Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'édition indépendante critique

 | 
Sophie Noël

Partie II. La structure du champ de l'édition critique

Chapitre 3. Le champ de l’édition indépendante critique

Texte intégral

  • 1 L’analyse factorielle est une technique statistique formalisée à la fin des années 1960 par Jean-Pa (...)

1L’analyse des correspondances multiples permet de construire un espace multidimensionnel en situant les individus (ici les maisons d’édition) les uns par rapport aux autres1. C’est un outil particulièrement adapté à l’étude d’un microcosme social comme celui de l’édition critique dans la mesure où elle permet de mettre en évidence les relations entre des variables hétérogènes, relevant à la fois du capital économique, du capital symbolique, mais aussi du capital spécifique à cet espace, à savoir le capital politique. Plutôt que d’étudier, à la manière des techniques de régression, les effets de chaque variable de manière isolée, elle donne à voir les interrelations et dégage de ce fait les positions relatives des agents au sein d’un espace construit.

2Le champ de l’édition critique présente, comme nous l’avons vu, la caractéristique d’être peu homogène. C’est un champ émergent, dont les principes de structuration sont difficiles à saisir spontanément. L’analyse des correspondances multiples (ACM) permet d’objectiver les différences qui le structurent et de dépasser la logique classificatoire spontanée, en lui substituant une logique relationnelle qui insiste sur les écarts et les positionnements relatifs. Loin de n’être qu’un outil descriptif, elle donne à voir, de manière littérale, un espace social. Elle vient de ce fait compléter la mise en perspective historique et l’enquête de terrain, tout en confirmant certaines hypothèses de départ.

CONSTRUCTION DES CARACTÉRISTIQUES PERTINENTES

La population

  • 2 Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamborédon, Jean-Claude Passeron, Le métier de sociologue, Paris, Édi (...)
  • 3 Luc Boltanski, Les cadres : la formation d’un groupe social, Paris, Minuit, 1982, p. 48.

3La première difficulté est la construction d’une population pertinente sociologiquement, laquelle n’existe pas a priori (sur ce point, voir les critères élaborés dans la partie I). Rappelons que l’échantillon constitué porte sur une population de 33 éditeurs qui ne prétend ni à l’exhaustivité ni à fixer un quelconque « état des lieux » définitif, mais à appréhender les modalités fondamentales de cet espace. Le risque inhérent à ce type de démarche est de construire une population dans le mauvais sens du terme, c’est-à-dire de fabriquer un groupe social sans existence dans le monde réel, « comme s’il suffisait de se donner un objet doté de réalité sociale pour détenir du même coup un objet doté de réalité sociologique »2. Le fait que l’édition critique soit composée d’agents hétérogènes vient redoubler cette difficulté. L’objectif est autant d’éviter de survaloriser l’existence du groupe, en faisant « comme s’il s’agissait d’un groupe unifié, voire d’un sujet collectif capable d’actions et de volitions » que de souligner à l’excès « la diversité interne de la catégorie, son hétérogénéité, lui [refuser] toute existence objective », comme le souligne Luc Boltanski à propos de la population des cadres3. Il s’agit de se donner les moyens de construire la population de manière à rendre compte de sa diversité et de son caractère indéterminé, qui sont des caractéristiques sociologiquement pertinentes et essentielles à la définition de ce champ spécifique.

4La seconde difficulté tient au fait que l’édition est un secteur d’activité extrêmement précaire, aux évolutions rapides, notamment dans sa frange la moins professionnalisée. Il s’agit, à bien des égards, d’un objet en perpétuel mouvement, particulièrement difficile à saisir « à l’arrêt ». Plusieurs de ces maisons d’édition ont vu leur situation évoluer depuis le début de la recherche, notamment du fait de rachats, de modification de politique éditoriale ou de disparitions, tandis que de nouveaux venus faisaient leur apparition, contribuant au « vieillissement » et au repositionnement des autres acteurs. Si ces variations ne peuvent pas apparaître dans le cadre statique d’une ACM, il faut les garder en tête au cours de l’analyse.

Les variables actives

  • 4 Notamment Bertrand Legendre et Corinne Abensour, Le guide des nouveaux éditeurs, Paris, Nouveau Mon (...)

