Version classiqueVersion mobile

Éducation critique aux médias et à l’information en contexte numérique

 | 
Sophie Jehel
, 
Alexandra Saemmer

Partie 2. Approches réflexives et créatives des médias

Chapitre 10. Inoculer le Genre

Le Genre et les SHS : une méthodologie traversière

Marlène Coulomb-Gully

Texte intégral

Les outils du maître ne détruiront jamais la maison du maître.

Audre Lorde

  • 1 Une première version de ce chapitre est parue, sous forme d’article, dans la Revue française des s (...)

1Les sciences humaines et sociales sont taraudées par la nostalgie de leur unité perdue. Le marxisme ou le structuralisme ont un temps permis de jeter les bases d’un « programme commun » à l’ensemble de ces disciplines. En dépit des nombreux angles morts inhérents à toute méthodologie, ils ont permis une profonde rénovation de la réflexion scientifique. Chaque recherche étant fille de son temps, il s’agit ici de considérer dans quelle mesure le Genre peut à son tour jouer ce rôle1.

2Risquons une hypothèse et une proposition : partant du domaine du Genre et des médias, nous tenterons de voir dans quelle mesure on peut considérer le Genre moins comme une discipline ou une idéologie, que comme une méthodologie, comme telle susceptible d’être exportée et adoptée par d’autres disciplines : une méthodologie « traversière » en quelque sorte. Nous ferons enfin la proposition que le Genre peut être un moyen d’unité des SHS, de même qu’un puissant ferment de rénovation.

Genre et médias

  • 2 Virginie Julliard et Nelly Quemener.
  • 3 Dont Laetitia Biscarrat et Gwénaëlle Le Gras assurent la direction scientifique.
  • 4 Créé en 2012 par le CNRS, le groupement d’intérêt scientifique (GIS) sur le Genre regroupe une tre (...)

3« Les SIC : une discipline gender blind ? » : tel était le titre, explicite, d’un article que j’avais rédigé en 2009, à la demande de la revue Questions de communication [Coulomb-Gully, 2009]. Une décennie plus tard, où en est-on ? Des thèses de doctorat et des habilitations à diriger des recherches de plus en plus nombreuses sont soutenues dans le cadre de la problématique « Genre et médias » ; un séminaire « Genre, médias et communication » a été lancé au printemps 2013 par deux chercheuses de la discipline2 ; une revue en ligne est née en 2015, portant comme titre et comme projet : « Genre en séries : cinéma, télévision, médias »3 ; des formations de plus en plus nombreuses en communication et médias intègrent la dimension du Genre, en même temps que croît l’offre générale de formation sur le Genre ; last but not least, un axe « Médias et publics » apparaît dans la liste des thématiques portées par le GIS Institut du Genre, signe incontestable de l’intérêt désormais porté à cette question par les plus hautes instances de la recherche scientifique4.

4« Enfin », pourrait-on dire. En effet, si le caractère tardif de la rencontre entre SIC et Genre est aisément explicable quoique regrettable, la centralité et l’opérativité du concept de Genre dans les processus de communication rendaient cette rencontre aussi indispensable qu’urgente ; le programme de travail, désormais entamé, est cependant encore largement devant nous.

SIC et Genre : une rencontre tardive

5Alors que bien des disciplines universitaires (histoire, sciences politiques, sociologie, etc.) ont opéré leur gender turn au siècle précédent, les sciences de l’information et de la communication sont, jusqu’à il y a peu, restées en marge de ce vaste mouvement. Ce n’est pas un hasard si ces disciplines pionnières comptent parmi les plus anciennes et les plus légitimes, et nous avons fait l’hypothèse [Coulomb-Gully, 2009] que la gémellité profonde des études de Genre et des SIC avait fonctionné comme un repoussoir pour ces dernières, en quête de reconnaissance institutionnelle. En effet, bien des griefs formulés par le monde académique français à l’encontre des études de Genre rappellent ceux qui ont été opposés aux SIC dans leur combat pour la légitimité scientifique. Les deux disciplines, nées dans la foulée de Mai 68 et du vaste mouvement de remise en cause qui a alors traversé la société française, entretiennent une parenté étroite avec le monde anglo-saxon ; cette origine est suspecte pour une partie de l’Université française alors marquée par la tradition marxiste et, par conséquent, méfiante par rapport à tout ce qui provient des États-Unis. Cette origine anglo-saxonne explique également l’importance de l’approche empirique et la prégnance du terrain dans les études de Genre comme en communication ; or celles-ci sont peu conformes à la tradition académique hexagonale qui a tendance à privilégier le culte du concept et la mystique de l’intellectuel. L’engagement militant des féministes et l’expertise des communicants leur ont également valu des soupçons quant aux exigences de scientificité des disciplines universitaires. Leur statut épistémologique et leur métissage revendiqué (s’agit-il de disciplines ou d’interdisciplines ?) ont renforcé la méfiance à leur égard.

6Ajoutons que la marginalisation dans la recherche française des cultural studies a également contribué à tenir à distance les gender studies qui en procèdent [voir les nos 24-25 de la revue MEI, 2007 ; Glévarec et al., 2008 ; Cervulle et Quemener, 2015]. Les SIC se sont ainsi privées d’un certain nombre d’outils leur permettant de déconstruire le rapport au savoir en dépassant la pseudo-objectivité de la science comme la neutralité prétendue du chercheur, qui ont longtemps fait obstacle à la reconnaissance du Genre comme discipline scientifique et à son extraordinaire potentiel explicatif. Engagées dans la foulée des cultural studies ou dans des espaces plus réceptifs à la pensée et à l’action féministes, les recherches sur « Genre et médias » sont de ce fait largement développées dans les pays scandinaves, dans le monde anglo-saxon et dans certaines régions d’Amérique latine, alors qu’aucune synthèse sur ce thème n’existe à ce jour en français.

