Version classiqueVersion mobile

Éducation critique aux médias et à l’information en contexte numérique

 | 
Sophie Jehel
, 
Alexandra Saemmer

Partie 2. Approches réflexives et créatives des médias

Chapitre 14. Que peut la littérature face aux techno-pouvoirs numériques ?

Tentatives de détournement de Facebook par Facebook

Alexandra Saemmer

Texte intégral

  • 1 Les premiers poèmes programmés de Theo Lutz, intitulés Stochastische Texte, datent de 1959.
  • 2 Voir, parmi tant d’autres manifestations de l’impression de décentrement, le poème de William Butl (...)

1Loin du marché du livre dominé par les industries culturelles de l’édition, des écrivains expérimentent avec l’informatique depuis plus de cinquante ans1. Beaucoup d’entre eux se revendiquent d’une posture critique. La génération de textes poétiques et narratifs par exemple, grandement facilitée par les puissances calculatrices de l’ordinateur, a eu comme objectif déclaré de démystifier le rôle du « génie » créateur, de révéler ce qui, dans la langue, relève de conventions cristallisées et de structures de domination. L’hypertexte, loin de constituer seulement une note de bas de page améliorée, était censé matérialiser une critique déjà engagée par le nouveau roman et révéler, dans un monde perçu comme décentré et chaotique2, l’artificialité et l’autoritarisme des structures séquentielles de la narration « classique ». Radicalement expérimentale, la littérature numérique des années 1980-2000 s’est positionnée comme « antisystème », mais a été écrite et lue dans des cercles fermés, de spécialistes.

  • 3The digital revolution is all about facilitation – creating tools to make things easy” (« La révo (...)

2La situation a changé à partir des années 2000, d’une part avec la démocratisation des outils-logiciels qui permettaient, à l’instar du logiciel Flash, des approches plus intuitives3 du webdesign par l’application de filtres, formes, couleurs et mouvements préfigurés. A émergé au même moment un groupe d’outils-logiciels portant l’appellation générique de content management systems (CMS), qui se caractérisait par la séparation radicale entre « forme » et « contenu ». Les CMS mettent à disposition de l’auteur des unités éditoriales (menus, rubriques, tags…) préconçues, dans lesquelles il n’a plus qu’à insérer textes et images pour les publier en quelques clics : fonctionnalités qui le dispensent de la construction manuelle de l’architecture du site et parfois même de la procédure d’installation du site sur un serveur. Loin des approches d’avant-garde qui avaient prôné la nécessité d’une confrontation matérielle aux structures codées de la textualité numérique, certaines branches de la littérature numérique ont alors pleinement assumé leur démarche de création avec l’outil, en développant des esthétiques hypermédiatiques en convergence avec les prescriptions (voir les Flash festivals des années 2000) ou en justifiant l’adoption d’un CMS par leur volonté de se concentrer sur la production des contenus.

3D’autre part, l’arrivée de dispositifs mobiles connectés, aux écrans à cristaux liquides beaucoup plus agréables à l’œil que les écrans cathodiques et facilitant ainsi la lecture textuelle, a encouragé les éditeurs industriels à lancer de premières collections de livres numériques, certes souvent « homothétiques » (se présentant comme copie conforme du texte papier), mais intégrant parfois aussi des éléments multi- et hypermédiatiques. Si les livres numériques « enrichis » par la vidéo, l’animation interactive et le son n’ont guère rencontré de succès auprès du lectorat adulte (mis à part le secteur des catalogues d’exposition numériques, voir Saemmer et Tréhondart [2017]), une large offre d’applications pour tablette s’est notamment développée dans le secteur de la littérature jeunesse. Le lancement de plusieurs projets d’investissement numériques4 par l’Éducation nationale en France, dont l’un a visé l’équipement massif des élèves en tablettes, a renforcé le développement d’une offre éditoriale destinée aux enfants et adolescents.

  • 5 Najat Vallaud‐Belkacem, ministre de l’Éducation nationale sous François Hollande, associe ainsi ét (...)
  • 6 Les actes de ces « rendez-vous des Lettres » annuels sont consultables [en ligne] < https://edusco (...)
  • 7 En tant qu’auteure, j’ai ainsi été contactée pour animer des ateliers d’écriture qui accompagnaien (...)

4S’inscrivant dans l’allant-de-soi que le numérique stipule un empowerment du lecteur5, un accent particulier a été mis par ailleurs, dans les manifestations publiques organisées par l’Éducation nationale, sur l’écriture numérique, que les pratiques d’écrivains permettaient d’illustrer de façon « créative ». Lors des manifestations comme le « Rendez-vous des lettres » destiné aux enseignant.es de l’Éducation nationale à la Bibliothèque nationale de France6, des auteurs de littérature numérique ont été invités pour présenter leurs démarches avant d’être parfois mobilisés eux-mêmes sur le terrain, dans des projets pilotes d’ateliers d’écriture sur ordinateur7.

5De toute évidence, les instances chargées des programmes et équipements au ministère de l’Éducation nationale ont considéré la littérature numérique d’abord comme une forme multi- ou hypermédiatique. Proche des œuvres audiovisuelles, cette littérature leur paraissait pouvoir être produite avec les outils-logiciels de création préinstallés sur les ordinateurs, souvent propriétaires, comme le montrent les recommandations sur le site institutionnel Canopé8. Or, ces outils-logiciels sont particulièrement contraints par des « architextes » (formats et filtres prescrits, « unités éditoriales » préstructurant la page-écran…, voir Jeanneret et Souchier [2005]), qui participent à la standardisation des productions en limitant fortement les possibilités d’expression. La littérature numérique s’est parfois vue instrumentalisée pour faire passer la « pilule » du numérique industriel à l’école.

6La dimension « programmée » de la littérature sur ordinateur a été longtemps négligée dans les approches pédagogiques, alors que sa prise en considération donnerait les moyens aux apprenants pour s’autonomiser face aux prescriptions industrielles. Plus généralement, c’est une pensée de la logique du numérique comme « dispositif » économique et politique qui a fait défaut, ces dernières années, en « éducation aux médias » comme dans les enseignements disciplinaires : les démarches pédagogiques, y compris les plus critiques, ont eu tendance à se focaliser sur les contenus médiatiques, négligeant l’analyse des dispositifs éditoriaux et industriels qui les rendent lisibles et accessibles. Un recours à la définition du dispositif par Michel Foucault [1977, 299-300] permet de rappeler que celui-ci met certes à disposition des « savoirs », mais qu’il est toujours inscrit dans des jeux de pouvoir économiques, politiques, sociaux qui structurent cette mise à disposition de l’intérieur.

7La tablette par exemple fournit à l’utilisateur un environnement numérique intuitif, constitué d’icônes alignées sur le bureau qu’il suffit de toucher du doigt pour qu’ils lancent le programme correspondant. En même temps, moteurs de recherche, outils-logiciels d’écriture, navigateurs et jeux sont tous présentés au même niveau, sans distinction entre les formats, processus et producteurs. Cette mise en ordre des signes facilite certes l’accès aux programmes. En outre, l’interface touchable fascine par son design et sa réactivité : l’élasticité des mouvements de rebondissement et de surgissement suggère une physicalité qui invite à l’expérimentation ludique.

8Dans les outils-logiciels d’écriture et de création éditoriale préinstallés sur la tablette, des formes, filtres et effets d’animation sont de même proposés « prêts à l’emploi » suivant une cohérence esthétique hautement reconnaissable. Cette mise en ordre des signes a pourtant un prix : il est difficile pour l’utilisateur de sortir de ces esthétiques standardisées ; il est par ailleurs peu renseigné sur les traces qu’il laisse en manipulant l’outil pour la consultation d’informations, la mise à disposition de services ou la réalisation de créations ; mais surtout, la nature des processus informatiques qu’il engage, la grammaire des codes qu’il manipule en appliquant ces filtres et formes, lui sont complètement occultées. Friedrich Kittler [2015] a montré que cette occultation progressive des structures régissant le hardware et le software sert les intérêts industriels des grandes firmes du numérique. Avec la tablette et le téléphone portable, aux coques soudées et aux interfaces aussi lisses qu’impénétrables, cette occultation a atteint un paroxysme.

