Version classiqueVersion mobile

Éducation critique aux médias et à l’information en contexte numérique

 | 
Sophie Jehel
, 
Alexandra Saemmer

Partie 1. Éduquer à l’information, décoder les infomédiaires

Chapitre 8. La défiance des adolescents vis-à-vis de l’information journalistique dans le contexte de la crise de l’information

Sophie Jehel

Texte intégral

  • 1 Le cas nous a été rapporté dans l’enquête sur la réception des images violentes, sexuelles et hain (...)

1La question de la méfiance vis-à-vis de l’information journalistique est devenue depuis 2015 un des moteurs principaux des actions en ÉMI. Les attentats des années 2015 et 2016 ont inspiré un certain nombre de projets de ressources et de formations à l’Éducation nationale pour lutter contre la radicalisation et le « complotisme ». Les deux objectifs ont émergé de façon concomitante après janvier 2015 et les attentats contre Charlie Hebdo sous le choc de la découverte d’un terrorisme agi par des jeunes Français, assassinant d’autres Français au nom de principes politiques et religieux (interdiction du blasphème, haine des juifs…) contraires aux valeurs de la société globale, mais aussi devant le constat qu’une partie des jeunes refusait la minute de silence imposée dans l’enceinte des établissements scolaires. Devant le trouble suscité par ce refus, certains établissements ont préféré organiser cette minute de silence en la confinant dans les classes pour éviter la contagion. Dans d’autres établissements au contraire, les élèves ont réclamé de pouvoir manifester leur émotion et leur soutien aux victimes des attentats en groupe, dans la cour1.

  • 2 Rien que dans la presse écrite, à titre d’exemple : L’Est républicain, 10 janvier 2015, Le Point, (...)
  • 3 Voir notamment Mattea Battaglia et Benoît Floc’h, « À Saint-Denis, collégiens et lycéens ne sont p (...)
  • 4 Voir notamment Raoul Pantanella, « Minutes de silence dans les rangs », Les Cahiers pédagogiques, (...)
  • 5 Dominique Albertini, « Les rouages de la machine complotiste », Libération, 20 janvier 2015.

2Le refus de la minute de silence le 8 janvier 2015 par une petite partie des jeunes a été observé dans diverses régions de France et fortement médiatisé2. Son interprétation est venue accroître encore l’inquiétude de la société et de ses élites vis-à-vis des jeunes : ce refus s’accompagnerait d’une incompréhension du combat idéologique de Charlie Hebdo partagée largement au-delà des personnes engagées dans les actes terroristes, d’une incompréhension de la conception française de la liberté d’expression qui protège la satire de la religion mais ne tolère pas les discours antisémites3, mais aussi de la circulation de thèses dites « complotistes » contestant la version officielle des attentats. Ce n’était pourtant pas la première fois que le refus de minutes de silence suite à des attentats islamistes se manifestait dans les classes en France. Diverses voix s’étaient déjà fait entendre pour relativiser la signification de ces minutes de silence, après les attentats du 11 septembre 2001 à New York, comme après ceux de Madrid du 11 mars 2004, au nom d’un universalisme ou d’autres formes de solidarité4. En 2001, pressentant des résistances, certaines entreprises avaient laissé leurs employés libres de s’associer ou non à cette manifestation [Truc, 2016, 169]. Le fait que les attentats de 2015 aient eu lieu en France donnait cependant au refus d’y participer une connotation particulière. Cette date ne marquait pas pour autant le début de la diffusion des thèses « complotistes »5.

  • 6 En témoignent le site < eduscol.fr , les ressources pédagogiques du CLÉMI mises en ligne sur son s (...)
  • 7 Communication de la Commission au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social e (...)

3Le gouvernement a répondu à ces indices de défiance par une mobilisation de l’école autour de l’éducation à la citoyenneté et aux valeurs de la République, la « lutte contre la désinformation » et les fake news. L’éducation aux médias a été fortement sollicitée sur ces différentes dimensions6. Cette orientation s’inscrit dans un contexte européen : elle est impulsée par la Commission européenne qui préconise, parmi les cinq mesures pour « lutter contre la désinformation en ligne », la « promotion de l’enseignement et de l’éducation aux médias »7.

  • 8 The Conversation, juin 2018, Fake news et post-vérité. 20 textes pour comprendre et combattre la m (...)

4Dans ce chapitre, nous proposons d’ancrer la réponse à la défiance dans une compréhension des relations de long terme entre les médias et leurs publics, en la situant d’abord comme un indice de la crise qui caractérise l’information journalistique dans les sociétés libérales. En effet, la défiance que l’on peut rencontrer chez des adolescents vis-à-vis de l’information ne leur est pas entièrement spécifique. Elle est observée dans toutes les catégories de la population depuis de nombreuses années. Il est important de prendre en compte la sédimentation des sources de défiance qui se superposent dans la crise actuelle de l’information et la contagion des fake news8. Après un rappel historique et généalogique des racines de cette crise, l’analyse de la réception de l’information par les adolescents permettra de préciser la nature de l’adhésion de certains à des représentations « complotistes ». Nous nous appuierons sur quelques situations concrètes rencontrées dans le cadre de la recherche sur la réception par les adolescents des images violentes, sexuelles et haineuses (2015-2017) pour construire une typologie de la défiance des jeunes vis-à-vis de l’information. La prise en compte de la genèse de la crise et l’analyse de ces cas pourraient donner des pistes pour comprendre les phénomènes de résistance aux discours officiels et médiatiques. À partir de l’ensemble de ces données, nous pourrons enfin esquisser des pistes éducatives.

Les nombreux facteurs de la défiance vis-à-vis de l’information journalistique

  • 9 Auditions de la Commission de la culture, de l’éducation et de la communication et de la Commissio (...)
  • 10 Voir notamment « Nouvelles accusations contre Cambridge Analytica et l’ingérence russe dans la cam (...)
  • 11 Sylvain Rolland, « L’adoption de la loi anti-fake news de Macron repoussée à cause des polémiques  (...)

5Plusieurs groupes de travail ont été créés par les pouvoirs publics et les grands acteurs de l’information en 2017-2018, aux niveaux national et européen, pour réagir aux « dysfonctionnements » de l’information9. Ils se sont mobilisés contre le risque de manipulation des élections rendu visible notamment par la révélation des pratiques de Cambridge Analytica lors du vote du Brexit et de l’élection de Donald Trump10. Les « MacronLeaks » déversés sur Twitter jusqu’à la veille du second tour des présidentielles ont motivé encore plus spécifiquement le dépôt du projet de loi contre la manipulation de l’information dont la formulation a suscité de nombreuses inquiétudes11. L’analyse de la défiance vis-à-vis de l’information journalistique doit cependant être placée dans un contexte plus large que celui des attentats de 2015 et celui du fonctionnement des plateformes numériques, malgré les dimensions nouvelles que ces dernières offrent à la circulation des diverses formes de désinformation. Nous pouvons identifier au moins 6 facteurs de la crise de l’information, dont le fonctionnement des plateformes constitue le plus récent. Nous insisterons particulièrement sur le premier facteur qui est inhérent à la production de l’information en contexte libéral.

La crise structurelle de l’information et la déstabilisation des journalistes

  • 12 Ignacio Ramonet, « Télévision nécrophile », Le Monde diplomatique, mars 1990.
  • 13 Le Débat, mai-août 1990, no 60, Malaise dans les médias ; Esprit, décembre 1990, Où va le journali (...)

6La crise de l’information et la défiance des publics vis-à-vis des journalistes ne datent pas des réseaux sociaux numériques (RSN). Depuis les années 1990, la méfiance des publics vis-à-vis de la télévision s’accroît en France. Au cours de cette décennie, un florilège de désinformations a été largement médiatisé qui a pu conforter la défiance. La reprise par un ensemble de médias professionnels, réputés pour leur sérieux, du faux charnier de Timişoara en décembre 1989, mis en scène par les opposants à la dictature de Ceauşescu, a frappé durablement les esprits12. Le traitement de la première guerre du Golfe a été marqué par des pratiques qui ont pu décrédibiliser la profession journalistique : occupation maximale du temps d’antenne pour des informations de faible qualité, illustration par des images parfois sans rapport avec le contexte traité, relai de la propagande militaire par des images satellites indécidables et déréalisantes ressemblant à celles d’un jeu vidéo. Ignacio Ramonet, en mai 1991, lançait un appel à la prise de conscience, en s’appuyant au-delà des analyses du Monde diplomatique sur celles de nombreux observateurs13 :

  • 14 Ignacio Ramonet, « L’ère du soupçon », Le Monde diplomatique, mai 1991.

Scepticisme. Méfiance. Incrédulité. Tels sont, à l’égard des médias, et plus particulièrement de la télévision, les sentiments dominants des citoyens. Chacun, confusément, sent bien que quelque chose ne va pas dans le fonctionnement général du système informationnel. Les mensonges et les mystifications de la guerre du Golfe – « l’Irak, quatrième armée du monde », « la marée noire du siècle » […] « la guerre chirurgicale » […] – ont choqué, une fois encore, les téléspectateurs […] cela a confirmé ad nauseam, l’impression forte de malaise qu’avaient déjà suscitée des affaires comme le faux charnier de Timişoara et la profanation de Carpentras14.

  • 15 Publication de communiqués, réunions avec les chaînes de télévision, Lettre du CSA, février 1991, (...)

