Version classiqueVersion mobile

Éducation critique aux médias et à l’information en contexte numérique

 | 
Sophie Jehel
, 
Alexandra Saemmer

Partie 2. Approches réflexives et créatives des médias

Chapitre 11. L’éducation critique aux médiations informationnelles et communicationnelles en milieu numérique

Nicole Pignier

Texte intégral

1L’éducation critique aux médias en contexte numérique telle que je la circonscris dans ce chapitre fait écho à l’ouvrage Former ou formater ? Les enjeux de l’éducation aux médias publié en 2014. Dans cet opus, nous avons déjà questionné la visée de cette forme d’éducation. Relève-t-elle véritablement de la formation critique aux médias, avec pour dessein l’appréhension par l’educans – celui qui est éduqué – des niveaux épistémologiques, politiques, sémiotiques des processus informationnels et communicationnels, ou relève-t-elle davantage d’une appréhension pragmatico-créative des « outils », avec pour dessein le « savoir au mieux se débrouiller », « ne pas être en retard », pour « vivre bien avec son temps » ?

2Dans ce second cas, les processus médiatiques eux-mêmes ne sont pas portés à la discussion ; ils constituent un objet donné d’avance, à partir duquel on doit s’informer, informer, communiquer. Ce type-ci d’éducation nous éloigne alors de celle que préconise Albert Jacquard, dans L’héritage de la liberté [1986]. Pour ce dernier, éduquer est un processus qui permet à l’educans de sortir de lui-même pour devenir un sujet qui choisit son devenir, et non un objet qui subit sa fabrication.

3Il faut bien admettre que la complexité des processus médiatiques en contexte numérique ne facilite pas la tâche à l’educator – celui qui éduque. En l’état actuel, les textes ministériels, institutionnels expriment cette complexité avec une certaine confusion. Le terme « média » y recouvre sans discernement :

  • Les industries médiatiques à savoir l’ensemble des acteurs dont le but est d’« établir une relation durable avec un public auquel elle promet une production de qualité » [Jeanneret, 2014, 12]. Cet ensemble produit certains types d’usages. À ce titre, la presse, le livre, la radio, la télévision, la musique peuvent être analysés comme des médias qui donnent accès à leurs « productions » sur différents supports traditionnels et/ou numériques.
  • Les industries médiatisantes, c’est-à-dire l’ensemble des acteurs tels les moteurs de recherche, réseaux sociaux, portails qui « mettent en place des procédures d’échange et des modalités d’excitation et de capture des usages sociaux ordinaires » [ibid., 668].
  • Les industries médiatisées en tant qu’ensemble des acteurs qui tirent parti de l’univers des médias « pour atteindre des consommateurs qu’elles traitent comme une cible » [ibid., 12].

4À l’absence de distinction structurelle entre ces niveaux bien évidemment non exclusifs – une organisation comme YouTube se situe sur les deux premiers niveaux – s’ajoute bien souvent la confusion du statut des objets recouverts sous le terme « médias ». Ce dernier désigne indistinctement les supports pour informer et/ou communiquer, les genres d’écriture, et enfin les technologies numériques, si bien que l’on ne sait plus de quels objets on parle. Le même mot « médias », dans cette ambiguïté permanente, désigne à la fois l’objet matériel ou terminal comme la télévision, la tablette ou le téléphone portable, le film documentaire qui est un genre, le web qui constitue un réseau technologique, les plateformes comme Google qui constituent des industries médiatisantes, et les chaînes télévisuelles qui relèvent des industries médiatiques destinées à diffuser des genres.

5La difficulté à identifier ce de quoi l’on parle, et ce de quoi il est question derrière l’expression « médias », vient par ailleurs de ce que les technologies numériques se retrouvent à tous les niveaux structurels des industries liées aux médias – industries médiatiques, médiatisantes, médiatisées – et affectent tous les statuts des objets (les supports, les genres, les technologies), ce qui amène Jean-Claude Beaune et, à sa suite, Bruno Bachimont à parler de « milieu numérique » en ce sens bien précis [Bachimont, 2015, 387] :

le numérique n’est plus seulement un outil permettant de réaliser nos fins dans le monde, mais le milieu [Beaune, 1998] à travers lequel nous y accédons et la médiation pour le penser et y agir.
Il ne s’agit donc pas de savoir comment se servir du numérique, mais de comprendre le monde que nous construisent nos outils numériques, outils qui sont autant pour la pensée que pour l’action. Comment pensons-nous, comment agissons-nous dans le monde, comment pouvons-nous le connaître et y agir quand le milieu qui nous permet de nous y rattacher, articuler, opposer ou fusionner est désormais de nature numérique ?

