Version classiqueVersion mobile

Éducation critique aux médias et à l’information en contexte numérique

 | 
Sophie Jehel
, 
Alexandra Saemmer

Partie 1. Éduquer à l’information, décoder les infomédiaires

Chapitre 5. Comment saisir la qualité politique des technologies numériques ?

Réflexions critiques sur les affordances démocratiques des dispositifs numériques

Clément Mabi

Texte intégral

1Dans un contexte où la démocratie est souvent présentée comme « en crise », et mise en demeure d’une réorganisation pour faire plus de place aux citoyens, les espaces de participation, institutionnels ou non, se sont multipliés pour proposer une nouvelle division du travail démocratique [Blondiaux, 2008]. Pourtant, acteurs de terrain et observateurs s’accordent pour constater l’essoufflement de ces dispositifs et notamment leur incapacité à corriger les inégalités structurantes de nos sociétés [Walker, 2015]. Des travaux de recherche récents insistent même sur le risque de voir la participation creuser ces inégalités et se transformer en une nouvelle technique de gouvernement au service des dominants [Gourgues et al., 2013]. Comme le montre l’engouement pour le community organizing aux États-Unis, et en Europe pour les formes de participation plus contestataires [Talpin, 2016 ; Gourgues et Neuschwander, 2018] – à l’image de la radicalisation des opposants aux projets d’aménagements –, on constate une montée en puissance des formes de participation « hors les murs », inscrites dans une perspective où la démocratie est considérée autant comme un mode de vie que comme un ensemble d’institutions [Neveu et Vanhoenacker, 2017 ; Ogien, 2015]. La mobilisation des technologies de l’information et de la communication numérique (TICN) pour faire participer les citoyens a suivi la même tendance. Après une période où les TICN ont pu être considérées comme une opportunité pour renouveler les canaux de communication entre gouvernants et gouvernés [Monnoyer-Smith, 2011 ; Wojcik, 2011], la tendance est désormais à l’intervention directe des citoyens dans le débat public, à l’image des pétitions en ligne ou des prises de position sur les réseaux sociaux numériques [Badouard, 2017]. Dans ce paysage en pleine transformation, les citoyens sont sollicités de toute part pour s’impliquer dans des démarches participatives, sans avoir nécessairement les ressources pour mettre à distance les discours d’accompagnement et choisir les initiatives susceptibles de leur permettre de réellement peser dans le jeu démocratique. Comment aborder ces sollicitations de manière à valoriser une citoyenneté numérique réflexive ?

2Pour répondre à cette question, il semble essentiel d’inviter les citoyens à construire un regard distancié et critique sur le rapport au politique induit par ces technologies et le « récit démocratique » qu’elles proposent. Il s’agit non seulement d’être réflexif sur les usages (qu’est-ce que nous font faire ces outils ?) mais également sur les logiques embarquées par les outils (dans quels projets s’inscrivent les usages proposés ?). Autrement dit, un citoyen peut être considéré en capacité d’agir dans un environnement numérique lorsque ce dernier est capable d’analyser comment la participation est organisée via l’outil, mais également de comprendre pourquoi cette proposition d’usage lui est faite et le projet démocratique qu’elle incarne.

3L’une des difficultés majeures pour y parvenir est que les apprentissages autour des outils (le comment) ne permettent pas d’identifier a priori ce qui fait politique dans un usage (le pourquoi), ni de définir d’autorité la qualité démocratique des technologies utilisées. Étant donné qu’un même outil peut être intégré à une infinie variété de projets, il ne peut y avoir, sous peine de déterminisme technique, de critères définis en amont qui configureront la nature démocratique d’une activité. En contexte numérique, l’action, et le pouvoir qui en découle, sont le résultat d’interactions entre ce que veulent les concepteurs, ce que la technique peut faire faire aux usagers, et ce qu’en font les utilisateurs. Si les dispositifs numériques ont bien une dimension socialement construite, forte d’enjeux politiques, la portée démocratique de ces derniers ne peut être définie a priori et doit être analysée en contexte.

