Version classiqueVersion mobile

Éducation critique aux médias et à l’information en contexte numérique

 | 
Sophie Jehel
, 
Alexandra Saemmer

Partie 1. Éduquer à l’information, décoder les infomédiaires

Chapitre 6. Faire attention, ou l’affectivité en contexte numérique

Camille Alloing et Julien Pierre

Texte intégral

1Grâce aux dispositifs mobiles, l’individu emporte littéralement avec lui ce qui encombre son esprit. Comment attirer alors son attention sur ce qui peut réellement lui importer ? Les médias en ligne ont fait de l’attention le vecteur principal de leur stratégie de communication. Pour toucher l’attention des publics, rien de tel que de jouer sur les émotions. Est-ce alors à une éducation sentimentale que devrait ressembler l’éducation aux médias et à l’information ?

2Dans l’objectif de sensibiliser les apprenant.es à l’enjeu des émotions en contexte numérique, nous proposons d’exposer la stratégie affective des plateformes, qui ont mis en place de manière particulièrement saillante une exploitation économique des émotions. Nous en dégagerons une définition plus resserrée de ce que nous entendons par affectivité, en référence d’abord à Baruch Spinoza et à Paul Ricœur. Enfin, c’est à travers la prise en compte des affordances et des contextes que nous invitons à passer d’un travail de déconstruction du web affectif à l’élaboration d’une éducation pratique à l’affectivité par médias interposés.

3Dans beaucoup d’études des réseaux socionumériques (RSN) et de leurs usages, la référence aux émotions est encore cantonnée à l’arrière-plan, comme un ordinaire de la socialisation médiatisée par ordinateur. À l’opposé, certains chercheurs mettent au premier plan le travail émotionnel et affectif propre aux publics empêchés [Hillis et al., 2015] et aux différentes modalités numériques de monstration de la sexualité [Pailler et Vörös, 2017]. Pourtant il y a une attente commune entre l’ordinaire implicite et l’extraordinaire explicite : celui ou celle qui déclare son amour, qui raconte sa colère, qui expose son corps exprime une demande de reconnaissance [Granjon et Denouël, 2010 ; Marcoccia, 2015] à laquelle le lecteur doit prêter attention. Dans cette perspective, les RSN peuvent être saisis comme un espace de « bienveillance » [Pierre, 2013]. La reconnaissance peut être entendue en termes émotionnels : pour le dire avec les mots de Michel Foucault, il s’agit d’un certain « souci de soi ». Selon Paul Ricœur, ce souci de soi est intimement lié au souci des autres : « il faut être l’ami de soi-même pour être l’ami de l’autre » [Ricœur, 1990, 216].

4L’attention portée à soi et aux autres est au centre du processus identitaire. Pour Ricœur, l’identité se compose d’une mêmeté (cette part de soi qui ne bouge pas malgré le temps, et qu’il appelle « identité numérique ») et d’une ipséité (cette part de soi qui évolue dans le temps, et qu’il appelle « identité narrative »). Ces deux facettes de l’identité se retrouvent dans les dispositifs en ligne, prenant la forme d’identifiants uniques pour l’une, et pour l’autre celle de l’écriture d’un récit de vie. C’est bien ainsi que le réseau Facebook, par exemple, se dévoile en surface, notamment à travers la fonctionnalité du Journal (Timeline), et en profondeur dans l’organisation de sa base de données [Pierre, 2014]. Toutefois, si la plateforme se présente comme un site de socialisation, cela implique de participer, voire de supporter [Coutant, Stenger, 2010] le processus de socialisation. Or l’amitié, selon Ricœur, est une médiation où l’autre rend l’individu capable d’être soi et permet d’effectuer les actions tendant vers une vie bonne. Se forge alors une éthique de la sollicitude : ce soin ou cette attention que l’on adresse à l’autre dès lors que l’on a identifié chez lui une affection particulière, de joie ou de tristesse comme dirait Spinoza.

5La question est donc de savoir si les réseaux socionumériques participent de cette éthique. Il faudrait pour cela qu’ils permettent de manifester une affection, puis une sollicitude, et il faudrait que les stratégies affectives déployées par les plateformes soient correctement orientées afin de permettre aux usagers d’effectuer une « vie bonne ».