7Le CSA a initié son action dans le domaine de l’honnêteté de l’information à l’égard des chaînes et des radios à ce moment15. Les dérapages de l’information venaient aussi de la diffusion d’émissions mêlant, sans le préciser au spectateur, fiction et information, avec des faux directs et mises en scène [Ganne, 1991]. Le traitement sensationnaliste de l’information par les médias allait également être mis en cause dans le discours tenu sur les banlieues et apparaître comme un problème non seulement médiatique mais politique, en faisant obstacle à une analyse pertinente des inégalités sociales frappant les quartiers populaires [Champagne, 1991]. Depuis lors, la question déontologique n’a cessé d’être présente au cœur de la réflexion de la profession journalistique. En 1999, Jean-Marie Charon commençait un rapport sur la déontologie de l’information remis à la ministre de la Culture et de la Communication, Catherine Trautmann, par un constat tout aussi alarmant que celui d’Ignacio Ramonet dix ans auparavant :

Les dernières années et surtout les derniers mois, ont été le théâtre de nombreux faits concernant le traitement de l’information, qui ont conduit au développement de débats et d’interrogations profondes tant chez les journalistes, que parmi les intellectuels, les responsables politiques, ainsi que de larges franges du public (si l’on en croit certains sondages). Nombre d’observateurs, de responsables, de personnalités morales sont alors conduits à invoquer une forme de dérive dans la pratique journalistique ainsi que dans la maîtrise éditoriale des principaux médias. [Charon, 1999, 2]

8Les années 1990 ont ainsi vu se renforcer la critique des médias tant du côté des journalistes (Reporters sans frontières [RSF], le Syndicat national des journalistes [SNJ], Télérama, l’émission puis le site d’Arrêt sur images, Le Canard enchaîné…) que des universitaires (Bourdieu, Champagne, Ruellan, Bertrand…) [Charon, 2003].

  • 16 Il souligne aussi bien l’omniprésence d’Alain Bauer, que la cannibalisation des journaux d’informa (...)
  • 17 Rapport de Marie Sirinelli, Autorégulation de l’information : comment incarner la déontologie ?, r (...)

9Cet arsenal de réactions et de régulations (pour l’audiovisuel) n’a cependant pas fait obstacle à ce que Daniel Schneidermann [2004] a appelé les « cauchemars médiatiques ». Il y fait figurer aussi bien la couverture de l’insécurité juste avant les élections présidentielles de 2002 qui a pu favoriser l’arrivée du candidat du Front national au second tour16, que le traitement des affaires de pédophilie, l’accueil réservé à la thèse complotiste de Thierry Meyssan sur le 11 septembre, ou le ton et l’ampleur de la couverture médiatique de Loft Story. La médiatisation de l’affaire d’Outreau en 2001 a eu des répercussions négatives sur le fonctionnement de l’instruction et sur les protagonistes, comme l’a démontré le rapport de la commission d’enquête présidée par André Vallini [2006]. Les médias d’information se sont complu dans des récits fantasmatiques stigmatisant un quartier entier, accablant de fausses accusations des innocents, rappelant les dysfonctionnements de l’affaire Grégory (1984). Le dysfonctionnement judiciaire aggravé par les fautes déontologiques de certains médias s’est soldé par des suicides, des familles détruites, voire la remise en cause de principes aussi importants que le respect de la parole des enfants dans la dénonciation d’abus sexuels. Des initiatives ont été prises en réaction par des journalistes, des universitaires et des associations, comme les Assises du journalisme, les Entretiens de l’information, l’Observatoire de la déontologie de l’information, qui ont abouti notamment à la construction d’une réflexion collective sur les dérives de l’information, la remise à l’ordre du jour de la constitution d’un conseil de presse, et à diverses mesures législatives destinées à renforcer la situation des journalistes et l’indépendance de l’information17.

  • 18 Déclaration de Nicolas de Tavernost, président du directoire du groupe M6, Supplément Canal+, juin (...)

10Ce bref parcours historique nous rappelle que la qualité de l’information dans un contexte concurrentiel est l’objet d’une vigilance permanente en France comme aux États-Unis [Frau-Meigs, 2006]. La question déontologique fait partie de l’identité de la profession journalistique depuis ses origines [Prodhomme-Allègre, 2010 ; Ruellan, 2011]. Les pressions politiques, les pressions économiques implicites ou explicites18, qui composent la « double dépendance » des médias [Champagne, 2016], la recherche de l’audience à tout prix constituent les contraintes quotidiennes des journalistes. La crise de l’information est en ce sens structurelle. Dans un contexte libéral, qui favorise à la fois la concentration des médias, et donc le poids des actionnaires sur les rédactions, mais aussi la concurrence entre les médias et la réduction des coûts de l’information, les erreurs, la tentation du simplisme, du mimétisme, du sensationnalisme sont inévitables. La situation actuelle est particulièrement critique du fait de la concurrence que les plateformes numériques et leur offre d’information gratuite représentent et des ressources publicitaires qu’elles ponctionnent. Certains en ont déduit que nous vivions la « fin des journaux » [Poulet, 2009]. La concurrence qui prend à chaque période des formes nouvelles (arrivée des chaînes privées à la fin des années 1980, développement de chaînes d’information en continu dans les années 1990, multiplication des chaînes d’information, plateformes numériques dans les années 2000) a un impact sur la précarisation de la situation des journalistes aboutissant aujourd’hui à leur déstabilisation. L’alarme donnée autour des fake news, tout en marquant un niveau record d’inquiétude sur la qualité de l’information, a aussi l’avantage de recentrer l’attention des journalistes sur la déontologie et l’exactitude de l’information, de renforcer la méfiance des publics vis-à-vis de l’information non professionnelle diffusée sur les réseaux sociaux et au final, malgré tout, de raffermir la confiance dans les journalistes professionnels.

La conflictualisation des débats et la banalisation de la violence verbale

  • 19 CSA, Rapport sur les campagnes électorales, 2018, p. 15 et 28.
  • 20 Luc Vinogradoff, Le Monde, 27 février 2017 : « Fou rire dans On n’est pas couché : Philippe Poutou (...)
  • 21 Nicolas Dupont-Aignan quitte le plateau de TF1 le 18 mars 2017 pour contester son éviction d’un dé (...)

11Si les médias représentent un enjeu essentiel pour l’organisation d’espaces publics pluralistes et de débats publics dont la démocratie a besoin, force est de constater que les débats sur des sujets politiques sont devenus rares sur les médias audiovisuels, en particulier à la télévision et sur les chaînes historiques, et leurs modalités atypiques. Pendant les dernières élections présidentielles, France 2 a renoncé à organiser un débat avec l’ensemble des participants, et pendant les législatives (2017), le CSA a lui-même regretté qu’il n’y ait eu aucun débat à la télévision19. Les chaînes généralistes ont, à l’exception de France 2, consacré très peu de temps de parole aux candidats. France 2 a retenu pour accueillir les candidats à l’élection, en dehors de L’émission politique, le talk-show On n’est pas couché, une émission orientée généralement vers des invités artistes et des interpellations polémiques. L’accueil parfois moqueur voire méprisant réservé aux « petits candidats » a suscité des commentaires acerbes20. Il est le signe d’une difficulté à faire accéder à l’espace public des grands médias des discours politiques en opposition avec le dogme libéral. Plusieurs responsables politiques, de sensibilités très opposées, ont construit en réponse des stratégies de conflictualisation de leur relation aux journalistes dans les émissions mêmes où ils sont invités21.

12Le modèle du débat qui favorise le clash plus que le pluralisme des idées s’est développé sur les grandes chaînes. La recherche de l’audience maximale y incite. Les débats se poursuivent sur les plateformes avec une violence verbale accrue. C’est encore plus vrai des émissions de divertissement comme Touche pas à mon poste ! (TPMP) qui reprennent les modèles de la téléréalité [Jehel, 2018, 2020].

  • 22 RSF, 2010, 13 : « Les journalistes vont maintenant en banlieue “la peur au ventre” ».
  • 23 Agence de modération de nombreux sites d’information en ligne.
  • 24 Jérôme Lefilliâtre, « Nadia Daam, journaliste harcelée sur internet et menacée jusque chez elle », (...)

13Le climat de conflictualisation des débats, qui est alimenté aussi bien par la logique du divertissement que par celle de l’opposition politique, se retourne violemment contre les journalistes. Si dans certains quartiers il est devenu difficile de sortir sa caméra [Merlant, 2011 ; RSF, 201022], sur toutes les plateformes numériques, les journalistes sont en butte à des messages de haine. Le rapport réalisé en mai 2018 pour le gouvernement par l’agence Netino23 a analysé 24 pages Facebook de sites d’information en ligne. Si un commentaire sur 10 est haineux, un sur 100 vise les journalistes, 3e catégorie ciblée, après les politiques et les personnalités publiques. Ce sont des violences verbales qui stigmatisent l’ensemble de la profession. L’expression « journalope » est devenue courante dans les fachosphères, mais ce sont aussi des attaques personnelles, qui peuvent aller jusqu’à la menace de viol voire de mort, comme l’a vécu récemment la journaliste d’Europe 1, Nadia Daam, à la suite d’une chronique dénonçant une campagne de haine contre deux militants féministes sur un forum de jeuxvideo.com24.

  • 25 « La “haine du journalisme” menace les démocraties, selon l’ONG Reporters sans frontières », Libér (...)
  • 26 Le blog de Jean-Luc Mélenchon, 26 février 2018. [En ligne] < https://melenchon.fr/2018/02/26/le-co (...)
  • 27 « Plusieurs journalistes agressés lors du défilé du Front national », Le Monde, 1er mai 2015, rela (...)
  • 28 Sébastien Rochat, « L’extrême droite se lance dans le fichage des journalistes », Arrêt sur images(...)
  • 29 « Quand le Front national entrave le travail des journalistes », France 24, 25 avril 2017. [En lig (...)

