Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

L'édition indépendante critique

 | 
Sophie Noël

Partie III. Les stratégies de résistance à l'économicisation

Chapitre 1. Le livre, un bien « pas comme les autres » ?

Testo integrale

  • 1 Certains éléments de cette partie ont été publiés sous le titre « Maintenir l’économie à distance d (...)

1Cette partie est consacrée à ce qui constitue l’une des principales sources de tension au sein de l’édition critique indépendante : le rapport à l’économie1. Le choix d’une position indépendante critique au sein du champ éditorial peut en effet être analysé comme une tentative de mise à distance – et même dans certains cas de négation – de la dimension économique de cette activité. C’est en cela une réactivation des prérogatives de la sphère de production restreinte avec le refus des critères commerciaux et la valorisation de principes d’évaluation internes au champ, condition de son autonomie.

  • 2 Pierre Bourdieu, « Une révolution conservatrice dans l’édition », Actes de la recherche en sciences(...)

2Une telle position est rendue possible par l’existence d’une croyance fondatrice, relayée par un certain nombre de complexes culturels, mais aussi par des dispositifs publics venant contrebalancer le poids du marché (chapitre 1). La conjonction de ces différents leviers explique l’existence de discours de résistance à l’économicisation des pratiques, qui puisent à plusieurs sources historiques. Ces discours articulent des topiques anciens apparus dans le domaine de la littérature, renforcés par des critères de jugement politique spécifiques à ces éditeurs. La mobilisation de valeurs clés – pluralisme, indépendance, créativité – permet en fin de compte à l’édition critique d’exercer une fonction normative sur le champ de l’édition de sciences humaines au sens large. Dépositaire des valeurs fondamentales du pôle de production restreinte, elle représente d’une certaine façon son « point d’honneur spirituel » et entretient l’illusion nécessaire à son fonctionnement2.

3Après l’analyse des stratégies discursives des éditeurs, le second chapitre se tourne vers leurs pratiques économiques concrètes, qui reposent en grande partie sur le dénuement et la « débrouille », ainsi que sur la mise en scène du désintéressement. Les conditions de possibilité d’un travail vécu sur le mode vocationnel, où l’autoexploitation et l’ascétisme jouent un rôle de premier plan, y sont particulièrement analysées. Confrontés à l’enjeu de la pérennisation de leur activité et au risque de l’amateurisme, les éditeurs critiques sont contraints de se situer par rapport à un double modèle : celui du « dilettantisme engagé » et celui de la professionnalisation, entre rejet radical et acceptation, sous certaines conditions, du marché. Mais quelle que soit la solution adoptée, la logique artisanale demeure prépondérante et le modèle artistique vient fournir un cadre de référence permettant d’abolir certaines contradictions.

SPÉCIFICITÉS DE L’ÉDITION EN TANT QUE SECTEUR CULTUREL

  • 3 Les années 1960 correspondent au premier moment de l’institutionnalisation de la politique culturel (...)
  • 4 Sur ce point, voir en particulier Serge Regourd, L'exception culturelle, Paris, PUF (2e éd.), 2002 (...)

4La critique de la diffusion d’une vision économique, qui a gagné toutes les sphères de la culture à partir des années 1960, connaît une résonance particulière dans le secteur de l’édition3. En effet, c’est sans doute le secteur culturel, avec le cinéma, le plus travaillé par l’idée « d’exception culturelle »4, et celui qui suscite les réactions les plus passionnées, tout au moins en France. Plusieurs faisceaux explicatifs peuvent être dégagés pour éclairer ce phénomène, qui ont trait aux caractéristiques intrinsèques du livre et à la force historique de certaines croyances, ainsi qu’aux aspects structurels du marché de l’édition.

Croyance fondatrice et complexes culturels

  • 5 Ce qui est en somme une reformulation de l’opposition de Pierre Bourdieu entre pôle de production r (...)
  • 6 Maurice Nadeau, « Le reste est littérature », Lignes, mai 2006, n° 20, pp. 179-181.
  • 7 Sur cette opposition, voir Pierre Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ litté (...)
  • 8 Pierre Bourdieu, « Une révolution conservatrice dans l’édition », Actes de la recherche en sciences(...)

5L’édition, comme la plupart des activités de la sphère culturelle, se distingue par une identité « double », comme nous l’avons plusieurs fois souligné. Un caractère hybride que Lucien Karpik explique par le fait qu’elle appartient à la fois au régime de l’authenticité – qui est la marque des marchés restreints, à public autonome, rattachés au modèle de l’originalité des mondes artistiques – et au régime qu’il appelle « Méga », lequel est caractéristique des marchés étendus à publics hétéronomes, où la promotion et les coups commerciaux jouent un rôle important5. Par rapport à un secteur comme le cinéma, où les investissements et les enjeux économiques sont beaucoup plus élevés, l’édition peut plus facilement jouer d’une certaine ambiguïté entre ces deux dimensions et maintenir un idéal de pureté et de non-compromission face aux incursions croissantes de la logique commerciale. Comme l’écrit non sans ironie Maurice Nadeau : « L’édition est une industrie, la librairie un commerce. Le reste, comme dit le proverbe, est littérature »6. Cette dualité trouve son prolongement dans la figure de l’éditeur, à la fois artiste et marchand, artisan et brasseur d’affaires, homme de l’art et de l’argent7. L’équilibre entre ces deux dimensions fondamentales, typiques des intermédiaires culturels et présentes dès les origines de l’édition, est par définition précaire ; Pierre Bourdieu parle à cet égard de « double conscience » et de la nécessité de « concilier l’inconciliable »8.

  • 9 Lucien Karpik, L’économie des singularités, Paris, Gallimard, 2007 (coll. Bibliothèque des sciences (...)
  • 10 Fils de Jacques Schiffrin, le fondateur de la Pléiade en France, André Schiffrin a dirigé pendant p (...)
  • 11 Comme les Rencontres de l’édition indépendante organisées à Lurs et Forcalquier en mai 2007. La pre (...)

6Ceci explique que l’édition en général, et de manière particulièrement aiguë au pôle de production restreinte, soit protégée par une croyance dans la spécificité du livre en tant qu’objet symbolique singulier. Cette croyance est relayée par les dispositions des acteurs engagés dans cette activité (nous y reviendrons dans la partie IV), ainsi que par l’existence de complexes culturels (critiques, journalistes, associations et organisations) faisant contrepoids à la logique de rentabilité à court terme. Le rôle de ces complexes de jugement culturel est « d’élaborer et de maintenir des croyances, des connaissances et des jugements sur une activité collective de production et de vente de singularités »9. Lucien Karpik souligne que, plus l’influence des complexes culturels est forte dans un secteur, plus la « désingularisation » ou perte de qualité symbolique des biens (mesurée par l’appauvrissement et la standardisation des produits) est limitée, comme l’illustre l’évolution du marché de l’édition par rapport à celui du disque de variété. Dans le cadre de l’édition critique, les manifestations, salons professionnels, groupements d’éditeurs et associations qui se sont multipliés ces dernières années ont contribué à la formation progressive d’un espace spécifique avec ses instances de diffusion et ses grandes figures de référence, comme André Schiffrin10. Ce dernier a fondé en 1991, aux États-Unis, The New Press, une maison d’édition indépendante sans but lucratif, grâce à l’appui de plusieurs fondations. À la suite de la publication en 1999 de son témoignage sur les transformations du monde de l’édition, L’édition sans éditeurs, André Schiffrin est devenu une figure emblématique de la petite édition indépendante et de la lutte contre la recherche immodérée de profit des grands groupes. Bénéficiant d’une forte audience en France, il est à ce titre l’invité incontournable des mobilisations autour de cette thématique11.

  • 12 De manière non exhaustive : Janine et Greg Brémond, L’édition sous influence, Paris, Éditions Liris (...)
  • 13 Répertorier l’ensemble des publications sur cette thématique serait fastidieux. Citons néanmoins : (...)

7Si leur pouvoir ne doit pas être surévalué, il serait tout aussi erroné de négliger leur rôle de « rappel à l’ordre » et de mobilisation des acteurs ayant intérêt au maintien de cette croyance, dont les effets se font sentir bien au-delà du petit cercle d’éditeurs concernés. Les réactions auxquelles a donné lieu l’absorption d’une partie du groupe Vivendi par Hachette en 2004 fournissent une bonne illustration du rôle que peut remplir un complexe culturel pour la défense de la singularité de ses biens spécifiques. Les tribunes et dossiers spéciaux se sont multipliés dans les revues, les journaux et sur Internet sur le thème de la défense de l’édition indépendante, tandis qu’étaient mobilisés les témoignages de libraires, universitaires, experts et éditeurs en faveur du pluralisme selon des formes rhétoriques bien balisées, qui sont régulièrement réactivées12. Les prises de position alarmistes d’une frange de la profession en faveur de l’édition indépendante sont ainsi devenues un genre en soi, sur lequel s’est particulièrement bien greffé le discours des éditeurs critiques, qui occupent une place de plus en plus importante sur ces thématiques par rapport à l’édition littéraire. Le genre est décliné selon des formes obligées, que l’on retrouve régulièrement dans les tribunes, « livres blancs », débats, témoignages, ouvrages collectifs et billets d’humeur publiés dans la presse ou sur Internet13.

