Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'édition indépendante critique

 | 
Sophie Noël

Partie IV. Profil et engagement des éditeurs critiques

Chapitre 2. Militantisme et engagement intellectuel

Texte intégral

DU MILITANTISME À L’ÉDITION CRITIQUE

L’engagement politique, une propriété centrale

1L’expérience militante au sein de divers mouvements et partis politiques de gauche et d’extrême gauche (Tableau 6, infra) est une caractéristique centrale du profil des éditeurs critiques. Une majorité d’entre eux ont eu, avant la création de leur maison d’édition, un engagement politique : du trotskisme au communisme orthodoxe ou critique (dans ses multiples nuances : conseillisme, autonomie…), passant par exemple de la LCR ou du PC au PSU. Les plus âgés, qui ont eu 20 ans en 1968, ont été le plus souvent très politisés dans leur jeunesse, certains ayant vécu plusieurs années dans la marginalité – les squats, la drogue et la délinquance.

Tableau 6 : Engagement militant passé des éditeurs (base : 33)

Formes d’engagement

Nombre d’éditeurs

Marxisme critique et anarchisme

6

LCR

3

PCF

5

PSU

2

PS

1

Mouvement antifasciste

1

CAL (Comités d’action lycéens)

1

Total engagement politique

17*

Ligue des droits de l’homme

1

JEC (Jeunesse étudiante chrétienne)

1

Humanitaire et associatif (non cumulé à un investissement politique)

2

Total engagement non politique

4

Absence de militantisme ou d’engagement extrapolitique

10

Absence de données

2

*Deux éditeurs ayant eu un engagement politique cumulent deux formes d’engagement.

  • 1 À l’instar d’Éric Hazan, qui cumule les capitaux scolaires, sociaux et militants.

2En dépit de l’hétérogénéité des courants politiques représentés, qui regroupent des mouvances aussi éloignées que la Fédération anarchiste et le parti communiste, il apparaît clairement que l’engagement politique ou parapolitique est une propriété qui s’oppose fortement à l’absence d’engagement. Les non-militants, c’est-à-dire les éditeurs n’ayant jamais appartenu à un mouvement ou une association de caractère politique, de près ou de loin, représentent environ un tiers de l’échantillon. Sans surprise, leurs maisons d’édition tendent à être situées parmi les moins politisées. En dépit de la faiblesse des effectifs concernés, on peut observer une corrélation entre l’absence d’engagement politique et deux variables : l’origine sociale et le niveau scolaire. Les éditeurs déclarant n’avoir jamais eu d’engagement politique sont généralement issus de milieux aisés et disposent d’un capital scolaire élevé (Bac +5 pour la majorité) alors que ces variables sont plus dispersées pour les éditeurs revendiquant un engagement militant. À quelques exceptions près1, le militantisme constitue un capital scolaire de substitution : tous les éditeurs qui se sont arrêtés juste avant ou après le bac, quel que soit leur milieu d’origine, ont développé une activité militante. Ainsi ce fils de professeur né en 1958, qui a arrêté ses études en fin de classe de troisième, une fois passé par plusieurs établissements prestigieux de Paris :

« J’ai arrêté mes études en troisième. Mes quatre premières années d’études, je les ai faites dans le xvie arrondissement : Jean-Baptiste Say, Claude Bernard, Janson de Sailly. J’avais un peu trop intégré cette mentalité-là, j’étais un peu trop un agitateur, je m’en foutais. J’étais persuadé que le monde allait changer et donc que ça ne servait à rien de faire des études pour avoir une place dans un monde qui allait disparaître. J’étais très jeune et très naïf. »

Au carrefour de l’édition confessionnelle et politique

3L’engagement religieux est une modalité spécifique d’investissement politique peu représentée dans la population étudiée. En effet, si plusieurs maisons d’édition d’origine confessionnelle jouent encore un rôle dans le secteur des sciences humaines, à l’exemple des éditions Bayard ou du Cerf, elles ne se caractérisent pas par un positionnement alliant identité politique et religieuse. Or il est intéressant de se demander à quelles conditions l’appartenance religieuse peut être mobilisée politiquement, et quels peuvent être les usages politiques du registre religieux aujourd’hui. Golias, maison d’édition de la région lyonnaise née dans le sillage de la revue éponyme, représente sous cet aspect un exemple singulier. Cet éditeur a en effet exploré un territoire inhabituel dans le champ éditorial français en développant une production aux frontières du confessionnel et du politique, dans le but de mener « un combat éthique et politique ». C’est une maison d’édition catholique forte d’un catalogue d’une centaine de titres qui se présente comme « l’empêcheur de croire en rond » et s’est fixé pour objectif d’être « le caillou dans la sandale de l’Église ». Sur le site Internet de l’éditeur, il est rappelé que le Golias était :

  • 2 Site des éditions Golias : <www.golias.fr> (21 juin 2011).

« Un évêque légendaire du Moyen Âge, dont se réclamaient de fidèles disciples appelés goliards. Clercs ou laïcs en rupture de ban, ils parcouraient le monde en exerçant le métier de saltimbanque […]. Ils préféraient la grand-route et le vent du large aux senteurs des sacristies. »2

4Une phrase de Belibaste est citée en exergue du catalogue : « Notre route n’est pas celle des puissants, des rois et des évêques. Aucun d’eux ne connaîtra la saveur partagée d’un oignon au bord du chemin ». Cette évocation des ordres mendiants qui ont, tout au long de l’histoire de l’Église, rappelé l’institution à ses devoirs lorsqu’ils considéraient qu’elle s’éloignait trop du message du Christ, n’est pas anodine. Elle symbolise le rôle de contre-pouvoir, de rappel à l’ordre au nom de la vérité, de la justice et des humbles, que souhaite incarner Golias. Sa production se répartit entre le domaine religieux (60 % de sa production) et les essais et documents d’investigation sociétale (40 %), avec des tirages compris entre 1 500 et 2 000 exemplaires pour une douzaine de titres par an. Le catalogue inclut aussi bien des collections théologiques (« L’aventure chrétienne ») que des dossiers d’investigation sur des questions de société et d’actualité (questions environnementales, critique de la mondialisation, enquête sur les sectes…). Paul Ariès, professeur de sciences politiques et collaborateur de la revue La décroissance, dirige par exemple la collection « Antimondialisation », qui aborde des thématiques telles que le harcèlement au travail, la scientologie, ou la critique de la publicité.

5L’originalité de Golias repose sur un important travail d’investigation journalistique – la revue, bimestrielle, aimant à se présenter comme « Le Canard enchaîné de l’Église ». La maison a ainsi publié des enquêtes sur le génocide rwandais et sur les milieux catholiques intégristes, qui ont débuté par une publication dans le magazine, avant de se prolonger sous forme de livres. Le responsable de la structure a écrit et publié plusieurs enquêtes, dont Opus Dei, enquête au cœur d’un pouvoir occulte (2006) et Le retour des intégristes. Les réseaux du Tradiland (2007). Les relations de Golias avec l’institution ecclésiastique sont par conséquent conflictuelles. L’épiscopat a intenté un procès à l’éditeur suite à la publication du Trombinoscope des évêques tandis que les chaînes de librairies religieuses comme Siloë et La Procure boycottent (selon le responsable) ses publications. Mais la spécificité de l’entreprise ne peut être comprise sans prendre en compte l’itinéraire de son fondateur.

6Le créateur et directeur de Golias est un homme volubile d’une cinquantaine d’années, chaleureux et passionné, qui utilise un langage volontiers argotique. On comprend qu’il plaise aux médias, tant il détonne par rapport à l’image traditionnellement compassée du catholique pratiquant. Il se présente comme un homme de conviction, qui se laisse guider par un sens de la justice et de la vérité inébranlable, quelles qu’en soient les conséquences. Son rejet des hommes d’appareil, son indignation face à la « raison d’Église » en témoignent. Il y a chez lui une jouissance enfantine à débusquer les vérités honteuses, à enquêter sur le terrain, qui trahit l’homme de presse amateur de « coups » et de révélations fracassantes plus qu’un éditeur à la recherche de distinction intellectuelle. Les ouvrages publiés sont plutôt mal faits au regard des critères du secteur, qui tend à valoriser la qualité du graphisme et des textes. Quant aux auteurs, ils sont pour la plupart inconnus. Car l’essentiel n’est, à l’évidence, pas là.