6Ce constat nous amène à appréhender l’éducation aux médias en « milieu » numérique, plutôt qu’en « contexte » numérique. Comment atteindre la finalité visée par les programmes officiels : former des citoyens capables d’adopter « une attitude critique et responsable » vis-à-vis des informations, des médias ?

  • 1 L’énonciation ne va pas à sens unique, elle n’est pas l’expression de la pensée de ceux qui, énonç (...)

7Une première piste consiste à distinguer les niveaux d’industries et les statuts des objets – supports, genres ou technologies. Cela permet de faire émerger des problématiques en jeu dans le processus de perception, d’énonciation et d’interprétation des discours, des textes. Par exemple, on se demandera quelles sont les orientations éditoriales des industries médiatiques, comment ces dernières trouvent leurs expressions sur tels ou/et tels supports, tels ou/et tels genres, quels liens co-énonciatifs1 elles entretiennent avec les usagers, comment elles font usage des industries médiatisantes, par exemple les réseaux sociaux, les moteurs de recherche.

  • 2 Nous reprenons ici la définition que Jean-Michel Besnier propose de l’éthique [2009, 28].

8Quant aux industries médiatisantes, on se demandera en particulier ce qui caractérise leur design : notion qui recouvre la forme ou dessin des interfaces et de leurs fonctions de supports, mais aussi le dessein en tant qu’objectif, en tant que visée éthique2, à savoir la conception du mieux-être individuel ou collectif [Pignier, 2017, 12].

9Les industries médiatisantes construisent un ethos [id., 2008, 50] de facilitateur d’échanges, se fondant sur une représentation morale au sens de mœurs, valeurs et imaginaire, de liberté communicationnelle et informationnelle. Les adolescents tout comme Barack Obama ont accès aux réseaux sociaux Twitter, Facebook, ce qui ne signifie évidemment en rien qu’ils en font le même usage, avec les mêmes compétences ou buts.

10Quant à la question de la sélection des contenus, c’est d’ailleurs, en général, des usagers ou des institutions qu’émanent les demandes de censure. Les industries médiatisantes ne garantissent que très peu l’intégrité des « contenus ». À la différence des industries médiatiques, elles ne procèdent pas à des sélections en fonction d’orientations qualitatives relatives à l’ethos éditorial. Le critère fondateur reste le flux, le sens quantitatif, requalifié sous l’ethos de la liberté. En cohérence avec ce dernier, le design des interfaces veut, dans son dessin, faciliter de façon maximale la production de contenus, à savoir l’écriture, la mise en ligne, la diffusion réticulaire. L’éducation aux médias, en ce cas, peut interroger le statut des usagers et des contenus qui découle des industries médiatisantes, ainsi que les effets sur les processus d’écriture / lecture et d’échange.

11Nous souhaitons dans ce chapitre proposer une autre piste, complémentaire, permettant de questionner le milieu numérique et ses implications dans les processus de médiation. Précisons d’abord que le « numérique » ne constitue pas un média. Il englobe toutes les industries médiatisantes, il médiatise les industries médiatiques, mais il inclut également les sciences des techniques comme les télécoms, la cybernétique, l’informatique, sans oublier les objets matériels et logiciels qui, eux aussi, relèvent du « numérique ».

12Nous suggérons de questionner les interrelations entre les diverses strates sémiotiques que forment 1) les sciences fondatrices des techniques numériques préfiguratrices des médiations informationnelles et communicationnelles, 2) le design des objets matériels et logiciels numériques configurateurs des médiations, les usages ou non-usages de ces derniers figurant / contre-figurant les expériences d’information et de communication. Nous reprenons les concepts de préfiguration, configuration, figuration de Goffman [1973], réinterprétés par Boutaud [2005], pour désigner ces moments du « Faire sens ».