  • 14 Bertrand Legendre souligne la force de la figure de l’éditeur « en artisan », qui marque chaque tit (...)
  • 15 Sur ce point, voir Pascale Casanova, La république mondiale des lettres : histoire structurale des (...)

8Ce type de mobilisation atteste l’importance de la croyance dans la spécificité du livre en France, qui s’incarne de manière particulièrement marquée dans la figure de l’éditeur, fortement personnalisée et nimbée d’un grand prestige social14. Ce dernier est valorisé en tant que découvreur audacieux et visionnaire, et son rôle au pôle le plus autonome du champ va bien au-delà de la définition coutumière de filtre ou de gatekeeper. Il existe en effet une mythologie du « grand éditeur » qui s’enracine dans un passé prestigieux en partie idéalisé, émaillé de noms emblématiques – Jérôme Lindon ou François Maspero, dont nous avons vu l’importance – et dans une certaine représentation de la France à la fois comme pays lettré par excellence et comme patrie des intellectuels et de l’engagement15.

  • 16 Septembre 2009, « François Maspero, les paysages humains », Lyon, Musée de l’imprimerie.

9L’exposition consacrée en 2006 par la Bibliothèque publique d’information (Bpi) du centre Pompidou à « Christian Bourgois, éditeur » est une illustration parmi d’autres de la force de ce modèle centré sur la figure de l’éditeur « à l’ancienne » qui fonctionne à l’instinct, prend des risques et impose ses choix contre la rationalité économique, tout en entretenant une relation charnelle avec les livres, comme avec les auteurs. Plus confidentielle, l’exposition organisée autour du cinquantenaire des éditions Maspero à Lyon en 2009 relève des mêmes principes16. Présentant un bilan du travail éditorial accompli, ce type de manifestation est une consécration particulièrement importante, qui ajoute à l’aura de l’éditeur le prestige de la reconnaissance institutionnelle.

10Une analyse rapide des grands titres de presse écrite fournit de nombreuses manifestations de cette croyance, dont nous ne livrerons que deux exemples très proches, tant du point de vue des idées que de leur mode d’expression. Un portrait d’André Schiffrin, paru dans le journal Le Monde, est représentatif des discours véhiculant une vision romantisée du « grand éditeur », très éloignée de l’univers marchand :

  • 17 Florence Noiville, Le Monde, 11 mai 2007, p. 12.

« André Schiffrin reste avant tout un résistant, quelqu’un qui refuse de rendre les armes devant l’indigence de la pensée, la trahison des clercs, les outrances du marché et la “concentration suicidaire” qui, selon lui, torpille l’édition et les médias. »17

11Des termes que l’on retrouve presque à l’identique dans le portrait consacré à Maurice Nadeau paru un an plus tôt dans le même titre :

  • 18 Michel Contat, « Maurice Nadeau, le vieil homme et les livres », Le Monde, 24 février 2006, p. 12.

« “Résistant”, premier mot qui vous vient à l’esprit en voyant Maurice Nadeau. Bien sûr, on le connaît : critique prestigieux (Combat, France-Observateur, L’Express), éditeur intransigeant (ne rien publier qui ait une visée commerciale), journaliste littéraire qui ne désarme pas (Les Lettres nouvelles, La Quinzaine littéraire), intellectuel sans parti, mais fidèle à ses engagements et qui suscite la fidélité autant de ses adversaires que de ses amis. »18

  • 19 Pierre Assouline, Gaston Gallimard, un demi-siècle d’édition française, Paris, Balland, 1984 ; Jean (...)
  • 20 Robert Darnton, L’aventure de l’Encyclopédie, trad. M.-A. Revellat, Paris, Perrin, 1981 et Jean-Yve (...)
  • 21 Éric Hazan, Faire mouvement : entretiens avec Mathieu Potte-Bonneville, Paris, Les Prairies ordinai (...)

12Cette vision doit être rattachée à la multiplication des travaux biographiques sur les principaux fondateurs de maisons prestigieuses tels que Gaston Gallimard, les frères Calmann-Lévy ou Louis Hachette19, qui ont contribué à préciser les contours de la « figure de l’éditeur » et de son archétype, l’éditeur littéraire. Comme l’a souligné Robert Darnton, c’est à la fin du XVIIIe siècle, et surtout aux débuts du XIXe que s’est constituée la figure moderne de l’éditeur en tant que patron d’entreprise dynamique et novateur, dont Charles-Joseph Panckoucke, l’éditeur de l’Encyclopédie, est le premier modèle20. Cette figure exerce toujours, dans de multiples incarnations, une grande influence dans le champ éditorial. Et il est difficile de saisir la puissance de la vocation des éditeurs aujourd’hui, surtout dans les franges les plus marginales, sans faire référence à la puissance évocatrice de ces grands modèles. Les témoignages et mémoires d’éditeurs, courants dans le domaine littéraire, ont gagné celui des essais et des sciences humaines avec la parution d’entretiens avec l’éditeur Éric Hazan, des mémoires romancés de François Maspero et de l’ex-animateur de Champ libre, Gérard Guégan, ou encore des analyses critiques d’André Schiffrin, qui constituent d’utiles témoignages sur une époque, avec toutes les précautions inhérentes à ce type de source21. La publication de mémoires est en quelque sorte devenue un rite de passage pour tout éditeur chevronné cherchant à éclairer son activité, ses choix éditoriaux et sa vision des évolutions du secteur.

Le rôle de l’État

  • 22 Vincent Dubois, « La vision économique de la culture : éléments pour une généalogie », Bulletin des(...)

13Ce socle culturel, pour puissant qu’il soit, ne pourrait exercer pleinement son effet sans le relais des dispositifs institutionnels existant en France. L’État joue en effet un rôle de premier plan depuis les débuts de la Ve République en assurant le cadre législatif et économique indispensable à l’existence de projets éditoriaux typiques du pôle de diffusion restreinte, aux profits différés, qui seraient intenables, laissés à la seule logique du marché. Pour autant, son rôle est ambigu dans la mesure où les politiques culturelles ont également contribué à la diffusion d’une vision économique de la culture dans l’édition, comme dans d’autres secteurs, les politiques culturelles ayant « joué un rôle moteur dans l’exportation des modes de pensée de l’économie vers le champ culturel »22.

14La justification de l’intervention publique repose à la fois sur des arguments économiques – la nature spécifique des livres, biens d’expérience s’inscrivant dans un cycle économique long et soumis à une incertitude fondamentale quant à leurs débouchés – et sur des arguments d’ordre politique et culturel, les livres étant considérés comme participant à la construction des identités culturelles et nationales, et relevant par conséquent d’un service d’intérêt général. Un cadre législatif et réglementaire a par conséquent été progressivement élaboré pour « protéger » et permettre le développement de l’édition, qui a servi de modèle dans d’autres pays, et dont la pierre angulaire est la loi sur le prix unique du livre de 1981.

  • 23 Gérard Mauger (dir.), Droits d’entrée. Modalités et conditions d’accès aux univers artistiques, Par (...)
  • 24 Christian Jouhaud rappelle que l’autonomie de la littérature s’est progressivement forgée au cours (...)
  • 25 Pierre Bourdieu retrace ce processus dans Les règles de l’art…, op. cit., p. 85 sq.

15L’intervention de l’État ne relève cependant pas de l’évidence et la tension entre autonomie et hétéronomie est une constante caractérisant les relations entre la puissance publique, les éditeurs et le marché23. L’autonomie dans la dépendance vis-à-vis du pouvoir est en effet un trait structurant de la relation du monde littéraire à l’État depuis le XVIIe siècle24. Le rôle de l’État s’est imposé très progressivement, l’autonomisation du champ culturel s’étant réalisée au XIXe siècle à la fois contre les logiques économiques (la pression du marché) et politiques (le patronage de cour)25. Si la puissance publique est aujourd’hui envisagée comme un recours providentiel permettant de contrebalancer le pouvoir du marché, sa tutelle a longtemps pesé sur les producteurs et intermédiaires, pour lesquels l’émergence d’un large public pour le livre, grâce à la démocratisation de l’enseignement, est apparue comme une libération. Ainsi, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, l’intervention de l’État dans le domaine du livre était jugée comme inacceptable par les éditeurs, soucieux de leur indépendance et inquiets d’un contrôle plus ou moins direct rappelant les dérives de la censure des siècles passés.

  • 26 La forte poussée du marché à l’heure actuelle revient, comme l’a souligné Christophe Charle, à un s (...)
  • 27 Cette évolution voit le topique de « la culture contre l’État » se transformer en « État producteur (...)

16Une demande d’État va progressivement s’affirmer dans les milieux de l’édition, comme dans le reste du champ culturel, à la faveur des difficultés économiques des années 1970 et de la prise de conscience des pressions croissantes liées au marché : rotation de plus en plus rapide des ouvrages en librairie, concurrence exacerbée entre les éditeurs, mouvements de concentration avec l’apparition des premiers conglomérats. Le marché, qui avait représenté une voie d’émancipation, devient une source d’hétéronomie pour les acteurs les plus fragiles26. C’est, pour reprendre l’expression de Vincent Dubois, un « grand retournement », qui voit l’intervention publique devenir indispensable à la préservation de l’autonomie du champ culturel27.

