Version classiqueVersion mobile

Éducation critique aux médias et à l’information en contexte numérique

 | 
Sophie Jehel
, 
Alexandra Saemmer

Partie 1. Éduquer à l’information, décoder les infomédiaires

Chapitre 3. Surveillance à l’ère numérique : comment résister à l’emprise de la société de contrôle ?

Serge Proulx

Texte intégral

1L’arrivée de l’informatique (autour des années 1940-1945) – puis la digitalisation des signaux (1970-1980) – a signifié une révolution progressive dans l’implantation de mécanismes de plus en plus sophistiqués de contrôle social des individus par les grandes organisations privées et étatiques. Suite à la révolution industrielle, les patrons des usines et des manufactures exerçaient un contrôle sur les artisans et les ouvriers en les retenant à l’intérieur des enceintes de l’entreprise. Le contrôle s’exerçait notamment par la grille horaire qui maintenait les cadences de travail et la présence physique obligatoire des travailleurs et travailleuses dans l’usine. L’organisation tayloriste a amplifié ce type de contrôle par l’implantation du travail à la chaîne où les tâches de conception et d’exécution ont été séparées et attribuées à des personnels différents. Avec le fordisme, l’exercice du contrôle social a quitté les murs de l’usine. Du fait de l’accroissement de leurs salaires et d’une nouvelle régulation des conditions sociales de la production par l’État, les travailleurs ont été investis d’un nouveau rôle de consommateurs. La consommation est devenue alors la nouvelle scène publique d’exercice du contrôle social.

2La naissance de la publicité moderne dans l’entre-deux-guerres [Ewen, 1976] a contribué à mettre les connaissances en persuasion des sciences humaines et sociales (SHS) au service d’un contrôle psychosociologique des consommateurs. À la fin de la seconde guerre mondiale, le gouvernement des États-Unis a injecté des sommes importantes d’argent dans les circuits de la consommation pour permettre notamment à ses soldats revenus du front de reprendre le travail et de fonder de nouvelles familles, d’acheter des maisons et de participer ainsi à la création des banlieues urbaines américaines. La période 1945-1975 – dite des « Trente Glorieuses » – a permis l’instauration d’une « société de consommation » devenue avec les années 1970 une « société de l’information » dans laquelle on attribuera (à tort ou à raison) un rôle d’accélérateur du changement économique et social à l’information et à la communication [Proulx, 2007].

3Nous voudrions décrire et explorer ici le passage d’une « société de l’information » – cette appellation ayant connu ses heures de gloire pendant la décennie 1980 – à l’instauration d’une « société de surveillance et de contrôle » à partir des années 1990, en raison notamment de l’explosion des technologies de l’information et de la communication (TIC) qui survient à partir des années 1975-1980 et d’un changement de nature dans les mécanismes attendus du contrôle social du travail et des activités des individus, des collectifs et des organisations. L’aire du contrôle social des individus s’est en effet étendue aujourd’hui, du fait du développement des technologies mobiles et des médias sociaux, et de l’enchevêtrement des sphères de la vie privée et de la vie publique, jusque dans la sphère intime des individus. Or, la digitalisation des signaux a joué un rôle décisif pendant cette période historique où les technologies de computation (informatique) ont convergé avec les technologies de transport (télécommunication) [Breton et Proulx, 2012].

Naissance de l’informatique : potentialités et limites du progrès technique

4La naissance de l’informatique pendant la seconde guerre mondiale a suscité un florilège de promesses et d’innovations sociétales. Effectivement, pendant trois décennies (1945-1975), cette invention technique s’est déployée en réussissant à s’immiscer profondément dans le tissu social, en partant du domaine militaire et en se diffusant dans les grandes organisations des secteurs de production industrielle, commerciale, financière, voire agricole. Tous les grands domaines de l’économie des sociétés occidentales ont été touchés directement par la pénétration de l’informatique. Cette invention technique a été contemporaine de l’émergence d’un nouveau secteur socioéconomique dit des « services » – identifié comme devenant progressivement le « quatrième secteur » de l’économie – et de l’apparition des figures de « l’économie de la connaissance » et de « l’économie de l’information ».

