Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'édition indépendante critique

 | 
Sophie Noël

Partie I. Comment peut-on être un éditeur critique indépendant ?

Chapitre 3. Les modalités d’accès au champ éditorial

Texte intégral

UN CADRE ÉCONOMIQUE CONTRAIGNANT

  • 1 Lucien Karpik, L’économie des singularités, Paris, Gallimard, 2007 (coll. Bibliothèque des science (...)
  • 2 L’adoption d’un taux de TVA réduit (5,5 % pour les produits culturels), mais également d’un régime (...)

1Se faire une place dans le champ éditorial est un exercice délicat en raison des contraintes spécifiques liées à l’exercice de la profession d’éditeur. Une présentation rapide du cadre économique dans lequel s’inscrivent la conception et la mise sur le marché de livres permet de mieux saisir ces contraintes. On peut résumer l’activité d’une maison d’édition, quelle que soit sa taille, en disant qu’elle consiste à produire des « singularités incommensurables »1, sur un marché caractérisé par l’incertitude et l’absence de hiérarchisation entre les biens2. De cela découle une tendance structurelle à la surproduction, chaque éditeur choisissant de mutualiser les risques en multipliant les ouvrages publiés, ne pouvant déterminer à l’avance celui qui rencontrera les faveurs du public. L’absence de barrière d’entrée au métier d’éditeur – point sur lequel nous reviendrons – contribue encore à nourrir l’accroissement des volumes en concurrence sur le marché.

Accélération des flux

  • 3 Source : SNE, L’édition de livres en France. Repères statistiques 2011 (données 2010).

2La conséquence est un afflux de titres toujours plus important : 65 000 nouveautés et réimpressions étaient produites, tous secteurs confondus, en 2003 et près de 79 000 en 20103. Les libraires ne disposant pas d’un espace illimité, le phénomène se traduit depuis plusieurs années par une accélération des rotations, un titre chassant l’autre de plus en plus rapidement, et par une forte inégalité de fait entre les titres. Une forme de tyrannie de la nouveauté se met en place, comparable à celle que connaît l’industrie cinématographique avec les sorties de films, les ouvrages disposant de très peu de temps (deux ou trois mois) pour faire leurs preuves avant d’être renvoyés à l’éditeur. Cette évolution est particulièrement défavorable aux petits éditeurs indépendants qui ne disposent ni de la puissance commerciale des grands groupes, ni de leurs budgets promotionnels pour attirer l’attention sur leur production. Plus généralement, cette accélération des flux est contraire aux contraintes inhérentes au pôle de production restreinte, qui s’inscrit par définition dans un cycle lent, seul à même de permettre aux ouvrages du fonds de se vendre sur le long terme. Dans un tel contexte, les mises en place, c’est-à-dire le nombre d’exemplaires d’un titre commandé par les points de vente (qui ne se concrétiseront pas forcément par des ventes fermes) deviennent cruciales pour les éditeurs dans la mesure où la visibilité des ouvrages est un préalable indispensable à leur vente. Or tous s’accordent pour déplorer la baisse inexorable de celles-ci, aux alentours de 500 exemplaires pour un ouvrage standard.

  • 4 L’enquête du ministère de la Culture sur les pratiques culturelles des Français enregistre depuis (...)

3L’inflation régulière du nombre de titres sur un marché plutôt en régression4 a également pour conséquence la baisse des tirages (le nombre d’exemplaires initialement imprimés) dans tous les secteurs éditoriaux, assurant aux éditeurs une marge bénéficiaire de plus en plus maigre. La fixation des tirages est par conséquent un exercice périlleux, et financièrement risqué pour les éditeurs. En effet, « tirer trop court », soit en quantité insuffisante, leur fait courir le risque de ne pas satisfaire à temps les commandes sur un marché très volatil et concurrentiel, ou d’avoir à engager en catastrophe une réimpression qui arrivera sans doute trop tard. À l’inverse, « tirer trop long » équivaut à risquer de se retrouver avec un stock important d’invendus qui pèsera lourd sur le résultat d’exploitation. Tous les éditeurs rencontrés ont eu de grandes difficultés dans les premiers temps à se roder à cet exercice, qui leur a souvent fait perdre de l’argent, à l’enseigne de cet éditeur parisien :

« Honnêtement, quand j’ai commencé, on n’y connaissait vraiment rien. Le tirage initial et la mise en place, on faisait vraiment ça au pif total. Maintenant, on a compris qu’on peut décider des tirages en fonction des commandes des libraires, qu’il y avait des retours. »

4Les tirages moyens des éditeurs de l’échantillon s’échelonnent entre 1 000 et 3 000 exemplaires (avec des variations importantes selon le potentiel des titres, les collections, etc.), pour des seuils de rentabilité situés entre 400 et 800 exemplaires. Ces chiffres sont donc sensiblement inférieurs aux tirages moyens relevés dans le secteur des sciences humaines et sociales (3404 exemplaires en 2010). L’impression numérique, dont on aurait pu attendre qu’elle représente une opportunité pour des éditeurs contraints de pratiquer de faibles tirages, n’est que rarement évoquée par ces derniers, qui la considèrent comme trop onéreuse, à qualité égale, par rapport à l’impression traditionnelle. Comme l’explique un responsable : « Aujourd’hui, tout le monde pense qu’avec le numérique on peut faire un bouquin en 300 exemplaires, alors qu’avec 300 exemplaires en numérique, on en paye 900 en offset ».

Coûts fixes, coûts variables

5Autre élément remarquable, l’édition est une activité qui se caractérise par des coûts fixes importants et des coûts variables faibles. En effet, le travail de création éditoriale proprement dit (relecture, corrections, éventuellement traduction), les frais de mise en pages, de composition, de réalisation de la couverture, mais également d’une grande partie de l’impression (notamment le calage des machines), sont identiques pour un titre quel que soit le nombre d’exemplaires imprimés. Cette structure des coûts entraîne des besoins de trésorerie importants et l’investissement initial est particulièrement lourd à supporter pour un petit éditeur qui doit procéder à une avance de fonds. En effet, ce dernier ne commencera à percevoir l’argent des ventes de ses ouvrages que plusieurs mois après l’engagement des dépenses. Il doit en premier lieu payer son imprimeur, son diffuseur-distributeur, éventuellement ses salariés, aussi l’échelonnement des factures est-il crucial pour sa survie. L’idéal est de disposer d’un fonds (l’ensemble des titres publiés par l’éditeur au cours des années précédentes) amorti depuis plusieurs années et régulièrement réimprimé, qui représente un apport financier sûr et régulier et dont les ventes permettent de financer l’avenir incertain des nouveautés. Le modèle économique idéal, qui n’est à la portée que des seuls éditeurs en activité depuis plusieurs années, est que la moitié du chiffre d’affaires soit assurée par la vente des titres du fonds, le reste par les nouveautés.

L’accès au marché

  • 5 On estime généralement à 250-300 le nombre de libraires assurant le cœur du « premier niveau », le (...)

6La plus grande difficulté pour les producteurs de biens complexes comme les livres n’est cependant pas la conception et la production des ouvrages, mais l’accès au marché, qui se fait en deux temps. En amont a lieu la diffusion auprès des libraires et points de vente répartis sur tout le territoire français5. Il s’agit de présenter les publications, d’enregistrer les commandes et le nombre d’exemplaires souhaité par ouvrages (les mises en place), de négocier les possibilités de retours (les livres non vendus peuvent être renvoyés par la librairie à l’éditeur après un délai déterminé, généralement de trois mois) et les conditions commerciales – le montant des remises accordées au détaillant, qui varient fortement en fonction du rapport de force entre les acteurs. Ce travail de diffusion peut être sous-traité à une structure spécifique – un diffuseur – moyennant une commission (généralement de 5 à 10 % du prix des ouvrages, en fonction du poids de l’éditeur et du type de catalogue). Ce dernier emploie une équipe de commerciaux chargés de représenter différents éditeurs auprès des points de vente de leur secteur géographique. Les gros diffuseurs travaillent à base de « grilles d’offices », qui sont des envois systématiques des nouveautés aux librairies, qui n’ont pas la possibilité de choisir leur assortiment ni le nombre d’exemplaires, mais peuvent les retourner pendant une période plus longue (généralement une année). Les plus petites structures travaillent plutôt par commandes prises par les représentants lors de leur passage en librairie (les « notés »), qui se font en fonction des choix des libraires, mais ne donnent pas droit à des retours. La diffusion peut également être prise en charge par l’éditeur directement, qui démarche lui-même les librairies et s’occupe de tout le suivi commercial (on parle alors d’autodiffusion).

7En aval est opérée la distribution, c’est-à-dire le stockage et l’acheminement proprement dit des ouvrages auprès des points de vente, ainsi que leur facturation. Il s’agit de gérer les flux physiques à l’aller et au retour (en cas de renvoi des ouvrages non vendus à l’éditeur) et de les facturer. Cette opération est généralement sous-traitée à un distributeur professionnel (qui est souvent également diffuseur), moyennant un pourcentage allant de 8 à 15 % du prix des ouvrages. Elle peut également être assurée par l’éditeur, qui prend lui-même en charge l’envoi de ses titres (généralement par voie postale).

ACCÉDER AUX AUTEURS

  • 6 John Thompson distingue cinq types de ressources possibles pour les éditeurs, cinq formes de capit (...)

8L’aspect économique de l’activité éditoriale, pour crucial qu’il soit, ne suffit pas à expliquer la spécificité de cette profession dont la dimension symbolique est, nous l’avons vu, centrale6. Celle-ci repose principalement sur la relation s’établissant entre une maison d’édition et ses auteurs. Car pour se lancer dans le champ éditorial, il faut en premier lieu avoir des textes à proposer. Comment un éditeur choisit-il ces derniers et est-il choisi par eux ? Autrement dit, quelles sont les modalités d’accès au champ éditorial ouvertes à un nouvel entrant ?

Pouvoir de consécration

  • 7 Pierre Bourdieu, Yvette Delsaut, « Le couturier et sa griffe. Contribution à une théorie de la mag (...)
  • 8 John B. Thompson, Books in the Digital Age : the Transformation of Academic and Higher Education P (...)

9Le nom d’un éditeur fonctionne avant tout comme un marqueur de distinction qui lui permet, à l’instar de la « griffe » du couturier ou de la signature du peintre, d’opérer un transfert de valeur symbolique7. C’est le pouvoir quasi magique de son nom qui lui donne de consacrer les auteurs qu’il publie et de se différencier de ses concurrents. Ce marqueur est opératoire à au moins deux niveaux de compétition : en amont, pour obtenir les meilleurs auteurs face à ses concurrents, mais aussi en aval de la chaîne éditoriale, pour capter l’attention des intermédiaires (critiques, journalistes, libraires, bibliothécaires) et des lecteurs au sein d’une production de plus en plus vaste. Le capital symbolique lié à un nom d’éditeur est un marqueur de plus en plus important dans un univers éditorial saturé, où la différenciation entre les produits culturels proposés devient cruciale. Ce « prestige du nom » est par conséquent un enjeu de lutte accrue entre les différents acteurs du champ8.

  • 9 Pierre Bourdieu, « Une révolution conservatrice dans l’édition », Actes de la recherche en science (...)
  • 10 Pierre Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Le Seuil, 19 (...)
  • 11 Pierre Bourdieu, Yvette Delsaut, art. cit., p. 23.

10Le capital symbolique accumulé est le principal composant de la réputation d’un éditeur. Il peut être objectivé en cumulant divers facteurs, comme son ancienneté (plus une maison est ancienne, plus elle a accumulé de prestige), sa localisation, plus ou moins centrale (Paris/province), et la valeur de son fonds, directement liée à la réputation des auteurs qui y figurent9. L’ajustement entre un auteur et un éditeur, puis entre un livre et son public, est le résultat d’une série de choix qui font tous intervenir l’image de la maison d’édition : c’est en fonction d’elle que les auteurs choisissent un éditeur, qui les choisit en retour selon un processus circulaire10. Rappelons que la relation entre le pouvoir de consécration d’un auteur et celui d’une maison d’édition est par nature complexe, le capital symbolique circulant dans les deux sens. Ils peuvent se renforcer mutuellement ou être plus bénéfiques à l’une ou l’autre des parties. Un auteur prestigieux qui publie dans une petite maison d’édition peu reconnue permet à cette dernière d’accumuler du capital symbolique autour de son nom ; à l’inverse, un auteur dénué de capital symbolique bénéficie automatiquement de l’aura d’un éditeur ou d’une collection reconnue, « par une opération de transsubstantiation qui, sans rien changer de la nature physique du produit, en modifie radicalement la qualité sociale »11.