  • 28 Respectivement de 16 % et 75 %, vérification faite sur le catalogue 2006 de l’éditeur. Ce dernier e (...)
  • 29 Nathalie Heinich, « Publier, consacrer, subventionner : les fragilités des pouvoirs littéraires », (...)
  • 30 Le débat organisé le 27 mai 2010 par Acrimed à la Bourse du travail de Paris sur le thème « Critiqu (...)

17L’économie de l’édition de création – qu’elle soit littéraire ou de sciences humaines – bénéficie en France d’une importante aide publique aux livres à rotation lente, censée garantir la diversité de la production éditoriale contre les logiques de marché. Les éditeurs critiques sont cependant en général assez réticents à évoquer les subventions dont ils bénéficient au titre de leur activité, et ont tendance à les minimiser plus ou moins consciemment. Un éditeur estime ainsi que 10 % des titres de sa collection d’essais et 40 % de sa collection de philosophie ont bénéficié d’aides publiques sous une forme ou une autre (CNL, région ou département) alors que les proportions sont en réalité plus importantes28. Apparaître comme dépendant de la puissance publique n’est en effet pas toujours perçu comme valorisant pour des structures qui font de l’indépendance une de leurs valeurs centrales, dans un champ culturel qui s’est de surcroît structuré autour de cette notion. Si l’intervention de l’État est souhaitée, et même réclamée par un grand nombre de petits éditeurs, elle n’en reste pas moins toujours suspecte, et susceptible d’être remise en cause. Aujourd’hui, s’appuyer sur des subventions fait toujours planer le soupçon, pour un éditeur, d’une perte d’autonomie dommageable pour son identité et la valeur de ses publications29. Cet argument peut d’ailleurs être mobilisé pour disqualifier un collègue et concurrent, accusé de ne devoir sa survie qu’aux subventions, et de ne pas être « vraiment » indépendant30. Les éditeurs éloignés des circuits institutionnels sont généralement habités par une conviction forte sur ce point. L’un d’entre eux qualifie ainsi les subventions « d’aumône de l’État aux éditeurs indépendants ».

  • 31 Yves Surel, L’État et le livre : les politiques publiques du livre en France : 1957-1993, Paris, L’ (...)
  • 32 Sur ce sujet, voir le constat de Jérôme Vidal dans Lire et penser ensemble. Sur l’avenir de l’éditi (...)
  • 33 Les aides du CNL aux ouvrages de sciences humaines (hors revues) sont passées de 28 % de l’ensemble (...)

18Cette réticence masque mal le fait que les aides publiques, qu’elles soient d’origine nationale ou régionale, sont cruciales pour l’économie de la petite édition située au pôle de production restreinte. Elle est néanmoins le reflet du rapport ambivalent entretenu par les éditeurs à la puissance publique, entre demande de protection face à la logique de marché et d’aide financière au nom de l’exception culturelle, et refus de toute intervention au nom de l’indépendance éditoriale. Cette ambivalence est perceptible au niveau des relations qu’entretiennent les éditeurs critiques avec l’acteur incontournable du secteur, le CNL. Ces derniers n’incarnent pas précisément la « figure idéale de l’édition »31 formée par cette institution, laquelle se situe plutôt du côté des « grands moyens » de l’édition littéraire généraliste, qui ont largement contribué à l’élaboration des politiques publiques de soutien à l’édition. Ceci explique que plusieurs éditeurs déplorent l’opacité des critères d’attribution des aides, le mode de recrutement des membres des commissions (qui se renouvellent par cooptation) ainsi que l’académisme des choix opérés par les commissions du CNL32. Dans un contexte de baisse de la valeur relative des aides aux ouvrages de sciences humaines33, mais aussi de redéfinition des frontières, nous l’avons vu, entre éditeurs généralistes et petits éditeurs critiques sur le front des traductions, les relations entre la puissance publique et ces derniers ne peuvent qu’être tendues.

Les critères de l’aide : l’exemple de l’intraduction

  • 34 Une étude proche a été conduite par Dominique Cartellier, qui a étudié l’ensemble des ouvrages aidé (...)

19S’ils ne recueillent pas la majorité des suffrages, ces griefs sont suffisamment fréquents pour inciter à s’interroger sur la répartition des aides entre les différentes maisons et sur la place occupée par l’édition critique indépendante au sein de ces dispositifs. Afin de répondre à ces questions, considérons les maisons d’édition ayant bénéficié en 2005 et 2006 d’une aide de la commission Sciences de l’homme et de la société du CNL, au titre de l’intraduction (traduction en français d’ouvrages étrangers)34. Parmi les 26 et 21 bénéficiaires des deux années considérées, les grands éditeurs généralistes, la plupart appuyés sur un groupe important (Albin Michel, Fayard, Flammarion, La Découverte, Gallimard, Le Seuil) sont très présents (voir Annexe 5) : 12 sur 21 en 2005, 12 sur 26 en 2006, soit respectivement 57 % et 46 %. Le nombre d’ouvrages de sciences humaines publiés par ces éditeurs ayant bénéficié d’une aide est de 19 sur un total de 30 en 2005, 21 sur 35 en 2006, soit plus de la moitié à chaque fois. Ce sont ces éditeurs qui concentrent sur les deux années considérées le nombre le plus important d’ouvrages aidés – 4 et 2 pour Albin Michel ; 3 et 6 pour Flammarion ; 3 et 1 pour Calmann-Lévy – ce qui s’explique en partie par le volume important de leur production.

  • 35 Un résultat proche de celui de Dominique Cartellier, qui note que 7 groupes ou marques de groupes s (...)
  • 36 Agone a reçu un total de 13 220 €, Amsterdam 14 300 €, pour 2 ouvrages dans les deux cas. L’Échappé (...)

20Le cumul du montant des aides allouées à ces mêmes éditeurs reste stable avec un total de 147 220 € en 2005 (72 % du total), et de 162 350 € (71 %) l’année suivante. Le reste des aides se répartit entre des petits éditeurs indépendants comme L’Aube et les éditions Des femmes, une poignée de maisons spécialisées (Karthala, Belin, Le Cerf) et de très petits éditeurs (Les Perséides, Anacharsis…). Les éditeurs provinciaux y sont minoritaires (14 et 15 %). Parmi les éditeurs de notre population, seuls Amsterdam, Agone et La Fabrique apparaissent en 2005, La Dispute et à nouveau La Fabrique en 2006, avec un ouvrage chacun. Concernant la traduction des ouvrages en sciences humaines, on constate donc une forte hétérogénéité des éditeurs aidés, qui se répartissent entre les « grands moyens » recevant la part la plus importante des aides35, des maisons correspondant au modèle de l’édition indépendante traditionnelle, ainsi qu’une faible proportion de petites et très petites structures, généralement récentes, dont quelques rares au profil engagé. Un bref sondage dans le bilan des aides du CNL quatre ans plus tard, en 2009, montre que la situation a peu évolué. Si l’enveloppe globale d’aide distribuée par cette même commission, toujours pour l’intraduction, a fortement progressé, atteignant 228 210 € alloués à 25 bénéficiaires pour 36 ouvrages, la part des éditeurs critiques, dont on a pourtant souligné l’importance dans le domaine des traductions, reste minoritaire, avec seulement 3 bénéficiaires (Amsterdam, Agone et L’Échappée)36.

  • 37 Depuis la fin des années 1970, les collectivités locales engagent la moitié des dépenses publiques (...)
  • 38 Catherine Andreucci, « Les régions s’agitent pour le livre », Livres Hebdo, 27 mars 2009, n° 770, p (...)

21Les politiques publiques d’aide à l’édition ne se limitent cependant pas au CNL, quelque important que soit son rôle. La plupart des conseils régionaux ont en effet développé des dispositifs en faveur du livre depuis les années 1970, notamment par le biais des centres régionaux du livre (CRL), qui sont des associations loi 1901 cofinancées par l’État et les régions). Le phénomène s’est accentué avec les lois de décentralisation de 1982, qui leur ont accordé une compétence en matière culturelle37. La région Île-de-France a ainsi initié une politique volontariste en direction de l’édition francilienne depuis 2006 dont le premier bénéficiaire a été, nous l’avons évoqué, Les Prairies ordinaires38. La maison d’édition créée en 2005 a en effet lancé la collection de traductions « Penser/croiser » grâce à une subvention de 40 000 euros versée par la région, qui lui a permis d’acheter les droits, de traduire et d’imprimer une dizaine de titres. Les petites maisons d’édition peuvent donc faire appel à plusieurs niveaux d’aide publique : la ville pour les éditeurs situés dans des métropoles (Marseille, Bordeaux), le département et la région avec les directions régionales à l’action culturelle (DRAC) avec le cofinancement de l’État, les CRL et les agences régionales du livre (ARL).

Profils des relations des éditeurs critiques à la puissance publique

22S’il est difficile d’obtenir, à quelques exceptions près, des données chiffrées fiables qui permettraient d’établir un ratio aides publiques/ressources propres dans le fonctionnement des maisons d’édition, on peut par contre esquisser différents profils de relations des éditeurs critiques avec la puissance publique. Le tableau ci-dessous liste les maisons d’édition ayant recours aux dispositifs d’aide publique, que ce soit pour le financement de traductions (CNL), pour l’obtention de prêts, ou encore pour une aide aux titres et aux collections (diverses instances locales).