9La littérature numérique peut avoir dans ce contexte une fonction « heuristique », comme le formule Serge Bouchardon [2014], parce qu’elle illustre de façon exemplaire l’action des dispositifs numériques sur le processus de création. Des auteurs comme Philippe Bootz ont été parmi les premiers, en France, à problématiser par exemple l’éphémérité des œuvres créées pour l’ordinateur, constatant que l’augmentation de la vitesse de calcul des machines exerçait une influence profonde sur le rendu esthétique [Bootz, 1995]. Des animations textuelles durant à l’origine une vingtaine de minutes traversent, quelques années après, l’écran en une dizaine de secondes, rendant impossible leur déchiffrage par l’œil humain. Beaucoup d’auteurs qui, dans les années 1990-2000, avaient eu recours aux outils-logiciels industriels Flash ou Director, ont subi de plein fouet les conséquences de cette éphémérité. Le développement et la commercialisation de ces outils-logiciels ont été stoppés, et bientôt même les players nécessaires pour visualiser les créations réalisées avec ces outils-logiciels ne seront plus disponibles. La guerre livrée par Apple au producteur de Flash et Director, au moment du lancement de l’iPad, a certes été justifiée par l’entreprise par des failles de sécurité dans ces logiciels, mais le fait est que de larges pans d’une foisonnante production culturelle sont aujourd’hui en voie de disparition parce qu’un producteur industriel l’a décidé ainsi. Il y a de fortes chances que ce processus se répète pour beaucoup d’autres œuvres créées avec les outils-logiciels propriétaires actuellement à la mode, et utilisés en outre dans les salles de classe.

  • 9 Acronyme couramment utilisé pour désigner les grandes firmes du numérique Google, Apple, Facebook, (...)

10En insistant dès à présent sur l’obsolescence programmée des dispositifs numériques et ses conséquences, je donne peut-être l’impression de confirmer certains discours déclinistes [Carr, 2011 ; Sadin, 2016, parmi d’autres] qui constatent une mainmise si généralisée des grandes industries GAFAM9 sur la création numérique que celle-ci serait fatalement compromise. Mon objectif n’est pourtant pas de réduire la littérature numérique à une illustration de la domination, certes inexorable, des dispositifs industriels, mais d’explorer malgré tout les possibilités de sa mobilisation en éducation critique aux médias numériques. Je me concentrerai ici, en guise d’exemple, sur la littérature écrite sur le réseau social numérique Facebook, outil propriétaire par excellence. Je soutiendrai l’hypothèse qu’une praxis littéraire à l’intérieur de ce dispositif est non seulement possible, mais qu’elle peut engager l’auteur et le lecteur dans une démarche critique qui lui fait éprouver, de façon sensible, les potentialités et les risques qu’encourt le « sujet digital » en prise avec les GAFAM. Bien évidemment, cette praxis artistique pose la question, lancinante, de savoir ce que l’art « peut » face aux structures de pouvoir. Ouvre-t-elle des zones à risque qui ébranlent, ne serait-ce que par instants, les techno-pouvoirs industriels ? Ou ne fait-elle que doter le dispositif d’une aura artistique bienvenue pour dorer le blason des grandes firmes ?

  • 10 Je m’appuie sur les travaux du sémioticien Eliséo Véron pour définir l’idéologie comme un discours (...)
  • 11 Voir aussi mon article Saemmer, 2017a.

11La place que je souhaite donner à l’expérimentation littéraire en éducation aux médias se justifie aussi par mon expérience que les discours reposant sur une seule « sociologie du dévoilement », visant à convaincre « des agents sociaux incapables de discerner les mécanismes de domination à les percevoir pour être ensuite capables de les transformer » [Carbasse, 2016, 239], s’avèrent parfois peu opérants en contexte pédagogique. Les processus de domination marchands et politiques déployés par les industries comme Facebook sont encodés dans des formes et figures techno-sémiotiques qui agissent certes comme des cadres prescripteurs, mais dont il faut aussi reconnaître la force de séduction, l’encastrement dans les relations affectives des usagers, et les services qu’ils rendent. Ils reposent sur des discours d’accompagnement idéologiques10, diffusés à grande échelle par des producteurs parfois charismatiques, qui prônent la liberté d’expression, la participativité, l’accessibilité, l’innovation : discours qui – comme je le constate lors de la lecture de travaux d’étudiants – ont été intégrés par beaucoup comme des allants-de-soi11. L’expérimentation littéraire peut, dans ce contexte, constituer un détour pour engager la critique : aussi ambiguës ou désespérées que s’avèrent certaines de ces tentatives, cette critique incarnée a l’avantage de ne pas se contenter de constats proclamés ex cathedra par le maître savant.

12Dans un premier temps, j’essaierai de montrer la place importante qu’occupent les réseaux sociaux numériques (RSN) dans les pratiques informationnelles et communicationnelles en France (voir aussi le chapitre de Sophie Jehel dans le présent ouvrage). En recourant à la sémio-pragmatique, l’économie politique de la communication et la sociologie des usages, j’identifierai quelques principales prescriptions que Facebook impose aux utilisateurs, et je discuterai la relation complexe qui se noue, au sein du dispositif, entre mise à disposition de savoirs techniques et mise en ordre des signes, engagements consentis et processus d’exploitation occultés. Je présenterai ensuite en détail une œuvre tissée depuis plusieurs années sur Facebook par Jean-Pierre Balpe, l’un des auteurs pionniers de la littérature numérique en France. Cette œuvre nécessite de revenir en quelques lignes sur l’histoire des courants critiques de cette littérature et pointer leurs impensés. Après une analyse de l’œuvre Facebook de Jean-Pierre Balpe en vue d’une intégration possible dans un programme d’éducation critique aux médias, je conclurai sur une expérimentation littéraire qui propose une radicalisation des tentatives de détournement du dispositif : radicalisation qui s’appuie en outre sur la critique du « capitalisme linguistique » par Franco Berardi [2013].

Les bulles de filtre, et ce qui en résulte

  • 12 Interview de Dominique Cardon menée par Benoit Le Corre, L’Obs, 13 novembre 2016. [En ligne] < htt (...)

13Cela fait plusieurs années que Facebook est accusé d’enfermer ses utilisateurs dans des « bulles de filtre ». Le sociologue Dominique Cardon12 explique que ces bulles de filtre se fondent sur les affinités des usagers calculées par le dispositif, selon des pondérations dont les paramètres précis ne sont pas révélés. L’observation de leur fonctionnement en acte permet néanmoins de constater que dans la « chronique » de chaque utilisateur (appelée aussi « mur » ou « fil d’actualité ») apparaissent certes les textes, photos et vidéos produits et/ou partagés par des identités avec lesquelles il a accepté d’être en relation (qu’il a demandées en « amis ») ; s’y ajoutent des productions partagées par des médias et/ou marques auxquels il s’est s’abonné ; mais l’ordre d’apparition de tous ces posts n’est pas que chronologique. Plus l’usager commente et partage les productions (posts) de certaines entités, mieux les futurs posts de celles-ci se trouveront par la suite classés sur le fil d’actualité.

  • 13 Enquête menée auprès de 5 715 lycéens dans quatre académies en France, présentée par Nathalie Pinè (...)
  • 14 Alexis Delcambre et Alexandre Piquard, « Facebook est-il un danger pour la démocratie ? », Le Mond (...)