11La constitution de capital symbolique étant une opération lente et cumulative dans le champ de la production restreinte, les maisons d’édition considérées ici ne peuvent en détenir qu’une quantité limitée, voire nulle du fait de leur « jeunesse ». Attacher à son catalogue un ou plusieurs noms d’auteurs reconnus en France ou à l’étranger est donc essentiel. Les petits éditeurs se trouvent incontestablement démunis dans la compétition pour les auteurs les plus prestigieux, face notamment aux maisons généralistes. Ces dernières offrent en effet aux auteurs non seulement le prestige attaché à leur nom, généralement auréolé d’une longue histoire, mais également des conditions financières avantageuses (avance sur droits) ainsi que la promesse d’une mise en place efficace sur l’ensemble du territoire grâce à leur force commerciale (équipe de représentants professionnels, conditions commerciales négociées avec les libraires), et éventuellement des services annexes (promotion des ouvrages, vente de droits).

12Comme le résume bien un petit éditeur :

« La différence entre petits et grands, c’est les sous ! Nous, on démarre en donnant 1 000 ou 2 000 € [à un auteur reconnu]. Et petit à petit, on finit par lui donner autant qu’un grand éditeur, mais petit à petit. Alors que, le gros éditeur, il casque tout de suite le chèque de 5, 7, 10 000 €. Parfois, des auteurs proches, on les amène de nous-mêmes chez les autres éditeurs, en gardant quand même une relation… une fois par an, ils donnent un bouquin à un gros éditeur, pour avoir le gros chèque, et un ou deux à un éditeur proche. À la fin, ça donne le même résultat, mais avec nous c’est beaucoup plus long parce qu’on ne peut pas faire des avances pareilles. On n’a pas de marges financières comme les gros. »

13Un directeur de collection officiant à la fois chez un petit éditeur critique et plusieurs maisons d’édition généralistes vient confirmer cette réalité :

« Je ne suis pas très offensif […], je suis un peu timide pour aller solliciter des gens, d’autant plus que pour les motiver… Si les gens ont une certaine notoriété, j’en connais, mais quels intérêts ils auraient à publier chez [un petit éditeur] ? Si je vais voir Gilles Perrault pour un nouveau Pull-over rouge, Fayard lui paie un pont d’or. C’est pas qu’il veuille s’enrichir parce que sur Notre ami le roi, il a généreusement reversé au truc des droits de l’homme au Maroc, mais à partir du moment où il y a des critères marchands… ou c’est un critère d’amitié, ou de priorité militante. »

  • 12 Pierre Bourdieu, Yvette Delsaut, art. cit., p. 13.

14Dans ces conditions, la seule véritable ressource dont disposent les éditeurs indépendants est celle des nouveaux entrants dans toutes les sphères culturelles : mettre en avant un « capital d’autorité spécifique en prenant au sérieux les valeurs et les vertus que loue la représentation officielle de l’activité légitime et en opposant la foi intransigeante du converti à la piété d’institution des gardiens de l’orthodoxie »12. D’où l’importance des discours sur l’indépendance éditoriale et sur la spécificité du livre en tant que produit culturel qui ne peut être « marchandisé » sans perdre son âme, qui sont les vertus spécifiques dont peuvent se parer les éditeurs critiques dans le champ de production restreinte. Un discours qui a d’autant plus de chance de trouver un écho auprès des auteurs que ces derniers se situent sur les mêmes positions idéologiques que leurs éditeurs, bien que cette assertion souffre de nombreuses exceptions, comme nous le verrons.

Différentes stratégies d’entrée

15Concrètement, quelles sont les stratégies d’entrée possibles pour un nouvel éditeur désireux de se positionner dans le domaine des sciences humaines avec une approche critique ? Nous en avons repéré quatre, d’efficacité variable (que nous ne ferons qu’esquisser à ce stade), et qui peuvent être panachées selon les catalogues.

16La première stratégie, qui est la plus risquée, consiste à miser sur des auteurs nationaux pas ou peu connus en pariant sur leur reconnaissance à long terme, assumant ainsi la fonction de découvreur de talents traditionnellement associée à l’éditeur au pôle de production restreinte. C’est un mode de développement potentiellement riche de profits différés, mais qui rend problématique la survie économique à court terme. D’une manière générale, l’alliance entre un auteur et un éditeur dénués de capitaux symboliques est une combinaison assez défavorable pour les deux parties, le pôle de production restreinte se caractérisant par la lenteur du cycle d’accumulation. Les éditeurs qui se développent exclusivement sur ce modèle rencontrent généralement des difficultés.

17Un deuxième mode d’accès, potentiellement plus rentable, mais peu fréquent, car difficile à mettre en œuvre, consiste à créer une nouvelle forme éditoriale, ou à renouer avec d’anciennes formes tombées en désuétude, comme l’a fait Raisons d’agir dans les années 1990 avec ses courts ouvrages d’intervention de tonalité engagée. Ce modèle a, comme nous l’avons vu, irrigué tout le champ éditorial, que ce soit au niveau du pôle critique ou des éditeurs généralistes, imposant le format de brefs ouvrages traitant de questions d’ordre politique, vendus à faible prix. La réédition de textes d’auteurs considérés comme « classiques », le plus souvent tombés dans le domaine public ou épuisés, constitue une troisième stratégie fréquemment pratiquée par les éditeurs, qui présente l’avantage d’être accessible et peu onéreuse. Elle leur permet de bénéficier a posteriori du capital symbolique accumulé dans le passé par un auteur. Citons la réédition de l’œuvre complète du philosophe Michel Clouscard par Delga, ou encore le travail de fond réalisé par l’éditeur Les Nuits rouges à partir de textes contestataires peu connus du XIXe siècle. Ce mode de développement sera abordé de manière plus détaillée dans la partie II.

18L’idéal consiste évidemment à publier des auteurs reconnus, français ou étrangers. Ces derniers, bien que difficilement accessibles dans un contexte de forte concurrence entre les éditeurs, ne sont pas pour autant hors de portée des petites maisons, comme le prouve l’examen de leurs catalogues. Une pratique courante pour les auteurs disposant d’un certain capital de notoriété, que l’on retrouve également dans l’édition littéraire, consiste à ventiler leurs ouvrages entre une (ou plusieurs) maison généraliste renommée et un (ou plusieurs) éditeur plus confidentiel. Certains font preuve d’un grand sens du placement de leurs textes et de la gestion de leur capital symbolique. Un exemple parmi de nombreux autres en est donné par le philosophe trotskiste Daniel Bensaïd, directeur de collection chez Textuel, qui explique par des motifs de fidélité personnelle sa relation éditoriale avec Fayard (et donc avec le groupe Hachette), tout en confiant ponctuellement certains textes à des amis de longue date chez de plus petits éditeurs idéologiquement proches :

« Moi, les gros bouquins que je fais, j’ai tout intérêt à rester chez Fayard. D’abord parce que X a accepté à une époque où ce n’était pas évident. En 1995, j’ai fait un gros Marx qui s’est bien vendu, à sa surprise et à la mienne. Chaque fois que j’ai proposé un gros bouquin, Paris mélancolie, Résistances, ils ont toujours accepté. Ils ont un peu plus de moyens de diffusion.
C’est Hachette
Oui, je sais bien. Il y a aussi des rapports personnels, un peu de fidélité. Ce n’est pas une dette, mais il y a quand même une relation de confiance avec X. Si je fais des bouquins d’un certain type, dont je pense qu’ils sont lourds pour Textuel… Pour Textuel, j’ai surtout fait des bouquins d’actualité, de circonstance […]. Après, il y a les sollicitations, un truc de type autobiographique bien que je n’aime pas ça, c’est Y chez Stock qui me l’a demandé. C’est une vieille copine de l’époque de Nanterre, elle m’a harcelé pendant cinq ans, au début je ne voulais pas, et puis j’ai cédé, là c’est une relation personnelle. Z m’avait demandé un truc l’an dernier… J’avais eu un coup de colère sur l’affaire du voile, la laïcité. Je lui ai dit, si je te fais des fragments, tu peux les publier pour la rentrée ? Il était ravi, voilà. »

  • 13 Source : catalogue éditeur.

19Les ouvrages d’entretiens sont un moyen détourné d’accéder à des « noms » d’auteurs et d’initier un catalogue en sollicitant des personnalités qui seraient sans doute peu disposées à confier un ouvrage à un éditeur débutant. C’est ce qu’ont fait Les Prairies ordinaires, en lançant en 2003 la collection d’entretiens « Contrepoints », dont l’objectif était de « sonder le monde contemporain en donnant à lire des voix singulières et engagées, susceptibles d’éclairer les évolutions et enjeux actuels dans des domaines aussi variés que les sciences sociales, les arts, l’architecture, la philosophie ou le droit »13. L’historienne Arlette Farge, l’éditeur Éric Hazan ou la sociologue Rose-Marie Lagrave se sont prêtés à l’exercice, permettant au jeune éditeur de faire ses premières armes et de développer ensuite son catalogue. Textuel a également fait ses premiers pas d’éditeur à vocation critique en rassemblant à partir de 1996, dans la collection « Conversations pour demain », des « chercheurs, des penseurs ou des acteurs de la société civile engagés » : Gilles Lipovetsky, Paul Virilio, Rony Brauman…

  • 14 Pierre Bourdieu, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de (...)
  • 15 Marie-Louise Duboin, Mais où va l’argent ?, préface de René Passet, Paris, Éditions Sextant, 2007  (...)

20Un autre moyen dérivé consiste à recourir à un préfacier reconnu qui contribue au transfert d’une partie du capital symbolique attaché à son nom vers un texte produit par un auteur moins réputé14. Une jeune maison d’édition parisienne dont le catalogue est composé d’anonymes a ainsi recruté l’économiste René Passet ainsi que le sociologue et homme politique suisse Jean Ziegler pour des préfaces15. Ces « passeurs » prestigieux recrutés l’espace de quelques pages, dont les noms figurent en général en gros caractères sur les couvertures, sont nombreux et éclectiques. José Bové (Parangon, Le Temps des cerises), Ken Loach (Danger public), Miguel Benasayag (Danger public et La Fabrique), Jacques Bouveresse (Syllepse), René Girard (Climats), Gilles Perrault (Le Temps des cerises) ou encore Manuel Castells (Exils) se sont, entre autres, pliés à l’exercice.

La circulation du capital symbolique

  • 16 L’Index Translationum est la base de données bibliographiques internationale des traductions de l’ (...)
  • 17 Pour une illustration de l’usage qui peut être fait d’un indicateur de capital symbolique comme la (...)

21Plusieurs auteurs français renommés figurent au catalogue des éditeurs critiques, et pas seulement par le biais d’entretiens ou de préfaces. Afin d’évaluer de manière empirique le capital symbolique de ces auteurs, et donc par ricochet des éditeurs les publiant, une recherche a été effectuée à partir de l’Index Translationum de l’Unesco16, partant de l’idée que le nombre de traductions dont bénéficiait un auteur français à l’étranger, tous ouvrages et toutes langues confondues, constituait un indicateur pertinent de cette forme de capital. Les résultats (voir méthodologie et tableau en Annexe 1) sont très hétérogènes et mériteraient une analyse beaucoup plus approfondie que celle que nous souhaitons mener ici17. Ils ne nous intéressent que par les ordres de grandeur qu’ils fournissent. Seuls quatre des auteurs publiés par les maisons d’édition critique disposent d’un véritable capital symbolique sur la scène internationale – c’est-à-dire ayant donné lieu à un nombre de traductions supérieur à 50 ces trente dernières années. Il s’agit d’auteurs traduits dans un nombre important d’idiomes, ajoutant les langues rares (lituanien, tchèque, finnois, japonais, russe) et à caractère régional (catalan, galicien) aux principales langues européennes (anglais, allemand, italien, espagnol, portugais). Pierre Bourdieu est l’auteur le plus traduit (274 traductions répertoriées dans 28 langues), suivi par Jean Baudrillard (195 dans 27 langues), puis Félix Guattari (95 dans 21 langues) et Paul Virilio (90 dans 17 langues). Raisons d’agir constitue un cas d’espèce dans la mesure où la maison d’édition a doublement bénéficié du capital symbolique associé au nom de Pierre Bourdieu, à la fois initiateur de la maison d’édition et auteur de deux ouvrages ayant donné lieu à de nombreuses cessions de droits dans le monde.

  • 18 Pierre Bourdieu, Interventions, 1961-2001. Science sociale et action politique, textes choisis et (...)
  • 19 Bertrand Legendre évoque une redistribution d’une partie de la fonction symbolique de l’édition lo (...)