5Les données ont été collectées par un travail documentaire complété par les entretiens avec les éditeurs. Du fait de la très petite taille de la majorité des maisons d’édition, la plupart des informations ne sont disponibles qu’auprès des intéressés eux-mêmes, plus rarement dans l’annuaire de la revue professionnelle Livres Hebdo ou dans des répertoires spécialisés4, ce qui limite les possibilités de contrôle des informations. Les données obtenues ont donc été recoupées, chaque fois que cela était possible, avec d’autres sources, mais l’imprécision entourant certaines variables (comme le chiffre d’affaires ou les ventes) n’a pu être que partiellement corrigée. Cela ne constitue pas un handicap pour l’analyse des résultats dans la mesure où nous nous intéressons en priorité à des ordres de grandeur.

  • 5 D’où la nécessité de choisir une année de référence. 2005 a été retenue dans la mesure où les entre (...)

6L’année de référence choisie est 2005 pour chacune des variables, sachant qu’une des difficultés de cet espace réside, comme nous l’avons évoqué, dans l’extrême labilité des données caractérisant les maisons d’édition. Plusieurs variables connaissent en effet des fluctuations importantes d’une année sur l’autre, qui viennent perturber l’établissement de caractéristiques stables, indispensables au travail d’analyse5. Un changement de statut juridique ou de mode de diffusion, tout comme une progression du nombre de salariés, du chiffre d’affaires ou du niveau de production sont des informations essentielles pour saisir la dynamique du champ étudié. La complémentarité est donc forte entre l’analyse des correspondances, qui permet de fournir un « instantané », à un moment donné du temps, sur une population dont certaines caractéristiques centrales connaissent des modifications continues, et une analyse qualitative, qui est mieux à même de cerner ces dernières.

  • 6 Les statisticiens considèrent en effet que le nombre des modalités actives ne doit pas excéder le n (...)
  • 7 Nous nous sommes appuyée, pour les trois premiers groupes de variables, sur l’analyse des correspon (...)

7Les 17 variables ont été retenues de manière à refléter l’univers des propriétés pertinentes de cet espace et à donner une image aussi complète que possible de la dimension à la fois économique, symbolique et politique de l’espace des éditeurs critiques. Le nombre de modalités a été volontairement réduit, la multiplication de ces dernières n’étant pas souhaitable dans le cas d’une population aussi restreinte6. Lorsque les variables se sont révélées redondantes, nous avons procédé à des regroupements. Au final, elles ont été réparties en quatre groupes, selon qu’elles relevaient du statut juridique et financier, du capital économique (poids sur le marché), du capital symbolique, du capital politique (voir Tableau 13, infra)7.

Tableau 13 : Les variables et leurs modalités

Statut juridique et financier

Variables (17)

Modalités (43)

Statut juridique

commercial (SA, SAS, SARL, EURL)

non commercial (association, coopérative)

Chiffre d’affaires annuel

< 100 000 €

de 100 000 à 200 000 €

> 200 000 €

Salariés

aucun

1

> 2

Diffusion-distribution

professionnelle

structure mutualiste

structure mixte

autodiffusion

Capital économique

Production annuelle

< 10 titres

> 10 titres

Meilleures ventes

< 10 000 exemplaires

> 10 000 exemplaires

Aides publiques

oui

non (refus de principe)

non (mais pas de refus de principe)

Recension dans un quotidien national

aucune

1 ou 2

> 3

Capital symbolique

Ancienneté

5 ans (création avant 2000)

< 5 ans (après 2000)

Localisation

Paris (hors quartiers nord-est)

province

banlieue / nord-est de Paris

Édite ou a édité une revue

oui

non

Collection de philosophie

oui

non

% de traductions

< 10 %

de 10 % à 50 %

> 50 %

Capital politique

Publie des classiques politiques

oui (titres ponctuels)

non

collection spécifique

A une collection bon marché (prix < 15 €)