14Dans ce contexte, il est important de souligner que les RSN ne servent aujourd’hui plus seulement au partage de photos de vacances, de vœux d’anniversaire ou de vidéos humoristiques, mais de plus en plus à la veille informationnelle sur l’actualité politique, sociale et économique : constat confirmé par plusieurs enquêtes13. Fin 2016, une polémique autour de la bulle de filtre Facebook a été lancée en France en outre par un article du journal Le Monde14 qui, suite au Brexit et à l’élection de Donald Trump, se demandait si Facebook représentait un danger pour la démocratie à partir du moment où la consultation de l’actualité se faisait prioritairement sur un dispositif qui calculait la mise en ordre des informations selon des critères d’affinité. En effet, le calcul des goûts et préférences par la plateforme peut amplifier jusqu’à l’extrême la résonance de certains points de vue sur un fil d’actualité, alors que les voix dissonantes, les discours oppositionnels se trouvent invisibilisés.

  • 15 Interview de Dominique Cardon menée par Benoit Le Corre, art. cité.

15À partir du moment où l’usager a pris conscience du fait que la bulle de filtre repose sur ces processus de présélection calculés, il peut néanmoins agir sur sa construction et ses contours. C’est ce que Dominique Cardon suggère15 en recommandant par exemple à l’électeur de droite de s’abonner aux fils d’actualité des médias de gauche, et à l’électeur de gauche de devenir ami avec des sympathisants de droite. Nous verrons un peu plus loin que l’expérimentation littéraire de Jean-Pierre Balpe s’inscrit dans cette même revendication d’une intervention volontariste de l’utilisateur face aux stratégies politiques et économiques des plateformes. Une forme d’incertitude sur le monde indispensable à l’approche réflexive de l’actualité parce qu’elle reconnaît la coexistence de points de vue et la nécessité de débats d’idées, incertitude que les grandes firmes du numérique comme Facebook ou Google essaient de réduire avec leurs calculs, peut être réinjectée sur chaque fil d’actualité à partir du moment où l’utilisateur essaie de reprendre en main le panachage et la hiérarchisation des posts.

16Les discours critiques ne se contentent cependant pas de dénoncer le filtrage hyper-individualisé de l’information, mais fustigent le façonnage plus général du « sujet digital » suivant des normes et des enjeux marchands. Les contours de l’identité sur Facebook doivent en effet être analysés d’abord en relation étroite avec les caractéristiques matérielles du dispositif, qui essaie de dicter une « bonne conduite ». Des analyses sémio-pragmatiques de l’« architexte » des RSN, donc des divers formulaires et cadres que l’utilisateur remplit en construisant et en alimentant son profil, ont déjà été proposées ailleurs [Gomez-Mejia, 2016 ; Jeanne-Perrier, 2012]. Je me contenterai ici d’indiquer que des champs comme « emploi et scolarité », « lieux où vous avez habité », « informations générales et coordonnées », « famille et relations », « détails sur vous » et « événements marquants », proposés par Facebook, reflètent un point de vue aucunement neutre sur ce qui constitue une identité sociale.

  • 16 « De la confession religieuse à l’aveu médical, psychologique, pédagogique, légal ou autre, on n’a (...)

17Une comparaison de la traduction des champs de saisie de Facebook en plusieurs langues présente une piste de recherche encore peu explorée pour réfléchir aux normes et idéologies qui s’y incarnent. Ainsi, la version française adresse à l’utilisateur l’injonction « exprimez-vous », suggérant que ce réseau constitue un espace d’expression libre, créatif, voire démocratique, tout en se référant aux coutumes d’une culture de l’aveu institutionnalisée qui nécessite un lieu et un analyste attitré (un juge, un prêtre…) pour devenir opérationnelle16. L’édition allemande de Facebook demande „was machst du gerade ?” (« qu’est-ce que tu fais en ce moment ? »), mettant un accent particulier sur le « faire », et la saisie immédiate de l’activité. “what’s on your mind?” (« à quoi tu penses ? »), demande l’architexte de la version anglaise de Facebook. La formulation suggère que l’activité cognitive de l’usager puisse se transcrire ainsi, grâce à un langage et des mises en forme cadrés par le dispositif.

  • 17 Comme le formule Yves Citton [2014b, 75], tout repose dans ces dispositifs « sur une ontologie de (...)

18Un façonnage normatif opère aussi dans le cadrage de l’échange avec les autres : la signification des « émoticones » par exemple est non seulement ambiguë (que veut dire un like sanctionnant un post consacré à la mort de migrants en Méditerranée : est-ce le partage qui est apprécié, ou plutôt le profil qui partage ? Le like critique-t-il l’actualité, ou marque-t-il un accord avec les politiques migratoires actuelles ?), mais elle peut frapper par sa violence (à défaut d’un bouton dislike, il est désormais possible d’exprimer sa colère par émoticone ; l’absence de réactions restant néanmoins la sanction la plus redoutable dans cet espace chiffrant statistiquement la reconnaissance sociale17).

19Sous couvert de protection des utilisateurs contre l’usurpation d’identité, Facebook a par ailleurs mis en place un grand nombre de procédures de vérification, poussant avec insistance le sujet à « dire vrai » : sont régulièrement sollicités le numéro de téléphone, puis au moindre soupçon la copie d’une pièce d’identité (j’y reviendrai). Le fait que Facebook collecte ces données personnelles non pas seulement pour des raisons de sécurité, mais pour les revendre aux annonceurs, est aujourd’hui connu, cela se vérifie aisément à travers la présence des encarts publicitaires personnalisés. L’étendue précise de cette récolte de données et de leur exploitation reste cependant un secret précieusement gardé par l’entreprise.

  • 18 Je m’appuie ici sur la définition de la « prescription » par Bruno Latour [1993, 62] : « J’appelle (...)
  • 19 D’autres modèles, hérités des formats télévisuels, se greffent d’ailleurs sur ces prescriptions, c (...)

20Louise Merzeau [2016] a montré que, certes, l’utilisateur arrive donc à maîtriser jusqu’à un certain point les contours de son « identité expressive » sur les RSN, en sélectionnant avec parcimonie les productions qu’il partage. Elle précise cependant que l’« identité calculée » par Facebook à partir des traces qu’il laisse le suit comme une ombre dont les contours exacts échappent à sa maîtrise. Facebook n’est pas seulement un espace d’échange et de socialisation hautement balisé par des prescriptions18 techno-sémiotiques19. Il constitue aussi, comme le formule Serge Proulx (voir le chapitre de cet auteur dans le présent ouvrage), un « système sophistiqué de surveillance de masse » commercial et, comme l’affaire Edward Snowden l’a montré, étatique.

21Des chercheurs comme Henry Jenkins, Mizuko Ito et danah boyd20 ont valorisé le jeu, parfois libérateur et engagé, avec les facettes identitaires promues par la culture participative. Effectivement, il est toujours possible, à l’heure actuelle, de construire sur Facebook une identité inventée de toutes pièces : Jean-Pierre Balpe en profite pour faire « exister » plus d’une dizaine d’identités fictives. Soulignons cependant dès maintenant que, premièrement, l’entretien d’une identité fictive demande un investissement considérable en temps et en énergie ; qu’une identité fictive a beaucoup moins de chances de récolter de la reconnaissance sur Facebook qu’un profil épousant l’identité civile, dans la mesure où elle ne respecte pas le « pacte autobiographique » auquel adhère la majorité des usagers ; et que la chasse aux identités fictives par le dispositif se fait de plus en plus féroce, sous couvert de protection des utilisateurs. L’espace sécurisé que Facebook est censé devenir, selon la volonté annoncée par Mark Zuckerberg21, ne risque-t-il pas de se transformer en un alignement de bulles individuelles de plus en plus étanches, structurées exclusivement par des enjeux marchands ?

22Face aux préfigurations hautement contraignantes du dispositif, quelle est la marge de manœuvre pour des « contre-figurations » littéraires ? Des « contre-figurations » qui, pour paraphraser Jacques Rancière [2010], devraient non pas seulement représenter, mais changer les coordonnées du représentable en installant des dissensus au cœur des systèmes de représentation ? En investissant Facebook, l’enjeu pour la littérature numérique serait à mon avis de ne pas seulement publier des contenus dissonants, mais d’essayer de déstabiliser les coordonnées mêmes du dispositif en tant que techno-pouvoir politique et marchand.