5Simultanément, surtout à partir des années 1960 – ce type de critiques de la technique existait déjà depuis des siècles, bien sûr –, prenant ses sources dans la philosophie, la sociologie, l’anthropologie ou dans les sciences de l’ingénieur, plusieurs penseurs ont proposé une critique des limites du progrès technique que symbolisait alors l’emprise progressive de l’informatique et des technologies de réseaux. C’est-à-dire que ces penseurs ont mis en évidence le fait que ces innovations n’avaient pas seulement de bons côtés, elles avaient en outre une face cachée, elles entraînaient des « effets pervers » : la technologie n’était pas simplement un prolongement des capacités physiques et cognitives de l’humain, elle pouvait en même temps devenir la source d’une dépendance de l’humain accroché à la technologie. Pensons notamment aux écrits de Jacques Ellul, Ivan Illich, Daniel Bell, Alain Touraine, Joseph Weizenbaum, Andrew Feenberg, André Gorz, Philippe Aigrain. Ces penseurs ont mis en relief la complexité et la duplicité des effets de la technologie dans le tissu organisationnel et cognitif des sociétés contemporaines.

6Vers les années 1973-1975, des hackers et visionnaires, ancrés pour certains dans une posture d’entrepreneurs à la recherche de nouveaux marchés lucratifs, inventent la micro-informatique. Cette innovation ouvre – à l’image de la période qui avait suivi immédiatement l’invention de l’informatique – un nouveau moment utopique s’appuyant sur les progrès de la technique : contre le pouvoir de l’establishment militaro-industriel, les promoteurs de la micro-informatique affirment pouvoir implanter le « Computer Power to the People » [Proulx, 1990]. On pense que le micro-ordinateur va pouvoir changer le monde, en particulier les déséquilibres de développement entre le Nord et le Sud [Servan-Schreiber, 1980]. La promesse associée au « progrès technique » devient celle de renverser les inégalités sociales ; on cherche à transférer l’utopie communautaire des contre-cultures vers le monde de la cyberculture (qui deviendra plus tard celui des « cultures numériques ») [Turner, 2006]. Des auteurs et activistes [Barbrook and Cameron, 1995] inventent la notion d’« idéologie californienne » pour décrire l’effervescence idéologique, encore marquée par les valeurs des contre-cultures mais enchevêtrée dans un désir sans bornes de richesse et de développement de nouveaux marchés, qui préside au contexte d’innovation et à l’esprit d’entreprise de la Silicon Valley.

L’invention d’internet : de la promesse d’une intensification démocratique à l’emprise de la logique de marché

7Au moment de son invention, peu d’observateurs pensaient que cette découverte de la micro-informatique pouvait constituer un moment décisif dans la séquence d’innovations sociales et économiques qui prolongeaient l’implantation de l’informatique. Pourtant, avec la diffusion du micro-ordinateur et la généralisation de l’usage d’un premier tableur visuel électronique (VisiCalc), le micro-ordinateur Apple II fait fureur dans les milieux financiers de Wall Street. À partir de 1982, nous assistons à la diffusion élargie de la micro-informatique qui, loin de s’implanter dans les seuls milieux domestiques et familiaux (première cible affirmée de cette nouvelle branche de l’industrie), pénètre bien davantage et de plus en plus significativement dans les bureaux (bureautique). La micro-informatique en viendra à amorcer un véritable bouleversement dans l’organisation du travail dans les bureaux des grandes administrations et des PME. L’invention de l’internet et sa diffusion vers un grand public (surtout à partir des années 1982-1985) ont fait que le micro-ordinateur est devenu petit à petit un média de communication à part entière (babillards électroniques, messagerie en ligne, communautés dites virtuelles).

8À partir de 1995, les entreprises commerciales et la logique de marché instillent progressivement une dynamique commerciale (et ultimement idéologique) de contrôle de l’univers numérique par l’industrie. Par cette entrée en scène du Réseau des réseaux dans l’univers du marché, l’internet devient une sphère sociale et politique où s’affrontent aujourd’hui deux grandes postures idéologiques [Aigrain, 2015].