oui

non

A publié avec une association ou un syndicat

oui

non

A participé à un salon alternatif en 2005

oui

non

LE CHAMP DE L’ÉDITION INDÉPENDANTE CRITIQUE

Deux principes de différenciation

8L’analyse des correspondances multiples porte sur 33 individus actifs et 17 variables actives (43 modalités) réparties en quatre catégories ; elle résume sur deux axes les relations statistiques entre les différentes variables (voir méthodologie en Annexe 4). L’analyse des résultats fait apparaître deux principes majeurs de différenciation dans le champ de l’édition critique : un principe de professionnalisation, qui mesure l’accumulation de capital économique des éditeurs ainsi que leur insertion dans le champ, et un principe de politisation, lequel met en valeur les ressources en capital politique des éditeurs critiques. On observe donc deux logiques distinctes : celle du capital économique en vigueur dans le champ éditorial au sens large, que mesure la professionnalisation, et celle du capital spécifique à ce sous-champ éditorial, à savoir le capital politique.

9Le nuage des modalités (voir Graphique 2) présente une forme assez resserrée, en forme typique de triangle, opposant trois pôles principaux. Les variables se répartissent tout d’abord de manière symétrique le long de l’axe horizontal, celui de la professionnalisation, alors que l’axe vertical présente un éparpillement plus important des variables vers le haut (politisation importante). L’opposition se dessine donc prioritairement entre les deux pôles constituant la base du triangle (maisons d’édition plus ou moins professionnelles, faiblement politisées) et le sommet. Les variables constitutives du capital politique se répartissent le long de l’axe vertical. Quant à celles concernant le poids économique, elles sont surtout opérantes le long de l’axe horizontal, à quelques exceptions près.

Graphique 2 : Nuage des modalités dans le plan des deux premiers axes

Graphique 2 : Nuage des modalités dans le plan des deux premiers axes

Analyse des axes

10Les variables pertinentes sur l’axe 1 sont celles qui relèvent principalement du capital économique, qui ont été rassemblées sous les entrées « statut juridique et financier » et « capital économique ». Les variables contribuant le plus fortement à l’axe 1 fonctionnent sous forme de couples d’opposition se détachant nettement sur le nuage des modalités et dans le tableau 14 (infra) :

11Le chiffre d’affaires (13 % de contribution) : les chiffres inférieurs à 100 000 euros se trouvent du côté gauche de l’axe (5,1 %), tandis que les chiffres d’affaires les plus élevés se situent de l’autre côté (7,9 % de contribution à l’axe 1 en cumulant les modalités 2 et 3). Viennent ensuite, avec la même opposition terme à terme, le nombre de titres publiés par an (12,4 %), les meilleures ventes (12 %), le nombre de salariés (sachant que l’opposition la plus signifiante s’organise autour de l’opposition entre la modalité « plus de 2 salariés » et « aucun salarié ») et l’obtention d’aides publiques (10 %), qui constituent autant d’indicateurs d’insertion dans le marché éditorial. Il est intéressant de noter que la modalité « refus par principe des aides publiques » est opérante sur cet axe (4,9 % de contribution), tout en se situant également du côté des éditeurs les plus politisés, soit dans le cadran supérieur gauche du graphique 1. Avoir accès aux aides publiques est à l’opposé associé à la professionnalisation (4,1 % des contributions), de même que la publication d’une revue (3 %). Les recensions journalistiques sont également corrélées aux indices de professionnalisme des éditeurs, ce que l’analyse des principaux titres de presse avait déjà mis en valeur dans la partie I. L’opposition s’organise entre les modalités « aucune recension » (3,9 % de contribution à gauche de l’axe) et « plus de deux recensions » (4 %, à droite de l’axe).

12Les différentes modalités du mode de diffusion se répartissent de manière complexe dans le plan. L’axe 1 oppose nettement le choix d’une structure mutualiste (4,2 % de contribution à la gauche de l’axe), à celui d’une structure de diffusion professionnelle (professionnalisation plus forte), les deux autres modalités étant sans effet. L’ACM confirme sur ce point ce qui a été relevé précédemment, à savoir que déléguer sa diffusion à une structure professionnelle est une condition de développement – tout au moins à terme. Elle relativise par contre l’impact de l’autodiffusion (0,9 % de contribution) quant au degré de professionnalisation d’une maison d’édition. L’ancienneté des maisons d’édition est logiquement corrélée à leur degré de professionnalisation, les plus anciennes, créées dans les années 1980 et toujours actives en 2005, étant situées du côté positif de l’axe et les récentes (nées après 2000) du côté négatif. On observe par contre que la localisation géographique n’est pas opérante sur cet axe, ce qui confirme l’analyse du chapitre précédent.