7Christian Terras est né en 1951 dans une famille catholique de classe moyenne de province qu’il présente comme « assez ouverte » : « Ma mère faisait le cathé, mon père était au conseil paroissial ». Membre des Jeunesses étudiantes chrétiennes, il suit des études de droit jusqu’à la maîtrise et enseigne les sciences économiques au lycée pendant quelques années avant de devenir conseiller d’éducation. Le questionnement religieux est chez lui une inquiétude existentielle qui le pousse à multiplier les activités d’exégèse, à la fois sur le plan personnel et collectif. Il considère la formation des laïcs comme un point essentiel, qui s’apparente à une entreprise de conquête citoyenne face à l’Église, de contre-pouvoir critique, comme il en existe dans la société civile :

« Golias est né d’un parti pris. Moi je trouvais que les cathos de gauche – dont je fais partie quelque part, dans ma manière de me positionner en tant que catholique, en tant que chrétien par rapport à la vision du monde – fonctionnaient beaucoup sur le registre de la transformation sociale du monde, économique, politique, avec des engagements tout à fait pertinents, louables dans les partis, les associations, les syndicats, ONG, humanitaire, etc., mais au détriment des analyses critiques par rapport à la production idéologique des discours de l’Église. »

8Confronté à ses propres limites en matière de théologie, il entreprend une formation de niveau licence, en cours du soir, à l’université catholique de Lyon. Rapidement, le désir de faire « bouger » l’Église en renouant avec une tradition d’investigation critique et d’indignation morale incarnée par de grandes figures intellectuelles catholiques comme Bloy, Bernanos et Mauriac, s’impose. C’est dans cet esprit qu’il crée la revue Golias en 1984, en optant pour une position à la fois en dedans/en dehors de l’institution assez inconfortable. Se placer sur le terrain de l’enquête, de l’investigation – opposée à la « critique conceptuelle », jugée moins efficace – est le moyen d’accéder à une vérité qui doit sans cesse être conquise de haute lutte (« dénuder les rouages »). D’où un style généralement virulent dans la dénonciation, qui lui vaut procès et inimitiés, et une image cultivée d’hérétique dans l’Église. Cet engagement est caractéristique de celui des catholiques de gauche en faveur des « causes morales », souvent lié à un malaise à l’égard de l’institution religieuse, dont ils ne peuvent pour autant envisager de se détacher totalement. D’où une profonde ambivalence qui rappelle la position des nombreux mouvements contestataires de la société civile vis-à-vis de l’État, à la fois interlocuteur et adversaire. C’est cette idée « d’obéir à Dieu plutôt qu’à l’Église », de retrouver le « vrai » message du Christ, libéré de l’institution. Soit la posture du prophète contre le corps des prêtres, de l’hérétique dans le giron de l’Église :

« Mais en même temps, je parle de l’intérieur. Je ne suis pas que Le Canard enchaîné de l’Église. Je suis de l’intérieur. Je me reconnais quand même dans cette institution même si elle m’emmerde, même si elle me fait chier. Je le fais aussi en tant que chrétien. »

Une conversion progressive

  • 3 Frédérique Matonti et Franck Poupeau définissent le capital militant comme les techniques et dispos (...)
  • 4 Maxime Szczepanski-Huillery, « Mouvements écologistes et revues intellectuelles », in Éric Agrikoli (...)
  • 5 Sylvie Tissot, Christophe Gaubert, Marie-Hélène Lechien (dir.), Reconversions militantes, Limoges, (...)
  • 6 Pierre Bourdieu, « La représentation politique », in Langage et pouvoir symbolique, Paris, Fayard, (...)

9D’une manière générale, l’investissement dans l’édition critique peut être interprété comme une modalité de reconversion du capital militant3 d’autant plus « naturelle » que cette dernière renvoie traditionnellement à la figure de l’intellectuel et de l’engagement4. Par reconversion, nous entendons le processus à la fois idéologique et professionnel qui conduit à un déplacement dans l’espace social, à une transformation des ressources spécifiques ainsi qu’à une recomposition identitaire5. Pierre Bourdieu souligne que l’habitus politique passe par l’apprentissage d’un « corpus de savoirs spécifiques (théories, problématiques, concepts, tradition historique, données économiques, etc.) » et de « capacités plus générales telles que la maîtrise d’un certain langage et d’une certaine rhétorique politique […] »6. Ces capacités et savoirs trouvent aisément à se redéployer dans l’univers de l’édition critique, où une bonne connaissance des concepts ainsi que la maîtrise d’une rhétorique politique constituent des atouts valorisés pour développer un programme éditorial politiquement engagé, dialoguer avec les auteurs, s’exprimer publiquement, etc.

  • 7 Un phénomène semblable observable dans le monde des musiques improvisées et dans la mouvance du cin (...)
  • 8 Ce qui est le cas des gauchistes reconvertis dans le néopolar. Lire Annie Collovald, Éric Neveu, «  (...)
  • 9 Sylvie Tissot et al., op. cit., p. 15.

10L’investissement dans une maison d’édition à l’identité politique affirmée agit de ce fait assez naturellement comme un substitut, ou tout au moins comme un prolongement relativement évident de l’engagement politique. Les formes d’action et de savoir requis sont en effet suffisamment proches pour rendre le passage d’un univers à l’autre peu coûteux en termes d’ajustement7. Une telle reconversion offre une continuité biographique permettant de ne pas renoncer à ses idéaux ni de faire le deuil de ses croyances passées, de valoriser les savoirs acquis et les réseaux de connaissance développés, tout en se réorientant professionnellement8. C’est à ce titre une solution plutôt heureuse à la contradiction entre l’exigence de changement et l’obligation de fidélité à soi-même caractérisant les reconversions militantes, lesquelles obéissent toujours à des faisceaux de détermination complexes9.

11À partir de ce canevas général, les itinéraires des éditeurs sont diversifiés, les variables de l’âge, du milieu social et du capital scolaire entraînant à l’évidence de fortes divergences. Il nous semble important de souligner tout d’abord le processus qui permet de passer d’un engagement politique dans une structure militante donnée à un engagement de forme plus intellectuelle, médiatisé par une maison d’édition, et donc par des textes et des auteurs mis à la disposition du public. Un éditeur parisien né en 1975 dans un milieu intermédiaire (père agent de la RATP, mère infirmière), diplômé d’une école d’ingénieur est, comme beaucoup d’autres, venu à l’édition par l’expérience militante. Il évoque un itinéraire progressif, où les textes sont d’abord lus dans un objectif de formation, puis mis en forme, et enfin édités et publiés :

« […] au départ il y a le militantisme, mon parcours c’est plus ça : je suis arrivé à l’édition et au graphisme par le militantisme. Moi, j’étais militant de terrain, vraiment très engagé, je ne faisais que ça. Après, tu lis, tu découvres pas mal d’auteurs, au départ tu lis surtout des auteurs militants, après plus de sciences humaines, de la littérature. Après tu maquettes des tracts, des trucs, et je me suis occupé de la maison d’édition. »

« Nous on fait des livres, pas de brochures »

12Les différentes étapes du passage d'une position militante à une position éditoriale engagée sont encore plus clairement illustrées par un éditeur né en 1949, issu d’un milieu ouvrier. Développer une identité d’éditeur engagé en lien étroit avec le monde social a été pour lui le moyen de faire fructifier un fort investissement militant de jeunesse dans les mouvances trotskistes, puis au PSU. Mobilisant les différentes ressources accumulées dans cet univers – en particulier ses réseaux sociaux (amitiés, connaissances) – il est parvenu à les adapter aux règles implicites du champ éditorial, sans pour autant les renier. En activité depuis la fin des années 1980, sa maison d’édition fournit un exemple abouti de conversion progressive des ressources militantes en ressources éditoriales, ainsi que des passerelles complexes qui s’instaurent entre ces différents registres.