9D’une part, l’idéologie libertaire des pionniers de l’internet persiste, encore marquée par les promesses initiales de cette invention, c’est-à-dire l’annonce d’une « société en réseaux » davantage démocratique et participative, faisant éclater les inégalités, les hiérarchies et la domination des plus forts. Les tenants de cette utopie apparaissent néanmoins aujourd’hui minoritaires au vu de l’instauration de plus en plus solide de la société de contrôle et de surveillance. Ils se retrouvent notamment autour des luttes pour maintenir la « neutralité de l’internet ». La frange la plus dynamique des porteurs contemporains de la promesse démocratique numérique, celle qui permet de garder un certain espoir malgré le rouleau compresseur de la logique de marchandisation, constitue le « mouvement des communs » qui lutte contre « l’idéologie propriétaire » [Coriat, 2015]. Il s’agit d’un groupe d’acteurs de terrain, d’intervenants, de scientifiques et d’intellectuels qui travaillent à implanter et expérimenter des espaces de ressources selon de nouveaux modes de gouvernance impliquant des droits et des obligations qui lient les participants à un commun partagé qui s’affirme comme distinct d’une propriété privée. Ce mouvement fait consensus autour de cette définition du commun :

[…] le commun est défini au carrefour de trois séries de considérations : la ressource elle-même objet du partage et donc du commun, la nature des droits et des obligations qui lient les participants au commun, et enfin le mode de gouvernance du commun qui permet aux participants au commun de faire respecter au cours du temps le système des droits et obligations qui le régit [ibid., 24].

10L’idéologie propriétaire s’affirme à travers l’imposition des droits de propriété intellectuelle sur la grande majorité des productions culturelles du web, l’imposition notamment de brevets sur les logiciels, sur les algorithmes mathématiques qui leur servent de support [ibid., 7] et sur différents codes informationnels, y compris des séquences du vivant. Les luttes idéologiques autour de la propriété intellectuelle des productions culturelles (y compris logicielles) deviennent l’expression des nouveaux mouvements sociaux de contestation du capitalisme informationnel et cognitif [Proulx, 2016].

11D’autre part, l’idéologie néolibérale des industriels et des marchands de l’économie numérique impose de plus en plus systématiquement, à partir d’une maîtrise des algorithmes et de contraintes sophistiquées verrouillant les interfaces, une organisation industrielle et commerciale des usages autour de la captation des traces laissées par les internautes au fil de leurs trajectoires sur le web. La captation, l’accumulation dans des banques relationnelles, la location et la vente de ces données (produites par la surveillance organisationnelle des pratiques en ligne des internautes) deviennent la matière première de la production de la valeur économique à l’ère numérique. Il s’agit ici de faire fonctionner, en contexte de numérisation et de mondialisation, les avantages du capitalisme informationnel et cognitif combinés aux intérêts du capitalisme financier, système qui caractérise la mutation contemporaine de l’économie.

12La sphère sociopolitique de l’internet clivée entre ces deux postures idéologiques suppose que des actions de politisation du domaine du numérique puissent être entreprises, actions que Philippe Aigrain [2015] juge nécessaires pour qu’une majorité de citoyens puisse retrouver une capacité sociétale à agir efficacement sur l’orientation du développement économique et social du secteur numérique dans le sens d’un développement humain durable et conséquent. La logique de monétisation des productions en ligne (user-generated content) – et surtout de marchandisation des « traces » (data) laissées par les internautes dans l’écosystème informationnel – devient le mécanisme dominant de production de la valeur économique en régime d’économie numérique.

L’instauration d’une société de contrôle et de surveillance

13Un constat s’impose : la promesse d’une « société de l’information », explicitée plus tard sous la figure d’une « société en réseaux » [Castells, 1998] essentiellement participative, moins hiérarchique, plus juste, où l’expertise et le pouvoir circulent librement en fonction des demandes de connaissance – promesse de démocratie cognitive portée, comme on l’a vu, par les pionniers de l’internet – se désintègre peu à peu. Cette promesse se transforme en l’instauration d’une « société de contrôle et de surveillance ».