14Certains responsables politiques ont fait du media bashing une stratégie de communication. Le président de RSF l’a dénoncé dans son rapport (25 avril 2018), notamment à propos de la formule employée par Jean-Luc Mélenchon selon qui « la haine des médias et de ceux qui les animent [serait] juste et saine »25. Le leader de la France insoumise considère dans cette déclaration ne pas avoir « d’autre adversaire concret que le “parti médiatique” [qui] seul mène[rait] bataille sur le terrain, en inoculant chaque jour la drogue dans les cerveaux »26. Les pratiques du Front national ne sont pas plus amènes : agressions27, fichage28, obstruction systématique29. Pour justifier un propos particulièrement vert vis-à-vis de responsables politiques prononcé dans une master classe, le président de LR prenait pour alibi le « bullshit médiatique », jetant dans le même opprobre discours politique et discours médiatique.

15Cette « haine contre les journalistes » qui, comme le rappelle RSF, constitue une « menace contre la démocratie », peut paradoxalement être valorisée comme une volonté de se libérer des tabous de la civilité, pour tenir sans complexe des propos contraires à la morale commune, supposés plus véridiques. Cette stratégie a longtemps été celle de l’extrême droite, mais dans une société dominée par des principes moraux et des tabous entretenus par le souvenir des régimes totalitaires et de leurs exactions, elle était inhibée par la « spirale du silence » [Noëlle-Neumann, 1989]. Le succès des partis populistes en Europe, la victoire de Donald Trump aux États-Unis illustrent au contraire une stratégie politique de conquête du pouvoir grâce à un discours anti-élite et anti-médias. Par une contorsion rhétorique, la haine et la défiance envers les journalistes tiennent lieu dans ce type de discours d’indice de vérité.

Défiance vis-à-vis des institutions

  • 30 En % des réponses « très confiance » ou « plutôt confiance » à la question « Avez-vous très confia (...)
  • 31 Ibid.
  • 32 Kantar Média, La Croix, 2019, diapo 18. En réponse à la question « Croyez-vous que les médias soie (...)

16La défiance vis-à-vis des journalistes n’est cependant pas seulement une astuce rhétorique. Si elle est devenue une porte d’entrée pour gagner la confiance du public et conquérir des électeurs, c’est qu’elle répond à une défiance globale vis-à-vis des institutions. Celle-ci a partie liée avec la crise de l’État, que favorise la mondialisation, qui limite ses pouvoirs, le subordonne à des instances supranationales et met aussi en défaut ses capacités de protection des populations. Conjoncturellement, l’ampleur et la fréquence des attentats alimentent le sentiment de sa défaillance. La critique néolibérale diffusée depuis quarante ans, qui évalue l’efficacité des pouvoirs publics avec les critères du management d’entreprise, réduit la spécificité de ses missions et affaiblit sa légitimité à défendre l’intérêt général. Or les médias et les journalistes sont perçus comme globalement défaillants vis-à-vis de leur mission de contre-pouvoir, de « chien de garde » de la démocratie, si l’on en croit les sondages. La défiance qu’ils suscitent a donc partie liée avec celle que suscitent les responsables politiques. Dans le baromètre de la confiance politique publié par le Cevipof (2019), les médias et les partis politiques se partagent les dernières places parmi les institutions qui suscitent la confiance des Français : 23 % et 9 % leur font respectivement « plutôt confiance ». La confiance globale dans les médias a peu varié depuis dix ans, selon cette enquête, alors que la côte des partis politiques a tendance à s’éroder passant de 14 % en 2009 à 9 % en 201930. La croyance dans la corruption des politiques est tellement élevée que « la politique » évoquerait « méfiance » et « dégoût » avant toute autre émotion31. L’enquête sur « La confiance des Français dans les média » indique que les médias sont perçus par 68 % des personnes interrogées comme dépendants des pouvoirs politiques et par 62 % comme dépendants des pouvoirs économiques32. La valeur scientifique de ces sondages a pu être mise en question [Tavernier, 2010], leur rôle politique pourrait l’être également, puisque ces outils utilisés par toute la profession viennent homogénéiser l’appréciation des médias de façon artificielle, encourageant une critique indifférenciée qui est un des moteurs des critiques anti-démocratiques.

17De nombreux journalistes et chercheurs ont interprété les causes de cette défiance. Les phénomènes de concentration et de pression économique sont réels [Champagne, 2016], mais ils ne sont probablement pas suffisants pour rendre compte du rejet populaire. D’autres causes peuvent créer le sentiment d’élitisme et de regard condescendant que les publics populaires peuvent ressentir : l’origine sociale favorisée des journalistes, leur homogénéité idéologique autour du libéralisme économique, leur méconnaissance des quartiers populaires accrue par leur faible formation en sciences sociales et la rareté des enquêtes de terrain [Merlant, 2011]. Les analyses des modalités de production de l’information, la place privilégiée des faits divers et des sources policières peuvent aussi y participer [Berthaut, 2013].

18La défiance de certains publics est telle que les médias sont régulièrement soupçonnés sur les RSN de « cacher » des informations. Le 23 mai 2018, sur leurs comptes Twitter, des enseignants et des militants redoutaient que les médias passent sous silence la garde à vue d’une quarantaine d’élèves du lycée Arago, juste avant qu’ils ne s’en fassent largement l’écho. Dans ce cas, la défiance, relayée par une vaste mobilisation sur les réseaux sociaux, peut aussi être analysée comme une forme de contre-démocratie [Rosanvallon, 2006] voire de cinquième pouvoir [Bernier, 2013], c’est-à-dire de contrôle du fonctionnement des institutions, ici des médias, par les citoyens eux-mêmes. En effet, Le Monde ou Le Point, qui évoquaient 101 « personnes » arrêtées par la police le 23 mai, mettaient le lendemain l’accent sur la détresse des parents et la situation inédite de gardes à vue de mineurs aussi massives et sévères.

  • 33 Un ancien journaliste, André Bercoff, a tenu des propos qui ont paru « complotistes » parce qu’il (...)

19La défiance peut aussi être systématique et non informée. Des contre-informations ont ainsi contesté le courage du gendarme Arnaud Beltrame lors de l’attentat de Trèbes, le 23 mars 2018, ou celui de Mamoudou Gassama, sauvant un enfant suspendu à un balcon le 26 mai 2018, s’appuyant sur des analyses d’images qui faisaient fi des témoignages relayés par les médias. La défiance vis-à-vis des médias est généralement plus grande dans les milieux populaires plus éloignés du fonctionnement des médias, mais ce n’est pas toujours le cas33. Les postures politiques anti-gouvernementales favorisent la méfiance vis-à-vis d’informations qui peuvent aussi être des supports d’une communication gouvernementale.

Propagandes et censures, politiques et commerciales

  • 34 Christophe Ayad, « La propagande et la guerre de l’information ont tenu une place essentielle dans (...)

20Une quatrième source de désinformation peut être identifiée autour des propagandes gouvernementales et des guerres d’influence à l’échelle internationale. Elle n’a rien de neuf. Il peut s’agir de propagande nationaliste, courante en temps de guerre [Gervereau, 2003, 105 sqq., 343 sqq. ; Jeanneney, 2011, 143 sqq., 351 sqq. ; Almeida et Delporte, 2010, 17 sqq., 101 sqq.]. Elle procède à la fois par la fabrication d’informations erronées et par la censure. Les deux guerres mondiales en regorgent d’exemples. Elle est plus insidieuse dans des périodes d’intervention militaire qui cherchent à préserver les apparences de procédures démocratiques, pendant la guerre froide, la guerre d’Algérie, ou la seconde guerre du golfe (fausses menaces d’armes nucléaires voire chimiques détenues par Saddam Hussein, pseudo-héroïsation de Jessica Lynch). Le conflit israélo-palestinien en est aussi un théâtre fertile. La propagande fait aujourd’hui partie officiellement des armes de guerre de l’armée russe, avec un objectif de déstabilisation des gouvernements et des opinions occidentales [Peltier, 2016]. La guerre en Syrie s’est accompagnée d’une offensive de la propagande syrienne transformant « bourreaux en victimes » et « sauveteurs en terroristes »34. Des responsables politiques de l’opposition en France en ont parfois repris les arguments.

  • 35 « “Colonie de vacances” ou “camps d’internement” : le sort des enfants migrants déchire l’Amérique (...)
  • 36 D’où la réprobation des médias d’information suite à la manipulation de l’information par les serv (...)

21Dans le contexte nord-américain, la bataille de l’information est également devenue un outil de politique intérieure employée par le président Trump et ses soutiens. Depuis son élection, il a stigmatisé les journaux professionnels comme CNN et le Washington Post en les traitant de diffuseurs de fake news parce que la couverture de son programme y aurait été négative. Il conteste la réalité du changement climatique et le rôle joué par les activités humaines. Les médias qui le soutiennent, en particulier Fox News, n’hésitent pas à altérer les faits pour soutenir sa politique même lorsqu’elle est assez unanimement décriée : ainsi lors du placement en détention des enfants de migrants mexicains, « L’éditorialiste de Fox News, Laura Ingraham, a […] comparé les centres de rétention à des “colonies de vacances” et “des internats” »35. La capacité des gouvernements à fabriquer de la désinformation à des fins de déstabilisation des autres États ou de légitimation de leurs actions rend d’autant plus cruciaux mais aussi plus complexes la tâche des journalistes et le respect de leur déontologie36.

22Nous pouvons ajouter à ces formes d’instrumentalisation politiques de l’information, les stratégies des organisations commerciales développant des formes de communication très éloignées de la réalité de leurs actions. Ces stratégies peuvent être conduites avec la complicité des États comme dans le cas du programme PRISM révélé par Edward Snowden (2013), ou duper les États eux-mêmes. Les médias peuvent au mieux se faire le relai de lanceurs d’alerte.

