Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'édition indépendante critique

 | 
Sophie Noël

Annexes

Texte intégral

ANNEXE 1 – MÉTHODOLOGIE : TRADUCTIONS MONDIALES DES AUTEURS FRANÇAIS

1L’Index Translationum est une base de données de l’Unesco créée en 1932 qui permet d’avoir accès à toutes les traductions d’un auteur à partir de 1979 dans une centaine de pays. Une de ses limites est qu’aucune distinction ne peut être opérée entre les réimpressions, les rééditions et les « véritables » nouveautés, ce qui contribue à « gonfler » quelque peu les chiffres.

2Les données prises en compte couvrent la période allant de 1979 à 2006. La recherche a porté sur les auteurs français figurant au catalogue des éditeurs critiques afin de déterminer le nombre de traductions de leurs ouvrages répertoriés dans la base (colonne 3 du tableau, infra), ainsi que le nombre de langues dans lesquelles chacun de ces auteurs était traduit (colonne 4). Une seule langue a été comptabilisée lorsqu’un titre était traduit en portugais à la fois au Portugal et au Brésil, ou aux États-Unis et en Grande-Bretagne. Les auteurs avec une seule ou deux mentions dans la base ont été écartés en raison du caractère trop isolé des traductions pour être significatif.

3Le nombre de traductions mentionné pour chaque auteur prend bien sûr en compte des titres publiés par plusieurs maisons d’édition, et pas uniquement par les éditeurs critiques mentionnés dans la première colonne, l’idée étant d’évaluer le capital symbolique global attaché au nom de chaque auteur. Les 274 occurrences du nom de Pierre Bourdieu représentent par exemple l’ensemble des traductions de l’œuvre du sociologue dans le monde, rééditions comprises, et pas uniquement les titres publiés chez Raisons d’agir ou Agone.

Traductions mondiales des principaux auteurs français publiés par les maisons d’édition critique (par ordre décroissant du nombre de citations)

Éditeurs

Auteurs

Nb de traductions

Nb de langues

Raisons d’Agir / Agone

P. Bourdieu

274

28

Sens & Tonka

J. Baudrillard

195

27

Lignes

F. Guattari

95

21

Textuel

P. Virilio

90

17

Syllepse

H. Lefebvre

47

15

Lignes

A. Badiou

46

15

Le Temps des cerises / Syllepse

S. Amin

44

13

Textuel

G. Lipovetsky

37

11

Le Passant ordinaire

E. Balibar

31

11

La Fabrique

J. Rancière

27

9

Homnisphères

M. Beti

22

9

Le Temps des cerises

R. Castel

22

6

Les Nuits rouges

D. Guérin

20

10

L’Éclat / Raisons d’agir / Agone

J. Bouveresse

14

6

Agone

L. Wacquant

14

9

Golias

T. Meyssan

13

9

La Fabrique

E. Traverso

12

5

Les Prairies ordinaires

A. Farge

11

8

Parangon / Climats

S. Latouche

10

4

Les Arènes

D. Robert

9

6

Aden

H. Alleg

9

8

La Dispute

L. Sève

8

7

Aden

J. Bricmont

6

5

L’Éclat

Y. Friedman

6

5

Les Arènes

E. Joly

5

4

Éditions du Croquant

K. Dixon

5

3

La Dispute

A. Brossat

4

2

Les Nuits rouges

C. Semprun-Maura

4

2

Exils

G. Châtelet

4

3

Les Prairies ordinaires

J. Favret-Saada

4

3

Golias / Parangon

P. Ariès

4

4

L’Échappée

A. Salmon

3

3

Source : Index Translationum, janvier 2007

ANNEXE 2 – MÉTHODOLOGIE : ANALYSE DES RECENSIONS DANS LA PRESSE ÉCRITE

4La recherche a été effectuée sur la base de données Factiva sur une période de deux années – du 1er janvier 2005 au 31 décembre 2006 – en prenant en compte trois quotidiens nationaux (Le Figaro, Libération, Le Monde) ainsi qu’un mensuel (Le Monde diplomatique) et un hebdomadaire (Le Nouvel Observateur), soit cinq titres généralistes de périodicité variable accordant une certaine place à la production éditoriale, que ce soit au travers de leurs suppléments littéraires hebdomadaires – le jeudi pour Libération, Le Monde (daté du vendredi) et Le Figaro – ou diverses rubriques quotidiennes. Le Monde diplomatique a été choisi du fait de sa proximité idéologique avec les thèmes développés par la plupart des éditeurs étudiés, et parce que ce titre accorde une place non négligeable aux recensions d’ouvrages dans ses colonnes, même de manière assez brève.

