Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

L'édition indépendante critique

 | 
Sophie Noël

Partie I. Comment peut-on être un éditeur critique indépendant ?

Chapitre 2. Les contours d’une population floue

Volltext

LA QUESTION DES CRITÈRES

1L’espace de l’édition critique ne forme pas un objet aux contours précis, ce qui est constitutif, nous l’avons vu, de sa définition. Pour autant, il est possible de définir un socle de critères a minima permettant de mieux circonscrire cet objet. En dépit de leur diversité et de leur caractère indéterminé, les éditeurs que nous qualifions de « critiques » partagent un certain nombre de traits caractéristiques communs, qui sont au nombre de cinq : une affirmation de leur identité d’éditeur au sens fort du terme ; un statut d’indépendance revendiqué ; une exploration du champ des sciences humaines et sociales au sens large ; une production à tonalité critique et engagée associée à un discours d’autoprésentation idoine ; une relative jeunesse dans le champ éditorial, les dates de création s’échelonnant entre le milieu des années 1980 et la période actuelle. Ces caractéristiques demandent à être définies de manière d’autant plus précise qu’elles mobilisent des catégories particulièrement peu stables et sujettes à débat, telles que la fonction éditoriale, l’indépendance, et enfin le caractère critique ou politique d’une production.

Qu’est-ce qu’un éditeur ?

2Premier terme demandant à être précisé, celui d’éditeur, en raison du flou entourant cette catégorie professionnelle faiblement organisée. Les historiens s’accordent sur le fait que la profession d’éditeur a pris sa forme actuelle à la fin du XVIIIe siècle, et plus particulièrement avec le décret du 5 février 1810 séparant le brevet de libraire-imprimeur de celui de libraire-éditeur. Un éditeur est aujourd’hui considéré comme une personne physique ou morale qui opère une sélection entre plusieurs œuvres à éditer, pour ensuite la fabriquer, la publier et la diffuser auprès du public. Même en se limitant strictement à l’édition de livres, le terme d’éditeur ainsi défini renvoie à des structures très disparates, notamment quant à la taille et au volume d’activité, ainsi que l’atteste l’exercice délicat du recensement des maisons d’édition en France.

  • 1 Le SNE réalise cette enquête depuis 1954 sur délégation du ministère de l’Industrie. Elle concerne (...)
  • 2 Corinne Abensour et Bertrand Legendre renoncent à fixer un seuil minimum de chiffre d’affaires pou (...)
  • 3 Étude de Dilicom pour le Syndicat national de l’édition et le ministère de la Culture portant sur (...)

3Le dépôt légal mis en place par François ier en 1537, pour partir de la définition la plus large, comptabilise plus de 6 000 structures éditoriales depuis le début des années 1990. Plus pointu, le répertoire des entreprises et des établissements de l’Insee, le fichier Sirene®, répertorie environ 3800 structures référençant au moins un titre sous la catégorie « Édition de livres », dont un millier avec une activité régulière. Quant à l’annuaire des éditeurs, publié par le magazine professionnel Livres Hebdo, il recense près de 1300 éditeurs dans son édition 2007-2008, mais présente l’inconvénient d’être basé sur les déclarations de ces derniers, certains choisissant de ne pas se manifester ou préférant ne pas répondre au questionnaire. Une des sources les plus précises demeure l’enquête annuelle du Syndicat national de l’édition (SNE) sur la branche « Édition de livres » qui considère 1 000 maisons d’édition à l’activité régulière, dont plus de 400 avec une activité « significative » (soit 100 000 € de chiffre d’affaires)1. Même si le SNE a procédé ces dernières années à un ajustement statistique pour augmenter le poids des petits éditeurs, sous-représentés dans l’enquête, les données portant sur les microentreprises (aucun salarié) et les très petites entreprises (les TPE, qui regroupent moins de dix salariés) sont quasi inexistantes2. Seule une étude menée par la société Dilicom en 2004 à partir du Fichier exhaustif de l’édition (FEL) s’est essayée à chiffrer le phénomène, évaluant le nombre de petites ou microstructures d’édition à 3 000 et leur contribution en termes de titres publiés à 25 % de la production éditoriale totale3.

  • 4 L’expression est de Pierre-Jean Benghozi et Christian Moire, « L’Opéra de quat’sous : productions (...)

4Ces milliers d’éditeurs qui échappent presque totalement aux statistiques donnent accès à une certaine forme « d’économie souterraine de la culture »4, qui existe dans d’autres secteurs comme le cinéma, le spectacle vivant ou la musique, et qui joue un rôle beaucoup plus important dans la production culturelle globale que le chiffre d’affaires dégagé ne le laisserait supposer. Cette économie spécifique abrite des projets à la viabilité incertaine, autofinancés, visant un public restreint, portés par des structures plus ou moins temporaires, qui ne pourraient voir le jour sans l’existence de modes de production « souterrains ». Aborder l’édition par ce biais a priori marginal constitue un bon moyen de comprendre la spécificité et le mode de fonctionnement d’une activité demeurée artisanale par de nombreux aspects.

  • 5 Christian Robin, « La notion d’indépendance éditoriale », Communication & langages, 2008, n° 156, (...)
  • 6 Sur ce point, voir Gérard Mauger (dir.), Droits d’entrée. Modalités et conditions d’accès aux univ (...)
  • 7 Bertrand Legendre, Corinne Abensour, Regards sur l’édition. Les nouveaux éditeurs (1988-2005), Par (...)

5Nous n’avons pour cette raison pas souhaité définir une « limite inférieure permettant de déterminer à partir de quel moment on devient éditeur », comme l’a fait par exemple Christian Robin, qui choisit de ne parler de maisons d’édition que « si les principaux acteurs vivent, même très mal, de leur activité éditoriale »5. La frontière entre édition professionnelle et édition amateur s’avère en effet extrêmement mouvante et évolutive, ce qui est une des caractéristiques des champs artistiques6. Créer une séparation stricte entre les deux catégories ne semble pas pertinent dans le cas de structures pour lesquelles la professionnalisation constitue un enjeu essentiel7. De ce fait, la population étudiée recouvre des entités, comme nous le verrons, de taille fort variable, qui va de la microstructure d’édition, le plus souvent associative, fonctionnant grâce au bénévolat, à des éditeurs de taille plus importante, avec quelques salariés et un chiffre d’affaires de plusieurs centaines de milliers d’euros. Précisons à ce stade que le terme « d’éditeur » renvoie ici aux structures pratiquant l’édition de livres comme activité principale, sans pour autant interdire le développement d’activités annexes – édition de revues ou de magazines – en lien avec l’activité éditoriale. Par ailleurs, bien qu’incluant de nombreuses structures semi-professionnelles, les maisons d’édition retenues remplissent trois critères de caractère professionnel.

  • 8 C’est l’un des trois critères retenus par Bertrand Legendre et Corinne Abensour, Regards sur l’édi (...)

6En premier lieu, le rejet des formes d’édition « à la demande » ou à compte d’auteur, qui relèvent d’une tout autre logique intellectuelle et commerciale, et d’un autre régime juridique que celui de l’édition à compte d’éditeur. La signature d’un contrat de caractère commercial avec les auteurs est la règle chez la très grande majorité des éditeurs étudiés, même si le versement de droits d’auteur demeure souvent virtuel, du fait des faibles ventes dégagées8. Une poignée d’éditeurs, parmi les plus engagés politiquement, refusent néanmoins d’entrer dans ce qu’ils considèrent être un formalisme juridique allant à l’encontre de leur projet intellectuel, estimant qu’un « contrat moral » y supplée. Ce qui ne les empêche pas de verser des droits à leurs auteurs, le cas échéant, ni de développer une véritable politique éditoriale. Ils ont pour cette raison été inclus dans la population.

  • 9 Lewis A. Coser, Charles Kadushin et Walter W. Powell, Books : the Culture and Commerce of Publishi (...)

7Ce qui conduit à un second critère essentiel : un éditeur se doit de réaliser la fonction traditionnelle de « filtre », ou de gatekeeper pour reprendre l’expression de Lewis Coser, Charles Kadushin et Walter Powell9, et d’opérer un choix éditorial entre les différents manuscrits qui lui sont soumis. Comme le rappelle Pierre Bourdieu,

  • 10 Pierre Bourdieu, « Une révolution conservatrice dans l’édition », Actes de la recherche en science (...)

« L’éditeur est celui qui a le pouvoir tout à fait extraordinaire d’assurer la publication, c’est-à-dire de faire accéder un texte et un auteur à l’existence publique (Öffentlichkeit) connue et reconnue. »10

  • 11 Christian Jouhaud, Alain Viala (dir.), De la publication. Entre Renaissance et Lumières, Paris, Fa (...)
  • 12 Christian Jouhaud, Les pouvoirs de la littérature : histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000 (...)
  • 13 Christian Jouhaud, Alain Viala, ibid., p. 13.
  • 14 Jean-Yves Mollier, « Naissance de la figure de l’éditeur », in Bertrand Legendre, Christian Robin (...)

8Ce pouvoir (symbolique) est effectivement extraordinaire. Publier, c’est avant toute chose rendre public, manifeste, donner accès à l’espace public11. La publication « porte la parole, l’information, la louange ou la critique à distance de celui qui en est l’auteur » et représente de ce fait un enjeu politique de premier ordre12. Par ailleurs, les éditeurs « se publient aussi comme publiant »13, et c’est un élément très important de leur identité, comme nous le verrons. Au-delà de la fonction de sélection et de mise à disposition du public, le métier d’éditeur moderne au sens plein du terme implique la poursuite d’un projet intellectuel déterminé au travers de la recherche active d’auteurs, de textes, de concepts. Historiquement, cette fonction est apparue à la fin du XVIIIe siècle avec Charles-Joseph Panckoucke, l’éditeur de l’Encyclopédie, qui préfigure l’intermédiaire culturel qui s’imposera progressivement14.