Mondialisation de l’information et déstabilisation des autorités

23Le cinquième facteur de la crise de l’information vient de la mondialisation de l’information qui favorise son pluralisme en réduisant les enclaves informationnelles nationales, mais facilite aussi la guerre d’influence : sans passer nécessairement par des complices sur le territoire national, la location de « fermes à clic » en Asie du Sud-Est, Chine, Thaïlande, Cambodge, ou en Europe permet de diffuser toutes sortes de messages de désinformation et de les propager de façon efficace, grâce notamment aux GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft).

24La « société de l’information » constitue le terrain de la lutte d’influence entre les superpuissances depuis la fin de la seconde guerre mondiale [Mattelart, 2000, 2006 ; Wolton, 2009]. La domination américaine, affaiblie sur le plan économique, est préservée dans le domaine de la circulation de l’information par la constitution de réseaux à échelle mondiale grâce aux GAFAM, devenues en 2017 les cinq premières entreprises en termes de valorisation boursière. Mais le modèle économique de celles-ci repose avant tout sur l’externalisation du travail et la faiblesse de la modération des contenus [Smyrnaios, 2017], ce qui facilite les entreprises de diversion ou de manipulation de l’information en vue de la déstabilisation des États, en période électorale notamment. La contestation des autorités nationales peut être favorable au processus démocratique quand elle soutient le pluralisme de l’information, mais non quand elle diffuse des contre-vérités pour influencer des électeurs. La mondialisation diminue également les possibilités d’action des pouvoirs publics, comme en témoigne la difficulté à établir des lois efficaces contre les fake news, comme cela a été décidé en Allemagne et en France. Aussi concentrerons-nous notre attention dans la suite de la démonstration sur le fonctionnement de ces plateformes numériques.

Le fonctionnement des plateformes et la fabrique de l’incertitude

  • 37 Si le pourcentage de ceux qui s’informent en ligne reste pratiquement inchangé depuis 2013, celui (...)
  • 38 Les données chiffrées actualisées pour la France sont difficiles à obtenir, voir Mercier et Pignar (...)

25Même si le média télévisuel reste la source d’information de 71 % des Français, 69 % s’informent également par internet et 42 % par les réseaux sociaux37. Ces derniers jouent de ce fait un rôle déterminant pour l’information des publics mais aussi pour les stratégies d’accès aux publics pour les médias d’information eux-mêmes. Aux États-Unis, en automne 2015, la part de l’audience des sites d’information en ligne provenant de Facebook était de l’ordre de 37 %, un peu au-dessus de celle provenant de Google38.

26Or, le fonctionnement des plateformes numériques, et en particulier de celles mises en place par les GAFAM, aggrave les cinq facteurs de la crise de l’information déjà mentionnés, parce qu’il fragilise économiquement le fonctionnement des médias d’information en ponctionnant une partie de leurs ressources publicitaires, parce qu’il accélère la circulation de l’information et modifie les standards des professionnels de l’information en les incitant à la rapidité de réaction, parce que, ne contrôlant pas l’information à la source, les GAFAM favorisent une concurrence entre des informations éditées par des journalistes professionnels, et des informations non éditées ni vérifiées.

  • 39 Ce qui est cependant un très bas niveau. Les pourcentages de personnes qui font confiance à leurs (...)
  • 40 « News I use ».
  • 41 « La confiance des Français dans les media », janvier 2018, diapo 35. [En ligne] < https://fr.kant (...)

27Ces difficultés réelles ne doivent cependant pas être surestimées. Le niveau de confiance dans les informations diffusées sur les réseaux sociaux reste nettement plus bas que pour les médias de référence des internautes. Selon le Digital News Report (2019), le niveau de confiance dans les médias d’information en France est particulièrement bas : seuls 24 % de Français ont confiance dans l’information journalistique (situant la France au 37e rang sur 38 pays, reculant de 11 points après la crise des Gilets jaunes). 34 % ont confiance39 dans les sites ou médias « qu’ils consultent régulièrement »40. Mais la confiance dans l’information diffusée sur les réseaux sociaux est bien plus basse (14 %), comme dans la plupart des pays. L’enquête française sur la confiance dans les médias indique que 48 % des personnes interrogées restent méfiantes quand elles lisent des informations provenant de sites d’information en ligne sur les réseaux sociaux, ce qui est un niveau bien plus faible que lorsqu’il s’agit d’informations partagées par des amis (67 %)41. Ces données chiffrées montrent que l’information diffusée à travers les réseaux sociaux suscite une grande méfiance sauf quand elle provient de sites d’information. Mais elle n’empêche pas les internautes d’utiliser les RSN pour s’informer ou partager des contenus.

28Nous voudrions insister ici sur d’autres dimensions susceptibles d’affecter également la réception des informations sur les réseaux sociaux par la fabrication d’incertitude. Dominique Boullier [2016, 15-16] rappelle que le numérique ne saurait être considéré comme la seule cause des incertitudes avec lesquelles les sociétés contemporaines doivent vivre. Il repère néanmoins plusieurs dimensions du numérique par lesquelles « il contribue à générer une incertitude qui lui est propre » : le bug, l’opacité des algorithmes, l’insécurité des réseaux et de leur valeur économique, la « course effrénée à l’innovation ». Le fonctionnement spécifique des GAFAM génère en effet au moins cinq sources spécifiques de fragilisation de l’information : la vitesse de diffusion des messages, le profilage des internautes, l’instrumentalisation de leurs émotions, la faible régulation, les politiques discriminatoires des algorithmes.

  • 42 Lancée par Jean-Luc Mélenchon en décembre 2017 sur la plateforme change.org, elle a recueilli en d (...)

29L’instantanéité des échanges, leur fluidité sont sources de viralisation de toutes formes de manipulation des informations et rendent difficile leur régulation. Ce fonctionnement est cependant ambivalent puisqu’il facilite aussi la mobilisation contre les dérives médiatiques, qui se manifeste, par exemple, par des plaintes adressées au CSA qui peuvent aujourd’hui atteindre des dizaines de milliers – plusieurs exemples se sont produits en 2017 –, ou des pétitions comme celle lancée en faveur d’un conseil de déontologie du journalisme42.

30Le profilage des internautes structuré par les algorithmes favorise un enfermement dans des « bulles de filtre » [Pariser, 2011]. Ce fonctionnement des plateformes est désormais bien documenté, même s’il reste opaque dans son détail [Cardon, 2015 ; Boullier, 2016]. Les algorithmes machine learning visent à la fois à classer les individus et à leur adresser des « informations » censées les intéresser. Il vient accroître l’entre-soi et les pratiques individuelles qui spontanément sélectionnent les informations en fonction de leurs préférences, voire de leurs croyances. Il réduit donc la confrontation des internautes aux informations qui pourraient faire évoluer leurs convictions et au contraire les renforce. Il suppose que les identités et les goûts des internautes restent stables et participe à les figer. Cet enfermement conduirait à la polarisation et la radicalisation des opinions politiques en servant de réassurance aux croyances parfois fragiles des internautes [Garimella and Weber, 2017]. Ceux qui ont cliqué sur des informations insolites sur les Illuminati se voient recommander sur Facebook, YouTube ou Twitter des vidéos de même nature. La question de la croyance dans ces thèses est cependant à distinguer de leur simple réception.

  • 43 Sa diffusion conduira Donald Trump à renoncer à la séparation des familles de migrants en juin 201 (...)

31L’instrumentalisation des émotions par les plateformes est désormais un ressort connu de leurs stratégies de développement [Alloing et Pierre, 2017]. Elle va de pair avec la recherche de la vitesse des échanges et des partages, et la maximisation du recueil des données personnelles. Les GAFAM ont développé systématiquement depuis quelques années des modalités de communication visuelle (applications photographiques ou vidéo) alors qu’internet jusqu’au début des années 2000 reposait plutôt sur des échanges écrits. L’image permet d’atteindre directement la capacité d’émotion de l’internaute. La diffusion d’images peut ainsi avoir des effets politiques, comme en ont eu la photo du petit Aylan en 2015 ou celle de la petite fille en pleurs séparée de sa mère à la frontière mexicaine en juin 201843. Elle peut aussi alimenter les messages de désinformation, par des surinterprétations de détails non significatifs. Les plateformes cherchent aussi à stimuler la réactivité par les émoticones, qui préformatent la manifestation des sentiments et facilitent le partage et la mesure des émotions. Le design de Twitter en limitant le nombre de caractères (140 puis 280), en facilitant le « retweet », favorise potentiellement la circulation des fausses informations. Une étude nord-américaine récente montre que celles-ci circulent en effet six fois plus vite sur Twitter que les vraies, sans doute du fait de leur pouvoir d’étonnement, voire d’anxiété [Vosoughi et al., 2018]. Une étude réalisée sur trois rumeurs diffusées pendant les attentats de Nice montre que l’infirmation d’une fausse information circule plus vite que cette dernière, mais qu’elle ne touche pas forcément celles et ceux qui ont distribué la fausse information [Alloing et Vanderbiest, 2018].

32La faible régulation de ces espaces numériques facilite la diffusion des contenus complotistes et négationnistes. Les renvois d’un site à l’autre constituent des fachosphères cohérentes et dynamiques qui se retrouvent banalisées par la présence de propos qui peuvent tomber sous le coup de la loi française. Le faible contrôle des plateformes rend possible la diffusion de thèses négationnistes, niant aussi bien le génocide des juifs par les nazis que la responsabilité du terrorisme islamiste dans les attentats du 11 septembre [Igounet et Reichstadt, 2018].