14Dans le prolongement du travail de Michel Foucault [1975], Gilles Deleuze [1990] a présenté une typologie des sociétés du point de vue des pratiques de domination. D’abord, les sociétés souveraines où la domination s’exerce à partir de la loi. Ensuite, les sociétés de discipline où l’imposition du pouvoir passe par des techniques de l’enfermement (école, usine, caserne, asile, hôpital, prison). Foucault a, de manière particulière, mis ici en relief le dispositif panoptique (Jeremy Bentham) propre à l’architecture de certaines prisons où le surveillant peut voir le surveillé sans que celui-ci en soit certain. Des jeux de regards sont ainsi rendus possibles par l’architecture du lieu d’enfermement, le regard du dominant se posant sur et à l’insu du dominé. Au-delà du lieu pénitentiaire, des formes de résistance ont émergé pour s’opposer au dispositif panoptique ayant tendance à élargir ses lieux d’exercice, comme la grève, le sabotage ou la pratique de la « perruque » en usine (c’est-à-dire la fabrication sur les lieux mêmes de son travail et à l’insu des patrons d’un objet construit à partir de matériaux dérobés dans l’entreprise et sorti clandestinement hors de l’usine). Enfin, des sociétés de contrôle – concept approfondi par Deleuze [1990] – où la domination s’impose non plus par enfermement mais surtout par « contrôle continu » des activités. Ce contrôle quasi invisible s’appuie aujourd’hui largement sur le déploiement des technologies numériques qui assurent la géolocalisation, la captation et la capitalisation des traces laissées par les internautes sur le web. L’analyse de ces immenses corpus de traces (big data) a fait émerger de nouveaux paradigmes méthodologiques qui ébranlent les manières de faire traditionnelles en sciences humaines et sociales [Rogers, 2013 ; Boullier, 2015]. Du point de vue des systèmes de gouvernance fondés sur la gestion des données, des analystes avancent l’hypothèse de l’instauration d’une « gouvernementalité algorithmique » [Rouvroy et Berns, 2013].

15La multiplication et l’intensification des pratiques de communication instantanée (qui deviendront omniprésentes à l’ère numérique) entraînent petit à petit une intériorisation généralisée des injonctions au contrôle chez les individus. Dans les sociétés de contrôle se déploient conséquemment de nombreuses pratiques d’autosurveillance et d’autocontrôle. Pensons, par exemple, à la prolifération contemporaine – rendue possible par l’usage des smartphones, bracelets capteurs de suivis d’activités et montres numériques connectées – de pratiques de mesures de soi (quantified self). Pratiques qui concernent l’autosurveillance de sa santé (nombre de calories, nombre de pas, minutes de sommeil, niveau de pression artérielle), de ses activités sportives, de ses « mauvaises habitudes » (tabagisme, alcoolisme). Une manière récente, en quelque sorte, de poursuivre la promesse de l’internet d’acquérir toujours plus d’autonomie grâce aux technologies de l’information. Pour les initiateurs du mouvement américain du quantified self (Kevin Kelly et Gary Wolf), il s’agit de « gagner du contrôle sur soi-même » en pratiquant le self-tracking [Neff and Dawn, 2016]. À une autre échelle, les pratiques de surveillance organisationnelle et d’autosurveillance sur les lieux de travail posent aussi des questions pertinentes sur les transformations de ces pratiques dans les organisations modernes. Enfin, le modèle architectural de l’open space apparaît emblématique de l’implantation de la société de contrôle dans les bureaux de travail : les surveillés peuvent se voir entre eux (co-surveillance) et voir en même temps les surveillants (sousveillance) [Gnouros, 2011].

16La figure de la société de contrôle prend un relief particulier à l’ère numérique. Elle s’emboîte dans la figure de la société disciplinaire plutôt que de s’y opposer. L’économie numérique qui disperse aujourd’hui les forces de travail requiert de nouvelles modalités de surveillance et de contrôle « à l’air libre » [Deleuze, 1990, 241]. Nous nous retrouvons aujourd’hui devant une dialectique paradoxale entre, d’une part, l’exercice d’un contrôle hégémonique des individus et des communautés par de grands conglomérats des industries numériques et autres géants de l’internet qui régulent l’imagination et les prises de parole d’internautes consommateurs et, d’autre part, la subjectivité débridée de représentants (ou simples membres) de groupes minoritaires, souvent politiquement ou culturellement dominés, qui n’ont pas peur de prendre publiquement la parole. Or l’expression de ces singularités particulières, de ces subjectivités en ligne – qui ont le potentiel de résister au contrôle, voire de faire déraper le système – s’avère nécessaire pour assurer une diversité et un dynamisme dans les flux informationnels qui constituent la vie même de l’internet [Negri, 2006]. La subjectivité devient autant un îlot de résistance qu’un élément de manipulation, voire une source du contrôle [Leclercq-Vandelannoitte et Isaac, 2013].