9Le développement d’une ligne éditoriale reconnaissable, la mise en œuvre d’une politique d’auteurs spécifique sont en effet des éléments essentiels du métier d’éditeur dans son acception la plus noble : il ne s’agit pas seulement de mettre en forme des textes et de les mettre en vente sous forme d’un objet physique ou immatériel – ce à quoi renvoie l’étymologie latine edere, donner naissance –, mais aussi d’avoir en amont une certaine idée de ce que l’on veut rendre accessible au public. Tous les éditeurs rencontrés sont animés par une volonté de compenser ce qu’ils identifient comme des manques dans le paysage éditorial – qu’il s’agisse de textes français ou étrangers, d’auteurs oubliés ou à découvrir, d’analyses inédites… – et d’imprimer leur identité à leur catalogue pour promouvoir certaines idées qui leur paraissent essentielles. Comme le résume un éditeur : « Moi, ce qui m’intéresse, c’est de faire des bouquins qui ont quelque chose à dire, de trouver des auteurs, des personnalités ».

10La plupart s’inscrivent en faux contre une production éditoriale qu’ils considèrent comme médiocre : « trop d’ouvrages jetables », affirme l’un d’eux. Tous sont habités par une forte conviction quant à leur rôle de passeurs de textes, d’intermédiaires actifs entre des lecteurs et des idées.

« On n’édite pas pour éditer, il faut que ça nous plaise, que ça nous paraisse contribuer au renouveau de la pensée, et puis il faut que ce soit un vrai travail. C’est là qu’on s’est vraiment définis comme éditeurs et non comme imprimeurs. On travaille toujours tous les textes, on édite au sens anglo-saxon du terme : on lit, on réécrit, on demande des réécritures, des compléments, des suppressions. On refuse beaucoup. »

11Un jeune éditeur résume bien la « passion » qui l’anime :

« Je pense que c’est un métier absolument passionnant, qui n’a pas vraiment d’équivalent. On vit au travers des auteurs qu’on publie, c’est évident qu’on se nourrit de ça. Je pense que l’éditeur a un rapport privilégié au savoir parce qu’il doit être toujours en train de chercher, de fureter, de savoir ce qui est intéressant, comment les choses se passent, essayer de définir les zones de basculement dans la pensée, et donc d’être toujours en train de lire. C’est ça qui est passionnant dans ce métier-là, c’est à la fois être au contact permanent de la création littéraire au sens le plus large, scientifique, et de la faire partager dans des livres. »

12Troisième critère de caractère professionnel pris en compte, celui de la disponibilité de la production éditoriale sur l’ensemble du territoire français par le biais des points de vente de détail habituels – majoritairement les librairies –, ce qui exclut les maisons d’édition à diffusion strictement régionale. En effet, la microédition régionale s’est beaucoup développée, et dans de nombreux secteurs éditoriaux. Il n’a cependant pas été jugé pertinent d’englober ici la multitude de maisons d’édition dont l’activité et la production s’inscrivent dans un cadre local, et qui relèvent d’une problématique spécifique. Pour autant, la population étudiée inclut plusieurs maisons d’édition situées en région, et diffusant leurs ouvrages dans tout l’hexagone.

Des éditeurs « indépendants »

  • 15 Sur ce point, voir le numéro de la revue Communication & langages, 2008, n° 156, consacré à l’indé (...)

13Les principaux critères qui permettent de délimiter ce qu’est (ou n’est pas) un éditeur étant fixés, il faut maintenant s’interroger sur la notion d’indépendance, si souvent mise en avant par la profession. L’adjectif « indépendant », qui est un critère essentiel de la définition de la population étudiée, est un terme controversé, ouvert à de multiples interprétations15. Cette notion polysémique et relative (on est toujours indépendant par rapport à quelque chose ou quelqu’un) a vu sa définition évoluer avec le temps : longtemps brandie contre le pouvoir politique, elle s’oppose principalement aujourd’hui aux forces économiques et financières incarnées par les grands groupes, et constitue un important enjeu de luttes au sein des espaces culturels. Par indépendance, nous entendons principalement deux choses.

Indépendance économique et financière

14L’indépendance économique tout d’abord : les éditeurs étudiés détiennent la majorité de leur capital, aussi modeste soit-il. Le recours à des apports financiers extérieurs est exceptionnel dans la mesure où ce type d’activité éditoriale se caractérise le plus souvent par une faible capitalisation et une volonté d’indépendance stricte. Comme nous le verrons plus loin, indépendance capitalistique rime souvent avec dépendance financière – vis-à-vis des banques, de la puissance publique – et difficultés de développement. Un éditeur existant depuis le début des années 1990, interrogé sur sa conception de l’indépendance, souligne bien cette ambiguïté :

« Mais on n’est pas du tout indépendants ! On dépend de tout. Ça ne veut rien dire, cette notion d’indépendance. Je suis dans une servitude volontaire, comme dirait La Boétie. Je ne serais pas moins indépendant si je dépendais à 100 % d’Hachette. On dépend des subventions, de la diffusion, des librairies, de l’idéologie, de la bêtise de l’époque, de tout. Il n’y a aucune indépendance, ça n’existe pas, c’est du blabla. »

15La définition de l’indépendance est d’autant plus cruciale que plusieurs filiales de groupes ou de grandes maisons généralistes ont développé des productions éditoriales concurrençant directement les petits éditeurs critiques sur leur propre terrain, comme nous l’avons vu dans le chapitre précédent. Cette situation illustre bien les enjeux, en termes de légitimité symbolique, entre le champ de l’édition généraliste – disposant de moyens humains et financiers importants – et celui, en phase de constitution, de l’édition indépendante critique. Quelle que soit leur marge d’autonomie éditoriale, les liens financiers, logistiques et administratifs que ces structures entretiennent avec leur maison mère les placent dans une situation n’ayant rien de comparable avec celle de maisons d’édition ne pouvant compter que sur leurs ressources propres. La décision de ne prendre en compte que les maisons indépendantes d’un point de vue économique et organisationnel ne relève pas par conséquent d’un choix moral, qui viendrait accréditer l’idée que seules les structures indépendantes développent une production digne d’intérêt ou intrinsèquement « vertueuse », mais bien plutôt d’un constat pratique, qui est qu’un éditeur assurant seul son développement n’est pas placé dans les mêmes conditions de fonctionnement qu’un éditeur adossé à une structure plus importante. Ce qui ne nous interdit évidemment pas d’utiliser les maisons d’édition intégrées en contrepoint, dans la mesure où elles s’inscrivent de facto dans le même champ éditorial pour certains pans de leur production.

Indépendance politique

  • 16 Ce qui n’était pas sans créer tensions et contradictions. Voir Marie-Cécile Bouju, Lire en communi (...)
  • 17 Lionel Arnaud, Christine Guionnet (dir.), Les frontières du politique. Enquête sur les processus d (...)

16Le critère d’indépendance recèle également une dimension politique. Autant l’intérêt pour le monde des idées, de la polis au sens large est constitutif de l’identité de ces éditeurs, autant l’obédience et l’affiliation politique au sens traditionnel du terme sont étrangères à leur mode de fonctionnement. Il suffit pour s’en rendre compte de considérer les maisons d’édition liées au parti communiste dans l’après-guerre, qui sont emblématiques du modèle strictement militant. Ces dernières obéissaient à une problématique spécifique excluant le plus souvent la logique éditoriale au profit d’une logique idéologique, ce qui est à l’opposé de la situation des éditeurs étudiés16. Plusieurs maisons d’édition retenues ont certes été par le passé liées à un parti ou à un mouvement politique – Ligue communiste révolutionnaire, parti communiste ou divers groupuscules d’extrême gauche – et ce capital militant constitue un élément essentiel de leur identité « critique ». Deux d’entre elles sont même issues d’une ancienne maison d’édition relevant de la sphère d’influence directe du PC : Le Temps des cerises et La Dispute, créées respectivement en 1994 et 1996, ont chacune repris une partie du fonds Messidor et Ipomée au moment de la liquidation des Éditions sociales en 1992, et leurs animateurs actuels sont d’anciens salariés des mêmes Éditions sociales. Mais la forme d’édition qu’ils développent aujourd’hui n’a plus grand-chose à voir avec leur première « incarnation », comme nous le verrons. La Dispute a en particulier pris une orientation universitaire et idéologiquement moins définie (la critique de gauche au sens large) que les Éditions sociales, dont elle continue à exploiter une partie du fonds. Qu’ils revendiquent ou non une filiation politique, les éditeurs étudiés ici ont pour point commun de donner une signification politique à leur activité, en ce sens qu’ils refusent la neutralité et qu’ils adoptent une position critique par rapport à un ordre établi. Plus qu’avec la politique, ils ont à voir avec le politique, dont les frontières sont socialement construites et objet de déplacements incessants17. Ce sont des éditeurs que l’on peut qualifier de « marqués ». Comme l’explique l’un d’entre eux : « Je ne conçois pas qu’on soit éditeur sans être engagé ».

  • 18 Christian Le Bart, « La construction sociale du genre “livre politique” », in Lionel Artaud, Chris (...)
  • 19 Anne Simonin, « Écrire le politique : quelques formes contemporaines du livre politique », in Jean (...)

17Se placer sur le terrain politique implique, au risque de signaler des évidences, de publier des ouvrages de caractère politique, et nous nous trouvons confrontée, une fois encore, à un terme polysémique. En effet, comment définir un ouvrage politique, sachant que ce dernier n’existe pas « en soi », mais est l’objet de complexes opérations de labellisation18 ? À partir d’une acception strictement militante ou intellectuelle du terme ? Nous avons constaté dans le chapitre précédent que les deux se superposaient de manière fréquente. Anne Simonin suggère de considérer, au-delà de la diversité des formes adoptées, que « le livre politique est d’abord un livre d’éditeur »19 qui se définit par la tonalité unique que donne ce dernier à son catalogue. Cette définition permet d’éviter les querelles sur le périmètre retenu et de faire toute sa place à la subjectivité qui définit intrinsèquement le livre critique, variable selon les contextes et les périodes, comme l’a montré l’analyse de la genèse du champ. Nous avons considéré pour cette raison que l’ensemble des discours politiques, qu’ils prennent la forme d’essais, d’ouvrages théoriques, de documents ou d’enquêtes, relevaient de notre périmètre d’étude, sans nous limiter à un genre particulier.