5Il a été considéré qu’une période de deux ans permettait d’obtenir une image relativement complète – bien que forcément limitée – pour constituer un échantillon des recensions dont peut bénéficier un petit éditeur dans la presse étant donné la rapidité de rotation des ouvrages en librairie. Inévitablement, le choix de la période influe sur les résultats obtenus : 2006 a ainsi été l’année de parution de LQR, La propagande du quotidien d’Éric Hazan chez Raisons d’agir, qui a bénéficié d’une inhabituelle couverture médiatique consécutive aux ventes très importantes du titre (plus de 50 000 exemplaires, chiffre éditeur). L’effet des ventes de ce livre se fait sentir à la fois sur les résultats de la maison d’édition La Fabrique, dont Éric Hazan est le directeur (6 recensions sur 13 portent sur l’ouvrage LQR) et sur ceux de Raisons d’agir (7 recensions sur 16 en incluant les listes des meilleures ventes), la maison publiant ce titre. C’est la raison pour laquelle les classements de meilleures ventes publiés par certains journaux n’ont pas été comptabilisés, afin de ne pas créer de biais trop important. Les distorsions liées à l’actualité sont inévitables, comme le montre le cas des Arènes, qui ont bénéficié de l’attention médiatique suscitée par l’affaire Clearstream en 2006, révélée par Denis Robert, auteur de la maison (13 occurrences sur 34 lui sont liées). Mais le choix d’une période précédente ou ultérieure aurait entraîné des distorsions de même ordre sur d’autres ouvrages, le contexte dans lequel s’inscrit toute publication étant impossible à neutraliser. Ne considérer qu’une seule année aurait accentué l’effet déformant de l’actualité, un peu mieux lissé sur deux années consécutives.

  • 1 Une analyse complémentaire, établissant des critères de qualification des recensions, serait intér (...)

6Toutes les occurrences du nom de chaque maison d’édition ont été prises en compte, à l’exception des simples mentions dans les rubriques « Agenda » (Le Monde) ou « Rendez-vous » (Libération), qui signalent des rencontres autour d’ouvrages et des signatures d’auteurs en librairie, des tribunes libres d’auteurs ou d’éditeurs (lesquels assurent leur propre promotion) ou encore des informations d’actualité économique (signalant par exemple le rachat d’un éditeur par un autre). Les occurrences comptabilisées concernent les articles portant sur un ou plusieurs ouvrages/auteurs, ou sur un éditeur en général. Elles vont de la simple mention du titre d’un ouvrage (par exemple dans la rubrique « Le choix du Monde des livres ») à la recension détaillée. Il s’agit par conséquent d’un indicateur purement quantitatif, qui se limite à dénombrer, et ne reflète en rien l’importance de la recension, ou encore son caractère positif ou négatif1.

7Les articles portant sur des domaines extérieurs à celui des essais/documents/sciences humaines (les beaux livres pour Textuel et Les Arènes, la poésie pour Le Temps des cerises, la littérature pour plusieurs éditeurs) ont été exclus du comptage, afin de travailler sur une base éditoriale homogène.