  • 5 La mandature de François Hollande (2012-2017) n’a pas fait exception à la règle. En témoignent la (...)

7Revenant au calendrier de cette rencontre manquée, notons enfin le caractère politique de l’agenda scientifique. Marie-Joseph Bertini [2009] note avec justesse que la France s’est tenue à l’écart du gender mainstream, qui préconise une approche intégrée de l’égalité entre les hommes et les femmes et la reconnaissance du Genre comme dimension structurante de la société comme des savoirs. À cette posture générale, ajoutons une frilosité particulièrement marquée des gouvernements de droite à l’égard de cette question. La gauche au pouvoir s’est en revanche toujours efforcée d’inscrire la question de l’égalité entre les sexes à son agenda politique, contribuant à l’intégration du Genre dans l’ensemble des problématiques scientifiques et favorisant la prise de conscience générale5.

Centralité et opérativité du concept Genre pour penser les médias

8À l’instar des tribunaux ou des écoles, les médias relèvent des « technologies du pouvoir » dont parle Michel Foucault, et participent plus que jamais des processus de socialisation genrée. Prolongeant la réflexion de Michel Foucault, Teresa de Lauretis [2007, 41] parle à leur propos de « technologies de genre » : « Le genre, comme la sexualité, n’est pas la propriété des corps ou quelque chose qui existe originellement chez les humains, mais […] il est “un ensemble d’effets produits dans les corps, les comportements et les relations sociales”, pour reprendre Foucault, et ce, grâce au déploiement d’“une technologie politique complexe” ».

9Pour l’auteure, si le Genre est (une) représentation, la représentation du Genre est sa construction. Pour illustrer sa thèse, elle propose l’exemple suivant : quand on coche un F sur un formulaire administratif, « alors que nous pensions que nous étions en train de cocher le F sur le formulaire, n’était-ce pas en fait ce F qui imposait sa marque sur nous ? » [ibid., 62]. « Nous collant à la peau comme une robe en soie mouillée », poursuit-elle. Comprendre comment la représentation du Genre est construite par une technologie donnée est alors considéré comme une étape prioritaire du programme de travail établi par la chercheuse, les médias étant au cœur de ce processus.

10Les féministes ne s’y sont pas trompées et, dès les années 1960, ont montré du doigt les magazines féminins et la publicité, dénonçant leur conservatisme et pointant leur responsabilité dans le maintien des femmes dans des jeux de rôle convenus confortant la domination masculine et la société patriarcale [aux États-Unis, Friedan, 1964 ; en France, Sullerot, 1966 ; Dardigna, 1974, 1978]. Dans la continuité du Deuxième sexe de Simone de Beauvoir, elles rappellent qu’« on ne naît pas femme » mais qu’« on le devient », et soulignent l’importance des instances de socialisation dans ce travail de formatage, au premier rang desquelles les médias.

11Cinquante ans plus tard, où en est-on ? Si l’étau des assignations genrées s’est desserré – en témoignent une plus grande égalité entre hommes et femmes, tout au moins en Occident, et une redéfinition plus large des sexualités –, la place et le rôle des médias dans la société se sont accrus, rendant leur analyse plus que jamais nécessaire.

12Par ailleurs, la focale resserrée sur les seules femmes dans les travaux que l’on vient d’évoquer s’est élargie. Il s’agit désormais de prendre en compte la représentation des femmes et des hommes dans les médias, mais aussi d’interroger plus largement l’articulation du masculin et du féminin. Le bénéfice par rapport à la formulation initiale est double. D’une part, l’intégration des hommes dans les travaux sur le Genre a permis de révéler la fausse neutralité qui tendait à faire croire que seul le féminin était construit, et à considérer les femmes comme « spécifiques » quand les hommes étaient la norme. D’autre part, l’utilisation des notions de « masculin » et de « féminin » désarrimées du binôme hommes / femmes – le féminin n’étant pas plus l’exclusivité des femmes que le masculin n’est celui des hommes – a permis d’intégrer l’ensemble des sexualités (LGBTI : lesbiennes, gays, bisexuel.les, trans et intersexes) dans la réflexion. L’emploi du mot « Genre » rend compte de ces mutations.

13L’articulation du Genre à l’âge, à la classe sociale et à la race dans la compréhension des rapports de domination a également progressé, mais le concept d’intersectionnalité reste encore insuffisamment mobilisé comme outil concret d’analyse dans les travaux sur les médias et la communication.

Genre et médias : esquisse cartographique et perspectives de recherches

14Nous avons jusqu’ici employé le mot « médias » comme un terme générique. Cette facilité de langage est trompeuse : « les médias » – c’est un truisme de le rappeler – n’existent pas. François Jost [1997], que nous suivrons ici, propose de distinguer les modes informatif (« c’est pour de vrai »), ludique (« c’est pour rire ») ou fictif (« c’est pour de faux »), selon la stratégie discursive privilégiée par l’énonciateur.