  • 20 Frédérique Matonti, Intellectuels communistes. Essai sur l’obéissance politique, la nouvelle criti (...)

18Les structures qui nous intéressent sont des éditeurs d’idées qui s’inscrivent de ce fait dans un monde non de singularité et d’incommensurabilité, comme les éditeurs littéraires, mais de catégories repérables et objectivables (droite vs gauche modérée vs gauche extrême, etc.). Et force est de constater qu’ils se situent tous à gauche du spectre politique. Cette assertion conduit naturellement à se poser la question de l’adéquation entre édition critique et édition « de gauche », et de leurs composantes intellectuelle et politique respectives. Pour formuler la question plus brutalement, peut-on imaginer des essais critiques « de droite » ? Comme l’a montré Frédérique Matonti dans son analyse des intellectuels communistes dans l’après-guerre, les conflits intellectuels sont toujours des conflits politiques, pour « conquérir ou conserver le monopole de la radicalité politique »20. Les deux dimensions sont fortement imbriquées, et l’on serait tenté de prolonger ce propos en affirmant que l’édition critique est un excellent moyen de faire de la politique en faisant de l’édition, ce que confirmera l’analyse des trajectoires des éditeurs dans la dernière partie.

  • 21 Voir Hervé Serry, Naissance de l’intellectuel catholique, Paris, Éditions La Découverte, 2004 (col (...)
  • 22 Jean-Yves Mollier, Édition, presse et pouvoir en France au XXe siècle, Paris, Fayard, 2008, p. 268 (...)

19L’engagement intellectuel est politiquement associé à la gauche en France depuis l’affaire Dreyfus, avec des figures emblématiques telles que Zola, Nizan ou Sartre. Cette tradition demeure vivace aujourd’hui encore dans l’imaginaire collectif, qui associe spontanément l’engagement avec un positionnement et des valeurs de gauche. Pour autant, la droite a également engendré son lot de talents critiques et pamphlétaires avec des auteurs tels que Joseph de Maistre et Louis de Bonald pendant la Révolution française et, dans une période plus récente, autour de plusieurs écrivains catholiques – Léon Bloy, Georges Bernanos ou François Mauriac21. Pour ce qui est de la pensée d’extrême droite, le fait est que l’histoire intellectuelle a tendance à « l’oublier », comme le rappelle Jean-Yves Mollier à propos des maisons d’édition clandestines qui ont proliféré après la Libération22.

  • 23 Sur ce point, voir Jean-Yves Mollier, « Les intellectuels et l’édition », in Michel Leymarie, Jean (...)
  • 24 Marc Angenot, La parole pamphlétaire. Contribution à la typologie des discours modernes, Paris, Pa (...)

20Il apparaît cependant que les pensées de droite et de gauche ne trouvent pas la même expression éditoriale. Les intellectuels issus de la première mouvance ont, depuis l’affaire Dreyfus, plutôt fait le choix des médias « modernes » (la presse) pour diffuser leurs idées tandis que les seconds optaient plutôt pour « l’imprimé de haute tenue », moins efficace pour influencer l’opinion publique, mais laissant une trace dans l’histoire, dans la lignée de Voltaire défendant Calas23. Marc Angenot opère de son côté une distinction entre une pensée de gauche qu’il définit comme intrinsèquement critique et « visant à modifier rationnellement le cours du monde », quelle que soit la forme adoptée, à laquelle il oppose le pamphlet, forme « typiquement réactionnelle » tournée vers un passé mythique, et donc spontanément inscrite à droite24. Si l’on peut émettre des réserves sur cette catégorisation stricte, on peut néanmoins postuler que l’édition critique s’inscrit de manière assez spontanée à gauche du spectre politique. Ceci expliquant que les éditeurs de sensibilité de droite, mais également d’extrême droite, soient absents de ce champ éditorial spécifique.

  • 25 Jean-Yves Camus, René Monzat, Les droites nationales et radicales en France : répertoire critique, (...)

21La pensée d’extrême droite possède en effet ses modes de légitimation et de consécration spécifiques – notamment éditoriaux – qui se situent hors des circuits professionnels classiques et sont isolés du reste du champ éditorial. Il s’agit le plus souvent de structures, fonctionnant sur la base de réseaux militants et d’abonnements (vente par correspondance), qui sont absentes des circuits de diffusion du livre auprès du grand public25. Autant il est aisé de trouver dans une librairie générale dotée d’un certain fonds, n’importe où en France, les ouvrages des éditeurs étudiés ici, autant ceux des éditeurs d’extrême droite dépendent d’autres instances de diffusion, strictement idéologiques, parfois clandestines et relevant de la loi Gayssot en raison du caractère négationniste et antisémite d’une part importante des publications. A contrario, les éditeurs critiques s’inscrivent pleinement dans le champ éditorial, même s’ils s’estiment insuffisamment présents en librairie en raison de difficultés de diffusion. La preuve en est la circulation importante des thématiques, des auteurs et des formes éditoriales entre ces éditeurs et l’édition généraliste.

Un enjeu de luttes dans le champ éditorial

  • 26 David Douyère, Luc Pinhas, « L’accès à la parole : la publication politique des éditeurs indépenda (...)

22Le fait que le terme « indépendant » soit devenu un enjeu de luttes central, comme l’a bien illustré la polémique qui s’est développée au moment du rachat d’une partie du groupe Vivendi par son rival, Hachette, en 2004, vient nourrir cette problématique. Des éditeurs de taille moyenne comme Le Seuil, Gallimard et La Martinière ont utilisé le thème de l’indépendance pour contrer Hachette, opposant de manière quelque peu manichéenne « l’édition indépendante », qu’ils étaient censés représenter, et les grands groupes – soit Hachette et Vivendi – qui menaçaient de déséquilibrer l’ensemble du marché de l’édition en France par leur position hégémonique. L’intérêt principal de cette controverse est de souligner à quel point l’usage du terme « indépendant » est devenu idéologiquement chargé dans le champ éditorial français. C’est une figure de distinction permettant de se situer et un moyen efficace de marquer un espace valorisant – celui de l’édition « indépendante » – et d’en contrôler l’accès à partir de critères stricts, bien que relativement flottants26.

  • 27 [En ligne] <www.alliance-editeurs.org> (7 octobre 2009).

23Le terme est de fait revendiqué par plusieurs groupements d’éditeurs apparus dans les années 2000, dont L’Alliance des éditeurs indépendants, une association créée en 2002 fédérant 70 éditeurs de 40 nationalités, qui définit l’indépendance par des critères à la fois financiers (51 % au moins du capital doit être possédé par l’éditeur) et intellectuels (une ligne éditoriale qui ne soit pas « uniquement soumise à des impératifs de marché »27). Le but de cette association est d’agir en faveur de l’édition indépendante et de la « bibliodiversité », en développant des thématiques proches de celles du mouvement altermondialiste (« Pour une autre mondialisation » étant son mot d’ordre). Entre autres actions, l’Alliance organise tous les deux ans depuis 2003 les Assises internationales de l’édition indépendante, avec le patronage de l’Unesco.

  • 28 L’association L’autre livre, créée à l’initiative de trois éditeurs, dont Le Temps des cerises, ra (...)
  • 29 L’Alliance a notamment créé le label du « livre équitable » en 2004 et a été à l’initiative d’une (...)

24Une autre association d’éditeurs au champ d’action strictement national, L’autre livre, a publié en 2005 un manifeste intitulé Pour l’édition indépendante28. Ce dernier définit les contours de la petite édition indépendante comme englobant « tout éditeur n’appartenant pas à l’un des grands groupes de l’édition », tout en se défendant d’exprimer un jugement de valeur. Toujours en 2005, L’autre livre a réuni à Paris les premiers États généraux de l’édition indépendante et a édité trois ans plus tard un Plan d’urgence qui comportait « dix propositions pour l’édition indépendante » appelant à l’unité. Ces différentes initiatives participent de l’élaboration d’un appareil spécifique autour de la notion d’indépendance éditoriale, un appareil constitué d’associations et de mouvements, de rencontres, d’événements, de numéros spéciaux de revues, d’ouvrages, etc29.

  • 30 Véronique Rossignol, entretien avec Anne-Marie Métailié, Livres Hebdo, 9 octobre 2009, n° 792, pp. (...)
  • 31 Jérôme Vidal, Lire et penser ensemble. Sur l’avenir de l’édition indépendante et la publicité de l (...)

25Tous les petits éditeurs indépendants ne sont pas pour autant sensibles à cette mobilisation, pointant son caractère potentiellement obsidional et corporatiste. L’éditrice Anne-Marie Métailié, dont 80 % du capital est possédé depuis 2009 par Le Seuil, constate ainsi avec ironie que « les indépendants sont devenus les nouveaux saints de l’édition »30. Le créateur des éditions Amsterdam se défend dans son ouvrage Lire et penser ensemble de vouloir « dresser un tableau idéalisé de […] l’édition et de la librairie indépendantes », reconnaissant que « l’autodésignation d’édition indépendante a certes une valeur descriptive, mais qu’elle a aussi pour fonction de produire une image valorisante, socialement légitimante […] et que les frontières qui la séparent de l’édition sous influence ne sont pas clairement définies »31. Il n’en appelle pas moins au dynamisme et à la créativité des petits éditeurs indépendants pour mener une contre-offensive conjointe contre les « majors ».

  • 32 Thierry Discepolo, « L’indépendance par le haut », Les Cahiers du Syndicat de la librairie françai (...)