Tableau 1 : Les aides publiques (hors revues)

  • 39 Jusqu’en 2003, date de l’arrivée de Georges Frêche à la tête de la région Languedoc-Roussillon, une (...)

Éditeurs

Aides du CNL

Instances régionales

Agone

Traductions

Conseil général des Bouches-du-Rhône Région PACA

Amsterdam

Traductions

Conseil régional d’Île-de-France

L’Éclat

Traductions

DRAC d’Île-de-France

La Fabrique

Prêt à taux zéro ; traductions ; construction du site Internet

Le Passant ordinaire

Ville de Bordeaux et de Bègles

Conseil général de Gironde, Conseil régional d’Aquitaine

L’Insomniaque

Traductions

Ivrea

Traductions

Lignes

Traductions ; construction du site Internet

La Dispute

Prêts à taux zéro

Climats

Traductions

CRL39

Sens & Tonka

Conseil régional d’Île-de-France

Exils

Traductions

Raisons d’agir

Traductions

Sextant

Traductions

Syllepse

Traductions

Le Temps des cerises

Traductions

Textuel

Traductions

23Bénéficier de subventions des pouvoirs publics n’a pas toujours un caractère d’évidence. On peut opérer une ligne de démarcation assez rudimentaire entre les maisons d’édition « pragmatiques », qui ne s’interdisent pas de recourir à l’aide de l’État, voire appellent de leurs vœux un renforcement de cette dernière – quitte à en critiquer le principe ou à en déplorer les insuffisances – et les maisons d’édition « à principes », qui s’interdisent d’y avoir recours pour des raisons idéologiques. Les éditeurs qui choisissent de fonctionner sans l’apport de subventions le font par souci de rester cohérent par rapport à leur désir d’indépendance : « Être non aligné, c’est ne pas accepter de subventions », comme l’explique l’un d’entre eux, ou encore, de manière plus radicale, parce que « les pratiques des maisons subventionnées sont à vomir ». Le cas le plus emblématique est celui de l’Encyclopédie des Nuisances, qui a poussé la logique de non-compromission avec la puissance publique jusqu’à refuser l’aide proposée par le CNL après l’incendie de l’entrepôt de son diffuseur en 2004 :

« Je n’ai jamais rien demandé au CNL. Même après l’incendie du dépôt des Belles Lettres en 2002, où nous avons perdu 20 000 volumes, lorsque le CNL proposait d’indemniser les éditeurs. J’ai échangé avec le CNL, pour leur dire que je ne les considérais pas comme qualifiés pour juger de la qualité de notre fonds. »

  • 40 Gisèle Sapiro, « Politiques culturelles et réglementation des industries de la culture : bilan des (...)

24Si ce type de position reste rare, nombreuses sont les maisons d’édition qui mettent en avant des motifs pratiques pour expliquer leur non-recours aux aides publiques, évoquant notamment des délais de décision trop longs, le manque de temps de leur part – préparer sérieusement un dossier demandant plusieurs semaines de travail. La rigidité et la lourdeur administrative des dispositifs, peu adaptés au mode de fonctionnement de petites structures, sont également évoquées. Obtenir une aide du CNL à la traduction suppose en effet non seulement que l’éditeur anticipe très en amont une publication, consacre beaucoup de temps au suivi administratif du dossier, travaille avec un traducteur professionnel – ce qui exclut d’office les circuits bénévoles dont de nombreux éditeurs sont familiers – et surtout, avance des sommes importantes avant même d’être assuré d’une réponse positive, ce qui s’avère souvent rédhibitoire. De ce fait, on constate une grande inégalité d’accès aux subventions publiques. Aux éditeurs rompus aux relations avec les différents échelons des pouvoirs publics s’opposent les éditeurs plus amateurs ou encore peu insérés dans le champ, qui ont tendance à s’exclure d’eux-mêmes de ces circuits. « Le CNL ne prête qu’aux riches », comme le déclare avec amertume une éditrice installée en province, en proie aux difficultés financières. Ce qui vient confirmer la corrélation généralement observée entre intervention de l’État et professionnalisation des activités culturelles40.

  • 41 Dominique Cartellier remarque que les dossiers d’aide à la publication de la plupart des conseils r (...)

25Le principal obstacle est une anticipation des refus, certains éditeurs étant conscients de ne pas être en conformité avec les critères implicites des institutions publiques, notamment en termes de choix des textes. Ce qui renforce encore leur marginalisation et leur maintien dans un état semi-professionnel41. On constate en effet que les éditeurs les plus marginaux ont moins recours à l’aide publique, contrairement aux éditeurs professionnels, mieux armés en ressources sociales pour s’insérer dans les circuits institutionnels et politiques, et plus susceptibles de proposer des titres en affinité avec les critères de jugement des comités de sélection. Ce qui confirme les résultats de l’analyse des correspondances, qui a souligné le lien existant entre le caractère professionnel des maisons d’édition et le recours aux subventions publiques. Le fait que certains éditeurs se trouvent en situation intermédiaire – n’ayant pas encore enclenché les mécanismes d’application aux différentes aides possibles tout en envisageant de le faire – est de ce fait caractéristique d’un processus de professionnalisation et d’insertion progressive dans les circuits officiels.

Librairies indépendantes et réseaux associatifs

  • 42 Les librairies indépendantes (gérées par le (s) propriétaire (s) de plus de 50 % du capital) peuven (...)
  • 43 Source : Repères statistiques SNE 2011, données 2010.
  • 44 Internet offre pourtant aux petites structures une vitrine peu onéreuse (absence de remise et de fr (...)

26Ce rapide panorama de l’implication de la puissance publique ne serait pas complet sans aborder un maillon essentiel de la chaîne du livre, les librairies indépendantes. Si ces dernières connaissent un effritement progressif de leur position depuis une vingtaine d’années, la loi sur le prix unique du livre ainsi qu’un certain nombre de dispositifs institutionnels42 leur ont permis de demeurer le premier réseau de vente de détail en France avec 45 % du marché en volume43. Ces points de vente constituent pour les éditeurs un appui efficace du fait de leur rôle traditionnel de prescription, dont la légitimité fait contrepoids, dans certains secteurs tout au moins, aux budgets de promotion et des groupes. Certaines maisons d’édition critique réalisent de ce fait près de 80 % de leur chiffre d’affaires avec une grosse dizaine de librairies dans les principales grandes villes de France et ne souhaitent pas, pour cette raison, fragiliser ce mode d’accès au marché en développant leurs ventes directes sur Internet44. Comme le précise Éric Hazan, qui met régulièrement en avant ce qu’il doit aux libraires :

« Les libraires nous aiment bien, c’est énorme, énorme. Et ça, c’est sans prix, avoir la cote chez les libraires, c’est énorme parce qu’ils vendent ce qu’ils veulent, à peu près. C’est pour ça que, la vente directe, je ne suis pas trop partisan de développer ça. »

  • 45 Cette communauté d’intérêts s’explique par le fait que les librairies indépendantes se trouvent éga (...)

27Occupant une position dominée, homologue à celle des petits éditeurs indépendants, à la fois prestigieuse et menacée, les libraires ont développé un discours proche, en particulier sur la dénonciation de la fausse abondance du marché – trop de livres substituables les uns aux autres – et de la rotation trop rapide des titres, un best-seller chassant l’autre. Les éditeurs sont bien conscients de cette proximité d’intérêts. Ne manquant jamais de célébrer les « libraires indépendants courageux », ils sont très présents en librairie, avec l’organisation de rencontres et de signatures avec leurs auteurs à chaque parution importante. La sortie chez Agone de l’ouvrage Une histoire populaire des États-Unis d’Howard Zinn en 2002 a par exemple donné lieu à plus de vingt conférences organisées par l’éditeur. Ces rencontres sont l’occasion de célébrer une communauté de situations et de visions, et d’échanger des hommages croisés45.