Tableau 14 : Interprétation de l’axe 1 (horizontal, professionnel)

Contribution relative de la modalité (%)

Question (variable)

Contribution relative de la question (%)

Modalité

Droite (les plus professionnels)

Gauche (les moins professionnels)

Chiffre d'affaires

13

< 100 000 €

5,1

100-200 000 €

1,1

> 200 000 €

6,8

Titres/an

12,4

< 10 titres

> 10 titres

6,8

Meilleures ventes

12

< 10 000

> 10 000

7,3

Salariés

11,9

Aucun

5,1

1

0,2

> 2

6,6

Aides publiques

10

Oui

4,1

Non (refus)

4,9

Non (mais demande)

1

Diffusion

8,8

Professionnelle

3,7

Mutualiste

4,2

Mixte

0

Autodiffusion

0,9

Recensions

7,9

Aucune

3,9

1 ou 2

0

> 2

4

Ancienneté

7,4

Plus de 5 ans

2,9

Moins de 5 ans

4,5

Revue

4,7

Oui

3

Non

1,7

Total

91,7

En gras : les modalités dont la contribution est supérieure à 2,3 %.

13En résumé, l’axe 1 (horizontal) oppose, de gauche à droite :

  • les maisons d’édition les moins professionnalisées et les plus marginales : plus « jeunes », elles n’ont pas de salariés, publient moins de 10 titres par an, réalisent un chiffre d’affaires inférieur à 100 000 € et leurs meilleures ventes restent faibles. Elles sont moins bien insérées dans les circuits de la profession dans la mesure où elles tendent à assurer leur propre diffusion ou ont adhéré à une structure de diffusion mutualiste, ne bénéficient pas d’aides publiques (par refus ou manque de temps). Leurs titres ne sont que peu, voire jamais recensés dans les principaux titres de presse écrite, et elles ne s’appuient sur aucune revue ;

  • les maisons d’édition aux propriétés opposées, situées à droite de l’axe 1, qui sont les plus professionnalisées et les mieux intégrées au marché. Il s’agit des éditeurs les plus « anciens » (créés dans les années 1980) qui disposent d’une (relative) assise économique dans la mesure où ils réalisent un chiffre d’affaires supérieur à 100 000 €, publient plus de 10 titres par an, emploient plus de deux salariés, et connaissent des chiffres de meilleures ventes qui peuvent être importants. Plus visibles, ils tendent à avoir une diffusion professionnelle, ont accès aux circuits d’aides publiques, bénéficient de recensions journalistiques plus fréquentes que les éditeurs situés à gauche de l’axe, et publient généralement une revue.

14Les variables contribuant le plus fortement à l’axe 2 sont, dans l’ordre (voir Tableau 15, infra) : la participation à un salon alternatif (16,5 %), la publication d’une collection de titres bon marché (16,2 %) et de classiques politiques (13,4 %), sachant que la modalité la plus discriminante est d’avoir développé une collection spécifique (8,1 %) ou de ne pas en publier (4,4 %, de l’autre côté de l’axe). La copublication avec une association ou un syndicat intervient à hauteur de 11,2 %. Les contributions entre modalités sont équilibrées de chaque côté de l’axe, esquissant ici également des couples d’opposition structurés. La variable « localisation » intervient ensuite (10,4 %), ce qui est la plus forte contribution d’une variable non directement associée au capital politique. La modalité « province » est assez peu opérante sur cet axe (0,5 %), contrairement à la modalité « banlieue et nord-est de Paris » (4,9 %) qui s’oppose au reste de Paris (5 %). De manière logique, les éditeurs résidant dans les 5e et 6e arrondissements, mais aussi les 13e et 14e, se trouvent en bas de l’axe, du côté des éditeurs les moins politisés, qui sont les plus proches, dans tous les sens du terme, du modèle de l’édition généraliste parisienne.