ANNEXE 3 – STATUT JURIDIQUE DES ÉDITEURS

Évolution du statut juridique des éditeurs

Éditeurs

Date de création

Statut juridique

Évolution du statut

1er statut

Syllepse

1989

Association

L’Insomniaque

1993

Association

Raisons d’agir

1996

Association

Agone

1997

Association

Le Passant ordinaire

1997

Association

Les Nuits rouges

1997

Association

Les Éditions libertaires

2001

Association

L’Échappée

2004

Association

Éditions du Croquant *

2003

Coopérative loi de 1947

L’Éclat

1985

Sarl

Oui

Association

Climats

1988

Sarl

Ivrea

1992

Sarl

Le Temps des cerises

1994

Sarl

Textuel

1994

Sarl

Sens & Tonka

1995

Sarl

La Dispute

1996

Sarl

Les Arènes

1997

Sarl

Golias

1997

Sarl

Oui

Association

La Fabrique

1998

Sarl

Nautilus

2000

Sarl

Parangon

2000

Sarl

Homnisphères

2003

Sarl

Amsterdam

2003

Sarl

Lignes

2003

Sarl

Sextant

2004

Sarl

Delga

2004

Sarl

Les Prairies ordinaires

2005

Sarl

Aden

2000

Sprl*

Oui

Association

Encyclopédie des Nuisances

1993

Eurl

Dagorno

1992

SA

Sulliver

1995

SA

Oui

Association

Exils

1997

SA

Danger public

2002

SAS

Oui

Sarl

* Les Éditions du Croquant et La Dispute se sont associées en 2009 en développant une structure commune, sous forme de coopérative.
** Statut belge de la SARL.

ANNEXE 4 – ANALYSE DES CORRESPONDANCES MULTIPLES : LES VARIABLES ET LEURS MODALITÉS

8Les variables ont été regroupées en quatre groupes :

91) Statut juridique et financier

10Cet ensemble comprend les variables fondamentales permettant de caractériser une structure éditoriale.

  • statut juridique (2 modalités). Les statuts commerciaux ont été regroupés dans la première modalité (principalement SARL, mais aussi SA, SAS, EURL), qui concernent 72,7 % des éditeurs (N = 24), et opposés aux statuts non commerciaux – associations ou coopératives (N = 9, soit 27,3 %) ;
  • chiffre d’affaires2 (3 modalités). Les éditeurs ont été répartis en 3 classes : moins de 100 000 € (N = 18 ; 54,5 %), de 100 000 à 200 000 € (N = 9 ; 27,3 %), et plus de 200 000 € (N = 6 ; 18, 2 %). 100 000 € de chiffre d’affaires est considéré comme « seuil de significativité » par le SNE ;
  • nombre de salariés (3 modalités). Les éditeurs ont été répartis en trois groupes : ceux qui fonctionnent sans aucun salarié (N = 17, soit 51,5 %), exclusivement grâce au bénévolat ; les éditeurs employant un salarié à mi-temps ou à plein temps (N = 6, soit 18,2 %), ce qui a été considéré comme un premier seuil de professionnalisation ; et enfin ceux qui emploient deux salariés ou plus, qui ont amorcé leur professionnalisation (N = 10, soit 30,3 %). Cette variable enregistre des fluctuations importantes selon les périodes, certains éditeurs ayant fonctionné sans salariés pendant des années avant d’embaucher une personne, l’inverse étant également possible ;
  • diffusion-distribution (4 modalités). Les éditeurs sont répartis selon quatre cas de figure : ils ont signé un contrat avec un diffuseur professionnel de taille moyenne tel qu’Harmonia Mundi, les Belles Lettres ou la CDE-Sodis3 (N = 17, soit 51,5 %) ; ils sous-traitent cette activité auprès d’une petite structure mutualiste – Court-circuit, le Collectif des éditeurs indépendants, la FUD, (N = 9, soit 27,3 %) ; ils ont opté pour une solution mixte, en confiant leur diffusion à une structure mutualiste, tout en ayant un contrat avec un professionnel pour la distribution (N = 3, soit 9,1 %) ; ils assurent eux-mêmes leur diffusion-distribution auprès des circuits de vente (autodiffusion stricte, N = 4, soit 12,1 %).

112) Capital économique

12Celui-ci a été évalué à partir de 4 variables relevant à la fois du niveau de production des éditeurs et de leur potentiel commercial (meilleures ventes), mais aussi de leur insertion dans les circuits publics (par le biais des aides) et médiatiques (recensions).

