Version classiqueVersion mobile

Éducation critique aux médias et à l’information en contexte numérique

 | 
Sophie Jehel
, 
Alexandra Saemmer

Partie 1. Éduquer à l’information, décoder les infomédiaires

Chapitre 1. Fake news, complotisme, désinformation : quels enjeux pour l’éducation aux médias ?

Romain Badouard

Texte intégral

1La propagation des fausses informations sur internet a été l’objet de nombreuses controverses ces dernières années. Accusées d’avoir influencé les comportements des électeurs lors des référendums sur le Brexit au Royaume-Uni ou lors de la présidentielle américaine de 2016, elles ont suscité craintes et indignations, au point d’être érigées en véritable menace pour le débat démocratique.

2Les recherches en sciences sociales quant à elles tendent à tempérer ce qu’elles perçoivent parfois comme une nouvelle forme de panique morale [Cardon, 2019]. D’une part, les enquêtes de terrain ont tendance à montrer que le recours à la diffusion de « fausses informations » sur les réseaux sociaux, dans le cadre d’opérations de propagande électorale, ne produit pas d’effets tangibles sur l’opinion des électeurs [Broockman and Green, 2014]. D’autre part, la réponse de certains États, qui vise à développer de nouveaux mécanismes de censure en ligne pour contrer les fake news, ne paraît pas adaptée à ces nouveaux phénomènes de désinformation. Ceux-ci sont en effet étroitement liés aux modèles économiques des réseaux sociaux et au marché de la publicité en ligne, et nécessitent à ce titre des réponses davantage structurelles visant à responsabiliser les régies publicitaires qui assurent la promotion de ces « fausses informations » [Badouard, 2018].

3À une échelle micro-sociologique, l’étude des usages des fausses informations et des théories complotistes sur les réseaux sociaux nous montre que ceux-ci s’inscrivent dans des pratiques de communication précises. Malgré la diversité des profils des internautes qui partagent ce type de contenus, la plupart entretiennent une défiance très importante à l’égard des médias traditionnels : dans ce contexte, la consommation de sources « alternatives » relève d’une posture politique de rejet des institutions médiatiques [Le Caroff et Foulot, 2019]. De la même façon, le partage de fake news peut s’apparenter à des prises de parole publiques, qui contiennent un discours politique et s’inscrivent dans des dynamiques de politisation. Même si celles-ci ne sont pas crues « dur comme fer » par celles et ceux qui les partagent, elles incarnent une vision du monde et de la société à laquelle ces internautes adhèrent. Cette forme alternative de prise de parole serait particulièrement prisée des catégories de population qui se sentent exclues de l’espace médiatique, en leur permettant d’intervenir dans le débat public [Taïeb, 2010].

4Pour le dire autrement, le phénomène des fausses informations constitue aujourd’hui un nouvel indicateur d’un phénomène plus ancien, celui de la crise de confiance politique dans les démocraties occidentales, prenant la forme d’un rejet des élites politiques, intellectuelles et médiatiques par une partie toujours plus importante de la population. Répondre efficacement à la désinformation en ligne nécessite dans ce contexte un travail de long terme, dans lequel l’éducation aux médias a un rôle essentiel à jouer.

5Aujourd’hui, l’éducation aux médias et à l’information (ÉMI) à l’école vise d’abord à contrer la désinformation par l’enseignement des « bonnes pratiques » en matière de recherche sur internet : savoir identifier une source, évaluer la pertinence d’un contenu, distinguer les différents styles journalistiques et les pratiques professionnelles afférentes, etc. L’approche qui gouverne ces enseignements est avant tout procédurale : il s’agit d’apprendre aux enfants, étape par étape, à se saisir d’outils et à questionner la pertinence des documents qu’ils consultent. Si cette approche est à la fois pertinente et nécessaire, les phénomènes de désinformation que nous connaissons aujourd’hui nécessitent l’apprentissage de nouvelles connaissances et l’acquisition de nouvelles compétences. Pour le public du secondaire par exemple, particulièrement touché par la propagation des théories complotistes en ligne, la compréhension et la critique de la désinformation sur internet passent par l’acquisition de trois types de compétences : des compétences économiques, pour décrypter le marché de l’information en ligne et le rôle de la publicité dans les nouvelles formes de promotion des contenus ; des compétences sociotechniques, pour comprendre le fonctionnement des ressources techniques qui organisent ce marché de l’information et la manière dont ce fonctionnement conforte certains biais sociologiques ou psychologiques chez les internautes ; des compétences épistémologiques, c’est-à-dire une véritable éducation au débat qui passe par la compréhension des différentes manières de produire des connaissances, afin de pouvoir évaluer correctement la « valeur » d’une information.

