Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'édition indépendante critique

 | 
Sophie Noël

Partie I. Comment peut-on être un éditeur critique indépendant ?

Chapitre 4. Les éditeurs critiques et la presse écrite

Texte intégral

  • 1 Une version antérieure de ce chapitre a été publiée dans la revue Communication & langages, « Les (...)
  • 2 La seule analyse chiffrée, à notre connaissance, de la place accordée par les médias à la producti (...)

1La dernière étape du processus éditorial est l’évaluation des titres publiés par les critiques, principalement par le biais de recensions dans la presse écrite1. Cette forme de reconnaissance du travail d’une maison d’édition, qui agit comme un filtre entre ses ouvrages et leur lectorat potentiel, constitue un indicateur complémentaire de positionnement dans le champ éditorial. Mais sur ce plan comme sur celui de la sélection des auteurs, les éditeurs critiques se trouvent confrontés à la concurrence sévère des maisons d’édition généralistes, dont la production tend à occuper le peu de place accordée par les principaux titres de la presse nationale à l’édition de sciences humaines au sens large2. Se considérant comme trop souvent ignorés par les médias, les éditeurs critiques pointent leurs pratiques de « copinage » et de soumission aux verdicts du marché, et dénoncent la censure des ouvrages au contenu politique. Éric Hazan affirme ainsi :

« Les livres qui dérangent, les livres qui ne sont pas dans le courant principal, sont absents. Ils ne sont même pas critiqués négativement, ce qui serait déjà une façon de reconnaître leur existence. »3

2Afin d’évaluer le rapport de force entre les éditeurs critiques et les médias et d’estimer leur degré d’autonomie par rapport aux critères d’évaluation mis en œuvre par ces derniers, une recherche quantitative a été réalisée à partir de plusieurs titres de presse sur la période 2005-2006 : trois quotidiens nationaux (Le Figaro, Libération, Le Monde) ainsi qu’un mensuel (Le Monde diplomatique) et un hebdomadaire (Le Nouvel Observateur) (voir Annexe 2 pour la méthodologie). Force est de constater, à l’issue de cette analyse, l’existence d’une corrélation entre l’absence totale de reconnaissance médiatique et le caractère à la fois peu professionnel et fortement politique d’une maison d’édition. Le cumul de ces deux propriétés semble en effet rédhibitoire par rapport à la presse écrite généraliste, qui ne s’intéresse pas – c’est le moins que l’on puisse dire – à l’édition marginale à tonalité contestataire, sans doute perçue comme relevant d’autres circuits de consécration. Si les éditeurs donnant des gages de professionnalisme ne bénéficient pas d’une attention à la hauteur de leur production, ils ne sont en revanche pas totalement exclus des circuits médiatiques, et ce quel que soit leur degré de politisation.

UNE RELATION AMBIGUË

3L’analyse des relations qu’entretiennent les petits éditeurs critiques avec le champ journalistique permet d’évaluer le degré d’insertion ou de marginalité de ces derniers par rapport à cet espace public spécifique. Ce critère est pourtant ambivalent dans la mesure où la reconnaissance journalistique est une source de légitimation à double tranchant pour la plupart d’entre eux : associée au pôle de la grande production, et à ce titre peu estimée, elle contient en même temps la potentialité d’une visibilité accrue – et donc d’une forme de reconnaissance à la fois symbolique et commerciale. Toute l’ambiguïté de leur relation aux médias est liée à ce potentiel d’exposition jamais vraiment réalisé mais toujours espéré, tout en étant le plus souvent dénié.

  • 4 Ce type de remise en cause est devenu un sujet de controverse dépassant largement le champ de l’éd (...)
  • 5 Jacques Bouveresse, Bourdieu savant & politique, Marseille, Agone, 2003, p. 91.
  • 6 Pierre Bourdieu, Sur la télévision. L’empire du journalisme, Paris, Raisons d’agir, 1996.

4Bénéficier d’un article dans Le Monde des livres, dans le « Cahier Livres » de Libération ou encore dans Le Monde diplomatique permet en effet à un éditeur de se distinguer momentanément au sein d’une offre éditoriale pléthorique dans un univers extrêmement concurrentiel. C’est une vitrine offerte à ses auteurs et à leur production. Comme dans tout champ culturel, le filtre de la critique joue dans l’édition un rôle traditionnel de sélection, de hiérarchisation et de certification des biens (ici les livres), bien que ce rôle soit contesté par les éditeurs étudiés, qui dénoncent la tendance des journalistes à favoriser les maisons d’édition les plus consacrées et qui remettent en cause leur légitimité à rendre compte de leurs ouvrages4. Le fait que les principaux médias de l’espace intellectuel s’adressant à un lectorat potentiellement acheteur de livres – news magazines, magazines culturels, titres de la presse quotidienne nationale – n’accordent qu’une place minime à leur production ne fait que renforcer leur sentiment de frustration. En effet, les nouveaux éditeurs ne disposent pas d’un capital symbolique suffisamment constitué pour intéresser les grands titres de presse, qui se tournent plus naturellement vers les maisons d’édition prestigieuses et installées, sauf à jouer de la thématique des « jeunes éditeurs critiques », qui constitue un genre d’article en soi, sorte de « marronnier » journalistique. On retrouve ici les effets exercés par le champ journalistique sur les champs culturels décrits par Pierre Bourdieu, à savoir la tendance à favoriser les valeurs sûres au détriment des nouveaux entrants ou des agents dotés d’un faible capital symbolique, à privilégier le sensationnel et l’immédiat sur le travail de découverte de longue haleine, à faire vendre ce qui se vend déjà, et à consacrer ce qui est déjà consacré. Bref, à « faire passer pour une fonction proprement culturelle ce qui est en réalité une fonction essentiellement économique »5. L’uniformisation de l’offre (l’effet « meilleures ventes ») qui résulte de la concurrence entre titres de presse et de la pression croissante des critères commerciaux est symptomatique des effets du marché sur le champ journalistique6. La critique des médias développée par Pierre Bourdieu constitue de ce fait pour les éditeurs à la fois une arme rhétorique (contre les journalistes) et une ressource importante pour leur autodéfinition d’éditeurs en « résistance » contre l’ordre dominant, et leur prétention à occuper une position non dénuée de gratifications symboliques dans le champ éditorial.