15On retrouve sur l’axe 2 la variable relative au mode de diffusion choisi, avec cette fois une opposition entre la modalité diffusion mixte, qui s’avère beaucoup plus discriminante en termes de politisation que les autres statuts possibles (5,4 % de contribution à l’axe), et diffusion professionnelle, laquelle joue dans le sens d’un plus faible investissement politique (1,7 %). Les éditeurs ayant choisi le mode de diffusion mixte – Agone, Aden, le Croquant – sont animés par une volonté de contrôler et d’organiser au mieux leur diffusion auprès des libraires, comme nous l’avons vu précédemment. Le choix de déléguer sa diffusion à une structure professionnelle joue par conséquent à la fois dans le sens d’une professionnalisation des maisons d’édition, mais aussi d’un plus faible engagement politique. Si la variable du statut juridique ne présentait que peu d’intérêt pour l’analyse de l’axe 1 (2,2 % de contribution), elle n’est pas neutre quant au degré d’engagement politique des éditeurs de cet espace. Elle contribue à l’axe 2 à hauteur de 6,7 %, les éditeurs ayant opté pour le statut d’association ou de coopérative possédant un profil plus politique que les autres. Comme nous l’avions relevé, le choix d’un statut non commercial est plus discriminant (4,9 %) que celui d’un statut de type commercial (1,8 %).

16En résumé, l’axe 2 (vertical, politique) oppose, en allant de bas en haut :

  • les maisons d’édition les moins dotées en capital politique : elles ne participent à aucun salon du livre alternatif, ne publient pas de classiques politiques, ni de collections d’ouvrages bon marché, et ne sont associées à aucun syndicat ou association, bref, toutes les variables constitutives du capital politique, dont les contributions à l’axe sont relativement homogènes (supérieures à 10 %). Par ailleurs, ces maisons plutôt situées à Paris (hors périphérie et nord-est de la capitale), de statut commercial, ont choisi une diffusion professionnelle ;

  • les maisons d’édition les mieux dotées en capital politique, c’est-à-dire qui donnent un sens politique à leur activité, se caractérisent par les modalités inverses : elles ont développé une collection de classiques politiques et des titres à petit prix, participent à un ou plusieurs salons alternatifs, publient avec des syndicats ou des associations. Elles tendent à avoir un statut non commercial, sont situées plutôt en banlieue parisienne ou dans les quartiers nord-est de la capitale, et ont choisi un mode de diffusion mixte, ces trois dernières variables ne relevant pas directement du capital politique, mais se révélant discriminantes sur cet axe également.

Tableau 15 : Interprétation de l’axe 2 (vertical, politique)

Contribution relative de la modalité (%)

Question (variable)

Contribution relative de la question (%)

Modalité

Haut (les plus politisés)

Bas (les moins politisés)

Salon alternatif

16,5

Oui

8,5

Non

8

Collection bon marché

16,2

Oui

8,8

Non

7,4

Classiques politiques

13,4

Oui

0,9

Non

4,4

Collection

8,1

Association ou syndicat

11,2

Oui

6,8

Non

4,4

Localisation

10,4

Paris (hors nord-est)

5

Province

Banlieue et nord

0,5

-est de Paris

4,9

Diffusion-distribution

7,6

Professionnelle

1,7

Mutualiste

0,4

Mixte

5,4

Autodiffusion

0,1

Statut

6,7

Commercial

1,8

Non commercial

4,9

% de traductions

5,3

<10%

0,8

10-0%

3,2

> 50%

1,3

Chiffre d’affaires

4,3

< 100 000 €

1,4

100-200 000€

0,1

>200 000 €

2,7

Nombre de salarié

3,6

Aucun

1,3

1

2,3

> 2

0,1

Total

95,2

En gras : les modalités dont la contribution est supérieure à 2,3 %.