33L’opacité du fonctionnement des plateformes et de leurs « algorithmes », thème mis en avant depuis 2014 par le Conseil d’État dans son Rapport sur le numérique et les droits fondamentaux, rappelé aussi pendant l’audition d’avril 2018 devant la Commission parlementaire sur le projet de loi « fake news », fait obstacle à la compréhension des modalités de diffusion de la désinformation. Rien ne garantit en effet que les GAFAM (ou les autres plateformes d’hébergement) réservent une diffusion égale aux informations en respectant une neutralité politique. L’opacité de la régulation privée est une source d’arbitraire voire de discrimination. Quand les plateformes annoncent la mise en place d’un contrôle de l’information, le niveau d’opacité n’en est pas pour autant réduit. L’usage annoncé par Mark Zuckerberg de l’intelligence artificielle (22 juin 2018) pour lutter contre les fake news ne constitue pas davantage une garantie de neutralité.

34Pris dans le contexte de cette crise multidimensionnelle de l’information, les adolescents en particulier expriment un fort niveau de défiance. Comprendre les différentes modalités et dimensions de cette défiance nous semble indispensable en complément des actions d’éducation à l’information.

La défiance des adolescents vis-à-vis de l’information journalistique

35Nous nous appuyons ici sur le terrain qu’a constitué notre recherche sur la réception par les adolescents des images violentes, sexuelles et haineuses. Il s’agit d’une recherche conduite dans des contextes sociaux et scolaires différenciés portant principalement sur les stratégies des adolescents vis-à-vis des images violentes, mais qui a pu aussi nous donner accès à des processus de défiance vis-à-vis des informations journalistiques. Cette recherche a été conduite entre 2015 et 2017 auprès de 200 adolescents de 15 à 18 ans, et a procédé par entretiens qualitatifs [Jehel, 2017]. Dans une première étape (2015-2016), nous avons réalisé des entretiens individuels et collectifs auprès de 91 adolescents dans 11 établissements différents et dans 4 régions de France. Le groupe 01 est constitué de 25 adolescents rencontrés dans 2 établissements, de niveau social et scolaire élevé, le groupe 02 est constitué de 33 adolescents rencontrés dans 3 établissements de milieux populaires, et destiné à des filières technologiques ou professionnelles. Le groupe 03 est composé de 25 adolescents suivis dans 4 établissements de la PJJ (Protection judiciaire de la jeunesse), dont un établissement pénitentiaire, et de 8 adolescents suivis par des associations travaillant pour l’ASE (Aide sociale à l’enfance). Dans une seconde phase (2016-2017), nous avons réalisé, dans les mêmes établissements ou dans des établissements présentant un profil scolaire et social proche, des ateliers auprès de 100 autres adolescents.

36L’attitude des adolescents face à l’information n’est pas homogène : les 3 groupes ont manifesté des attitudes différentes et, à l’intérieur de chaque groupe, des différences sont apparues également. La défiance peut s’accompagner d’un rejet des médias en général et surtout des journalistes ou d’une adhésion à des thèses complotistes, mais elle peut aussi conduire à des comportements mitigés de consultation ponctuelle, particulièrement pendant des événements dramatiques, ou avec la famille, et d’évitement le reste du temps.

37Nous pouvons identifier à partir des entretiens et des ateliers 6 formes de défiance que nous relierons aux facteurs de la crise de l’information identifiés dans la partie précédente.

Une méfiance socialement située

  • 44 Tous les prénoms sont des pseudonymes.

38La défiance des adolescents vis-à-vis des médias d’information s’exprime particulièrement dans les milieux populaires. Le goût pour les contenus journalistiques n’est pas fréquent dans les milieux populaires entre 15 et 18 ans, particulièrement chez les filles. Dans les milieux favorisés, l’affichage de ce goût procède au contraire d’une forme de distinction sociale. Dans l’établissement socialement et scolairement le plus élitiste de notre échantillon, les adolescents surenchérissaient dans les références à des sources journalistiques anglophones. Noémie44 ne lit pas beaucoup de journaux en français, mais elle lit volontiers le New York Times ou le Daily News que son beau-père rapporte à la maison. Alexis reproche au Monde d’être trop centré sur la France mais il y trouve quand même des articles consacrés aux « grands conflits mondiaux » sur son smartphone. Il lit aussi The Economist. Maël, quant à elle, suit les informations sur Arte. Le rejet de la télévision comme média d’information, dominant dans ce groupe, n’entraîne pas un positionnement hostile aux médias ni aux journalistes. La lecture du Parisien est évoquée presque au second degré, pour se divertir, parce que l’information y est facile. Dans l’établissement 2, moins élitiste, les adolescents ont évoqué des émissions humoristiques comme Salut les Terriens ou Le petit journal, mais aussi des applications disponibles sur leurs smartphones : Libération, Les Inrocks ou Konbini. Leur point de vue est en revanche beaucoup plus méfiant vis-à-vis de ce qui circule sur les réseaux sociaux.

39Dans le groupe 02 formé par des adolescents issus majoritairement de milieux populaires, la manifestation de la défiance vis-à-vis des journalistes était une tendance assez nette. Mais elle les place dans une situation instable, car ils ont tendance à s’appuyer sur l’image pour juger de la réalité des faits, dans une conception souvent naïve de la représentation médiatique. Germain, qui a une certaine habileté dans sa pensée sur les médias, explique les risques et les avantages à montrer les images des attentats : « c’est en montrant qu’on sait réellement, y’en a qui disent, je crois que ce que je vois », ce qui n’est pas forcément son point de vue. Germain est un jeune qui a réalisé le projet assez exceptionnel d’une page Facebook sur un club de foot, pour lequel il a, dès le collège, recruté des modérateurs et qui rassemble des milliers d’abonnés. Il est donc conscient de la nécessité d’une forme de régulation des contenus. Dans un atelier, des jeunes opposent l’information télévisée et celle qui vient sur les réseaux sociaux, à l’avantage de la seconde. Pour Didier, on apprend la même chose par les deux canaux mais plus vite et sans censure : « Tout ce qu’on voit à la télé, on l’apprend, mais d’une façon moins politique […] C’est montré comme… y’a pas de censure. » À la différence de la télévision, l’information circule plus vite « Oui, on apprend plus vite […] parce que les gens ils partagent. Donc ça arrive vite, ça se propage ». Didier considère que grâce à son groupe de 300 amis sur Facebook, il est mieux informé que par la télévision. D’autres jeunes dans d’autres groupes ont formulé le même jugement : « pour être à la page faut tout le temps regarder BFM quoi, faut être branché. Tandis que si on va sur les réseaux sociaux, l’information défile directement. »

40Cette dimension de la défiance peut être mise en relation avec la méfiance structurelle des milieux populaires vis-à-vis des institutions dont les médias font partie. L’information qui circule sur les plateformes numériques est perçue comme court-circuitant le contrôle institutionnel, ce qui est pour une part vrai. Mais cette dérégulation est créditée positivement dans les milieux populaires comme permettant une information brute et donc plus véridique.

Une méfiance liée à la surenchère sensationnaliste des chaînes de TV en continu

41Les jeunes des milieux populaires regardent les émissions d’information à la télévision de façon intense, souvent avec leurs parents. Ils se sentent particulièrement exposés à la surenchère sensationnaliste des chaînes d’information en continu qui sont le plus souvent citées, et particulièrement BFM TV :

Sophie : Des fois c’est un peu… des fois ils abusent les médias, c’est pour ça faut pas tout regarder BFM et tout mais…

Manoa : Ouais ou soit 20 minutes, c’est une application sur le téléphone. […]

Sophie : C’est les médias quoi [rires] ! Bah, ils veulent raconter des choses fausses…

Tiana : C’est pas ça, c’est, ils ont que… comment dire, ils savent qu’une seule chose, et vu qu’ils ont pas encore d’autres informations, ils forcent sur la même chose.

42La critique est en phase avec bien d’autres formulées par des publics de tous âges et repris dans divers rapports sur l’état de la déontologie des médias (voir plus haut). Au-delà de la question déontologique et du risque de mensonge médiatique sous la pression du scoop, c’est aussi l’anxiété que font vivre les médias et le rythme de l’information continue qui est ici pointée. D’autres filles disent que les médias sont trop « démoralisants », qu’ils « parlent de la mort tout le temps, tout le temps, tout le temps ». Plusieurs filles ont dit qu’elles préféraient ne plus regarder les informations pour se protéger de cette morbidité.

Un sentiment de maltraitance médiatique des jeunes des quartiers populaires

43Nous avons demandé dans les ateliers de commenter une remarque faite par Malika dans le groupe 02, dans la première phase de l’enquête. À propos d’émissions qui suivent les enquêtes de policiers comme 90 minutes d’enquêtes, elle disait : « c’est formidable ça permet de voir le monde d’une autre façon », de comprendre « comment les gens, ils nous perçoivent ». Malika témoignait là d’une posture critique vis-à-vis des médias d’information, et de leur représentation stéréotypée des quartiers populaires. Elle l’interprétait comme un regard social porté sur ces quartiers et leurs jeunes par les policiers et ceux qui produisent ces émissions. Nous souhaitions approfondir la compréhension de l’analyse de ces magazines d’information par les adolescents et voir s’ils partageaient cette vision au second degré. Dans l’établissement le plus favorisé du groupe 01, les adolescents de l’atelier ne connaissaient pratiquement pas ce type d’émission, du fait de leur éloignement du support télévisé et des chaînes commerciales. Ils ne comprenaient pas du tout ce que voulait dire Malika. Dans le second établissement du même groupe, un peu moins favorisé et moins axé sur les performances scolaires que le premier, des adolescents ont assez vite compris la portée critique des propos de Malika que certains ont exprimée finement.

Jean : [dans Enquête d’action, c’est] plus stéréotypé [que dans les séries policières]. Ils ciblent toujours les jeunes.