6À la surface des RSN s’opère un double mouvement attentionnel : des contenus sont portés à l’attention de l’usager qui alors estime s’il est nécessaire d’agir à l’égard de celui qui les a publiés (en cliquant, en commentant). Nous retrouvons ici une écologie de la perception telle que décrite par James J. Gibson [2014] : l’individu repère, dans ce qui l’environne, des objets (vivants ou non) dont il perçoit le potentiel pour effectuer une action. Il y a donc un chaînage entre la perception, ce que les objets donnent à voir comme puissance d’agir, et ce que l’individu effectue à partir de ces affordances. Dès lors, le design des stratégies affectives des plateformes conditionne l’environnement de la socialisation numérique, les affordances ou ce qu’il est possible de faire à partir des fonctionnalités affectives, et l’effectuation, dit autrement, le soin porté à soi et aux autres.

7L’action de communication située dans les RSN s’articule entre trois niveaux de contexte : le niveau macro de leurs stratégies affectives ; le niveau méso des affordances ; le niveau micro des publications (récits expérientiels des pairs, ou promesses expérientielles des annonceurs). Chacun de ces contextes (et il s’agit bien de con-textes, i. e. le niveau méta de la communication) est soumis aux risques d’interprétation : quelle intention prêter à la plateforme, quelle action effectuer à partir du dispositif, quel sens donner au texte ? À chaque fois revient la question de ce qui peut affecter dans ce contexte, de ce qui peut être porté à l’attention de l’usager, et de l’attention qu’il peut prêter à l’autre (pair ou annonceur).

8Le lien entre affect et attention doit être explicité : pour Yves Citton [2008], qui repart d’une lecture attentive de Spinoza, l’affect est « un opérateur de frayage » vers l’attention et la mémoire. Il ouvre une voie, une trace qui peut conduire « vers un champ propre à l’activité ou vers une impasse nous condamnant à la passivité ». Si l’école est le lieu pour apprendre l’attention (à la leçon en cours, à la parole de l’enseignant, à sa propre ligne – d’écriture et de conduite, et à l’amitié de ses pairs), elle doit aussi se penser et se faire comme un lieu d’apprentissage des affects. Cet apprentissage prend en contexte numérique les contours d’une littératie spécifique, qu’il s’agit de détailler dans la suite de ce chapitre.

9Au fur et à mesure de l’évolution du web et de son intégration dans le quotidien, les grilles d’analyse se sont succédé et se sont vues accolées à autant de « littératies ». En mettant l’accent sur la dimension documentaire du web, le collectif Roger T. Pédauque [2006] a œuvré pour la reconnaissance du travail de documentarisation des archivistes (qui, dans l’enseignement français, ont le statut de professeurs-documentalistes) et souligné le rôle des métadonnées. Ces apports sont venus compléter, en France, les premières briques d’une littératie numérique, centrée sur les moteurs de recherche et la veille documentaire, par ailleurs nourrie des réflexions d’Alain Giffard sur la lecture industrielle, ou d’Alexandre Serres sur la culture de l’information [Serres, 2009 ; Ertzscheid, 2009 ; Le Deuff, 2012].

10Le deuxième document édité par le collectif Pédauque [2007], dévoilant le travail de redocumentarisation opéré par les usagers des systèmes documentaires, a établi le lien avec certaines approches de la sociologie des usages [Denouël et Granjon, 2011]. Le « web social » [Millerand et al., 2010] est devenu l’espace dans lequel se (re)configurent les sociabilités [Casilli, 2010]. L’addition des réseaux socionumériques au web (voir no 59 de la revue Hermès) s’est accompagnée de questionnements sur la vie privée et la surveillance [Mattelart, 2007 ; no 167 de la revue Réseaux], la dispersion au travail [Broadbent, 2011 ; Datchary, 2011], l’intimité et la socialisation des adolescents [boyd, 2014 ; Tisseron, 2001 ; Cordier, 2017], la construction identitaire [no 88 de la revue Communications ; Georges, 2009 ; Pierre, 2013], et tout un ensemble de médiations [Merzeau, 2010 ; Alloing, 2014]. Par la convergence entre des enjeux technologiques, économiques et psychosociologiques, l’approche agrégative des littératies (ou multimodale : visual literacy, computer literacy, library literacy, etc.) a été repensée en termes de translittératie [Delamotte et al., 2014].