La critique en littérature numérique, et ses paradoxes

  • 22 Voir mon ouvrage Matières textuelles sur support numérique (2007) pour des précisions sur les fili (...)

23Comme indiqué en introduction, la littérature numérique s’est positionnée dès ses débuts comme une démarche critique. Cette critique a, pendant des décennies, épousé les objectifs des avant-gardes papier comme le nouveau roman, la poésie concrète et l’OuLiPo, visant à déstabiliser les formes littéraires « traditionnelles » en les déconstruisant de façon parfois radicale – aux limites de la lisibilité, aux confins du texte alphabétique22. Les structures narratives du roman ont été critiquées pour leur rigidité enfermant l’expérience sensible du monde dans les schémas logico-temporels. Le statut de l’auteur, qui avait, pendant des siècles, garanti la solidité de l’architecture narrative, devait de même être mis en question au profit d’une revalorisation de la participation active du lecteur à l’œuvre.

24Le dispositif du codex relié a néanmoins imposé des limitations fortes à ces ambitions. La textualité numérique, par essence plus volatile, et l’hypertexte invitant le lecteur à manipuler manuellement la matière textuelle semblaient alors représenter un terrain idéal pour, comme le formule le chercheur et auteur Jean-Pierre Balpe, matérialiser la lutte contre « l’idéologie du littéraire », « du génie et de l’inspiration »23. Cessant de « faire croire », faisant désormais voir ses ficelles de fabrication, les premiers romans hypertextuels24 ont proposé une fragmentation volontaire de l’expérience de lecture, épuisé l’attention du lecteur dans des labyrinthes textuels qui lui rappelaient pertinemment la présence matérielle du dispositif. Essayant d’empêcher toute forme de lecture d’immersion qu’ils fustigeaient, suivant ici la tradition de la théorie critique, comme aliénante, les principes de la littérature numérique d’avant-garde, malgré elle, et le fonctionnement des industries culturelles du divertissement convergeaient cependant : ils entravaient l’acte de lecture « traditionnel » fondé sur l’attention profonde au profit d’une lecture accélérée, par saccades.

  • 25 “Interactivity: the Dead End of our Artistic Era”, dialogue entre Maurice Benayoun et Woody Vasulk (...)

25Que ce soit sur les sites web de médias journalistiques qui mettent en valeur la brève et l’information « en direct » dépourvues de structures d’argumentation complexes ; que ce soit sur Twitter qui a restreint drastiquement le nombre de caractères autorisés pour les posts : l’idée qu’il faille être bref pour être lu s’incarne dans beaucoup d’interfaces numériques et semble acceptée par les concepteurs comme par les lecteurs comme un allant-de-soi. L’accélération des pratiques de lecture en ligne sert pourtant aussi des intérêts marchands, en favorisant notamment l’enchaînement de clics capitalisables. La littérature numérique d’avant-garde, de l’hypertexte labyrinthique aux nombreuses œuvres-flux qui restituent des données captées en ligne sous forme de brouhaha incompréhensible, exacerbe cette fin de la lecture profonde tout en l’esthétisant : un dead end, comme l’a constaté Woody Vasulka face à une installation interactive de Maurice Benayoun25.

  • 26 Jean-Pierre Balpe, « La tentation de l’infini », art. cité.

26Tout comme l’hypertexte littéraire, les générateurs de texte automatiques se sont inscrits dans la tradition des littératures d’avant-garde, notamment celle de l’OuLiPo. Ces générateurs puisent dans des structures et des vocabulaires prédéfinis pour les agencer selon des algorithmes combinatoires car, affirme Jean-Pierre Balpe, « aussi longtemps que [le texte] reste informatique, [il] n’est jamais achevé, jamais définitif. Il est virtuel donc mobile, engendrable et multiple »26. Bien évidemment, l’ordinateur doit « apprendre » ces structures grammaticales ou narratives, ce qui nécessite une formalisation : les grammaires génératives et les travaux structuralistes sur l’architecture du roman ont fourni quelques fondements scientifiques à la génération textuelle. Quant aux vocabulaires qui en constituent la « chair », il fallait bien viser de même une relative stabilisation de la signification. Même si les procédures de génération se sont largement complexifiées avec la programmation de « réseaux de neurones », et même si – le fonctionnement de l’outil Google Translate l’illustre – les programmes sont de plus en plus capables d’affiner les structures déjà apprises en se nourrissant de la capture des usages, le fondement de toute génération textuelle automatique est l’abstraction.

  • 27 Berardi [2013, 27] évoque ainsi un “deterritorialization effect which has separated words from the (...)
  • 28 Voir Frédéric Kaplan, « Quand les mots valent de l’or », Le Monde diplomatique, 2011. [En ligne]   (...)

27Cette abstraction implique, comme l’explique Franco Berardi [2013] dans son manifeste The Uprising, une séparation entre le signe et son référent qui rejoint les enjeux du « sémio-capitalisme » actuel. L’auteur suggère de mettre en parallèle le capitalisme post-industriel, fondé sur la séparation entre la valeur monétaire et la matérialité de la marchandise27, avec le capitalisme linguistique qui abstrait le langage de sa matérialité. L’objectif des grandes entreprises comme Google est ainsi moins de vider le langage de son sens, que d’essayer de standardiser la signification pour faciliter l’indexation28 en vue de l’exploitation marchande. L’enjeu est ensuite de faire accepter cette signification standardisée et rationalisée à l’usager. Google a bien compris qu’il ne fallait pas imposer celle-ci de force, mais la faire émerger, à partir de statistiques permettant de calculer ce que la majorité entend par un mot, une expression. Les propositions que le moteur de recherche fait actuellement à l’utilisateur pour compléter ses requêtes se nourrissent des millions de requêtes effectuées quotidiennement sur ce dispositif. La captation des traces à partir des réponses sélectionnées permettra ensuite, à plus long terme, au moteur de réduire drastiquement leur nombre.

  • 29 Jean-Pierre Balpe, « La tentation de l’infini », art. cité.

28Jean-Pierre Balpe explique dans ses textes théoriques que les générateurs de texte lui ont permis d’approcher au plus près le rêve d’une textualité infinie. Il y a, dans l’OuLiPo comme chez les auteurs de générateurs de texte automatiques, une fascination pour le vertige procuré par le très grand nombre touchant à l’éternité, « comme si, commente Jean-Pierre Balpe, dans cette longue cohabitation entre l’écriture et sa technologie, le triomphe seul de la technologie permettait d’assurer celui de l’écriture sur la permanence du monde »29. Le triomphe de la technologie est en effet le prix que l’auteur est prêt à payer : d’une part, Jean-Pierre Balpe a, à l’instar de beaucoup d’autres auteurs de sa génération, longtemps considéré le dispositif technologique comme neutre ; et d’autre part, l’abstraction du signe linguistique de sa matérialité référentielle, nécessaire à la réalisation du rêve de permanence, rejoignait la bataille idéologique que l’auteur a menée pendant des décennies contre la foi naïve dans le potentiel de représentation du texte.

  • 30 Comme le formule Franco Berardi [2013, 35], “poets have anticipated and predicted the trajectory o (...)

29Si la langue est « fasciste », comme l’a proclamé Roland Barthes en 1978, c’est parce qu’elle a longtemps été investie du pouvoir de « dire » le monde, de stabiliser son sens. Cette stabilisation a servi d’outil de coercition pour des structures de pouvoir, politiques et religieuses, et il était grand temps d’en révéler le caractère arbitraire. L’ambition des générateurs de texte littéraire n’a jamais été de se faire passer pour des auteurs humains, mais de montrer ce qui, dans le langage humain, relève de normes et d’allants-de-soi. Si, par exemple, les maximes automatiquement générées par les outils de Jean-Pierre Balpe sonnent « vrai », c’est parce que la plupart des maximes relèvent d’une rhétorique standardisée. Les générateurs de texte littéraire proposent ainsi une sorte d’illustration dystopique du sémio-capitalisme. Mais le diagnostic du désastre par l’exacerbation formelle ne constitue pas, en soi, un contre-modèle à la standardisation et à la rationalisation marchande du langage30.