15Le discours d’information (« c’est pour de vrai ») a suscité de nombreux travaux et l’on comprend pourquoi : le caractère médiatiquement construit du Genre apparaît d’autant mieux que l’on a affaire à des discours revendiquant un « dire vrai » et qui se donnent communément comme le reflet de la réalité. Le Global Media Monitoring Project, qui depuis 1995 analyse les médias d’information sous l’angle des sexo-spécificités, pointe avec constance le gender gap entre la réalité et sa représentation médiatique6 [Coulomb-Gully, 2011]. Ces travaux dénoncent l’enfermement catégoriel qui tend à assigner hommes et femmes à des jeux de rôle convenus alors même que la réalité du terrain est plus mouvante et diversifiée. Ce travail d’analyse doit être systématisé, et le baromètre des évolutions dans la représentation du Genre par les médias doit être perfectionné [Coulomb-Gully et Meadel, 2012].

  • 7 Pour une bibliographie actualisée sur la relation entre le Genre et le rire, voir l’ouvrage de Nel (...)

16L’humour (« c’est pour rire ») constitue plus que jamais une modalité d’expression privilégiée du monde médiatique contemporain et un lieu de production particulièrement intéressant des stéréotypes de Genre. Malgré une reconfiguration importante des scènes humoristiques et des performances de Genre qu’elles permettent [Quemener, 2013], le lien entre humour et sexisme reste puissant, de même qu’y est souvent privilégiée la construction d’une virilité ostentatoire et méprisante pour d’autres formes de masculinités (Les grandes gueules sur RMC, Les grosses têtes sur RTL, C’est Canteloup sur TF1, etc.). En outre, cet humour apparaît comme une tradition française à laquelle il est d’autant plus malvenu de s’opposer qu’on paraîtra « manquer d’humour », précisément. L’étude de ces discours s’impose, en lien avec la ligne éditoriale de leurs « supports » et leurs audiences7.

17Les fictions (« c’est pour de faux ») produites en particulier dans le cadre des médiacultures [Maigret et Macé, 2005], dont l’audience est importante, illustrent également la polyphonie constitutive du discours des médias. Les fictions diffusées sur TF1 ne privilégient pas les mêmes représentations du Genre que celles de Canal+ ou d’Arte, par exemple, comme le montre très bien Laetitia Biscarrat [2012] dans sa thèse sur les représentations du couple à la télévision.

18Une prise en compte fine de la polyphonie constitutive des médias permet d’observer le dépassement de certains stéréotypes et l’ouverture d’espaces de visibilité fondés sur une reconfiguration des assignations de Genre. C’est ce travail d’analyse, sensible aux tensions et aux logiques contradictoires qui traversent ce vaste ensemble « des » médias, qu’il faut désormais approfondir [Damian-Gaillard et al., 2014].

  • 8 En témoigne en 2015 la nomination d’une femme, Delphine Ernotte, à la tête de France Télévisions e (...)
  • 9 La Ligue du LOL est le nom d’un groupe Facebook réunissant des journalistes (mais aussi des commun (...)

19Les travaux sur les usages et la réception doivent aussi être développés, et le caractère genré des conditions de production être plus systématiquement intégré à la réflexion. Ainsi des logiques à l’œuvre au niveau des professionnels des médias, avec la double ségrégation verticale – qui relègue les femmes en bas de la hiérarchie – et horizontale – qui les affecte à des thèmes spécifiques comme le care. Or des mutations sont en cours8 qu’il est nécessaire d’analyser précisément [Ross and Padovani, 2016], dans la foulée des travaux existants sur le monde journalistique [Frisque et al., 2010], qui doivent être développés et étendus aux animateurs comme aux propriétaires des entreprises médiatiques et être mis en lien avec l’ensemble du processus de communication. Le scandale provoqué par la révélation de « la Ligue du LOL », parfois qualifiée de « #meetoo français » à l’étranger, montre la permanence des pratiques sexistes liées aux assignations de Genre dans la production de certains médias mainstream9.

20En aval, il faut développer les recherches sur les usages et les pratiques de réception [Biscarrat, 2015], qu’il s’agisse par exemple des usages de l’internet [Jouët, 2003 ; Bertini, 2011], des jeux vidéo [Lignon, 2015] ou de la réception des quotidiens [Debras, 2003] et autres journaux. La dimension genrée du paradigme des usages doit être largement approfondie et la collaboration avec les sociologues des médias renforcée.

21Notons enfin que longtemps focalisées sur les seules femmes, les recherches sur le Genre et les médias ont plus récemment intégré la réflexion sur les masculinités [Vörös, 2015], dans un dépassement de la binarité hommes / femmes [Espineira, 2012 ; id. et al., 2014], et pris en compte les rapports de domination dans toute leur complexité, genrée, sociale et raciale en particulier [Dalibert, 2012 ; Cervulle, 2013]. Ces perspectives doivent être approfondies, et ces travaux poursuivis.

Le Genre : une méthodologie

  • 10 Nous centrerons notre réflexion sur les seules SHS bien que les sciences naturelles et les science (...)
  • 11 La proposition qui suit s’est nourrie de ma lecture des travaux empiriques utilisant l’outil « Gen (...)

22Dépassant le seul cadre des rapports entre Genre et SIC, nous voudrions à présent envisager l’inscription du Genre dans le cadre des SHS10. Pour ce faire, je propose de voir dans le Genre moins une idéologie ou une discipline qu’une méthodologie. Cette proposition permet de mettre en avant sa dimension transversale, et la possibilité d’en faire un outil susceptible d’être intégré dans quelque cadre disciplinaire que ce soit : une méthodologie « traversière », donc, sinon vagabonde. Considérant que la méthode mise en œuvre relève du cadre disciplinaire propre à chaque recherche, efforçons-nous à présent de mettre au jour ce « corps de concepts qui définissent le type d’intelligibilité et commandent la méthode » propre à la méthodologie [selon Bélisle et al., 1999, 207]11.