11En plus d’être un web documentaire et un web social, le web est aussi un espace de calcul. Par les données que contient le document numérique, et la circulation qu’opèrent les acteurs du web (usagers et entrepreneurs), grand nombre de calculs se déroulent en arrière-plan sans toujours s’afficher à la surface de l’écran (identité calculée [Georges, 2009]). Le web est alors en partie un web « réputationnel » [Alloing, 2016 ; id. et Pierre, 2012]. Des conventions de calcul sont élaborées et malgré de nombreux standards, beaucoup de processus de quantification restent opaques alors même que la valeur symbolique – et économique – ainsi produite tend à croître. Le poids économique de certains acteurs (notamment ceux qui pilotent les grands sites de socialisation ou de recherche : Facebook, Google) pose question, et des appels à la régulation et à la négociation se font entendre.

12L’emprise des GAFA commence à être problématisée par certains chercheurs, ainsi que le modèle d’organisation du travail qui y est mobilisé. La notion de digital labor permet de désigner les formes d’exploitation contenues dans la réalisation de micro-tâches par les usagers du web. Si certains d’entre eux, les turkers, livreurs, slasheurs, touchent des micro-rémunérations [Cardon et Casilli, 2015], d’autres tâches (liker, commenter) ne rapportent aux usagers qu’une reconnaissance socio-symbolique, alors qu’elles produisent l’essentiel des recettes économiques pour les propriétaires des sites web et leurs partenaires commerciaux. L’exploitation technico-commerciale repose notamment sur celle des émotions. Le concept de digital affective labor [Alloing et Pierre, 2017] que nous avons développé désigne une nouvelle forme d’aliénation, dans la mesure où ces micro-tâches mobilisent une charge affective forte dont il peut être difficile de s’extraire (voir les débats sur les façons de quitter et de remplacer Facebook).

13L’affectivité – que nous avons définie plus haut comme la capacité à affecter ou être affecté – constitue une grille d’analyse pour saisir les nouveaux modèles que construit le web : un modèle social reposant sur l’exploitation de l’intime et un modèle d’affaire reposant sur la dépendance affective et la précarité économique. Si l’on souhaite que la dynamique portée par l’ÉMI se maintienne au fait de l’évolution des plateformes, il convient de rentrer plus en détail dans ce que nous appelons le « web affectif ». Le tournant affectif du web marque ce moment où les dirigeants des plateformes ont considéré les émotions comme un levier stratégique, et ce à plusieurs niveaux. Au niveau iconographique et fonctionnel sont apparus dans les interfaces des boutons cliquables et des caractères représentant des émotions (Facebook Reactions, bouton cœur de Twitter, émojis et émoticones). Au niveau discursif, tant dans les interfaces que dans les textes d’accompagnement (FAQ, documentation technique, guide des bonnes pratiques) et les entretiens ou conférences, circule une invitation insistante à partager ses expériences et ses émotions. L’affectivité devient alors une performance : quand des seuils, préalablement définis par la plateforme, sont atteints, l’auteur en est notifié, et symboliquement récompensé (voir figure ci-dessous).

Figure. Message généré automatiquement par Facebook, et affiché sur la page de l’auteur

Figure. Message généré automatiquement par Facebook, et affiché sur la page de l’auteur

Source : Facebook.

14À ces incitations s’ajoutent les technologies de sentiment analysis sur le texte, et de reconnaissance automatique des émotions par des capteurs biométriques (webcam, montre connectée).

  • 1 Dans la communauté scientifique, la théorie structuraliste est largement dominante. Issue des trav (...)

15Les références scientifiques mobilisées par les concepteurs des plateformes appréhendent les émotions à partir d’une liste très limitée d’émotions universelles (joie, colère, tristesse, peur, dégoût, d’après le psychologue Paul Ekman). Ces émotions sont des réactions souvent inconscientes, que les capteurs mis en place par les industries du numérique cherchent à rendre signifiantes en les contextualisant pour fabriquer des sentiments. Les capteurs enregistrent donc des informations avant même que l’utilisateur en ait conscience. Ces émotions ne sont qu’un fragment du spectre affectif (elles côtoient les pulsions, les humeurs, les traits de caractère [Scherer, 2005]). De plus, les expressions émotionnelles varient fortement en raison de variables socioculturelles (pensons à ce qui cause la pudeur et à la manière dont elle s’exprime à travers les différentes régions du monde). Surtout, les émotions sont des constructions neuronales propres à l’individu et à la situation qu’il vit, qui font de chaque émotion quelque chose d’incommensurable [Feldman Barrett, 2017]. S’opposent ainsi deux théories, constructiviste d’une part, et structuraliste de l’autre1.