4De manière à contourner cet écueil, je propose de passer par une compréhension fine des « affordances démocratiques » du numérique, entendues comme la capacité des TICN à susciter, dans l’interaction, des activités d’ordre politique contribuant à faire exister des formes de démocratie situées. Mettre l’accent sur l’opération de médiation et ses effets sur les pratiques permet d’insister sur l’influence de l’objet technique sur la production de biens symboliques et de rappeler l’importance de réinscrire notre compréhension des dispositifs techniques dans le champ de force des relations de pouvoir qui constitue le social. Dans ce chapitre, après avoir proposé une discussion critique du concept d’« affordance démocratique » du numérique, je tenterai d’ouvrir quelques pistes pour opérationnaliser cette proposition en identifiant une série de points de vigilance qui permettent d’identifier les « affordances démocratiques » des technologies numériques. En prenant l’exemple des technologies mobilisées dans le champ de la participation citoyenne, appelée civic tech, je proposerai une première typologie d’affordances qui contribueront à dessiner les contours de nouvelles formes de citoyenneté numérique, plus réflexive et plus critique.

Pourquoi mobiliser le concept d’« affordance » ?

5À l’origine, le concept d’affordance est un néologisme proposé par James Gibson [1979] à partir du verbe « to afford ». Par ses travaux, ce psychologue spécialiste des questions de perception a voulu poser les bases d’une cognition sociale susceptible de renouveler notre compréhension des relations entre humains et objets techniques. Son programme de recherche visait à mieux comprendre la manière dont un individu qualifie une situation et lui donne du sens afin de pouvoir déclencher une action adaptée à un contexte donné. Son hypothèse était qu’il était possible d’établir un lien entre la manière dont l’humain perçoit l’environnement dans lequel il évolue et les potentialités d’action qu’il offre. Cette approche de la cognition est fortement influencée par la phénoménologie de Merleau-Ponty, où l’environnement n’est pas évalué par rapport à un standard absolu, mais en partant de l’individu et des contraintes qu’il rencontre. Dans cette perspective, un objet est mobilisé en fonction de ce que l’on pense pouvoir en faire, de ce que l’on perçoit de l’utilité de l’objet dans un contexte donné ; et cette perception se construit en relation avec les affordances de l’objet, qui sont autant d’invitations à l’usage embarquées dans l’objet. Celles-ci sont déterminées à la fois par les caractéristiques physiques de l’objet et par les capacités sensorielles, motrices et mentales d’un individu. Ainsi, pour un même objet, les affordances seront différentes d’une personne ou d’une situation à l’autre. Par exemple, un morceau de bois, en fonction de sa forme, peut être perçu comme une arme pour se défendre, un appui pour faciliter la marche, un combustible pour faire du feu, etc. Et cette action possible sera différente en fonction des caractéristiques de l’acteur (enfant, adulte, handicapé ou non…) et du contexte dans lequel il se trouve (de jour ou de nuit, en forêt ou en ville…). Action et perception sont donc « indivisibles » et forment un « système perceptif », qui permet à Gibson de théoriser une approche « écologique » de la perception dans laquelle l’environnement est à la fois la condition et le produit de l’activité. Dans cette optique, l’on peut considérer l’affordance comme le produit de la relation entre les caractéristiques de l’individu et les propriétés de l’environnement. La concordance entre ces deux facteurs, leur couplage, forme des « situations d’affordance ».

6Dans un premier temps, le concept d’affordance est resté très centré sur l’analyse de la perception directe et de la construction des représentations visuelles, laissant peu de place à la prise en compte de la dimension symbolique des phénomènes. Pourtant, la popularité du concept et les perspectives ouvertes par une approche écologique de la cognition ont progressivement renouvelé les manières d’appréhender les relations entre le sujet humain et les objets qui colonisent notre environnement. Du fait des phénomènes de circulation et de récupération, la définition s’est progressivement élargie et assouplie jusqu’à prendre en compte des conventions symboliques, à l’image des apprentissages culturels (les usages sont partiellement orientés par des codes culturels intégrés par les individus) qui ont ouvert de nouveaux champs d’investigation pour le concept d’affordance. Cette ouverture a permis au concept d’affordance d’être importé dans différentes disciplines comme le design par Donald Norman [1988, 1993] ou la linguistique [Paveau, 2013].

Les affordances peuvent-elles être « démocratiques » ?

  • 1 L’épistémologie contributive consiste à bénéficier des contributions d’autres disciplines d’une ma (...)