17Les manières de résister à la société de contrôle et de surveillance numérique empruntent diverses formes à l’échelle individuelle ou collective : cryptage, piratage, brouillage, virus informatiques, initiatives créatrices de détournement de la parole, processus de subjectivation, pratiques hackers échappant au contrôle gouvernemental, etc. Elles peuvent aussi émerger à partir des pratiques de « sousveillance » (c’est-à-dire là où les surveillés surveillent les surveillants) évoquées plus tôt. C’est ici que surgit la figure du « lanceur d’alerte » qui dénonce publiquement une situation intolérable à ses yeux. Il choisit de rendre publiques des informations cachées à la majorité de la population. Il met « du sable dans l’engrenage » d’une entreprise de manipulation, plus ou moins importante. Selon l’envergure du système dénoncé et la nature de l’offensive, le lanceur d’alerte peut attaquer le pouvoir en place avec plus ou moins d’acuité.

18En 2013, Edward Snowden dévoile de manière précise et détaillée le fonctionnement d’un système sophistiqué de surveillance de masse à l’échelle planétaire [Greenwald, 2014]. La National Surveillance Agency (NSA) capte la totalité des échanges de courriels, des activités sur les réseaux sociaux, des conversations électroniques des populations et des personnels des divers gouvernements nationaux. Snowden nous révèle ainsi que les pires dystopies formulées jusque-là par les analystes les plus pessimistes de la face cachée de l’internet se trouvaient bien en deçà de la réalité de la surveillance planétaire par les services de renseignement du gouvernement américain, rendue possible par internet et les technologies numériques. La réalité du système de surveillance démasqué en 2013 dépasse largement la fiction d’Orwell. Non seulement les conversations et transactions électroniques font l’objet des captations des services secrets mais également l’ensemble des données et métadonnées captées par les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft). Bref, la surveillance commerciale et industrielle fait l’objet d’une méta-surveillance gouvernementale américaine par le biais de la NSA.

19Revenons un moment sur la métaphore panoptique mise en relief par Foucault [1975] pour décrire le système sophistiqué de surveillance imaginé par Bentham et ayant inspiré l’architecture pénitentiaire du XIXe siècle (le sujet est surveillé sans savoir s’il l’est vraiment). Avec la prégnance des technologies ubiquitaires contemporaines (smartphones connectés en permanence), cette métaphore panoptique est-elle encore pertinente ? Les individus connectés ne sont-ils pas devenus des sujets autonomes face à un Big Brother qui les surveillerait anonymement et à distance ? À travers le dispositif de sousveillance, mentionné précédemment, les internautes ne sont-ils pas devenus eux-mêmes des surveillants, dont les lanceurs d’alerte seraient les activistes extrêmes ? Mais, en même temps, les technologies numériques sont dynamiques et évolutives. Elles deviennent invisibles et agissent à l’insu des citoyens. Avec la prégnance des capteurs et autres objets connectés, les systèmes anonymes et invisibles de captation permanente des traces laissées par les trajectoires des internautes sur le web ne sont-ils pas une nouvelle forme panoptique de surveillance, à savoir le data panopticon ? Ce système panoptique capte les traces des internautes à leur insu et traite ces flux informationnels au moyen d’algorithmes sophistiqués [Sadin, 2015]. Les internautes ne peuvent pas savoir a priori qu’ils sont surveillés à ce point.

20Ce constat pose un défi de taille aux intervenants en éducation critique des jeunes citoyens au monde numérique. Et, notamment, quelle place devons-nous réserver à l’apprentissage du code informatique dans les stratégies d’éducation critique au monde numérique ? Une maîtrise relative du code informatique pourrait-elle aider les citoyens à retrouver du pouvoir et de la liberté dans un écosystème informationnel surchargé et contrôlé par les entreprises géantes de l’internet (GAFAM) ? Ou, encore là, n’est-ce qu’une illusion ?