22Un groupe intermédiaire d’éditeurs publie des auteurs dotés d’un capital symbolique moyen au niveau international, avec un nombre de traductions sur la période compris entre 10 et 50. Il s’agit d’auteurs connus tant pour leurs textes théoriques que politiques, à l’image d’Alain Badiou (Lignes), Jacques Rancière (La Fabrique), Samir Amin (Syllepse, Le Temps des cerises), Henri Lefebvre (Syllepse) ou pour leur capital plus spécifiquement académique – Jacques Bouveresse (L’Éclat, Agone, Raisons d’agir) et Robert Castel (Le Temps des cerises). Tous ces auteurs publient ou ont publié leurs principaux ouvrages chez des éditeurs plus renommés – Galilée pour Paul Virilio, Le Seuil pour le versant philosophique des travaux d’Alain Badiou, Minuit pour Jacques Bouveresse, Minuit, Fayard et Le Seuil pour Robert Castel. Ils tendent à confier aux petits éditeurs critiques des ouvrages plus légers en termes de pagination, et plus politiques – des ouvrages « d’intervention », souvent de moindre portée théorique. C’est par exemple le cas de Paul Virilio qui a donné un bref essai en 1996 à Textuel (Cybermonde, la politique du pire) tout en publiant l’essentiel de ses textes chez Galilée. Agone peut faire figurer le nom de Pierre Bourdieu à son catalogue grâce à la publication d’un ouvrage rassemblant les interventions politiques du sociologue sur une quarantaine d’années18. Que ces auteurs soient attachés de longue date à une maison d’édition ou qu’il s’agisse d’un écrit ponctuel, il n’en reste pas moins que leur nom apporte une part de capital symbolique précieuse aux éditeurs concernés et contribue à une certaine forme de dispersion de cette ressource19 – l’idéal étant bien sûr de nouer une relation de longue durée avec un auteur, permettant de lier son nom à celui de la maison d’édition. Une grande partie de l’image de Sens & Tonka est ainsi associée aux ouvrages de Jean Baudrillard que la maison a publiés à partir de la fin des années 1990, et qu’elle a choisi de remettre en avant en 2005, avec de nouvelles couvertures, créant un « effet collection ».

  • 20 Les cessions de droits se font dans ce cas dans le cadre d’échanges de bons procédés entre éditeur (...)

23Les maisons d’édition qui sont absentes de l’Index Translationum sont tout aussi intéressantes à prendre en compte. Il s’agit des structures les moins professionnelles de la population (Les Éditions libertaires, Nautilus…), extérieures aux flux d’échanges internationaux entre maisons d’édition, qui peuvent encore moins que les autres prétendre aux « grands noms ». Leurs auteurs sont certes parfois traduits, mais en dehors des circuits commerciaux traditionnels, et n’apparaissent donc pas sur la base de données20.

24Les enseignements que l’on peut tirer de cette amorce d’analyse du capital symbolique détenu par les éditeurs critiques – analyse qui sera complétée dans la partie II de manière plus aboutie – sont que ces derniers ne sont pas, loin s’en faut, démunis dans la compétition qui les oppose aux éditeurs généralistes, et ce en dépit de leurs faibles moyens économiques et de leur jeunesse. La remise à l’honneur des valeurs fondatrices du champ – l’appartenance des livres à un domaine à part n’étant pas totalement réductible à celui du commerce et du profit – joue en leur faveur pour attirer, ne serait-ce que ponctuellement, quelques « grands noms » qui défendent des thèses venant nourrir leur positionnement. La conjoncture particulière caractérisant le champ des sciences humaines en matière de traduction contribue encore à renforcer cette tendance. Bien que relevant de la même logique symbolique, l’importation d’auteurs réputés à l’étranger par le biais de traductions obéit à des contraintes particulières, comme nous allons le voir.

LA TRADUCTION : UNE NOUVELLE VOIE D’ACCÈS

  • 21 Une version remaniée de cette analyse a été publiée sous le titre « L’engagement par la traduction (...)
  • 22 Voir Pierre Bourdieu, « Une révolution conservatrice dans l’édition », art. cit., pp. 3-27.

25Les traductions constituent un dernier mode d’accès au champ éditorial, qui mérite d’être examiné avec d’autant plus d’attention qu’il s’agit d’une évolution récente dans le domaine des sciences humaines21. Le choix de bâtir un catalogue grâce à une part majoritaire de traductions est en France un mode de développement généralement associé à l’édition littéraire. Plusieurs petits éditeurs de fiction apparus à partir des années 1980 ont en effet investi le champ éditorial en publiant des auteurs issus de langues semi-périphériques ou périphériques, peu prisées par les grands éditeurs, et par conséquent seules abordables22. Citons à titre d’exemple, parmi de nombreux autres, L’Esprit des péninsules pour la littérature est-européenne, Philippe Picquier pour l’Extrême-Orient ou encore Gaïa pour la littérature scandinave. Moins fréquente jusqu’à présent dans le domaine des sciences humaines, une stratégie similaire a été le moyen de prédilection choisi par plusieurs éditeurs critiques. Du fait d’importantes lacunes en France dans le domaine des sciences humaines, ces derniers ont fait de la traduction d’auteurs renommés à l’étranger, et de classiques non accessibles aux lecteurs français, une ressource centrale pour construire leur catalogue et leur identité éditoriale.

Ressources informelles

  • 23 Le budget type d’un ouvrage traduit est de 6 000 à 7 000 € pour des livres courts, et peut aller j (...)
  • 24 Le traducteur doit avoir effectué un essai sur quelques feuillets, un contrat doit être établi en (...)

26De prime abord, l’aspect financier constitue pourtant un frein important, les traductions s’avérant plus coûteuses à produire que les textes français – d’environ 30 % à 40 % d’après les éditeurs interrogés23 – et plus longues à rentabiliser. Mais les petits éditeurs ne sont pas les plus mal placés pour contourner cette difficulté. Situés à la marge de l’économie traditionnelle de l’édition et habitués à prendre en charge une grande partie du processus éditorial, ils traduisent eux-mêmes une portion d’autant plus importante des ouvrages qu’ils publient qu’ils sont dotés de compétences linguistiques souvent pointues. Le recours à des proches, à des réseaux bénévoles ou militants est également fréquent. Un des moyens de contournement possibles de frais de traduction trop pénalisants pour l’économie d’un projet consiste à embaucher des traducteurs débutants, qui sont payés en dessous des tarifs en vigueur, en échange de la formation et de l’expérience acquise. Au-delà de ces « bricolages », les éditeurs les plus professionnalisés recourent également aux aides du CNL ou des régions, qui peuvent couvrir jusqu’à 60 % des frais de traduction sous certaines conditions, notamment celle d’employer un traducteur professionnel24. Ces aides sont, nous y reviendrons, essentielles dans la mesure où elles permettent de modifier fondamentalement l’économie d’un projet de traduction, qui serait sinon hors d’atteinte pour des petits éditeurs sans assise financière. À titre d’exemple, les éditions de L’Éclat ont payé 12 000 € pour une traduction de 800 pages de l’espagnol ancien. Comme l’explique le responsable :

« Je pense que le CNL joue un rôle majeur. Si le CNL n’existait pas, il y aurait encore moins de traductions en France. […] Le CNL est critiquable à plein de niveaux, mais c’est un outil majeur. On ne peut même pas s’en passer. Ou alors il faudrait que les livres de traduction soient autour de 40 €, mais plus personne ne les achèterait. »

27Une traduction entraîne néanmoins, en plus du surcoût économique, un surplus de travail pour l’éditeur, qui suit de près le travail des traducteurs, comme en témoigne l’un d’entre eux :

« Ça me demande énormément de boulot par ailleurs. C’est énorme, énorme. C’est des heures et des heures, ça a un coût pour nous aussi. […] Il y a des traducteurs en qui on a toute confiance. On sait qu’intellectuellement, ils sont exactement adéquats à ce qu’ils traduisent, alors on ne va pas vérifier systématiquement le texte d’origine. Il y en a d’autres pour lesquels on va systématiquement vérifier le texte d’origine. Donc un travail très lourd de comparaison. »

  • 25 Louis Pinto (dir.), Le commerce des idées philosophiques, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croqua (...)
  • 26 Sur le sujet, lire le n° 144 d’Actes de la recherche en sciences sociales, septembre 2002, consacr (...)
  • 27 Marc Minon, « L’état de l’édition en sciences humaines sociales », Cahiers de l’économie du livre, (...)
  • 28 Gisèle Sapiro (dir.), Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisat (...)

28Pour autant, ces obstacles ne sont pas rédhibitoires, étant compensés par des profits essentiels à la construction d’une identité éditoriale. Complexe à gérer et économiquement lourd, publier une part élevée de traductions relève par conséquent avant tout d’une stratégie de positionnement dans le champ éditorial. En effet, « l’importation n’est possible qu’à condition de rencontrer les intérêts et la disponibilité d’une population d’interprètes et d’intermédiaires »25. Le principal avantage d’une traduction d’un texte déjà passé par le filtre de la sélection éditoriale à l’étranger est qu’elle permet à un nouvel éditeur dénué de visibilité de bénéficier du pouvoir de consécration, plus ou moins important, attaché au nom de l’auteur. Il s’épargne le travail de découverte de nouveaux auteurs difficiles à imposer, tout en bénéficiant d’une image valorisante de médiateur et de « passeur » entre les langues et les savoirs. La traduction constitue de ce fait l’un des moyens les plus rapides d’acquisition de capital symbolique pour un nouvel entrant dans le champ26, et c’est sans doute une des raisons du taux de traduction très élevé relevé chez plusieurs maisons d’édition critique. En effet, près de la moitié publie plus de 10 % de traductions, et plus du quart peuvent être considérées comme fortement traductrices avec plus de 30 % de traductions à leur catalogue. Ces chiffres représentent une inversion complète de tendance par rapport à la situation d’il y a une vingtaine d’années, lorsque Marc Minon constatait que les petites maisons « semblent particulièrement réticentes face aux traductions »27. Ils reflètent de plus une évolution à contre-courant de celle du secteur des sciences humaines considéré dans son ensemble, la part des traductions dans la production étant passée de 6 % en 1986 à 4,5 % en 2000, alors même que le nombre de titres publiés progressait28.

Effacement des maisons généralistes

  • 29 Sur ce point, voir Michel Prigent, « Sur la politique de la traduction », Le Débat, 1997, n° 93, p (...)
  • 30 Cité dans Thomas Wieder, « Quand les petits éditeurs prennent le relais », Le Monde, 19 décembre 2 (...)
  • 31 Sophie Barluet, op. cit., pp. 94-95.

29Une des raisons permettant d’expliquer ce phénomène est la désaffection des éditeurs généralistes pour les traductions dans le domaine des sciences humaines depuis la fin des années 1970, considérées comme trop risquées financièrement dans un contexte de baisse des tirages et des ventes. À partir des années 1980, on ne compte plus les déclarations pessimistes et résignées des éditeurs, tant généralistes que spécialisés, sur le sujet29. Michel Prigent, président du directoire des PUF, constatait ainsi que les traductions, qui représentaient plus de 30 % des nouveautés publiées par cet éditeur il y a une quinzaine d’années, étaient tombées à moins de 10 % en 2008, la plupart des étudiants et des enseignants maîtrisant suffisamment les langues étrangères pour lire en version originale30. Les éditeurs généralistes « parient sur des choix moins académiques » et « donnent la priorité aux titres les plus rentables », comme le résume Sophie Barluet dans le rapport réalisé en 2004 à la demande du CNL31.

  • 32 Gisèle Sapiro, op. cit.

30Le retrait des « grandes » maisons d’édition a logiquement ouvert une brèche pour les petits éditeurs dénués de moyens financiers comme de pouvoir de consécration, leur donnant l’occasion de faire figurer dans leurs catalogues des auteurs de réputation internationale tels que Fredric Jameson, Judith Butler ou Slavoj Žižek, dont les équivalents seraient hors de leur portée dans le champ littéraire. Le retard accumulé dans la traduction de textes majeurs, dont certains datent des années 1970, a permis de constituer un « stock » de grande qualité dans lequel les éditeurs peuvent relativement aisément puiser, en mobilisant la notion de « classiques » qui relève de la logique disciplinaire32. Un éditeur explique comment il procède pour repérer ces lacunes :

« Il suffit par exemple de prendre un champ disciplinaire et de voir quel type de théorie, d’épistémologie a été développé qui n’existe pas ici. Ça serait un critère un peu objectif. Voilà, ça n’existe pas ici, on n’en a jamais entendu parler. Quelques personnes l’ont lu et l’ont vaguement retranscrit à leur manière, mais il n’y a pas le texte fondateur. »

  • 33 Cette somme est de fait une avance sur droits correspondant à 6 ou 7 % du prix du livre sur les 2  (...)