30Contre le réductionnisme opéré par l’automatisation, la littérature devrait plutôt rappeler l’épaisseur réelle de la signification médiée par le corps individuel et social : souligner les variations de sens, parfois infimes et parfois gigantesques, dont l’usage quotidien, individuel et collectif, charge le langage. Cette épaisseur résiste à son automatisation à partir du moment où l’on décide – contrairement à l’idéologie dominante promue par les GAFAM – que ce n’est pas toujours, ou pas seulement, la majorité qui a raison. Dans ce contexte, il est en particulier important de cultiver l’ambiguïté : non pas en affichant une posture cynique, mais en adoptant un usage de l’ironie comme Franco Berardi [2013] le recommande dans The Uprising ; ironie qui consiste à montrer qu’il ne faut pas prendre les mots à la lettre parce qu’il n’y a pas de signification unique.

31L’ironie est l’une des principales figures poétiques que l’œuvre actuelle de Jean-Pierre Balpe sur Facebook oppose aux rouages du dispositif, non pas dans l’objectif de le faire dérailler – l’auteur n’est pas naïf – mais pour le railler, en connivence avec ses lecteurs.

Railler la bulle en la ralliant, Un monde incertain

  • 31 Même Philippe Bihouix et Karine Mauvilly [2016, 218], très critiques envers l’introduction du « nu (...)
  • 32 L’OCDE avait ainsi, dès 1971, affirmé la nécessité de l’apprentissage d’« une mentalité algorithmi (...)

32Les auteurs pionniers comme Jean-Pierre Balpe ont investi l’informatique à un moment où la mainmise des grandes industries n’avait pas encore atteint la même ampleur qu’elle a aujourd’hui, et se sont intéressés au caractère procédural et éphémère des œuvres. Les générations suivantes ont, à l’instar de Philippe Boisnard, commencé à mettre en doute la neutralité du dispositif. Ils ont notamment insisté sur la nécessité de la maîtrise du code pour débusquer et détourner les structures de domination incarnées dans les outils-logiciels. Certaines démarches actuellement entreprises par l’Éducation nationale présentent de même le code comme planche de salut31 face à la domination des GAFAM32. Le code, de par sa structure, participe cependant aux processus d’abstraction du langage. Par ailleurs, il n’y a pas un seul code, mais de nombreux langages qui incarnent des points de vue [Lefevre, 2016], plus ou moins ouverts ou contraints par des enjeux techno-industriels.

33En attendant, beaucoup d’auteurs continuent à produire de la littérature numérique en considérant que seul compte le résultat visible ou « touchable ». Certains d’entre eux investissent les RSN en argumentant que les contraintes – comme le nombre de signes restreint sur Twitter – constituent une source d’inspiration féconde. Ils saluent la facilité de mixer textes, images et sons, la possibilité d’inviter les publics à partager, commenter, co-raconter. Le Madeleine project par Clara Beaudoux sur Twitter33 reconstruit par exemple, tweet par tweet, la vie d’une personne décédée à partir de traces matérielles (valises, photos…). La métaphore proustienne pourrait être belle, engager le lecteur dans une réflexion sur la récolte et l’hébergement pérenne de traces mémorielles par les dispositifs. Même si le Madeleine project a par ailleurs été publié sous forme d’ouvrage papier, le dispositif Twitter a indéniablement facilité son écriture sous forme de feuilleton et sa diffusion auprès d’un premier cercle de lecteurs. L’auteure semble en sortir gagnante : elle a trouvé un éditeur grâce au grand nombre de followers soutenant son projet. On pourrait même dire que cette utilisation du dispositif constitue une forme de détournement, dans la mesure où Twitter n’a pas été conçu pour accueillir de la littérature. Au final, c’est pourtant la plateforme qui est gagnante avant tout. Le Madeleine project la dote d’une aura littéraire sans que l’auteure mène une réflexion critique sur la plateforme industrielle qu’elle investit, sans qu’elle semble se soucier de l’archivage des traces de son projet et des futures exploitations possibles de celui-ci par l’entreprise.

34Loin de cette confirmation des coordonnées socio-économiques et techniques, le projet Un monde incertain de Jean-Pierre Balpe propose un regard oblique sur les caractéristiques du dispositif Facebook. Des identités fictives aux noms de Rachel Charlus, Marc Hodges, Germaine Proust, Antoine Elstir ou Maurice Roman sont certes d’abord créées dans le respect des prescriptions de la plateforme. Comme celle de n’importe quel autre profil, leur épaisseur se façonne au jour le jour, grâce aux confidences, textes et images partagés et à leurs interactions avec d’autres identités. Le cadre techno-sémiotique permet de réaliser le rêve récurrent de la littérature d’avant-garde, formulé en outre par Louis Aragon [1981], de construire un réseau de personnages « émergents ». Les identités fictives sur Facebook se racontent en effet, du moins en partie, sans guidage par l’auteur grâce à divers processus d’écriture génératifs mis à disposition par la plateforme (par exemple des vidéos de souvenirs fabriquées par Facebook à partir des traces laissées par l’identité), et sans imposer au lecteur des contours entièrement prescrits par l’auteur dans la mesure où tout post peut être commenté, partagé, liké.

35L’un des principes fondateurs de Facebook se trouve cependant détourné dans cette expérience littéraire : le « pacte autobiographique » que l’utilisateur est censé passer avec l’entreprise dès les premières étapes de création d’un profil. Et il serait bien naïf de croire que Facebook tolère les identités fictives sans se préoccuper de la perte de gain qui en résulte : les enjeux marchands liés au traçage des goûts et préférences des « vraies » gens font littéralement tourner l’entreprise. Voilà pourquoi les procédures de vérification se sont démultipliées ces dernières années, obligeant Jean-Pierre Balpe à ruser de diverses manières en fournissant de faux numéros de téléphone, de fausses adresses.

36Rachel Charlus, née à Oran, réside dans un manoir à Quimperlé. Passionnée de peinture, elle publie à rythme régulier des reproductions érotiques ou pornographiques qui essaient d’expérimenter les procédures de sécurité de Facebook – rappelons la censure de L’origine du monde de Courbet qui a fait polémique il y a quelques années, ou le filtre de floutage apposé aux images « dérangeantes ». L’expérimentation in situ révèle que l’un des processus de reconnaissance visuelle par Facebook se fonde, de toute évidence, sur le réalisme de la représentation. Une verge dressée sur une estampe japonaise publiée par Rachel Charlus peut ainsi circuler sans entraves parce que Facebook (un algorithme ? une équipe de travailleurs humains ?) considère cette représentation comme un dessin, et non pas comme un décalque de la « réalité ». Se trouve ainsi dévoilé le point de vue de Facebook sur ce qui est « réel » – sa philosophie de la représentation.

Figure 1. Résultat d’un « test » passé par l’identité Rachel Charlus sur Facebook

Figure 1. Résultat d’un « test » passé par l’identité Rachel Charlus sur Facebook
  • 34 Voir les travaux de Kücklich [2005] sur le concept de playbour.

37Un autre passe-temps de Rachel Charlus consiste à faire les « tests » proposés sur Facebook par des partenaires, et qui promettent de prédire par exemple l’apparence physique de l’usager dans cinquante ans (fig. 1). La condition pour recevoir une réponse de l’oracle est de permettre l’accès aux données personnelles. Séduits par la promesse de sens, ou simplement par goût du jeu34, beaucoup d’utilisateurs acceptent cette condition. Ils mettent à disposition ainsi gratuitement des données qui valent bien plus cher que la réponse fournie. C’est une chose de moquer ex cathedra ces pratiques de l’oracle, en situation pédagogique, à la manière de Roland Barthes [1957] qui décrypte dans Mythologies la pratique sociale de l’horoscope ; c’est autre chose de l’illustrer par les démarches d’écriture littéraires, qui ont comme objectif d’expérimenter les limites du dispositif de l’intérieur. Les résultats de tests publiés par Rachel Charlus font ainsi doublement éclater l’absurdité des oracles : bien évidemment, le portrait artificiellement vieilli de Rachel fait sourire parce qu’il pose la question, paradoxale, du vieillissement d’un personnage de fiction ; par ailleurs, Rachel déjoue le pacte avec les entreprises partenaires de Facebook en leur confiant des données bien peu intéressantes pour l’exploitation marchande.