La centralité des rapports sociaux de sexes

23L’évidence du propos ne permet pas d’en faire l’économie. Suivant Béréni et al. [2008], rappelons que la centralité des rapports sociaux de sexes dans la méthodologie genrée suppose une approche relationnelle des sexes : ce qui relève des femmes et du féminin ne peut être dissocié de ce qui relève des hommes et du masculin ; elle suppose d’appréhender les relations sociales entre les sexes comme un rapport de pouvoir, et de ne pas analyser les rapports de sexes indépendamment des autres rapports de pouvoir : race, classe, Genre. Mais si le courant matérialiste et anti-essentialiste est aujourd’hui largement représenté dans les travaux sur le Genre (c’est également la position défendue par les auteurs du manuel cité en référence), ce trait ne peut être considéré comme partagé par tous les chercheurs sur le Genre. Nous ne l’intégrerons donc pas dans les éléments constitutifs de la méthodologie genrée.

24La place centrale accordée aux rapports sociaux de sexes porte non seulement sur les objets de recherche, mais aussi sur les chercheur-es. Le constat que les travaux sur le Genre sont principalement menés par des femmes, premières concernées par la domination sexuée, est révélateur de la relation entre chercheur et objet de recherche : le Genre interroge ainsi la prétendue rupture entre sujet et objet de recherche, principe au fondement d’une conception positiviste de la science. Critiquant le caractère androcentrique des théories dites scientifiques et dévoilant que sous couvert de neutralité, le sujet universel de l’épistémologie classique est implicitement masculin, la méthodologie genrée récuse la neutralité et l’objectivité comme illusoires [Dagenais, 1987 ; Harding, 2003]. Comme l’observent Michèle Ollivier et Manon Tremblay [2000], le rapport entre la pensée du Genre et la tradition scientifique a pris la forme d’un engagement critique qui a entraîné une contestation des savoirs établis comme des processus d’acquisition des connaissances.

L’horizontalité, la marge et le tiers

25La différence et l’horizontalité : « la différence comme système de relation et recherche d’un dehors à la pensée hiérarchique, sont devenus une véritable méthodologie de travail », écrit Rosi Braidotti [2003]. La déconstruction des rapports de domination au cœur de la méthodologie genrée se traduit par le primat de l’horizontalité et de la différence contre la verticalité et la hiérarchie. De façon concrète, cela suppose que dans une situation d’enquête par exemple, la transmission des connaissances s’effectue dans les deux sens : des chercheurs aux enquêtés et vice versa, la valeur de la parole de l’enquêté sur sa propre pratique étant pleinement prise en compte. Ou encore que le vécu et l’expérience quotidienne sont reconnus comme éléments de savoir et d’accès à la connaissance. La méthodologie genrée travaille contre l’épistémologie de la domination, y compris celle du chercheur, amené à descendre de son piédestal. « Le genre est avant tout une manière première de signifier les rapports de pouvoir », rappelle Joan Scott [1988, 141].

26La norme et la marge : ce travail de déconstruction des rapports de domination conduit également à s’interroger sur la norme et son rapport à la marge. Judith Butler [2005] s’appuyant sur Freud considère que c’est l’étrange qui donne la clé pour comprendre comment est constitué le monde ordinaire. L’expérience de la marginalité, qui peut seule révéler le centre comme centre et la norme comme norme, acquiert de la sorte une valeur heuristique qui lui permet de pointer les évidences invues et les vérités insues par celles et ceux qui s’en accommodent « naturellement » (« nature-elle-ment » écrivent les féministes). Il n’a échappé à personne que les travaux sur le Genre ont été initiés par celles et ceux qui ne se retrouvaient pas dans la norme : les femmes par rapport aux hommes, les lesbiennes par rapport au féminisme straight, etc., la revendication queer poursuivant ce travail de déconstruction. L’expérience minoritaire se transforme ainsi en privilège de connaissance.

27Le double et le tiers : la pensée scientifique s’est construite sur une série de dichotomies reflétant une vision androcentrique du monde. Anthropologues et sociologues rappellent que depuis l’Antiquité, le mode d’acquisition des connaissances se fait à travers une série d’oppositions binaires : raison / passion, nature / culture, objectif / subjectif, abstrait / concret, esprit / corps, hommes / femmes, etc. Ces dichotomies sont reliées à une conception sexuée et hiérarchisée du monde qui infériorise le féminin et en fait l’élément à maîtriser. On se rappelle en particulier les travaux de Pierre Bourdieu [1998] sur la société kabyle avec le système de bi-catégorisation qui oppose le chaud et le froid, le sec et l’humide, le soleil et la lune, le haut et le bas, etc., chaque terme étant sexuellement affecté (féminin ou masculin) et renvoyant symboliquement aux formes de domination sexuées.

28À l’instar du mouvement queer qui envisage la sexualité en dehors du clivage hétéro / homo, « queeriser la pensée » suppose de dépasser la binarité dans l’ensemble des cadres de réflexion classiques [Butler, 2005 ; Haraway, 2007]. Rosi Braidotti [2003] parle à ce propos d’une « pensée du zig zag ».