« […] nous, on veut faire une plateforme sur laquelle tous ces gens et tous ces groupes peuvent être édités, à condition que ce soient des textes de qualité. On n’édite pas n’importe quoi. On n’édite pas pour éditer, il faut que ça nous plaise, que ça nous paraisse contribuer au renouveau de la pensée marxiste, et puis il faut que ce soit un vrai travail. C’est là qu’on s’est vraiment définis comme éditeurs, et non comme imprimeurs. On travaille toujours tous les textes, on édite au sens anglo-saxon du terme : on lit, on réécrit, on demande des réécritures, des compléments, des suppressions. On refuse beaucoup.
Par exemple, en 1992, il faudra vérifier la date, s’est constitué le mouvement AC ! Chômage et ils nous ont demandé d’éditer un livre pour lancer le mouvement et le financer. C’était une idée assez saugrenue, mais on y est arrivés. Ils ont rédigé un livre collectif, avec une table ronde, des chercheurs, des sociologues qui donnaient leur point de vue sur le chômage, sur la manière de le résoudre. On en a vendu beaucoup, et eux énormément, ça leur a servi à financer le mouvement, mais aussi ça leur a servi de carte d’identité. Nous, on avait beaucoup insisté, un livre c’est un livre, ce n’est pas un autocollant, ce n’est pas un journal, ce n’est pas une brochure, et ça donne un statut. […]
Avec la Fédération générale des transports de la CFDT […] on a fait un colloque sur les transports en service public. Et c’est là qu’on n’est pas L’Harmattan, ça a été un travail considérable. Parce que leur esprit c’était : voilà, on a fait un colloque, décryptez les bandes, et puis voilà. Le fond était vachement intéressant, mais alors la forme… [rires]. On leur a dit non, ce n’est pas possible, ce n’est pas un livre. Alors, c’est marrant, parce qu’ils appelaient ça une brochure, et nous on leur disait : nous on fait des livres, pas des brochures. Je voyais bien dans leur regard, il y en a un que je connaissais depuis les années 70, il se disait : ça c’est vraiment sa lubie, le livre, la brochure, il nous casse les pieds… On a mis tout ça en forme, avec je ne sais pas combien de séances de travail, et on a abouti à un résultat, pas mirobolant, mais ce n’était plus une brochure mal foutue mais un livre plutôt bien fait, dont on voyait la cohérence. Et ils ont prononcé le mot, “le livre est très bien”. J’ai le triomphe modeste mais j’ai perçu que ce qu’on voulait faire, ça marchait. »

13Cet extrait d'entretien met en exergue l’affirmation d’une valeur ajoutée spécifique qui s’exprime par un travail de longue haleine sur les textes. C’est cet investissement, et surtout le tri opéré (« On refuse beaucoup ») qui permettent au principal animateur de la structure de se définir comme « vrai » éditeur (« On n’est pas L’Harmattan »). Tout le propos est structuré autour de la double opposition entre les termes brochure/livre et imprimeur/éditeur. L’insistance sur la valeur supérieure du livre (qui « donne un statut ») par rapport à un journal, un tract, une brochure (voire un autocollant, sans doute le support le plus dérisoire que l’on puisse opposer au livre), termes connotés négativement renvoyant à l’univers de l’amateurisme sympathique, est de ce point de vue centrale. Il se projette de cette façon comme éditeur professionnel, animé par des impératifs spécifiques, et non plus comme simple profane ou militant, au service d’une cause politique. Il oppose aux valeurs ayant cours dans l’univers du militantisme qu’il connaît bien (rapidité d’exécution, efficacité, le fond l’emportant sur la forme) celles de l’éditeur qu’il est devenu (souci de la qualité des textes, de leur cohérence et de leur mise en forme). Ses croyances militantes – qu’il n’a pas abandonnées – se voient enrichies, et sur certains aspects subordonnées à un savoir-faire professionnel, les deux se nourrissant selon une dynamique opposant en quelque sorte la forme et le fond. Relatées sur un ton amusé, les anecdotes de confrontation avec les attentes des milieux syndicaux et associatifs sont révélatrices d’une position intermédiaire, due à un double capital, faisant efficacement le lien entre univers militant (les commanditaires de AC !, de la CFDT…) et univers intellectuel (les universitaires avec lesquels la maison d'édition collabore).

DISQUALIFICATION DU MILITANTISME TRADITIONNEL

Un investissement diffus

  • 10 Sur le caractère « nouveau » de ces modèles d’engagement, lire Isabelle Sommier, Le renouveau des m (...)

14Le glissement du militantisme traditionnel à une forme intellectualisée d’engagement qu’est l’édition s’opère, il faut le rappeler, dans un contexte général de repli des mouvements d’extrême gauche depuis les années 1970 et de profonde transformation du capitalisme, renforcée par l’arrivée au pouvoir de la gauche en 1981 et la chute du mur de Berlin en 1989. Ce contexte va favoriser l’émergence de « nouvelles minorités actives » prônant des modèles d’engagement « novateurs »10. À rebours de ce qui était la règle dans les années 1960-1970, le capital politique va chercher à se convertir en capital intellectuel.

  • 11 Boris Gobille, « Les mobilisations de l’avant-garde littéraire française en mai 1968 », Actes de la(...)
  • 12 Isabelle Sommier définit les « nouveaux mouvements sociaux » comme désignant « l’ensemble des mobil (...)

15Cela est vrai pour les générations ayant connu leurs premières expériences dans le sillage de 1968 – moment de forte volatilité du capital politique et de recomposition de la donne politique11 – qui se sont trouvées confrontées au reflux idéologique et à la disqualification du militantisme traditionnel. Mais cela l’est tout autant pour les éditeurs nés dans les années 1970, lesquels ont fait leurs premiers pas dans l’univers militant lorsqu’ils étaient étudiants de façon moins politisée, le plus souvent dans les « nouveaux mouvements sociaux »12 – Mouvement des sans-papiers, ATTAC, Act Up, diverses associations anti-FN… – reflétant le désenchantement de l’époque par rapport aux « grands récits » politiques qui avaient mobilisé leurs aînés. Si certains déclarent avoir été proches d’un parti ou d’un mouvement politique comme le parti communiste ou la LCR, il s’agit rarement d’un engagement concret, et plus d’une affinité d’idées à un moment de leur itinéraire, le plus souvent de courte durée. Ainsi ce jeune salarié d’une maison d’édition parisienne issu de la bourgeoisie :

« Moi je me suis toujours senti engagé, proche des mouvements militants, de la gauche radicale et libertaire. Mais j’ai du mal à m’inscrire dans des logiques collectives militantes. Je préfère rester à la périphérie, loin des petits maîtres à penser. J’aime me sentir totalement libre de tout. […] Je me suis senti proche d’associations comme Survie, Le réseau Voltaire, mais je n’ai jamais adhéré. Je n’ai fait partie d’aucun parti ni mouvement de jeunesse, à part le club de foot de mon enfance. »

16Ou cet éditeur (père enseignant, mère responsable dans le secteur social), né en 1972, qui relate ses premières expériences politiques :

« Il y a un truc qui m’ennuyait profondément à 20 ans, c’étaient les espaces clos en politique, et je me retrouvais avec des gens qui… j’étais vraiment le plus jeune de loin de la bande, la moyenne d’âge était plutôt 45/50 ans, des gens qui avaient des passés politiques assez forts et qui répétaient des schèmes politiques qui étaient complètement sclérosants. Pour moi, la politique doit toujours être fenêtres ouvertes, au grand vent, et puis tout pour la rencontre de l’autre, des discours, de la création […]. »

  • 13 Luc Boltanski, Ève Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999 (coll. NRF Es (...)
  • 14 Claude Poliak illustre bien ces thèmes dans son analyse des militants d’ATTAC : Claude Poliak, « AT (...)

17Les schèmes de disqualification des formes traditionnelles de l’engagement syndical et partisan, particulièrement en vigueur dans les mouvances de l’altermondialisme, affleurent dans ces deux extraits d’entretiens : la préférence affirmée pour des modalités d’organisation « souples », « ouvertes » (vs hiérarchiques), moins pesantes et moins centralisées, « créatives » (vs dogmatiques), en conformité avec les utopies autogestionnaires et le modèle organisationnel issu des mouvements contestataires des années 1970, mais aussi avec les discours du nouveau management apparu dans les années 198013 ; l’affirmation de la primauté de l’individu, de la dimension irréductiblement personnelle, et donc mouvante, de l’engagement, auquel est lié le refus du collectif, de la contrainte d’un appareil politique traditionnel supposé sclérosant14. La métaphore de la « fenêtre ouverte » et du « grand vent » est à cet égard très parlante, qui vient s’opposer implicitement à une atmosphère confinée, comme une pièce qui aurait besoin d’être aérée.

  • 15 Boris Gobille, « Les mobilisations de l’avant-garde… », art. cit., p. 35.

18On observe ainsi une évolution des modalités d’investissement militant, qui sont passées d’un registre politique conventionnel au sein de diverses mouvances de gauche pour les personnes nées dans les années d’après-guerre à un registre plus diffus, majoritairement associatif, humanitaire et social pour les générations suivantes. La dimension politique n’apparaît plus qu’en filigrane et se veut une réaction aux modèles d’engagement traditionnels fortement démonétisés à la « bourse des valeurs de la radicalité »15. Ce glissement est cohérent avec le contexte de réorientation militante de l’après 68 et la montée des « causes nouvelles » comme l’écologie, l’immigration ou le logement, qui se verront réaffirmées dans les années 1990.

  • 16 Seul un éditeur né dans les années 1950 a maintenu un engagement politique traditionnel – il est co (...)