L’invisibilité des techniques de captation suppose de reconsidérer la problématique de l’appropriation sociale des technologies

21Comment se transforme la problématique de l’appropriation individuelle et sociale des technologies à l’ère des technologies invisibles ? Au temps de l’internet des objets, des big data et du renouveau fulgurant des paradigmes en intelligence artificielle (robotique de nouvelle génération, machine learning), l’invisibilité des techniques de captation des traces enlève une prise effective et concrète à ceux et celles qui voudraient s’en émanciper. Il devient difficile de maîtriser des techniques qui forment un univers invisible. Le modèle de l’appropriation que j’avais développé depuis la fin des années 1970 supposait un certain nombre de conditions concrètes à mobiliser (accessibilité, maîtrise technique et cognitive, intégration dans la vie quotidienne, partage des connaissances acquises avec les membres des communautés concernées, distanciation critique) pour qu’une appropriation effective se réalise [Proulx, 2002]. Or, l’application de cette liste de conditions – à travers un processus d’évaluation de situations ou d’expérimentations sociales spécifiques, par exemple – devient ardue. Le modèle semble basculer. Il appelle à une reconfiguration en profondeur. Peut-on encore penser la problématique de l’appropriation de cette manière relativement traditionnelle ? Ne faudrait-il pas plutôt l’articuler de manière beaucoup plus étroite avec les traditions d’études et d’interventions liées à l’éducation critique aux médias et au monde numérique ?

22Il devient nécessaire de renouer avec la finalité initiale des travaux sociologiques sur l’appropriation sociale des technologies. Cette finalité était d’abord critique. Il s’agissait de contrer et de résister à l’emprise des technologies que certains penseurs visionnaires envisageaient. Résister à cette emprise en s’emparant des outils et des dispositifs de manière à pouvoir orienter le développement technique en cohérence avec des stratégies alternatives à celles de l’establishment, et pour l’élimination des inégalités et l’accroissement de la justice sociale.

23Que ce soit dans les domaines du travail, de la consommation, de la communication dans les réseaux sociaux ou des transactions numériques entre citoyens et organisations privées ou étatiques, nous nous retrouvons enchevêtrés dans des systèmes d’information où des machines automatiques communiquent entre elles à propos de nos données personnelles et les traitent à notre insu. Ces machines compilent et accumulent des données sur différents groupes de consommateurs de manière à construire des profils de consommation et des stratégies publicitaires précisément ciblées qui s’avèrent d’autant plus efficaces. Comment pouvons-nous rester autonomes dans un tel environnement contraint ?

Comment résister à l’emprise de la société de contrôle ?

24Tout d’abord, il est nécessaire de prendre une distance critique vis-à-vis de cette injonction du « tout au numérique » dans laquelle nous sommes immergés. Cette obligation à passer au numérique s’exprime par exemple par le fait que de nombreux services gouvernementaux, y compris fiscaux ou de recherche d’emploi, exigent que le citoyen transite par une interface numérique pour les rejoindre. Idem pour un grand nombre d’entreprises privées qui ont pris l’habitude de mettre sur leurs sites en ligne ou sur Facebook des informations importantes les concernant. Prendre une distance vis-à-vis de ce « tout au numérique » signifie que pourra se mettre en place un nécessaire processus de subjectivation. C’est-à-dire que nous pourrons dans ces conditions prendre une véritable posture de sujet vis-à-vis cette situation, que nous pourrons nous mettre en position de contrôle personnel relatif dans un environnement informationnel qui nous submerge. Sans nécessairement revenir à une posture « luddite » de refus de la machine, nous pourrons être ainsi en mesure de pouvoir dire non à cette injonction de participation au monde numérique lorsque l’on considère que c’en est trop [Proulx, 2017b]. Il apparaît nécessaire de pouvoir se déconnecter (partiellement ou totalement) si l’envie nous en prend [Jauréguiberry, 2014]. Une manière d’affirmer notre liberté.