  • nombre de titres publiés par an (2 modalités). Cette variable mesure le niveau de production des éditeurs : faible, avec moins de 10 titres par an (N = 18 ; 54,5 %) ; moyen avec une production supérieure à 10 (N = 15 ; 45,5 %). Le seuil de 10 ouvrages a été fixé en se référant à l’enquête sur les nouveaux éditeurs de Jean-Marie Bouvaist et Jean-Guy Boin4 ;
  • meilleures ventes (2 modalités). Il a été demandé aux éditeurs de citer les titres de leur catalogue s’étant le mieux vendus depuis leur création. Cette formulation implique une part d’imprécision, les retours n’étant pas toujours pris en compte. Il est de plus indéniable que les éditeurs les plus anciens sont avantagés par ce mode de calcul, le temps étant un élément important dans la vente de titres appartenant au secteur de la production restreinte. Deux modalités ont été distinguées : meilleures ventes inférieures à 10 000 exemplaires (N = 20, soit 60,6 %) ; meilleures ventes supérieures à 10 000 exemplaires (N = 13, soit 39,4 %). Le seuil de 10 000 exemplaires a été choisi dans la mesure où il représente un « seuil symbolique » dans le champ éditorial pour le calcul des ventes ;
  • accès aux aides publiques (3 modalités). On a opéré la distinction entre trois groupes en fonction de la capacité, mais aussi de la volonté des éditeurs à obtenir des aides publiques. Un premier groupe est constitué des maisons d’édition ayant recours aux dispositifs d’aide publique, que ce soit de manière régulière ou occasionnelle, et que celles-ci émanent de l’échelon national (CNL principalement) ou régional – municipalités, conseils généraux ou régionaux, DRAC – (N = 17, soit 51,5 %) ; un second groupe rassemble les éditeurs refusant « par principe » de faire appel aux aides publiques (N = 5, soit 15,2 %) ; enfin, un troisième groupe est composé des éditeurs n’ayant pas sollicité d’aides, soit par manque de temps, soit par méconnaissance des dispositifs existants, mais qui envisagent de le faire ou n’y opposent pas de refus de principe. Se trouvent également comptabilisés dans ce groupe les éditeurs s’étant vu refuser une ou plusieurs aides sollicitées (N = 11, soit 33,3 %) ;
  • recension dans un quotidien national (3 modalités). Le nombre de recensions – ou simples mentions – consacrées aux ouvrages des éditeurs a été calculé, pendant l’année de référence, dans trois quotidiens nationaux (Le Figaro, Libération, Le Monde) ainsi que dans un mensuel (Le Monde diplomatique) et un hebdomadaire (Le Nouvel Observateur), soit cinq titres généralistes de périodicité variable, à partir de la base de données Factiva. Cette variable distingue les éditeurs n’ayant été l’objet d’aucune recension sur la période (N = 9, soit 27,3 %), les éditeurs ayant bénéficié de 1 ou 2 recensions sur la période (N = 13, soit 39,4 %), et enfin les éditeurs ayant bénéficié de plus de 3 recensions (N = 11, soit 33,3 %).

133) Capital symbolique

14Le capital symbolique des maisons d’édition a été évalué en combinant 5 variables : leur date de création (partant de l’hypothèse que plus une maison est ancienne et a eu le temps de s’installer dans le champ éditorial, plus elle a pu se « faire un nom ») ; leur localisation, sachant que l’édition demeure une activité extrêmement centralisée, caractérisée par des quartiers « historiques » à Paris et que la répartition spatiale dans la capitale est corrélée à la position sociale de l’éditeur ; l’édition ou non d’une revue, considérée comme un mode de légitimation de premier plan dans l’univers intellectuel ; l’existence d’une collection de philosophie ou de titres de philosophie dans le catalogue ; et enfin la part des traductions, ces dernières consistant à importer, comme nous l’avons vu, des auteurs réputés dans le champ éditorial international.