28Être visible dans quelques bonnes librairies généralistes est un enjeu central pour les petits éditeurs. Ces dernières constituent en effet leur mode d’accès privilégié aux lecteurs, seul moyen dont ils disposent pour contrer la faiblesse de l’écho médiatique dont bénéficient généralement leurs titres, comme nous l’avons vu. Un responsable de maison d’édition parisienne met en valeur le rôle des libraires dans la répartition de l’espace entre les ouvrages :

« En librairie, on occupe une place, compte tenu de la conjoncture de la librairie qui est difficile – il y a la concentration de la distribution, il y a des librairies qui ferment, etc. –, on occupe une place qui est démesurée par rapport à ce qu’on est réellement. Démesurée eu égard à notre catalogue et à notre ambition. On peut même se dire, moi, je serais libraire, j’aurais du mal à arbitrer. Si j’ai 1 m2, j’ai 1 m2. »

29Autre relais important pour les éditeurs les plus politisés, les réseaux associatifs et militants. Chez Syllepse, plusieurs collections sont animées par des syndicats comme la FSU, ou des organismes comme la fondation Copernic. Le Temps des cerises a maintenu les liens avec des comités d’entreprises et des conseils municipaux développés par les Éditions sociales, qui achètent directement une partie de leur production. Ces canaux, typiques de l’édition militante, permettent des modes de diffusion alternatifs ainsi que des apports de trésorerie appréciés (dans le cas de livres préachetés). S’ils ne constituent qu’un apport d’appoint dans la commercialisation de leur production, ils contribuent à un modèle alternatif en affinité avec l’identité des ouvrages publiés. Un schéma moins militant est celui qu’a développé Homnisphères, qui mène une politique active en direction des associations, bibliothèques et centres de formation, en fonction des thématiques explorées par ses livres :

« On travaille plus les réseaux associatifs et militants, sur Internet et autres. Par exemple, quand on a publié Planète sexe, on est entré en contact avec toutes les organisations, toutes les associations et les revues liées à la prostitution, qui en ont parlé. On a touché comme ça près de 10 000 personnes, c’est très important. Sur le communautarisme, on fait régulièrement des ateliers en banlieue avec les auteurs, on touche comme ça près de 250 associations, c’est le nerf de la guerre. Sans oublier les bibliothèques, les centres de formation. »

30Politiques publiques, réseau de librairies de qualité, relais associatifs ou militants : cette conjonction de facteurs culturels et institutionnels explique le développement durable d’une frange de maisons d’édition indépendantes mobilisant un discours de résistance à « l’économicisation », dont nous allons analyser maintenant les principaux ressorts théoriques.

PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DU DISCOURS DE RÉSISTANCE À L’ÉCONOMIE

  • 46 Robert Darnton, Bohème littéraire et Révolution : le monde des livres au XVIIIe siècle, trad. E. Gr (...)
  • 47 Voir Albert Cassagne, La théorie de l’art pour l’art en France chez les derniers romantiques et les(...)
  • 48 Christophe Charle, Naissance des intellectuels : 1880-1900, Paris, Minuit, 1990 (coll. Le sens comm (...)
  • 49 Pierre Bourdieu, Les règles de l’art…, op. cit., p. 116.

31La lutte opposant la sphère du marché à la sphère de la culture et de l’art est loin d’être nouvelle. C’est un thème exploré de longue date par la littérature, notamment avec le motif de la prostitution de l’art, Voltaire plaçant « la malheureuse espèce qui écrit pour vivre » à un niveau social en dessous des prostituées46. L’indépendance vis-à-vis des pouvoirs tant économiques que politiques devient progressivement une motivation centrale pour les tenants de « l’art pour l’art »47. L’avant-garde littéraire de la fin du XIXe siècle se pose en incarnation des valeurs intellectuelles contre la corruption par l’argent et les compromissions, et en défenseur des justes causes48. Cette thématique trouve son prolongement dans la figure romantique de l’artiste maudit et misérable, incompris par la société bourgeoise mercantile, particulièrement exemplifiée par Baudelaire. Ce dernier choisit pour Les Fleurs du mal un petit éditeur d’avant-garde, Poulet-Malassis, plutôt que Michel Lévy, qui lui proposait des conditions financières plus avantageuses, craignant une diffusion trop large pour son ouvrage49. Ce geste instaure, selon Pierre Bourdieu, la coupure entre édition commerciale et édition d’avant-garde, et affirme l’autonomie inaliénable de l’artiste, basée sur une rupture éthique autant qu’esthétique.

  • 50 Karl Marx, Misère de la philosophie, in Œuvres, Paris, Gallimard (coll. Bibliothèque de la Pléiade) (...)
  • 51 Walter Benjamin, « L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique », trad. M. de Gandill (...)

32Dans le champ scientifique, les premières formulations théoriques de l’opposition culture/économie remontent à Marx et à Simmel50. Les « singularités », c’est-à-dire les biens uniques et incommensurables qui ignorent le prix comme mécanisme de fixation de la valeur, sont confrontées selon ce schéma historique à la pression incessante du marché, et à l’extension de la calculabilité à tous les domaines de l’existence. Ils ne peuvent conserver leur spécificité que du fait de leur inscription dans des enclaves protégées par la puissance publique. Dans une large mesure, les diverses expressions de résistance à la concentration et à l’homogénéisation des biens culturels que l’on peut observer aujourd’hui puisent dans les fondements théoriques de la critique de la culture de masse élaborés dès la fin du XIXe siècle, au premier rang desquels La dialectique de la raison de Theodor Adorno et Max Horkheimer. Dans cet essai publié en 1947, les auteurs développent l’idée selon laquelle l’art se dégrade et perd son caractère propre dès qu’il est mis sur le marché et est l’objet d’une quête d’utilité. La thèse développée quelques années plus tôt par Walter Benjamin sur l’aliénation de l’œuvre d’art à l’ère de la reproduction technique, qui oppose l’aura (la valeur cultuelle) à la reproductibilité (la valeur d’exposition) d’une œuvre s’inspire de cette même vision profondément élitiste de l’art fondée sur les notions kantiennes d’authenticité et d’unicité : « Dès lors que le critère d’authenticité n’est plus applicable à la production artistique, toute la fonction de l’art se trouve bouleversée »51.

  • 52 Karl Polanyi, La grande transformation : aux origines politiques et économiques de notre temps, tra (...)
  • 53 Lucien Karpik, op. cit., p. 307.

33Karl Polanyi, en cherchant à mettre au jour les origines de la société de marché, constate que l’économie, dominée par le calcul rationnel et le gain individuel, est une sphère dont l’autonomie n’a fait que se renforcer dans les sociétés modernes52. Sa thèse sur le désencastrement de l’économie par l’effet du marché autorégulateur connaîtra de nombreux avatars. Comme le résume Lucien Karpik, « l’univers des singularités reste hanté par sa disparition »53.

  • 54 Viviana Zelizer, « Repenser le marché », Actes de la recherche en sciences sociales, trad. M. -F. E (...)
  • 55 Jean-Yves Mollier, L’argent et les lettres : histoire du capitalisme d’édition, 1880-1920, Paris, F (...)

34Viviana Zelizer a, avec d’autres, souligné les limites de cette critique du « marché illimité » et de ses soubassements moraux, qui opère une dichotomisation excessive entre la sphère marchande et la sphère non marchande, sans percevoir que les phénomènes économiques sont eux-mêmes étroitement imbriqués dans un ensemble de rapports sociaux et symboliques. Cette vision présente, selon elle, l’inconvénient de maintenir le modèle d’un marché tout-puissant et autonome, comme une « force expansionniste et destructrice pénétrant tous les domaines de la vie »54. La protection des valeurs non économiques, au premier rang desquelles la culture, n’est pensée comme possible que par un processus d’isolement : restrictions juridiques ou institutionnelles qui limitent l’extension du marché, imposition de contraintes normatives. Pour ce qui est du marché du livre, les travaux des historiens ont également nuancé ces visions trop simplificatrices en démontrant en particulier l’ancienneté du phénomène de massification du marché du livre, qui date du XVIIIe siècle, avec la progression de l’instruction et la montée des classes moyennes, ainsi que de sa financiarisation, effective dès la fin du XIXe siècle55.

L’argument de la marchandisation

  • 56 Luc Boltanski, Ève Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999 (coll. NRF Es (...)

35Les argumentaires développés par les éditeurs critiques sont typiques de cette vision dichotomique et, plus généralement, de la critique artiste du capitalisme comme source de désenchantement de l’existence et d’aliénation de l’individu56. Ils ont en commun une perception défensive de l’évolution de l’édition en tant que sphère culturelle intrinsèquement extérieure au marché devenue de plus en plus inféodée aux normes économiques, perdant de ce fait sa valeur et sa signification profondes. La marchandisation et la standardisation croissantes de la production éditoriale sont déplorées dans la mesure où elles conduisent à un nivellement généralisé : « des textes prêts-à-penser fabriqués et servis à la chaîne par les industriels de l’édition », comme le formule un éditeur. La montée en puissance de conglomérats imposant des méthodes de gestion incompatibles avec le cycle lent des livres au pôle de la production restreinte, dans l’unique objectif de faire progresser leurs marges, est considérée comme la cause de ces évolutions néfastes et, d’une certaine façon, contre nature.

  • 57 Une critique qui puise dans la dénonciation de la fétichisation de la marchandise par Marx. Cette t (...)

36Ces thèses s’inscrivent, on le voit, dans la droite ligne de la critique des industries culturelles développée par l’École de Francfort, qui sera reprise par l’Internationale situationniste au travers de la dénonciation du nivellement, du conformisme de la société de consommation massifiée, et de la profonde inauthenticité d’une existence tout entière soumise aux impératifs du profit et de la production de masse57. On retrouve en effet dans la plupart des propos et des écrits la vision idéalisée et élitiste de la culture véhiculée par Adorno et Horkheimer et systématisée par Guy Debord dans La société du spectacle (1967). Ainsi, ce petit éditeur qui affirme sur son site :

  • 58 Source : site de L’Échappée. [En ligne] <www.lechappee.org> (22 septembre 2010).