5L’attitude des différents titres de presse vis-à-vis de ces éditeurs indépendants est le reflet de leur propre position dans le champ journalistique, entre le pôle commercial et le pôle intellectuel et politique. C’est ainsi que, sans surprise, la presse alternative orientée à gauche (Politis, Alternatives économiques, Le Monde diplomatique) est plus réceptive à leur production que les principaux organes de la presse généraliste traditionnelle. Selon la même logique, les éditeurs les plus militants évoquent majoritairement, au cours des entretiens, la presse satirique ou militante (Charlie Hebdo, Le Monde libertaire), les radios indépendantes (Radio Aligre, Radio libertaire) ou encore l’émission de Daniel Mermet sur France Inter, Là-bas si j’y suis.

Sur le mode de l’évidence

  • 7 Est-ce dans ce monde-là que nous voulons vivre ? d’Eva Joly (2003) s’est vendu à plus de 250 000 e (...)
  • 8 Coordonné par Olivier Cyran et Mehdi Ba.

6La qualité des relations qu’entretiennent les éditeurs critiques avec les médias en général, et avec les grands titres de presse en particulier, est un bon indicateur de leur position par rapport au pôle de grande production. Seuls les quelques éditeurs ayant développé une production orientée vers le « grand public » – notamment de par le choix des thématiques et de la mise en forme éditoriale de celles-ci – entretiennent avec les journalistes des relations sur le mode de l’évidence. C’est le cas des éditions Les Arènes qui bénéficient, grâce à la publication de mémoires-révélations et d’enquêtes-chocs sur des sujets d’actualité en affinité avec l’agenda médiatique (avec des auteurs tels que l’ex-journaliste de Libération Denis Robert ou l’ex-magistrate chargée de l’instruction d’affaires politico-financières, Eva Joly) d’une couverture médiatique susceptible de rivaliser avec les grands éditeurs généralistes7. Le fait que le fondateur de cette maison soit lui-même issu d’une famille d’éditeurs, qu’il ait été formé à Sciences-po et dans une école de journalisme et soit passé par de grandes maisons d’édition parisiennes (Stock et Plon) renforce encore cette proximité. Ces relais médiatiques peuvent cependant rencontrer leurs limites : lorsque Les Arènes ont publié en 2005 L’almanach critique des médias8 qui, comme son titre l’indique, se livrait à une critique des connivences des principaux médias français avec le pouvoir, aucun compte rendu n’a été publié dans la presse généraliste, et les ventes ont été très en deçà des attentes de l’éditeur.

  • 9 Nathalie Heinich, « Publier, consacrer, subventionner : les fragilités des pouvoirs littéraires », (...)

7Le fondateur des éditions Danger public, ancien journaliste de presse écrite diplômé du Centre de formation des journalistes (CFJ) et réalisateur de documentaires audiovisuels, est un autre exemple de relations cordiales avec les journalistes : « On a toujours eu beaucoup de presse, dès le départ. Ces contacts-là, on les avait parce que j’étais journaliste à la base ». Danger public a en effet été l’objet de 14 recensions en l’espace de deux ans (voir Tableau 3, infra), ce qui est considérable au regard de sa faible production (moins de 10 titres par an). Mais le cas le plus original est celui de Golias, un magazine et une maison d’édition de la région lyonnaise située aux frontières du champ confessionnel et du champ politique. Cet éditeur catholique critique a publié plusieurs enquêtes sur les mouvements d’extrême droite catholiques, mais aussi sur le génocide rwandais, ou encore sur le monde de la publicité. Son fondateur est l’un des rares éditeurs à se déclarer totalement satisfait de ses relations avec les médias, notamment avec la télévision. Un média qui n’est presque jamais évoqué par ses confrères dans la mesure où il est exclu de l’horizon des possibles, mais aussi parce que son pouvoir de consécration est ambivalent au pôle de production restreinte9 :

« On a instauré depuis quinze ans avec la presse […] un vrai partenariat. Quand la presse m’appelle pour un sujet, je n’attends pas forcément un retour d’ascenseur. Ce qui compte, c’est que le mec ou la nana fasse un papier digne de foi, digne d’intérêt, crédible, qu’il ou elle ne raconte pas de conneries, par rapport à l’inculture du milieu. Je fais la culture du mec ou de la nana, vraiment, je ne cherche pas une interview. […] Moi, j’ai appris à communiquer avec la télé. Vous avez le message trois minutes, une minute, vingt secondes. Et après vous avez le journaliste qui va retenir une séquence, qui fait le commentaire à sa sauce. »

8Cette intégration par un éditeur des contraintes propres au mode de production journalistique, et leur retraduction en termes directement formatés pour leur usage est ici un cas limite, dont le caractère incongru est symptomatique de la rareté de ce mode de relation assumée, qui doit sans doute beaucoup à la personnalité de l’éditeur (voir p. 348-349).