  • ancienneté des maisons d’édition : les dates de création s’échelonnent entre 1985 et 2005. Elles ont été regroupées en deux groupes : avant 2000 (N = 20, soit 60,6 %), après 2000 (N = 13, soit 39,4 %). La césure retenue s’explique par le taux de mortalité des nouveaux éditeurs : près de la moitié de ces derniers vit moins de cinq ans5 ; la date arrêtée pour les calculs étant 2005, il a été considéré que les maisons ayant été créées cinq ans avant cette avant 2000 – avaient déjà fait une partie de leurs preuves par rapport aux autres ;
  • localisation des éditeurs, avec 3 modalités : Paris hors quartiers du nord-est (N = 15, soit 45,4 %), province6 (N = 9, soit 27,3 %) et une modalité regroupant la banlieue et les quartiers nord-est de la capitale (18e, 19e et 20e arrondissements) (N = 9, soit 27,3 %) ;
  • édition d’une revue (2 modalités). Il s’agit d’une variable dichotomique, les éditeurs éditant ou ayant édité à un moment de leur existence une revue, ou ayant hébergé une revue intellectuellement proche7 (N = 12, soit 36,4 %) s’opposant aux autres (N = 21, soit 63,6 %). Certains éditeurs, qui ont développé une revue après 2005, n’ont pas été pris en compte (Amsterdam et les Éditions du Croquant notamment). Nous avons considéré la revue au sens intellectuel du terme, ce qui exclut les magazines, même à forte dimension culturelle, par exemple Golias, publié par la maison d’édition éponyme ;
  • existence d’une collection de philosophie (2 modalités). La philosophie au sens large a été isolée en raison de son statut de « porte d’entrée de l’espace savant »8 et du prestige particulier lié à cette discipline. L’existence d’au moins une collection de philosophie (N = 8, soit 24,2 %), a été opposée à l’absence de publication en philosophie ou à la publication de titres ponctuels (N = 25, soit 75,8 %) ;
  • part des traductions dans le catalogue des éditeurs9 (3 modalités). Les maisons d’édition sont distribuées en trois groupes : publient moins de 10 % de traduction (N = 19, soit 57,6 %) ; publient entre 10 et 50 % de traductions (N = 11, soit 33,3 %) ; publient plus de 50 % de traductions, ce qui constitue un taux exceptionnellement élevé quel que soit le secteur éditorial considéré (N = 3, soit 9,1 %)10.

154) Capital politique

16Cette forme de capital, qui constitue la ressource spécifique de l’espace de l’édition critique, a été objectivée à partir de 4 variables.

  • publication de classiques politiques (3 modalités). Par classiques politiques, nous entendons les ouvrages constituant le corpus historique de référence des mouvances d’extrême gauche dans leurs diverses expressions – marxisme, marxisme critique, anarchisme, libertarisme… Il s’agit de textes fondamentaux, récits ou témoignages contribuant à faire œuvre de « mémoire »11. Les éditeurs ont été regroupés selon trois groupes : ils ne publient aucun classique politique (N = 16, soit 48,5 %) ; ils en publient ponctuellement (N = 14, soit 42,4 %) ; ils ont spécifiquement développé une collection dédiée aux classiques politiques (N = 3, soit 9,1 %) ;
  • l’éditeur a développé au moins une collection ou série d’ouvrages de caractère politique à prix modique, c'est-à-dire dont le prix de vente est inférieur à 15 €. Est évaluée ici, au-delà du simple critère du prix, la démarche de caractère « volontariste », que traduit la collection. Il s’agit d’une variable dichotomique : soit les éditeurs offrent des séries d’ouvrages ou des collections bon marché (N = 15, soit 45,5 %), soit non (N = 18, soit 54,5 %) ;
  • l’éditeur a publié au moins un titre avec une association ou un syndicat (2 modalités). La première modalité rassemble les éditeurs ayant publié un ou plusieurs titres en collaboration ou en coédition avec un organisme syndical ou associatif à visée politique ou sociale au sens large – la Cimade, ATTAC, Emmaüs, le Syndicat de la magistrature, la fondation Copernic… – (N = 13 ; 39,4 %) ; la seconde regroupe les éditeurs n’ayant jamais collaboré d’un point de vue éditorial avec une organisation de ce type (N = 20 ; 60,6 %) ;
  • l’éditeur a participé à un salon du livre de caractère alternatif ou politique (2 modalités). Par salon « alternatif », il est entendu les manifestations professionnelles regroupant les éditeurs de manière ponctuelle, en dehors des principaux événements institutionnels de la profession comme le Salon du livre de Paris. Quatre salons, existant pour la plupart depuis le début des années 2000, ont été pris en compte pour établir cette variable : le salon L'autre livre, qui a lieu à Paris sous l’égide de l’Alliance des éditeurs indépendants, le Salon du livre libertaire, organisé également à Paris par la librairie Publico et Radio libertaire, le Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale d'Arras, organisé par l’association Colères du présent, ainsi que la Fête de l'Humanité, beaucoup plus ancienne, où plusieurs éditeurs de gauche tiennent traditionnellement un stand. Les éditeurs se répartissent entre ceux ayant participé à l’un de ces salons en 2005 (N = 16, soit 48,5 %) et les autres (N = 17, soit 51,5 %).