Prégnance de la dimension personnelle et engagement éthique

29Dimension personnelle : « comment ces problématiques existentielles, qui fonctionnent comme des matrices faites d’attentes, de curiosité, d’interrogations avides de réponses, d’horizons implicites, etc., prennent forme et s’expriment dans l’ordre spécifiquement scientifique » s’interroge Bernard Lahire [2012, 302]. Et celui-ci de rappeler le caractère central des expériences socialisatrices des chercheur.es dans leurs choix : « C’est avec elles, écrit-il, et parfois contre elles qu’ils [les chercheurs] font de la science » [ibid.]. Le Genre fait de nos expériences personnelles incorporées un outil de compréhension du monde et reconnaît leur rôle dans nos engagements scientifiques. En soulignant que c’est fort.es de notre histoire et lesté.es des questionnements existentiels qui sont les nôtres que nous engageons notre réflexion, le Genre fonctionne là encore comme un révélateur de toute démarche scientifique.

30Ajoutons que la prise en compte de la dimension sexuée des individus dote le Genre d’un fort pouvoir d’interpellation personnelle et de compréhension du monde. Compréhension de dissymétries structurantes : pourquoi les femmes peuvent-elles porter le pantalon et pas les hommes la jupe ? Pourquoi les femmes font-elles du canyoning et pas les hommes du tricot ? Pourquoi parle-t-on de « garçon manqué » pour une fille qui aurait un comportement masculin alors que l’expression « fille manquée » n’existe pas ? Etc. Compréhension également que ce que l’on croit être des choix personnels relève d’une logique sociale : la danse et la littérature pour les filles et le foot et les sciences pour les garçons, le steak-frites pour les hommes et le poisson-légumes vapeur pour les femmes, l’intérieur et le soin pour les femmes, le jardinage et le bricolage pour les hommes, etc. Ces éléments de quotidienneté qui manifestent notre incorporation du Genre dotent cette méthodologie d’une formidable plus-value non seulement scientifique, mais aussi personnelle et existentielle.

31Le savant et le politique : les travaux sur le Genre impliquent, plus que d’autres recherches, l’engagement des chercheurs. Le savoir sur le Genre est nécessairement politique. En effet, loin d’être de purs jeux intellectuels, les définitions ici engagées ont des répercussions sur la vie des individus. L’impératif citoyen, moins évident pour qui travaillerait sur la parenthèse chez Proust ou sur l’épigraphie romaine, est un élément à part entière de la méthodologie genrée et explique que nombre de chercheur.es du champ soient également des militant.es, engagé.es dans des actions pour un monde qu’ils espèrent plus juste. Cette exigence, dont le Genre est porteur (de même que le marxisme avant lui, par exemple) et qui est aussi une richesse, fonde sa double dimension de projet scientifique d’élaboration des connaissances et sociopolitique de transformation des rapports sociaux.

32Dans La structure des révolutions scientifiques, Thomas Kuhn [1983] a posé les jalons d’une critique de la science qui s’est avérée déterminante, en affirmant que la pratique scientifique repose nécessairement sur des paradigmes qui comprennent l’ensemble des présupposés, des théories, des concepts, des approches méthodologiques et des valeurs acceptées par une communauté scientifique à un moment donné. Si la notion de paradigme n’a rien de révolutionnaire, c’est leur incommensurabilité qui est intéressante, analysent Ollivier et Tremblay [2000, 71], puisque Kuhn affirme que la perception du monde n’est possible qu’à travers le cadre conceptuel et théorique offert par un paradigme donné. L’émergence d’un questionnement sur le Genre est assurément la marque d’un changement de paradigme.

Le Genre, programme commun des SHS

  • 12 Dans leur ouvrage sur L’engagement des hommes pour l’égalité des sexes (XIVe-XXIe siècle), Florenc (...)

33Rappelons qu’à l’origine, le mot « féministe » désigne une maladie qui frappe les hommes ayant des caractéristiques psychologiques féminines : ce terme est né d’une pathologie12. Le Genre est le fils du féminisme. Dans ce qui fut un temps considéré comme une maladie, je propose de voir le ferment d’une renaissance, une possible source de renouvellement des SHS, voire de leur unité : il s’agirait donc d’« inoculer le Genre ». On conçoit la part de provocation dans cette proposition, dans la mesure où les oppositions au Genre restent extrêmement vives, y compris au sein du monde académique où les critiques quant à sa légitimité scientifique n’ont pas disparu.

« Misère de l’hyperspécialisation »

34Dans son introduction à Monde pluriel. Penser l’unité des sciences sociales, Bernard Lahire [2012] évoque l’échange entre Pierre Bourdieu, sociologue, et Fernand Braudel, historien… ou plutôt l’absence d’échange entre les deux intellectuels. Invités à débattre durant l’émission de Bernard Pivot, le 21 décembre 1979, sur ce qui s’appelait alors Antenne 2, à propos de la parution récente de leurs ouvrages (La distinction, critique sociale du jugement pour l’un, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle pour l’autre), ils n’arrivent pas à s’entendre, constate Bernard Lahire. En effet, analyse le sociologue, l’un s’inscrit dans la durée pour la prise en compte des phénomènes qui ne lui paraissent pas pouvoir être mis correctement en perspective sans cela, où l’autre considère que la longue durée gomme des différences décisives. Leur « intérêt de connaissance », poursuit Bernard Lahire, n’est pas le même, et explique que les niveaux de réalité sociale visés, les échelles d’observation adoptées et les types d’objets étudiés diffèrent. Il part de cette anecdote pour aboutir au constat de ce qu’il appelle « la misère de l’hyperspécialisation » qui lui paraît caractériser les SHS aujourd’hui.