« Jouer le jeu »

9Rien n’est plus révélateur de la position hétéronome des petits éditeurs vis-à-vis des médias de grande diffusion que le fait que presque tous « jouent le jeu » en pratiquant l’envoi d’exemplaires en service de presse, qui constitue la courroie de transmission privilégiée entre ces deux univers. Même les éditeurs aux positions les plus radicales ne peuvent s’en abstraire totalement, et ont simplement aménagé l’exercice (et limité les frais induits) en n’envoyant les ouvrages qu’à la demande expresse des journalistes, ou pour « faire plaisir aux auteurs ». Les quantités d’ouvrages envoyés sont néanmoins très variables selon les maisons d’édition, de moins de 10 exemplaires à une centaine pour les plus prodigues, qui ne bénéficient pas pour autant d’une exposition médiatique proportionnelle.

10Tout en reconnaissant le faible impact sur leurs ventes d’une recension, même dans un quotidien national prestigieux, la majorité des éditeurs considère qu’on « ne peut pas ne pas le faire », ce qui trahit bien un rapport de force défavorable. Leur frustration face à un univers médiatique qui leur apparaît comme gouverné par les « réseaux » et les « connivences », et auprès duquel ils peinent à obtenir une reconnaissance à la hauteur du travail accompli, est parfois redoublée par le constat d’« incompétence » des journalistes dans leur évaluation des ouvrages :

« […] C’est vraiment un problème parce qu’il y a des gens complètement incompétents, y compris des gens gentils. X comme journaliste, c’est zéro, et puis politiquement, il fait des choses pas estimables. Mais après, il y a des gens que je trouve très sympas humainement comme Y, elle est capable d’écrire une double page sur Z sans l’avoir lu, elle l’a parcouru, je l’ai briefée des heures sur ce titre, je fais le travail, et elle me cite dans l’article, pour dire que je dis quelque chose en souriant, on en a rien à foutre. […] Elle a écrit un article un peu pompon en plus. Alors là, qu’est-ce que je fais ? »

11Une démarcation s’opère ainsi entre les éditeurs qui acceptent cette règle du jeu non écrite, même sans en attendre grand-chose, quitte à la traiter avec dérision, et ceux qui la contestent en s’efforçant de maintenir une position autonome, et qui demeurent minoritaires. Agone a ainsi entrepris de « reprendre la main » face au champ médiatique pour tenter d’inverser le rapport de force, notamment en valorisant les libraires en tant que prescripteurs plutôt que les journalistes :

« Le fait de ne pas avoir d’attaché de presse a pour première conséquence que la presse n’est jamais une cible du travail éditorial, on ne s’occupe jamais de la manière dont la presse va s’intéresser à un bouquin. C’est le point aveugle de nos intérêts éditoriaux. »

12Une démarche qui s’inscrit de manière cohérente par rapport à la critique des médias inspirée par Karl Kraus et Noam Chomsky, qui figurent au catalogue de la maison d’édition, et qui participe de la construction de son identité hétérodoxe :

« Ceux [les journalistes] qui se manifestent et nous demandent un ouvrage, en général, on leur envoie. On a un certain nombre de règles… c’est-à-dire que quelqu’un qui nous demande un ouvrage une fois, deux fois pour faire une recension et qui ne fait rien avec, il est retiré du service de presse. Je ne sais pas ce qu’il fait avec, mais il ne suit pas, donc il est éliminé. […] Voilà, on ne sort pas de ce cadre-là. Ensuite, il y a des préférences, pour aller vite, qui sont celles plutôt liées à des types d’organes de presse, c’est-à-dire qu’il est paradoxalement beaucoup plus facile d’avoir des bouquins quand on est journaliste dans des petits organes, voire minuscules, c’est-à-dire presse militante, politique, ou même parfois fanzines que quand on est dans la grosse presse nationale, ou dans les médias encore plus on va dire mainstream, dominants, encore plus commerciaux que la télé. La télé, c’est un refus de principe, on n’envoie pas. Alors c’est pas un refus qui est aveugle, c’est un refus qui dépend de la réalité d’un rapport de force. On sait très bien que nos livres ne servent que de documentation. »

