Version classiqueVersion mobile

Éducation critique aux médias et à l’information en contexte numérique

 | 
Sophie Jehel
, 
Alexandra Saemmer

Partie 1. Éduquer à l’information, décoder les infomédiaires

Chapitre 4. Retour sur les enjeux politiques du mouvement du logiciel libre

Sébastien Broca

Texte intégral

1Quelles marges de liberté nous laissent les objets techniques ? Dans quelle mesure peut-on leur donner des significations théoriques et pratiques qui ne sont pas celles voulues par leurs concepteurs ? Ces questions, classiques en sociologie des techniques, sont susceptibles d’être abordées en rapprochant deux événements, totalement indépendants l’un de l’autre, qui se produisent dans la première moitié des années 1980 : la naissance de la sociologie des usages en France et la création du mouvement du logiciel libre aux États-Unis.

2Ces événements sont très dissemblables du point de vue des acteurs qu’ils impliquent : universitaires d’un côté, informaticiens de l’autre. Pourtant, ils emportent tous deux une réflexion sur l’usage des techniques – et particulièrement des TIC – par le grand public. Leurs postulats de départ sont néanmoins à peu près opposés. Influencée notamment par les écrits de Michel de Certeau, la sociologie des usages se développe à partir de l’idée que les utilisateurs peuvent mettre en œuvre des « micro-résistances » et détourner les technologies des usages prescrits [Certeau, 2004]. Le fondateur du mouvement du logiciel libre, Richard M. Stallman, insiste quant à lui sur le fait que certains objets techniques – en premier lieu les logiciels dits « propriétaires » contre lesquels il lutte – enferment leurs utilisateurs en raison de leurs choix de conception. Autrement dit, alors qu’un nouveau courant sociologique met en lumière tout ce qui se joue au stade de l’usage, un mouvement de praticiens se construit à partir de l’idée que tout, ou presque, est parfois joué en amont de l’usage. En effet, un logiciel dont le code source est fermé ne peut, selon Stallman, que fonctionner de manière opaque et soumettre ses utilisateurs au pouvoir de ceux qui l’ont conçu et commercialisé. Les logiciels propriétaires sont donc privateurs de liberté, alors que les logiciels libres permettent au contraire l’exercice d’un certain nombre de droits conçus comme fondamentaux dans le monde informatique : exécuter, copier, modifier et redistribuer l’ensemble des versions d’un programme informatique [Stallman, 2002].

3Cette présentation rapide permet d’apercevoir combien le mouvement du logiciel libre déploie des réflexions et des pratiques, qui sont d’emblée politiques. Celles-ci s’ancrent dans la conviction que les objets techniques sont indissociables de certains usages et, au-delà, de certaines normes, voire de certaines finalités sociales. En tant que mouvement social, le logiciel libre invite ainsi, dès sa création, à considérer que les marges de liberté propres aux différentes technologies dépendent en premier lieu de leurs choix de conception. Trente ans après, cette réflexion politique, désormais couplée à des réalisations techniques de tout premier ordre et à des pratiques militantes qui ont bourgeonné, apparaît d’une grande actualité. Elle s’est de surcroît enrichie de développements juridiques influents autour de la notion de copyleft, ainsi que de réflexions sur l’organisation du travail, qui inspirent aujourd’hui jusqu’à certains sociologues [Lallement, 2015]. Ce chapitre essaie d’interroger cette riche contribution du logiciel libre au renouvellement des réflexions politiques sur la technique, la propriété et le travail.

La transformation des outils techniques

4Si l’on prend au sérieux le discours de Stallman, on s’aperçoit rapidement que le hacking, tel qu’il est conçu par les partisans du logiciel libre, invite à dépasser une analyse des objets techniques centrée sur les usages. « Dépasser » ne signifie toutefois pas nécessairement renoncer à une telle approche, mais être attentif à ce qu’elle laisse de côté.