« Une structure éditoriale indépendante des groupes monopolistes qui phagocytent et tuent à petit feu l’édition en transformant connaissances et œuvres en produits. Des phrases qui donnent à penser dans cette civilisation du loisir et du divertissement permanent. Des livres qui vivent, durent, s’installent et poursuivent une histoire, à l’époque du culte de l’instant présent qui ordonne le passé en un vaste réservoir à musées et commémorations. Des écrits pour abolir l’objet éphémère de la pure consommation et retrouver l’objet singulier, relié et porteur de sens qui permet à la vie de dépasser le stade de la survie. »58 [C’est nous qui soulignons]

37Les thématiques, la rhétorique et le style situationnistes sont très présents, notamment au travers de la dénonciation récurrente de l’emprise des rapports marchands sur l’existence humaine. Une autre illustration en est donnée par cet extrait de présentation d’une maison d’édition issue de la mouvance libertaire autonome, qui souligne « l’appauvrissement généralisé », l’analphabétisme et « l’inculture » d’une époque menant tout droit à l’asservissement politique :

« L’exercice de la domination moderne repose ainsi sur la propagation de l’abrutissement […] De là, la diminution du nombre de lecteurs de livres, et même de journaux ; de là aussi, la prolifération de livres qui ne sont conçus que pour engendrer le crétinisme résigné – et de ceux qui le prônent sous toutes ses formes comme la plus sûre manière pour les classes moyennes de jouir paisiblement de leur petit confort confiné. […]

  • 59 « Quinze ans d’insomnies c’est un rien chouette ! ». Texte de présentation des éditions de L’Insomn (...)

On a donc vu s’affadir la littérature populaire, source et refuge de tant de rêves et d’inconvenances au sein des sociétés industrielles. L’art du pamphlet a sombré dans une déchéance qui semble, pour l’heure, sans rémission. Et les penseurs patentés ne se mêlent plus guère de critiquer l’ordre établi. Oh, ce ne sont pas les succédanés qui manquent… »59

L’argument de l’uniformisation

38Une autre source argumentative, moins radicale et apocalyptique, s’articule autour du thème de la défense de la diversité culturelle, qui a été mobilisé par le mouvement altermondialiste dans les années 1990 pour contrer l’importation des logiques de marché dans toutes les sphères sociales. La volonté de préserver la diversité des « écosystèmes culturels », à partir d’un parallèle avec le domaine du vivant, a été consacrée par l’Unesco en 2001 :

  • 60 Extrait de l’article 1er de la Déclaration universelle sur la diversité culturelle de l’Unesco, nov (...)

« […] la diversité culturelle est, pour le genre humain, aussi nécessaire qu’est la biodiversité dans l’ordre du vivant. En ce sens, elle constitue le patrimoine vivant de l’humanité et elle doit être reconnue et affirmée au bénéfice des générations présentes et des générations futures. »60

  • 61 L’origine de ce terme n’est cependant pas totalement claire. Il est diffusé en particulier par l’Al (...)

39La déclinaison éditoriale du concept de diversité culturelle, qui s’est diffusé dans de nombreux secteurs, s’est cristallisée autour de la notion de « bibliodiversité », élaborée par des éditeurs hispanophones à la fin des années 1990 pour signaler la nécessaire diversité des productions éditoriales, en tant qu’œuvres de l’esprit, mises à la disposition du public61. On en trouve une illustration dans la présentation des éditions Homnisphères :

« Dans le monde en général, en France en particulier, les logiques de concentration dans les secteurs de la culture, de la communication et des médias se sont accélérées ces dernières années. Ces logiques menacent la diversité des formes d’expression et la production culturelle indépendante. La diffusion des œuvres de l’esprit suit ainsi une logique de marché uniforme, dans laquelle prédominent des produits standardisés et la préoccupation d’une rentabilité à court terme. Cette logique ne laisse plus le temps ni la place à une production culturelle innovante dans sa forme et son contenu, elle ne prend pas de risque lorsque l’expérimentation ou l’engagement de sens prime sur la valeur marchande du bien culturel. »62

40Cette thématique pose cependant plusieurs problèmes, le premier étant que les significations attachées au concept de diversité sont aussi diverses que subjectives. Cette dernière renferme en effet plusieurs dimensions, dont la variété (le nombre des titres effectivement publiés à un moment donné), mais aussi l’équilibre. Tous les secteurs culturels ont connu un mouvement de prolifération apparente des biens se conjuguant avec un appauvrissement de l’offre réelle, les biens étant aisément substituables. L’argument de la diversité culturelle peut ainsi n’être qu’une façade accompagnant la standardisation des biens proposés. Il s’avère de ce fait à double tranchant dans la mesure où il peut être manié avec profit par les acteurs les moins autonomes, qui défendent une définition principalement quantitative de la diversité, à laquelle les petits éditeurs ne peuvent opposer que la notion vague de « diversité par la qualité », mettant en avant une « véritable création ». Malgré cela, la défense de la diversité en tant que fin en soi reste un des topiques les plus mobilisés à ce pôle du champ, la difficulté pour les éditeurs consistant à défendre une conception qualitative de celle-ci.

L’argument politique

  • 63 Débat entre Éric Hazan et Thierry Discepolo (Agone) organisé le 6 mai 2010 à la librairie L’Atelier (...)

41Enfin, la dimension politique est inextricablement mêlée à ces arguments culturels, avec l’affirmation par les éditeurs critiques de la vocation des livres à nourrir le débat en société, et plus spécifiquement la résistance contre « l’ordre dominant ». Les livres se voient dans cette optique assigner un rôle d’émancipation absolument central. Pour les éditeurs critiques, les livres sont, comme le dit Éric Hazan, « les plus puissants des outils de subversion »63. Leur investissement dans cette activité est par conséquent indissociable d’une croyance dans la puissance des mots, dans leur capacité à changer le monde, et donc d’une vision rationaliste à laquelle s’ajoute la conviction du caractère intrinsèquement subversif de l’écrit. Comme le résume une éditrice : « Les livres sont des armes. Les transformations se font d’abord dans les mentalités, en tout cas c’est ce qu’on espère ».

  • 64 André Schiffrin, L’édition sans éditeur, trad. M. Luxembourg, Paris, La Fabrique, 1999.
  • 65 André Schiffrin, Le contrôle de la parole, Paris, La Fabrique, 2005 et L’argent et les mots, Paris, (...)
  • 66 Voir notes 10 et 11 de ce chapitre.

42Les thèses défendues par les auteurs publiés par les maisons d’édition critique sont dans cette optique des ressources intellectuelles de premier plan et de véritables armes symboliques dans le combat contre l’édition « marchandisée », qu’il s’agisse de la critique des médias autour de Kraus, Chomsky et Bourdieu, des rééditions de classiques révolutionnaires, ou de la remise en cause de l’ordre néolibéral développé par de nombreux auteurs de leurs catalogues. Plus précisément, plusieurs ouvrages publiés dans les années 1990 et 2000 autour de la thématique de la résistance à la concentration capitalistique ont contribué à l’élaboration d’un corpus théorique de référence. Le plus célèbre est la thèse développée par l’éditeur américain André Schiffrin dans son ouvrage L’édition sans éditeurs publié par La Fabrique, précédemment évoqué, qui dénonce une édition passée aux mains de conglomérats aux exigences de profit incompatibles avec la réalité du métier d’éditeur64. Cette situation conduit à une censure du marché – tout projet d’ouvrage considéré comme ayant un faible potentiel commercial étant abandonné – et à un contrôle de la diffusion de la pensée sans précédent dans les sociétés démocratiques. Cette thèse, prolongée depuis par deux autres opus plus alarmistes65, a rencontré un large écho en France, où elle venait conforter les craintes de nombreux acteurs, et a induit dans son sillage un grand nombre d’écrits similaires66.

43Ces trois grands types d’arguments sont déclinés de multiples façons sur les catalogues et les sites Internet, dans les témoignages et analyses produits par les éditeurs, qui mettent ainsi en scène la prééminence accordée à l’ordre symbolique sur l’ordre marchand. Mais comment de telles positions se traduisent-elles dans les pratiques réelles, et quels sont les moyens déployés par les éditeurs pour concilier la double dimension commerçante et intellectuelle de leur activité ? Le chapitre suivant est consacré à l’examen de ces questions.

Note

1 Certains éléments de cette partie ont été publiés sous le titre « Maintenir l’économie à distance dans l’univers des biens symboliques : le cas de l’édition indépendante critique », Revue française de socio-économie, novembre 2012, n° 10, pp. 73-92.

2 Pierre Bourdieu, « Une révolution conservatrice dans l’édition », Actes de la recherche en sciences sociales, 1999, n° 126-127, pp. 3-27.

3 Les années 1960 correspondent au premier moment de l’institutionnalisation de la politique culturelle en France. Vincent Dubois, La politique culturelle : genèse d’une catégorie d’intervention publique, Paris, Belin, 1999 (coll. Socio-histoires).

4 Sur ce point, voir en particulier Serge Regourd, L'exception culturelle, Paris, PUF (2e éd.), 2002 et Françoise Benhamou, Les dérèglements de l’exception culturelle, Paris, Le Seuil, 2006 (coll. La couleur des idées).

5 Ce qui est en somme une reformulation de l’opposition de Pierre Bourdieu entre pôle de production restreinte et pôle de grande production.