Saisir la logique de la strate des technologies numériques. Moment de préfiguration des médiations en milieu numérique

13Questionner les processus médiatiques numériques, quelle que soit la nature de l’objet en question (support matériel / logiciel, genre, technologie), quel que soit le niveau structurel (industries médiatiques, industries médiatisantes, industries médiatisées), nécessite de qualifier avant tout les fondements sémiotiques, épistémologiques, du design des technologies numériques ou sciences des techniques. Car ces dernières préfigurent, c’est-à-dire rendent technologiquement possibles la création d’objets matériels / logiciels ainsi que la production de contenus [Pignier, 2013, 150]. Les sciences des techniques numériques allient informatique, mathématiques, électronique, cybernétique, télécommunications, économie. Ce qui fonde l’interrelation entre ces disciplines est le calcul, plus exactement le calcul informatique, c’est-à-dire « le calcul automatique [fait par des calculateurs] sur des informations encodées numériquement » [Berry, 2009, 15], ainsi que les réseaux de télécommunications.

14La science du calcul a été théorisée bien avant l’arrivée des ordinateurs, précise Gérard Berry dans une leçon inaugurale du Collège de France. De même, le responsable de la chaire Eugene Higgins d’informatique de l’université de Princeton, Bernard Chazelle, explique que contrairement à l’ingénierie mécanique qui a progressé de pratiques en théories, « l’informatique est une théorie mise en pratique » [Chazelle, 2013, 23]. On a donc confié des calculs aux machines automatiques, mais comme ces dernières ne connaissent pas les notions de nombre et d’opération, on a mis en place des règles de calcul : les algorithmes. Ceux-ci permettent à la machine de « pousser des symboles » au lieu d’effectuer l’opération mentale de calculer. Ils agissent sans sémiose, sans référence au sens [Berry, 2009, 28]. Les règles de calcul, à défaut d’être comprises ou interprétées par la machine qui ne fait que les exécuter, doivent être écrites en langage de programmation.

15Une des spécificités des algorithmes tient au fait qu’ils se caractérisent par une puissance d’autoréférence, fondée sur l’accès à la récursivité et au point fixe. Cette spécificité syntaxique leur offre la possibilité, tout en étant fini, d’exprimer l’infini [ibid., 37]. En exemple, Bernard Chazelle explique que les algorithmes PageRank du moteur de recherche Google sont des objets finis, mais qui peuvent gérer sans limites le web. Pour conférer des manières de faire, des « comportements » aux calculateurs, différents modèles de calcul ont été pensés : d’abord séquentiels, puis parallèles, afin de partager la puissance de calcul des ordinateurs en réseau. Même dans le cas de ladite « intelligence artificielle », un système peut modifier les règles de calcul mais strictement par exécution des « comportements » évolutifs, programmés en amont, lors du développement.

16Ainsi, les spécificités des technologies numériques préfigurent des médiations qui font appel à :

  • La générativité : un programmeur peut coder un système capable de générer de lui-même des objets multimédias autonomes indépendamment des actions de l’usager.
  • L’interactivité : la programmation permet l’encodage de données via une interface et le décodage de ces dernières par le système.
  • La simulation : toute image, toute musique, tout texte verbal est nécessairement traduit en codes arbitraires, toute modalité d’expression doit prendre le statut de l’information calculée.
  • Une temporalité infinie, plastique, traitée à partir d’un objet fini (l’algorithme).
  • La réticularité ou la mise en réseau(x) des objets matériels, logiciels et des contenus.

17Au niveau sémiotique, ces singularités expriment une manière de préfigurer des expériences d’information et de communication selon une sensibilité numérique particulière, que nous appelons « technesthésie numérique » [Pignier, 2013, 149-152] en empruntant le terme de « technesthésie » à Edmond Couchot [1998, 8]. L’esthésie des technologies numériques a émergé ontologiquement, dans la continuité de la modernité. Ainsi, les sciences des techniques réalisent le rêve de l’homme moderne de tout réduire à de l’être calculable : les gens, les choses, les relations, les textes, les langues. Augustin Berque parle à ce propos « d’absolutisation de l’homme moderne », qui fait fi de la médiation existentielle au profit de la médiation objectale, de l’être bien plus fiable, parce que calculable, mesurable et objectivable [Berque, 2016, 347].