7Dans un premier temps, Lincoln Dahlberg [2011] s’est intéressé au concept d’« affordances démocratiques » pour théoriser les grands modèles démocratiques qui se dégagent des interactions entre médias numériques et démocratie. Sur un plan macroscopique, il a identifié quatre idéaux typiques de démocratie : « libérale-individualiste », « délibérative », « contre-public » et « marxiste autonomiste ». Pour chacun de ces modèles, la manière dont les technologies numériques sont utilisées suggère des formes d’implication citoyennes (partage, collaboration, contribution…) qui structurent un rapport particulier à la démocratie. Dans une perspective d’« épistémologie contributive » – telle que définie par Marie-Anne Paveau1 –, je propose ici de contribuer au « bricolage » sur la notion d’affordance démocratique en tentant de définir les contours opérationnels de ce que pourraient être des affordances démocratiques des TICN.

8En faisant appel à ce concept, le premier objectif est ainsi de réintroduire de la complexité dans le regard porté sur les TICN insérées dans le champ démocratique, pour éviter de les considérer de manière instrumentale en plaquant a priori sur elles un certain nombre de valeurs morales liées à leurs éventuels effets politiques. Le parti pris est que pour capter les dynamiques de construction du sens, l’usage doit être analysé en tension avec les propriétés des supports qui les rendent possibles. La technique est ici considérée comme anthropologiquement constitutive, dans la mesure où elle transforme nos manières de penser et d’agir [Steiner, 2010]. Notre rapport au monde est alors le produit d’un « milieu », dans une conception proche de celle de Gilbert Simondon, qui met l’accent sur le fait que notre perception du social est le résultat d’une coproduction entre l’homme et la technique. Dans cette perspective relationnelle, plutôt que de chercher à comprendre pourquoi une technologie serait considérée comme politique et utile à la démocratie, la question devient de saisir à quelles conditions le numérique peut être considéré comme politique et utilisé en démocratie. Ce postulat permet de dépasser l’idée qu’une technologie aurait des propriétés a priori politiques, pour plutôt insister sur les dynamiques émergentes, les agencements au sein desquels les TICN contribuent à faire advenir un projet politique donné. Les affordances démocratiques des technologies peuvent alors être comprises comme le fruit d’un travail symbolique qui considère la médiation technique dans toute son ambivalence, c’est-à-dire capable de différentes inflexions en fonction des situations.

9C’est donc la construction technologique du social – c’est-à-dire la capacité des technologies à participer à la production du social – qui est interrogée. De fait, les technologies ne sont pas au centre de l’analyse qui se concentre alors sur ce que font les acteurs avec les technologies. Sur ce point, les travaux de Bernard Conein [2005] ou de Jérôme Denis [2018] sont éclairants dans la mesure où ils nous invitent à suivre des processus, à tirer des fils sans prêter une rationalité excessive aux acteurs et à rendre justice à l’hétérogénéité du social. Entrer de cette manière par les trajectoires des objets et des acteurs permet, avec Jack Goody notamment, de penser comment les objets performent le social, la culture et bien évidemment la politique. Dans le prolongement de ces réflexions, je propose, au plus près des pratiques, d’enquêter sur la manière dont se déploient concrètement les affordances démocratiques et la manière dont elles renouvellent notre compréhension de la relation entre TICN et démocratie en replaçant la médiation technique en son cœur. Pour « suivre » ces affordances et les processus qui font advenir les pratiques démocratiques, je propose d’associer deux niveaux d’analyse qui permettront d’insister sur la dimension relationnelle et socialement construite des activités démocratiques.

10Le premier niveau, dans une logique sociopolitique, cherche à construire une conception « écologique » des TICN, c’est-à-dire qui tente de mesurer la portée politique des technologies numériques en prenant en compte l’hétérogénéité des jeux d’acteurs dans lesquels elles s’insèrent, et des milieux qui se structurent autour de la relation acteur-objet technique. Cette démarche permet de rappeler que les technologies numériques ne sont qu’une des variables à analyser pour saisir la complexité des relations de pouvoir et d’insister sur le fait que la construction du sens s’effectue en fonction des valeurs mises à l’épreuve par l’activité médiée par les dispositifs sociotechniques. Il s’agit alors de s’intéresser aux pratiques, d’observer la manière dont la mobilisation des technologies numériques va modifier les équilibres et les rapports de force, impacter les dynamiques politiques existantes et les stratégies des acteurs.