5Le hacking, tel qu’il est apparu au MIT dans les années 1950 et 1960, se présente historiquement comme une subculture étudiante, valorisant certaines pratiques créatives de détournement des technologies existantes [Levy, 2013]. Pour cette raison, on traduira volontiers le terme par « bidouille » ou « bidouillage », malgré l’inélégance de ces deux mots en français. Conçu de la sorte, le hacking se comprend très bien dans un cadre d’analyse inspiré par Michel de Certeau. Il s’agit en effet de considérer que les utilisateurs d’objets techniques peuvent s’éloigner des usages prescrits, par exemple en « hackant » leur smartphone afin d’y installer des applications non officielles. Le grand apport du mouvement du logiciel libre est néanmoins de dépasser la seule considération de cette liberté tactique des utilisateurs, en montrant à quel point les caractéristiques intrinsèques des technologies contraignent les détournements possibles. Il faut donc considérer qu’en matière technique, les choix de conception établissent un partage entre le possible et l’impossible, que les pratiques de détournement ne remettent en cause qu’en partie, ou à la marge.

  • 1 Nous traduisons toutes les citations de ce chapitre.

6Les partisans du logiciel libre expriment cette idée très simplement en parlant de hackability. L’idée est la suivante : pour que les gens puissent « bidouiller » leurs objets et cultiver un rapport créatif et ludique à la technique, il faut que ces objets soient eux-mêmes « bidouillables » (hackable). Énoncé de la sorte, le propos semble relever de l’évidence, mais il est sans doute un peu plus profond qu’il n’y paraît. Il évoque par exemple le concept anglo-saxon d’affordance, théorisé initialement par le psychologue James J. Gibson pour désigner les possibilités objectives d’action qu’un environnement donné offre à un agent. Ce concept a ensuite été enrichi d’un sens plus subjectif pour désigner, non plus seulement les actions objectivement permises, mais aussi celles qu’un individu perçoit comme étant possibles. Ainsi, un lien hypertexte permet une certaine action de navigation, mais s’il n’est pas souligné et mis en bleu, il y a fort à parier que cette possibilité objective ne soit pas exploitée. Le psychologue Donald A. Norman [2013, 9] a donc défini l’affordance comme « les propriétés réelles et perçues d’une chose, principalement les propriétés fondamentales qui déterminent comment la chose pourrait possiblement être utilisée »1.

7La notion d’affordance permet de penser que les caractéristiques techniques des objets encouragent certaines actions, en entravent ou en interdisent d’autres. Elle invite à analyser les contraintes, objectives et subjectives, qui sont liées au design et à la conception des technologies. Bien qu’il ne le formule pas exactement comme cela, c’est en fait exactement le projet que poursuit Stallman depuis trente ans dans le champ informatique. Voici ce qu’il disait déjà en 1986 :

Il y a tous les gens qui utilisent des ordinateurs et disent que les ordinateurs sont un mystère pour eux, qu’ils ne savent pas comment ils fonctionnent. Et bien, comment pourraient-ils le savoir ? Ils ne peuvent pas lire les programmes qu’ils utilisent. Le seul moyen pour que les gens apprennent comment les programmes doivent être écrits, ou comment ils font ce qu’ils font, est qu’ils puissent lire le code source. Je ne peux donc m’empêcher de me demander si l’idée de l’utilisateur qui ne pense à l’ordinateur que comme un outil n’est pas en fait une prophétie auto-réalisatrice, un résultat de la pratique de garder le code source secret.

8L’argument de Stallman consiste ici à dire que l’opacité technique et l’absence de hackability des logiciels propriétaires entretiennent l’inculture technique du plus grand nombre. Ces logiciels sont porteurs de contraintes objectives (les utilisateurs n’ont pas accès à leur code source) mais aussi subjectives (ils perpétuent le désintérêt du plus grand nombre pour le fonctionnement des programmes informatiques). En d’autres termes, Stallman affirme que les objets techniques expriment, en vertu de leurs choix de conception, des choix d’usage, contre lesquels il est souvent très difficile de lutter, bien que ces choix aient des implications sociales et politiques majeures. Il retrouve ainsi, à partir de sa propre expérience d’informaticien, la critique de la « neutralité » de la technique. Il affirme haut et fort que les outils informatiques ne doivent pas être abordés sous l’angle exclusif de leur efficacité et qu’ils ne sont pas de simples moyens axiologiquement neutres. C’est donc à une politisation de la réflexion sur la technique qu’il invite, dans une veine qui n’est somme toute pas si éloignée de la réflexion portée naguère par certains grands penseurs critiques comme Cornelius Castoriadis, André Gorz ou Ivan Illich.