31Le marché français représentant un enjeu relativement secondaire sur le marché global, rares sont les auteurs s’opposant à ce que leurs ouvrages soient traduits par de petites maisons, à condition de garder la main sur leurs droits en langue anglaise. Les droits demandés demeurent par conséquent accessibles : Les Prairies ordinaires ont par exemple acheté les droits de Paradis infernaux de Mike Davis pour 600 €33.

Une dimension politique

  • 34 Sur cette controverse, voir Eric Hobsbawm, « L’âge des extrêmes échappe à ses censeurs », Le Monde (...)

32On ne peut aborder les stratégies de traduction des petits éditeurs dans le domaine des sciences humaines sans prendre en compte la dimension politique particulière qui les caractérise. Ces stratégies participent en effet d’une certaine repolitisation du débat dans le champ éditorial français, dont le moment emblématique a été la controverse suscitée par le refus de traduire en français L’âge des extrêmes de l’historien marxiste Eric Hobsbawm par l’historien et académicien Pierre Nora, directeur de collection chez Gallimard, au motif d’un « environnement intellectuel et historique peu favorable »34. Au-delà de cet exemple particulier, les éditeurs généralistes se voient reprocher de ne pas traduire des textes importants non seulement par peur du risque (commercial), mais aussi par conservatisme (politique). Le responsable d’une maison d’édition fortement traductrice l’exprime clairement :

« Le fait que les Presses du réel publient Jameson, c’est absolument anormal. On a un des auteurs les plus importants au monde… Tous ses livres devraient être chez un gros éditeur. Ce serait logique.
Pourquoi ce n’est pas le cas ?
Ils se sont désengagés. Pour des raisons économiques. Idéologiques, je ne sais pas, en tout cas normatives. Ils ont parfaitement intégré les normes du marché, c’est évident. Après, il y a aussi une question de génération. […] Je pense que ça relève d’une méconnaissance de certains types de pensée et de l’absolue conviction que c’est encore en France que ça se passe. »

  • 35 Jérôme Vidal, Lire et penser ensemble. Sur l’avenir de l’édition indépendante et la publicité de l (...)

33Indéniablement, l’importation de figures étrangères à l’identité tant académique que politique, à l’image d’Howard Zinn, de Noam Chomsky ou d’Eric Hobsbawm, constitue une ressource à la fois intellectuelle et politique pour la nouvelle garde d’éditeurs critiques soucieuse de développer des stratégies de résistance typiques du pôle intellectuel. Politique dans la mesure où elle participe de leur autodéfinition en tant qu’éditeurs critiques. Mais aussi parce qu’elle leur permet de s’opposer aux éditeurs généralistes associés à la frilosité et au conservatisme, tandis qu’eux-mêmes se trouvent situés du côté des valeurs de l’audace, de la curiosité et de la résistance. Ces appropriations contribuent par conséquent à polariser le champ éditorial selon une ligne politique valorisante, entre ancienne garde et nouvelle garde (dont ils font partie). Le fondateur des éditions Amsterdam souligne ainsi que les deux ouvrages « classiques » publiés par sa maison – L’invention de la tradition d’Eric Hobsbawm et Les lumières radicales de Jonathan Israel – ont bénéficié de l’aide à la traduction du CNL, ce qui n’a pas été le cas d’ouvrages jugés par l’éditeur comme porteurs d’une dimension « critique ou politique » plus accusée et s’inscrivant dans une démarche transdisciplinaire, comme Défaire le genre de Judith Butler et Penser le postcolonial : une introduction critique de Neil Lazarus35. La mise à l’écart est transfigurée en stigmate valorisant, en signe de non-conformisme et de dépassement du consensus néolibéral en vigueur depuis les années 1980.

  • 36 Plus de 30 000 exemplaires vendus, chiffre éditeur.

34Une illustration du phénomène de « double ressource » que constituent certaines traductions stratégiques est fournie par la publication par Agone en 2002 d’Une histoire populaire des États-Unis de l’historien américain Howard Zinn. Ce titre est devenu une des meilleures ventes de la maison d’édition marseillaise36, en dépit d’un prix de vente élevé (28 €) pour un texte de plus de 800 pages publié sans subvention. Le risque encouru pour une traduction de cette ampleur dans le secteur de la production restreinte, même en histoire – discipline susceptible de toucher un plus vaste lectorat – est évident. Seule une maison disposant d’une certaine assise financière peut en effet prendre en charge un tel projet. Le retour sur investissement a néanmoins largement dépassé la sphère économique. L’ouvrage a procuré à Agone des profits symboliques et politiques non négligeables, en lui permettant d’asseoir son image de maison engagée et d’affirmer sa « résistance » face au fatalisme des grands éditeurs et à la « dépolitisation » du débat d’idées en France. L’éditeur le dit clairement, qui souligne le contraste entre la situation française et celle existant dans d’autres pays :

  • 37 Thierry Discepolo, « Une histoire populaire des États-Unis de 1492 à nos jours. La synthèse d’Howa (...)

« L’histoire de ce livre en France est d’abord celle de son absence. Édité en 1980 aux États-Unis, il a fait l’objet en vingt-deux ans de 5 rééditions. Le titre existe en version courte (seulement le XXe siècle) ; et en version lue par Matt Damon, jeune star du cinéma américain. Vendu à plus de 950 000 exemplaires aux États-Unis (et 65 000 en Angleterre), ce livre est traduit depuis vingt ans en espagnol, en russe et en japonais ; les éditions turques, arabes, roumaines et grecques sont en cours ; l’Italie et l’Allemagne boudent, semble-t-il, plus encore que la France. »37

35L’appropriation symbolique dépasse la renommée de l’auteur, historien de gauche reconnu, pour s’étendre aux thèses qu’il incarne. L’ouvrage est devenu pour Agone un symbole de sa ligne éditoriale, une ressource qui semble aller de soi par rapport au positionnement intellectuel de la maison et l’image qu’elle souhaite projeter d’elle-même :

  • 38 Ibid.

« [C’est] un livre qui rassemble à peu près tout ce qui fait la ligne éditoriale d’Agone, notamment dans ce travail d’éducation populaire qui doit plus à la contre-information qu’à la vulgarisation. […] Car Zinn ne livre pas seulement une synthèse de la connaissance historique disponible sur le pays. [Il] en propose comme le contre-modèle, l’antidote qui nous permet de nous soigner de l’histoire écrite par les dominants pour désespérer les dominés de tout changement. »38

36L’identification entre l’éditeur et l’auteur est attestée par la forte implication du premier dans la défense de l’ouvrage à sa sortie – une vingtaine de conférences de présentation de l’ouvrage ont été organisées dans différentes librairies sur tout le territoire –, mais également en amont, au niveau du travail sur le texte :

« Le bouquin de Zinn, le seul interlocuteur du traducteur, c’était moi. X a donné un petit coup d’œil à un moment donné parce qu’il y avait besoin de diagnostic, mais le choix des textes à ajouter, la finalisation de l’appareil de notes et la rédaction de la préface, c’est moi qui ai tout fait. Ça veut dire en vérité le livre, à part la traduction. Je finalise complètement le livre, ça va très loin. Je rédige une préface, trois semaines, c’est long. Tout ça en binôme avec le traducteur. »

37Cet exemple n’est en rien une exception, et l’on pourrait donner d’autres illustrations de transfert de capital intellectuel et/ou politique entre auteurs étrangers prestigieux et jeunes maisons d’édition. Plus intéressant est sans doute de constater que plusieurs stratégies d’acquisition de ce capital sont possibles, qui caractérisent des positions éditoriales très différentes.

Modalités différenciées d’accès au champ

38À ce stade de la réflexion, l’analyse portera plus particulièrement sur la politique éditoriale de deux maisons d’édition, afin d’illustrer deux modes possibles de recours aux traductions en tant que ressource centrale dans la construction d’un catalogue. Créées à presque vingt ans d’intervalle, la traduction a constitué pour ces maisons un mode d’accès privilégié au champ puisqu’elles constituent plus de 60 % de leur catalogue, un taux exceptionnellement élevé quel que soit le secteur éditorial considéré. La première, L’Éclat, créée en 1985, est à la tête d’un fonds de plus de 200 ouvrages, tandis qu’Amsterdam, qui a vu le jour en 2003, ne possède qu’un catalogue d’une trentaine de titres en 2006. Les deux maisons sont incarnées par des éditeurs disposant de capitaux linguistiques spécifiques. Diplômé de philosophie, enseignant d’anglais dans une école de commerce, le fondateur d’Amsterdam, né en 1970, a inauguré sa maison d’édition par une nouvelle traduction de Billy Budd matelot de Melville (dont il est l’auteur), avant de s’orienter exclusivement vers les essais ; celui de L’Éclat, né en 1956, licencié d’italien, a traduit de nombreux auteurs de son catalogue avec son épouse, notamment Massimo Cacciani et Paolo Virno.

  • 39 Luc Boltanski observe ce phénomène dans le champ de la bande dessinée, « La constitution du champ (...)

39Les éditions de L’Éclat et d’Amsterdam incarnent deux modes d’accumulation possibles de capital symbolique à l’intérieur du pôle de diffusion restreinte, entraînant chacun des profits différents. L’Éclat, sur un mode plutôt académique et ésotérique, traduit des ouvrages de savoir dans des disciplines classiques comme la philosophie et la spiritualité, avec une grande diversité des langues sources. Amsterdam, sur un mode plus exotérique, publie des auteurs issus de disciplines universitaires d’avant-garde importées des États-Unis, à l’image « radicale-chic ». Il s’agit d’ouvrages exclusivement de langue anglaise, explorant « les zones marginales de la culture savante »39.

L’importation d’auteurs « d’avant-garde » : l’exemple d’Amsterdam

40Le projet éditorial des éditions Amsterdam se résume par une idée forte : développer une ambitieuse politique de traduction de titres « majeurs » dans le domaine de la théorie critique permettant de combler certaines des lacunes les plus criantes existant en français, tout en s’efforçant de rendre l’entreprise économiquement viable. Le pari consiste ainsi à exploiter en bonne intelligence commerciale et intellectuelle les failles du champ. Le philosophe et psychanalyste slovène Slavoj Žižek et l’historien britannique Eric Hobsbawm ont été parmi les premiers auteurs pressentis par le nouvel entrant :

« Žižek dans une moindre mesure parce que je connaissais moins son travail et parce qu’il avait déjà été en partie publié. Ce n’était pas un inconnu en France, il était simplement ignoré du grand public contrairement à ce qui se passe dans le reste du monde, anglophone, mais pas exclusivement. Et puis des grands classiques comme le texte de Hobsbawm sur L’invention de la tradition, qui n’était pas disponible en français, des lacunes comme ça, énormes, qui sont difficiles à comprendre parce que, commercialement, c’est sans risques. »

  • 40 Eric Hobsbawm, Terence Ranger (dir.), The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University (...)
  • 41 Sur l’importation des courants postmodernes français aux États-Unis, voir François Cusset, French (...)
  • 42 Charlotte Nordmann (dir.), Le foulard islamique en questions, 2004 ; Laurent Lévy, Le spectre du c (...)

41Prenant le contre-pied des discours sur la « crise » des sciences humaines et sur la difficulté de rentabiliser les traductions en raison du peu d’intérêt du public comme de l’institution universitaire, les éditions Amsterdam se sont portées vers des textes d’auteurs ne relevant pas des logiques disciplinaires en vigueur dans l’univers académique national, jamais ou très rarement diffusés en français. Après les deux classiques en histoire que sont l’ouvrage de Hobsbawm précité et le monumental (912 pages) Les lumières radicales de Jonathan Israel40, des champs moins habituels, nourris de pensée postmoderne française passée par le filtre des campus américains, vont être explorés41. Les études de genre (gender studies, gay et queer studies) sont tout d’abord investies, avec la philosophe américaine Judith Butler, puis les études postcoloniales et les subaltern studies avec des auteurs comme Gayatri Spivak et Neil Lazarus, inédits en français. En 2007, ce sera le tour des cultural studies avec la publication d’un recueil d’articles de Stuart Hall, fondateur de la New Left Review et directeur du Center for Contemporary Cultural Studies de Birmingham à la fin des années 1960, puis l’histoire du colonialisme l’année suivante, avec le lancement de la collection « Histoires atlantiques » (voir infra). Ce positionnement original permet à l’éditeur de se forger une identité à part dans le champ éditorial français en tant que passeur de courants intellectuels teintés de radicalité, notamment autour des questions de sexualité, d’identité, d’immigration et du colonialisme. Une petite production française est développée en parallèle à partir des mêmes thématiques : défense des communautarismes et questionnements de l’identité sexuelle, notamment avec les sociologues Marie-Hélène Bourcier et Éric Fassin42.