  • 2 Voir sur ce point l’article fondateur d’Akrich, 1998, et les travaux plus récents d’Ermoshina, 201 (...)

11Le second niveau, plus sociotechnique, cherche à ouvrir les « boîtes noires » formées par les dispositifs afin de saisir la manière dont ils contribuent à formater la construction du sens. Le postulat est que, pour réellement saisir ce qui se joue dans l’interaction avec les technologies, il est impératif d’entrer dans la matérialité des dispositifs afin de suivre les négociations sociotechniques qui conduisent les acteurs à s’entendre sur le sens qu’ils accordent à leurs pratiques en environnement numérique. Ainsi, plutôt que d’affirmer que le « numérique » est politique et a priori favorable à la participation, ou à une transformation de la démocratie et de l’espace public, il s’agit de mieux prendre en compte l’importance de « décrire les scripts » des dispositifs et donc « dé-scripter » les objets techniques2, pour analyser le sens politique que prennent les technologies en situation. Dans le prolongement des travaux de Jérôme Denis [2018], je propose de mettre à jour les « infrastructures scripturales » des TICN – entendues comme la capacité des inscriptions à organiser des relations sociales – afin de saisir la manière dont leur matérialité donne sens aux pratiques en organisant les contraintes techniques.

Utiliser les affordances démocratiques pour construire une citoyenneté numérique réflexive

  • 3 Pour une cartographie plus détaillée et la genèse historique de ce courant, voir Mabi, 2017.
  • 4 Pour une synthèse des arguments critiques, voir le texte produit par un collectif d’associations a (...)

12Penser la relation entre les citoyens et les TICN mobilisées pour leur participation à la vie démocratique en termes d’affordances permet donc de construire un regard critique et distancié sur le « récit démocratique » incarné par ces outils. C’est par exemple des civic tech, pour civic technologies, que l’on peut traduire par « technologies à visées citoyennes », qui désignent ces acteurs non institutionnels qui souhaitent mobiliser les technologies numériques pour tenter de changer l’organisation de la démocratie en donnant la possibilité aux citoyens d’agir directement sur les problèmes qu’ils visent à traiter. Le périmètre proposé pour définir les civic tech est généralement très large3 et inclut l’ensemble des dispositifs numériques ayant pour ambition de transformer le fonctionnement de la démocratie, d’améliorer son efficacité et son organisation grâce à un renouvellement des formes d’engagement des citoyens. On y trouve aussi bien des plateformes de débats en ligne, des applications mobiles de signalement de problèmes de voirie ou des comparateurs de programmes électoraux. Malgré les discours enthousiastes et quelques expériences relativement visibles, les résultats semblent plutôt modestes et contestés par certains réseaux associatifs qui dénoncent les difficultés des civic tech telles qu’elles se développent à se saisir pleinement de la supposée capacité transformatrice du numérique pour modifier les équilibres politiques4. Il importe donc de ne pas se laisser emporter par les discours les plus enthousiastes et d’interroger le type de citoyenneté que ces initiatives encouragent, notamment en portant une attention particulière sur les affordances démocratiques suscitées par la relation à ces outils. Pour enquêter sur les affordances démocratiques des civic tech et opérationnaliser les deux niveaux d’analyses présentés précédemment, je propose de mobiliser un appareil méthodologique qui permet d’interroger à la fois le projet politique du dispositif étudié et la contribution des TICN à ce projet.

13Concrètement, il s’agit de se mettre dans une posture à la première personne, à la place du citoyen-utilisateur, et de rendre compte des points de vigilance qui doivent accompagner la prise en main de l’outil dans une démarche réflexive.