9Ceux-ci s’élevaient, chacun à sa manière, contre la doxa marxiste voulant que les technologies industrielles soient « mauvaises » dans leur usage capitaliste et « bonnes » dans leur usage socialiste. Ils affirmaient au contraire que les grandes installations techniques permettant le travail à la chaîne intègrent les contraintes spécifiques de l’ordre capitaliste. Elles déterminent la nature, l’intensité et la finalité du travail demandé aux ouvriers. Elles ne peuvent servir à autre chose qu’à produire en masse des biens standardisés, moyennant une parcellisation du travail. Elles impliquent déjà la division entre tâches de conception et tâches d’exécution. Elles imposent la réduction du travailleur à une pure force de travail, qui se voit retirer la maîtrise et la compréhension du processus productif. Elles ont donc déjà un contenu social, politique, voire moral déterminé. Elles sont tout sauf des moyens neutres, qui pourraient être mis au service de n’importe quelle finalité.

10Il y a une certaine continuité entre cette critique des technologies industrielles et la critique des technologies fermées développée par les hackers. Dans les deux cas, ce qui est pointé est la manière dont des outils techniques particuliers favorisent certains usages et en empêchent d’autres, de même que l’absence de liberté des individus par rapport à ces outils, et la perte de savoir et de savoir-faire qui en résulte : ce que Bernard Stiegler [2009] appelle aujourd’hui (en relisant Marx) la « prolétarisation ». On peut ainsi, toutes choses égales par ailleurs, pointer quelque similarité entre la « prolétarisation » vécue par un ouvrier que les machines industrielles condamnent à un pur travail d’exécution, et la « prolétarisation » que subit, selon Stallman, un usager de logiciels propriétaires condamné à ignorer le fonctionnement des programmes qu’il utilise. Dans les deux cas, cet état de fait s’explique en grande partie par les caractéristiques des outils techniques, lesquelles sont donc tout sauf neutres, mais ont au contraire de profondes incidences culturelles, sociales et politiques.

11Cela signifie réciproquement que la transformation de la société implique la transformation consciente de ses technologies. De la même manière qu’on ne pouvait espérer construire un socialisme démocratique avec les machines tayloriennes, on ne peut aujourd’hui espérer construire un monde moins dépendant des grandes entreprises de la Silicon Valley avec des outils informatiques fermés et opaques. Voilà sans doute l’un des grands enseignements du mouvement du logiciel libre, qui érige la transformation des outils informatiques en enjeu majeur de notre temps. On précisera toutefois que les logiciels libres ne constituent pas, pour l’instant du moins, un ensemble d’outils techniques dont le design et les fonctionnalités seraient radicalement distincts de ceux de leurs concurrents « propriétaires ». Ainsi, de nombreux programmes libres se présentent peu ou prou comme des « copies » de programmes existants. LibreOffice est par exemple, pour l’essentiel, une réplique de la suite Office développée par Microsoft. Bien que le code en soit « libre », il engendre pour la majorité de ses utilisateurs – qui n’ont pas l’envie, le besoin ou les compétences de toucher au code source – des contraintes assez similaires à celles que connaissent les utilisateurs de programmes propriétaires. Un logiciel de présentation, qu’il soit propriétaire ou libre (PowerPoint ou LibreOffice Impress), a ainsi de grandes chances de favoriser un même type de discours : clair, condensé, ludique, mais aussi dénué d’articulations logiques complexes. Sans doute y a-t-il là encore une limite à l’idée selon laquelle les logiciels libres dessineraient un système technique radicalement différent de celui auquel nous sommes habitués.

Le dépassement de la propriété privée exclusive

12L’histoire du logiciel libre est assez facétieuse, si l’on songe au fait que de nombreuses personnes estiment que son plus grand succès n’a finalement pas été technique mais juridique. Ce succès correspond à la rédaction en 1989 de la General Public License (GPL) et à l’invention concomitante du principe du copyleft.

  • 2 Cité par Pedersen, 2010, 101.

13Les partisans du logiciel libre se sont intéressés aux questions juridiques pour des raisons qui étaient d’abord pragmatiques. Dans les années 1980, Stallman voulait trouver un moyen d’empêcher les entreprises de s’approprier des logiciels libres qui figuraient juridiquement dans le domaine public, et dont elles pouvaient par conséquent réutiliser le code pour nourrir leurs propres logiciels propriétaires [Stallman et al., 2013]. À un niveau plus général, l’intérêt des informaticiens du Libre pour les questions juridiques s’explique par leur volonté de défendre la libre circulation de l’information, laquelle semble être entravée par l’existence des droits de propriété intellectuelle. À première vue, le logiciel libre apparaît donc comme un mouvement opposé à toute forme de propriété sur les logiciels et, plus largement, sur l’information. Stallman recommande du reste d’éviter l’expression « propriété intellectuelle » pour discuter des enjeux sociaux relatifs au copyright : « Utiliser le mot propriété, de quelque façon que ce soit, cadre la question en jeu en faveur de celui qui “possède” la dite “propriété”. […] Si nous cadrons les questions relatives au copyright en termes de “propriété”, il s’agit en pratique d’un terrible handicap2 ».