35La division sociale du travail scientifique en disciplines séparées a accompagné le processus historique de différenciation sociale des activités. Le sociologue en reconnaît les aspects positifs, qu’il ne s’agit évidemment pas de nier : « les chercheurs, écrit-il, y ont gagné en précision, en rigueur, en délimitation de leur propos et de leur corpus empirique, en qualité des preuves apportées aussi » [ibid., 321-322]. Mais il s’interroge sur les coûts de cette hyperspécialisation, en particulier au regard des gains de connaissance. On connaît aujourd’hui, écrit-il, un double processus de dispersion des travaux scientifiques : ceux-ci en effet sont caractérisés par un découpage disciplinaire, chaque discipline s’occupant de dimensions spécifiques du monde qui nous entoure (l’économie, la politique, la communication, etc.), et un découpage sous-disciplinaire, qui prend la forme d’une hyperspécialisation (non pas « les médias » mais « Internet », « l’histoire des médias », « l’économie des médias », etc.). Ce faisant, ces chercheurs « finissent par perdre le sens des totalités sociales et des liens d’interdépendance qui existent entre des domaines différents de la pratique » écrit-il encore [ibid., 322]. Et le sociologue d’appeler à briser l’enfermement catégoriel et à produire des cadres englobants afin de pouvoir dessiner une vue d’ensemble du monde social.

Penser l’unité des SHS

36René Descartes, à une époque où l’activité scientifique ne se posait certes pas dans les mêmes termes qu’aujourd’hui, s’était déjà interrogé sur ce point. Il proposait de reconstruire les sciences selon un plan qui les unifie et les installe sur des fondements communs, et ce, grâce à une méthode commune [Descartes, 1637]. Plus proche de nous, Gaston Bachelard [1963] s’est aussi interrogé sur les conditions de possibilité d’une approche scientifique globale ; ou encore Max Weber [1965] et Émile Durkheim [1895]. Arrêtons-nous sur deux tentatives qui, au cours du XXe siècle, ont marqué les SHS par leur grande ambition unificatrice : le marxisme et le structuralisme.

  • 13 Voir Cabin, 2001, dont s’inspire ce paragraphe.
  • 14 L’introduction du premier volume commence ainsi : « Au cours des séances où le Centre d’Études et (...)

37La formule de Jean-Paul Sartre selon laquelle le marxisme est l’« indépassable philosophie de notre temps » illustre les liens passionnés qu’a entretenus (essentiellement en France) une génération de penseurs avec l’œuvre de Karl Marx, les années 1950 marquant l’apogée de la prééminence du marxisme dans l’intelligentsia. Si tous les intellectuels ne sont pas marxistes, ni communistes, la plupart des débats publics, qu’il s’agisse de géopolitique ou d’épistémologie, s’opèrent en référence au système d’explication marxiste13. Pour saisir ce phénomène, il faut revenir à la double nature du marxisme : sa vocation scientifique et son projet politique. Ses relations avec les intellectuels prennent d’abord la forme de l’engagement de personnalités auprès du mouvement communiste. Mais elles se manifestent aussi par la prégnance du paradigme marxiste dans les SHS. Les étudiants de lettres de ma génération se souviennent fort bien de la révolution constituée par l’approche marxiste des textes, dont témoigna entre autres le formidable Manuel d’histoire littéraire de la France paru aux Éditions sociales en 197114 ; ou, plus tardivement, Les règles de l’art de Pierre Bourdieu qui « a déplacé l’intérêt de la recherche de l’intentionnalité de l’auteur aux déterminants sociaux de la production de l’œuvre » [Sapiro, 2007]. Cette approche était partagée par des littéraires, mais également par des historiens ou des sociologues, qui trouvaient dans la terminologie et la méthodologie marxistes un langage commun.

38Le structuralisme, dans la seconde moitié du XXe siècle, constitue la deuxième grande tentative de penser les SHS à partir d’un point de vue commun. Même si aucune position unitaire n’a jamais existé sous ce nom, il n’en apparaît pas moins qu’il a constitué une vaste tentative d’unification méthodologique, et que la plus-value interprétative qu’il a permise est considérable. Dans son Histoire du structuralisme, François Dosse [1991, 385] écrit :

la vague structuraliste qui déferle sur le monde intellectuel français a largement débordé les limites de sa discipline d’origine, la linguistique. Non seulement l’ethnologie, la sociologie, l’économie, l’histoire, la philosophie, les études littéraires, mais la psychanalyse et la critique littéraire et cinématographique sont enfiévrées par la révélation selon laquelle toute production humaine est déterminée par des structures […] Le structuralisme n’appartient plus à une discipline, mais apparaît comme une méthode générale de traitement des phénomènes et des textes pour en dégager les formes sous-jacentes.

39La perspective de voir le champ tout entier des anciennes humanités se fédérer en un seul et même grand programme scientifique suscite alors un grand enthousiasme.