13Un tel parti pris implique de fait un travail important : constitution de fichiers de journalistes régulièrement mis à jour, suivi des envois et des recensions dans la presse. Sur ce point, Agone fait figure d’exception dans un univers qui reste dominé par l’amateurisme et le manque de temps dans son rapport avec les médias, sorte de « cinquième roue du carrosse » dont les éditeurs ne peuvent faire l’économie, tout en étant dans l’incapacité d’y consacrer le temps et l’énergie nécessaires. Malgré ce volontarisme, la maison d’édition est tout autant que les autres prise dans une relation défavorable, comme en atteste le récit par le responsable du nombre de recensions (dont il maîtrise parfaitement la chronologie) qui ont été consacrées à un ouvrage majeur du catalogue, Une histoire populaire des États-Unis d’Howard Zinn (2002). Ce dernier a été un important succès de librairie, sans pour autant bénéficier d’une couverture médiatique significative :

« […] le bouquin sort en octobre 2002, donc les six premiers mois, on a 1 article, enfin une notule de vingt lignes dans Le Monde diplo, deux fois vingt lignes dans Télérama, 1 article de fond dans Le combat syndicaliste, ça fait 3, et c’est tout. […] On rajoute deux mois, on a Sud Ouest, L’Humanité et Charlie. Ensuite il faut attendre une année, il a le prix des amis du Monde diplo et là il passe chez Mermet, et à une anomalie près, une émission de télé, on a tout le dossier de presse de quatre ans. Ça veut dire 7, plus un passage à la radio et un à la télé. […] C’est quasiment le plus gros dossier de presse qu’on a. »

Nouveaux modes de médiation

14Les éditeurs qui se déclarent satisfaits de leurs rapports avec la presse sont souvent ceux qui tentent d’inventer de nouveaux modes de médiation, et d’élargir le cercle des prescripteurs en explorant des canaux moins institutionnalisés : presse alternative, réseaux militants ou associatifs, libraires indépendants. Internet leur donne la possibilité d’envoyer par mail de manière rapide et sans frais des alertes ou des avis de parution à des groupes choisis, et autorise une meilleure maîtrise de la relation. Tel éditeur pratique ainsi l’envoi systématique de flyers par mail pour chaque nouvelle parution, sur le modèle des soirées branchées, marque de son univers artistique « alternatif ». Ces efforts s’inscrivent dans une remise en question du « monopole » de diffusion de la presse écrite, mais aussi dans la prise de conscience des limites des médias traditionnels. Comme l’explique le responsable des éditions Aden :

  • 10 Réponse de Gilles Martin, sur le blog des Éditions Aden, à Nico Hirtt, auteur de Déchiffrer le mon (...)

« […] Quant à la presse, je suis de plus en plus sceptique quant à son intérêt pour un éditeur. Je m’explique. Inonder les journalistes ne fonctionne pas. Il faut une grosse force de frappe derrière pour parvenir à ses fins. Ce que nous n’avons pas les moyens d’avoir. Nous assurons alors un service minimum pour des raisons économiques, mais aussi pour des raisons idéologiques. […] Puis il faut aussi ajouter que même les articles obtenus ne sont souvent que feu de paille. Il est de notoriété dans le milieu de l’édition qu’un article dans le Diplo n’est pas vendeur à moins d’en obtenir une page ! Et c’est le cas pour des tas de médias. L’offre est trop grande et la concurrence déloyale. Bien entendu, un article dans Le Monde, une page dans Libé ou encore un passage chez Ruquier fera vendre. Mais quelle chance avons-nous d’obtenir ce sésame vers la reconnaissance médiatique tant les filtres idéologique, politique et pratique sont grands ? »10

15Pour les éditeurs qui continuent de s’inscrire dans une relation traditionnelle aux médias, calquée sur le modèle des éditeurs généralistes, mais sans disposer de leurs moyens humains et financiers, la relation d’hétéronomie ne peut être que douloureuse. Ils se condamnent de fait à subir une relation dont ils ne maîtrisent le plus souvent ni les codes ni les règles du jeu implicites, notamment lorsque leur origine sociale ne les a pas préparés au « jeu » médiatique. Un éditeur provincial autodidacte relate ainsi son malaise face à un journaliste d’un grand quotidien national :

« C’est un monde que je ne connais pas… c’est des gens qui pour moi ne font pas leur boulot. X par exemple, il fait un article, j’étais sur le cul, vachement content. Il m’invite, super sympa, je vois sa gueule, il voit la mienne, on discute un peu. En cours de discussion, il me dit : “J’ai passé cet article-là, ce n’est pas parce que j’ai une amie qui est amie de l’auteur…”. Mais en fait, il n’a parlé que de ça ! Tous les autres bouquins que je lui ai envoyés, jamais il ne passe un papier. Alors que je ne lui ai rien demandé. En négatif, il me dit ce qu’il a fait. »

16Ce type de récit désabusé est fréquent chez les éditeurs, et symptomatique de leur position dominée et de leur accès limité à l’espace public. Mettre en relation ce « vécu » avec un comptage précis des recensions dont ils peuvent bénéficier sur une période donnée va permettre de mieux appréhender la réalité du rapport de force entre l’édition critique indépendante et la presse écrite et les critères mis en œuvre par cette dernière.