14Stallman estime ainsi que l’usage du terme « propriété » pour évoquer les droits relatifs aux œuvres de l’esprit incline à traiter ces questions par analogie avec la propriété foncière. Or il s’agit selon lui d’un contresens entravant toute réflexion valable, dans la mesure où le copyright, tel qu’il est conçu dans le droit américain, ne serait pas un véritable droit de propriété mais un monopole temporaire octroyé dans l’intérêt du public afin de favoriser la création et l’innovation [Stallman, 2002, 79‑89].

15Il faut toutefois regarder de plus près la manière dont fonctionnent les outils juridiques créés et utilisés par les informaticiens du Libre. Ces outils sont des licences, dont la plus célèbre et la plus utilisée est la GPL. Celle-ci garantit que le logiciel auquel elle est appliquée accorde à tous ses utilisateurs les quatre droits qui définissent un logiciel libre : exécution, copie, modification et redistribution. Elle impose également le maintien de la licence sur les versions dérivées du logiciel, afin que les droits susmentionnés soient préservés pour tous les utilisateurs futurs. En clair, elle empêche qu’un utilisateur (une entreprise par exemple) puisse « enclore » un logiciel libre, en revenant sur les droits qu’il accorde. C’est ce principe de protection contre toute forme de privatisation de la ressource qu’on appelle copyleft.

16Cette protection fonctionne du point de vue juridique grâce à l’utilisation astucieuse du copyright (ou du droit d’auteur en France). Une licence copyleft comme la GPL s’appuie sur les droits qui sont conférés aux auteurs de logiciels. C’est parce que ceux-ci détiennent, grâce au droit d’auteur (ou au copyright), certains droits exclusifs, qu’ils peuvent décider des conditions de distribution de leurs créations et placer celles-ci sous des licences comme la GPL, qui en autorisent la copie, la modification et la redistribution. Autrement dit, la GPL suppose juridiquement que le ou les auteurs d’un logiciel soient reconnus comme détenteurs de droits exclusifs sur le programme informatique qu’ils ont écrit. En bref, sans copyright pas de copyleft [Pellegrini, Canevet, 2013].

17Poussons le raisonnement un cran plus loin et demandons-nous désormais si détenir un copyright équivaut à détenir un droit de propriété. Plusieurs juristes américains soutiennent que tel est bien le cas, contrairement à ce qu’affirme Stallman. Adam Mossoff [2005] présente par exemple le copyright comme le fruit d’un compromis historique entre des considérations d’utilité sociale et l’idée d’un droit naturel de propriété des auteurs sur leurs œuvres. En ce qui concerne le droit d’auteur français, Mikhaïl Xifaras [2010] a expliqué de manière similaire que les licences libres ne fonctionnent que parce que les créateurs de logiciels libres sont reconnus comme propriétaires de leurs créations. C’est en effet la reconnaissance de cette appartenance première de la création intellectuelle à son créateur, qui permet à ce dernier d’utiliser une licence pour autoriser de nombreux usages et ainsi « exclure la possibilité de l’exclusion ».

18On peut conclure de ce qui précède que le logiciel libre est moins un mouvement refusant la notion de propriété, qu’un mouvement cherchant à la subvertir. Autrement dit, les informaticiens du Libre rejettent une certaine forme de propriété sur l’information (la propriété privée exclusive, qui entrave sa circulation et sa réutilisation), mais pas le lien d’appartenance qui unit un créateur à sa création et lui permet de décider des usages qu’il veut autoriser. Ils ne soumettent pas leurs créations à un régime de non-propriété, pas plus qu’ils ne renoncent à tous leurs droits patrimoniaux. Ils font en revanche de ces droits une utilisation très particulière, par le biais de licences spécifiques comme la GPL, afin que le droit d’auteur (ou le copyright) serve d’autres objectifs que ceux qu’il a en général vocation à servir. Le logiciel libre ne fait donc pas éclater la propriété, mais il met à mal la conception monolithique et substantielle de celle-ci. Il permet de penser une propriété qui n’est plus exclusive mais inclusive, c’est-à-dire intègre un maximum d’utilisateurs dans la jouissance et l’amélioration d’une œuvre, favorisant ainsi la diffusion des créations mais aussi leur transformation en créations collectives. Le créateur originel d’un logiciel diffusé sous licence libre demeure donc bien en quelque sorte un « propriétaire ». C’est en revanche un propriétaire qui a renoncé à sa prérogative d’exclure des tiers de la jouissance de son œuvre.