19Si l’on isole les éditeurs les plus jeunes de l’échantillon (les moins de 40 ans au moment de la création de leur maison d’édition) qui se déclarent « engagés », on constate qu’aucun ne cite un engagement politique traditionnel qui soit exclusif, et qui ne s’accompagne pas d’un investissement parallèle auprès de structures militantes de type associatif, ou d’ONG humanitaires, souvent relativement volatils. L’engagement politique traditionnel vient donc, lorsqu’il existe, en complément d’autres formes d’investissement politique ou social, et ne présente plus de caractère exclusif. Cette relative dépolitisation se vérifie aussi chez les plus âgés, qui ont connu une évolution biographique en accord avec leur temps16. Plusieurs d’entre eux sont passés d’un engagement actif au PC ou à la LCR à des formes de militantisme que l’on peut qualifier de « morales », à l’instar des mouvements de défense des chômeurs ou de lutte contre le Front national, tout en réinvestissant en parallèle leur intérêt pour la politique dans l’activité éditoriale. Revenons à l’itinéraire du principal fondateur de Syllepse, qui fournit un bon exemple de l’évolution militante de cette génération (il est né en 1949) et des recompositions partisanes qui la caractérisent :

« [J’ai milité] très peu avant 68, j’ai basculé à ce moment-là. J’ai adhéré en 1970 à l’Alliance marxiste révolutionnaire, le courant de Michel Pablo au sein du trotskisme, un courant qui accordait une attention particulière à l’autogestion. En 1975, on est entrés au PSU, et on a abandonné la référence au trotskisme. Ça a été une rupture forte. J’y ai milité beaucoup. J’ai aussi participé au Mouvement des soldats, les comités à vocation syndicale. On a constitué près de cent groupes clandestins dans toute la France pendant mon service militaire. Quand je suis sorti de prison, je me suis retrouvé hors du PSU […]. J’ai aussi été membre de la LCR.
Vous êtes toujours militant ?
J’ai arrêté il y a dix ans, pour diverses raisons. J’ai fait le choix d’activités politiques autres. [La maison d’édition] m’a beaucoup absorbé. J’ai considéré que je ne pouvais pas en faire plus, que c’était une perte de temps. L’âge venant, on se sent un peu décalé. Je suis passé du stade du jeune militant à celui de vieux schnock… je me sentais décalé… en plus de quelques divergences fortes. Il faut dire aussi que j’ai été très actif contre le FN avec d’autres copains, au sein de Ras l’front. »

Les formes légitimes de l’engagement

20Le rejet de l’engagement politique traditionnel s’exprime par une volonté répétée de ne pas être assimilé aux éditeurs militants, dont le marquage idéologique est perçu comme disqualifiant, notamment du point de vue intellectuel. C’est l’une des caractéristiques principales du discours, décliné sous de multiples formes, de la grande majorité des éditeurs critiques. Par éditeur militant, il est généralement entendu « lié à un parti » – cas de figure qui n’a plus vraiment lieu d’être aujourd’hui, et qui relève donc, en grande partie, du fantasme – mais aussi, par extension, éditeur à la production dogmatique, sectaire, sans recul ni ouverture, soumis à une « ligne ». Les anciennes maisons d’édition du parti communiste sont de ce fait disqualifiées, et très rarement citées en exemple, au contraire de Maspero, qui incarne cet équilibre fragile entre qualité intellectuelle et engagement politique, le versant le plus dogmatique de son catalogue étant généralement gommé. Une illustration de la mise à distance de l’engagement militant au profit de formes plus nobles, relevant du débat d’idées, est fournie par l’un des responsables des éditions Agone, qui assigne à la maison d’édition un rôle de production d’analyses et d’éléments théoriques (« On n’est pas des producteurs de propagande ») susceptibles d’être utilisés par le monde social. La division du travail entre production d’outils intellectuels et lutte sociale est ainsi réaffirmée, en s’appuyant sur l’exemple des écrits de Jean-Marc Rouillan, ancien militant d’Action directe :

  • 17 « Pourquoi les éditions Agone publient Jean-Marc Rouillan », 23 février 2012. Entretien avec Thierr (...)

« C’est ce qu’on appelle un savoir engagé au niveau des débats d’idées politiques, sociaux, qui a sa place dans la lutte sociale, mais au niveau des débats d’idées. Ça n’a jamais été converti de manière directe dans le monde militant, faut pas fantasmer ça quand même. Après, de fait, dans le travail qu’on a fait, on a fait émerger des textes militants, voire politiques ou un peu plus que ça. Quand on publie Jean-Marc Rouillan par exemple, il faut bien avouer qu’on publie le dernier théoricien en pratique de la lutte armée. Mais on ne diffuse pas des textes de propagande de Rouillan de la lutte armée, ce n’est pas ça. On diffuse ses analyses politiques, ses critiques de la prison, des longues peines, ou son retour romancé sur un moment de l’histoire donnée, l’Espagne franquiste dont il a connu la part des années 60. Et une partie de nos textes est réappropriée par le monde militant, mais comme on se réapproprie des outils, pas des propagandes, on n’est pas des producteurs de propagande. Ce n’est pas du tout une maison d’édition qui est attachée à un quelconque corpus syndical militant, théorique ou politique. »17

21À ce rejet de la littérature de propagande vient s’agréger, au niveau individuel, le refus des classements (tant sociaux que politiques), qui est propre aux milieux intellectuels. Un éditeur de province d’une trentaine d’années (Bac +5, issu de la classe moyenne) :

« J’ai la volonté d’être transversal par rapport au débat idéologique français, de ne pas m’inscrire dans une mouvance politique. Je ne veux pas être classé comme éditeur de gauche, de droite ou antilibéral. […] Je veux éditer des essais qui dérangent, qui bousculent les certitudes, soit le contraire de la littérature militante. »

22Un discours que l’on retrouve presque à l’identique chez un éditeur parisien né en 1962 dans une famille de petits entrepreneurs (Bac + 5) :

« – La notion d’éditeur engagé, vous vous reconnaissez dedans ?
Oui, à fond ! Parce que [...] pour moi, engagé ne veut pas dire idéologique, au contraire même, au contraire. Pour moi l’engagement, ce n’est pas d’être adhérent d’un parti, d’un mouvement. Moi je suis antiparti, antimouvement, ça ne m’intéresse pas.
Vous n’avez jamais milité ?
Non. J’aime les libres penseurs, les électrons libres, ceux qui font réagir, qui mettent le doigt là où ça gêne… j’aime les choses osées, les paroles libres, ça me fait délirer, c’est un peu le droit au délire… […] C’est vachement important aujourd’hui, ne pas être catalogué, ou alors comme un électron libre, ne pas avoir de prise sur moi, oui c’est ça. »

23Les mêmes stratégies discursives de distanciation par rapport à une définition péjorative du militantisme et le même refus des classements affleurent dans les textes de présentation des maisons d’édition. Les termes d’ouverture (« Nous sommes une maison qui se veut très à gauche, et en même temps très ouverte »), de pluralisme, de non-dogmatisme (« pas de chapelles de rattachement », « sans langue de bois »), de dépassement des clivages, de refus de la « pensée dominante » (« mettre au jour des voix discordantes », « une pensée hétérodoxe ») reviennent en effet comme des leitmotivs faisant écho aux propriétés tout aussi floues et « ouvertes » des individus qui les incarnent. En voici deux illustrations, chez des éditeurs aux lignes éditoriales pourtant très différentes, respectivement La Fabrique et Le Temps des cerises :

« Nous avons fondé La Fabrique en 1998. “Nous”, c’est un groupe d’amis, les uns philosophes, les autres historiens, d’autres encore éditeurs, qui ont envie de travailler ensemble à publier des livres de théorie et d’action. Ces livres, nous les voulons ancrés politiquement, mais sans céder à aucun esprit de chapelle, sans être inféodés à aucun groupe ni parti. »18
« On se veut un éditeur en effet critique, contestataire qui essaie de se situer en dehors des sentiers battus de la pensée unique. On essaie d’accueillir des gens différents, on n’est pas l’éditeur d’une chapelle, d’un parti, d’une école de pensée. On a des auteurs plutôt marxistes, avec un “s” parce qu’il y en a de toutes sortes. »

  • 19 Jean L. Cohen, “Strategy or Identity : New Theoretical Paradigms and Contemporary Social Movements” (...)

24Les termes « critique », « contestataire », « engagé » ou « subversif » utilisés par les éditeurs pour se définir peuvent dès lors être interprétés comme autant de variations sémantiques autour de la mise à distance du militantisme traditionnel. Ils participent de l’euphémisation d’une posture politique radicale qui ne peut s’affirmer totalement sous peine de se mettre hors jeu à une époque de désillusion par rapport aux utopies révolutionnaires. Cette tendance rejoint l’idée de « radicalisme autolimité », caractéristique des milieux altermondialistes19. D’où l’important travail de mise en forme rhétorique, qui s’exprime notamment dans le choix des adjectifs dans les argumentaires, les quatrièmes de couverture ou les catalogues (d’où les épithètes « militant » et « idéologique » sont par exemple bannis), contribuant à dessiner les formes légitimes de l’engagement.