18Comment comprendre les fondements sémiotiques des big data, du quantified self et des objets connectés, des réseaux sociaux sans interroger la force énonciative, à savoir la visée éthique, cette intentionnalité qui se manifeste dans les formes et fonctionnalités de leur design ? L’esthésie ou technesthésie numérique se fonde sur une force énonciative objectivante, de coupure des choses et des êtres avec leur milieu existentiel pour aboutir à une forme d’absolutisme. Les big data, le quantified self, entre autres, sont l’expression progressive de ce sens objectivant, de cette forme d’absolutisme née de la modernité selon Augustin Berque, mais qui franchissent un degré supplémentaire en passant du potentiel à l’actuel, et même au réel, avec le calcul informatique.

19Dans le numéro de la revue Interfaces numériques intitulé Cultiver le numérique ? que nous avons coordonné, nous présentons en introduction les recherches de Bruno Bachimont [2015] en expliquant :

l’épistémologie en jeu dans la science des données se caractérise entre autres par la coupure non seulement avec le réel mais aussi avec la langue, les discours, les œuvres. Ces derniers, réduits à des « expressions formatées » de manière arbitraire pour être collectées, ne valent plus du tout comme systèmes sémiotiques spécifiques, expressions particulières d’un rapport au monde, comme ensembles de signes liés à un processus d’interprétation, ancrés dans des formes de mémoire collective et sociale. Ils ne valent que comme signes manipulables par le calcul, dans une indifférence au processus de sens qui leur était consubstantiel. [Pignier et Robert, 2015, 341]

20Comprendre les forces et formes énonciatives qu’exprime la logique calculatoire informatique, comprendre comment cette dernière préfigure des médiations informationnelles et communicationnelles, signifie saisir la base ontologico-sémiotique numérique coupée de la « base existentielle » des choses, pour reprendre l’expression d’Augustin Berque. Car même si cette base ne détermine pas les autres strates, au sens où elle uniformiserait les forces et formes énonciatives en jeu dans le design des objets matériels, logiciels, et dans le design des usages, elle leur donne une orientation, et cadre les possibles à partir desquels émergent les designs d’objets de médiation.

Comment les designs des objets matériels, logiciels et leurs dispositifs configurent-ils les expériences d’information et de communication ?

21L’éducation aux processus médiatiques en milieu numérique passe par cette interrogation : comment les designs des supports et des dispositifs médiatiques, à savoir les ensembles spécifiques proposant les conditions de la communication interprétées et appropriées par les acteurs sociaux [Jeanneret, 2005, 51], expriment-ils une manière particulière d’être à l’esthésie numérique ? Quelles sont les visées éthiques et sémiotiques de ces designs ?

22Le design des objets matériels, et en particulier logiciels, constitue une seconde strate sémiotique. Il exprime des multiples manières d’être à l’esthésie numérique. L’exemple de la différence éthique entre le design des logiciels libres et celui des logiciels propriétaires est, à ce titre, explicite. Tandis que les premiers parient sur une conception du mieux-être / mieux-vivre individuel et collectif fondée sur l’implication et la participation des citoyens-usagers dans la programmation et l’écriture du code, dans l’attention portée à l’intelligibilité des systèmes « designés », les seconds parient sur l’opacité, la non-intelligibilité du code et de la programmation. Les usagers sont donc, dans le cas des logiciels propriétaires, invités à prendre le rôle de consommateurs, de conso-créateurs à la recherche du plaisir de l’expérience utilisateur, sans pouvoir être designers de leur outil de travail.

23Prenons comme autre exemple le livre numérique comme objet-support de lecture. On a ces dernières années parfois affirmé que les spécificités des technologies numériques non seulement préfiguraient, mais prédéterminaient l’abandon du livre en tant qu’objet-papier en soulignant les potentialités du livre numérique au niveau :

  • des supports formels, comme la structuration hypertextuelle, le mode d’organisation du contenu au sein de l’espace de perception ;
  • du contenu, avec sa possible augmentation multimodale ;
  • du support erghodique ou parcours de travail tels le partage, la duplication, la lecture collaborative ;
  • du support matériel, avec la possibilité de stockage d’un nombre quasi infini d’ouvrages sur un même objet.

24Ces potentialités laissaient envisager, à première vue, des expériences de lecture autosuffisantes.

  • 3 Pour plus de précisions, voir Nicolas Delaforge, Fabien Gandon et Alexandre Monnin, « L’avenir du (...)