19L’invention du copyleft constitue ainsi un apport théorique intéressant sur la question du droit de propriété, comme l’ont notamment relevé les juristes américains travaillant sur la notion de « commun » (commons) [Broca, Coriat, 2015]. Il s’agit également d’un apport pratique majeur, puisque ce hack juridique a ouvert la voie aux licences Creative Commons et à certaines licences d’open data, tout en favorisant l’éclosion de nombreux projets de création collaborative, le plus célèbre d’entre eux étant l’encyclopédie Wikipédia.

La libération du travail

20Le logiciel libre a enfin donné lieu à de nombreuses réflexions sur la question du travail. Il faut ici rappeler que le mouvement est apparu au moment où la naissance de l’industrie du logiciel met à mal l’ethos collaboratif des informaticiens et la capacité de ceux-ci à déterminer par eux-mêmes les formes d’exercice de leur métier. Lorsque les développeurs passent de l’université aux entreprises éditrices de logiciels, comme c’est massivement le cas au début des années 1980, ils perdent en effet la possibilité de partager les fruits de leur activité (le code) avec leurs pairs, du fait des clauses de confidentialité qu’ils signent avec leur employeur [Stallman et al., 2013]. Bien souvent, ils se trouvent, de plus, enrôlés dans des organisations verticales, qui amoindrissent leur degré d’autonomie.

21Le logiciel libre se présente comme une réponse à ces contraintes qui encadrent en général le travail des développeurs en entreprise. Participer à un projet de logiciel libre, c’est en effet participer à un projet organisé sur une base collaborative, où les injonctions pesant sur l’activité ne sont pas les mêmes que dans un cadre managérial. Chacun partage les résultats de son travail avec les autres (le code produit est accessible à tous), et chacun choisit lui-même ce à quoi il désire contribuer. Le contrôle et les éléments de hiérarchie apparaissent surtout a posteriori, par le pouvoir qu’ont certains développeurs, reconnus comme particulièrement compétents, d’écarter les contributions jugées non pertinentes [Weber, 2004 ; Coleman, 2013].

22Ce modèle général d’organisation du travail, dont on retrouve les grandes lignes dans d’autres projets de communs comme Wikipédia ou OpenStreetMap, a été caractérisé par Yochai Benkler [2008, 60] comme un nouveau modèle productif : la « production par les pairs fondée sur les communs » (“commons-based peer production”). Ce modèle est décrit comme « radicalement décentralisé, collaboratif et non propriétaire ; fondé sur le partage des ressources et des produits parmi des individus éparpillés, connectés de façon flexible, qui coopèrent les uns avec les autres sans s’appuyer sur les signaux de marché ou les hiérarchies managériales ». Les principales caractéristiques de la « production par les pairs fondée sur les communs » sont donc les suivantes : les ressources produites sont accessibles à tout le monde (c’est la propriété inclusive évoquée précédemment) ; le travail est autonome et non prescrit (chacun identifie lui-même les tâches qu’il veut effectuer, sans répondre à un ordre hiérarchique ou à une demande spécifiée de manière contractuelle) ; les motivations des contributeurs sont intrinsèques (chacun participe, non pas pour des raisons financières, mais parce qu’il trouve un intérêt aux tâches effectuées).

23Ces caractéristiques évoquent nettement ce que le philosophe finlandais Pekka Himanen [2001] a appelé l’éthique hacker du travail. À partir d’exemples tirés du monde du logiciel libre, Himanen décrit celle-ci comme diamétralement opposée à l’éthique protestante, que Max Weber a présentée comme constitutive de l’esprit du capitalisme. Les pratiques des hackers incarneraient ainsi un rapport au travail fondé sur la passion et l’intérêt personnel, non sur le devoir moral et l’intérêt financier. Le travail n’y serait pas posé comme légitime en soi indépendamment de son contenu, ni considéré comme simple moyen d’assurer sa subsistance ou sa richesse. L’important serait la satisfaction personnelle éprouvée dans la réalisation d’une tâche vécue comme intrinsèquement intéressante et gratifiante. Le travail s’intégrerait ainsi à une dynamique générale de réalisation de soi, qui implique la minimisation des formes de subordination hiérarchique et une organisation aussi horizontale que possible des collectifs de travail.