26Devant le flou croissant entourant la notion d’indépendance, certains éditeurs se sont efforcés d’en affiner le sens, en opérant par exemple une distinction entre « l’indépendance par le bas, qui renie la spécificité de l’objet-livre pour une rentabilité à courte vue » et « l’indépendance par le haut, qui croit au livre et à la possibilité de faire coïncider la conception la plus exigeante de cet objet et la viabilité économique »32. Mais comment caractériser de manière fiable « l’exigence éditoriale » ? Ce type de distinction normative, impossible à fonder objectivement, montre bien que le terme reste politiquement chargé, et est l’objet d’affrontements récurrents au sein de la profession. Le seul moyen d’échapper aux perceptions subjectives liées au concept d’indépendance est de recourir à des critères objectivables, la structure du capital et le statut juridique étant en la matière les éléments les plus évidents à notre disposition. Ils ont en tout cas le mérite d’éviter le recours à des terminologies mouvantes et normatives comme celle d’indépendance « de création » ou « de qualité », souvent utilisées par les parties en présence comme ressource dans les luttes de définition entre les agents du champ, qui ont pour effet principal d’associer qualité éditoriale et non-appartenance à un groupe, ce qui est pour le moins problématique.

Des éditeurs de sciences humaines et sociales

  • 33 Pour le SNE, la catégorie sciences humaines et sociales recouvre, depuis 1994, les disciplines sui (...)

27Troisième terme important dans la définition de l’édition critique, celui du domaine éditorial dans lequel elle s’inscrit. Si l’on considère la typologie adoptée par le SNE, la production des éditeurs critiques relève à la fois de la catégorie des « sciences humaines » et, dans une moindre mesure, des « documents, actualité, essais »33. Plusieurs maisons retenues dans l’échantillon publient également des titres de fiction, ou ont développé en parallèle une collection de poésie ou de livres illustrés, mais cet aspect de leur production ne relève pas de leur identité première.

  • 34 Marc Minon, « L’état de l’édition en sciences humaines sociales », Cahiers de l’économie du livre, (...)
  • 35 Jusqu’en 1969, la catégorie « littérature » du SNE incluait les sciences humaines. L’histoire et l (...)
  • 36 Sophie Barluet, Édition de sciences humaines et sociales. Le cœur en danger, Paris, PUF, 2004 (col (...)

28Le secteur des sciences humaines et sociales est un secteur éditorial difficile à appréhender, qui se caractérise par un périmètre et des frontières dont l’imprécision a conduit à le caractériser de « domaine à géométrie variable »34. Tout d’abord, l’ambiguïté porte sur les disciplines prises en compte, incluant ou excluant, selon les modes de comptabilisation, des domaines comme le droit et la philosophie35. Un repérage rapide dans les catalogues des éditeurs fait apparaître un noyau de disciplines centrales – sociologie, économie, histoire, philosophie – qui sont privilégiées pour questionner la société dans toutes ses dimensions. Ensuite, les sciences humaines englobent des genres d’ouvrages très diversifiés, qui vont des travaux purement universitaires aux essais à caractère journalistique, des manuels aux livres didactiques, et même aux produits de référence, comme les dictionnaires. Marc Minon, dans son étude de 1990, définit le secteur des sciences humaines et sociales comme recouvrant deux domaines principaux : un « noyau dur » de livres spécialisés à caractère scientifique contribuant à une production nouvelle de savoir, et un ensemble plus large, comprenant les textes classiques et les ouvrages de vulgarisation ou destinés à un public indifférencié. Distinction qui sera reprise par Sophie Barluet dans son rapport sur l’édition de sciences humaines, et qui n’est pas sans poser plusieurs problèmes, comme l’a mis en valeur Bruno Auerbach36.

29Au-delà de l’opposition entre production et reproduction, ouvrages de savoir et ouvrages intermédiaires, le catalogue des éditeurs du corpus reflète une large palette de genres (qui sera explorée dans la partie II), des écrits à caractère militant à la production savante de diffusion restreinte, en passant par les titres visant un grand public « cultivé » ou indifférencié. Leur production est extrêmement diversifiée – témoignages, ouvrages d’analyse, essais, enquêtes et documents d’actualité – montrant bien la gamme des modalités d’expression de la pensée critique. À cheval sur plusieurs taxinomies professionnelles, cette production éditoriale tend à brouiller la polarisation habituelle entre ouvrages savants, lettrés, militants et grand public, une infinité de positionnements étant possibles entre ces différents pôles.

Des éditeurs « critiques »

30Une fois posés ces quelques repères permettant de définir de manière plus précise le, ou plutôt les domaines éditoriaux concernés, reste à aborder la délicate question de l’évaluation du caractère « critique » d’une maison d’édition. Ce critère, qui ne renvoie à aucune catégorie préexistante reconnue par les instances professionnelles ou publiques, relève de catégories de perception des acteurs, ainsi que de stratégies de présentation de leur part ayant des effets performatifs dans le champ. Si la définition que les agents donnent d’eux-mêmes et les discours produits dans le cadre d’une enquête sociologique ont toute leur importance, le caractère « critique » d’un éditeur peut également être fondé de manière empirique. L’identité des auteurs publiés et leur domaine d’appartenance (universitaire, journalistique ou militant), de même que la thématique des ouvrages et leur présentation (dans les catalogues, sur les sites Internet, les quatrièmes de couverture et autres éléments paratextuels) constituent en effet autant de critères objectivables dont nous ferons usage dans le cadre d’une démarche constructiviste.

  • 37 Anne Simonin, « Le catalogue de l’éditeur, un outil pour l’histoire : l’exemple des éditions de Mi (...)
  • 38 Anne Simonin, art. cit., p. 120.

31Les catalogues forment dans cette optique un matériau central dans la mesure où, plus qu’une simple liste de titres disponibles à un moment donné du temps, ce sont des objets construits révélateurs des stratégies de mise en scène de l’éditeur, des différentes contraintes s’exerçant sur son projet, voire parfois une « arme politique »37. La plupart des maisons d’édition ne se contentent pas de lister leurs titres, organisés par ordre alphabétique ou par date de publication, mais font de leur catalogue un support d’identité dans la mesure où ce dernier crée un « effet de cohérence » en présentant ensemble et de manière hiérarchisée différents titres, auteurs et thématiques38. C’est pour cette raison une source d’information précieuse sur l’image que l’éditeur souhaite donner de sa production (organisation des informations, mise en valeur des auteurs, précision ou au contraire flou informationnel, etc.).

  • 39 Comme se définit l’éditeur d’Amsterdam dans Lire et penser ensemble…, op. cit., p. 92.

32Ces éléments peuvent être utilement complétés par l’étude systématique de l’autodéfinition des éditeurs. En effet, le caractère « critique » de ces derniers est un critère, comme nous l’avons dit, éminemment subjectif, qui ne peut que reposer sur la conscience qu’en ont les acteurs eux-mêmes et la représentation qu’ils s’en font : se définir comme éditeur « critique », « engagé », « subversif », « alternatif » ou « activiste »39, avec toutes les nuances possibles dans la qualification (les terminologies choisies par les éditeurs sont, on le voit, variées) a été considéré comme un critère central d’appartenance à la population. Ces représentations ont été étudiées dans le cadre des entretiens, mais aussi des diverses « mises en scène de soi » opérées dans l’espace public : tribunes et interviews dans la presse, écrits d’intention, préfaces à des titres publiés, traductions, déclinaison de l’identité et des objectifs des maisons d’édition. Loin d’être une notion abstraite, l’édition critique est un processus de création permanent de la part des différents acteurs en présence.

  • 40 Concernant l’impact de la matérialité des textes sur leur réception, voir Roger Chartier, L’ordre (...)

33Certains éléments matériels comme la ligne graphique (déclinée sur les catalogues et les couvertures des ouvrages) sont également riches d’enseignements quant à l’identité que cherche à projeter chaque éditeur dans l’espace public et la façon dont il entend que les ouvrages soient lus et reçus40. La dimension artisanale du travail éditorial conduit généralement à accorder une grande importance à l’objet-livre dans sa définition la plus matérielle : format, choix du papier, de la typographie, maquette de couverture. Quel que soit le parti pris esthétique défendu, les éditeurs sont en général attentifs à leur identité visuelle et à l’image qu’elle véhicule. Si certains d’entre eux ont débuté sans accorder une attention marquée à cet aspect du travail éditorial, ils ont vite réalisé l’importance d’une image bien définie permettant en particulier aux libraires de repérer leurs ouvrages. C’est le cas par exemple de Climats, qui a d’abord fonctionné sans principe de cohérence graphique, chaque couverture relevant d’une logique isolée. Son absorption par Flammarion s’est traduite par l’adoption d’une charte graphique claire, marquée par une esthétique épurée, qui a contribué à lui donner plus de visibilité. Certains éditeurs, nous le verrons, accordent une attention très forte à la matérialisation esthétique de leur projet, concevant des objets-livres extrêmement typés et reconnaissables.

Styles de couverture et position éditoriale

34La recherche d’un style graphique distinctif est généralement la marque des éditeurs proches de l’avant-garde et de son souci des formes, comme de la mise en forme, tandis que l’édition engagée se caractérise par une recherche d’efficacité maximale peu encombrée d’esthétique. Les couleurs vives, les audaces typographiques, un certain aspect « tape-à-l’œil » sont sa marque de fabrique. Les couvertures de la collection d’essais de société « L’Esprit frappeur » sont par exemple immédiatement identifiables en raison de leur aspect « criard », qui « saute aux yeux » (ce qui est le but recherché), inspiré des caricatures de presse. Un logo en forme d’éclaboussure rouge vient fournir l’élément unificateur. L’épure, la sobriété des couleurs comme des typographies, sont à l’opposé associées aux ouvrages les plus proches du pôle savant, qui se définit par l’intemporalité et une forme de classicisme.