Kim : le seul problème de ces émissions c’est les recherches des journalistes, c’est pas vraiment ce qu’il se passe puisqu’ils veulent juste montrer au public que ce qu’ils veulent montrer […]

Jakarta : Oui elle veut dire que la vision que les médias donnent des jeunes des quartiers sensibles où ils vont, c’est une image très vite qu’on peut avoir. Par exemple, mes grands-parents à Tours regardent Enquête d’action et le 18e [arrondissement] ça leur fait peur. Alors que y’a pas que ça, alors qu’on parle jamais des gens qui extorquent de l’argent.

NBS : Zone interdite vise vraiment que les quartiers sensibles de France. C’est toujours la même chose, ça se répète.

44Dans le groupe 02, la compréhension par les jeunes qui vivent dans des quartiers populaires de banlieue varie. L’identité de groupe en tant qu’adolescents et jeunes de quartiers populaires n’est pas intériorisée par tous. Le point de vue médiatique dominant sur le caractère dangereux des quartiers populaires est assez partagé. Certains comprennent que ces émissions révèlent des vérités cachées, auxquelles les policiers ont accès. Ces émissions permettraient de « voir des trucs que nous on voit pas. […] Genre les trucs cachés et tout », selon Karim. D’autres comprennent que Malika parle du regard de ces émissions sur la banlieue, mais ils ont intériorisé l’idée qu’il n’y avait pas tant d’autres quartiers à montrer où il se passe « de l’action », et que sur la banlieue il n’y a peut-être rien d’autre à montrer : comme le dit Adam, « Y’a quoi à montrer dans les banlieues, à part ça ? ».

45Dans un établissement du groupe 02, populaire par son recrutement mais situé dans un quartier mixte socialement, la distance vis-à-vis des messages médiatiques semble plus grande, du moins pour certains comme Pedro qui dénonce le stéréotype médiatique dévalorisant :

Pedro : C’est un cliché des jeunes aussi, Madame. C’est tout le temps la même chose, des enquêtes dans les quartiers, ça tourne un peu en rond. […] c’est tout le temps dans les mêmes endroits, donc au bout d’un moment ça devient lassant quoi. On comprend comment la police voit les jeunes, puisque c’est souvent avec les jeunes…

46Nous avons vu précédemment que la critique du traitement médiatique réservé aux quartiers populaires constituait une critique déontologique récurrente. Il apparaît que cette dimension de la défiance est plutôt associée à une capacité des jeunes à interroger les contenus médiatiques en tant que représentations liées à des logiques éditoriales et suppose une certaine capacité de distanciation vis-à-vis de ces représentations, qui semble plus facile pour les groupes socialement mixtes.

Une incompréhension de la liberté de caricature et un sentiment de stigmatisation des musulmans

47Une autre forme de méfiance est apparue dans des établissements dont le recrutement se fait principalement dans des cités, plus homogènes socialement et culturellement. Les jeunes ont souvent fait valoir dans les entretiens collectifs leur sentiment de constituer un groupe à part. Mais c’est principalement par rapport à Charlie Hebdo qu’ils l’ont exprimé. Ce journal leur paraissait détester les religions, et en particulier l’islam, sous couvert d’être laïc. Au-delà d’une méfiance vis-à-vis des médias, c’est une incompréhension du fonctionnement de la liberté d’expression et un sentiment de discrimination qui s’exprimaient.

48La question de la représentation des musulmans dans les médias en général n’est pas apparue dans la discussion autour des émissions d’information, mais paradoxalement lorsque nous avons évoqué les moqueries homophobes de Cyril Hanouna, dans TPMP. Neymar notamment a indiqué son incompréhension de la sanction du CSA pour ce gag téléphonique, faisant un parallèle entre le respect dû aux homosexuels et celui dû aux musulmans. Selon lui, le respect de l’homosexualité devrait aussi entraîner le respect de ceux qui n’aiment pas l’homosexualité et il en vient à mettre en cause le traitement médiatique des musulmans.

Neymar : On devrait respecter aussi les musulmans alors. Parce que là comment on parle de nous aujourd’hui, c’est grave. […] Quand je regarde ça j’suis choqué, parce que quelqu’un qui vit quelque part où y’a pas de musulmans et qu’il regarde ça, plus jamais de sa vie il voudra parler à un musulman. Plus jamais.

49Cette expression de défiance vis-à-vis des médias peut être alimentée à la fois par des manquements à la déontologie, par des discours stigmatisants, et par une défiance institutionnelle fondée à la fois sur une méconnaissance de leur fonctionnement et une désapprobation de l’interprétation française de la liberté d’expression, que l’on peut donc relier aux éléments évoqués plus haut.

Une peur de la manipulation médiatique

50La méfiance peut prendre des couleurs plus sombres. Elle peut conduire à éviter systématiquement certains messages, voire, comme le fait Shenron, à distinguer dans l’information les faits, « la grosse information », et les commentaires ou les détails qui seraient plus douteux. C’est une intention et une technique qu’il n’est pas le seul à développer. Son attitude est méthodique et s’articule au sentiment d’appartenir à un groupe minorisé, « nous, les noirs et les Arabes » qui ont, selon lui, des modes de vie et de pensée différents des autres Français, il souhaite éviter de se soumettre à la manipulation de l’esprit qu’exercent, selon lui, les médias à travers leurs commentaires :

Shenron : Par exemple y’a eu des morts en France, je regarde juste le nom. Parce qu’après les télés, ils veulent faire changer nos mentalités. Moi je veux garder la mienne. Je veux pas penser comme eux, donc je regarde juste ce qui s’est passé. Je regarde pas les jugements des autres, les témoignages tout ça. Donc je veux juste regarder les informations.

51Lorsqu’il doit expliquer cette crainte de la manipulation, il se montre alors suspicieux vis-à-vis du fait que les auteurs des attentats aient pu laisser leurs cartes d’identité dans les voitures qu’ils ont utilisées et préfère ne pas tenir compte de ce type de « détails ».

52Il recherche une posture autonome, sans être dans une méfiance absolue. Il fait confiance aux médias pour lui donner les faits principaux, et y prendre un « quota d’information ». Sa critique des médias se situe dans un entre-deux. Comme il l’a expliqué auparavant, il s’intéresse à l’information parce que ses parents en parlent aussi beaucoup et sont dans une attitude plutôt confiante dans les médias.

53L’obsession de la manipulation des médias pour cacher une partie de la vérité et « changer les mentalités » est aussi un ressort de la culture médiatique populaire et peut être mise en relation avec l’offre télévisuelle : avec l’omniprésence du genre policier et des émissions relatives aux faits divers, ainsi qu’avec les dispositifs de téléréalité qui mettent en scène la manipulation des participants par la production, la révélation des trahisons et des secrets, qui dans leur répétition construisent une représentation du monde centrée autour du complot.

54La manipulation par les gouvernements n’est cependant pas seulement une fiction ou un principe télévisuel. La contestation de la probité journalistique par des partis politiques, l’ampleur des propagandes gouvernementales, le fonctionnement opaque des plateformes qui repose lui aussi sur la surveillance commerciale, policière et les manipulations politiques fournissent également un terreau réel à ces obsessions, comme expliqué plus haut.

Une adhésion aux représentations complotistes

55Nous avons également rencontré plusieurs adolescents dans le groupe 02 et surtout dans le groupe 03 qui avaient du mal à croire à la réalité de certains faits avérés. L’arrestation de Théo par des policiers, qui s’est accompagnée de violence sexuelle (déchirure de l’anus), a suscité chez certains autant de doutes que l’oubli des cartes d’identité par les auteurs d’attentats. Sarah, dans le groupe 02, est très perturbée par cette information à propos des violences subies par Théo : « C’est comme si c’était faux, y’avait plein de trucs, ils étaient inventés et tout. […] Ils l’ont fait passer pour la victime alors que si ça se trouve, il l’a cherché ». Elle n’ose pas affirmer devant ses camarades que c’est entièrement faux, mais n’arrive pas à le considérer comme vrai. Dans cet atelier, d’autres jeunes vont s’appuyer sur la vidéo de son arrestation ou la présence du président de la République à son chevet.

56S’opposent ceux qui adhèrent à la présentation des faits proposée par les médias et d’autres par les réseaux sociaux, sans que le rôle des médias ne soit vraiment tranché. Pour certains, ce sont les réseaux sociaux qui ont montré la vidéo et leur ont fait connaître la réalité des faits, alors que les médias auraient « défendu » les policiers ; pour d’autres, comme Sarah, ce sont les réseaux sociaux qui les font douter de la version dominante selon laquelle Théo serait une victime.

  • 45 Dans cette recherche, j’ai conduit tous les entretiens avec un ou une psychologue.

57Nous avons été très surpris de constater l’hostilité que la victime de cette violence policière pouvait susciter pour certains jeunes de milieux populaires, même si ce sentiment n’était pas majoritaire. Dans le groupe 03, Pierre, suivi par la PJJ, n’arrivait pas à croire qu’il avait été blessé par les policiers, « je suis sûr que c’est faux ». Il préférait reprendre la version qui circulait à l’extrême droite (et notamment sur le site de < ripostelaique.com >) selon laquelle Théo se serait placé lui-même une fiole de cocaïne dans l’anus. Albert, suivi lui aussi par la PJJ, nous45 a aidés à comprendre ce qui pouvait motiver de la défiance vis-à-vis de la version officielle, qui reconnaissait, une fois n’est pas coutume, un fait de violence policière. En l’occurrence, la défiance ressentie par ces adolescents provenait moins d’une méfiance vis-à-vis des institutions ou du gouvernement que de l’anxiété suscitée par l’acte. Albert n’arrivait pas à comprendre comment un gars de la cité pouvait se laisser frapper par des policiers sans crier, sans appeler à l’aide, sans se rebeller. C’est l’atteinte à sa virilité, la dimension sexuelle du geste du policier (qui a été reconnue comme non intentionnelle) qui lui étaient insupportables. Pour des adolescents vulnérables, la situation de la victime et la possible identification à elle étaient intolérables, et plaçaient le jeune homme blessé dans le camp ennemi, celui des faibles, des humiliés, des perdants. Cette interprétation nous a été confirmée dans des ateliers conduits avec des éducateurs, frappés eux aussi de l’ampleur du succès des thèses complotistes auprès des jeunes qu’ils suivent.

