travers le développement des sciences humaines et sociales, et de la culture scientifique, technique et industrielle ».

9 Il a publié en 2017 une stratégie nationale de culture scientifique, technique et industrielle < http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/CSTI/57/9/SNCSTI_Synthese_728579.pdf > accompagnant la stratégie nationale de recherche.

10 Il y a quelques exemples de fédération de ces nombreux acteurs. Ainsi à La Rochelle, l’association Escal’Océan a été fondée par la ville, l’université, l’Aquarium, la Société des sciences naturelles, les Amis du Muséum, l’École de la mer, les Petits Débrouillards et le Centre de l’image du réel, afin de mettre en réseau tous les acteurs locaux de la culture scientifique et technique.

11 Institut culturel de la Corée du Sud.

12 Exemple : avant les élections présidentielles et législatives du printemps 2017, l’Université a programmé une série d’événements sur le thème « Démocratie et citoyenneté » ; conférences et débats ont été accompagnés par une exposition à la BU sur le fonctionnement des institutions républicaines, et les doctorants de droit proposaient des visites guidées avec explications et discussions pour des classes de lycée. Ce type d’opération implique un travail en amont avec les enseignants du secondaire ; pour cela, nous bénéficions du réseau de contacts mis en place par la Maison de la réussite et de l’insertion professionnelle.

13 Un volet historique propose un panorama de l’évolution des journaux savants, en situant cette évolution dans son contexte intellectuel, social et technique ; des prêts de la médiathèque d’agglomération Michel-Crépeau, du Muséum et Musée de médecine navale de Rochefort ont permis d’illustrer de documents originaux cette rétrospective. Un volet consacré aux revues contemporaines propose quant à lui une réflexion sur la crise que traverse aujourd’hui l’édition scientifique et sur la problématique de l’open access, et permet d’appuyer le travail de sensibilisation.

14 Festival international du film ; Escales documentaires ; Festival de la fiction TV ; Festival du film d’aventure ; Écran vert, Festival du film éco-citoyen ; Semaine du cinéma chinois ; Interval, Festival du court-métrage lycéen…

Table des illustrations

Titre Schéma. « Rose des vents » de l’action culturelle en BU
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11412/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k

© Presses de l’enssib, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search