35Un bon exemple de choix graphiques révélateurs des contenus et des publics visés est fourni par deux collections abritées par un même éditeur, Agone. La première, la collection de philosophie et de sciences humaines « Banc d’essais », qui publie des auteurs tels que Jacques Bouveresse, George Orwell et Max Weber, décline en couverture le nom de l’auteur en brun, dans une typographie italisée, et le titre en noir, sur un papier ivoire. Trois traits horizontaux et un vertical viennent rythmer le format rectangulaire. Soit une grande économie de moyens graphiques pour une image évoquant sans ambiguïté l’univers savant. La collection politique « Contre-feux » du même éditeur se définit à l’opposé par des couvertures dégageant une impression de modernisme et d’activisme : colorées, graphiques, elles évoquent les tracts ou les documents politiques avec des titres imprimés en très gros caractères de couleurs tranchantes (jaune sur fond noir, blanc et rouge sur fond bleu…). Le fait que la maquette de cette collection ait été remaniée en 2009 est par ailleurs symptomatique d’une évolution qui tend à l’éloigner de l’univers des collections militantes. La nouvelle identité visuelle est plus sobre, tout en maintenant le principe graphique d’origine : les lettres blanches ou noires des titres, dans une typographie plus classique, occupent toujours un espace important sur des fonds de couleurs moins marqués. Cette opposition graphique rappelle les deux collections développées par Raisons d’agir : la collection « Cours et travaux » est habillée d’une couverture ivoire sobre et élégante, la collection des « Petits essais » décline ses couvertures dans des teintes vives et tranchées, dont se sont inspirés par la suite plusieurs éditeurs.

Précisions sur la période choisie

  • 41 Le taux de mortalité est passé de 43 % sur la période 1973-1988 à 49 % entre 1988 et 2005, avec pr (...)
  • 42 Isabelle Sommier, Le renouveau des mouvements contestataires à l’heure de la mondialisation, Paris (...)

36Nous en arrivons au dernier critère retenu, celui de la périodisation. La seconde moitié des années 1980 voit s’amorcer le phénomène de création de structures d’édition indépendantes avec un positionnement critique. Et ce, alors même que le mouvement global des créations dans l’édition connaît un net reflux. Le durcissement des conditions de survie pour les jeunes maisons d’édition41 ne semble pas affecter le sous-champ spécifique de l’édition critique, dont le développement obéit à une logique propre. Le contexte social et politique de la deuxième partie des années 1980, qui correspond à un renouveau contestataire dans la société française, est un des éléments explicatifs du phénomène. Cette humeur contestataire s’affirmera dans les années 1990 avec la montée en puissance du mouvement altermondialiste, le mouvement social de 1995 et la création d’ATTAC en 199842.

37Le mouvement de création s’amorce lentement, avant de connaître plusieurs phases d’intensification. Les éditions de L’Éclat, créées en 1985, en sont la première manifestation, suivies par Climats en 1988, qui s’ouvre progressivement aux sciences humaines à partir d’un catalogue plutôt littéraire à l’origine. Syllepse est créée l’année suivante à partir de la publication d’actes de colloque. C’est véritablement à partir de 1990 que le mouvement va s’affirmer, avec 17 créations sur la décennie (de 1 à 6 par an). Il connaît des accélérations ponctuelles en 1997, 2000, 2003 et 2004 (Graphique 1, infra), alors même qu’on enregistre une décrue des créations, tous secteurs éditoriaux confondus, à partir de 1993. Entre 2000 et 2005, 13 nouvelles maisons sont créées.

Graphique 1 : Le nombre de créations de maisons d’édition entre 1985 et 2005

Graphique 1 : Le nombre de créations de maisons d’édition entre 1985 et 2005
  • 43 Parmi les maisons d’édition au positionnement critique créées après 2005, citons Demopolis, Libert (...)

38Le choix de 2005 comme limite temporelle relève de considérations pratiques : il faut bien fixer un terme à une enquête qui pourrait, de par la nature de l’objet étudié, se poursuivre sur plusieurs décennies. Les créations éditoriales n’ont pas subitement pris fin à cette date, mais il est difficile d’avoir le recul nécessaire par rapport à des maisons trop récentes, sur lesquelles les données empiriques sont quasi inexistantes, ou peu significatives. Les créations éditoriales postérieures à 2005 n’ont pour cette raison pas été prises en compte, si ce n’est pour observer que le phénomène se poursuivait43.

  • 44 Un autre éditeur illustre le mouvement inverse, celui du passage de l’adossement à un groupe à l’i (...)

39Cette période d’analyse de vingt ans est à la fois étendue au regard de l’espérance de vie moyenne d’une maison d’édition, et limitée si l’on considère le long terme nécessaire à son installation dans le champ éditorial. Un des principaux obstacles à l’analyse a trait au caractère mouvant de l’objet étudié : sur la période considérée, des maisons d’édition ont suspendu leurs activités, faute de moyens (Le Passant ordinaire, en 2006), ou fonctionnent au ralenti (Dagorno/L’Esprit frappeur), parfois en attendant un éventuel rachat (Exils). Deux des éditeurs étudiés ici ont été absorbés fin 2005 : les éditions Climats par le groupe Flammarion, et Danger public, qui est devenu une filiale de La Martinière. Ajoutons qu’Actes Sud a acquis 65 % de Textuel début 2009. Ces cas sont particulièrement intéressants à étudier dans la mesure où ils illustrent un type de trajectoire possible, celui de l’intégration au sein d’un groupe plus important comme solution aux contradictions et aux limites de la petite structure indépendante44.

40Les changements de statut juridique (le plus souvent du mode associatif à la SARL) et de structures de diffusion sont également fréquents et il est peu aisé de suivre ces éditeurs dans tous leurs avatars. Dans un secteur en perpétuelle évolution comme celui de l’édition, notamment en raison de sa fragilité financière structurelle, une période de vingt ans permet de voir se dessiner des inflexions significatives de politiques éditoriales, de pratiques, de trajectoires et de positionnements. Elle permet d’esquisser certains scénarios, et de vérifier leur actualisation. L’avantage est aussi de se concentrer sur des maisons à des stades de développement très divers, en prenant en compte à la fois les « anciens » de la fin des années 1980, qui ont eu la possibilité de constituer une amorce de capital symbolique, et les nouveaux entrants du début des années 2000, pour lesquels les années à venir seront déterminantes pour assurer ou non leur inscription dans le champ de manière pérenne.

41L’étude demanderait idéalement à être prolongée afin de mettre en perspective la solidité de ces entreprises par rapport à l’évolution du secteur dans son ensemble, ainsi que leur capacité d’adaptation. Ce coup de projecteur sur une vingtaine d’années permet néanmoins d’esquisser les principales caractéristiques d’un espace éditorial aux propriétés spécifiques. L’échantillon retenu se compose (voir Tableau 1, infra) de 33 maisons d’édition créées sur une période de vingt ans, qui ont pour point commun d’être économiquement indépendantes (absence de participation extérieure au capital, ou de filiale de groupe), professionnellement actives (1 titre par an minimum, avec des oscillations selon les années) et d’être diffusées sur l’ensemble du territoire français. Ces maisons publient entre 1 et 40 titres par an, et l’étendue de leur fonds est très variable selon leur ancienneté (d’une petite dizaine de titres pour les plus récentes à plusieurs centaines pour les plus anciennes). Leurs effectifs vont d’une à six personnes, sachant que la grande majorité est composée de bénévoles ou de personnes bénéficiant d’une autre source de revenus en parallèle.

Tableau 1 : Tableau général des éditeurs (par ordre chronologique de création)

Éditeurs

Date de création

Dépt.

Statut

Salariés

Titres/an

L’Éclat

1985

75

SARL

2

10-25

Climats (racheté par Flammation en 2005)

1988

34

SARL

1

10-25

Syllepse

1989

75

Association

1

>25

Encyclopédie des Nuissances

1993

75

EURL

0

<10

Ivrea

1992

75

SARL

0

<10

L’Insomniaque

1993

93

Association

0

<10

Dagorno

1992

75

SA

0

<10

Le Temps des cerises

1994

93

SARL

3

>25

Textuel (Essais uniquement)

1994

75

SARL

10

<10

Sens & Tonka

1995

75

SARL

2

10-25

Sulliver

1995

13

SA

0

10-25

Raisons d’agir

1996

75

Association

1

<10

La Dispute

1996

75

SARL

3

10-25

Agone

1997

13

Association

6

10-25

Les Arènes

1997

75

SARL

6

10-25

Le Passant ordinaire

1997

33

Association

3

<10

Exils

1997

75

SA

0

<10

Golias

1997

69

SARL

3

10-25

Les Nuits rouges

1997

75

Association

0

<10

La Fabrique

1998

75

SARL

1

<10

Nautilus

2000

75

SARL

1

<10

Parangon

2000

69

SARL

0

10-25

Aden

2000

Bruxelles

SPRL

2

10-25

Les Éditions libertaires

2001

17

Association

0

10-25

Danger public (filiale de La Martinière depuis 2005)

2002

75

SARL

0

3

Éditions du Croquant

2003

73

Coopérative

0

10-25

Homnisphères

2003

75

SARL

1

<10

Amsterdam

2003

75

SARL

0

10-25

Lignes

2003

75

SARL

2

10-25

L’Échappée

2004

75

Association

0

<10

Sextant

2004

75

SARL

0

<10

Delga

2004

75

SARL

0

<10

Les Prairies ordinaires

2005

75

SARL

0

<10

RETOUR SUR LA QUESTION DES FRONTIÈRES

42Ce passage en revue des différents éléments de définition de la population des éditeurs critiques a permis de dégager une caractéristique essentielle : ces derniers forment un espace échappant aux catégories de classement habituelles, à cheval entre plusieurs univers qui se recoupent partiellement – académique, militant, lettré, grand public. C’est un espace évolutif, en phase de constitution, d’autant plus difficile à définir de manière stable que chacun de ses éléments de définition présente, nous l’avons vu, un caractère flou et indéterminé. Ces difficultés peuvent être contournées en prenant appui sur la théorie des champs, où la dimension dynamique joue un rôle essentiel, les espaces de position et de positionnement des éditeurs étant par définition en perpétuelle évolution.