38Le projet actuel de Rachel Charlus consiste à publier des maximes qui parodient la mise en circulation de dizaines de milliers d’aphorismes et autres bons mots sur les RSN. « Les hommes aussi secrètent de l’inhumain », peut-on lire parmi les dernières productions de Rachel, ou : « C’est dans leurs imperfections qu’on connaît la réalité des choses ». Est-il nécessaire de préciser que c’est un générateur automatique qui produit la « philosophie de Rachel »35 ? Poursuivant les expérimentations entreprises par l’auteur dès les années 1980, ce générateur, loin de condenser une quelconque sagesse du peuple, révèle donc les principes de construction stéréotypés de ces productions. Leur diffusion met en exergue le trafic des bons sentiments dont Facebook fait un commerce.

Figure 2. La page Facebook de Maurice Roman, identité d’auteur décédé

Figure 2. La page Facebook de Maurice Roman, identité d’auteur décédé

39Souvenons-nous qu’au moment des attentats terroristes à Paris le 13 novembre 2015, Facebook a dès la première heure proposé un safety check, puis un fond bleu, blanc, rouge à apposer sur les images d’identité, en « solidarité » avec la France. Ce filtre n’a pas seulement canalisé une partie de l’élan de solidarité à peu de frais pour le sujet ; son installation et sa désinstallation, accompagnées d’une notification sur le mur de l’utilisateur, ont fait tourner le dispositif à plein régime, au profit de ses intérêts marchands. Parmi les identités fictives de Jean-Pierre Balpe, seul Marc Hodges a accepté l’installation du drapeau tricolore sur son profil : clin d’œil ironique dans la mesure où Marc Hodges se présente comme un journaliste freelance et que son image d’identité représentait à ce moment un robot-jouet des années 1980.

40Marc Hodges prend soin de l’héritage de Maurice Roman, personnage d’auteur désormais décédé (fig. 2). Plusieurs travaux de recherche [par exemple Georges et Julliard, 2016] ont été consacrés à la mort « en ligne », à ce qu’il advient des profils de personnes décédées sur les RSN. Faut-il les préserver tels quels, ou les regrouper dans un cimetière virtuel ? Est-il plus dérangeant de les effacer, ou de les laisser persister ? Qui est censé prendre en charge la préservation des traces ? « N’avez-vous pas remarqué que Facebook est peuplé d’autant de morts que de vivants », m’a demandé Jean-Pierre Balpe lors d’une entrevue. Une réponse concernant la préservation posthume des traces numériques s’incarne dans l’identité fictive de Maurice Roman et de son héritier fictif Marc Hodges.

41Jean-Pierre Balpe participe à Un monde incertain avec un profil affichant son identité civile. Il y publie des expérimentations visuelles, qui captent par exemple depuis plusieurs années le même paysage sous le même angle ; il diffuse aussi des photos de voyage qui, parfois, sont retravaillées par les identités fictives. L’auteur m’a confié qu’il se déplace ainsi avec son appareil photo en imaginant quelle image pourrait être prise par Rachel Charlus, Germaine Proust ou Antoine Elstir. C’est suivant ce même désir, de nourrir l’épaisseur des personnages, qu’il leur fait partager des informations d’actualité et qu’il les fait réagir, souvent quotidiennement, aux posts laissés par d’autres.

42Lorsque Colette Balpe, la femme de l’auteur, est décédée il y a quelques années, plusieurs identités fictives lui ont présenté leurs condoléances. Pendant plusieurs semaines suivant le décès de Colette Balpe, l’auteur a publié sur Facebook des sourires photographiés de sa femme. Il y a ainsi des moments où le Monde incertain, souvent parodique, bascule. Interrogé sur le fait qu’il cédait la propriété de ces images très personnelles à Facebook, l’auteur m’a expliqué qu’il souhaitait « parasiter » ainsi les outils industriels pour conférer aux identités une forme d’éternité. La force de frappe industrielle du dispositif est instrumentalisée pour le projet mémoriel de l’auteur, rappelant tous les espoirs de survivance qui, depuis des décennies, nourrissent l’imaginaire des recherches en intelligence artificielle.

43Pour résumer, Un monde incertain poursuit une recherche littéraire engagée depuis les années 1980 par Jean-Pierre Balpe, sur les possibles d’une fiction « émergente ». L’auteur a d’abord investi l’informatique pour ébranler les structures de domination incarnées dans la littérature papier. Les stratégies de domination industrielles encodées dans les dispositifs numériques sont longtemps restées un impensé. L’œuvre Facebook tissée par Jean-Pierre Balpe se démarque fondamentalement de ses expérimentations littéraires précédentes, focalisées sur la déconstruction formelle. Tout en poursuivant sa recherche sur la génération automatique de texte, l’auteur ne se contente plus d’exacerber les processus d’abstraction entre signe textuel et matérialité sociale. La publication des textes, automatiquement générés ou pas, sur Facebook reconnecte ceux-ci avec une pratique sociale matérialisée.

44L’auteur tend, par identités fictives interposées, un miroir oblique aux autres, les invite à se questionner sur les « réalités » et « fictions » publiées au jour le jour. En même temps, l’auteur accepte, par moments, de perdre lui-même pied dans les promesses faites par la structure techno-sémiotique. Tant d’années d’investissement quotidien de l’auteur montrent bien que la multiplication d’identités n’est pas qu’un jeu « pour rire », même si on rit beaucoup dans Un monde incertain ; cette expérience littéraire touche aux fondements existentiels de l’identité numérique : la subjectivation possible par l’écriture en réseau, mais aussi la solitude ; et l’acceptation d’une structure de domination pour une cause incertaine.

45En maintenant son arsenal d’identités depuis tant d’années sur le dispositif, l’auteur déjoue par ailleurs les intérêts économiques de Facebook qui reposent sur des statistiques mesurant les vrais goûts des vraies gens. Un profil de fiction enraie, certes de façon modeste, l’efficacité de la structure d’exploitation. Sachant que chaque interaction a des conséquences sur la hiérarchisation des posts, je fais en tant que lectrice depuis plusieurs années de sorte qu’Un monde incertain se trouve classé tout en haut de mon fil d’actualité. Ma chronique personnelle est désormais en grande partie celle d’une fiction. Pour le lecteur, c’est une façon comme une autre de devenir, comme l’exprime Louise Merzeau [2016], dramaturge de sa traçabilité. Mais l’expérimentation littéraire de Jean-Pierre Balpe donne aussi envie d’explorer soi-même les limites du dispositif en déjouant ses prescriptions avec plus d’impertinence.

Pointer l’Omission : expérience limite

46Depuis janvier 2017, une nouvelle expérimentation littéraire s’est ainsi greffée sur Un monde incertain. L’objectif de Brice Quarante, Anna Wegekreuz, Cindy Sherwood, Ivan Arcelov et Zeuz Capsule est d’augmenter la pression sur les limites technologiques, marchandes et politiques du dispositif. Anna Wegekreuz a, par exemple, essayé de faire crever la bulle de filtre de son profil en impliquant, dans sa fiction, des acteurs politiques d’extrême droite et de gauche, des gourous new age et autres diffuseurs de certitudes. Brice Quarante a publié des posts qui, par des procédures de glitch (fig. 3), débordaient sur les posts des autres, phagocytant les fils d’actualité avec de longues traînées de lettres et chiffres : procédures dont Anna Wegekreuz s’est emparée pour exhiber sur son mur les sanctions du dispositif. En effet, Facebook se met en alerte dès que des scripts commencent à déborder les cadres prescrits. Le dispositif a néanmoins toléré ces expériences tant qu’elles restaient dans le périmètre de l’expérimentation formelle.