25Seules les expériences libertaires et anarchistes du XIXe siècle et le marxisme critique conservent une certaine aura, dans la mesure où ils n’ont pas été désavoués par l’histoire. Des événements historiques comme la Commune de Paris, la révolution russe de 1905, l’expérience des Soviets et des conseils ouvriers allemands en 1918-1919 fonctionnent comme des modèles alternatifs au militantisme traditionnel, fournissant des références pour les éditeurs les plus politisés, ainsi qu’un imaginaire dans lequel puiser. Ce qui explique l’important travail de « redécouverte » des classiques révolutionnaires et des expériences libertaires et prémarxistes du XIX e siècle (voir p. 208). La maison d’édition Le Temps des cerises illustre cette tendance :

« Quand on a constitué la maison d’édition, on a choisi Le Temps des cerises comme nom parce que c’est une référence commune pour l’ensemble des auteurs associés, qui était l’expression d’un attachement au souvenir de la Commune de Paris, à ce que ça représente d’utopie sociale, de rêve poétique et politique d’émancipation humaine. »

  • 20 Luc Boltanski, Ève Chiapello, op. cit., p. 622.

26Paradoxalement, s’il est redevenu légitime, à partir de la fin des années 1980, d’exprimer une pensée critique assumant son caractère de « gauche de gauche », c’est en développant une rhétorique banalisée, imprégnée par les thèmes de la critique artiste du capitalisme que l’on retrouve, à quelques nuances près, chez bon nombre d’éditeurs généralistes (voir p. 70-73). Comme l’ont montré Luc Boltanski et Ève Chiapello à propos des types de dispositifs protestataires, « la critique, en cherchant l’efficacité, tend à devenir isomorphe aux objets auxquels elle s’applique »20. La ligne est par conséquent difficile à tenir pour les éditeurs critiques indépendants, qui se voient contraints de donner des gages au pragmatisme (fin des « grands récits », disqualification du communisme orthodoxe), tout en continuant à affirmer la possibilité et la nécessité d’une critique malgré tout « radicale ». C’est une position fragile dans la mesure où leur capital symbolique repose sur une identité subversive « authentique » liée à leur désintéressement. Cette identité est ce qui leur permet de se différencier des « imitations » produites par l’édition généraliste qui vient, nous l’avons vu, les menacer sans cesse sur leur propre terrain. Il est par conséquent très important pour eux de maintenir et de faire fructifier ce capital spécifique, en réaffirmant à chaque instant leur identité radicale, sans pour autant perdre en crédibilité. Une telle contradiction exige un important travail de mise en forme et de mise en scène identitaire, qui s’apparente par bien des aspects à un exercice de funambulisme.

  • 21 On pourrait trouver des exemples similaires dans d’autres secteurs culturels, comme celui de la mus (...)

27L’anecdote de la « trahison » du groupe ATTAC, passé chez l’éditeur Mille et une nuits (qui appartient à Fayard, et donc au groupe Hachette), sans même en informer son premier éditeur (Syllepse), est particulièrement éclairante sur les enjeux de cette concurrence entre centre et périphérie, notamment sur le point névralgique que représente l’accès au marché grand public21. L’épisode est décrit sur le registre de la déception par les deux éditeurs « originels », qui recourent à un vocabulaire gestionnaire ironique pour décrire le comportement des responsables d’ATTAC (« Ils ont fait une étude de marché, comme on dit dans le milieu qu’ils combattent »). La logique qui consiste à privilégier une diffusion efficace sur l’affinité idéologique est condamnée sur un mode moral, au nom de la cohérence :

« Éditeur 2 : […] On a été le premier éditeur d’ ATTAC.
Avant Mille et une nuits ?
Éditeur 2 : Avant qu’ils ne s’autotrahissent idéologiquement…
Éditeur 1 : Absolument, et on a vécu ça très mal.
Ça s’est passé comment ?
Éditeur 2 : Ils ont fait une étude de marché, comme on dit dans le milieu qu’ils combattent, et ils en ont conclu qu’on n’était pas compétitifs.
Éditeur 1 : Ils ne nous ont même pas prévenus. On a fait le premier bouquin, ATTAC n’était pas très connu à l’époque.
Éditeur 2 : Je pense que le bouquin a grandement contribué à les faire démarrer.
Éditeur 1 : Ça s’est bien passé en plus. On leur a dit : on est prêts à continuer, trouvons les formes. Ils n’ont jamais répondu au courrier. Et puis un jour, on a vu qu’ils étaient passés avec armes et bagages chez Hachette, chez Matra même, moi je dis. Voilà pour la petite anecdote. On l’a mal vécu, on a considéré que c’était une politique à courte vue. […] Quelqu’un un jour nous l’a dit, vous n’êtes pas compétitifs. Les prix, la diffusion, etc.
Éditeur 2 : On n’est pas dans les Relais H, dans les gares. C’est le discours typique du Medef.
Éditeur 1 : C’est une vision à court terme, je reste persuadé de ça. Aujourd’hui ça marche, mais quand ça ne marchera pas, Hachette leur dira, à moins de 3 000 exemplaires, vous ne nous intéressez pas.

  • 22 Créée par un ex-salarié de Fayard en 2009, cette maison est possédée à 30 % par Actes Sud.

28Les événements leur donneront raison : à partir de 2010, les ouvrages d’ATTAC ne paraissent plus sous la couverture de Mille et une nuits, mais de nouveau (et brièvement) de Syllepse, puis des éditions Les Liens qui libèrent22.

INVESTISSEMENT INTELLECTUEL, INVESTISSEMENT POLITIQUE

  • 23 [En ligne] <www.lesprairiesordinaires.fr> (25 juillet 2012).

29Le besoin de se démarquer des référents et de la terminologie militante traditionnelle contribue à donner une place centrale à la composante intellectuelle de l’engagement. Car pour un éditeur critique, affirmer une position politique ne peut se faire aux dépens de la « qualité » et des exigences de l’univers intellectuel, qui constituent en quelque sorte le point d’honneur de ce champ spécifique. Un responsable de collection évoque le « mélange de plus haut niveau d’exigence intellectuelle et de radicalité militante », formule qui résume bien l’idéal de cet espace. Cette double volonté s’affiche par exemple dans la présentation de la collection « Penser/Croiser » (Les Prairies ordinaires), où l’éditeur affirme se poster « là où les textes théoriques peuvent susciter des effets »23 :

« Ce qui nous intéresse, c’est très simplement des ouvrages qui ont une qualité théorique de type universitaire, et une ouverture politique qui extrait ces livres-là de leur milieu académique. »

  • 24 L’importance du « autrement » est soulignée par Claude Poliak dans le cas des militants d’ATTAC. Il (...)

30C’est cette double contrainte qui fait l’originalité du champ de l’édition critique, lequel n’est réductible ni à l’édition militante, ni à l’édition savante ou lettrée, mais se situe au confluent de ces deux univers. Il se structure et se définit à l’intersection de ces deux impératifs, plus ou moins accentués selon les politiques éditoriales : la radicalité politique et l’exigence intellectuelle. Deux impératifs qui, sans être mutuellement exclusifs, peuvent être parfois contradictoires, et expliquent l’affirmation obsédante de faire de la politique, mais autrement, qui est, on le comprend, l’expression d’une nécessité structurale24.

  • 25 Lire Éric Brun, « L’avant-garde totale. La forme d’engagement de l’Internationale situationniste », (...)

31Si l’édition critique constitue à partir de la fin des années 1980 un prolongement et un substitut possibles à l’investissement militant, c’est en grande partie parce qu’elle permet d’investir des formes de radicalité fortement intellectualisées, d’autant plus valorisantes que les deux facettes (radicalité politique/radicalité intellectuelle) sont traditionnellement liées en France et qu’elle s’inscrit de ce fait dans une tradition éprouvée. Divers mouvements gauchistes des années 1960, et en particulier l’Internationale situationniste, dont le projet était de constituer une « avant-garde totale » dans les champs à la fois intellectuel, artistique et politique, ont développé cette combinaison typique des mouvements d’avant-garde au XX e siècle25. Le rôle central de l’héritage situationniste chez plusieurs éditeurs critiques – notamment Ivrea, l’Encyclopédie des Nuisances, Sulliver, Sens & Tonka et L’Insomniaque – n’est donc pas un hasard. S’affirmer éditeur critique dans le domaine des sciences humaines est un des moyens les plus légitimes d’exprimer une radicalité à la fois dans le domaine des idées et de la politique, et de combiner les gratifications symboliques liées aux deux univers. C’est une forme intellectualisée d’engagement, ou d’intellectualité engagée, particulièrement attractive pour les catégories de population identifiées au chapitre précédent.