Décrypter le marché de l’information en ligne

6Si la propagation des fake news a pu être érigée en véritable problème public, c’est que celle-ci se déroule dans un contexte d’évolution radicale du marché de l’information sur internet. Jusqu’au milieu des années 2010 en effet, la première source de trafic vers les sites de presse en ligne sont les moteurs de recherche. Autrement dit, les contenus que les internautes consultent pour s’informer sont liés aux termes employés dans leurs requêtes ainsi qu’aux critères à partir desquels les algorithmes des moteurs trient et hiérarchisent les contenus. À partir de 2015 aux États-Unis, les réseaux sociaux, et Facebook en premier lieu, passent devant les moteurs de recherche en tant qu’origine principale des visites sur les sites de presse en ligne. Cette évolution est confirmée en 2017 par le Digital News Report du Reuters Institute, qui étudie le marché de l’information en ligne dans 36 pays différents. Selon ce rapport, les réseaux sociaux seraient même devenus la principale source d’information des 18-24 ans, tous pays confondus.

7Or, le fait de s’informer sur un réseau social ou via un moteur de recherche présente des différences significatives. Sur les réseaux sociaux, toutes les sources sont présentées « au même niveau », c’est-à-dire qu’elles disposent des mêmes possibilités de publication et de mise en circulation de contenus (même si, en fonction du nombre de personnes qui les suivent, et donc de leur notoriété, leur « force de frappe » varie considérablement). Sur un moteur de recherche comme Google Actualités par exemple, il existe à l’inverse un certain nombre de critères pour qu’un site puisse prétendre à un référencement de ses contenus (même si ceux-ci restent relativement ouverts). Sur un réseau social par ailleurs, les posts apparaissent tous sous un aspect similaire à l’écran, quelle que soit la source, ne permettant pas à un internaute non aguerri de les distinguer les uns des autres.

8Ensuite, la manière dont l’information est trouvée par l’usager varie considérablement d’une plateforme à l’autre : sur Google Actualités, elle découle d’une posture active de recherche de la part des internautes, alors qu’elle relève d’une recommandation passive sur Facebook. Sur ce réseau social, les informations viennent à nous, dans la mesure où les contenus qui s’affichent sur notre page d’accueil sont ceux qui ont été postés par nos contacts.

9Troisième différence déterminante : le tri et la hiérarchisation des informations sur un service comme Google Actualités dépendent de critères indépendants de leur auteur, comme la notoriété du site (évaluée par le nombre de liens hypertextes qui pointent vers ce site sur le web), la fraîcheur des pages, le taux de clic, etc. Sur Facebook en revanche, il est possible de payer pour « sponsoriser » un post et ainsi toucher une audience plus large.

  • 1 “98 Personal Data Points that Facebook Uses to Target Ads to You”, The Washington Post, August 19, (...)