Principales traductions publiées par Amsterdam
2004
Slavoj Žižek, Vous avez dit totalitarisme ? Cinq interventions sur les (més)usages d’une notion (réédition en poche en 2007)
Judith Butler, Le pouvoir des mots, politique du performatif
2005
Slavoj Žižek, Lacrimae rerum. Essais sur Kieslowski, Hitchcock, Tarkovski et Lynch (réédition en poche en 2007)
Judith Butler, Humain, inhumain.
Le travail critique des normes
Judith Butler, Vie précaire. Les pouvoirs du deuil et de la violence après le 11 septembre 2001
Jonathan I. Israel, Les lumières radicales
2006
Eric Hobsbawm et Terence Ranger (dir.),
L’invention de la tradition
Judith Butler, Défaire le genre
Gayatri Chakravort Spivak,
Les subalternes peuvent-elles parler ?
Neil Lazarus (dir.), Penser le postcolonial.
Une introduction critique
Gopal Balakrishnan, L’ennemi. Un portrait intellectuel de Carl Schmitt
Studs Terkel, Working
Studs Terkel, « La bonne guerre ».
Histoires orales de la Seconde Guerre mondiale
2007
Stuart Hall, Identités et cultures
2008
Stuart Hall, Le populisme autoritaire
Eve Kosofsky Sedgwick,
Épistémologie du placard
2009
C.L.R. James, Les Jacobins noirs
Toussaint Louverture et la révolution de Saint-Domingue
Marcus Rediker, Peter Linebaugh,
L’hydre aux mille têtes. L’histoire cachée de l’Atlantique révolutionnaire
Judith Butler, Ces corps qui comptent.
De la matérialité et des limites discursives du « sexe »
Studs Terkel, Hard Times
Partha Chatterjee,
Politique des gouvernés
Dipesh Chakrabarty,
Provincialiser l’Europe
James C. Scott, La domination et les arts de la résistance
2011
John Bellamy Foster, Marx écologiste
David Harvey, Le capitalisme contre le droit à la ville

  • 43 Gisèle Sapiro, op. cit., p. 208.
  • 44 Pascale Casanova, « Consécration et accumulation de capital littéraire », Actes de la recherche en (...)
  • 45 Sur ce point, voir Gisèle Sapiro, « Mondialisation et diversité culturelle : les enjeux de la circ (...)

42Le fait que les auteurs traduits par Amsterdam écrivent exclusivement en anglais – qu’ils soient originaires des États-Unis, de Grande-Bretagne, d’Inde ou de Slovénie, comme Slavoj Žižek – n’est pas anodin. L’éditeur n’a pas publié, jusqu’à présent, d’auteurs issus des sphères dominées et moins prestigieuses de l’espace éditorial international. À la différence d’autres maisons d’édition qui se définissent, comme nous le verrons, par une assez forte dispersion des langues sources parallèlement à la prédominance de l’anglais (ce qui est caractéristique du pôle de diffusion restreinte)43, les choix linguistiques d’Amsterdam situent plutôt cet éditeur du côté du pôle de grande diffusion (essais plus « grand public »), toutes proportions gardées. La traduction ne peut être comprise que « comme un “échange inégal” se produisant dans un univers totalement hiérarchisé » reposant sur la distribution inégale de capital linguistico-littéraire44. On sait que la diversité linguistique varie en fonction des disciplines dans le domaine des sciences humaines, chacune étant dotée d’une relative autonomie, et en fonction du public visé dans le domaine des essais : les ouvrages grand public étant rarement traduits de langues périphériques, et majoritairement de l’anglais45.

  • 46 Judith Butler, Gender Trouble, New York, Routledge, 1990.

43Amsterdam a en grande partie bâti sa réputation autour de l’importation emblématique de Judith Butler. Son ouvrage principal, Trouble dans le genre46, traduit en 2005 aux éditions La Découverte, a bénéficié d’une attention journalistique inhabituelle, en grande partie liée à sa réputation de philosophe sulfureuse qui remet en cause les définitions dominantes du genre en puisant ses sources chez des auteurs aussi variés que Foucault, Althusser, Wittig et Lacan. Ses livres suivants seront traduits par Amsterdam, qui a entrepris de développer une politique d’auteur cohérente autour de cette importation :

« Butler, son livre (Gender Trouble) est sorti chez La Découverte. Il a fallu que plusieurs personnes les harcèlent pendant plusieurs années pour qu’ils acceptent de la publier, ce qui est une aberration. Nous, on est arrivés trop tard, c’est vraiment dommage. Ils ont acheté le titre malgré eux, alors que je l’aurais fait avec plaisir. Ils n’ont pas du tout l’intention de donner suite à son travail.
Ce qui vous laisse de la marge.
Oui, on rachète systématiquement tous ses titres comme on a de bons rapports avec elle, qu’elle est contente du travail qu’on fait, qu’elle n’est pas mécontente d’être éditée par un petit éditeur indépendant. Je pense qu’elle est contente que Gender Trouble ait été traduit à La Découverte parce qu’elle bénéficie d’une surface d’exposition plus importante, mais voilà. »

  • 47 Sur cette problématique du transfert des textes d’un champ national à un autre, voir Pierre Bourdi (...)
  • 48 Pierre Bourdieu, « Les conditions sociales… », art. cit., pp. 3-8.

44Le transfert d’une philosophe comme Judith Butler assure à Amsterdam des profits de radicalité et donc un capital politique précieux à un moment où l’auteur commence à bénéficier d’une attention dépassant les cercles académiques ou féministes spécialisés. Elle permet au nouvel entrant de se définir d’entrée de jeu comme un éditeur d’avant-garde, comme intermédiaire entre des courants universitaires américains bénéficiant encore, malgré le décalage temporel, d’une aura de nouveauté, et un champ éditorial français jugé « provincial et endormi ». Amsterdam réussit par là même à se différencier de ses concurrents, en premier lieu La Découverte, renvoyé du côté de l’arrière-garde. Ce type d’appropriation s’avère d’autant plus fructueux que l’éditeur entreprend de réinterpréter les thèses de l’auteur en fonction des enjeux intellectuels spécifiques au champ de réception français en mettant en valeur sa « radicalité fondamentale »47. La préface à la traduction française de Le pouvoir des mots. Politique du performatif, coécrite par Jérôme Vidal et Charlotte Nordmann (la traductrice), fournit une parfaite illustration du transfert de capital symbolique d’un auteur vers un préfacier48 (et en l’occurrence éditeur) :

  • 49 Jérôme Vidal, Charlotte Nordmann, « Une provocation », préface à la traduction française de Le pou (...)

« Comment traduire Judith Butler ? Comment rejouer sa “provocation” (excitable speech) en français ? Comment traduire sa langue étrangement familière ? Et d’abord quelle est cette pulsion, cette incitation (excitable speech, encore) qui nous a poussés, contraints, à traduire ce livre ?
Au commencement (imaginaire ?), il y a ce besoin d’air frais, ce besoin de dépaysement, au moment où ici, en France, nous apercevons peut-être la sortie du tunnel dans lequel nous sommes entrés à l’aube des années quatre-vingt, à l’heure de tous les reniements, à l’heure, peut-être aussi, où certaines de nos illusions habilitantes [enabling] avaient épuisé leur puissance d’agir [agency]. Il ne faut pas cesser de vouloir – autrement dit d’exiger de nous-mêmes – la fin de ce grand backlash théorique et politique, de la réaction conservatrice dont la France a été le théâtre ces dernières années. L’œuvre de Judith Butler est assurément une des ressources que nous pouvons mobiliser à cette fin. »49 [Les mots en anglais entre crochets et parenthèses sont des auteurs de la préface.]

  • 50 « Les lecteurs qui souhaiteraient quelques éclaircissements sur le vocabulaire employé par Judith (...)

45La traduction d’auteurs renommés sur la scène internationale apparaît clairement comme une ressource importante dans les stratégies de distinction qui opposent les éditeurs au sein du champ éditorial français. C’est une ressource à double usage dans la mesure où l’éditeur et le traducteur ne sont souvent qu’une seule et même personne. Le fondateur d’Amsterdam s’est ainsi beaucoup investi dans la traduction de plusieurs auteurs publiés, ce qui renforce encore son rôle d’intermédiaire. Il a ainsi traduit le premier ouvrage de Slavoj Žižek, Vous avez dit totalitarisme ? (avec Denis Moreau, en 2004), deux ouvrages de Judith Butler (Humain, inhumain et Vie précaire en 2005) ainsi que Les subalternes peuvent-elles parler ? de Gayatri Spivak (2005). La terminologie particulière utilisée par Judith Butler, avec des termes clés difficilement traduisibles – « agency » ou « empowerment » – lui a en particulier donné l’occasion de mettre en avant un savoir-faire spécifique, en faisant figurer un lexique à la fin de l’ouvrage Le pouvoir des mots50.

  • 51 Jérôme Vidal, Charlotte Nordmann, ibid., p. 17.

« Dans le cours de notre travail, avouons-le, nous avons plus d’une fois maudit l’auteur de Gender Trouble. Les torsions auxquelles elle soumet la langue anglaise, les glissements qu’elle impose aux termes qui composent son lexique ne peuvent être restitués en français qu’avec difficulté. […] Nous nous sommes efforcés de ne pas contourner la difficulté, mais au contraire de nous appuyer sur elle, de nous appuyer sur l’étrange familiarité de la langue de Judith Butler. Nous nous sommes employés à reproduire aussi efficacement que possible la poétique propre de cette langue. Ce qui impliquait de forcer à son tour un peu la langue française, de bousculer les usages – et de ne pas gommer entièrement le travail de la traduction. Gageons que cette stratégie, loin d’obscurcir le texte, restituera un tant soit peu son agency et facilitera son accès aux lecteurs francophones. »51

L’Éclat : une accumulation progressive de capital symbolique

46Également fortement traductrices (près de 65 % de leur catalogue), les éditions de L’Éclat ont élaboré à partir du milieu des années 1980 une politique de traduction reposant sur un mode d’accumulation de capital symbolique plus progressif, caractéristique de la sphère savante, misant à la fois sur de grands noms de la philosophie jamais traduits en France et sur des auteurs inconnus, à l’image de Carlo Michelstaedter, philosophe italien de la fin du XIXe siècle mort à 23 ans après avoir rédigé son œuvre principale, La persuasion et la rhétorique, publiée en 1989. L’examen du catalogue de L’Éclat révèle un nombre de langues sources très élevé – une dizaine – qui se répartissent entre, sans surprise, l’anglais, mais également l’italien, très présent, l’espagnol, ainsi que plusieurs langues rares comme l’hébreu, le persan, l’arabe et le catalan, avec plusieurs éditions bilingues. À la manière des petits éditeurs littéraires, L’Éclat s’est constitué un catalogue en important des textes issus de langues périphériques, mais aussi de la langue centrale, en raison de la faible concurrence avec les éditeurs généralistes précédemment évoquée. Une fois ce premier capital constitué, la maison a pu s’orienter de manière plus marquée vers les auteurs français.

  • 52 Le Seuil poursuivra brièvement la traduction de Richard Rorty avec L’homme spéculaire en 1990 et C (...)

47L’Éclat a acquis une solide réputation dans le domaine de la philosophie analytique et pragmatiste en traduisant pour la première fois en français des auteurs comme Stanley Cavell et Richard Rorty52 dans la collection « Tiré à part », créée en 1989 sous la direction de Jean-Pierre Cometti, professeur de philosophie à l’université de Provence et traducteur de Wittgenstein et Peirce. Partie du constat qu’un pan entier de la philosophie n’était pas disponible en français, la collection, riche de plus de 50 titres, a accueilli des textes de Hilary Putman, John Searle, Karl Popper et Karl-Otto Apel (ainsi que de Jacques Bouveresse). Le point de départ est proche de celui d’Amsterdam :

« Il y avait cette idée de combler des vides et c’est vrai que dans le domaine de la traduction, et surtout dans le domaine de la philosophie, il y avait des aberrations, des niches comme cela, des absurdités. Et la démarche était, dans un premier temps, plus de faire découvrir des textes qui pouvaient être considérés comme des classiques, au niveau international, et que la France avait mis de côté. »

Principales traductions de la collection « Tiré à part »

1990
Karl-Otto Appel,
Penser avec Habermas contre Habermas
Richard Rorty, Science et solidarité.
La vérité sans le pouvoir
1991
Stanley Cavell, Une nouvelle Amérique encore inapprochable. De Wittgenstein à Emerson
Donald Davidson,
Paradoxes de l’irrationalité
John R. Searle, Pour réitérer les différences, réponse à Jacques Derrida
Paolo Virno, Opportunisme, cynisme et peur. Ambivalence du désenchantement
1992
John R. Searle, Déconstruction. Le langage dans tous ses états
Stanley Cavell, Statuts d’Emerson : constitution, philosophie, politique
Sir Karl Popper, Un univers de propensions. Deux études sur la causalité et l’évolution
1993
Stanley Cavell, Conditions nobles et ignobles. La constitution du perfectionnisme moral émersonien
Hilary Putnam, Définitions. Pourquoi ne peut-on pas « naturaliser » la raison ?
1994
Karl-Otto Appel, Le logos propre au langage humain
Richard Shusterman,
Sous l’interprétation
1996
Hilary Putnam, Philosophie de la logique
Paolo Virno,
Miracle, virtuosité et « déjà vu »
Nelson Goodman,
L’art en théorie et en action
1997
Diego Marconi, La philosophie du langage au XXe siècle
1998
Jerrold Levinson,
L’art, la musique et l’histoire
1999
Paolo Virno, Le souvenir du présent.
Essai sur le temps historique
Depuis 2000
Hilary Putnam, Fait/valeur. La fin d’un dogme, 2004
Richard Shusterman, Conscience du corps. Pour une soma-esthétique, 2007
Daniel Dennett, De beaux rêves.
Obstacles philosophiques à une science de la conscience, 2008

  • 53 D’où le faible recours aux aides du CNL pour cette collection.