24Aussi séduisante que puisse être cette présentation générale, elle soulève plusieurs questions. Tout d’abord, la minimisation des formes de contrainte hiérarchique a beau être réelle, elle n’est pas totale. Dans les grands projets de logiciels libres, certains développeurs acquièrent, sur la base de leur expérience et de la reconnaissance de leurs mérites par la communauté, des positions éminentes, qui leur permettent de peser sur les orientations de développement et la sélection des contributions pertinentes. Autrement dit, il y a des « hiérarchies méritocratiques » qui se mettent en place [Demazière et al., 2007 ; Vicente, 2013]. Toute forme de lutte de pouvoir ou d’antagonisme ne disparaît donc pas. D’autre part, ce qui est en jeu dans la volonté de faire du travail un lieu de réalisation personnelle est en fait une rupture des limites entre le travail et ce qu’on considérait auparavant comme son extérieur : les autres sphères de l’existence individuelle (les loisirs, la vie de famille), les temps et les lieux traditionnellement « non productifs ». Dans l’éthique hacker, on ne travaille plus de 9 heures à 17 heures dans un lieu dédié, mais le travail imprègne – pour le meilleur et pour le pire – tous les temps et les espaces de vie. On importe ainsi dans la sphère du travail des attentes qui relevaient auparavant d’autres pans de l’existence : le travail n’est plus uniquement abordé de manière instrumentale, comme un « gagne-pain ». Cette évolution n’a pas nécessairement que des aspects positifs. Elle peut être source de frustration, lorsque le contenu du travail ne se révèle pas à la hauteur des attentes qu’on y a placées. Elle peut surtout mener à ce que le travail envahisse l’ensemble de la vie. On remarquera à ce propos que les cas de burn-out ne sont pas exceptionnels, loin de là, dans le monde du logiciel libre [Byfield, 2011].

25Enfin, il faut souligner que la réflexion portée par les informaticiens du logiciel libre et les universitaires qui se sont saisis de cet exemple fait peu de place à la question des revenus, des droits et des protections associés au travail [Méda et Vendramin, 2013]. L’éthique hacker exalte la dimension expressive du travail (ce en quoi il permet d’exprimer sa singularité et de se réaliser dans une activité porteuse de sens), mais elle néglige presque totalement les institutions et les conquêtes politiques qui ont fait du travail le socle d’une forme de citoyenneté sociale, notamment à travers le développement de ce que Robert Castel [2009] a appelé la « société salariale ». Il y a donc bien un souffle libératoire dans les revendications « qualitatives » portées par l’éthique hacker : minimisation des formes de contrôle hiérarchique, rejet du travail de pure exécution, défense d’une autonomie maximale dans la réalisation des tâches, volonté de lier travail et passion. Mais on aurait tort de négliger les « vieilles » revendications « quantitatives », portant sur les revenus, les droits et les protections associés au travail. Le faire, ce serait occulter qu’une activité réalisée avec passion, enthousiasme et en l’absence de contrainte apparente, peut dans le même temps être éhontément exploitée par certains acteurs économiques, et ne pas fournir à ceux qui s’y adonnent les moyens matériels de construire leur vie en toute indépendance. Les questions touchant à la répartition de la valeur au sein de l’économie numérique et à la protection sociale de ceux qui en sont les petites mains demeurent ainsi, trop souvent, les impensés du mouvement du logiciel libre et de ceux qui s’en réclament. Prendre au sérieux ces enjeux apparaît dès lors crucial, si l’on ne veut pas que l’exaltation de l’éthique hacker et du travail passionné ne fournisse qu’un supplément d’âme à un capitalisme numérique qui n’en a guère et s’est également montré très prompt à mettre en exergue, souvent de manière mystificatrice, les valeurs de la collaboration, du partage et de l’ouverture.

Notes

1 Nous traduisons toutes les citations de ce chapitre.

2 Cité par Pedersen, 2010, 101.

Auteur

Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, université Paris II Panthéon-Assas

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search