Le premier plan factoriel

17Les deux premières valeurs propres (λ1 = 0,27097 ; λ2 = 0,19942) représentent 27,57 % de la variance du nuage. Elles correspondent à un taux modifié cumulé de 74,1 % (51,5 % pour l’axe 1 et 22,6 % pour l’axe 2), qui permet de couvrir l’essentiel de cet espace. Nous nous sommes pour cette raison limitée à l’analyse des deux premiers axes, les autres ne permettant aucune interprétation significative.

18Axe 1 (λ1 = 0,27097)

19On retient, parmi les 43 modalités actives, celles dont la contribution est supérieure à 2,3 % (1/43). On a considéré au total 18 modalités, qui contribuent à 85,9 % de la variance de l’axe.

20Axe 2 (λ2 = 0,19942)

21On a procédé de la même façon que pour l’axe 1. On a considéré au total 14 modalités qui contribuent à 82,5 % de la valeur de l’axe.

ANNEXE 5 - AIDE DU CNL À L’INTRADUCTION

Aide du CNL à l’intraduction, commission Sciences de l’homme et de la société (2005)

Éditeurs (21 bénéficiaires)

Nombre de subventions

Montant total en €

Actes Sud

1

4 380

Agone

1

3 600

Albin Michel

4

23 940

Amsterdam

1

5 960

Autrement

1

4 100

Belin

1

8 000

Calmann-Lévy – Éditions n° 1 (Hachette)

3

20 130

Le Cerf

1

11 600

Climats (Flammarion)

1

3 300

La Fabrique

1

3 990

Flammarion

3

25 990

Gallimard

1

16 140

Grasset (Hachette)

1

16 700

Hachette Littératures

1

7 560

La lettre volée

2

2 830

Payot Rivages

2

13 120

Éditions du Rouergue (Actes Sud)

1

4 350

Le Seuil (La Martinière)

1

7 000

Stock (Hachette)

1

4 300

Tallandier (La Martinière)

1

13 430

Verdier

1

4 050

Total

30

204 470

Source : Bilan des aides du CNL, 2005.

Aide du CNL à l’intraduction, commission Sciences de l’homme et de la société (2006)

Éditeurs (26 bénéficiaires)

Nombre de subventions

Montant total en €

Albin Michel

2

16 970

Anacharsis

1

3 640

Éditions de l’Atelier

1

8 500

Éditions de l’Aube

1

6 430

Autrement

1

3 990

Berg international

1

4 510

Calmann-Lévy – Éditions n° 1 (Hachette)

1

5 240

Éditions du Cerf

1

4 710

Jacqueline Chambon (Actes Sud)

1

4 440

La Découverte (Editis)

2

6 640

Denoël (Gallimard)

1

14 400

Desjonquères

1

4 140

La Fabrique

1

2 900

Des femmes

1

2 060

Flammarion

6

47 200

Gallimard

2

16 550

Karthala

1

3 420

J.-C. Lattès (Hachette)

1

8 640

Payot Rivages

1

10 180

Les Perséides

1

2 170

Plon – Orban – Perrin (Editis)

1

13 200

Privat Éditions (Gallimard)

1

2 450

La Dispute

1

3 360

Le Seuil (La Martinière)

1

3 110

Soleb Éditions

1

4 360

Tallandier (La Martinière)

2

23 510

Total

35

226 720

Source : Bilan des aides du CNL, 2006.