  • 45 Éric Agrikoliansky, Isabelle Sommier (dir.) et al., Radiographie du mouvement altermondialiste, Pa (...)

43Un des avantages de la théorie des champs est qu’elle permet de dépasser le problème des frontières d’un espace, lesquelles sont toujours arbitraires et en mouvement. Sans délimitations précises, le sous-champ de l’édition critique exerce une force d’attraction, de degré variable, sur l’ensemble de l’espace éditorial et ses différents acteurs (éditeurs, libraires, diffuseurs-distributeurs, bibliothécaires, critiques, lecteurs) qui agissent en retour sur lui. À l’image du champ de l’altermondialisme, il peut être qualifié « d’objet mouvant » dont l’absence de définition « fait partie de la définition même »45. Il présente de ce fait de nombreux traits propres aux champs artistiques, qui se définissent par un faible degré de codification, la perméabilité de leurs frontières et la diversité des principes de légitimité qui s’y affrontent. S’enfermer dans un carcan de critères trop stricts pour cerner au mieux cette population – que ce soit en termes de seuil économique ou de type de production – est par conséquent contreproductif, et revient à passer à côté de la spécificité de ce type d’espace. La question de savoir qui fait partie du champ est donc à la fois essentielle et triviale. Cette appartenance est en soi un enjeu entre les différents acteurs en présence, donnant lieu à des luttes de définition et de classement – qui est le plus engagé, le plus « pur » dans sa production, ou le plus légitime politiquement ou intellectuellement ? Ces luttes sont particulièrement intéressantes à étudier dans la mesure où elles révèlent les jeux de pouvoir propres au champ et l’importance des classements implicites caractéristiques des univers de production symbolique comme l’édition, fortement imprégnés par la recherche de distinction intellectuelle.

44Afin d’obtenir une vision plus claire de ce groupe de 33 éditeurs aux propriétés et identités hétérogènes, nous les avons rattachés, de manière exploratoire, à des profils identitaires. Ces profils ont été élaborés à partir de plusieurs éléments d’objectivation, qui seront affinés et systématisés par la suite : l’origine des auteurs publiés ; les intitulés et les argumentaires de collections ; les sujets et les genres explorés par chaque éditeur ; le lectorat visé. Loin d’être un classement statistique, ils relèvent d’une approche idéal-typique dans la mesure où le résultat se présente sous forme de pôles d’attraction ou de « régions » du champ, et non de catégories génériques. Deux grands axes permettent de structurer cet univers et de le singulariser par rapport au champ éditorial : un axe politique et un axe savant (voir Graphique 2, infra).

Graphique 2 : L’espace structuré des éditeurs critiques indépendants

Graphique 2 : L’espace structuré des éditeurs critiques indépendants
  • 46 Lire Éric Brun, « L’avant-garde totale. La forme d’engagement de l’Internationale situationniste » (...)

45La première région de l’espace (le pôle militant) est formée par un noyau d’éditeurs politiquement très engagés, le plus souvent d’expression anarcho-libertaire, disposant d’un faible capital savant (L’Insomniaque, Nautilus, L’Échappée…). Elle est constituée de très petites structures reposant principalement sur le travail bénévole, à la périphérie des circuits professionnels. La seconde est composée d’éditeurs situés à la croisée du monde académique et militant, dont la production « universitaire critique » se situe dans la lignée de l’intellectuel spécifique inspiré par Michel Foucault. Cette forme de contre-expertise critique mêlant engagement politique et production savante s’est particulièrement incarnée dans Raisons d’agir, comme nous l’avons vu. D’autres éditeurs ont adopté des modèles similaires les années suivantes, chacun sur des domaines particuliers, comme La Dispute en 1996, Agone en 1997 et le Croquant en 2003. On trouve ensuite des maisons d’édition proches de la région littéraire ou philosophique d’avant-garde du champ, publiant des essais de théorie critique. Elles assimilent radicalité politique et subversion artistique, affirmant leur volonté d’abolir les normes usuelles et les frontières, autant de traits caractéristiques de la filiation surréaliste et situationniste46. Enfin, un dernier groupe rassemble les éditeurs visant un public élargi, éditant principalement des enquêtes de type journalistique liées aux questions d’actualité, accompagnées d’une réflexion critique plus globale, par exemple sur les médias (Les Arènes) ou l’altermondialisme (Danger public).

46Cette esquisse d’organisation du réel n’a pas pour objectif de définir des positions figées. Il s’agit d’un outil heuristique et non d’une définition arrêtée, qui servirait d’hypothétique étalon-mesure. Toutes les combinaisons, toutes les nuances de positionnement, répétons-le, existent entre les différents pôles identifiés, chaque éditeur inventant sa position en fonction de ses ressources, des contraintes du champ et des possibilités offertes à un moment donné. Par ailleurs, les éditeurs réfractent à leur tour, en interne, ces polarisations et peuvent de ce fait être analysés comme formant eux-mêmes un champ tiraillé par des tendances opposées, notamment par le jeu des collections, qui ont leur propre logique. Une fois encore, les frontières sont par nature extrêmement poreuses dans la mesure où les éditeurs évoluent au fil du temps, modifient l’orientation de leur production, changent leurs équipes, se repositionnent par rapport à de nouveaux entrants.

UN ESPACE DE POSITIONS RELATIVES

47En citant les éditeurs dont il se sent proche ou, à l’inverse, qu’il perçoit comme « repoussoirs » par rapport à sa propre pratique, chaque éditeur dessine une position qui lui est propre et qui l’inscrit au sein d’un groupe qui fait sens. La grande curiosité exprimée par les éditeurs interrogés quant à l’identité des autres maisons d’édition prises en compte atteste de l’importance des positionnements relatifs, du besoin de se situer par rapport à leurs pairs et de commenter le positionnement de collègues plus ou moins concurrents. Chacun fait ici montre d’un sens du placement très fin, comme l’illustre la réaction véhémente d’une responsable de maison d’édition à propos des Arènes, un éditeur qu’elle ne considère pas comme appartenant légitimement au champ des éditeurs critiques tel que présenté en début d’entretien :

« Mais ils font des coups les Arènes !
Mais, en même temps, ils ont une démarche…
C’est juste des coups, avec le discours de coq qui va avec. »

48Ce commentaire est d’autant plus significatif qu’il émane d’une maison d’édition occupant une position proche de celle des Arènes, avec laquelle elle partage bien des points communs (taille supérieure aux autres éditeurs de l’échantillon, existence d’une production éditoriale diversifiée). Ce qui explique qu’elle se sente menacée par ce type de positionnement, à la frontière du champ de la grande production. D’une manière générale, l’accusation de « faire des coups » et donc de viser le grand public plutôt que publier de « vrais » ouvrages de réflexion critique est l’une des armes les plus fréquemment utilisées par les éditeurs pour se démarquer de leurs concurrents.

Modèles historiques et contemporains

49Ce jeu de positionnement participe ainsi du champ de forces dans lequel s’inscrit chaque éditeur, et au sein duquel il occupe une position unique et évolutive dans le temps. Un des objectifs des entretiens a été de dessiner les contours d’une « famille » éditoriale, à la fois passée et présente, un réseau plus ou moins formel d’affinités avec d’autres éditeurs. L’existence de modèles concurrents – et parfois complémentaires – traduit la position spécifique de l’édition critique, au croisement de différentes influences et modes de pensée. Trois modèles apparaissent en filigrane des discours des éditeurs.

50Le premier, et de loin le plus écrasant, est celui de François Maspero. Le fondateur des éditions éponymes est cité spontanément par de nombreux éditeurs, ce qui est significatif d’un modèle historique fort par rapport auquel ils ressentent la nécessité de se positionner. Pour ne citer qu’un exemple, émanant d’un éditeur développant un catalogue très engagé :

« J’ai deux grands modèles d’éditeur : d’abord Maspero, qui est le maître à penser absolu. Pour la forme des bouquins, la ligne politique, l’ouverture. Je suis d’extrême gauche, mais non sectaire. Je publie des livres communistes, trotskistes, anars, à la gauche de la social-démocratie. […] Il faut être ouvert. Et mon second modèle, c’est Feltrinelli en Italie. »

  • 47 Sur Giangiacomo Feltrinelli, voir Carmela Lettieri, « Giangiacomo Feltrinelli éditeur militant : t (...)

51Le principal référent éditorial, à tonalité politique, s’organise donc autour de la figure centrale de Maspero en France et, dans une moindre mesure, de Feltrinelli en Italie – les deux hommes présentant de grandes similitudes tant par leur origine familiale que leur évolution politique47. Verso et Pluto en Grande-Bretagne sont également cités dans la mesure où ces éditeurs, nés dans les années 1970, ont su maintenir un positionnement de gauche avec une grande ouverture théorique (voir partie III, chapitre 3). Un jeune éditeur parisien qualifie le catalogue de Verso de « magique » :

« Il y a Verso, qui est la maison d’édition la plus importante pour moi. Ils ont déjà cette identité d’être à cheval sur les savoirs universitaire et politique, New Left Books à l’origine. C’est les seuls qui continuent à avoir cette audace théorique. Que les presses universitaires américaines ont pour certaines, dans certaines collections, mais il n’y a pas cette ligne éditoriale, très claire chez Verso, qui n’est pas si monolithique. Il y a beaucoup de marxistes, d’anciens marxistes, mais pas que ça. Je dirais que c’est la maison d’édition la plus intéressante au monde, dans ce domaine-là. »

52Un modèle plus littéraire a pour figures d’élection Maurice Nadeau (« Maurice Nadeau est un modèle historique, il a toujours conjugué littérature et politique », comme le résume un éditeur), et plus encore Jérôme Lindon, synonyme d’exigence intellectuelle et de non-compromission, auréolé de l’engagement de Minuit dans la Résistance, puis contre la guerre d’Algérie, mais aussi de sa défense farouche de l’indépendance éditoriale. Un éditeur parisien né en 1956 évoque le rôle qu’il a joué dans sa formation :