UNE FAIBLE AUTONOMIE

Tableau 3 : Occurrences des noms d’éditeurs dans 5 titres de presse

Éditeurs

Nb d’occurrences par ordre décroissant (cumul 2005-2006)

Production moyenne annuelle de l’éditeur (hors littérature, poésie, beaux livres)

Nb d’occurrences/prod. 2005-2006 cumulée = nb de recensions par titre publié sur la période

Les Arènes

34

12

1,4

Syllepse

31

40

0,3

Golias

27

12

1,1

Agone

27

15

0,9

Amsterdam

18

14

0,6

Climats

15

20

0,3

Danger public

14

10

0,7

La Fabrique

13

8

0,8

Sens & Tonka

13

20

0,3

La Dispute

13

18

0,3

Lignes

12

20

0,3

Raisons d’agir

10

3

1,6

Le Temps des cerises

8

45

0,08

Les Prairies ordinaires

7

4

0,8

Exils

5

4

0,6

Encyclopédie des N.

5

2 à 3

1

Ivrea

5

2 à 3

1

Sextant

4

4 à 5

0,4

L’Éclat

4

15

0,1

Textuel

4

6

0,3

Parangon

4

25

0,08

Éd. du Croquant

4

10

0,2

Sulliver

4

15

0,1

L’Échappée

3

4 à 5

0,3

Aden

3

15

0,1

Homnisphères

3

6

0,2

L’Insomniaque

2

10

0,1

Nautilus

2

1 à 2

0,6

Les Éd. libertaires

0

10

-

Les Nuits rouges

0

2/3

-

Delga

0

3 à 4

-

Le Passant ordinaire

0

0

-

  • 11 Chiffre éditeur.

17On ne peut de prime abord que constater la situation très contrastée caractérisant la prise en compte de la production des petits éditeurs critiques par les titres de presse considérés. Un petit groupe d’une dizaine d’éditeurs a bénéficié de plus de 10 recensions ou mentions de leurs ouvrages sur la période. Un second groupe de 20 éditeurs est parfois – bien que rarement – cité (entre 2 et 10 fois sur la période). Enfin, un troisième groupe, minoritaire, est composé des éditeurs jamais cités sur la période. Cela ne signifie pas que leurs titres ne sont pas commentés par d’autres relais critiques, mais qu’ils sont absents de cet espace médiatique particulier. Il s’agit des éditeurs les plus politisés et les moins professionnalisés de la population, installés en province pour la moitié d’entre eux. Leurs propriétés – qu’il s’agisse des auteurs et des genres qu’ils publient, de la mise en forme des ouvrages ou de leur mise en scène d’eux-mêmes en tant qu’éditeurs « à la marge » – ne sont pas particulièrement en affinité avec celles des médias pris en compte. Les Nuits rouges, une maison d’édition spécialisée dans la réédition soignée de textes révolutionnaires, ouvriers et féministes a notamment publié en 2005 La gloire des athées, une anthologie de l’athéisme, de la libre-pensée et de l’anticléricalisme, un ouvrage de près de 700 pages qui s’est plutôt bien vendu (2 000 exemplaires)11 malgré une absence totale de recension dans les titres de presse considérés. À titre comparatif, sur un sujet similaire, le philosophe Michel Onfray a, la même année, rencontré un fort écho médiatique avec son Traité d’athéologie paru chez Grasset : la base de données recense en effet 25 mentions de ce titre en 2006 dans les 5 mêmes titres de presse. Autre exemple significatif, Delga, une maison d’édition créée en 2004, qui a entrepris de rééditer les œuvres du philosophe Michel Clouscard (Le capitalisme de la séduction, 2006) et de Georg Lukács (La destruction de la raison. Nietzsche, 2006), sans susciter non plus la moindre attention des titres de presse considérés.

« Affinités électives »

  • 12 Sur ce point, voir Louis Pinto, « Le journalisme philosophique », Actes de la recherche en science (...)

18À l’opposé, certains jeunes éditeurs ont bénéficié d’une couverture médiatique relativement importante, à l’image d’Amsterdam (18 mentions), qui ne disposait en 2005-2006 que d’à peine 30 titres à son catalogue. Au-delà de la prédilection des médias pour la nouveauté12, on peut émettre l’hypothèse que la production de cet éditeur, grâce à des thématiques importées du monde anglo-saxon comme nous l’avons vu, et à des auteurs aux thèses perçues comme iconoclastes (Judith Butler, Slavoj Žižek), est entrée en résonance avec les attentes d’un certain journalisme culturel, en particulier en matière de radicalité universitaire. Avec un catalogue d’auteurs moins dotés en capital symbolique, une maison d’édition créée la même année, Homnisphères, n’a rencontré de son côté qu’un faible écho (3 mentions pour une douzaine de titres publiés). Quant à l’éditeur le plus récent de l’échantillon, Les Prairies ordinaires, créé en 2005, il a bénéficié d’un nombre d’articles presque égal à sa production (7 mentions pour 8 titres publiés sur deux ans), principalement grâce à deux livres d’entretiens : avec l’historienne Arlette Farge (Quel bruit ferons-nous ?, 2006) et avec l’éditeur Éric Hazan (Faire mouvement, 2005). Cependant, ces effets « d’affinités électives » entre certains éditeurs et la presse ne s’expliquent pas uniquement par le choix des thématiques ou des auteurs publiés, mais également par le capital social des éditeurs – diplômés du supérieur et issus de milieux à forts capitaux culturels, dont les dispositions sont en accord avec celles des journalistes – ainsi que par leur situation géographique (parisienne), qui constituent des atouts indéniables.