25Or, le livre sur support numérique configure toujours une expérience de lecture en prise avec le milieu du calculateur. Le temps passé, le travail d’annotation, le choix des passages et des textes se traduisent en données, en informations calculables pour l’industrie médiatique du livre et son industrie médiatisante. Ainsi, le texte, tout autant que l’usager et l’acte de lire, voient leurs statuts modifiés : ils sont considérés comme des ressources, en permanence reliés à l’ensemble des acteurs du référencement et de l’économie numérique3.

L’écriture et la lecture se mettent au service de l’algorithme, lui-même au service d’acteurs difficilement identifiables par les usagers : les acteurs de l’archivage telles les entreprises du cloud, les moteurs de recherche, les autres usagers ou les médias. L’écriture et la lecture sont ainsi transformées en données au service du « flux » et de l’économie du réseau […]. [Pignier et Mitropoulou, 2014b, 23]

26Le livre papier, quant à lui, permet la coupure avec l’information calculable et calculée. Sa lecture reste un acte indépendant du milieu numérique. Voilà pourquoi les livres numériques ne peuvent, sémiotiquement parlant, se substituer aux livres papier.

27Le milieu numérique influence en profondeur la pratique de lecture et les processus d’écriture. Dans le cas de la presse, les journalistes ne peuvent ou ne doivent plus se contenter de peaufiner l’écriture de leur texte et de leur mise en forme éditoriale. Ils ne doivent plus seulement répondre à leur rédacteur en chef ou appliquer la politique éditoriale du média. Il leur faut aussi, et avant tout, satisfaire à la demande des moteurs de recherche qui imposent les mots-clés du moment, récoltés grâce à l’analyse statistique du parcours des usagers. Cela, afin de générer du trafic et des revenus publicitaires.

  • 4 Ce paragraphe est repris d’une publication antérieure : Pignier et Mitropoulou, 2014b, 21-22.
  • 5 Voir Patrick Saint-Paul, « Google impose son diktat aux éditeurs allemands », Le Figaro, 24 juin 2 (...)
  • 6 « Un web crawler est un programme automatisé (ou un script) qui va scanner (to crawl en anglais) l (...)
  • 7 Geneviève Grimm-Gobat, « De l’influence des moteurs de recherche sur le journalisme », 12 octobre (...)

28Le contenu4 et sa structuration sont soumis au dispositif qui impose, pour un référencement correct, le choix de mots-clés devant être répétés de nombreuses fois dans les titres et dans le corps du texte. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle certains journalistes parlent de « diktat des moteurs de recherche »5. Dans un article du magazine en ligne < largeur.com >, la journaliste Geneviève Grimm-Gobat explique que « les hameçons auxquels mordent les crawlers6 diffèrent donc énormément de ceux qui attirent les lecteurs. Les journalistes en ligne le savent bien, qui n’écrivent plus uniquement pour des êtres humains, mais également pour ces robots du web »7. Elle cite un article du journaliste Steve Lohr [2006] paru dans les colonnes du New York Times :

Pour qu’un article publié en ligne retienne l’attention des crawlers, écrit-il, « il faut que son titre soit truffé de mots-clés basiques qui permettent de ratisser large. Sa syntaxe doit être simple. Le premier paragraphe de l’article, passé lui aussi au crible du programme, doit obéir au même principe ».

29Ce n’est pas la logique calculatoire des technologies numériques qui détermine en soi l’écriture journalistique, c’est la relation des moteurs de recherche, et notamment Google, à la logique calculatoire des technologies numériques – relation avant tout économique, fondée sur une économie du flux et du quantitatif. Des rapports de forces et formes énonciatives s’établissent ainsi, au sein du milieu numérique. Les designs des objets matériels et logiciels configurent des expériences de lecture-écriture. Il revient à l’usager de les figurer, ou alors de les contre-figurer.

30La strate des usages vient réaliser, figurer mais aussi possiblement « contre-figurer », à savoir déformer ou détourner, les manières de faire configurées par le design des objets logiciels et matériels. Bon nombre d’usagers de logiciels libres ne s’impliquent certes pas dans le codage, dans son évolution, et ne cherchent même pas à en comprendre l’intelligibilité. Chaque usager, en tant qu’instance individuelle ou collective, exprime néanmoins des manières de faire plus ou moins spécifiques, qui peuvent aller jusqu’au choix du non-usage ou alors d’un usage inattendu.