« Mon mentor dans l’édition, c’est Lindon. C’est lui que je suis allé voir quand j’ai voulu me lancer dans l’édition. Il m’a ri au nez, mais a été très chaleureux. Il m’a dit, “vous avez raison contre toute raison”. »

53Un troisième modèle vient se greffer sur les deux précédents, dépersonnalisé quant à lui, qui est celui de l’excellence académique des presses universitaires anglo-saxonnes telles que Cambridge University Press, Harvard University Press ou MIT Press, auquel sont sensibles les éditeurs publiant dans des domaines proches. Un éditeur parisien développant une part importante de traductions :

« Chez les presses universitaires américaines, il y a un travail d’édition remarquable qui n’existe pas ici. En tout cas, ils ont une approche très différente des presses universitaires françaises, qui publient parfois des choses très bien, parfois des choses très convenues, très académiques. Mais quand elles publient des choses bien, elles ne leur donnent pas leur chance, elles restent dans des réseaux universitaires avec des mises en pages complètement moches, ringardes, elles ne jouent pas le jeu du marché de l’édition, alors que les presses universitaires américaines sont complètement dedans. Avec de vraies recherches graphiques, de vraies recherches éditoriales, bien évidemment, avec des collections. »

54Les références à des maisons d’édition situées en dehors du territoire national sont encore plus « classantes » que les autres, dans la mesure où les éditeurs ont tendance à citer des maisons reflétant le positionnement auquel ils aspirent. Il se constitue ainsi, en fonction de leurs caractéristiques, un petit cercle d’alter ego situés à l’étranger, qui viennent ajouter un certain prestige à leur identité, par le seul fait d’être évoqués.

  • 48 Issu de la bourgeoisie juive laïque de gauche, Éric Hazan fait des études de médecine tout en mili (...)
  • 49 L’ouvrage a été complété par deux autres du même auteur sur des thématiques proches : Le contrôle (...)
  • 50 Voir Éric Hazan, « Point de vue d’un éditeur concentré », Esprit, juin 2003, pp. 155-158.
  • 51 Entretien avec Éric Hazan, 10 juillet 2006. D’une manière générale, les passages entre guillemets (...)

55Parmi les maisons d’édition contemporaines, certaines ont acquis une notoriété suffisante pour être citées aux côtés des « anciens ». C’est le cas de La Fabrique et de son fondateur, Éric Hazan, qui fait figure de modèle tant par sa trajectoire professionnelle inhabituelle que par son engagement au service d’une indépendance éditoriale intransigeante48. Cette image est indissociable de la publication en 1999 de l’essai d’André Schiffrin, L’édition sans éditeurs, qui est devenu une référence et une ressource de premier plan dans la lutte de la petite édition indépendante contre les grands groupes49. L’expérience d’Éric Hazan au sein du groupe Hachette a rendu son discours critique d’autant plus légitime qu’il repose sur une connaissance de première main du mode de fonctionnement d’un grand groupe50. Éric Hazan incarne, à plus de 70 ans, la figure idéale de l’éditeur indépendant maintenant une ligne éditoriale sans compromis au sein d’une « petite machine de guerre active dans la guerre civile »51. Son catalogue mêle textes théoriques et témoignages et fait se côtoyer des penseurs à réputation anticonformiste comme Zygmunt Bauman et Jacques Rancière, une grande figure de l’édition comme André Schiffrin, ou encore une journaliste israélienne favorable à l’indépendance de la Palestine. L’éditeur a également réédité des textes de Fourier, Karl Marx et Walter Benjamin. Une production limitée (moins de 10 titres par an), une (presque) salariée, des coûts fixes maintenus au plus bas, la réalisation en interne de l’essentiel du travail éditorial lui permettent d’éviter le « cercle infernal du développement », et de ne « dépendre financièrement de personne ».

  • 52 Sur le positionnement spécifique des éditions La Découverte, voir Camille Joseph (sous la dir. de (...)

56Une autre maison d’édition contemporaine fréquemment évoquée par les éditeurs critiques, bien que de manière moins univoque, est l’association marseillaise Agone. Sa dizaine d’années d’existence, la cohérence de son fonds et sa professionnalisation croissante en ont fait une référence obligée, en positif ou en négatif, pour les éditeurs considérés. Évoquée comme un modèle envié, ou au contraire critiquable de par ses choix éditoriaux, elle exerce une influence de premier plan dans le champ. Enfin, le cas de La Découverte est intéressant dans la mesure où cet éditeur peut être considéré comme un indicateur du positionnement des éditeurs critiques52. Les moins politisés d’entre eux mettent en valeur la qualité de sa production dans le prolongement des éditions Maspero ; les plus radicaux ont en revanche tendance à critiquer fortement son évolution depuis le départ de son fondateur historique, considérant le rachat par Vivendi, puis par Editis (absorbé par Planeta en 2008), comme l’aboutissement logique d’un processus de désengagement politique. D’une manière générale, on observe que plus une maison d’édition est proche du pôle grand public, plus elle a tendance à se référer à des éditeurs généralistes comme La Découverte, Gallimard ou Flammarion, alors que les éditeurs à l’identité politique plus marquée ont tendance à les déconsidérer. Un éditeur peu politisé installé en province résume bien cette opposition :

« Disons que beaucoup d’éditeurs indépendants en France ont quand même tendance à se présenter comme des défenseurs de la pluralité et de la diversité intellectuelle, comme si Gallimard ou Le Seuil étaient des bastions de la langue de bois… en gros, comme si Gallimard et Le Seuil étaient des vases clos pour l’élite intellectuelle parisienne. Ce n’est pas vrai, je ne suis pas d’accord avec ça. Moi je trouve que le travail, surtout de Gallimard et du Seuil est assez irréprochable. Les éditeurs chez Gallimard sont des gens très curieux, ils se lancent dans des projets délirants. Le Stephen J. Gould, qui aurait traduit le Stephen J. Gould ? […] Moi, en tout cas, je ne me définis pas du tout contre eux. Pour moi, ce sont plutôt des modèles à atteindre que des contremodèles. Si je pouvais atteindre la qualité du catalogue de Gallimard, je ne me sentirais pas humilié. »

57La diversité des figures de référence qui se dégagent des entretiens vient souligner le caractère très structuré et polarisé du champ de l’édition critique, lequel se définit par rapport à plusieurs modèles intellectuels, politiques et éditoriaux. Reste à comprendre la façon dont les éditeurs procèdent concrètement pour intégrer un espace éditorial fermé, souvent décrit comme proche de la saturation. Le chapitre suivant est consacré aux différentes stratégies d’entrée qui sont à la disposition des nouveaux éditeurs dans le domaine critique, afin d’évaluer leur valeur respective en termes d’accumulation de capitaux symboliques et économiques.

Anmerkungen

1 Le SNE réalise cette enquête depuis 1954 sur délégation du ministère de l’Industrie. Elle concerne l’activité d’édition de livres regroupée sous le code NAF 22.1A. 333 entreprises d’édition ont été retenues pour constituer l’échantillon en 2008.

2 Corinne Abensour et Bertrand Legendre renoncent à fixer un seuil minimum de chiffre d’affaires pour définir ce qu’est un « petit éditeur », afin de n’écarter ni les maisons naissantes ni les maisons confirmées. Un seuil maximum de 250 titres par an a par compte été retenu, associé à des critères minimaux de professionnalisation. Bertrand Legendre, Corinne Abensour, Regards sur l’édition. Les petits éditeurs : situations et perspectives, Paris, La Documentation française, 2007 (coll. Questions de culture), vol. 1, pp. 10-13.

3 Étude de Dilicom pour le Syndicat national de l’édition et le ministère de la Culture portant sur 2 726 petits éditeurs, novembre 2004.

4 L’expression est de Pierre-Jean Benghozi et Christian Moire, « L’Opéra de quat’sous : productions souterraines et productions culturelles », in François Rouet (dir.), Économie & culture, Industries culturelles, Paris, La Documentation française, 1986 (coll. Économie et culture), vol. III, pp. 237-243.

5 Christian Robin, « La notion d’indépendance éditoriale », Communication & langages, 2008, n° 156, p. 56.

6 Sur ce point, voir Gérard Mauger (dir.), Droits d’entrée. Modalités et conditions d’accès aux univers artistiques, Paris, Maison des sciences de l’homme, 2007, pp. 251-252.

7 Bertrand Legendre, Corinne Abensour, Regards sur l’édition. Les nouveaux éditeurs (1988-2005), Paris, La Documentation française, 2007 (coll. Questions de culture), vol. 2, p. 118.

8 C’est l’un des trois critères retenus par Bertrand Legendre et Corinne Abensour, Regards sur l’édition…, op. cit., vol. 1, pp. 10-13. Les deux autres critères étant l’existence d’une politique et d’une valeur ajoutée éditoriales.

9 Lewis A. Coser, Charles Kadushin et Walter W. Powell, Books : the Culture and Commerce of Publishing, New York, Basic Books, 1982, p. 4.

10 Pierre Bourdieu, « Une révolution conservatrice dans l’édition », Actes de la recherche en sciences sociales, 1999, n° 126-127, pp. 3-27.

11 Christian Jouhaud, Alain Viala (dir.), De la publication. Entre Renaissance et Lumières, Paris, Fayard, 2002 (coll. Divers Histoire), p. 11.

12 Christian Jouhaud, Les pouvoirs de la littérature : histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000 (coll. NRF Essais), p. 22.

13 Christian Jouhaud, Alain Viala, ibid., p. 13.

14 Jean-Yves Mollier, « Naissance de la figure de l’éditeur », in Bertrand Legendre, Christian Robin (dir.), Figures de l’éditeur, Paris, Nouveau Monde éditions, 2005, pp. 13-24.