10Le marketing ciblé proposé par une plateforme comme Facebook permet par ailleurs de toucher un public en fonction de son âge, de son lieu de résidence ou encore de ses goûts culturels. D’après une enquête du Washington Post1, l’entreprise américaine disposerait ainsi de 98 critères de ciblage pour chacun de ses utilisateurs, permettant aux annonceurs de communiquer au plus près de leurs clients potentiels. Dans le cadre de la présidentielle américaine de 2016, c’est justement ces possibilités de ciblage qui ont été mises en cause dans ce que les journaux ont appelé « l’enquête russe » : des services proches du Kremlin auraient financé des posts pour cibler des internautes indécis aux États-Unis et les auraient exposés à des contenus pro-Trump. En octobre 2017, Facebook a ainsi été obligé d’admettre que près de 80 000 contenus ont été financés sur sa plateforme par l’Internet Research Agency, une agence de communication proche du pouvoir russe, pour être proposés à 29 millions de personnes entre janvier 2015 et août 2017 [Benkler et al., 2018]. Par le biais des partages, ces contenus auraient réussi à atteindre un public de 126 millions d’utilisateurs de Facebook.

  • 2 “How Teens in the Balkans Are Duping Trump Supporters With Fake News”, Buzzfeed, November 4, 2016.

11Une autre utilisation du modèle économique des plateformes de réseau social à des fins de désinformation est d’y avoir recours en tant que courroies de transmission. Des internautes vont ainsi mettre en ligne des sites de fausses nouvelles sur lesquels ils hébergent de la publicité, puis vont diffuser sur Facebook des liens vers les articles en question afin de faire venir des internautes et les exposer aux contenus publicitaires. Ce modèle n’est pas spécialement propre aux producteurs de fake news, puisqu’il constitue également l’un des principaux modèles économiques de la presse en ligne ; mais les fausses informations y étant particulièrement plébiscitées, certains acteurs vont être capables de faire venir en masse des internautes sur leurs sites afin de générer des revenus publicitaires conséquents. Des journalistes du site Buzzfeed avaient ainsi rendu compte de la manière dont des adolescents en Macédoine avaient touché jusqu’à 5 000 dollars par mois en diffusant des fake news pro-Trump sur le Facebook américain lors de la campagne présidentielle américaine2.

12Les fake news constituent ainsi des produits informationnels particulièrement compétitifs sur le marché de l’information des réseaux sociaux. Parce qu’elles génèrent de l’« engagement », c’est-à-dire qu’elles suscitent des clics, des partages et des commentaires, elles contribuent à la croissance économique des plateformes. C’est d’ailleurs pour cette raison que ces dernières ont été suspectées dans un premier temps d’entretenir la propagation des fausses nouvelles. Que ces accusations soient fondées ou non, il paraît assez clair que l’augmentation conséquente des fausses nouvelles en ligne est directement liée au modèle économique des plateformes de réseaux sociaux. Le marketing ciblé d’un côté, et le fonctionnement des régies publicitaires de l’autre, jouent un rôle essentiel dans la circulation et la visibilité des contenus d’actualité. Il est donc important, dans une logique d’éducation aux médias, que ces spécificités soient enseignées.

Comprendre les infrastructures informationnelles

13Décrypter les enjeux des nouvelles formes de désinformation nécessite également de se décentrer des contenus informationnels eux-mêmes, pour observer leur circulation en s’intéressant aux infrastructures techniques qui la rendent possible. Dans le cadre des controverses sur les fake news par exemple, l’algorithme de Facebook, le EdgeRank, joue un rôle déterminant dans le phénomène des « bulles informationnelles » qui favorise la propagation de ces fausses nouvelles. Sur Facebook, les informations qui apparaissent sur notre fil d’actualité font en effet l’objet d’un filtrage : parmi l’ensemble des publications de nos contacts, seul 20 % y sont visibles. Ce filtrage est opéré par le EdgeRank à partir de notre proximité avec les autres utilisateurs du réseau social : plus nous interagissons avec un contact (c’est-à-dire plus nous aimons, plus nous commentons et plus nous partageons les contenus qu’il ou elle publie), et plus l’algorithme nous considère proche de ce contact. Ses prochaines publications seront ainsi davantage visibles dans notre fil d’actualité.