6 Maurice Nadeau, « Le reste est littérature », Lignes, mai 2006, n° 20, pp. 179-181.

7 Sur cette opposition, voir Pierre Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Le Seuil, 1992 (coll. Libre examen politique), p. 354, et Christophe Charle, « Le temps des hommes doubles », Revue d’histoire moderne et contemporaine, janvier-mars 1992, n° 39-1, pp. 73-85.

8 Pierre Bourdieu, « Une révolution conservatrice dans l’édition », Actes de la recherche en sciences sociales, 1999, n° 126-127, p. 16.

9 Lucien Karpik, L’économie des singularités, Paris, Gallimard, 2007 (coll. Bibliothèque des sciences humaines), p. 105.

10 Fils de Jacques Schiffrin, le fondateur de la Pléiade en France, André Schiffrin a dirigé pendant presque trente ans Pantheon Books, avant son rachat par le magnat de la presse I. S. Newhouse.

11 Comme les Rencontres de l’édition indépendante organisées à Lurs et Forcalquier en mai 2007. La presse généraliste et professionnelle a consacré de très nombreux articles à André Schiffrin. Citons, à titre d’exemple, l’entretien avec François Cusset, Livres Hebdo, 18 octobre 2002, n° 486, pp. 64-65 ; Christine Ferrand, « André Schiffrin enfonce le clou », Livres Hebdo, 4 février 2005, n° 587, pp. 90-92 ; Thierry Leclère, « André Schiffrin, "l’alter-éditeur" ? », Télérama, 8-14 mai 2010, n° 3147. [En ligne] <http://www.telerama.fr/idees/andre-schiffrin-editeur-sans-but-lucratif-mais-plein-d-idees,55949.php> (21 juin 2012).

12 De manière non exhaustive : Janine et Greg Brémond, L’édition sous influence, Paris, Éditions Liris, 2002, ainsi que « La liberté d’édition en danger », Le Monde diplomatique, janvier 2003, p. 4 ; le dossier « Malaise dans l’édition », Esprit, juin 2003, avec en particulier Olivier Mongin, « Le rachat de VUP par Hachette, une " mutation génétique " pour l’édition et la culture ? », pp. 40-47. Les plaidoyers favorables à Hachette puisent dans la même source rhétorique. Voir, à titre d’exemple, les tribunes de Claude Durand dans Le Monde du 3 octobre 2002 et de Monique Nemer dans Libération, 4 octobre 2002.

13 Répertorier l’ensemble des publications sur cette thématique serait fastidieux. Citons néanmoins : Antoine Schwartz, « Le règne des livres sans qualités », Le Monde diplomatique, mai 2006, p. 30 ; le dossier « Situation de l’édition et de la librairie », Lignes, 2006, n° 20, pp. 17-26 ; Livre blanc pour l’édition indépendante, association L’autre livre, 2006 ; Gilles Colleu, Éditeurs indépendants : de l’âge de raison vers l’offensive ?, Paris, Alliance des éditeurs indépendants, 2006 (coll. État des lieux de l’édition) ; Pierre Jourde, « Éloge de la petite édition », Le Monde diplomatique, janvier 2007, p. 24 ; André Schiffrin, « Quand de " petits " éditeurs échappent à l’emprise des conglomérats », Le Monde diplomatique, octobre 2007, p. 22. Régis Alberto, Francis Combes et al., Le livre : que faire ?, La Fabrique, 2008 ; Martine Prosper, L’édition. L’envers du décor, Paris, Éditions Lignes, 2009 ; Thierry Discepolo, La trahison des éditeurs, Marseille, Agone, 2011 (coll. Contre-feux).

14 Bertrand Legendre souligne la force de la figure de l’éditeur « en artisan », qui marque chaque titre publié de sa personnalité et de son style, réactivant l’ancien « Chez... » apposé autrefois sur les livres. Bertrand Legendre, « Quel avenir pour les éditeurs de taille moyenne et petite ? », in Jean-Yves Mollier (dir.), Où va le livre ?, Paris, La Dispute, 2007 (coll. État des lieux), p. 78.

15 Sur ce point, voir Pascale Casanova, La république mondiale des lettres : histoire structurale des révoltes et des révolutions littéraires, Paris, Le Seuil, 1999.

16 Septembre 2009, « François Maspero, les paysages humains », Lyon, Musée de l’imprimerie.

17 Florence Noiville, Le Monde, 11 mai 2007, p. 12.

18 Michel Contat, « Maurice Nadeau, le vieil homme et les livres », Le Monde, 24 février 2006, p. 12.

19 Pierre Assouline, Gaston Gallimard, un demi-siècle d’édition française, Paris, Balland, 1984 ; Jean-Yves Mollier, Michel et Calmann-Lévy ou la naissance de l’édition moderne, 1836-1891, Paris, Calmann-Lévy, 1984 et du même auteur, Louis Hachette : 1800-1864, le fondateur d’un empire, Paris, Fayard, 1999.

20 Robert Darnton, L’aventure de l’Encyclopédie, trad. M.-A. Revellat, Paris, Perrin, 1981 et Jean-Yves Mollier, L’argent et les lettres : histoire du capitalisme d’édition, 1880-1920, Paris, Fayard, 1988, chapitres 1 et 2.

21 Éric Hazan, Faire mouvement : entretiens avec Mathieu Potte-Bonneville, Paris, Les Prairies ordinaires, 2005 (coll. Contrepoints) ; François Maspero, Les abeilles et la guêpe, Paris, Le Seuil, 2002 (coll. Fiction & Cie) ; Gérard Guégan, Cité Champagne, esc.i, appt. 289, 95-Argenteuil : 1968-1971, Paris, Grasset, 2006 (coll. Éditions Champ libre ; 1), suivi de Montagne-Sainte-Geneviève, côté cour : 1972-1974, Paris, Grasset, 2008 (coll. Éditions Champ libre ; 2) ; André Schiffrin, L’édition sans éditeurs, trad. M. Luxembourg, Paris, La Fabrique, 1999 et Allers et retours, Paris-New York, un éducation politique, trad. F. Gonzalez Batlle, Paris, Liana Lévi, 2007 (coll. Essais).

22 Vincent Dubois, « La vision économique de la culture : éléments pour une généalogie », Bulletin des bibliothèques de France, 2001, t. 46, n° 2, pp. 31-34. [En ligne] <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2001-02-0031-001>. L’auteur évoque la promotion de la « réconciliation entre l’économie et la culture » dans les années 1980, qui accompagne le fort développement des dépenses publiques dans le domaine culturel.

23 Gérard Mauger (dir.), Droits d’entrée. Modalités et conditions d’accès aux univers artistiques, Paris, Maison des sciences de l’homme, 2007, pp. 263-267.

24 Christian Jouhaud rappelle que l’autonomie de la littérature s’est progressivement forgée au cours d’un lent processus tout d’abord marqué par le renoncement et la dépendance vis-à-vis du pouvoir politique. Christian Jouhaud, Les pouvoirs de la littérature : histoire d'un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000 (coll. NRF Essais).

25 Pierre Bourdieu retrace ce processus dans Les règles de l’art…, op. cit., p. 85 sq.

26 La forte poussée du marché à l’heure actuelle revient, comme l’a souligné Christophe Charle, à un système de régulation et d’accès au public peu différent de celui qui prévalait sous l’Ancien Régime, l’enjeu étant d’entrer dans le « cercle magique » des gros tirages et des favoris des médias. Christophe Charle, « Le temps des hommes doubles », art. cit.

27 Cette évolution voit le topique de « la culture contre l’État » se transformer en « État producteur de culture ». Vincent Dubois, La politique culturelle…, op. cit., p. 12 et pp. 148-153.

28 Respectivement de 16 % et 75 %, vérification faite sur le catalogue 2006 de l’éditeur. Ce dernier est par ailleurs l’un des plus « transparents » sur ce point dans la mesure où chaque titre ayant bénéficié d’une aide est signalé comme tel sur son catalogue.

29 Nathalie Heinich, « Publier, consacrer, subventionner : les fragilités des pouvoirs littéraires », Terrain, 1993, n° 21, pp. 33-46.

30 Le débat organisé le 27 mai 2010 par Acrimed à la Bourse du travail de Paris sur le thème « Critique de l’édition et édition alternative » a donné lieu à ce type d’échange verbal entre deux participants.

31 Yves Surel, L’État et le livre : les politiques publiques du livre en France : 1957-1993, Paris, L’Harmattan, 1997 (coll. Logiques politiques), p. 243, ainsi que « L’État, acteur ou spectateur ? », in Jean-Yves Mollier (dir.), Où va le livre ?, Paris, La Dispute, 2007 (coll. État des lieux), pp. 516-539.

32 Sur ce sujet, voir le constat de Jérôme Vidal dans Lire et penser ensemble. Sur l’avenir de l’édition indépendante et la publicité de la pensée critique, Paris, Éditions Amsterdam, 2006 (coll. Démocritique), notamment p. 65 sq, ainsi que « Les points aveugles d’une politique. L’aide publique au livre indépendant », in Le livre : que faire ?, op. cit., p. 44. L’éditeur Éric Hazan a, quant à lui, démissionné en 2006 de la commission qu’il présidait au CNL (art et bibliophilie) pour protester contre plusieurs refus successifs de cet organisme au titre de l’aide à la traduction de 4 ouvrages publiés par sa maison d’édition, La Fabrique.