48Avec un programme de publication de près de 6 titres par an, et des tirages compris entre 1 000 et 2 000 exemplaires, la collection a accueilli sur une période de vingt ans des textes contemporains d’intervention, le plus souvent brefs, sous forme d’articles parus dans des revues, selon le format des collected papers53 :

« “Tiré à part” c’était aussi le moyen de sortir les articles des revues et de faire des volumes. Par exemple, toute la polémique de Derrida avec John Searle, c’était incroyable. Derrida a fait deux livres là-dessus et les textes de Searle n’étaient pas traduits, on ne savait pas de quoi il s’agissait. C’étaient des textes qui étaient parus en revue, mais qui n’étaient même pas publiés en volume, alors on a publié ça et Searle nous a fait cadeau des droits, il ne nous a rien demandé. »

  • 54 17 000 exemplaires vendus selon l’éditeur depuis la 1re édition en 1997, tout en étant disponible (...)
  • 55 La persuasion et la rhétorique s’est vendu à 12 000 exemplaires en France depuis sa parution en 19 (...)

49L’Éclat a développé en parallèle un programme soutenu de traductions de l’italien, principalement assuré par l’éditeur et sa femme, et de l’espagnol – langues dont le capital symbolique accumulé est faible en sciences humaines – avec la collection « Philosophie imaginaire », créée en 1985, qui publie notamment José Bergamín et Giorgio Colli. Viennent s’ajouter à cela un champ d’études pointu sur le judaïsme et la Kabbale baptisé « Nouvelle collection », ainsi qu’une collection sur les utopies, « Premier secours », créée en 1996. Cette dernière abrite le titre le plus vendu du catalogue – TAZ. Temporary Autonomous Zone de l’ethnologue et activiste Hakim Bey, sur les utopies pirates54 ainsi que Paolo Virno, un des théoriciens du concept de « multitude ». L’ensemble produit un catalogue éclectique mêlant philosophes, essayistes et exégètes, classiques et contemporains. Tous les titres s’inscrivent dans des cycles de vente à long terme, avec des ventes moyennes situées entre 400 et 1 000 exemplaires, et quelques ventes exceptionnelles à quelques milliers d’exemplaires55. Près de la moitié est publiée avec l’aide de subventions du CNL. Cela n’a pas empêché certaines années d’être difficiles :

« En 1989, on a failli crever, ça ne marchait pas du tout. Et on a publié Michelstaedter, qui nous a sauvés. Souvent, les projets un peu absurdes nous ont sauvés. Les trois volumes sur les présocratiques en édition bilingue de Giorgio Colli par exemple [La sagesse grecque, 1990-1992]. Jean-Pierre Vernant a dit dans des conférences que ce livre avait changé sa vie, et on en a vendu beaucoup. […] Le Michelstaedter qui a été une vraie découverte, c’est un bouquin très bizarre, avec un titre totalement absurde, La persuasion et la rhétorique. Cela a été pour nous véritablement un bestseller. On a fait quasiment quatre réimpressions la première année. »

  • 56 Perry Anderson, La pensée tiède, un regard critique sur la culture française, trad. W. O. Desmond, (...)

50Quelles que soient la stratégie et les modalités adaptées, l’ambitieuse politique de traduction des éditeurs critiques vient contredire le constat de Perry Anderson, qui déplorait il y a quelques années que le champ des sciences sociales et de la philosophie en France se soit, contrairement à la littérature, fermé aux productions intellectuelles étrangères, et installé dans un grand provincialisme intellectuel56. Et ce d’autant plus que ces deux éditeurs au profil de traduction exceptionnel ne sont pas des cas isolés.

Fragilités

51Plusieurs autres maisons d’édition critique mènent une politique active en matière de traduction à partir d’une palette de langues sources assez large au-delà de l’anglais, principalement autour de l’allemand, de l’italien et de l’espagnol, et quelques incursions vers des langues plus rares, ce qui vient confirmer le rôle des petits éditeurs dans le maintien d’une certaine diversité des échanges intellectuels.

  • 57 Source : site de l’éditeur, <www.lesprairiesordinaires.fr> (10 octobre 2010).

52Le fait qu’une maison d’édition comme Les Prairies ordinaires, qui a débuté en 2005 avec une collection d’entretiens et d’essais de sciences humaines, exclusivement en français, a lancé deux ans plus tard une collection de traductions de courts textes théoriques et critiques (articles, interventions) d’auteurs contemporains vient encore appuyer cette affirmation. Grâce à une subvention du conseil régional d’Île-de-France, la collection « Penser/Croiser », codirigée par François Cusset et Rémy Toulouse, l’éditeur, ambitionne d’accueillir « le meilleur de la pensée mondiale » avec des textes emblématiques de la postmodernité « ayant marqué le champ théorique de ces trente dernières années »57 : le philosophe américain Fredric Jameson (La totalité comme complot), le sociologue Mike Davis (Le stade Dubaï du capitalisme), ou encore un recueil de textes du théoricien littéraire Stanley Fish (Quand lire c’est faire). Les propos de l’éditeur rejoignent presque mot pour mot ceux du responsable d’Amsterdam dans le constat du « retard pris par l’édition française pour la traduction des grands courants internationaux en sciences humaines » :

  • 58 Ibid.

« Nous nous sommes attachés à travailler sur deux corpus de textes : d’un côté, des textes fondamentaux écrits au cours de ces trente dernières années et qui continuent d’animer actions et débats, engagements théoriques et pratiques ; de l’autre, des textes écrits aujourd’hui qui tentent de bouleverser les frontières établies. »58

53Une telle initiative va dans le sens d’une « relève » des petits éditeurs dans le champ des sciences humaines, certes modeste au regard du nombre de titres traduits, et qui demeure économiquement fragile. Le passage du responsable des Prairies ordinaires aux éditions La Découverte en 2010 pose en effet la question de la pérennité de la collection « Penser/Croiser », qui avait réussi, en l’espace de quelques années, à se forger une identité forte.

La collection Penser / Croiser

2007
Fredric Jameson,
La totalité comme complot
Wendy Brown, Les habits neufs de la politique mondiale : néolibéralisme et néoconservatisme
Mike Davis,
Le stade Dubaï du capitalisme
Stanley Fish, Quand lire c’est faire
2008
Franco Moretti, Graphes, cartes et arbres : modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature
David Harvey,
Géographie de la domination
Álvaro García Linera, Pour une politique de l’égalité : communauté et autonomie dans la Bolivie contemporaine
Hal Foster, Design & crime
Retort (collectif), Des images et des bombes : politique du spectacle et néolibéralisme militaire
Mike Davis et Daniel B. Monk (dir.),
Paradis infernaux : les villes hallucinées du néocapitalisme
Coco Fusto, Petit manuel de torture à l’usage des femmes-soldats
2009
Nelson Lichtenstein et Susan Strasser, Wal-Mart, l’entreprise monde
W.J.T. Mitchell,
Iconologie : image, texte, idéologie
Raymond Brady Williams,
Culture & matérialisme
Mike Davis, Dead cities
Wendy Brown,
Murs : les murs de séparation et le déclin de la souveraineté étatique
2010
Roberto Esposito, Communauté,
immunité, biopolitique. Repenser les termes de la politique
Perry Anderson,
Les origines de la postmodernité
Jean & John Comaroff, Zombies et frontières à l’ère néolibérale. Le cas de l’Afrique du Sud post-apartheid
Nina Power, La femme unidimensionnelle
David Harvey, Le nouvel impérialisme

54Le choix d’un positionnement éditorial fortement lié à l’importation d’auteurs étrangers demeure en effet risqué à terme dans la mesure où cette stratégie repose sur des auteurs susceptibles de devenir l’objet, du fait de leur reconnaissance croissante, d’une concurrence accrue avec les éditeurs généralistes. Ces derniers, mieux dotés en capitaux tant économiques que symboliques, ne laissent alors traditionnellement aux petits éditeurs que les textes mineurs des auteurs majeurs, ce qui contribue à une dispersion qui peut être dommageable à une politique éditoriale claire et cohérente. La médiation relativement récente des agents littéraires en France, plus forte dans le domaine de la littérature que dans celui des sciences humaines, a ainsi gagné quelques auteurs à succès, dont les livres sont gérés sur le modèle des best-sellers mondiaux, et a contribué à faire monter les enchères. Les éditions Exils, qui avaient assuré la traduction d’Empire de Toni Negri et Michael Hardt en 1999, ont ainsi dû renoncer à publier la suite, Multitudes, devant les exigences financières très élevées de l’éditeur américain :

« Le problème, c’est que Negri écrivait avec un américain, et c’est Harvard University Press qui s’occupait de la vente. Et donc pour le second tome, qui s’appelle Multitudes, ils ont fait une enchère, et c’est La Découverte qui l’a emporté, et, moi, je n’ai pas pu suivre. C’était, à l’époque, 18 000 euros, quasiment 20 000 euros, et derrière ça il faut payer la traduction, c’est beaucoup d’argent pour moi. »

  • 59 Les répercussions de l’affaire Faurisson ont certes joué un rôle dans ce décalage. Noam Chomsky a (...)
  • 60 EPO (1991 et 1995), Le Temps des cerises (1997), Agone (1998, 2001, 2002, 2010), Les Arènes, Aden, (...)
  • 61 Huit titres de Chomsky ont été traduits chez Fayard entre 2002 et 2010.

55Le risque est réel d’une répartition classique des rôles entre petits et grands éditeurs, les premiers contribuant à installer en France des auteurs qui sont ensuite récupérés par les seconds, tout au moins pour les titres à plus fort potentiel commercial. La réception tardive et dispersée du versant politique de l’œuvre de Noam Chomsky en France en fournit une bonne illustration59. Si ses premiers ouvrages (hors linguistique) sont parus chez une myriade de petits éditeurs à partir des années 199060, il est depuis 2002 principalement traduit chez Fayard, avec une nette accélération en 2007-200861. Jean-Jacques Rosat, directeur de collection chez Agone, qui a entrepris de traduire plusieurs textes de Chomsky, porte sur ce phénomène un regard critique, soulignant le rôle central des circuits de médiation (et notamment de traduction) dans la réception d’une œuvre :

« Je pense que la réception de Chomsky en France souffre terriblement du fait qu’il y a trop d’éditeurs, qu’il n’est pas toujours très bien traduit, qu’il est édité souvent n’importe comment. Je pense qu’il y a un effet de dévaluation. La capacité du monde intellectuel français à nier l’importance de Chomsky, qui s’est encore manifestée récemment […], ce genre d’opérations est d’autant plus facile à réaliser qu’il n’y a pas une image cohérente forte, claire. »

56De la même façon, Žižek a connu en France une reconnaissance très progressive. Publié chez plusieurs petits indépendants à partir des années 1980 (Navarin en 1983 et 1988, Point Hors Ligne en 1990, L’Harmattan en 1996, les Presses universitaires de Rennes en 1999, Nautilus en 2002, Amsterdam et Climats en 2004), il apparaît à partir des années 2000 au catalogue d’éditeurs plus renommés comme Flammarion (qui a absorbé Climats en 2005), mais aussi Le Seuil et Fayard, au moment où son image de philosophe « iconoclaste » commence à s’imposer en France.

  • 62 François Cusset, French Theory…, op. cit., postface à l’édition 2005, p. 354.