ANNEXE 6 - LE RÉCIT DE LA CRÉATION DES ARÈNES

Une drôle d’histoire…

C’est une histoire improbable que celle des Arènes

22En 1997, le groupe Lagardère, pour lequel je travaillais, a brutalement refusé, dans des conditions troubles, Une guerre – un manuscrit de Dominique Lorentz sur les liaisons nucléaires entre la France et l’Iran. Je n’ai pas accepté cette « censure ». Diffuser ce livre par mes propres moyens était une solution pour sortir de l’impasse. J’ai trouvé le nom de la maison d’édition sur la plaque de ma rue et l’adresse du diffuseur sur un annuaire. Son directeur partait en vacances ; il m’a reçu le jour même, un vendredi soir, pour me dire oui une semaine plus tard. Une amie pour rédiger les statuts, un autre pour fabriquer le livre : tout s’est passé dans l’urgence, en juin 1997, de manière clandestine et bricolée, comme un antimanuel d’économie.

C’est une histoire atypique que celle des Arènes

23Après ce premier livre, j’ai pris le temps de la réflexion. Les conglomérats de l’édition ont leur logique et je ne coïncidais pas avec elle. Il fallait sauter le pas. J’ai démissionné de Stock pour développer Les Arènes. En janvier 1999, j’étais en complet décalage avec l’époque, celle de la bulle Internet, quand il suffisait de raconter n’importe quoi en « . com » pour lever des millions d’euros. J’ai commencé l’aventure dans une chambre de bonne de six mètres carrés, avec moins de 8 000 euros en poche. Sans actionnaires, sans prêt bancaire.

24Mes amis en place dans l’édition me regardaient d’un air condescendant ou inquiet. La cause était entendue, il n’y avait que trois voies possibles : la publication massive d’au moins 40 à 50 titres par an, afin d’équilibrer les risques, avec des investisseurs solides en appui ; la création d’une « niche éditoriale » très sélective ; ou encore l’édition de romans, peu coûteuse et artisanale. Je voulais faire l’inverse : publier peu de livres – 8 à 10 par an – mais publier de tout : des petits opuscules et des « pavés », des albums, des documents et des récits historiques. Sans logo ni charte visuelle. Juste des livres.

C’est une histoire mouvementée que celle des Arènes

  • 12 Source : extrait du catalogue des Arènes, également sur le site <www. arenes. fr>, rubrique « Qui sommes nous ? » (</www> (...)

25Je me suis jeté dans le vide sans savoir comment financer l’année suivante. Mais Les sentinelles du soir, d’Hélie de Saint Marc, furent un succès immédiat. Dans la foulée, Le bonheur, de Denis Robert, et Noir silence, de François-Xavier Verschave, connurent des tirages inespérés. L’été 2000, Notre affaire à tous, d’Eva Joly, dépassa même les 100 000 exemplaires12.

ANNEXE 7 - REVUES ÉDITÉES PAR LES ÉDITEURS CRITIQUES (PAR ORDRE CHRONOLOGIQUE DE CRÉATION)

Revue (éditeur)

Thématique

Date de création ou durée de vie

Fréquence

L’Encyclopédie des Nuisances (Encyclopédie des Nuisances)

Critique sociale

1984-1992

variable

Patio (L’Éclat)

Psychanalyse (Revue du Cercle freudien)

1985-1989

variable

Siècle (L’Éclat)

Idées

1986

variable

Lignes (Lignes)

Littérature, philosophie

1987

trimestrielle

Agone (Agone)

Histoire, politique, sociologie

1990

bisannuelle

Écologie et politique (Syllepse)

Idées

1992

bisannuelle

Les cahiers Roger Vailland (Le Temps des cerises)

Pensée de Roger Vailland

1994

semestrielle

Alternatives Sud (Syllepse)

Tiers-Monde

1994

trimestrielle

Commune (Le Temps des cerises)

Société et politique

1996

trimestrielle

Le Passant ordinaire (Le Passant ordinaire)