Les passerelles entre monde militant et monde savant

  • 26 Gérard Mauger, « Entre engagement politique et engagement sociologique », in Sylvie Tissot et al. ( (...)
  • 27 Sachant que d’autres formes d’investissement politique sont possibles pour les intellectuels, comme (...)
  • 28 Par ailleurs, l'association Raisons d'agir fait partie des membres fondateurs d'ATTAC et de ses ins (...)

32La circulation entre les univers savant et militant s’opère à double sens. La parole savante permet de renforcer la légitimité des discours militants, de fournir une contre-expertise et un « effet d’autorité ». Parallèlement, l’investissement dans l’édition engagée constitue le moyen privilégié pour des intellectuels d’agir dans la sphère politique, de faire le lien entre leur travail de recherche et leurs convictions. Comme le relate Gérard Mauger à propos de son investissement dans l’association Raisons d’agir, qui donnera naissance à la maison d’édition éponyme, « il s’agissait pour moi de réinvestir le champ politique, mais sur un autre mode, moins irresponsable, plus conscient de lui-même »26. L’échange est bénéfique à toutes les parties, la parole militante se voyant étayée par la légitimité savante, et les universitaires par l’action politique et sociale, qui leur permet de sortir de l’image d’intellectuels éloignés de la réalité, ainsi que d’une certaine forme d’impuissance27. On le voit par exemple dans le mode de fonctionnement de la collection « Savoir/Agir » aux Éditions du Croquant, qui s’appuie sur un collectif universitaire dont plusieurs des membres sont, ou ont été, proches d’ATTAC28. Mais aussi dans celui des éditions La Dispute où la légitimité plutôt politique de l’équipe éditoriale (issue des Éditions sociales) est complétée par la légitimité académique des directeurs de collection, le tout formant une identité cohérente à la confluence des deux univers.

  • 29 Mouvements a pris la suite de la revue M comme mensuel, marxisme, mouvement, fondée en 1986 par des (...)

33La translation s’opère d’autant plus facilement que les passerelles entre monde militant et monde universitaire, qui ont toujours été nombreuses, se sont renouvelées dans les années 1990 avec la création de structures que l’on peut qualifier de « mixtes », comme Espaces Marx (1995), la fondation Copernic – dont les « Notes » sont publiées par Syllepse – et ATTAC en 1998. Plusieurs revues ont également vu le jour, qui fondent leur identité sur le rapprochement entre les deux univers, à l’instar de ContreTemps, initiée par Daniel Bensaïd et Philippe Corcuff en 2001 au sein des éditions Textuel, mais aussi de Mouvements, dans le giron de La Découverte depuis 1998, et de Multitudes, diffusée par Exils, puis Amsterdam (voir infra)29.

  • 30 Pour une analyse du rôle des revues dans la vie intellectuelle, voir Rémy Rieffel, La tribu des cle (...)
  • 31 La revue a cessé d’exister en 2006.

34La publication d’une revue constitue un mode de légitimation qui demeure, aujourd’hui encore, important dans l’univers intellectuel30. Cette dernière présente l’avantage de conférer aux éditeurs une véritable assise, en plus d’un vivier d’auteurs et de collaborateurs, et ce quel que soit son tirage, le plus souvent symbolique (un millier d’exemplaires dans le meilleur des cas). Plusieurs des maisons d’édition étudiées ont débuté par la création d’une revue, le plus souvent pluridisciplinaire, qui leur a permis de faire leurs premiers pas dans l’univers éditorial (voir Annexe 7). C’est le cas des éditions Agone, qui ont d’abord existé sous la forme d’une revue éponyme fondée en 1990 par un petit groupe d’étudiants à la recherche d’un « outil de production éditoriale autonome » pour explorer les sciences humaines et la littérature. L’expérience leur permettra de se professionnaliser sept ans plus tard, avec deux salariés à mi-temps et la publication des premiers textes de la maison d’édition. C’est également le cas du Passant ordinaire, « revue de pensée critique internationale » à la confluence des sciences humaines, de la philosophie et des arts plastiques au sens large (photographie, théâtre, cinéma, musiques d’avant-garde)31, et de Lignes, qui aborde la philosophie, la littérature et la politique depuis 1987 autour d’un petit noyau de contributeurs (Jean-Luc Nancy, Alain Brossat, Jean-Paul Curnier, Alain Badiou) publiant également dans la maison d’édition.

  • 32 Encyclopédie des Nuisances, Discours préliminaire, novembre 1984, n° 1, p. 3.
  • 33 Ibid., p. 18.
  • 34 Ibid., p. 4.

35L’Encyclopédie des Nuisances est un cas un peu à part, qui ne peut être qualifiée de revue, tout en en présentant certaines caractéristiques. Parue sous forme de fascicules de caractère encyclopédique entre 1984 (l’année de l’assassinat de Gérard Lebovici) et 1992, elle se proposait d’offrir « un dictionnaire de la déraison dans les arts, les sciences et les métiers » et de « traiter de n’importe quel sujet à n’importe quel moment »32. Ce projet rassemblait une dizaine de membres proches de Guy Debord, comme Christian Sebastiani, ex-membre de l’Internationale situationniste, et Jaime Semprun. Leur objectif était de « tenir la chronique des nuisances courantes » en empruntant l’ordre alphabétique – d’où l’idée d’encyclopédie – et en appliquant la règle de l’anonymat afin de « ne laisser subsister parmi nous aucune sorte de prestige intellectuel susceptible de fonder une autorité quelconque »33. Prônant un écologisme radical, L’Encyclopédie entreprenait de « faire l’inventaire exact de ce qui, dans les immenses moyens accumulés, pourrait servir à une vie plus libre, et de ce qui ne pourra jamais servir qu’à la perpétuation de l’oppression »34. L’initiative prit fin en 1992, pour continuer sous forme de maison d’édition.

  • 35 Selon Bertrand Legendre et Corinne Abensour, éditer une revue constitue « une façon presque certain (...)
  • 36 Ce qui n’exclut pas l’utilisation d’Internet par plusieurs maisons d’édition, notamment par le biai (...)

36Mais la revue ne constitue pas seulement un mode d’accès à l’univers éditorial. Son importance en tant que telle pour asseoir et renforcer une légitimité intellectuelle encore faible, voire inexistante, est avérée par le fait que plusieurs éditeurs ont fait le chemin inverse, lançant une revue dans le sillage de la maison d’édition. C’est le cas de Parangon, qui a accentué sa compétence sur la thématique de la décroissance en créant en 2007 la revue Entropia, ou encore des Éditions du Croquant avec la revue Savoir/Agir la même année, qui vient prolonger la collection du même nom. Dans tous les cas, les passerelles sont nombreuses entre le programme éditorial proprement dit et les thématiques développées au sein des revues, qui sont variées (écologie, relations Nord-Sud, littérature, politique, philosophie). Malgré le manque de moyens des éditeurs et la non-rentabilité avérée des revues35 (la plupart bénéficiant d’aides du CNL ou d’organismes régionaux), ces dernières demeurent donc un mode de légitimation central chez les éditeurs à vocation critique, qui renvoie à l’histoire du champ intellectuel avec les illustres prédécesseurs que sont Les Temps modernes, Arguments ou Critique. On ne peut que souligner le caractère traditionnel de ce média à l’âge d’Internet et du numérique, qui ouvrent d’autres possibilités de diffusion relativement peu utilisées par ces éditeurs : ce phénomène peut s’expliquer par un penchant technophobe déjà relevé chez plusieurs d’entre eux, mais aussi par la prégnance du modèle intellectuel classique dans ce milieu, qui s’incarne principalement dans la revue imprimée36.

37Enfin, les revues de théorie ne sont pas l’unique support possible, notamment pour les éditeurs à l’identité politique la plus affirmée. On trouve ainsi aux origines de L’Insomniaque deux expériences de journaux satiriques : L’Exagéré, lancé au moment du mouvement social et étudiant de 1986, diffusé en kiosques, était un journal de provocation de type fanzine, à base de canulars, de détournements et de practical jokes, animé par un collectif d’une trentaine de personnes très politisées issues des milieux libertaires, conseillistes et autonomes. Un groupe qui se ressoudera quelques années plus tard autour de Mordicus, « journal de propagande mêlant provoc et idées d’ultragauche », tiré à 30 000 exemplaires (avec une grosse part d’invendus), né en réaction à la première guerre du Golfe en 1991. L’équipe se scindera en 1993, un groupe continuant le titre sous forme de revue, sous la direction de Serge Quadruppani, un autre préférant poursuivre le projet avec une maison d’édition. Signalons enfin le cas de XXI, un hybride entre le magazine et la revue lancé par les Arènes en 2008, qui propose sur 200 pages des enquêtes et reportages, exclusivement vendu en librairie. Le succès rencontré, avec un tirage de plus de 40 000 exemplaires, a incité l’équipe éditoriale à créer un second titre en 2011, axé sur le photojournalisme : 6 Mois.