57Si l’édition française a connu ces vingt dernières années un fléchissement en matière de traductions dans le domaine des sciences humaines, l’arrivée de nouveaux entrants tels qu’Amsterdam, L’Éclat, Agone ou Les Prairies ordinaires, et leur choix d’auteurs majeurs sur la scène internationale tend à pointer une esquisse de redistribution des cartes, rendue possible par la place laissée vacante par les éditeurs généralistes et par l’existence d’importants dispositifs publics. François Cusset va jusqu’à évoquer « une floraison de traductions en sciences humaines qui viennent mettre un terme à vingt-cinq ans d’isolationnisme intellectuel hexagonal »62. Plus sobrement, nous nous contenterons de constater que de nouvelles positions se sont créées, qui ont été occupées par des éditeurs motivés prêts à travailler dans des conditions économiques extrêmement précaires. Les traductions représentent pour ces derniers, de manière classique bien que nouvelle pour les sciences humaines, un mode d’accès privilégié au champ éditorial qui leur permet d’exprimer un message politique tout en se distinguant de leurs concurrents. Elles constituent en effet un moyen efficace de transfert de capital symbolique, mais également une ressource théorique de tout premier ordre pour des éditeurs se définissant par la mise en avant d’une identité critique.

CE QUE NOUS APPRENNENT LES MEILLEURES VENTES

58Comme nous l’avons constaté, l’installation d’une maison d’édition dans le champ éditorial est tributaire de plusieurs stratégies. Ces stratégies d’entrée, situées en amont du travail éditorial, trouvent leur aboutissement dans la mise sur le marché des ouvrages et la sanction commerciale qui en résulte (le nombre d’exemplaires vendus). Négliger cette dernière étape du processus reviendrait à limiter la perspective à une seule dimension – certes la plus valorisée – de l’activité d’éditeur, et à ne pas prendre en compte sa matérialisation économique. Afin d’évaluer les critères de réussite commerciale dans ce champ spécifique, il faut s’intéresser aux meilleures ventes des maisons d’édition critique. De par leur statut d’exception, ces titres permettent en effet de comparer l’efficacité différentielle, en termes d’accumulation de capital économique, des différentes stratégies adoptées par les éditeurs.

  • 63 Le magazine Le Point et la revue professionnelle Livres Hebdo publient toutes les semaines les chi (...)
  • 64 Les maisons les plus récentes sont évidemment défavorisées par le mode de calcul, leurs titres n’a (...)

59La notion de « meilleures ventes » doit être considérée avec précaution dans la mesure où elle repose exclusivement sur les déclarations des éditeurs. Elle ne renvoie ni aux baromètres publiés dans la presse63, ni au classement effectué par le site de vente en ligne Amazon, les éditeurs de la population pouvant « prétendre » à placer leurs titres sur ce type de palmarès étant très peu nombreux. Il est par ailleurs important de ne pas confondre meilleures ventes et ventes moyennes. Ces titres, qui sont en quelque sorte les best-sellers des maisons d’édition considérées, chacune à son échelle, à un moment donné du temps, ne sont en rien représentatifs des ventes moyennes de l’ensemble des catalogues, bien inférieures. Ils incarnent une limite haute, en termes de reconnaissance commerciale, et peuvent de ce fait être considérés comme un indicateur de proximité ou d’éloignement vis-à-vis du champ de grande production. Enfin, très concrètement, les meilleures ventes permettent à ces maisons d’édition précaires financièrement de fonctionner, parfois plusieurs années, grâce aux revenus dégagés. Elles sont pour toutes ces raisons essentielles à analyser64.

  • 65 Il est instructif de mettre en regard ces chiffres avec les meilleures ventes du supposé « âge d’o (...)

60À la lecture du tableau ci-après, on constate que les chiffres des meilleures ventes connaissent une grande amplitude. Ils s’échelonnent entre un petit millier d’exemplaires permettant tout juste de rentabiliser un titre, à plus de 10 000 exemplaires pour les éditeurs rivalisant ponctuellement avec l’édition généraliste, et plus de 100 000 exemplaires pour les cas exceptionnels65. Ces variations illustrent bien les fortes disparités existant entre les éditeurs considérés, du fait de la variété des genres et des auteurs publiés.

Tableau 2 : Les meilleures ventes des éditeurs (les traductions sont soulignées)

  • 66 Le cas de Dagorno mérite quelques éclaircissements : en sommeil depuis plusieurs années, cet édite (...)
  • 1 Ce chiffre inclut les ventes à l’étranger.

Éditeurs

Meilleures ventes en nombre d’ex. (par ordre croissant)

Nombre d’ex. vendus

Date de la 1re édition

Sens & Tonka

L’utopie de Thomas More à Walter Benjamin, M. Abensour ; Titres de Baudrillard (sans précision)

Chiffre non communiqué

2000

Delga

Le capitalisme de la séduction, M. Clouscard (réédition)

1000

2005

L’Échappée

Qu’est-ce que l’anarchisme ?, A. Berkman (réédition)

1000

2005

Les Prairies ordinaires

Quel bruit ferons-nous ?, A. Farge, entretien avec J.-C. Marti

1500

2005

Amsterdam

Défaire le genre, J. Butler

2000

2006

Éditions du Croquant

Le savant, le politique et la mondialisation, F. Lebaron

2000

2003

Sextant

L’anarchie, É. Reclus (réédition) et Plan social, I. Pivert

2000

2005

Lignes

Circonstances 1, A. Badiou

2500

2003

Nautilus

L’art du chaos, H. Bey

3000

2000

Encyclopédie des Nuisances

L’effondrement de la TG BNF, J.-M. Mandosio

3500

1999

Ivrea

L’obsolescence de l’homme, G. Anders

4000

2002

Aden

Comprendre le pouvoir, N. Chomsky

4000

2005

Homnisphères

Du crime d’être « noir », B. Coulibaly

4000

2006

Nuits rouges

Féministe et libertaire. Écrits de jeunesse, A. David-Néel

4000

2003

Le Passant ordinaire

La démence sénile du capital, fragments d’économie critique, J.-M. Harribey

5000

2002

Danger public

Propaganda, N. Chomsky

5000

2002

La Dispute

Corruption et démocratie en Algérie, D. Hadjadj

6000

1999

Les Éditions libertaires

Les égorgeurs. Guerre d’Algérie, chronique d’un appelé (1959-1960), B. Rey (réédition)

6000

2000

Sulliver

De la misère en milieu étudiant…, anonyme (réédition)

7000

1995

L’Insomniaque

Putain d’usine, J.-P. Levaray

10 000

2002

Le Temps des cerises

Le livre noir du capitalisme (collectif)

10 000

1998

Textuel

Humanitaire le dilemme, R. Brauman

10 000

1996

Parangon

L’État voyou, W. Blum

15 000

2000

L’Éclat

TAZ, Zone autonome temporaire, H. Bey

17 000

1997

Golias

José Bové : la révolte d’un paysan, C. Terras et P. Ariès

17 000

2000

La Fabrique

L’industrie de l’Holocauste, N. Finkelstein

18 000

2001

Exils

Vivre et penser comme des porcs, G. Châtelet

19 000

1998

Climats

L’enseignement de l’ignorance et ses conditions modernes, J.-C. Michéa

20 000

1999

Syllepse

ATTAC contre la dictature des marchés, B. Cassen et al. (dir.)

20 000

1999

Agone

Une histoire populaire des États-Unis, H. Zinn

32 000

2002

Dagorno / Éditions du Lézard66

Fumée clandestine (t. 1), J.-P. Galland

50 000

1993

Raisons d’agir

Sur la télévision, P. Bourdieu et Les nouveaux chiens de garde, S. Halimi

+200 000

1996

Les Arènes

Est-ce dans ce monde-là que nous voulons vivre ?, Eva Joly1

+250000

2003

61Une analyse détaillée des titres figurant dans ce tableau des best-sellers des éditeurs critiques est instructive dans la mesure où elle permet de dégager, en creux, les critères commerciaux implicites auxquels ces derniers sont confrontés. On constate que les traductions (soulignées dans le tableau) y sont présentes, bien que minoritaires (10 titres sur 35), signe que l’effort important des éditeurs en la matière trouve une certaine consécration commerciale. Les auteurs réputés sont prééminents, avec des personnalités aussi diverses que Noam Chomsky (Danger public et Aden), Pierre Bourdieu (Raisons d’agir), Alain Badiou (Lignes) ou Jean Baudrillard (Sens & Tonka). Ces auteurs sont d’autant plus importants qu’ils permettent aux éditeurs les publiant de faire « coup double » en associant capitaux symboliques et économiques, du fait des ventes importantes liées à leur nom. Pour les maisons d’édition qui ne peuvent proposer de « noms » prestigieux, il reste les rééditions, seul mode d’accès possible à un (relatif) succès commercial, avec des ventes toujours inférieures à 10 000 exemplaires : Michel Clouscard (Delga), Élisée Reclus (Sextant) ou Benoit Rey (Les Éditions libertaires).

  • 67 Le livre noir du communisme. Crimes, terreur, répression a été publié en 1997 par les Éditions Rob (...)

62Les thématiques et l’actualité des titres jouent également un rôle dans les ventes des ouvrages, comme l’illustre le succès de l’ouvrage collectif Le livre noir du capitalisme, paru en 1998 quelque mois après la sortie du livre polémique dirigé par Stéphane Courtois, Le livre noir du communisme67, ou encore ATTAC contre la dictature des marchés et L’État voyou de William Blum, dénonçant la politique étrangère de George W. Bush en 2000. On peut leur adjoindre les essais de caractère pamphlétaire de Gilles Châtelet (Exils) et Jean-Claude Michéa (Climats). L’industrie de l’Holocauste (2001) de l’universitaire américain Norman Finkelstein, qui dénonce l’instrumentalisation de la Shoah par certaines organisations juives aux États-Unis, doit sans doute aussi une grande part de son succès à la polémique que sa publication a suscitée en France, qui a valu un procès à son éditeur pour incitation à la haine raciale. Le témoignage de l’ancienne juge en charge de l’affaire Elf, Eva Joly, fortement médiatisée au moment de la sortie de son ouvrage mêlant révélations et analyses, explique également un niveau de vente peu commun dans ce secteur de l’édition (250 000 exemplaires), qui fait des Arènes une maison se plaçant sur le même terrain que les éditeurs d’essais d’actualité. Quant aux deux titres publiés par Raisons d’agir en 1996, nous avons déjà abondamment évoqué les circonstances de ce succès s’expliquant par une conjonction entre un format éditorial novateur, une thématique, des auteurs, et un contexte de réception spécifique.

63Pour clore cette analyse du processus éditorial, il reste à appréhender une dernière sanction externe, celle de la réception critique des ouvrages. Les recensions publiées dans la presse écrite nous renseignent sur la façon dont les éditeurs sont classés dans l’espace public, et en fonction de quels critères d’appréciation. Elles constituent une forme de vérité objective du champ instructive quant aux rapports de force qui le structurent. En effet, le travail d’une maison d’édition consiste à donner une existence publique à certains textes et auteurs, lesquels ont été dûment filtrés, évalués, classés, et enfin officialisés par ses soins. Un tel pouvoir symbolique ne peut qu’entrer en conflit avec celui des autres juges et producteurs de classements que sont les critiques.

Notes

1 Lucien Karpik, L’économie des singularités, Paris, Gallimard, 2007 (coll. Bibliothèque des sciences humaines).

2 L’adoption d’un taux de TVA réduit (5,5 % pour les produits culturels), mais également d’un régime dérogatoire à la liberté de fixation des prix, avec le « prix unique du livre » (loi du 10 août 1981), est la traduction législative de ces contraintes spécifiques.

3 Source : SNE, L’édition de livres en France. Repères statistiques 2011 (données 2010).

4 L’enquête du ministère de la Culture sur les pratiques culturelles des Français enregistre depuis plusieurs décennies l’érosion de la lecture, qu’il s’agisse des gros ou des moyens lecteurs, et l’augmentation de la part de très faibles lecteurs (1 à 4 livres lus dans l’année). L’enquête de 2008 rapporte que 53 % des Français déclarent « spontanément lire peu ou pas du tout de livres ». Olivier Donnat, Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique : enquête 2008, Paris, Éditions La Découverte – ministère de la Culture et de la Communication, 2009, p. 142.

5 On estime généralement à 250-300 le nombre de libraires assurant le cœur du « premier niveau », lequel peut aller jusqu’à 800 points de vente selon les définitions les plus larges. On appelle « premier niveau » les plus gros points de vente, soit les grosses librairies généralistes ainsi que les FNAC et les chaînes comme le Furet du nord.

6 John Thompson distingue cinq types de ressources possibles pour les éditeurs, cinq formes de capital qui déterminent leurs positions relatives dans l’espace social. Au capital économique (les ressources financières au sens large) et symbolique, il ajoute le capital humain (le savoir accumulé et les compétences des personnes travaillant dans une maison d’édition donnée), le capital social (l’ensemble du réseau relationnel) et le capital intellectuel (les droits intellectuels que contrôle l’éditeur par le biais des contrats avec ses auteurs). John B. Thompson, Merchants of Culture : the Publishing Business in the 21st Century, Cambridge, Polity Press, 2010, p. 5.