19L’analyse gagne à être affinée en pondérant le nombre de citations relevées dans la presse avec la production des éditeurs sur les deux années prises en compte, laquelle varie de quelques titres à une quarantaine (3e colonne du Tableau 3, supra). Les chiffres de la 4e colonne expriment ainsi le rapport entre la production éditoriale de chaque éditeur en 2005-2006 (le chiffre est donc multiplié par deux) et le nombre de citations relevées dans la presse sur la même période, soit le nombre moyen de recensions par titre. Les résultats obtenus viennent tempérer le premier classement réalisé en valeurs absolues.

  • 13 Les prisons de la misère de Loïc Wacquant (1999), Un digne héritier. Blair et le thatchérisme de K (...)

20Avec ce nouveau mode de calcul, Raisons d’agir est l’éditeur qui obtient le taux de citation le plus important : 10 articles pour une production de 6 nouveautés sur la période, soit 1,6 recension par titre. Cette situation s’explique à la fois par le succès des premiers ouvrages publiés au milieu des années 1990 par l’éditeur et par le capital symbolique attaché au nom de son fondateur, Pierre Bourdieu. L’effet best-seller exercé par l’ouvrage d’Éric Hazan, LQR, la propagande du quotidien, publié en 2006, qui apparaît à plusieurs reprises dans les listes de meilleures ventes du Figaro et de Libération (6 fois sur la période) contribue également à ce résultat. On remarque d’ailleurs que peu d’autres titres publiés en 2005 et 2006 par Raisons d’agir ont été recensés par la presse, ou alors de manière minimaliste : la nouvelle édition des Nouveaux chiens de garde de Serge Halimi, peu amène avec les journalistes il est vrai, n’est citée qu’à deux reprises et par le même titre, Le Monde diplomatique (septembre et novembre 2006) ; L’immigration ou les paradoxes de l’altérité, un ouvrage de recherche du sociologue Abdelmalek Sayad, a bénéficié d’un unique article dans Le Monde tandis que Le voile médiatique de Pierre Tévanian, qui revient sur l’affaire du voile islamique, a reçu une seule mention dans ce même journal, le reste des recensions se partageant entre LQR et quelques titres du fonds13.

21Pour plusieurs éditeurs, la mise en relation du nombre de citations dans la presse avec leur production éditoriale est particulièrement révélatrice d’une position marginale par rapport à cet espace. C’est le cas de la plupart des éditeurs dont la production s’inscrit dans la lignée du marxisme critique : Syllepse (31 mentions pour 80 titres publiés sur la période), Le Temps des cerises (8 mentions pour 90 titres) ou encore Aden (3 mentions pour 30 titres). Ce dernier a pourtant publié en 2005 et 2006 les deux premiers tomes de Comprendre le pouvoir de Noam Chomsky, ainsi que Sur la nature humaine, reproduisant le débat de 1971 entre Michel Foucault et Noam Chomsky, des ouvrages qui étaient en mesure d’intéresser les critiques. On trouve parmi les « marginalisés » beaucoup d’éditeurs situés au pôle savant comme L’Éclat (4 mentions pour 30 titres), Parangon (4 pour 50 titres) ou les Éditions du Croquant (4 pour 20 titres). Pourtant, certains de ces éditeurs publient des ouvrages soignés sur des thématiques indéniablement « d’actualité », comme Parangon, jeune maison d’édition lyonnaise qui s’est spécialisée dans la thématique de la décroissance, sans obtenir de reconnaissance médiatique significative.

Tableau 4 : Les 10 éditeurs bénéficiant du meilleur rapport citations / production

Éditeurs

Nb de recensions par titre publié sur la période

Nb d’occurrence en 2005-2006

Production moyenne par an (hors littérature, poésie, beaux livres)

Raisons d’agir

1,6

10

3

Les Arènes

1,4

34

12

Golias

1,1

27

12

Encyclopédie des Nuisances

1

5

2 à 3

Ivrea

1

5

2 à 3

Agone

0,9

27

15

La Fabrique

0,8

13

8

Les Prairies ordinaires

0,8

7

4

Danger public

0,7

14

10

Amsterdam

0,6

18

14

22On constate à la lecture du tableau 4 que les éditeurs bénéficiant des taux de citation les plus satisfaisants par rapport à leur production sont (sans ordre hiérarchique) :

  1. les éditeurs à la production la plus en affinité avec l’agenda médiatique comme Les Arènes, Golias, Danger public ;
  2. les éditeurs occupant une position éditoriale originale, entre sphère militante et sphère savante, à l’image de Raisons d’agir, d’Agone ou de La Fabrique ;
  3. les nouveaux venus comme Amsterdam et Les Prairies ordinaires, publiant des auteurs plutôt renommés, par le biais de traductions pour le premier, ou d’entretiens pour le second ;
  4. les éditeurs ayant publié un texte inédit d’un auteur majeur, comme l’Encyclopédie des Nuisances et Ivrea avec les Essais et articles de George Orwell (voir infra)14.
  • 15 Respectivement prêtre accusé de pédophilie et prêtre et psychanalyste mis en examen en octobre 200 (...)
  • 16 Le titre s’est vendu à plus de 50 000 exemplaires. L’effet des ventes de ce livre se fait sentir à (...)
  • 17 Sur les 5 mentions de titres publiés par l’Encyclopédie des Nuisances et Ivrea en 2005-2006, 3 son (...)