Une dimension « totale »

38Au niveau individuel, se définir comme éditeur critique dans le domaine des sciences humaines donne aux personnes dotées des dispositions appropriées à la fois une légitimité pour s’exprimer publiquement et une position à partir de laquelle articuler cette parole. C’est de ce fait une position potentiellement riche en gratifications symboliques dans l’espace public : tribunes ou portraits dans la presse, articles dans les revues spécialisées, prises de parole dans des débats. La rédaction de préfaces et d’introductions aux ouvrages publiés, de traductions, mais aussi d’ouvrages écrits en nom propre, viennent compléter le dispositif.

  • 37 Jérôme Vidal, Lire et penser ensemble. Sur l’avenir de l’édition indépendante et la publicité de la(...)
  • 38 Ibid., p. 55.
  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid., p. 92.
  • 41 « Otages du parti socialiste ? », Libération, 2 mars 2007, p. 12 ; « 2007, année zéro de la gauche  (...)
  • 42 Jérôme Vidal, La fabrique de l'impuissance. La gauche, les intellectuels et le libéralisme sécurita (...)
  • 43 Jérôme Vidal, « 2007, année zéro de la gauche », art. cit., p. 19.

39L’évolution des modalités d’intervention publique du fondateur des éditions Amsterdam est éclairante quant à l’usage qui peut être fait de cette position permettant de cumuler le travail de création et le contrôle des conditions de diffusion de cette création. Trois ans après la fondation de la maison d’édition, il publie un manifeste pour l’édition indépendante intitulé Lire et penser ensemble, où il souligne les ambiguïtés de « l’autodésignation d’“édition indépendante”, [qui] a aussi pour fonction de produire une image valorisante, socialement légitimante »37. Appelant de ses vœux « l’élaboration d’une volonté commune des éditeurs et libraires indépendants en vue d’une action collective »38, il insiste sur les opportunités inédites offertes par le champ éditorial et sur la nécessité de remplacer les dénonciations incantatoires par une « contre-offensive sur les terrains politique, culturel et économique »39. La posture de « l’éditeur-résistant » est en particulier dénoncée, à laquelle est préférée celle « d’éditeur activiste »40. À cette première expression, de caractère plutôt corporatiste, succèdent plusieurs tribunes et lettres ouvertes dans les grands quotidiens nationaux au contenu beaucoup plus général et politique, notamment au moment de l’élection présidentielle de 200741. Il écrit et publie en 2008 un second ouvrage, La fabrique de l’impuissance42, qui se propose de définir un « projet démocratique radical » en s’appuyant sur Spinoza et le concept des « Lumières radicales » développé par Jonathan Israel pour mener une analyse des impasses de la gauche tant réformiste que critique. D’autres ressources théoriques issues des auteurs de son catalogue sont mobilisées comme le concept d’agency inspiré de la philosophe Judith Butler, décliné en nécessité de retrouver une « nouvelle puissance d’agir »43 dans le champ politique.

  • 44 Revue trimestrielle née en 1997, Vacarme se présente comme une publication « à la croisée de l’enga (...)
  • 45 Source : [en ligne] <www.revuedeslivres.fr/le-projet> (2 mai 2010).
  • 46 Jérôme Vidal, Lire et penser ensemble…, op. cit., p. 80.

40Parallèlement, le dispositif éditorial d’Amsterdam a été renforcé par le rapprochement avec des revues issues des nouvelles mouvances intellectuelles à gauche, qui jouent un rôle de tremplin vers une parole politique. L’éditeur diffuse depuis 2006 Vacarme44, proche du mouvement Act’up, ainsi que Multitudes, revue de gauche critique inspirée par Toni Negri, (dont il a publié un ouvrage). Enfin, 2008 est l’année du lancement d’une revue de critique politique, sociale et culturelle de format tabloïd vendue en kiosques, La Revue internationale des livres et des idées (RILI), devenue en 2011 la Revue des livres (RdL). Sur le modèle de la New York Review of Books, cette dernière propose des recensions détaillées d’ouvrages français et étrangers dans tous les domaines des sciences humaines, autour des thématiques de prédilection de la maison d’édition : les questions liées au genre, le communautarisme, le rôle de la philosophie, les études postcoloniales. La RdL est présentée comme un bimestriel « ancré à gauche, qui entend discuter et diffuser les nouvelles pensées critiques et les recherches les plus innovantes – en rupture avec le prêt-à-penser des imaginaires sociaux et politiques établis –, notamment en philosophie, sciences sociales et histoire »45. Elle vient compléter un ensemble cohérent de supports d’expression pour un petit groupe de collaborateurs et d’écrivains. D’une manière générale, les études empiriques sont peu recensées dans la revue, au profit des essais philosophiques ou politiques. Soit une forme de subversion dépolitisée, qui analyse la société par le biais de la sexualité, de la déviance, de la répression. Visant explicitement un public cultivé élargi, l’éditeur entend avec cette publication « combler le fossé existant en France entre la critique journalistique et la critique savante et ouvrir un espace de diffusion et de circulation des savoirs susceptible d’accueillir en son sein les savoirs sociaux autonomes aussi bien que les savoirs universitaires »46.

  • 47 Notamment avec les ouvrages d’Éric Hazan sur le conflit israëlo-palestinien et sur la politique séc (...)
  • 48 L’expression est de Régis Debray, cité par Anne Simonin, « Le catalogue de l’éditeur, un outil pour (...)
  • 49 Sur la notion de multipositionnalité, voir Luc Boltanski, « L’espace positionnel. Multiplicité des (...)

41Le cas d’Amsterdam n’est en rien unique. On trouve ce même usage des ressources éditoriales, bien que moins systématique et moins visible, chez d’autres éditeurs, comme l’Encyclopédie des Nuisances, Agone ou La Fabrique47. Presque toutes les maisons d’édition étudiées ont publié un ou plusieurs textes de leur fondateur ou de leurs collaborateurs proches, que ce soit sous la forme d’un ouvrage complet, d’une préface ou d’une traduction. Un éditeur s’exprimant dans les ouvrages (ou la revue) qu’il publie lui-même crée les outils de diffusion (même limitée) de sa parole dans l’espace public, ce qui n’est pas sans rappeler le projet de Pierre Bourdieu avec Raisons d’agir, et son ambition de créer un espace autonome face aux forces économiques et médiatiques. L’exemple de ces maisons illustre les possibilités qu’offre l’édition critique en tant que porte d’accès au statut d’intellectuel dans sa dimension politique. Lorsqu’une maison parvient à réaliser la « combinaison de capitaux optimale » entre engagement politique, ambition intellectuelle et professionnalisme, comme dans le cas d’Amsterdam et de quelques autres, être éditeur prend une dimension « totale » puisque la fonction réunit dans ce cas les attributs du créateur et de l’intermédiaire, de l’auteur et de « l’auteur d’auteur »48. Il s’opère de ce fait un brouillage de la division habituelle du travail intellectuel en vigueur dans les entreprises d’édition, qui conduit à une forme d’ubiquité. Sachant que la petite taille des maisons d’édition et un accès au marché difficile sont sans doute le prix à payer pour cette multipositionnalité49.

Notes

1 À l’instar d’Éric Hazan, qui cumule les capitaux scolaires, sociaux et militants.

2 Site des éditions Golias : <www.golias.fr> (21 juin 2011).

3 Frédérique Matonti et Franck Poupeau définissent le capital militant comme les techniques et dispositions à agir, les savoirs et savoir-faire conférés par le militantisme. Frédérique Matonti, Franck Poupeau, Le capital militant. « Essai de définition », Actes de la recherche en sciences sociales, 2004, n° 155, pp. 5-11.

4 Maxime Szczepanski-Huillery, « Mouvements écologistes et revues intellectuelles », in Éric Agrikoliansky, Isabelle Sommier et al. (dir.), Radiographie du mouvement altermondialiste, Paris, La Dispute, 2005, p. 277.

5 Sylvie Tissot, Christophe Gaubert, Marie-Hélène Lechien (dir.), Reconversions militantes, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2005 (coll. Sociologie et sciences sociales), p. 10.

6 Pierre Bourdieu, « La représentation politique », in Langage et pouvoir symbolique, Paris, Fayard, 2001 [1981] (coll. Points Essais), p. 217.