L’espace des maisons d’édition

Graphique 3 : Nuage des maisons d’édition dans le plan des deux premiers axes

Graphique 3 : Nuage des maisons d’édition dans le plan des deux premiers axes

17Le nuage des maisons d’édition présente une forme triangulaire inclinée dont le sommet est situé dans le quart supérieur droit du plan, du côté d’une professionnalisation et d’une politisation fortes. La base du triangle oppose un groupe de maisons d’édition politisées et faiblement professionnelles, situées dans le quart supérieur gauche du plan, à un groupe présentant les caractéristiques opposées : professionnelles et peu politisées (quart inférieur droit du plan). Un examen plus détaillé de ces trois pôles du champ de l’édition critique permet de dégager les caractéristiques suivantes :

  • au sein du cadran inférieur droit du graphique (les éditeurs les plus professionnels et les moins politisés), les plus forts contributeurs à l’axe 1 sont (voir Tableau 16, infra) L’Éclat (7,8 %), Textuel (6,6 %), Sens & Tonka (5,8 %), Climats (5,1 %) et Les Arènes (4,8 %). Il s’agit de maisons au périmètre d’activité plutôt important par rapport à l’échantillon (c’est le cas de Textuel et des Arènes), ou disposant d’une certaine ancienneté (L’Éclat, Sens & Tonka, Climats) pour lesquels l’engagement se traduit de manière plus intellectuelle que strictement politique. Ces éditeurs ont souvent une production orientée vers la littérature, la philosophie ou les arts. Il est à noter qu’Amsterdam, encore au tout début de son développement en 2005, s’est professionnalisé les années suivantes, augmentant fortement sa production ;

  • le second groupe de maisons d’édition situées dans le quart supérieur gauche présente les caractéristiques inverses : politisation forte, professionnalisation faible, soit une position dominée caractérisée par une faible autonomie économique et une volonté de se soustraire aux impératifs du développement. Il s’agit majoritairement de petits éditeurs libertaires organisés de manière associative ou coopérative dont le degré d’engagement politique va de pair avec une réticence ou une impossibilité à intégrer le champ éditorial – notamment par l’absence de salariés, le refus des subventions ou encore la faiblesse du chiffre d’affaires. Les Éditions libertaires, les Nuits rouges et L’Échappée sont les éditeurs apportant la contribution maximale de ce côté de l’axe (voir Tableau 16, infra) avec respectivement 10 %, 7,2 % et 6,9 %. Aden présente des caractères professionnels peu discriminants (il est presque positionné sur l’axe), tout en disposant d’une identité politique forte (sa contribution à l’axe 2 est de 8,7 %).

18Ces deux premiers sous-espaces laissent supposer une corrélation inversement proportionnelle entre degré de politisation et niveau de professionnalisation, laquelle ne peut cependant être considérée comme un principe explicatif de l’ensemble de l’espace. Tout d’abord, les éditeurs les moins politisés (au-dessous de l’axe 1) se répartissent à peu près également entre « professionnels » et « moins professionnels » (9 et 8 éditeurs respectivement, à droite et à gauche de l’axe 1). Ne pas présenter de caractère professionnel pour un éditeur n’entraîne donc pas nécessairement sa politisation dans ce sous-champ précis, et inversement. Les nouveaux entrants, à l’instar des Prairies ordinaires, de Delga ou de Sextant, n’ont par exemple pas eu le temps d’accumuler de capital économique, tout en présentant des caractéristiques politiques peu affirmées – lesquelles peuvent évoluer en fonction de la trajectoire de l’éditeur. Pour ne prendre qu’un exemple, Les Prairies ordinaires ont augmenté leur production à partir de 2007 et développé une collection de traductions à caractère critique beaucoup plus marqué qu’à ses débuts, accentuant son identité politique.

19Les maisons d’édition situées dans le quart supérieur droit du graphique – Syllepse, Agone, Le Temps des cerises et dans une moindre mesure La Fabrique – viennent tout autant contredire l’hypothèse d’un rapport inversé entre politisation et professionnalisation. Ces éditeurs cumulent en effet, à des degrés divers, les indices d’une production éditoriale politiquement marquée (pratique de petits prix, participation à des salons alternatifs, publication de classiques politiques…) et de la relative professionnalisation de leur activité (nombre de salariés au moins égal à un, niveau de production et du chiffre d’affaires, obtention de subventions pour certains), indicatrice d’une certaine intégration économique. De tels signes de professionnalisation peuvent être en partie trompeurs, dans la mesure où deux d’entre eux ont développé un chiffre d’affaires important grâce à une production qui l’est tout autant (entre 40 et 50 titres par an) sans pour autant être particulièrement bien intégrés dans le marché éditorial. La contribution du Temps des cerises à l’axe 2 est ainsi beaucoup plus importante (12,9 %) qu’à l’axe 1 (3 %), de même que Syllepse (respectivement 8,8 % et 5,2 %). Pour Agone cependant, cette situation est caractéristique de la position intermédiaire occupée par cette maison d’édition, entre valeur économique et valeur politique. Autant le nombre de ses salariés (6) que son niveau de production et de chiffre d’affaires la placent du côté des contraintes d’ordre économique et financier, autant son statut associatif, ses choix éditoriaux (auteurs, genres, thématiques) ou encore son mode de diffusion pointent vers des ressources politiques maintenues. La contribution de cet éditeur à l’axe 2 (politique) est néanmoins supérieure à celle à l’axe 1 : 13,8 % (ce qui est la contribution la plus élevée) contre 5,8 %.