Sciences humaines,philosophie et arts plastiques

1997-2006

trimestrielle

Evidenz (Sens & Tonka)

Littérature, arts et philosophie

1999-2002

variable

ContreTemps (Textuel)

Idées

2001

trimestrielle

Marginales (Agone)

Littérature et critique sociale

2002

annuelle

Aden (Aden)

L’héritage des années 1930 (Revue du Groupe interdisciplinaire d’études nizaniennes)

2002

annuelle

Latitudes noires (Homnisphères)

Panafricanisme

2003

variable

Variations (Parangon)

Revue internationale de théorie critique

2005-2007

variable

Controverses (L’Éclat)

Sociologie politique

2005

trimestrielle

Matière première (Syllepse)

Épistémologie

2006

bisannuelle

La Nuit (Sulliver)

Idées, esthétique

2006

variable

Controverses (L’Éclat)

Idées

2006

variable

Savoir/Agir (Éditions du Croquant)

Réflexion critique

2007

trimestrielle

Entropia (Parangon)

Décroissance

2007

semestrielle

Revue internationale des livres et des idées (Amsterdam)

Critique littéraire, savante et politique

2007

bimestrielle

XXI (Les Arènes)

Reportages, enquêtes

2008

trimestrielle

6 Mois (Les Arènes)

Photojournalisme

2011

bisannuelle

Notes

1 Une analyse complémentaire, établissant des critères de qualification des recensions, serait intéressante à mener dans un contexte d’analyse de réception.

2 Il s’agit de chiffres d’affaires nets annuels (hors taxes et remise libraire déduite). Un éditeur ayant été absorbé en 2005 par un grand groupe, nous avons pris en compte son chiffre d’affaires 2004, dernier disponible. Par ailleurs, plusieurs éditeurs au statut associatif n’étant pas en mesure d’indiquer un chiffre d’affaires précis, il a été considéré que ce dernier pouvait sans risque être situé dans la fourchette la plus basse au vu de leur niveau d’activité. Les données concernant les structures de statut commercial ont été vérifiées sur le site Infogreffe <www. infogreffe.fr>, ce qui est impossible pour les associations, qui n’ont pas d’obligation légale en la matière.

3 Cette modalité comprend également Vilo, Volumen, la GDIL/Comptoir du livre.

4 Jean-Marie Bouvaist, Jean-Guy Boin, Du printemps des éditeurs à l’âge de raison : les nouveaux éditeurs en France, 1974-1988, Paris, La Documentation française – Sofedis, 1989.

5 Voir Bertrand Legendre, Corinne Abensour, Regards sur l’édition. Les nouveaux éditeurs…, op. cit., p. 26.

6 Cette modalité inclut un éditeur situé à Bruxelles, pour lequel nous avons considéré que l’implantation était équivalente à une grande ville de province française par rapport à Paris. Sur le statut de la littérature francophone en Belgique, voir Pierre Bourdieu, Existe-t-il une littérature belge ? Limites d'un champ et frontières politiques, Études de lettres, Lausanne, 1985, t. 3, pp. 3-6.

7 C’est le cas par exemple d’Exils, avec la revue Multitudes, hébergée par l’éditeur de 1998 à 2002.

8 Philippe Olivera, Catégories génériques et ordre des livres : les conditions d’émergence de l’essai pendant l’entre-deux-guerres, Genèses, 2002, n ° 47, p. 91.

9 La part de traductions dans les catalogues a été calculée hors littérature pour les éditeurs publiant également dans ce domaine.

10 La moyenne est de 4,5 % dans le secteur des sciences humaines (2000). Gisèle Sapiro, Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS Éditions, 2008 (coll. Culture & société), p. 119.

11 Les « classiques » de la philosophie politique – Diderot, Rousseau, etc. – n’ont pas été pris en compte ici, de même que les fonds éditoriaux d’anciens éditeurs, comportant un grand nombre de « classiques », repris par de nouvelles maisons, comme celui des Éditions sociales (La Dispute) ou de Champ libre (Ivrea).

12 Source : extrait du catalogue des Arènes, également sur le site <www. arenes. fr>, rubrique « Qui sommes nous ? » (2 mai 2012).

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540