  • Le premier point de vigilance consiste à s’interroger sur l’identité et le statut du concepteur du dispositif, celui qui propose la participation aux citoyens. Est-il un intermédiaire de la participation ou à l’origine de la démarche ? Ces éléments sont bien souvent regroupés dans une rubrique « à propos » ou « qui sommes-nous ? ». Dans le cas des civic tech, il peut s’agir d’une association ou d’une start-up qui utilise un outil numérique pour mobiliser les citoyens, parfois pour le compte d’une institution.
  • Le deuxième point demande d’identifier l’intention des concepteurs : que cherchent-ils à faire faire aux participants ? Est-il question de venir éclairer la décision des décideurs ? De co-construire un projet avec un aménageur ? Ou d’être associé à la définition d’un scénario pour l’avenir ? Ce projet, ainsi que son éventuelle proximité avec la décision publique, sont-ils clairement explicités ? Le citoyen-internaute est invité à circuler dans le dispositif et à enquêter sur la manière dont les objectifs de la participation sont présentés.
  • Le troisième point est relatif au type d’action proposé par l’outil et à la manière dont il s’adresse au participant. Il propose de s’intéresser aux formats de communication qui permettent de produire du contenu. À travers eux, les concepteurs rendent possibles certaines actions et, ce faisant, les cadrent et les orientent. Elles incarnent la « capacité d’agir » d’un usager et ont principalement trait à la production de contenus, à leur modification. Dans ce critère, un intérêt particulier est également porté à l’organisation de la contribution, à travers notamment une attention aux possibilités d’interaction entre citoyens offertes par l’outil et la capacité des concepteurs à intervenir dans la discussion – pour l’animer et la modérer –, et ainsi faciliter sa montée en qualité. La participation produite sera nécessairement différente dans un outil, de type application mobile par exemple, qui va encourager la sélection des propositions en fonction de leur popularité (grâce à un vote) et dans un outil qui se contente de laisser « s’empiler » les contributions sans faciliter leur agrégation. Ce point permet de sensibiliser le participant à ce qu’il est autorisé à faire, et en creux à ce qu’il ne peut pas faire, afin d’être conscient de la manière dont l’outil cadre et façonne son rapport à la démocratie.
  • Le quatrième et dernier point est relatif à la nature de la relation que le dispositif noue avec l’utilisateur. Il s’agit de s’intéresser aux différentes formes d’adresse aux publics, c’est-à-dire la manière dont les textes, les logos et les images du dispositif rendent compte de la nature de la relation avec les citoyens attendue par les concepteurs. Dans cette démarche, on peut également être attentif à la possibilité offerte aux participants de personnaliser leur usage de l’outil en se créant un profil avec photo, un pseudonyme ou une véritable identité. Le dispositif tente-t-il de créer une proximité avec le citoyen-internaute en allant chercher la figure de « l’habitant » ou se contente-t-il d’un appel plus général aux « citoyens » en tant que catégorie politique ?

14Dans le cadre d’une recherche en cours sur la structuration de l’écosystème de la civic tech française, j’ai mobilisé cette grille sur un corpus de 25 expériences, ce qui fait ressortir une typologie d’affordances démocratiques. Ainsi, ce croisement de regard entre la recherche d’éléments pour comprendre le projet politique des dispositifs étudiés et l’analyse de la contribution des TICN à ce projet permet de mettre en avant quatre sensibilités, quatre catégories d’« effets » démocratiques qui sont « énactées » par l’usage des technologies numériques.

15La première catégorie regroupe les affordances de légitimité, celles qui structurent la légitimité du citoyen à participer. Avec les outils civic tech, celle-ci se construit dans la capacité à mettre en scène le motif de l’appel aux citoyens. Il s’agit de faire comprendre aux citoyens pourquoi leur implication est demandée, et ce qu’ils peuvent apporter au fonctionnement de la démocratie. Sont-ils sollicités au titre de leur expertise sur un sujet donné ? de leur proximité avec ce même sujet de par leur expérience vécue ? ou, plus largement, du fait du statut même de citoyen dans sa capacité à incarner la « volonté générale » ? Les affordances de légitimité contribuent notamment à susciter de la réflexivité sur nos institutions et sur la dimension procédurale de la démocratie (explicitation des règles). C’est par exemple le cas de la plateforme < nosdéputés.fr >, portée par l’association Regards citoyens, qui permet de surveiller l’activité des parlementaires en publiant en open data la majorité des informations sur leurs actions (présence, questions posées, amendements déposés). L’objectif du dispositif est de montrer aux citoyens que l’activité de surveillance des élus et d’implication dans la manufacture législative, au cœur de la boîte noire de la fabrique de la loi, est un droit fondamental et une activité légitime pour tous.tes. La construction de ce sentiment passe par la mise en avant d’une participation orientée vers la surveillance des gouvernants par les gouvernés, où l’on invite le citoyen à venir commenter les questions posées par les députés pour les interpeller ou leur opposer une contre-expertise. La structuration des rubriques de la plateforme contribue à cette logique. Organisée autour des principales tâches qui incombent aux parlementaires (détails des responsabilités à l’Assemblée, liste des contributions au travail législatif, des questions au gouvernement ou des rapports produits pour l’Assemblée), elle propose au citoyen de s’impliquer sur la diversité des tâches qui composent l’activité parlementaire. On peut également noter que si les participants sont incités à se créer un profil sur la plateforme, aucune information spécifique ne leur est demandée (un simple pseudonyme suffit pour s’inscrire), de manière à renforcer le principe que la participation est ouverte à tous.tes, légitimée par leur simple qualité de citoyen.