7 Pierre Bourdieu, Yvette Delsaut, « Le couturier et sa griffe. Contribution à une théorie de la magie », Actes de la recherche en sciences sociales, 1975, n° 1, pp. 7-36.

8 John B. Thompson, Books in the Digital Age : the Transformation of Academic and Higher Education Publishing in Britain and the United States, Cambridge, Polity Press, 2005, pp. 32-34.

9 Pierre Bourdieu, « Une révolution conservatrice dans l’édition », Actes de la recherche en sciences sociales, 1999, n° 126-127, pp. 3-27.

10 Pierre Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Le Seuil, 1992 (coll. Libre examen politique), p. 277.

11 Pierre Bourdieu, Yvette Delsaut, art. cit., p. 23.

12 Pierre Bourdieu, Yvette Delsaut, art. cit., p. 13.

13 Source : catalogue éditeur.

14 Pierre Bourdieu, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales, 2002, n° 145, pp. 3-8.

15 Marie-Louise Duboin, Mais où va l’argent ?, préface de René Passet, Paris, Éditions Sextant, 2007 ; Heinrich Lüssy, La dissidence, plaidoyer pour l’esprit de contradiction, préface de Jean Ziegler, Paris, Éditions Sextant, 2006.

16 L’Index Translationum est la base de données bibliographiques internationale des traductions de l’Unesco accessible en ligne sur <http://databases.unesco.org/xtrans/xtra-form.html>. Elle fournit une information bibliographique cumulative sur les livres traduits et publiés depuis 1979 dans une centaine de pays, soit plus de 1 900 000 notices répertoriant 250 000 auteurs dans toutes les disciplines.

17 Pour une illustration de l’usage qui peut être fait d’un indicateur de capital symbolique comme la traduction, voir Gisèle Sapiro, Mauricio Bustamante, “Translation as a Measure of International Consecration. Mapping the World Distribution of Bourdieu’s Books in Translation”, Sociologica, 2-3/2009. [En ligne] <http://www.sociologica.mulino.it/journal/article/index/Article/Journal:ARTICLE:340/Item/Journal:ARTICLE:340> (27 juin 2012).

18 Pierre Bourdieu, Interventions, 1961-2001. Science sociale et action politique, textes choisis et présentés par Franck Poupeau et Thierry Discepolo, Marseille, Agone, 2002 (coll. Contre-feux).

19 Bertrand Legendre évoque une redistribution d’une partie de la fonction symbolique de l’édition lorsque des auteurs réputés confient certains de leurs titres à des éditeurs modestes. Bertrand Legendre, « Quel avenir pour les éditeurs de taille moyenne et petite ? », in Jean-Yves Mollier (dir.), Où va le livre ?, Paris, La Dispute, 2007 (coll. État des lieux), p. 76.

20 Les cessions de droits se font dans ce cas dans le cadre d’échanges de bons procédés entre éditeurs idéologiquement proches, donnant rarement lieu à une contrepartie matérielle ; les piratages sont par ailleurs fréquents.

21 Une version remaniée de cette analyse a été publiée sous le titre « L’engagement par la traduction. Le rôle des petits éditeurs indépendants dans l’importation des ouvrages de sciences humaines », in Gisèle Sapiro (dir.), Traduire la littérature et les sciences humaines : obstacles économiques et culturels, Paris, La Documentation française, 2012.

22 Voir Pierre Bourdieu, « Une révolution conservatrice dans l’édition », art. cit., pp. 3-27.

23 Le budget type d’un ouvrage traduit est de 6 000 à 7 000 € pour des livres courts, et peut aller jusqu’à 10 000 € pour les paginations les plus lourdes.

24 Le traducteur doit avoir effectué un essai sur quelques feuillets, un contrat doit être établi en bonne et due forme et l’éditeur s’engager à payer un tarif minimum de 20 € le feuillet pour la traduction.

25 Louis Pinto (dir.), Le commerce des idées philosophiques, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2009 (coll. Champ social), p. 10.

26 Sur le sujet, lire le n° 144 d’Actes de la recherche en sciences sociales, septembre 2002, consacré à la traduction, avec en particulier Johan Heilbron, Gisèle Sapiro, « La traduction littéraire, un objet sociologique », pp. 3-5, et Hervé Serry, « Constituer un catalogue littéraire. La place des traductions dans l’histoire des éditions du Seuil », pp. 70-79.

27 Marc Minon, « L’état de l’édition en sciences humaines sociales », Cahiers de l’économie du livre, 1990, n° 4, p. 67.

28 Gisèle Sapiro (dir.), Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS Éditions, 2008 (coll. Culture & société), p. 119.

29 Sur ce point, voir Michel Prigent, « Sur la politique de la traduction », Le Débat, 1997, n° 93, pp. 96-101, et François Gèze, « La crise de l’édition des livres en sciences humaines et les difficultés de la critique », Politique autrement, octobre 1999, n° 17. [En ligne] <http://www.politique-autrement.org/spip.php?article91> (21 juin 2012). Voir aussi Sophie Barluet, Édition de sciences humaines et sociales. Le cœur en danger, Paris, PUF, 2004 (coll. Quadrige Essais, débats), pp. 94-95.

30 Cité dans Thomas Wieder, « Quand les petits éditeurs prennent le relais », Le Monde, 19 décembre 2008, p. 2.

31 Sophie Barluet, op. cit., pp. 94-95.

32 Gisèle Sapiro, op. cit.

33 Cette somme est de fait une avance sur droits correspondant à 6 ou 7 % du prix du livre sur les 2 000 premiers exemplaires, le taux progressant jusqu’à 8 % au-delà de 5 000 exemplaires.

34 Sur cette controverse, voir Eric Hobsbawm, « L’âge des extrêmes échappe à ses censeurs », Le Monde diplomatique, septembre 1999, pp. 28-29 ; Serge Halimi, « La mauvaise mémoire de Pierre Nora », Le Monde diplomatique, juin 2005, p. 35. L’ouvrage sera finalement publié en 1999 aux éditions Complexe, en collaboration avec Le Monde diplomatique.

35 Jérôme Vidal, Lire et penser ensemble. Sur l’avenir de l’édition indépendante et la publicité de la pensée critique, Paris, Éditions Amsterdam, 2006 (coll. Démocritique).

36 Plus de 30 000 exemplaires vendus, chiffre éditeur.

37 Thierry Discepolo, « Une histoire populaire des États-Unis de 1492 à nos jours. La synthèse d’Howard Zinn », 3 février 2010. [En ligne] <http://www.homme-moderne.org/societe/histoire/hzinn/confzinn.html> (27 juin 2012).

38 Ibid.

39 Luc Boltanski observe ce phénomène dans le champ de la bande dessinée, « La constitution du champ de la bande dessinée », Actes de la recherche en sciences sociales, 1975, n° 1, pp. 37-59.

40 Eric Hobsbawm, Terence Ranger (dir.), The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1983. Jonathan I. Israel, Radical Enlightenment : Philosophy and the Making of Modernity, Oxford, Oxford University Press, 2001.

41 Sur l’importation des courants postmodernes français aux États-Unis, voir François Cusset, French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze et Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis, Paris, Éditions La Découverte, 2003.

42 Charlotte Nordmann (dir.), Le foulard islamique en questions, 2004 ; Laurent Lévy, Le spectre du communautarisme, 2005 ; Éric Fassin, L’inversion de la question homosexuelle, 2005 ; Marie-Hélène Bourcier, Queer zone, 2006.

43 Gisèle Sapiro, op. cit., p. 208.

44 Pascale Casanova, « Consécration et accumulation de capital littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, 2002, n° 144, pp. 7-20. Sur la structure inégale du marché de l’édition, voir également Johan Heilbron, “Towards a Sociology of Translation. Book Translations as a Cultural World System”, European Journal of Social Theory, 1999, n° 2, pp. 429-444.

45 Sur ce point, voir Gisèle Sapiro, « Mondialisation et diversité culturelle : les enjeux de la circulation transnationale des livres », in Les contradictions de la globalisation éditoriale, Paris, Nouveau Monde éditions, 2009 (coll. Culture médias), p. 293.

46 Judith Butler, Gender Trouble, New York, Routledge, 1990.

47 Sur cette problématique du transfert des textes d’un champ national à un autre, voir Pierre Bourdieu, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », art. cit., pp. 3-8. Voir également Fanny Mazzone, « La traduction aux éditions Des femmes : une stratégie géopolitico-poético-éditoriale », in Gisèle Sapiro (dir.), Les contradictions de la globalisation éditoriale, Paris, Nouveau Monde éditions, 2009 (coll. Culture médias), pp. 177-199, qui met en valeur la traduction en tant « qu’outil d’appropriation de la parole critique » par les éditions Des femmes.

48 Pierre Bourdieu, « Les conditions sociales… », art. cit., pp. 3-8.

49 Jérôme Vidal, Charlotte Nordmann, « Une provocation », préface à la traduction française de Le pouvoir des mots. Politique du performatif, Paris, Éditions Amsterdam, 2004, p. 7.

50 « Les lecteurs qui souhaiteraient quelques éclaircissements sur le vocabulaire employé par Judith Butler et le contexte historique, politique et théorique de Le pouvoir des mots se reporteront utilement au bref lexique proposé à la fin de ce livre. » Jérôme Vidal, Charlotte Nordmann, « Une provocation… », op. cit., p. 19.

51 Jérôme Vidal, Charlotte Nordmann, ibid., p. 17.

52 Le Seuil poursuivra brièvement la traduction de Richard Rorty avec L’homme spéculaire en 1990 et Conséquences du pragmatisme : essais, 1972-1980 en 1993 dans la collection « L’ordre philosophique ».

53 D’où le faible recours aux aides du CNL pour cette collection.

54 17 000 exemplaires vendus selon l’éditeur depuis la 1re édition en 1997, tout en étant disponible gratuitement sous format électronique sur le site de l’éditeur.

55 La persuasion et la rhétorique s’est vendu à 12 000 exemplaires en France depuis sa parution en 1989 (Source : éditeur).

56 Perry Anderson, La pensée tiède, un regard critique sur la culture française, trad. W. O. Desmond, Paris, Le Seuil, 2005, p. 96.

57 Source : site de l’éditeur, <www.lesprairiesordinaires.fr> (10 octobre 2010).

58 Ibid.

59 Les répercussions de l’affaire Faurisson ont certes joué un rôle dans ce décalage. Noam Chomsky a signé une pétition défendant le droit de Roger Faurisson, professeur de la faculté de Lyon, à exprimer ses opinions négationnistes, aussi odieuses soient-elles. Le texte expliquant sa position, Quelques commentaires élémentaires sur le droit à la liberté d’expression, envoyé à Serge Thion, a été utilisé en 1980 par l’éditeur Pierre Guillaume pour préfacer un livre de Faurisson.

60 EPO (1991 et 1995), Le Temps des cerises (1997), Agone (1998, 2001, 2002, 2010), Les Arènes, Aden, Allia, Le Serpent à plumes, Lux et Sulliver (2001), Danger public et Textuel (2002).

61 Huit titres de Chomsky ont été traduits chez Fayard entre 2002 et 2010.

62 François Cusset, French Theory…, op. cit., postface à l’édition 2005, p. 354.

63 Le magazine Le Point et la revue professionnelle Livres Hebdo publient toutes les semaines les chiffres des meilleures ventes des éditeurs.

64 Les maisons les plus récentes sont évidemment défavorisées par le mode de calcul, leurs titres n’ayant pas encore eu le temps de générer des ventes de fonds importantes.

65 Il est instructif de mettre en regard ces chiffres avec les meilleures ventes du supposé « âge d’or » de l’édition de sciences humaines de 1960-1980, cités par Sophie Barluet, comme par exemple Surveiller et punir de Michel Foucault (plus de 80 000 exemplaires vendus). Sophie Barluet, op. cit., pp. 24-25.

66 Le cas de Dagorno mérite quelques éclaircissements : en sommeil depuis plusieurs années, cet éditeur gauchiste spécialisé dans les ouvrages favorables à la libéralisation des drogues a réalisé de très fortes ventes au début des années 1990 avec la collection « L’Esprit frappeur », vendue à petit prix (voir p. 68 et p. 224). À la suite de démêlées avec la justice, l’éditeur a connu de graves difficultés de diffusion à la fin des années 1990 et a vu ses ventes diminuer dramatiquement.

67 Le livre noir du communisme. Crimes, terreur, répression a été publié en 1997 par les Éditions Robert Laffont.

Notes de fin

1 Ce chiffre inclut les ventes à l’étranger.

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540