Figure 3. Exemples de glitch typographique sur Facebook par Brice Quarante et Anna Wegekreuz

Figure 3. Exemples de glitch typographique sur Facebook par Brice Quarante et Anna Wegekreuz

47En mai 2017, Anna Wegekreuz a commencé à raconter l’histoire de son village natal avant et pendant la seconde guerre mondiale : la montée du nazisme, l’idéologisation progressive de la population, les décisions ayant provoqué le bombardement du village (cet épisode n’apparaît pas dans les chroniques du village accessibles en ligne). Les posts étaient illustrés par des photographies issues des archives allemandes et américaines accessibles sur internet. Au bout d’une quinzaine de jours, le profil d’Anna Wegekreuz a été supprimé par Facebook, sans préavis, ni justification. Il est simplement devenu inaccessible. Plus aucune trace n’en subsiste, sauf une : dans l’un de ses posts, Anna Wegekreuz avait utilisé comme toile de fond une photographie prise au bord d’un lac, sans enlever les traces de géolocalisation encodées dans l’image. Ces traces ont provoqué l’intégration de l’image dans une page Facebook dédiée aux amateurs du lac : procédure qui démontre comment le réseau regroupe des traces à l’insu de l’utilisateur.

48En réponse à la demande de justifier la disparition d’Anna Wegekreuz, le dispositif a réclamé à l’auteur la copie d’une pièce d’identité (fig. 4).

Figure 4. Après l’éradication du profil d’Anna Wegekreuz, traces de l’échange entre l’auteur et Facebook

Figure 4. Après l’éradication du profil d’Anna Wegekreuz, traces de l’échange entre l’auteur et Facebook
  • 36 « Ils ne ressemblent pas à des assassins sadiques, mais visent la soumission pacifique de la popula (...)

49Omission a sa raison d’être sur Facebook parce que ce récit historique essaie, en dehors de l’enjeu de traiter le passé enfoui d’un village allemand, de matérialiser une réflexion sur le totalitarisme soft déployé par les propriétaires de plateformes industrielles suggérée en outre par Franco Berardi en 2013 [33-34] : “They don’t look like sadistic murderers, but they want to peacefully submit the European population to mathematical slavery, which is clean, smooth, perfect. In this way they are simultaneously establishing a cold form of totalitarism, and preparing a hot form of massive fascist reaction36”. Il paraît néanmoins peu probable que cette critique, établissant un parallélisme entre deux formes de totalitarisme, ait déclenché l’éradication d’Anna Wegekreuz. C’était sans doute plutôt la présence d’insignes nazis dans certaines images qui a déclenché l’alerte dans le dispositif. Même si ces images n’étaient aucunement mobilisées dans un objectif de propagande, elles ont probablement été repérées par des algorithmes de reconnaissance de formes ou des modérateurs humains, et interprétées hors de leur contexte.

50La disparition de l’identité fictive Anna Wegekreuz a suscité quelques émois chez les lecteurs. La violence de la sanction semblait injustifiée compte tenu de la représentation courante de l’entreprise comme espace de discussion ouvert et tolérant. Omission n’a néanmoins pas disparu de Facebook : il a été pris en charge par Marga Bamberger qui se présente comme la marraine d’Anna, et par Brice Quarante. Ces profils ne sont cependant plus publics, et l’accès à Omission est donc désormais conditionné par une demande de contact au préalable. Par ailleurs, les auteurs se montrent plus prudents dans la mobilisation d’images d’archives.

51Le statut de ce récit reste néanmoins précaire de par son thème, fortement en contradiction avec l’image smart et fun que l’entreprise souhaite se donner. Cette contradiction avec les « valeurs » de l’entreprise s’illustre par excellence dans la vidéo de fin d’année proposée à Marga Bamberger à partir des traces laissées par elle courant 2017 (fig. 5) : les images de Munich détruite par les bombes, l’effigie du mari de Marga officier à la Wehrmacht, les captures de rassemblements autour du Führer ont été encastrées dans des cadres pastel, avec loves et likes qui fusent ; la dernière petite porte du calendrier de l’Avent s’ouvre, dans cette vidéo, sur le constat d’un désastre décidément pas prévu par l’entreprise.

Figure 5. Capture d’écran d’un extrait de la vidéo de souvenirs automatiquement générée par Facebook pour Marga Bamberger, profil de fiction

Figure 5. Capture d’écran d’un extrait de la vidéo de souvenirs automatiquement générée par Facebook pour Marga Bamberger, profil de fiction

52L’expérience littéraire d’Omission prouve par l’exemple que tout utilisateur de Facebook écrit chez quelqu’un, qui impose ses règles ; et pour quelqu’un, qui se réserve un droit exclusif de contrôle sur les productions. Sans même parler du digital labor [Cardon et Casilli, 2015] que les utilisateurs fournissent gratuitement en laissant des traces, il n’y a pas de propriété privée sur Facebook. Si l’utilisateur peut effectivement restreindre le cercle des amis pouvant accéder à ses posts, l’entreprise propriétaire se réserve un regard exclusif sur toute publication. Situation hégémonique inédite, qui devrait inquiéter les utilisateurs comme les législateurs.

 

53Bien évidemment, l’entreprise n’est pas déstabilisée par ces expérimentations littéraires. Dans le cadre d’une éducation critique aux médias, ces expériences permettent néanmoins d’engager une réflexion sensible, incorporée, sur les stratégies du dispositif, et les marges de manœuvre laissées à l’utilisateur. Si elles peuvent susciter l’envie de faire preuve d’impertinence face aux injonctions techno-sémiotiques, si elles peuvent amener l’apprenant à se soucier des traces qu’il laisse afin de ne pas être gouverné de cette manière [Butler, 2002], elles ont réussi leur pari.

54Ce n’est pas lorsqu’elle génère ses maximes à la chaîne que le profil de fiction de Rachel Charlus touche le plus ses lecteurs, mais lorsqu’elle en sélectionne une et l’injecte sur le fil d’actualité : fil où, dans son absurdité même, la maxime recommence à faire sens parce qu’elle est lue et commentée par des lecteurs humains. Pour être opérationnelle, la praxis critique ne peut pas se positionner hors système. La reconquête du pouvoir sur l’informatique par le sujet humain passera par une reconquête du sens, que seule l’attention incorporée peut conférer au texte.

Notes

1 Les premiers poèmes programmés de Theo Lutz, intitulés Stochastische Texte, datent de 1959.

2 Voir, parmi tant d’autres manifestations de l’impression de décentrement, le poème de William Butler Yeats [1921] “The Second Coming” : “Things fall apart; the centre cannot hold” (« Tout se disloque. Le centre ne peut tenir » ; trad. d’Yves Bonnefoy, Anthologie bilingue de la poésie anglaise, Paris, Gallimard, 2005 [coll. La Pléiade], p. 39).

3The digital revolution is all about facilitation – creating tools to make things easy” (« La révolution numérique est une affaire de simplification – il s’agit de créer des outils pour rendre les choses faciles ») ; Bill Gates dans une lettre à John Seabrook, The New Yorker, January 10, 1994, 69, p. 52 (sauf mention contraire, nous traduisons les citations de ce chapitre).

4 Voir l’annonce de François Hollande en mai 2015. [En ligne] < http://ecolenumerique.education.gouv.fr/plan-numerique-pour-l-education/ >.

5 Najat Vallaud‐Belkacem, ministre de l’Éducation nationale sous François Hollande, associe ainsi étroitement « la transformation numérique de la société » et l’introduction de cette transformation à l’école à l’enjeu de « préparer les jeunes à devenir des individus autonomes, créatifs et responsables ». [En ligne] < http://cache.media.education.gouv.fr/file/05-mai/53/8/Dossier-EcoleNumerique-Aujourdhui-et-demain-Concertation-nationale-sur-le-numerique-pour-l-education_420538.pdf >.

6 Les actes de ces « rendez-vous des Lettres » annuels sont consultables [en ligne] < https://eduscol.education.fr/pid24506/rendez-vous-des-lettres.html >.