15 Sur ce point, voir le numéro de la revue Communication & langages, 2008, n° 156, consacré à l’indépendance éditoriale, ainsi que Bertrand Legendre, « Quel avenir pour les éditeurs de taille moyenne et petite ? », in Jean-Yves Mollier (dir.), Où va le livre ?, Paris, La Dispute, 2007 (coll. État des lieux), pp. 69-90, qui retient trois ancrages principaux de l’indépendance : l’indépendance de choix éditorial, l’indépendance financière (contrôle du capital) et l’indépendance commerciale (contrôle de la diffusion-distribution).

16 Ce qui n’était pas sans créer tensions et contradictions. Voir Marie-Cécile Bouju, Lire en communiste. Les maisons d’édition du PCF : 1920-1968, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010 (coll. Histoire).

17 Lionel Arnaud, Christine Guionnet (dir.), Les frontières du politique. Enquête sur les processus de politisation et de dépolitisation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005 (coll. Res Publica), p. 16.

18 Christian Le Bart, « La construction sociale du genre “livre politique” », in Lionel Artaud, Christine Guionnet (dir.), Les frontières du politique…, op. cit., p. 28.

19 Anne Simonin, « Écrire le politique : quelques formes contemporaines du livre politique », in Jean-Yves Mollier (dir.), Où va le livre ?, Paris, La Dispute, 2000, p. 144.

20 Frédérique Matonti, Intellectuels communistes. Essai sur l’obéissance politique, la nouvelle critique (1967-1980), Paris, Éditions La Découverte, 2005 (coll. L’espace de l’histoire), p. 165.

21 Voir Hervé Serry, Naissance de l’intellectuel catholique, Paris, Éditions La Découverte, 2004 (coll. L’espace de l’histoire).

22 Jean-Yves Mollier, Édition, presse et pouvoir en France au XXe siècle, Paris, Fayard, 2008, p. 268 sq.

23 Sur ce point, voir Jean-Yves Mollier, « Les intellectuels et l’édition », in Michel Leymarie, Jean-François Sirinelli (dir.), L’histoire des intellectuels aujourd’hui, Paris, PUF, 2003, pp. 125-144. L’auteur note l’implication forte des intellectuels anticommunistes dans les années 1930 dans les journaux de droite et d’extrême droite tels que Candide, Gringoire ou Je suis partout.

24 Marc Angenot, La parole pamphlétaire. Contribution à la typologie des discours modernes, Paris, Payot, 1982 (coll. Langages et sociétés), p. 349. Les intellectuels compromis pendant la Seconde Guerre mondiale, qui recourront au pamphlet à la Libération, en sont une bonne illustration.

25 Jean-Yves Camus, René Monzat, Les droites nationales et radicales en France : répertoire critique, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1992, pp. 433-456.

26 David Douyère, Luc Pinhas, « L’accès à la parole : la publication politique des éditeurs indépendants », Communication & langages, 2008, n° 156, pp. 75-89. Les auteurs font de la publication de Crise et mutations dans l’édition française par Jean-Marie Bouvaist en 1993 le premier jalon du discours sur l’indépendance. Sur ce point, voir également Christian Robin, art. cit., p. 56.

27 [En ligne] <www.alliance-editeurs.org> (7 octobre 2009).

28 L’association L’autre livre, créée à l’initiative de trois éditeurs, dont Le Temps des cerises, rassemble une cinquantaine de petits éditeurs indépendants.

29 L’Alliance a notamment créé le label du « livre équitable » en 2004 et a été à l’initiative d’une collection intitulée « État des lieux de l’édition » en 2006 où sont notamment parus : Gilles Colleu, Éditeurs indépendants : de l’âge de raison vers l’offensive ?, Paris, Alliance des éditeurs indépendants, 2006 et Collectif, Des paroles et des actes pour la bibliodiversité, Paris, Alliance des éditeurs indépendants, 2006.

30 Véronique Rossignol, entretien avec Anne-Marie Métailié, Livres Hebdo, 9 octobre 2009, n° 792, pp. 30-31.

31 Jérôme Vidal, Lire et penser ensemble. Sur l’avenir de l’édition indépendante et la publicité de la pensée critique, Paris, Éditions Amsterdam, 2006 (coll. Démocritique), p. 23.

32 Thierry Discepolo, « L’indépendance par le haut », Les Cahiers du Syndicat de la librairie française, octobre 2005, n° 3, pp. 62-64.

33 Pour le SNE, la catégorie sciences humaines et sociales recouvre, depuis 1994, les disciplines suivantes : sciences humaines générales (philosophie, sociologie, philologie, psychanalyse, psychologie, linguistique, anthropologie, ethnologie…) ainsi que histoire, géographie, droit, sciences politiques, sciences économiques. Quant à la catégorie « Documents, actualité, essais », elle comprend les essais, analyses, critiques, documents, reportages, politique, mémoires, témoignages, biographies, humour. SNE, L’édition de livres en France. Repères statistiques 2011 (données 2010).

34 Marc Minon, « L’état de l’édition en sciences humaines sociales », Cahiers de l’économie du livre, 1990, n° 4, pp. 47-94.

35 Jusqu’en 1969, la catégorie « littérature » du SNE incluait les sciences humaines. L’histoire et la géographie faisaient partie de la même catégorie jusqu’en 1994.

36 Sophie Barluet, Édition de sciences humaines et sociales. Le cœur en danger, Paris, PUF, 2004 (coll. Quadrige Essais, débats), pp. 70-71. Bruno Auerbach, « Publish and perish : une définition légitime des sciences sociales au prisme du débat sur la crise de l’édition de sciences humaines », Actes de la recherche en sciences sociales, 2006, n° 164, pp. 75-92.

37 Anne Simonin, « Le catalogue de l’éditeur, un outil pour l’histoire : l’exemple des éditions de Minuit », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 2004, n° 81, pp. 119-129. Anne Simonin montre dans cet article à quel point le catalogue est un outil stratégique pour une maison d’édition en s’appuyant sur l’exemple des éditions de Minuit, qui ont fait disparaître de leur catalogue général la collection des « Grandes réussites françaises », créée en 1952, qui ne cadrait pas avec l’image d’avant-garde et de refus des compromis commerciaux de la maison.

38 Anne Simonin, art. cit., p. 120.

39 Comme se définit l’éditeur d’Amsterdam dans Lire et penser ensemble…, op. cit., p. 92.

40 Concernant l’impact de la matérialité des textes sur leur réception, voir Roger Chartier, L’ordre des livres…, Aix-en-Provence, Alinéa, 1992 (coll. De la pensée. Domaine historique).

41 Le taux de mortalité est passé de 43 % sur la période 1973-1988 à 49 % entre 1988 et 2005, avec près de la moitié des éditeurs apparus entre 1988 et 2005 vivant moins de cinq ans, tandis que le solde des créations/disparitions d’éditeurs devient négatif à partir de 1998. Bertrand Legendre, Corinne Abensour, Regards sur l’édition, op. cit., vol. 2, pp. 21-22.

42 Isabelle Sommier, Le renouveau des mouvements contestataires à l’heure de la mondialisation, Paris, Flammarion, 2003 (coll. Champs). Luc Boltanski, Ève Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999 (coll. NRF Essais), en particulier pp. 431-435.

43 Parmi les maisons d’édition au positionnement critique créées après 2005, citons Demopolis, Libertalia, La Ville brûle, Le Passager clandestin, Les Fondeurs de briques.

44 Un autre éditeur illustre le mouvement inverse, celui du passage de l’adossement à un groupe à l’indépendance stricte : les éditions Lignes, devenues les Nouvelles éditions Lignes en 2007 après la défection de Léo Scheer.

45 Éric Agrikoliansky, Isabelle Sommier (dir.) et al., Radiographie du mouvement altermondialiste, Paris, La Dispute, 2005 (coll. Série Pratiques politiques), p. 288.

46 Lire Éric Brun, « L’avant-garde totale. La forme d’engagement de l’Internationale situationniste », Actes de la recherche en sciences sociales, 2009, n° 176-177, pp. 32-51.

47 Sur Giangiacomo Feltrinelli, voir Carmela Lettieri, « Giangiacomo Feltrinelli éditeur militant : trajectoire individuelle et construction d’une figure mythique », in Bertrand Legendre, Christian Robin (dir.), Figures de l’éditeur, Paris, Nouveau Monde éditions, 2005, pp. 31-41.

48 Issu de la bourgeoisie juive laïque de gauche, Éric Hazan fait des études de médecine tout en militant aux jeunesses communistes. Il rompra avec le parti au moment de la guerre d’Algérie. Devenu chirurgien cardiaque, il exerce en Algérie en 1962 (il soutient le FLN) et au Liban en 1975. Il hérite de la maison d’édition paternelle (les éditions d’art Hazan) en 1983, dont il s’occupe jusqu’à ce qu’elle soit rachetée par Hachette en 1997. Remercié dix-huit mois plus tard, il dénonce la logique des « gestionnaires à calculette » et crée à plus de 60 ans sa propre structure, La Fabrique.

49 L’ouvrage a été complété par deux autres du même auteur sur des thématiques proches : Le contrôle de la parole, 2005 et L’argent et les mots, 2010, tous deux publiés à La Fabrique.

50 Voir Éric Hazan, « Point de vue d’un éditeur concentré », Esprit, juin 2003, pp. 155-158.

51 Entretien avec Éric Hazan, 10 juillet 2006. D’une manière générale, les passages entre guillemets renvoient, sauf précision contraire, aux entretiens réalisés avec les éditeurs.

52 Sur le positionnement spécifique des éditions La Découverte, voir Camille Joseph (sous la dir. de Gisèle Sapiro), « Les éditions La Découverte : la gestion d’un héritage éditorial », thèse de doctorat en sociologie, EHESS, 2010.

Abbildungsverzeichnis

Titel Graphique 1 : Le nombre de créations de maisons d’édition entre 1985 et 2005
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1111/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 69k
Titel Graphique 2 : L’espace structuré des éditeurs critiques indépendants
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1111/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 52k

© Presses de l’enssib, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540