23Ce « palmarès » reflète par conséquent l’interaction entre plusieurs facteurs venant influencer la réception par la presse écrite de la production éditoriale. La résonance avec l’actualité est parfaitement illustrée par le cas de Golias : 3 mentions dans la presse sur 27 seulement concernent directement des ouvrages de la maison d’édition ; dans tous les autres articles, cette dernière est citée en association avec son fondateur, appelé à témoigner sur des affaires liées à l’Église : le procès Lefort à l’été 2005 et les controverses autour de Tony Anatrella à l’automne 200615. L’effet « personnalité » n’est pas non plus à négliger dans le cas d’Éric Hazan, figure iconoclaste de l’édition parisienne, dont les caractéristiques sociales ont également leur importance (voir p. 336). L’effet best-seller trouve une illustration avec l’ouvrage écrit par ce dernier, LQR, la propagande du quotidien, fustigeant la langue de bois du néolibéralisme, qui a bénéficié d’un nombre important de recensions chronologiquement postérieures à l’installation du titre dans les listes des meilleures ventes, avec un effet boule de neige dans toute la presse16. Il s’agit d’un cas presque exemplaire de « suivisme » médiatique, où les mentions dans la presse accompagnent, et sans doute amplifient, le succès de l’ouvrage, sans pour autant l’avoir suscité. Reste enfin à prendre en compte l’impact symbolique de certains noms d’auteurs, que les journalistes ne peuvent ignorer, à l’image de George Orwell dont les Essais et articles ont été copubliés pour la première fois en français en 2005 par deux éditeurs confidentiels, Ivrea et l’Encyclopédie des Nuisances. La couverture médiatique de ce titre reste dans l’absolu extrêmement faible par rapport à l’importance de l’ouvrage : 3 citations en tout et pour tout17.

24Si ces différents facteurs peuvent être relativement facilement repérés, leur interaction demeure complexe, la présence d’un seul d’entre eux ne suffisant le plus souvent pas à provoquer l’intérêt de la presse, comme l’ont illustré un certain nombre de contre-exemples précédemment cités.

Répartition selon les titres de presse

25Si l’on ventile les résultats obtenus selon les titres de presse étudiés (voir Tableau 5, infra), on observe que Libération est de manière relative le journal le plus attentif à la production des petits éditeurs critiques avec un peu plus de 30 % des occurrences relevées – ce qui est d’autant plus significatif que ce titre consacre moins d’espace rédactionnel à la recension de livres que les autres titres –, suivi par Le Monde (26 %), Le Nouvel Observateur (presque 18 %) et enfin Le Figaro (12 %). Le faible pourcentage réalisé par Le Monde diplomatique est à relativiser en raison de son rythme de parution par rapport aux autres titres. Ce mensuel se montre effectivement assez réceptif à la production de petits éditeurs libertaires comme L’Échappée, Nautilus ou L’Insomniaque, très marginalisés dans l’espace médiatique, et propose des compléments documentaires riches en mentions d’ouvrages mêlant éditeurs généralistes et plus marginaux. Ceci s’explique par la proximité idéologique et par le fait que plusieurs journalistes du Monde diplomatique ont publié chez certains de ces éditeurs, comme Serge Halimi chez Agone et Raisons d’agir, ou Dominique Vidal chez Agone.

Tableau 5 : Nombre d’occurrences par titre de presse

Titre de presse

Nombre d'occurrences

Pourcentage

Libération

82

30,6

Le Monde

71

26,4

Le Nouvel Observateur

48

17,9

Le Figaro

34

12,6

Le Monde diplomatique

33

12,3

Total

268

100

26Les éditeurs les moins cités doivent souvent leurs rares mentions à un unique titre de presse. Ainsi, les éditions de L’Échappée et Parangon, qui ont obtenu chacune trois articles sur la période, doivent ces trois occurrences respectivement au Monde diplomatique et à Libération, ce qui permet de supposer un suivi particulier entre un éditeur et un journaliste. D’autres maisons présentent des profils médiatiques plus panachés, comme Agone, Raisons d’agir, Syllepse ou La Dispute, qui sont cités dans au moins 4 titres de presse, ce qui témoigne d’une reconnaissance plus équilibrée, bien que limitée. Les éditeurs aux profils les plus médiatiques bénéficient généralement d’une couverture assez large : Golias (5 citations dans Libération, 5 dans Le Monde et 4 dans Le Nouvel Observateur et Le Figaro) ou Les Arènes (12 citations dans Le Nouvel Observateur, 8 dans Libération, 7 dans Le Monde et 7 dans Le Figaro).

  • 18 Il faut rappeler que cette recherche n’a pas abordé l’aspect qualitatif des recensions considérées (...)