16La deuxième catégorie est celle des affordances délibératives. Il s’agit des affordances relatives à la qualité de la discussion produite par le dispositif. Concrètement, il s’agit de regarder la manière dont l’outil influence la dynamique des échanges. Quelles sont les informations mises à disposition des citoyens ? Les discussions sont-elles contradictoires et argumentées ? Sont-elles animées et procéduralisées de manière à favoriser la production d’une « intelligence collective » ? Ainsi, une plateforme participative comme celle de la start-up Cap collectif cherche à organiser la consultation des citoyens et la récolte d’avis et d’arguments sur un sujet donné. L’objectif des consultations proposées est de permettre aux décideurs d’avoir un meilleur aperçu de l’état de l’opinion, et de bénéficier d’une expertise extérieure sur un sujet donné en créant une dynamique dialogique. Cela implique de valoriser la formulation d’idées, leurs commentaires et leurs votes afin de mettre en évidence le produit des échanges. La méthodologie, organisée autour de quatre phases (information, contribution, discussion et synthèse), tente de créer les conditions pour faire advenir cette intelligence collective. L’information organise la montée en compétences des citoyens afin de pouvoir contribuer (apporter des idées) dans la seconde phase. Ces contributions sont ensuite discutées par le public, ce qui permet de faire ressortir une série d’apports contributifs dans la phase de synthèse.

17La troisième catégorie concerne les affordances d’empowerment, qui rend compte de la capacité des dispositifs numériques à renforcer le pouvoir d’agir des citoyens. Ces affordances rendent compte de l’éventuelle aptitude des technologies numériques à engendrer une nouvelle division du travail démocratique en donnant plus de pouvoir aux citoyens. Les participants ont-ils un droit de suite permettant d’être informés des décisions prises en toute transparence ? Les dispositifs sont-ils capables d’être inclusifs et d’intégrer les publics fragiles ? Les sites de pétition en ligne, à l’image de < change.org >, tentent de relever ce défi en invitant les citoyens à se mobiliser pour mettre à l’agenda des sujets et les transformer en problèmes publics dont les décideurs sont obligés de se saisir. La plateforme se positionne dans un rôle d’intermédiaire, de catalyseur de colères et d’indignations, en invitant les citoyens à soutenir des causes à travers la signature de pétitions. Cette forme d’engagement « légère » permet une participation large, au risque d’effets relativement modestes. En effet, rien n’indique que l’engagement de l’opinion publique ne parvienne à faire pression sur les décideurs au-delà d’un éventuel moment médiatique. L’enjeu central est donc d’inscrire ces mobilisations dans la durée et de créer des communautés engagées et capables de mener le combat dans le temps afin de susciter un effet de mobilisation de masse et de pression sur les décideurs. Dans cette optique, < change.org > s’emploie à mettre en relation ceux qui signent les pétitions avec leurs initiateurs, afin d’encourager le passage à l’action et d’améliorer l’efficacité des pétitions. Pour y parvenir, la plateforme invite à rester informé sur l’évolution des dossiers, propose de rejoindre des groupes thématiques, et encourage les utilisateurs à signer plus de pétitions en mettant en avant des pétitions dites « victorieuses », c’est-à-dire celles où l’objectif de transformation a été atteint (sans que l’on puisse véritablement identifier le rôle exact des pétitions dans ce succès). < change.org > tente également de faire venir des décideurs sur la plateforme en ouvrant des espaces de dialogue où ces derniers viennent répondre aux mobilisations citoyennes. Ainsi, en 2016, suite à une pétition « contre la loi travail »5, qui a réuni plus d’un million de signataires, la ministre du Travail de l’époque, Myriam El Khomri, a ouvert un « profil décideur » pour répondre aux pétitionnaires6.