25Des brèches s’ouvrent aussi du côté du mouvement des communs. Comme nous le signalions précédemment, c’est l’émergence de ces pratiques qui permet de garder quand même un espoir d’émancipation et de démocratisation associées au monde des réseaux et des pratiques de production pair à pair [Bauwens, 2015 ; Coriat, 2015]. Je pense en particulier aux communs de la connaissance dont Wikipédia est emblématique. Je pense aussi à une organisation en France avec laquelle notre équipe de recherche a réalisé plusieurs travaux ethnographiques depuis près de dix ans. Il s’agit du groupe Tela Botanica : une organisation qui opère exclusivement en ligne, et qui produit et diffuse de nouvelles connaissances en botanique par la mise en réseau des travaux et observations de novices, d’amateurs et de professionnels en botanique qui communiquent entre eux via la plateforme de l’association [Proulx, 2017a]. Cette association est un exemple de mise en place et d’expérimentation d’un commun informationnel, en l’occurrence la coproduction d’un ensemble de connaissances communes en botanique. Ce groupe contribue à faire voler en éclats les anciennes manières de penser la question de la production de la connaissance scientifique réservée jusqu’ici aux scientifiques reconnus. Ce genre d’expérimentations cognitives via les réseaux socionumériques ouvre vers de nouvelles conceptions d’une science participative qui permet au plus grand nombre de s’engager activement dans des démarches naturalistes et scientifiques.

26Nous pourrions soutenir que l’existence de Tela Botanica en tant que communauté épistémique productrice d’un commun informationnel représente une alternative à la logique de la société de contrôle. Cette association botaniste participe en effet à la promotion vécue de valeurs de création, de liberté et de participation qui s’opposent aux valeurs de contrôle et de surveillance. Nous voilà revenus à la question problématique des conséquences de l’injonction bottom-up à la participation au monde numérique. L’invitation à la participation numérique étant simultanément top-down (injonction émise par les GAFAM) et bottom-up (invitation formulée par les mouvements qui appellent à participer alternativement au monde numérique). Dans l’univers du mouvement des communs, toutefois, je dirai qu’il ne s’agit pas d’une simple illusion de participation. Et pour ce qui concerne le cas particulier de Tela Botanica, ces pratiques conjointes d’amateurs et de professionnels en botanique contribuent à faire se transformer les cadres sociaux de l’expertise scientifique à l’ère d’internet et à susciter l’émergence d’une science participative.

27Enfin, des alternatives sont ouvertes du côté de certaines pratiques hackers. Il appert que ce sont des individus, groupes et collectifs se reconnaissant dans la culture hacker qui offrent aujourd’hui les perspectives et les expérimentations les plus intéressantes proposant une résistance significative à l’emprise de la société de contrôle. L’une des brèches spectaculaires a été le fait de WikiLeaks. Cette organisation a instauré la pratique de la fuite d’informations et de la fuite de données (leaks) comme manière de contester l’opacité des systèmes de gouvernement. Ces pratiques ont contribué à définir un nouveau type de journalisme (data journalism) qui instaure la transparence comme valeur démocratique. Toutefois, Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, ayant pris parti pour Donald Trump lors de la campagne présidentielle américaine de 2016, en collaboration semble-t-il avec les services secrets russes, le groupe WikiLeaks a beaucoup perdu en crédibilité dans les sociétés occidentales depuis 2016. Le groupe Anonymous a aussi réalisé plusieurs actions spectaculaires, comme celle d’aider les activistes du Printemps arabe en Tunisie en 2011.

28Les fuites les plus névralgiques d’un point de vue stratégique et géopolitique ont été le fait d’Edward Snowden en 2013. Ces révélations ont dévoilé non seulement le degré de cynisme abyssal atteint par le pouvoir politique aujourd’hui, mais par la même occasion ces révélations mettent à jour le fait qu’internet est devenu un immense système de surveillance globale que même Orwell n’aurait pu imaginer. On peut dire qu’il y a une perception d’internet avant et après Snowden. La promesse démocratique d’internet est bien morte et enterrée avec ces révélations. Difficile d’être encore optimistes après ce geste de dévoilement. Toutefois, ce que mettent en relief les révélations de ce lanceur d’alerte, c’est que ce sont les compétences hackers qui deviennent décisives dans les actions de résistance à l’emprise de la société de contrôle. Certaines de ces actions peuvent agir au plus haut niveau des hiérarchies militaires et des services de renseignement des quelques pays qui sont maîtres du monde, atteignant ainsi les géants étatiques de la surveillance numérique en leur cœur même.

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search