16Si en surface ce qui s’exprime relève d’émotions (ou de sentiments) très différentes (d’autant plus selon les théories par lesquelles on les approche), en profondeur, dans le modèle sémantique des bases de données empreint de la théorie structuraliste, et dans le modèle d’affaires des plateformes, la variété émotionnelle est d’intérêt nul. Peu importe qu’il s’agisse de joie ou de tristesse, la valeur informationnelle et économique qui leur est attribuée est similaire. C’est pourquoi nous préférons parler d’affects, non pas dans un sens catégoriel (établissant la liste des émotions, sentiments, humeurs, etc.), mais dans un sens dynamique, à la manière de Spinoza.

17Pour le philosophe, l’individu cherche à maintenir son essence et à l’étendre (je suis, j’existe). En vue de cet épanouissement, il met en œuvre une puissance d’agir (en latin conatus), qui peut se voir affecter de joie ou de tristesse en fonction de la manière dont les autres (humains ou non) mettent également en œuvre leur propre puissance d’agir. En ce sens, l’affect désigne ce qui modifie la puissance d’agir (la joie l’intensifiant, la tristesse l’amoindrissant). Partant de là, un post sur Facebook peut affecter de joie ou de tristesse celui qui le lit. Le lecteur pourra alors montrer – par un clic, un commentaire – dans quelle mesure il a été affecté par cette lecture. Le post se verra ainsi attribuer une valeur quantitative (le nombre de personnes qu’il a affectées) et qualitative (selon que les lecteurs ont cliqué sur l’un des émoticones de Facebook Reactions ou par des méthodes d’analyses lexicales). Quelles qu’elles soient, les réactions émotionnelles sont de même valeur : seule compte la « portée » affective de la publication. Les stratégies affectives cherchent à diriger la puissance d’agir des utilisateurs à destination de leurs audiences, peu importe que cela les affecte de joie ou de tristesse. Pour ce faire, les plateformes investissent dans la recherche scientifique pour optimiser la production et la circulation industrielles des récits expérientiels et des réactions émotionnelles. Les intermédiaires de ces formes de communication numérique (annonceurs, agences) effectuent un travail affectif consistant à potentialiser les fonctionnalités proposées par les plateformes pour affecter plus fortement les audiences, comme à travers des jeux-concours.

18De manière générale, aborder la communication par le prisme des affects permet de ne plus se focaliser sur les effets directs d’un message et la prétention de leur mesure. Ainsi, ce n’est pas l’émotion comme effet qui est mesurée, mais le fait que des individus agissent, se mettent en mouvement. Ce qui devient central n’est plus de savoir si tel message a amené à telle réaction ou produit telle représentation chez son récepteur, mais si le récepteur a lui-même gagné en puissance, en empowerment pour agir sur son environnement (cliquer sur une publicité, partager ledit message ou l’agrémenter de nouvelles métadonnées, mobiliser des contacts, etc.). Nous pouvons ainsi parler d’économie de l’impulsion, qui ne se limite pas à l’attention mais cherche à évaluer et à agir sur ce qui est au cœur des idéologies néolibérales : le comportement individuel vu comme (res)source première et facteur de compréhension de la société.

19Quant à savoir ce que telle publication a véritablement produit émotionnellement chez les individus : mystère. D’une part, la connaissance des processus affectivo-cognitifs est à l’heure actuelle un sujet d’exploration et de controverses. D’autre part, les facteurs d’influence sur la puissance d’agir sont bien trop nombreux et subtils pour être modélisés : dans le cas qui nous intéresse (une publication et ses interactions sur un réseau socionumérique), il faudrait tenir compte des éléments de texte et de contexte, de l’histoire interactionnelle, des conditions de production et réception, de l’ancrage mémoriel des émotions et de la configuration du domaine affectif propre au lecteur pour savoir ce qui l’a affecté, et comment, et pourquoi.

20Cela étant dit, il faudrait comprendre les enjeux sous-jacents de telles stratégies affectives : dans quelle mesure la puissance d’agir des individus est-elle affectée par ces fonctionnalités ? Vers quelle direction est-elle orientée ? Pour qui produit-elle de la joie ou de la colère ? Est-il possible que certains usagers soient affectés de tristesse par l’emploi de ces fonctionnalités ? Au-delà des affects, qu’elles manipulent clairement, quelle emprise ces stratégies peuvent-elles véritablement avoir sur les émotions ? Qu’annonce le traitement industriel, automatisé de ces émotions ? Quelle régulation faudra-t-il mettre en œuvre pour cadrer le marché des données affectives, et plus globalement l’exploitation numérique des émotions ?