Tableau 16 : Contribution des individus à l’axe 1 (professionnel)

Éditeurs

Contribution relative

à gauche de l’axe (%) (les moins professionnels)

à droite de l’axe (%) (les plus professionnels)

Éditions libertaires

10

Éclat

7,8

Nuits rouges

7,2

L’Échappée

6,9

Textuel

6,6

Sens & Tonka

5,8

Agone

5,8

Syllepse

5,2

Climats

5,1

Les Arènes

4,8

Danger public

4,5

Nautilus

4

L’Insomniaque

4

Tableau 17 : Contribution des individus à l’axe 2 (politique)

Éditeurs

Contribution relative

en haut de l’axe (%) (les plus engagés)

en bas de l’axe (%) (les moins engagés)

Agone

13,8

Le Temps des cerises

12,9

Syllepse

8,8

Aden

8,7

Les Prairies ordinaires

7,5

La Fabrique

6,3

Nuits rouges

6,1

Danger public

4,7

Exils

3,8

Golias

3,4

20Lorsque l’on superpose l’analyse du nuage des propriétés à celle du nuage des individus, on constate que le quart supérieur droit est également la zone du champ qui concentre le plus de variables associées au capital symbolique : ancienneté de la création, édition d’une revue, développement d’une collection de philosophie ; alors que les variables inverses se trouvent situées dans le quart inférieur gauche de l’espace éditorial. Les maisons cumulant les indices d’insertion économique et de capital politique sont donc également celles qui sont en mesure de mobiliser une amorce de capital symbolique autour de leur nom en réalisant la combinaison de capitaux optimale dans cet espace.

Conclusion

  • 8 Julien Duval, « L’art du réalisme. Le champ du cinéma français au début des années 2000 », Actes de (...)

21L’analyse des correspondances du champ de l’édition critique apporte des enseignements multiples, qui viennent confirmer certaines de nos hypothèses de départ, tout en fournissant des instruments permettant d’affiner celles-ci. Comme le rappelle Julien Duval, « l’apport de l’analyse empirique n’est pas de faire émerger une structure insoupçonnée […] mais plutôt de saisir, avec une assez grande précision, ce qui fonde objectivement les perceptions de ces agents »8. Pour ce qui est de l’édition critique, l’analyse factorielle met au jour, au-delà des principes de structuration fondamentaux qui constituent la logique de cet espace, un continuum allant des éditeurs les plus dotés aux éditeurs les plus dépourvus en capital politique, et des plus professionnels aux moins professionnels, révélant les différents sous-espaces constitutifs de ce champ. Elle met également en exergue le fait que capital économique et capital politique, réussite commerciale et engagement critique ne sont pas aussi opposés que porteraient à le croire les perceptions communes. Certains éditeurs parviennent parfaitement à façonner les outils économiques nécessaires à leur expression éditoriale, leur réussite sur le plan commercial – même relative compte tenu du secteur considéré – allant de pair avec l’affirmation de leur identité politique (leur caractère « authentiquement » critique). Cette combinaison, peu probable étant donné le caractère social opposé des dispositions mobilisées, constitue les deux facettes d’une pratique unifiée. Bourdieu souligne ainsi que :

  • 9 « Beethoven a pu être un grand innovateur musical parce qu’il a été un grand entrepreneur économiqu (...)