  • 8 Voir Alain Beuve-Méry, « La résistible ascension du livre numérique », Le Monde, 23 février 2016. (...)

31Ainsi, la substitution massive, tant proclamée par les géants de l’internet, du livre papier par le livre numérique développé sur liseuses, tablettes, smartphones ou ordinateurs, n’a eu lieu ni en France, ni en Europe, ni ailleurs, y compris aux États-Unis. Plusieurs maisons d’édition pure players, centrées sur l’édition de livres numériques, ont été contraintes à fermer boutique, et la vente de livres papier augmente globalement8.

32Le design d’usage comprend alors bien le design de non-usage ; chaque usager, bien que maillé au sein d’un dispositif, peut envisager une activité culturelle selon son dessein pratique, éthique, mais aussi selon une sensibilité culturelle collective – une esthésie – et individuelle – une esthèsis. Le dessein esthésique exprime une manière d’être au monde [Pignier, 2017, 19-20]. La coupure des livres numériques avec des supports matériels fixes, stables, supports de mémoire et supports d’expérience tactilo-kinesthésique, peut être ressentie comme frustrante pour les usagers en quête d’un milieu propice à la déconnexion, à l’indépendance de l’action et de l’attention non transformables en informations calculables, et mener au non-usage radical.

  • 9 Papanek, 1974, 31 (“All men are designers. All that we do, almost all the time, is design, for des (...)

33En ce sens, l’usage et le non-usage relèvent donc bien du design. Comme précisé dans Le design et le vivant. Cultures, agricultures et milieux paysagers [Pignier, 2017, 12-13], nous sommes en accord avec Victor Papanek qui, dans les années 1970-1980, déclarait ainsi : « Les hommes sont tous des designers. La plupart de nos actes se rattachent au design, qui est à la source de toute activité humaine. »9 Dans cette perspective élargie, le design s’entend en effet comme un projet d’action intentionnel, qui pose la question du sens et qui concerne tout un chacun, bien au-delà d’un cloisonnement professionnel :

La préparation et le modelage de toute action en vue d’une fin désirée et prévisible : tel est le processus de design. Toute tentative pour le rendre indépendant [faire du design un métier spécifique], pour en faire une chose-en-soi va à l’encontre de sa valeur intrinsèque de première matrice fondamentale de la vie […] [id., 1974, 31].

Conclusion

34L’éducation aux médias en milieu numérique nécessite d’interroger les processus interrelationnels entre les strates (tab. 1) :

  • de la logique numérique relevant d’une ontologie objectivante, exprimée par le calcul informatique ;
  • des logiques propres aux designs des objets matériels et logiciels, médiateurs de l’information et de la communication – ces derniers exprimant une relation particulière à l’esthésie numérique ;
  • des logiques propres aux designs d’usages, qui expriment une relation particulière aux strates précédentes.

Tableau 1 : Les différentes strates de sens des technologies à l’usage

Tableau 1 : Les différentes strates de sens des technologies à l’usage

35Nous proposons d’envisager le design numérique comme une dynamique interrelationnelle entre différentes strates qui ne constituent ni des niveaux chronologiquement ordonnés, ni des relations causales déterministes. Elles sont sémiotiques dans la mesure où elles forment des rapports réversibles entre plans de l’expression et plan du contenu : elles forment des sémioses réversibles. En effet, chaque strate exprime une certaine perception des autres et réciproquement, mais aussi génère l’émergence d’usages, d’évolutions technologiques, de nouveaux objets, de façon non déterministe et du moins partiellement imprévisible.

36La relative contre-figuration du livre numérique et des terminaux de lecture ad hoc, en usage et non-usage, par exemple, a laissé émerger des améliorations du design permettant de faire de l’impression à la demande, avec des machines moins encombrantes, plus performantes en termes de vitesse et de qualité. Ces techniques permettent en outre de se procurer des livres épuisés, et de choisir entre plusieurs formats d’impression. Les tensions sémiotiques entre les strates et à l’intérieur des strates constituent ainsi le processus de design en tant que sémiose réversible, qui relève non pas tant d’un système clos et causal où chaque strate s’emboîterait dans l’autre dans un rouage parfait, mais d’une dynamique où chaque design technologique, d’objet logiciel, matériel, d’usage, se tisse l’un en tension par rapport à l’autre, et avec l’autre.