58L’adhésion à des thèses complotistes relatives aux attentats peut procéder selon des mécanismes proches, même si les ressorts peuvent être multiples. Certains jeunes sont particulièrement déstabilisés que des actes aussi violents puissent être commis au nom de leur religion. Leur adhésion à des thèses qui en attribuent la responsabilité à d’autres est une façon de se protéger eux-mêmes d’une proximité avec ces actes, fût-ce par la dénégation. Pour Sofiane, suivi par la PJJ, les attentats mettent en cause la responsabilité des pouvoirs publics : « on a un Président, à mon avis il doit savoir quoi faire et du coup voilà. Le peuple ne peut rien y faire, c’est, on est… des pions ». Cela nous rappelle de façon très directe à quel point les attentats viennent porter atteinte au sentiment de sécurité et à la confiance dans les institutions.

59Sofiane qui a suivi un stage de déradicalisation reste néanmoins persuadé que les caricatures de Charlie Hebdo ont déclenché les attentats : « mais pour moi aujourd’hui y’aurait pas eu tout ceci si, janvier dernier, y’aurait pas eu cette caricature qui a tourné sur le Prophète. Je pense qu’à mon avis, c’est de là que ça part ». Si, avec son camarade Naps, il prend ses distances vis-à-vis des autres attentats, tous deux approuvent l’attentat contre Charlie Hebdo : « ils ont raison de tout faire péter Charlie Hebdo ». Les deux adolescents ne sont pas dans une radicalisation terroriste, car ils envisagent même de faire la guerre contre Daech, mais la transgression du tabou de la représentation du Prophète leur semble une raison suffisante pour tuer : « Le Prophète sur la croix de Jésus, tu l’avais vu ça ? » échangent-ils entre eux. L’incompréhension de la liberté d’expression et du droit à la caricature se double d’une contestation de l’autorité de la loi laïque face à un interdit religieux. Quant à la concurrence entre les autorités nationales et religieuses auprès de certains jeunes musulmans, d’autres enquêtes montrent une tendance à faire prévaloir la prescription religieuse sur la loi nationale et une plus grande acceptation des actes transgressifs violents [Galland et Muxel, 2018 ; Roché, 2016]. Mais au-delà du droit à la caricature, du « blasphème » et de la laïcité, l’approbation de la peine de mort serait également à interroger dans une perspective éducative.

60Les explications fondées sur des interprétations religieuses constituent également une stratégie qui permet de restaurer à leurs propres yeux un sentiment de maîtrise, quand la violence et la complexité des situations, la confusion des informations viennent brouiller le sentiment de stabilité des adolescents. Dénoncer un facteur déclencheur pour les attentats, trouver une cause unique à la marche du monde à travers les Illuminati, comme le fait Albert, permet de restaurer un semblant de maîtrise et de rationalité. La confusion des fils d’actualité [Jehel, 2016a], le caractère anxiogène des images qu’ils y reçoivent, la profusion des thèses complotistes sur les grandes plateformes numériques favorisent leur adoption par des adolescents, dans des moments de vulnérabilité.

Conclusion : quelles pistes éducatives développer ?

61Ce chapitre avait pour ambition de complexifier la question de la défiance vis-à-vis des médias dont la prolifération des fake news, qui réactive aujourd’hui les politiques d’éducation aux médias, n’est qu’une dimension visible. Construire une politique d’éducation aux médias pour répondre à cette défiance nécessite en effet de garder présents à l’esprit l’ensemble des dimensions de la crise de l’information et l’ensemble des facteurs qui alimentent la défiance des adolescents vis-à-vis de l’information journalistique.

62La défiance des adolescents prend en effet appui sur la crise de l’information et des défaillances du champ journalistique face à sa propre déontologie, mais elle relève aussi de la défiance de la population et particulièrement des classes populaires vis-à-vis des institutions politiques et médiatiques du fait de leur interdépendance, et parfois d’un sentiment de maltraitance des quartiers populaires, des jeunes et des musulmans. Face à ces dimensions de la défiance, l’explicitation des modalités de la production de l’information, des contraintes juridiques et économiques peut aider à dépasser des postures de colère ou de provocation.

63L’initiation aux débats déontologiques semble une piste pertinente pour construire une posture critique tout en prenant conscience du rôle particulier des médias et des journalistes dans les régimes démocratiques. Il importe néanmoins de ne pas sous-estimer le bien-fondé de certaines critiques formulées par les adolescents de façon parfois imprécise ou maladroite. L’éducation aux médias et à l’information (ÉMI) doit réserver des espaces de débat où la critique des journalistes, sur la base de critères démocratiques, soit encouragée et où les modalités de surveillance des médias, notamment celles prévues pour se faire entendre auprès de leurs médiateurs, soient expliquées. Les concepts de pluralisme et d’honnêteté de l’information sont au cœur de l’ÉMI, avant même de familiariser les jeunes aux techniques journalistiques de vérification de l’information et aux différents dispositifs mis en place par les médias pour le faire46. Cartographier le champ informationnel, faire prendre conscience de la politisation des réseaux sociaux, mettre en évidence les désaccords entre les médias, leur capacité critique vis-à-vis des politiques et pas seulement leur connivence, sont des dimensions cruciales.

64Il serait souhaitable néanmoins de ne pas réduire l’ÉMI à la familiarisation aux pratiques journalistiques, piste déjà la plus expérimentée depuis trente ans en France [Frau-Meigs et al., 2014]. Expliciter le modèle économique des plateformes numériques, la récupération des données personnelles, les algorithmes de recommandation sans se focaliser sur les rumeurs, expliciter les règles auxquelles sont soumises les publications sur les réseaux sociaux, dont les adolescents ont rarement conscience avant le lycée, font partie des urgences. Les questions de défiance et de désinformation posent aussi la question philosophique de la perception de la vérité, des différents registres de vérité, de son horizon métaphysique indécidable qui ne peut être le standard de l’espace public moderne, et des différentes façons de la rechercher. Elles activent également une réflexion sur la place de l’image dans l’information : indice d’une réalité mais qui, à l’état brut, ne saurait être une preuve, source d’émotions qui suscitent un « effet de réel » [Barthes, 1968]. La prise en compte des émotions des adolescents face à des informations anxiogènes est devenue une nécessité. Plus que jamais l’éducation doit tenir compte des affects que les plateformes et les médias favorisent dans leurs stratégies de captation de l’attention et des émotions, comme l’empathie, que requiert l’éducation à la démocratie [Nussbaum, 2011]. L’élaboration autour des sentiments suscités par des contenus médiatiques fait partie du processus de distanciation critique vis-à-vis d’eux et de la réflexivité à favoriser. Si elle sollicite chez les enseignants une capacité de tolérance et d’empathie, elle n’a pas à être confondue avec un relativisme qui ajouterait de la confusion au chaos informationnel des plateformes auxquelles ont accès les adolescents. Derrière l’instrumentalisation des émotions, il importe de cerner des enjeux politiques auxquels il est répondu dans nos démocraties par la reconnaissance de droits fondamentaux, parfois oblitérés voire bafoués sur les plateformes numériques et rendus de ce fait invisibles aux adolescents.

Notes

1 Le cas nous a été rapporté dans l’enquête sur la réception des images violentes, sexuelles et haineuses qui sera décrite plus loin.

2 Rien que dans la presse écrite, à titre d’exemple : L’Est républicain, 10 janvier 2015, Le Point, 10 janvier 2015, Le JDD, 12 janvier 2015, Le Monde, 14 janvier 2015, L’Obs, 14 janvier 2015, Le Figaro, 20 janvier 2015. Le JDD fait état de 70 cas remontés au ministère de l’Éducation nationale, à comparer aux 64 000 établissements, Sud Ouest en évoque « 200 » dont une quarantaine transmise aux services de police : « Charlie Hebdo : au moins 200 incidents dans les écoles après les attentats », 14 janvier 2015.

3 Voir notamment Mattea Battaglia et Benoît Floc’h, « À Saint-Denis, collégiens et lycéens ne sont pas tous “Charlie” », Le Monde, 14 janvier 2015.

4 Voir notamment Raoul Pantanella, « Minutes de silence dans les rangs », Les Cahiers pédagogiques, mai 2004, no 424 ; le compte rendu des débats publiés en avril 2004, commenté par Gérôme Truc [2016, 167].

5 Dominique Albertini, « Les rouages de la machine complotiste », Libération, 20 janvier 2015.

6 En témoignent le site < eduscol.fr >, les ressources pédagogiques du CLÉMI mises en ligne sur son site, mais aussi les actes de la conférence nationale consacrée à l’ÉMI, Cultures numériques. Éducation aux médias et à l’information, Lamouroux Mireille et Trouche Luc (dir.), Poitiers, Futuroscope, Canopé, 2017.

7 Communication de la Commission au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen et au Comité des régions du 26 avril 2018, « Lutter contre la désinformation en ligne : une approche européenne ».