21Nous pensons que l’éducation est une façon de répondre à ces questions et d’anticiper les effets d’une industrialisation du traitement émotionnel, en favorisant une approche éducative qui viserait à produire des réflexions et actions collectives sur ces sujets, et non pas une énième vision individualiste de la protection de la vie privée numérique (« faites attention à vos données », « apprenez à traiter vos informations », etc.). Ainsi plusieurs éléments composent l’affectivité telle que nous l’avons présentée, et chacun peut être associé à des contenus et des activités pédagogiques en fonction de la maturité émotionnelle de l’apprenant. Si l’on veut imaginer une progression, une première phase d’apprentissage devrait se concentrer sur l’exploration du domaine affectif. En son sein, la capacité de reconnaître les émotions, en soi et chez l’autre, pourrait favoriser le développement de l’empathie. Et dès cette phase, il conviendrait de présenter l’empathie comme une capacité à agir avec l’autre, et non pas un gage d’une meilleure performance pour agir sur l’autre. Dans une deuxième phase, le rattachement aux médias peut être proposé à travers des exercices d’écriture / lecture de récits expérientiels. Après la question de savoir ce qu’est une émotion, cette phase permet de savoir ce qui affecte. Enfin, une dernière phase peut être consacrée à la manière dont certains dispositifs – les réseaux socionumériques et les applications mobiles de socialisation – peuvent conditionner la vie émotionnelle et affective de ceux qui les emploient. Cette dernière approche doit là aussi insérer des actions collectives pour, par exemple, essayer d’affecter les dispositifs qui nous affectent : détourner collectivement les résultats d’un moteur de recherche, influer sur la circulation d’une image ou d’un trending topic sur Twitter… En somme, apprendre collectivement à braconner les dispositifs afin de faire de nos sociabilités numériques un levier d’action sur la gouvernance des plateformes et pas seulement sur les mécanismes publicitaires.

22Ce ne sont là que quelques exemples présentés très succinctement de ce qu’il est possible d’injecter dans un curriculum élargi de l’éducation aux médias et à l’information. En ressortent deux éléments sur lesquels nous souhaiterions conclure, qui entraînent autant de nouvelles interrogations : le premier élément prend la forme d’une invitation à saisir la place des émotions dans nos médiations. Parce que les émotions sont un trait d’union entre l’humain et son être-au-monde, elles permettent d’insister sur la nécessaire interdisciplinarité à déployer pour saisir leur fonctionnement et les enjeux de leur exploitation industrielle et marchande. Cela étant posé, un second élément se fait jour, qui prend la forme d’un paradoxe : une telle littératie risque de réifier l’affectivité en compétences – apprendre à lire et écrire les émotions ; se pose alors la question de son évaluation, surtout dans une perspective pédagogique. Par cette habitude prise de mesurer l’intime, il y aurait un risque, selon nous, de construire un opérateur de frayage conduisant à l’évaluation affective du travailleur, telle qu’on l’entend aujourd’hui quand on évoque un management « par le bonheur ». Alors même qu’on souhaite s’en tenir à distance, le risque est grand de reproduire les biais de cette économie numérique des émotions : palier la difficulté de modéliser, et donc être tenté de multiplier les dispositifs de capture. Dans le régime de calcul qui est le nôtre – calcul des voix en politique, des ressources en économie, des affinités dans le social – où pose-t-on alors la barrière de l’incommensurabilité ?

Notes

1 Dans la communauté scientifique, la théorie structuraliste est largement dominante. Issue des travaux de Paul Ekman et Antonio Damasio (et rétrospectivement de Charles Darwin), elle pose comme universels, pour l’ensemble des mammifères, des schémas de réponse émotionnelle (le chemin de la peur, le sourire pour la joie, la grimace de dégoût, etc.).

Table des illustrations

Titre Figure. Message généré automatiquement par Facebook, et affiché sur la page de l’auteur
Crédits Source : Facebook.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/11193/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 234k

Auteurs

Professeur, Département de communication sociale et publique (DCSP), université du Québec à Montréal

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search