37Chaque geste de design, à chaque strate, se tisse dans une sorte de polyphonie, par un jeu d’énonciations et de co-énonciations à l’intérieur de la strate, et avec les autres. L’énonciation est alors, comme nous l’a appris Greimas [Greimas et Courtés, 1993, 127], le plan de manifestation, d’expression d’un discours, ce qui lui permet d’être perçu par d’autres ; mais elle est plus que cela, encore. Le plan d’expression fait émerger, de façon pas forcément prédictible, d’autres productions discursives qui prennent corps dans l’acte de design. Se mettent en place de nouvelles spécificités numériques qui viennent en tension plus ou moins continue et discontinue avec les autres ; sont conçus d’autres objets matériels, logiciels, plus ou moins en rupture, en complémentarité, ou en contraste avec des objets déjà existants. De nouveaux usages ou contre-usages émergent qui, ici encore, expriment quelque chose des usages et des non-usages, en cours et passés, pour générer d’autres énonciations incorporées.

38Ainsi, la dynamique de préfiguration, configuration, figuration / contre-figuration se veut-elle aussi réversible ; les designs d’usages, en tant qu’énonciations et co-énonciations, préfigurent les évolutions des autres strates.

Notes

1 L’énonciation ne va pas à sens unique, elle n’est pas l’expression de la pensée de ceux qui, énonçant, s’adresseraient à un destinataire passif. L’usager d’une « page-écran » est impliqué mentalement et physiquement, il interagit avec l’interface et le texte, il convoque lui aussi ses pratiques et sa culture. En suivant le linguiste Antoine Culioli, nous affirmons que l’usager d’une « page-écran » est un co-énonciateur, voire comme nous l’avons proposé par ailleurs un co-énonciacteur [Pignier, 2008, 45].

2 Nous reprenons ici la définition que Jean-Michel Besnier propose de l’éthique [2009, 28].

3 Pour plus de précisions, voir Nicolas Delaforge, Fabien Gandon et Alexandre Monnin, « L’avenir du web au prisme de la ressource », in Calderan Lisette et al. (dir.), Le document numérique à l’heure du web de données, Paris, ADBS, 2012, p. 229-252. [En ligne] < hal-00739526v2 >.

4 Ce paragraphe est repris d’une publication antérieure : Pignier et Mitropoulou, 2014b, 21-22.

5 Voir Patrick Saint-Paul, « Google impose son diktat aux éditeurs allemands », Le Figaro, 24 juin 2013. [En ligne] < http://www.lefigaro.fr/medias/2013/06/24/20004-20130624ARTFIG00538-google-impose-son-diktat-aux-editeurs-allemands.php >.

6 « Un web crawler est un programme automatisé (ou un script) qui va scanner (to crawl en anglais) l’ensemble des pages Internet dans le but de créer un index de données le plus exhaustif possible. On entend parfois parler de web spider, web robot, crawler ou encore automatic indexer pour désigner ces web crawlers. Les moteurs de recherche ont recours aux web crawlers pour déterminer ce qui est disponible sur les pages web. À l’origine, les web crawlers étaient utilisés pour collecter des données permettant à l’internaute qui entrait un terme dans un moteur de recherche d’être directement redirigé vers des sites web de grande qualité ». Définition donnée par l’agence de référencement Referencium. [En ligne] < http://www.referencium.com/glossaire/ >.

7 Geneviève Grimm-Gobat, « De l’influence des moteurs de recherche sur le journalisme », 12 octobre 2006. [En ligne] < https://largeur.com/?p=2190 >.

8 Voir Alain Beuve-Méry, « La résistible ascension du livre numérique », Le Monde, 23 février 2016. [En ligne] < http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/02/23/la-resistible-ascension-du-livre-numerique_4870255_3234.html >.

9 Papanek, 1974, 31 (“All men are designers. All that we do, almost all the time, is design, for design is basic to all human activity” ; id., 1985, 3).

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Les différentes strates de sens des technologies à l’usage
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11247/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 786k

Auteur

Professeure des universités en sémiotique, Faculté des lettres et des sciences humaines, université de Limoges

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search