40Les outils que furent la structure, l’opposition pertinente et l’inconscient, notions empruntées par Claude Lévi-Strauss à la phonologie, ont fait mouche. Dans Anthropologie structurale, Lévi-Strauss [1968] révèle l’unité de sociétés apparemment très différentes en mettant au jour leurs modes d’organisation structurelle communs : prohibition de l’inceste, échange des femmes, etc. En littérature, Vladimir Propp [1973] analyse des milliers de contes populaires dont il pointe la structure commune en dévoilant quelques invariants partagés : actant, opposant, adjuvant, etc., à l’origine du fameux schéma actantiel. L’historien Georges Dumézil [1995] montre que l’ensemble des sociétés indo-européennes médiévales, au-delà de leur infinie diversité, partagent un même mode de fonctionnement fondé sur la tripartition prêtre / soldat / paysan, qui correspond aux trois fonctions fondamentales : prier, faire la guerre et se nourrir.

41Si le structuralisme comme le marxisme ont été violemment critiqués, le premier en raison des oublis sur lesquels il se fonde (oubli de l’humain, oubli de l’histoire…), et second en raison de ses partis pris jugés réducteurs, l’un comme l’autre ont cependant permis de réelles avancées interprétatives et suscité un dialogue extrêmement fécond entre disciplines.

42Dans cette recherche d’une formule scientifique commune, pourquoi ne pas considérer que les études de Genre pourraient à leur tour représenter le socle partagé d’un vaste programme d’unification des SHS ?

Le Genre : sciences de l’homme… et de la femme ?

43Permettant d’inventer et de découvrir de nouvelles perspectives, le Genre est également une possibilité pour les SHS de parler la même langue. Au rebours de l’anecdote relatée par Bernard Lahire concernant l’incommunicabilité entre Bourdieu et Braudel, gageons que si un historien, un économiste, un sociologue, un politologue du Genre étaient amenés à échanger, ils utiliseraient un langage commun et se trouveraient d’emblée de plain-pied.

44Transversal, le Genre apparaît comme une possible « méta-méthodologie ». Il peut fournir un cadre englobant et permettre de voir ce qu’ont en commun les différentes sciences sociales… avec au premier rang, leur oubli du Genre. Révélant l’impensé sexiste des disciplines, il fait apparaître de nouveaux territoires jusqu’alors restés inexplorés parce qu’invisibles, dans « l’angle mort ». La méthodologie genrée a ainsi révélé que la discipline historique était en fait une history, comme l’écrivent avec humour les historiennes américaines qui appellent à prendre également en compte notre herstory. L’oubli des femmes dans la fabrique de l’histoire a en effet produit une analyse très partielle des faits et imposé une chronologie erronée : restant dans le domaine français, dater de 1789 l’accès à l’égalité de tous les citoyens devant la loi, alors que les femmes ont longtemps encore été considérées comme des mineures, ou la naissance du suffrage universel de 1848, alors que les femmes ne l’ont obtenu qu’en 1946, en sont quelques exemples. Un manuel paru en 2010 [Dermenjian et al.] s’efforce de pointer ces lectures androcentrées et de proposer une « histoire mixte » (c’est le sous-titre du manuel) de l’histoire de France.

  • 15 Les recherches sur le Genre en linguistique sont nombreuses. Outre les études pionnières de Robin (...)

45En linguistique, le Genre permet également une relecture des règles morphologiques, lexicales et syntaxiques. Ainsi par exemple de l’imposition, au XVIIe siècle, de l’accord de l’adjectif au masculin alors même qu’il renvoie également à un (ou plusieurs) substantif(s) féminin(s), contre l’accord par proximité également en usage jusqu’alors et qui préservait la visibilité du féminin. La formulation bien connue « le masculin l’emporte sur le féminin » rend compte de cette mutation, qui se produit dans un contexte d’affirmation d’un État monarchique fort et d’imposition du patriarcat [Wanegfellen, 2008]. On peut également s’interroger sur la présentation du lexique ; ainsi de la définition de la jument comme « femelle du cheval (ou de l’étalon) », alors que ce dernier n’est jamais défini comme « mâle de la jument ». En morphologie, la règle selon laquelle on obtient le féminin en ajoutant un -e au masculin fait percevoir le féminin comme « marqué », tandis que le masculin, non marqué, serait la norme ; pourquoi ne pas considérer que le masculin est « inclus » dans le féminin et qu’il convient de retrancher un -e au féminin pour obtenir le masculin15 ?

46À travers ces quelques exemples, respectivement tirés de l’histoire et de la linguistique, on voit combien est productive la conversion du regard que suppose la prise en compte du Genre : en même temps qu’elle révèle le fondement sexiste de nos disciplines, la méthodologie genrée découvre des territoires inexplorés.

Conclusion

47Dans le continuel processus de création et de transformation des concepts et des outils au moyen desquels nous essayons de saisir la réalité, le Genre s’impose aujourd’hui comme une méthodologie de recherche aussi incontournable qu’efficace. « Les bons concepts sociologiques sont ceux qui augmentent l’imagination scientifique et qui obligent, du même coup, à des tâches empiriques inédites, des actes de recherche que le sociologue n’aurait jamais été amené à réaliser sans eux » écrit Bernard Lahire [2012, 149]. Parce qu’elle permet de révéler des vérités invues et des savoirs insus, la méthodologie du Genre doit faire partie de la boîte à outils du chercheur du XXIe siècle.