7 En tant qu’auteure, j’ai ainsi été contactée pour animer des ateliers d’écriture qui accompagnaient l’équipement d’une classe en tablettes. Restitution [en ligne] < http://lettres.ac-noumea.nc/spip.php?article226 >.

8 [En ligne] < https://www.reseau-canope.fr/savoirscdi/cdi-outil-pedagogique/conduire-des-projets/activites-pluridisciplinaires/lecriture-numerique/une-selection-doutils-pour-lecriture-numerique.html >.

9 Acronyme couramment utilisé pour désigner les grandes firmes du numérique Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft.

10 Je m’appuie sur les travaux du sémioticien Eliséo Véron pour définir l’idéologie comme un discours qui n’affiche plus les marques de ses conditions de production : « sous l’effet idéologique, le discours apparaît comme ayant un rapport direct, simple, linéaire au réel ; autrement dit, comme étant le seul discours possible sur son objet, comme étant absolu ». Inversement, l’effet de sens appelé scientificité « peut se produire quand un discours censé décrire un domaine du réel, discours soumis à des conditions de production déterminées, se thématise soi-même comme étant, précisément, soumis à des conditions de production déterminées » [Véron, 1987, 21].

11 Voir aussi mon article Saemmer, 2017a.

12 Interview de Dominique Cardon menée par Benoit Le Corre, L’Obs, 13 novembre 2016. [En ligne] < http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-nos-vies-connectees/20161113.RUE4218/sur-facebook-si-vous-etes-de-gauche-ajoutez-des-gens-de-droite.html >.

13 Enquête menée auprès de 5 715 lycéens dans quatre académies en France, présentée par Nathalie Pinède et Véronique Lespinet-Najib [2017] : 41 % des répondants disent s’informer sur l’actualité de façon quotidienne, et 63 % d’entre eux le font en passant par Facebook.

14 Alexis Delcambre et Alexandre Piquard, « Facebook est-il un danger pour la démocratie ? », Le Monde, 1er novembre 2016. [En ligne] < http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2016/11/01/facebook-faux-ami-de-la-democratie_5023701_3236.html >.

15 Interview de Dominique Cardon menée par Benoit Le Corre, art. cité.

16 « De la confession religieuse à l’aveu médical, psychologique, pédagogique, légal ou autre, on n’a cessé de valoriser et d’attribuer de plus en plus de pouvoir à cette stratégie discursive afin de révéler l’identité du sujet – de révéler la “vérité” sur lui-même, explique Maude Bonenfant [2016, 71]. Or cette vérité […] n’est pas seulement produite par le sujet, mais surtout par un “interprète” (un juge, un prêtre, un psychologue, etc.) faisant partie de “systèmes de contrôle institutionnels” et qui, en tant qu’autorité, instaure une relation de pouvoir avec le sujet ».

17 Comme le formule Yves Citton [2014b, 75], tout repose dans ces dispositifs « sur une ontologie de la visibilité qui mesure le degré d’existence d’un être à la quantité et à la qualité des perceptions dont il fait l’objet de la part d’autrui […] nous sommes ce que l’on perçoit de nous ».

18 Je m’appuie ici sur la définition de la « prescription » par Bruno Latour [1993, 62] : « J’appellerai le comportement imposé à l’humain par des délégués non humains une prescription. La prescription explique la dimension morale et éthique des dispositifs mécaniques. »

19 D’autres modèles, hérités des formats télévisuels, se greffent d’ailleurs sur ces prescriptions, comme le rappelle Josiane Jouët [2011, 72] : « La scénarisation de fragments de vie n’est pas toujours originale. Les modèles de la fiction ou de la téléréalité conduisent à des formats d’images de soi “starisées” et à l’affichage de ses performances dans ses hobbies ou ses loisirs. Cette autofiction et idéalisation de soi dans l’espace virtuel traduisent le poids des représentations télévisuelles et de la mise à distance des réalités sociales. »

20 Jenkins, Ito and boyd, 2015, 96 : « La culture participative est une culture favorable à l’expression artistique et l’engagement civique, un soutien important à la création et au partage des créations, et une sorte de mentorat informel ».

21 Mark Zuckerberg, “Building Global Community”. [En ligne] < https://www.facebook.com/notes/mark-zuckerberg/building-global-community/10154544292806634 >.

22 Voir mon ouvrage Matières textuelles sur support numérique (2007) pour des précisions sur les filiations entre littératures d’avant-garde et littérature numérique.

23 Jean-Pierre Balpe, « La tentation de l’infini ». [En ligne] < http://transitoireobs.free.fr/to/article.php3?id_article=54 >.

24 Par exemple Afternoon, a Story de Michael Joyce (Eastgate Systems, 1990).

25 “Interactivity: the Dead End of our Artistic Era”, dialogue entre Maurice Benayoun et Woody Vasulka. [En ligne] < http://benayoun.com/moben/fr/2007/01/13/interactivity-the-dead-end-of-our-artistic-era/ >.

26 Jean-Pierre Balpe, « La tentation de l’infini », art. cité.

27 Berardi [2013, 27] évoque ainsi un “deterritorialization effect which has separated words from their semiotic referents and money from economic goods” (« un effet de déterritorialisation qui a séparé les mots de leurs référents sémiotiques tout comme il avait séparé la monnaie de la marchandise » ; nous traduisons).

28 Voir Frédéric Kaplan, « Quand les mots valent de l’or », Le Monde diplomatique, 2011. [En ligne] < http://www.monde-diplomatique.fr/2011/11/KAPLAN/46925 >.

29 Jean-Pierre Balpe, « La tentation de l’infini », art. cité.

30 Comme le formule Franco Berardi [2013, 35], “poets have anticipated and predicted the trajectory of the global economy and the ordinary business of life. It has mostly been a frantic anticipation, a dystopic prophecy” (« des poètes ont anticipé et prédit l’évolution de l’économie mondiale et des affaires ordinaires de la vie. Ce fut pour la plupart une anticipation frénétique, une prophétie dystopique »).

31 Même Philippe Bihouix et Karine Mauvilly [2016, 218], très critiques envers l’introduction du « numérique » à l’école, souhaiteraient ainsi que l’informatique redevienne « non pas une sauce indigeste nappant toute discipline, mais une discipline à part entière, introduite au lycée ».

32 L’OCDE avait ainsi, dès 1971, affirmé la nécessité de l’apprentissage d’« une mentalité algorithmique, opérationnelle, organisatrice, laquelle est souhaitable pour bien des disciplines » (Actes du séminaire pour « l’enseignement de l’informatique à l’école secondaire », OCDE-CERI avec la direction de la coopération du ministère de l’Éducation nationale).

33 Une restitution du projet sur l’outil Storify est accessible [en ligne] < https://storify.com/clarabdx/madeleineproject-saison-4 >.

34 Voir les travaux de Kücklich [2005] sur le concept de playbour.

35 Le générateur est accessible [en ligne] < http://www.balpe.name/Philosophie-de-Rachel-Charlus >.

36 « Ils ne ressemblent pas à des assassins sadiques, mais visent la soumission pacifique de la population européenne à un esclavage mathématique, propre, lisse, parfait. De cette façon, ils établissent simultanément une forme froide de totalitarisme et préparent la voie à une forme chaude de réaction fasciste massive ».

Table des illustrations

Titre Figure 1. Résultat d’un « test » passé par l’identité Rachel Charlus sur Facebook
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11263/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Figure 2. La page Facebook de Maurice Roman, identité d’auteur décédé
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11263/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Figure 3. Exemples de glitch typographique sur Facebook par Brice Quarante et Anna Wegekreuz
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11263/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Figure 4. Après l’éradication du profil d’Anna Wegekreuz, traces de l’échange entre l’auteur et Facebook
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11263/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11263/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Figure 5. Capture d’écran d’un extrait de la vidéo de souvenirs automatiquement générée par Facebook pour Marga Bamberger, profil de fiction
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11263/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search