14Si cette logique est pertinente pour une plateforme de réseau social (donner à voir aux utilisateurs les contenus publiés par les gens dont ils sont proches), le problème des « bulles informationnelles » émerge à partir du moment où, comme nous l’avons dit plus haut, Facebook est utilisé comme source d’information. Dans ce contexte, les contenus d’actualité que nous consommons sont ceux qui sont portés à notre connaissance par nos contacts dont nous sommes les plus proches. Or, sociologiquement parlant, ces contacts sont ceux qui sont les plus susceptibles de partager nos opinions. Se produit alors possiblement une forme d’enfermement idéologique, où les informations que nous consultons ne font que nous conforter dans nos positions, alors même que pour que le débat public fonctionne correctement en démocratie, il est nécessaire qu’en tant que citoyen, nous soyons exposés à des arguments contradictoires. C’est cette nouvelle forme d’enfermement idéologique qui avait été dénoncée à grand renfort d’éditoriaux lors de la campagne sur le Brexit au Royaume-Uni, et la campagne présidentielle de 2016 aux États-Unis.

15Pourtant, cet enfermement n’est pas uniquement lié aux réseaux sociaux. Le web lui-même a pu être accusé de produire des bulles informationnelles, puisque les sites qui partagent les mêmes orientations ont tendance à se lier entre eux, condamnant ainsi les internautes qui naviguent de liens en liens à être toujours exposés aux mêmes points de vue [Flichy, 2008]. De la même façon, la personnalisation des résultats aux requêtes effectuées sur les moteurs de recherche produit un enfermement idéologique, puisque cette personnalisation dépend de nos recherches passées : les sites que nous consultons aujourd’hui sont ceux qui sont proches de ceux que nous avons consultés hier, et qui potentiellement défendent les mêmes positions [Sire, 2015]. On pourrait ajouter à ces deux exemples l’existence de bulles informationnelles hors ligne : nous vivons tous, dans notre quotidien, dans des bulles idéologiques plus ou moins hermétiques, et les médias que nous consommons en disent long sur nos orientations politiques. Pour autant, les algorithmes des moteurs de recherche et des réseaux sociaux engendrent une forme d’automatisation et de personnalisation de cet enfermement idéologique, accentuant en ligne un phénomène bien connu des sociologues et des chercheurs en communication.

16Si le « dé-scryptage » [Akrich, 1987] des infrastructures et des ressources technologiques doit intégrer l’éducation aux médias, c’est donc parce que celles-ci sont indissociables de phénomènes psychologiques et sociaux qui jouent un rôle essentiel dans les formes de désinformation que nous connaissons aujourd’hui. Certains travaux sur le complotisme ont ainsi montré comment l’organisation du marché de l’information en ligne via ces ressources techniques favorisait des formes de « crédulité collective » [Bronner, 2013]. Des biais cognitifs comme l’attention sélective (qui fait que nous retenons davantage les informations qui renforcent nos opinions), l’effet « Fort » (la prolifération de sources documentaires défendant la même vision d’un problème tend à nous convaincre de sa légitimité), ou encore le biais de confirmation (qui veut que nous cherchions inconsciemment à confirmer nos orientations plutôt qu’à les infirmer), se trouvent confortés par les algorithmes des moteurs de recherche et des réseaux sociaux.

17Enfin, les enjeux économiques évoqués précédemment sont directement liés aux enjeux sociotechniques que nous venons de présenter. Si les algorithmes favorisent l’expression de nos biais cognitifs, ce n’est pas un hasard : l’enjeu pour ceux qui les développent est justement de jouer sur ces biais, afin de nous faire passer le plus de temps possible à utiliser leurs services. Plus nous passons de temps sur Facebook, plus nous effectuons de recherches sur Google, et plus ces deux entreprises génèrent des revenus publicitaires. Le moyen le plus efficace de nous « prendre du temps » est alors de nous proposer les contenus que nous aimons, ceux que nous avons aimés hier ou ceux que nos proches nous recommandent. Cette logique est au cœur même du modèle économique dit « de l’attention » [Citton, 2014], qui s’incarne notamment au travers d’applications qui incitent à la réactivité des internautes, tout en permettant de la mesurer, de la quantifier et de la monétiser [Allard et al., 2017 ; Alloing et Pierre, 2017]. Une lutte efficace contre la désinformation doit ainsi passer par la régulation du design des plateformes, afin de ralentir les flux d’informations et de redonner du pouvoir aux internautes dans leur manière d’interagir avec des contenus [Boullier, 2019].