« Tout incline à penser que les grands entrepreneurs économico-culturels sont des personnages doubles qui parviennent à réunir des choses qui sont constituées socialement comme incompatibles. »9

22Le champ éditorial reste pourtant dominé par des représentations dichotomiques concernant cet ensemble de valeurs, l’idée étant, comme nous allons le voir avec plus de détails dans la partie III, que la réussite économique et l’intégration au marché ne peuvent se réaliser sans mettre en péril la valeur symbolique spécifique liée à l’activité éditoriale. Le supplément d’âme traditionnellement attaché au livre, bien culturel « pas comme les autres » exigeant une pratique et des dispositifs institutionnels spécifiques, est ici redoublé par le contenu politique des ouvrages critiques, qui doivent en quelque sorte être « doublement vertueux » pour ne pas être disqualifiés par une insertion suspecte dans les mécanismes du marché.

23Les trois pôles mis en évidence par l’ACM sont néanmoins révélateurs des principales incarnations possibles de l’éditeur critique dans le champ éditorial, selon les différentes combinaisons de capital politique, économique et symbolique. L’identification de ces sous-espaces, qui ne sont pas toujours clairement délimités et ne s’opposent que partiellement, permet de mieux appréhender les modalités d’existence de l’édition critique au tout début du XXIe siècle : certains refusent les règles du marché, d’autres les embrassent sans états d’âme, quitte à gommer leur caractère politique, tandis que d’autres enfin, plus rares, parviennent à tenir les deux fils dans un équilibre d’une grande fragilité. Mais comment ces positions se traduisent-elles dans les pratiques concrètes ? La mise en valeur des enjeux représentés par le développement professionnel et le degré d’engagement politique conduit en effet à s’interroger sur les modalités tant pratiques que discursives de cette tension.

Notes

1 L’analyse factorielle est une technique statistique formalisée à la fin des années 1960 par Jean-Paul Benzécri. Jean-Paul Benzécri, L’analyse des données : l’analyse des correspondances : introduction, théories, applications diverses notamment à l’analyse des questionnaires, Paris, Dunod (4e éd.), 1982 [1973]. Pour la technique de l’analyse des correspondances multiples, nous nous sommes appuyée sur les ouvrages de Brigitte Le Roux et Henry Rouanet, en particulier Analyse des données multidimensionnelles. Statistique en sciences humaines, Paris, Dunod, 1993. Le logiciel Addad a été utilisé pour le traitement des données.

2 Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamborédon, Jean-Claude Passeron, Le métier de sociologue, Paris, Éditions de l’EHESS, 2006 [1967], p. 53, note 1.

3 Luc Boltanski, Les cadres : la formation d’un groupe social, Paris, Minuit, 1982, p. 48.

4 Notamment Bertrand Legendre et Corinne Abensour, Le guide des nouveaux éditeurs, Paris, Nouveau Monde éditions, 2005 (coll. Les Manuels de l’édition).

5 D’où la nécessité de choisir une année de référence. 2005 a été retenue dans la mesure où les entretiens ont débuté en 2006 et que les données citées se référaient à l’année précédente.

6 Les statisticiens considèrent en effet que le nombre des modalités actives ne doit pas excéder le nombre des individus.

7 Nous nous sommes appuyée, pour les trois premiers groupes de variables, sur l’analyse des correspondances réalisée par Pierre Bourdieu dans son étude du champ de l’édition française. Voir Pierre Bourdieu, « Une révolution conservatrice dans l’édition », Actes de la recherche en sciences sociales, 1999, n° 126-127, pp. 3-27. L’analyse des données a été réalisée avec l’aide précieuse de Julien Duval.

8 Julien Duval, « L’art du réalisme. Le champ du cinéma français au début des années 2000 », Actes de la recherche en sciences sociales, 2006, n° 161-162, pp. 115.

9 « Beethoven a pu être un grand innovateur musical parce qu’il a été un grand entrepreneur économique ». Pierre Bourdieu, « Brefs impromptus sur Beethoven, artiste entrepreneur », Sociétés et Représentations, 2001, n° 11, p. 17.

Table des illustrations

Titre Graphique 2 : Nuage des modalités dans le plan des deux premiers axes
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1117/img-1.png
Fichier image/png, 683k
Titre Graphique 3 : Nuage des maisons d’édition dans le plan des deux premiers axes
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1117/img-2.png
Fichier image/png, 500k

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540