27Les éditeurs critiques les plus « médiatisés » sont donc généralement les moins autonomes de la population considérée, c’est-à-dire ceux qui ont le mieux intégré les normes d’évaluation propres au champ journalistique : caractère sensationnel et/ou actualité de la thématique, potentiel commercial des titres, personnalité de l’auteur et/ou de l’éditeur, et enfin capital social conforme aux dispositions des journalistes. Les ouvrages de réflexion, de recherche ou à caractère politique marqué apparaissent a contrario comme les grands oubliés des recensions journalistiques. Si certaines maisons d’édition, qu’il serait difficile de qualifier de « médiatiques », obtiennent des résultats satisfaisants comparativement aux autres, c’est pour des raisons ayant trait aux spécificités du champ de production journalistique, et à ses attentes implicites18. L’effet d’audimat ou de palmarès est ainsi très marqué, comme l’illustre le cas d’Éric Hazan. De fait, en dehors de cas de ce type, seul le capital symbolique d’auteurs « incontournables » peut permettre aux éditeurs critiques d’être pris en compte, ne serait-ce que sur un mode mineur, par les principaux titres de presse. Le degré d’autonomie de cette frange de l’édition est donc faible face au champ journalistique, qui tend à les reléguer dans la marginalité. Dans ces conditions, les éditeurs qui ont choisi de maintenir leur singularité en défendant les valeurs caractéristiques du champ de production restreinte sont sans doute les mieux à même de préserver une position autonome, quitte à faire pour cela l’impasse sur le pouvoir – réel ou supposé – des grands titres de presse écrite.

Notes

1 Une version antérieure de ce chapitre a été publiée dans la revue Communication & langages, « Les petits éditeurs "critiques" et la presse écrite : une relation ambiguë », mars 2010, n° 163, pp. 29-46.

2 La seule analyse chiffrée, à notre connaissance, de la place accordée par les médias à la production éditoriale porte sur le secteur romanesque. Vincy Thomas, « Un roman sur deux a été médiatisé », Livres Hebdo, 17 novembre 2006, n° 666, pp. 74-75.

3 Entretien avec Éric Hazan sur le site Zapa, mars 2007. [En ligne] <http://zapa.over-blog.com/article-10806602.html> (6 juillet 2012).

4 Ce type de remise en cause est devenu un sujet de controverse dépassant largement le champ de l’édition indépendante critique. Voir notamment Pierre Jourde, La littérature sans estomac, Paris, Esprit des péninsules, 2002 (coll. L’Alambic).

5 Jacques Bouveresse, Bourdieu savant & politique, Marseille, Agone, 2003, p. 91.

6 Pierre Bourdieu, Sur la télévision. L’empire du journalisme, Paris, Raisons d’agir, 1996.

7 Est-ce dans ce monde-là que nous voulons vivre ? d’Eva Joly (2003) s’est vendu à plus de 250 000 exemplaires ; Notre affaire à tous (2000), du même auteur, à plus de 170 000 (chiffres éditeur).

8 Coordonné par Olivier Cyran et Mehdi Ba.

9 Nathalie Heinich, « Publier, consacrer, subventionner : les fragilités des pouvoirs littéraires », Terrain, 1993, n° 21, pp. 33-46.

10 Réponse de Gilles Martin, sur le blog des Éditions Aden, à Nico Hirtt, auteur de Déchiffrer le monde, le 27 juin 2007. [En ligne] <http://gilles.aden.be/index.php?2007/06/27/7-reponse-anico-hirtt > (27 octobre 2010).

11 Chiffre éditeur.

12 Sur ce point, voir Louis Pinto, « Le journalisme philosophique », Actes de la recherche en sciences sociales, 1994, vol. 101, n° 1, pp. 25-38.

13 Les prisons de la misère de Loïc Wacquant (1999), Un digne héritier. Blair et le thatchérisme de Keith Dixon (2000), et Esquisse pour une auto-analyse de Pierre Bourdieu (2004).

14 Sachant que la faiblesse de la production de ces deux éditeurs (2 à 3 titres par an) crée une indéniable distorsion par rapport aux éditeurs à l’activité plus importante.

15 Respectivement prêtre accusé de pédophilie et prêtre et psychanalyste mis en examen en octobre 2006 suite à une plainte pour abus sexuels.

16 Le titre s’est vendu à plus de 50 000 exemplaires. L’effet des ventes de ce livre se fait sentir à la fois sur les résultats de la maison d’édition La Fabrique, dont Éric Hazan est le directeur (6 recensions sur 13 portent sur l’ouvrage LQR) et sur ceux de Raisons d’agir, qui publie l’ouvrage (7 recensions sur 16 en incluant les listes des meilleures ventes).

17 Sur les 5 mentions de titres publiés par l’Encyclopédie des Nuisances et Ivrea en 2005-2006, 3 sont liées à Orwell, et toutes émanent du Figaro (1 recension en janvier 2006, puis 2 en novembre 2006).

18 Il faut rappeler que cette recherche n’a pas abordé l’aspect qualitatif des recensions considérées – longueur des articles, présence ou non de plusieurs ouvrages chroniqués au sein d’un même article, mise en valeur de l’auteur ou de l’éditeur, mise en pages, etc. Une prise en compte de cette dimension, pour difficile qu’elle soit, viendrait compléter utilement l’analyse.

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540