Apprendre à débattre

  • 3 Le terme de « régime de véridiction » est utilisé par l’anthropologue Bruno Latour dans son ouvrag (...)

18Internet n’a pas rendu les citoyens plus naïfs, plus agressifs, ni plus sensibles aux émotions qu’à la raison. En ouvrant le débat public à une grande diversité de prises de parole, internet a libéré les subjectivités [Cardon, 2010] et rendu visibles les différentes « manières de voir » qui coexistent au sein de la société. Le débat public en ligne fonctionne ainsi comme un révélateur des systèmes de valeur et des « régimes de véridiction »3 qui se confrontent sur les grands sujets de société. Si des dissonances ont toujours existé, elles sont dans le débat médiatique traditionnel gommées par un principe de majorité, qui veut que l’opinion du plus grand nombre constitue un mètre étalon à partir duquel est évaluée la pertinence des points de vue minoritaires. Dans la culture de débat que porte internet, les différents « modes d’existence » [Latour, 2012] ont tous droit de cité.

19Un bon exemple de la confrontation de ces manières de voir nous est donné par le chercheur Guillaume Carbou [2015]. Dans ses travaux, il s’est intéressé aux sections « commentaires » des sites de presse pendant les jours qui ont suivi l’explosion du réacteur de la centrale nucléaire de Fukushima. Selon lui, dans ce contexte précis, les individus qui débattent de l’événement cherchent moins à se faire entendre de leurs interlocuteurs qu’à défendre une certaine vision du monde. Dans le cas de Fukushima, Carbou distingue ainsi sept profils d’internautes aux valeurs et aux intentions diverses que l’on devine à travers leurs prises de parole : le décroissant, le militant, le mystique, le scientifique, le bigot, le normalien et le manager.

20Le décroissant arbore une fibre écologique, et son argumentation s’ancre dans l’idée de la finitude des ressources naturelles. Il prône un mode de vie sobre, et son objectif est d’entraîner des changements de comportement individuel chez ses interlocuteurs. Le militant déploie, quant à lui, une stratégie de dénonciation (de scandales, de problèmes, d’opposants). Il épouse une représentation du monde binaire (« nous contre eux ») et adopte volontiers un discours suspicieux à l’égard de ses adversaires. Son but est de discréditer « l’ennemi ». Le mystique défend une vision enchantée du monde qui s’exprime généralement par un ton lyrique et exalté. Il adopte, par ailleurs, une attitude critique vis-à-vis de la science et du rationalisme. Le scientifique soutient à l’inverse une parole technique et descriptive afin de contrecarrer les prises de parole qu’il juge irrationnelles. Le bigot expose de la compassion et du recueillement à travers des témoignages de soutien aux victimes. Il aime rappeler ses interlocuteurs à des principes humanistes ou religieux. Le normalien, lui, justifie le monde tel qu’il est. Son objectif est de limiter ce qui peut être débattu ou non (« c’est comme ça ») et il manipule le registre de l’évidence (« je vous rappelle que »). Le manager, enfin, est marqué par la rationalité économique. Son argumentation révèle des logiques calculatoires, et son but est de promouvoir le bien-fondé de l’idée de progrès.

21Entre ces différents profils d’internautes qui épousent des manières de voir différentes et déploient des grilles de perception et des modes d’interprétation variés de l’accident de Fukushima et de ses enjeux, la compréhension est improbable. Ce qui fera sens, ce qui pourra être considéré comme « juste » ou « souhaitable », et les critères à partir desquels pourront être évalués les arguments opposés changeront radicalement entre la figure du manager, celle du scientifique, du militant ou du décroissant.