48L’émergence du Genre est indissociable du mouvement qui, à partir de la seconde moitié du XXe siècle notamment, a permis aux femmes d’accéder au monde académique. Toute recherche est déictique et la méthodologie genrée s’inscrit dans un espace-temps dont elle est tributaire. Comme toutes les autres méthodologies, la méthodologie du Genre est fille de son temps et a donc pour vocation d’être à son tour dépassée. Lorsque seront éradiqués le patriarcat et les formes d’oppression qui lui sont associées, il sera temps de changer de braquet. Si Max Weber [1974] écrit « qu’il y a des sciences auxquelles il a été donné de rester éternellement jeunes » (il pense à la sociologie), nous ne pouvons donc que souhaiter aux études de Genre de vieillir très vite…

Notes

1 Une première version de ce chapitre est parue, sous forme d’article, dans la Revue française des sciences de l’information et de la communication (RFSIC), no 4, 2014. [En ligne] < http://rfsic.revues.org/837 >. Nous convenons d’orthographier « Genre » avec une majuscule lorsque le terme est employé comme synonyme de « rapports sociaux de sexes », pour le distinguer de ses autres usages (le genre grammatical ou littéraire par exemple). L’expression « sciences humaines et sociales » sera abrégée en SHS et l’expression « sciences de l’information et de la communication » en SIC.

2 Virginie Julliard et Nelly Quemener.

3 Dont Laetitia Biscarrat et Gwénaëlle Le Gras assurent la direction scientifique.

4 Créé en 2012 par le CNRS, le groupement d’intérêt scientifique (GIS) sur le Genre regroupe une trentaine d’universités et 90 laboratoires environ. Il a débuté son second mandat en 2016 et c’est à cette occasion qu’apparaît l’axe mentionné ci-dessus.

5 La mandature de François Hollande (2012-2017) n’a pas fait exception à la règle. En témoignent la nomination d’une ministre des Droits des femmes de plein exercice, Najat Vallaud-Belkacem, dès son arrivée au pouvoir en 2012 (cela ne s’était pas produit depuis 1981 avec la nomination d’Yvette Roudy à ce même poste), la légalisation du mariage homosexuel en 2013, ou la grande loi-cadre sur l’« Égalité réelle », symboliquement votée le 14 août 2014.

6 [En ligne] < http://www.whomakesthenews.com >.

7 Pour une bibliographie actualisée sur la relation entre le Genre et le rire, voir l’ouvrage de Nelly Quemener cité ci-dessus, ainsi que le numéro de Recherches féministes (2012, vol. 25, no 2), et Bayle et Fix, 2013. Voir également le 1er état des lieux du sexisme en France publié en 2019 par le Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes (HCE) qui consacre un développement au Genre comme objet d’humour dans les médias. [En ligne] < http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/IMG/pdf/hce_etatdeslieux-sexisme-vf-2.pdf >.

8 En témoigne en 2015 la nomination d’une femme, Delphine Ernotte, à la tête de France Télévisions et son engagement en faveur de la parité, tandis que Mathieu Gallet, président de Radio France, s’engageait parallèlement à augmenter de 5 % la présence des femmes dans l’organigramme du groupe. Avec 4 femmes à la tête d’une des 44 stations locales, il est vrai que la marge de progression était confortable !

9 La Ligue du LOL est le nom d’un groupe Facebook réunissant des journalistes (mais aussi des communicants et des publicitaires), pour l’essentiel des jeunes hommes basés à Paris et moquant des collègues, le plus souvent des femmes, en raison de leur physique, de leur orientation sexuelle, etc. L’affaire éclate en février 2019, qui révèle l’entre-soi masculin de ce petit monde.

10 Nous centrerons notre réflexion sur les seules SHS bien que les sciences naturelles et les sciences dures n’échappent pas non plus à l’androcentrisme ; en témoignent par exemple les travaux de Catherine Vidal sur le cerveau [Vidal et Benoit-Browaeys, 2005].

11 La proposition qui suit s’est nourrie de ma lecture des travaux empiriques utilisant l’outil « Genre » et de travaux d’ordre plus épistémologique. Elle s’appuie également sur mon expérience personnelle de recherche, qui s’est successivement déroulée en langue et littérature, puis dans le cadre des SIC : cette traversée disciplinaire m’a été utile pour saisir la spécificité de la méthodologie genrée.

12 Dans leur ouvrage sur L’engagement des hommes pour l’égalité des sexes (XIVe-XXIe siècle), Florence Rochefort et Éliane Viennot [2013, 7] précisent que l’adjectif correspondant fut employé par Alexandre Dumas fils en 1872 pour se moquer de ces hommes engagés aux côtés des femmes. Quelques années plus tard, Hubertine Auclert, avec le sens de la formule qui la caractérise, opère un retournement du stigmate et s’empare du terme pour parler, positivement, de celles et ceux qui militent pour l’émancipation féminine.

13 Voir Cabin, 2001, dont s’inspire ce paragraphe.

14 L’introduction du premier volume commence ainsi : « Au cours des séances où le Centre d’Études et de Recherches Marxistes s’employait à définir l’orientation future de ses activités […] des écrivains et des universitaires, approuvés par les étudiants, ont émis le souhait que fût entreprise la rédaction d’un Manuel de Littérature correspondant aux desiderata de notre époque […] Ce Manuel serait-il marxiste ? » [Abraham et Desne, 1971, 7].

15 Les recherches sur le Genre en linguistique sont nombreuses. Outre les études pionnières de Robin Lakoff [1975], citons en France Nina Catach [1986] et Anne-Marie Houdebine-Gravaud [1998]. Le réseau « Genre et langage », basé à Paris 3 et animé par Luca Greco et Maria Candea, se charge aujourd’hui de diffuser l’actualité des travaux sur cette question.

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search