18Enfin, la quatrième catégorie est relative aux affordances critiques. Elle rend compte de la manière dont les initiatives civic tech intègrent la tension entre collaboration avec les institutions et distance critique et placent le citoyen dans une posture de participation plus ou moins critique. Il s’agit d’observer comment, grâce aux choix de conception, les plateformes placent le citoyen dans une posture qui renforce sa capacité d’agir. C’est par exemple le cas des plateformes comme Consul et Decidim, initiées dans le prolongement des mouvements sociaux espagnols récents afin d’accompagner la transformation des institutions locales en incitant les citoyens à s’organiser eux-mêmes, à prendre leurs propres décisions et à fixer seuls leurs objectifs7. L’outil Decidim est ainsi mis sur une plateforme en open source (logiciel libre) afin de pouvoir être approprié par différents réseaux (institutions, mouvements sociaux, partis politiques…), garantir son indépendance face aux acteurs privés et diffuser des valeurs comme la transparence de l’action publique ou l’inclusion des publics8. Afin de rendre les citoyens plus actifs et vigilants sur l’action publique, la plateforme encourage l’hybridation des processus en facilitant la retransmission en ligne des réunions présentielles, la création de collectifs inscrits dans la durée, grâce à des fonctionnalités de rédaction collaborative de textes ou de création d’agoras, pour que les citoyens puissent se rencontrer et faire émerger des préférences politiques partagées…

Conclusion

19Penser les relations entre les citoyens et les dispositifs techniques mobilisés pour la participation des citoyens en termes d’affordances offre une certaine heuristique pour prendre en charge la complexité de ces dynamiques, et notamment leur caractère émergent. L’appel aux affordances démocratiques permet d’insister sur le fait que, dans le champ de l’activité politique en contexte numérique, les processus de construction du sens sont situés et ne peuvent être saisis qu’à travers un double mouvement complexe : une sorte de « dézoom » écologique pour prendre en charge l’environnement dans lequel évolue l’objet technique et un « zoom » sur cet objet technique afin de comprendre comment sa matérialité oriente la manière dont les acteurs s’en saisissent.

20La typologie proposée ouvre des pistes pour rendre le citoyen plus sensible à une série d’enjeux qui caractérisent l’usage des TICN dans le champ de la participation citoyenne. Plus que d’apporter des réponses toutes faites sur ce qui est politique ou non, sur ce qui est bon pour la démocratie ou non, il s’agit d’inviter le citoyen à se questionner sur la manière dont ses pratiques se trouvent modifiées par l’usage des outils numériques. Cette perspective se situe à la croisée des questions de littératie numérique et de réflexivité citoyenne. Il s’agit de rappeler que l’activité politique, comme les technologies, sont contextuellement et socialement construites et ne peuvent donc faire l’objet d’une définition et d’un cadrage a priori stables et définitifs. Déployer une telle approche ouvre d’importants champs d’action à la croisée d’enjeux citoyens et académiques pour donner aux TICN leur juste place dans le fonctionnement de nos démocraties.

Notes

1 L’épistémologie contributive consiste à bénéficier des contributions d’autres disciplines d’une manière qui pourrait paraître approximative aux experts, mais qui facilite l’importation des savoirs dans la discipline d’accueil. Voir Paveau, 2012.

2 Voir sur ce point l’article fondateur d’Akrich, 1998, et les travaux plus récents d’Ermoshina, 2017.

3 Pour une cartographie plus détaillée et la genèse historique de ce courant, voir Mabi, 2017.

4 Pour une synthèse des arguments critiques, voir le texte produit par un collectif d’associations au moment du sommet de l’Open Government Partnership qui s’est tenu à Paris en décembre 2016. [En ligne] < https://www.regardscitoyens.org/wp-content/uploads/2016/12/gouvernement-ouvert-leurre.pdf >.

5 [En ligne] < https://www.change.org/p/loi-travail-non-merci-emmanuelmacron-loitravailnonmerci >.

6 [En ligne] < https://www.change.org/p/loi-travail-non-merci-emmanuelmacron-loitravailnonmerci/responses/33590 >.

7 Pour plus d’informations, voir Lamant, 2017.

8 [En ligne] < https://www.decidim.barcelona/ >.

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search