8 The Conversation, juin 2018, Fake news et post-vérité. 20 textes pour comprendre et combattre la menace.

9 Auditions de la Commission de la culture, de l’éducation et de la communication et de la Commission des lois au Sénat, pour préparer la discussion sur le projet de loi « fausses informations, fake news », 3 avril 2018. La commissaire européenne Mariya Gabriel a créé, le 13 novembre 2017, un groupe d’experts sur la « désinformation en ligne », avec des représentants de grands médias européens (RTL, Mediaset, Sky News), de la société civile (RSF), des plateformes numériques (Facebook, Twitter et Google), des universitaires et des journalistes. Le Geste (groupement des éditeurs de contenus et services en ligne) a créé un groupe de travail réunissant des éditeurs, responsables de médias d’information et plateformes (Google).

10 Voir notamment « Nouvelles accusations contre Cambridge Analytica et l’ingérence russe dans la campagne américaine. Le lanceur d’alerte Christopher Wylie a fourni au comité judiciaire du Sénat des États-Unis de nouveaux documents », Le Monde, avec AFP et Reuters, 17 mai 2018.

11 Sylvain Rolland, « L’adoption de la loi anti-fake news de Macron repoussée à cause des polémiques », La Tribune, 8 juin 2018.

12 Ignacio Ramonet, « Télévision nécrophile », Le Monde diplomatique, mars 1990.

13 Le Débat, mai-août 1990, no 60, Malaise dans les médias ; Esprit, décembre 1990, Où va le journalisme ? ; Les dossiers de l’audiovisuel, mars-avril 1991, Télévision et déontologie ; Les journalistes sont-ils crédibles ?, Montpellier, Reporters sans frontières, 1991.

14 Ignacio Ramonet, « L’ère du soupçon », Le Monde diplomatique, mai 1991.

15 Publication de communiqués, réunions avec les chaînes de télévision, Lettre du CSA, février 1991, no 17.

16 Il souligne aussi bien l’omniprésence d’Alain Bauer, que la cannibalisation des journaux d’information par l’insécurité, dont l’affaire « Papy Voise », et les reportages alarmistes.

17 Rapport de Marie Sirinelli, Autorégulation de l’information : comment incarner la déontologie ?, remis à la ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti, le 13 février 2014, qui l’envisage sans clairement le préconiser. Parmi les mesures prises, on peut citer le soutien à la presse en ligne depuis 2009, et la loi du 14 novembre 2016 visant à renforcer la liberté, l’indépendance et le pluralisme des médias. Le projet a ressurgi le 27 mars 2019 lors de la remise du rapport Confiance et liberté. Vers la création d’une instance d’autorégulation et de médiation de l’information par Emmanuel Hoog au ministre de la Culture. Dans la continuité de ce rapport, des professionnels du journalisme et des associations ont créé le 2 décembre 2019 un Conseil de déontologie journalistique et de médiation (CDJM).

18 Déclaration de Nicolas de Tavernost, président du directoire du groupe M6, Supplément Canal+, juin 2015 : « Je ne peux pas supporter qu’on dise du mal de nos clients. Cette émission de Capital était consacrée à la téléphonie. Nous sommes partie prenante puisque nous faisons M6 Mobile avec Orange. Je leur ai expliqué que si on faisait une émission bonne pour Orange, alors on allait dire “ah oui, on comprend” mais que si elle était mauvaise pour Orange, on allait se fâcher avec notre client. »

19 CSA, Rapport sur les campagnes électorales, 2018, p. 15 et 28.

20 Luc Vinogradoff, Le Monde, 27 février 2017 : « Fou rire dans On n’est pas couché : Philippe Poutou avait-il intérêt à y aller ? Samedi, le candidat du NPA à l’élection présidentielle s’est retrouvé au cœur d’éclats de rire des animateurs de l’émission quand il a été question de licenciements. »

21 Nicolas Dupont-Aignan quitte le plateau de TF1 le 18 mars 2017 pour contester son éviction d’un débat auquel sont invités les cinq principaux candidats, en dénonçant « une fausse démocratie », il twitte « un viol de la démocratie ». Jean-Luc Mélenchon publie un article sur son blog dénonçant « bassesses », « mensonges » et « tromperies » après son passage dans L’émission politique du 30 novembre 2017.

22 RSF, 2010, 13 : « Les journalistes vont maintenant en banlieue “la peur au ventre” ».

23 Agence de modération de nombreux sites d’information en ligne.

24 Jérôme Lefilliâtre, « Nadia Daam, journaliste harcelée sur internet et menacée jusque chez elle », Libération, 3 novembre 2017. Ils ont été condamnés pour harcèlement le 3 juillet 2018 à six mois de prison avec sursis et 2 000 euros de dommages et intérêts par le tribunal de grande instance de Paris.

25 « La “haine du journalisme” menace les démocraties, selon l’ONG Reporters sans frontières », Libération, 25 avril 2018.

26 Le blog de Jean-Luc Mélenchon, 26 février 2018. [En ligne] < https://melenchon.fr/2018/02/26/le-coup-monte-du-service-public-contre-la-france-insoumise/ >.

27 « Plusieurs journalistes agressés lors du défilé du Front national », Le Monde, 1er mai 2015, relate l’agression des équipes du Petit journal et de C à vous le même jour.

28 Sébastien Rochat, « L’extrême droite se lance dans le fichage des journalistes », Arrêt sur images, 27 mai 2014.

29 « Quand le Front national entrave le travail des journalistes », France 24, 25 avril 2017. [En ligne] < http://www.france24.com/fr/20170428-quand-front-national-entrave-travail-journalistes > : « Les sociétés de journalistes de 29 médias, dont France 24, ont signé une pétition pour dénoncer les procédés du Front national qui entravent la liberté d’informer en triant sur le volet “les médias autorisés à suivre Marine Le Pen”. »

30 En % des réponses « très confiance » ou « plutôt confiance » à la question « Avez-vous très confiance, plutôt confiance, plutôt pas confiance ou pas confiance du tout dans chacune des organisations suivantes… ? », in En qu(o)i les Français ont-ils confiance aujourd’hui ? Le baromètre de la confiance politique, janvier 2019, p. 34.

31 Ibid.

32 Kantar Média, La Croix, 2019, diapo 18. En réponse à la question « Croyez-vous que les médias soient indépendants, c’est-à-dire qu’ils résistent à la pression des partis politiques et du pouvoir [ou] à la pression de l’argent ? ».

33 Un ancien journaliste, André Bercoff, a tenu des propos qui ont paru « complotistes » parce qu’il n’arrivait pas à croire à la réalité du sauvetage de l’enfant, déclarant notamment « Je veux dire qu’on n’a pas à gober toutes les vérités révélées qu’on nous donne », Morandini live sur CNews, 1er juin 2018.

34 Christophe Ayad, « La propagande et la guerre de l’information ont tenu une place essentielle dans la bataille d’Alep », Le Monde des idées, 7 juillet 2017.

35 « “Colonie de vacances” ou “camps d’internement” : le sort des enfants migrants déchire l’Amérique », France 24, 19 juin 2018. [En ligne] < http://www.france24.com/fr/20180619-etats-unis-trump-immigration-enfants-separes-parents-tolerance-zero >.

36 D’où la réprobation des médias d’information suite à la manipulation de l’information par les services secrets ukrainiens ayant fait croire à la mort du journaliste Arkadi Babtchenko ; voir le communiqué de RSF, 30 mai 2018.

37 Si le pourcentage de ceux qui s’informent en ligne reste pratiquement inchangé depuis 2013, celui de ceux qui s’informent par la presse écrite a baissé drastiquement, passant de 46 % à 18 % pendant la même période, selon le Digital News Report, 2019, p. 85, réalisé par l’agence Reuters Institute avec l’institut du journalisme de l’université d’Oxford.

38 Les données chiffrées actualisées pour la France sont difficiles à obtenir, voir Mercier et Pignard-Cheynel, 2017, 16. Ils donnent la référence suivante pour les données nord-américaines. [En ligne] < https://www.parse.ly/resources/data-studies/referrer-dashboard/ >.

39 Ce qui est cependant un très bas niveau. Les pourcentages de personnes qui font confiance à leurs médias en Allemagne et Grande-Bretagne sont bien plus élevés (60 % et 51 % respectivement).

40 « News I use ».

41 « La confiance des Français dans les media », janvier 2018, diapo 35. [En ligne] < https://fr.kantar.com/m%C3%A9dias/digital/2019/barometre-2019-de-la-confiance-des-francais-dans-les-media/ >. 16 % ne se prononcent pas.

42 Lancée par Jean-Luc Mélenchon en décembre 2017 sur la plateforme change.org, elle a recueilli en deux jours 75 000 signatures, et en totalisait 230 000 en juin 2018.

43 Sa diffusion conduira Donald Trump à renoncer à la séparation des familles de migrants en juin 2018.

44 Tous les prénoms sont des pseudonymes.

45 Dans cette recherche, j’ai conduit tous les entretiens avec un ou une psychologue.

46 L’AFP a en effet mis en place Factuel < https://factuel.afp.com/ >, et participe à InVid pour vérifier l’originalité d’une vidéo. Le Monde propose le site des Décodeurs < https://www.lemonde.fr/les-decodeurs >, et le Décodex < www.lemonde.fr/verification > ; Libération propose CheckNews < https://www.liberation.fr/checknews,100893 >, France 24, Les observateurs < http://observers.france24.com/fr >. Plusieurs de ces dispositifs (CheckNews, Les décodeurs, Les observateurs, AFP Factuel et 20 minutes) bénéficient d’un financement de Facebook. France télévisions a restructuré son offre en ÉMI au sein de son site Lumni, en novembre 2019 < https://www.lumni.fr/serie/decod-actu >.

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search