22Si la culture politique propre à internet consacre l’idée que toutes les paroles méritent d’être entendues, ce pluralisme radical ne doit pas pour autant être interprété comme la consécration d’une conception relativiste du social, où tout vaudrait tout. Si chacun dispose de son propre système de valeurs et de sa propre grille d’interprétation d’un événement, il n’en demeure pas moins que les critères à partir desquels nous distinguons le « vrai » du « faux » peuvent être confrontés. Dans le cas des fake news par exemple, la qualité d’une information peut être évaluée non pas en fonction de ce qu’elle dit, mais en fonction de la manière dont elle a été produite. Respecte-t-elle les principes de base du journalisme que sont le recoupement des sources, l’apport de preuves à la démonstration ou encore la séparation des faits et des commentaires ? Si un individu qui partage une fausse nouvelle peut être pris au sérieux pour le message qu’il essaie de faire passer à travers elle, sa parole n’aura pas le même poids dans le débat qu’un argument qui s’appuie sur des données croisées et vérifiées.

  • 4 Voir à ce sujet le compte rendu qu’en a fait Hubert Guillaud, 2018.

23Au-delà de l’ÉMI, une éducation au débat pourrait justement se fonder sur l’apprentissage des différentes formes d’épistémologie, c’est-à-dire des manières dont nous parvenons à produire des connaissances, afin de ne pas les confondre. La chercheuse danah boyd a récemment plaidé en ce sens lors de l’édition 2018 de la conférence South by Southwest4. Selon elle, l’important est moins de s’interroger sur les convictions des internautes que sur la manière dont ils parviennent à ces convictions en posant une question simple : pourquoi des individus interprètent-ils si différemment un même contenu ? À partir de quels critères jugent-ils de la pertinence de ces informations ? Ces critères peuvent-ils être comparés, voire hiérarchisés ?

24Les approches pédagogiques par les controverses [Méadel, 2015 ; Badouard, 2015] peuvent nous être utiles dans ce contexte. Parce qu’elles incitent les élèves à comprendre, sans les juger, les manières de voir qui s’opposent sur un même sujet de société, parce qu’à travers des simulations de débats, elles invitent à se mettre « dans la peau » de l’autre et à épouser sa manière de penser, elles nous révèlent les démarches intellectuelles qui forgent les convictions et nous permettent de porter sur elles un regard à la fois compréhensif et critique. En ce sens, elles se montrent respectueuses du principe essentiel d’un débat pluraliste et ouvert, qui consiste à offrir à un interlocuteur la possibilité de nous contredire en lui exposant le raisonnement que nous avons suivi pour forger nos convictions. Pour reprendre les mots de danah boyd, ce n’est pas l’affirmation de l’autorité d’une épistémologie sur les autres qui réglera les problèmes de fond auxquels nous nous trouvons confrontés avec ces nouvelles formes de désinformation en ligne. Le défi qui nous attend pour les années à venir consistera à l’inverse à construire des espaces d’échange communs, qui respectent l’égalité de tous les citoyens à faire entendre leur voix, tout en permettant de faire entrer en discussion des individus et des groupes qui épousent des manières de voir très différentes. L’ÉMI a un rôle essentiel à jouer pour relever ce défi.

Notes

1 “98 Personal Data Points that Facebook Uses to Target Ads to You”, The Washington Post, August 19, 2016.

2 “How Teens in the Balkans Are Duping Trump Supporters With Fake News”, Buzzfeed, November 4, 2016.

3 Le terme de « régime de véridiction » est utilisé par l’anthropologue Bruno Latour dans son ouvrage Enquête sur les modes d’existence pour désigner les grilles de lecture et les critères d’évaluation à partir desquels nous jugeons de la véracité d’une information.

4 Voir à ce sujet le compte rendu qu’en a fait Hubert Guillaud, 2018.

Auteur

Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Institut français de presse, université Paris II Panthéon-Assas ; chercheur au Centre d’analyse et de recherche interdisciplinaires sur les médias (CARISM)

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search