33 Les aides du CNL aux ouvrages de sciences humaines (hors revues) sont passées de 28 % de l’ensemble des aides en 1995 à 21 % en 2002 (22 % en 2007). Ces aides ont augmenté de 10 % pour les sciences humaines et la philosophie prises ensemble (toujours hors revues), mais de 45 % pour l’ensemble de l’édition. Sophie Barluet, Édition de sciences humaines et sociales. Le cœur en danger, Paris, PUF, 2004 (coll. Quadrige Essais, débats), pp. 136-138.

34 Une étude proche a été conduite par Dominique Cartellier, qui a étudié l’ensemble des ouvrages aidés par le CNL en 2005 et 2006, toutes commissions confondues (soit plus de 55 titres et près de 200 éditeurs). Elle conclut que les aides du CNL s’adressent à un ensemble plus hétérogène et émietté d’éditeurs que par le passé, avec une présence importante des groupes ou d’éditeurs affiliés à des groupes et une réduction des éditeurs littéraires de référence. Dominique Cartellier, « Indépendance éditoriale et dispositifs d’aide à la publication », Communication & langages, 2008, n° 156, pp. 63-73.

35 Un résultat proche de celui de Dominique Cartellier, qui note que 7 groupes ou marques de groupes sont parmi les éditeurs les plus aidés en 2005 et 2006, toutes commissions confondues, (10 aides ou plus) parmi lesquels Le Seuil, Flammarion et Albin Michel. Dominique Cartellier, art. cit., p. 73.

36 Agone a reçu un total de 13 220 €, Amsterdam 14 300 €, pour 2 ouvrages dans les deux cas. L’Échappée a, de son côté, reçu une aide de 11 400 € pour la traduction de Outlaws of America : the Weather Underground and the Politics of Solidarity, de Dan Berger (500 p.).

37 Depuis la fin des années 1970, les collectivités locales engagent la moitié des dépenses publiques culturelles. Ioana Popa évoque à ce propos un mouvement de « municipalisation de la culture ». Ioana Popa, « Approches politistes des politiques culturelles », Observatoire des mutations des industries culturelles, mai 2006. [En ligne] <www.observatoire-omic.org/pdf/Popa_Approches_politistes_politiques_culturelles> (10 mai 2012).

38 Catherine Andreucci, « Les régions s’agitent pour le livre », Livres Hebdo, 27 mars 2009, n° 770, pp. 6-9. En 2011, le conseil régional d’Île-de-France a consacré 4,3 millions d’euros au livre et à la lecture, sur un budget culturel total de 55 millions d’euros.

39 Jusqu’en 2003, date de l’arrivée de Georges Frêche à la tête de la région Languedoc-Roussillon, une dizaine d’exemplaires de chaque titre publié par Climats était achetée au prix fort par le CRL pour les centres culturels français à l’étranger.

40 Gisèle Sapiro, « Politiques culturelles et réglementation des industries de la culture : bilan des travaux et perspectives de recherche », décembre 2005, Observatoire des mutations des industries culturelles. [En ligne] <www.observatoire-omic.org/pdf/Sapiro_politique_culturelle_reglementation_industries_culture> (27 septembre 2010).

41 Dominique Cartellier remarque que les dossiers d’aide à la publication de la plupart des conseils régionaux demandent des critères de professionnalisation tels que la définition d’un programme éditorial, des relations contractualisées avec les auteurs, une diffusion-distribution organisée. Dominique Cartellier, art. cit., p. 70.

42 Les librairies indépendantes (gérées par le (s) propriétaire (s) de plus de 50 % du capital) peuvent bénéficier d’aides directes gérées au niveau régional, de prêts sans intérêt par le CNL ou de l’Association pour le développement de la librairie de création (ADELC) depuis 1989. Cette aide est en forte augmentation – + 70 % en 2008 – avec la création récente du label Lir (Librairie indépendante de référence), associé à un certain nombre d’avantages fiscaux, et la volonté de mise en valeur des fonds des librairies.

43 Source : Repères statistiques SNE 2011, données 2010.

44 Internet offre pourtant aux petites structures une vitrine peu onéreuse (absence de remise et de frais de diffusion, absence de retours) pour toucher leurs lecteurs sans intermédiaires. Celles qui ont développé les ventes directes, comme les éditeurs rassemblés sur le site Athélès, réalisent un pourcentage important par ce biais (de 20 à 25 % du total de leurs ventes). Le site de vente en ligne Lekti-ecriture.com, qui regroupe une quarantaine d’éditeurs indépendants, est en la matière un bon compromis puisque les commandes sont livrées par une librairie d’Albi.

45 Cette communauté d’intérêts s’explique par le fait que les librairies indépendantes se trouvent également en position de faiblesse par rapport aux grands diffuseurs comme Hachette, qui leurs imposent des conditions commerciales difficiles (grilles d’office, remises négociées à la baisse, échéances de paiement écourtées, etc.). Sur ce point, voir en particulier le témoignage de Christian Thorel, responsable de la librairie Ombres blanches à Toulouse, « Pas de librairie sans indépendance », Esprit, juin 2003, pp. 139-146.

46 Robert Darnton, Bohème littéraire et Révolution : le monde des livres au XVIIIe siècle, trad. E. Grolier, Paris, Gallimard – Le Seuil, 1983 (coll. Hautes études), p. 18.

47 Voir Albert Cassagne, La théorie de l’art pour l’art en France chez les derniers romantiques et les premiers réalistes [Hachette, 1906], Seyssel, Champ Vallon, 1997 (coll. Dix-neuvième).

48 Christophe Charle, Naissance des intellectuels : 1880-1900, Paris, Minuit, 1990 (coll. Le sens commun), p. 131.

49 Pierre Bourdieu, Les règles de l’art…, op. cit., p. 116.

50 Karl Marx, Misère de la philosophie, in Œuvres, Paris, Gallimard (coll. Bibliothèque de la Pléiade), 1965, t. I. ; Georg Simmel, Philosophie de l’argent, Paris, PUF, 1988 [1900] (coll. Sociologie). Cités par Lucien Karpik, L’économie des singularités, Paris, Gallimard, 2007 (coll. Bibliothèque des sciences humaines), pp. 10-16.

51 Walter Benjamin, « L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique », trad. M. de Gandillac, in Œuvres III, Paris, Gallimard, 2000 (coll. Folio essais), p. 282.

52 Karl Polanyi, La grande transformation : aux origines politiques et économiques de notre temps, trad. C. Malamoud, M. Angeno, Paris, Gallimard, 1983 (coll. Bibliothèque des sciences humaines), particulièrement pp. 42-55.

53 Lucien Karpik, op. cit., p. 307.

54 Viviana Zelizer, « Repenser le marché », Actes de la recherche en sciences sociales, trad. M. -F. Essyad, L. Pecaut, 1992, n° 94, p. 4.

55 Jean-Yves Mollier, L’argent et les lettres : histoire du capitalisme d’édition, 1880-1920, Paris, Fayard, 1988 ; Henri-Jean Martin et Lucien Febvre, L’apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1999 [1958] (coll. L’Évolution de l’humanité).

56 Luc Boltanski, Ève Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999 (coll. NRF Essais), particulièrement p. 4.

57 Une critique qui puise dans la dénonciation de la fétichisation de la marchandise par Marx. Cette thématique sera également développée par Herbert Marcuse, dans L’homme unidimensionnel, Paris, Minuit, 1968 (coll. Arguments) et par Raoul Vaneigem, Traité de savoir-vivre à l'usage des jeunes générations, Paris, Gallimard, 1992 [1967] (coll. Folio actuel).

58 Source : site de L’Échappée. [En ligne] <www.lechappee.org> (22 septembre 2010).

59 « Quinze ans d’insomnies c’est un rien chouette ! ». Texte de présentation des éditions de L’Insomniaque à l’occasion de ses quinze années d’existence, juin 2008.

60 Extrait de l’article 1er de la Déclaration universelle sur la diversité culturelle de l’Unesco, nov. 2001, cité par Françoise Benhamou, Les dérèglements de l’exception culturelle, Paris, Le Seuil, 2006 (coll. La couleur des idées), p. 252.

61 L’origine de ce terme n’est cependant pas totalement claire. Il est diffusé en particulier par l’Alliance des éditeurs indépendants.

62 Présentation des éditions Homnisphères.
[En ligne] <http://art-engage.net/@Editions-Homnispheres,40@.html> (24 septembre 2010).

63 Débat entre Éric Hazan et Thierry Discepolo (Agone) organisé le 6 mai 2010 à la librairie L’Atelier à Paris. Verbatim [en ligne] <http://www.article11.info/?Thierry-Discepolo-et-Eric-Hazan> (29 octobre 2012).

64 André Schiffrin, L’édition sans éditeur, trad. M. Luxembourg, Paris, La Fabrique, 1999.

65 André Schiffrin, Le contrôle de la parole, Paris, La Fabrique, 2005 et L’argent et les mots, Paris, La Fabrique, 2010.

66 Voir notes 10 et 11 de ce chapitre.

© Presses de l’enssib, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540