7 Un phénomène semblable observable dans le monde des musiques improvisées et dans la mouvance du cinéma social. Voir Olivier Roueff, « Bohème militante, radicalité musicale : un "air de famille". La sensibilité des musiques improvisées au militantisme radical », Sociétés & représentations, 2001, n° 11, pp. 407-432 ; Audrey Mariette, « Pour une analyse des films de leur production à leur réception. Du "cinéma social" au cinéma comme lieu de mobilisations collectives », Politix, 2011, n° 93, pp. 47-68.

8 Ce qui est le cas des gauchistes reconvertis dans le néopolar. Lire Annie Collovald, Éric Neveu, « "Le néopolar". Du gauchisme politique au gauchisme littéraire », Sociétés et représentation, 2001, n° 11, pp. 77-93.

9 Sylvie Tissot et al., op. cit., p. 15.

10 Sur le caractère « nouveau » de ces modèles d’engagement, lire Isabelle Sommier, Le renouveau des mouvements contestataires à l’heure de la mondialisation, Paris, Flammarion, 2003 (coll. Champs), notamment p. 8.

11 Boris Gobille, « Les mobilisations de l’avant-garde littéraire française en mai 1968 », Actes de la recherche en sciences sociales, 2005, n° 158, pp. 30-61.

12 Isabelle Sommier définit les « nouveaux mouvements sociaux » comme désignant « l’ensemble des mobilisations qui se déploient dans l’après 68 en dehors de la sphère du travail : écologie, pacifisme, féminisme, contre-culture, etc. ». Isabelle Sommier, op. cit., p. 15.

13 Luc Boltanski, Ève Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999 (coll. NRF Essais), notamment p. 623. Placer le syndicalisme du côté de l’immobilisme, de l’archaïsme est un des principaux schèmes du discours dominant analysé par Pierre Bourdieu et Luc Boltanski, « La production de l’idéologie dominante », Actes de la recherche en sciences sociales, 1976, n° 2, pp. 3-73.

14 Claude Poliak illustre bien ces thèmes dans son analyse des militants d’ATTAC : Claude Poliak, « ATTAC. Aux frontières du champ politique », in Bertrand Geay, Laurent Willemez (dir.), Pour une gauche de gauche, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2008 (coll. Savoir/Agir), pp. 75-90. Voir également Nathalie Tenenbaum (sous la dir. de Gérard Mauger), « Désobéissance non violente et nouvelles formes de militantisme dans le mouvement altermondialisation. Enquête au sein du groupe Vamos », mémoire de DEA de sociologie, EHESS, septembre 2003.

15 Boris Gobille, « Les mobilisations de l’avant-garde… », art. cit., p. 35.

16 Seul un éditeur né dans les années 1950 a maintenu un engagement politique traditionnel – il est conseiller général du PC dans la région parisienne.

17 « Pourquoi les éditions Agone publient Jean-Marc Rouillan », 23 février 2012. Entretien avec Thierry Discepolo, à l’occasion d’une rencontre à la librairie Terra Nova (Toulouse). Propos recueillis par Jean-Manuel Escarnot pour LibéToulouse (15 février 2012). [En ligne] <http://blog.agone.org/post/2012/02/23/Pourquoi-les-%C3%A9ditions-Agone-publient-Jean-Marc-Rouillan> (27 avril 2012).

18 [En ligne] <http://www.bibliomonde.com/editeur/fabrique-56.html> (29 octobre 2012).

19 Jean L. Cohen, “Strategy or Identity : New Theoretical Paradigms and Contemporary Social Movements”, Social Research, 1985, n° 52-4, pp. 663-716.

20 Luc Boltanski, Ève Chiapello, op. cit., p. 622.

21 On pourrait trouver des exemples similaires dans d’autres secteurs culturels, comme celui de la musique enregistrée, avec la signature de La Mano Negra avec le label Virgin en 1989. Voir Barbara Lebrun, « Majors et labels indépendants. France, Grande-Bretagne, 1960-2000 », Vingtième siècle. Revue d’histoire, octobre-décembre 2006, n° 92, p. 44.

22 Créée par un ex-salarié de Fayard en 2009, cette maison est possédée à 30 % par Actes Sud.

23 [En ligne] <www.lesprairiesordinaires.fr> (25 juillet 2012).

24 L’importance du « autrement » est soulignée par Claude Poliak dans le cas des militants d’ATTAC. Il signifie selon elle avant tout, faire la politique « ailleurs ». Claude Poliak, op. cit., p. 79.

25 Lire Éric Brun, « L’avant-garde totale. La forme d’engagement de l’Internationale situationniste », Actes de la recherche en sciences sociales, 2009, n° 176-177, pp. 32-51.

26 Gérard Mauger, « Entre engagement politique et engagement sociologique », in Sylvie Tissot et al. (dir.), op. cit., p. 192.

27 Sachant que d’autres formes d’investissement politique sont possibles pour les intellectuels, comme le montre l’exemple de la collection « La République des idées » (voir p. 70-71), ainsi que les nombreux think tanks qui sont apparus dans les années 2000, en lien direct avec le pouvoir politique.

28 Par ailleurs, l'association Raisons d'agir fait partie des membres fondateurs d'ATTAC et de ses instances dirigeantes.

29 Mouvements a pris la suite de la revue M comme mensuel, marxisme, mouvement, fondée en 1986 par des courants communistes critiques. Multitudes, « revue politique, artistique, philosophique », prolonge la revue Futur antérieur depuis 2000.

30 Pour une analyse du rôle des revues dans la vie intellectuelle, voir Rémy Rieffel, La tribu des clercs, les intellectuels sous la Ve République, Paris, Calmann-Lévy, 1993 (coll. Liberté de l’esprit), p. 225 sq.

31 La revue a cessé d’exister en 2006.

32 Encyclopédie des Nuisances, Discours préliminaire, novembre 1984, n° 1, p. 3.

33 Ibid., p. 18.

34 Ibid., p. 4.

35 Selon Bertrand Legendre et Corinne Abensour, éditer une revue constitue « une façon presque certaine de perdre de l’argent ». Bertrand Legendre, Corinne Abensour, Regards sur l’édition. Les nouveaux éditeurs (1988-2005), Paris, La Documentation française, 2007 (coll. Questions de culture), vol. 2, p. 46. Sur ce point, voir Sophie Barluet, « Les revues françaises aujourd’hui. Entre désirs et dérives, une identité à retrouver », Rapport de mission pour le Centre national du livre, avril 2006.

36 Ce qui n’exclut pas l’utilisation d’Internet par plusieurs maisons d’édition, notamment par le biais de blogs ou de lettres d’information régulières.

37 Jérôme Vidal, Lire et penser ensemble. Sur l’avenir de l’édition indépendante et la publicité de la pensée critique, Paris, Éditions Amsterdam, 2006 (coll. Démocritique), p. 23.

38 Ibid., p. 55.

39 Ibid.

40 Ibid., p. 92.

41 « Otages du parti socialiste ? », Libération, 2 mars 2007, p. 12 ; « 2007, année zéro de la gauche », Le Monde, 17 mai 2007, p. 19 ; « Attention au prisme de l’ouvriérisme », Le Monde, 7 février 2009, p. 22.

42 Jérôme Vidal, La fabrique de l'impuissance. La gauche, les intellectuels et le libéralisme sécuritaire, Paris, Éditions Amsterdam, 2008 (coll. Démocritique), vol. 1.

43 Jérôme Vidal, « 2007, année zéro de la gauche », art. cit., p. 19.

44 Revue trimestrielle née en 1997, Vacarme se présente comme une publication « à la croisée de l’engagement politique, artistique et de la recherche scientifique », et comme « un lieu d’échange entre réseaux militants, intellectuels et artistiques ». Source : [en ligne] <www.vacarme.org/rubrique10.html> (10 octobre 2010).

45 Source : [en ligne] <www.revuedeslivres.fr/le-projet> (2 mai 2010).

46 Jérôme Vidal, Lire et penser ensemble…, op. cit., p. 80.

47 Notamment avec les ouvrages d’Éric Hazan sur le conflit israëlo-palestinien et sur la politique sécuritaire : Chroniques de la guerre civile, 2004 ; Notes sur l’occupation, 2006, et avec Alain Badiou, L’antisémitisme partout, 2011.

48 L’expression est de Régis Debray, cité par Anne Simonin, « Le catalogue de l’éditeur, un outil pour l’histoire : l’exemple des éditions de Minuit », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 2004, n° 81, pp. 119-129.

49 Sur la notion de multipositionnalité, voir Luc Boltanski, « L’espace positionnel. Multiplicité des positions institutionnelles et habitus de classe », Revue française de sociologie, 1973, vol. 14, pp. 3-26.

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540